AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Akio, le Chinoike musicien Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 162
Messages : 81
avatarSunajin
Chinoike Akio
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Akio, le Chinoike musicien    Mer 30 Nov - 3:57
Akio Chinoike


Présentation




Origine de l'avatar : Kou Mukami from Diabolik Lovers
Identité : Akio Chinoike
Surnom : Aki', Akiki, Prince du Groove, Truc par sa grande Soeur
Sexe : Masculin
Âge : 19 ans
Date de naissance : -20 en Hiver
---
Clan : Chinoike
Grade : Genin
Rang : C
Kekkei Genkai : Aucun, pour le moment


Physique



Akio, avec ses jambes artificielles, est un grand ninja de 5 pied 10 et son poids est dans la moyenne. Possédant une douce peau pâle grâce à ses crèmes pour hydrater sa peau sensible, sa crinière blonde et ses yeux bleu (qui sont pairs, en réalité) lui rajoute un certain charme. On peut facilement le trouver attirant, cependant, il possède aussi un énorme handicape physique. En effet, depuis son incident à Hi no kuni, le shinobi ne possède pas de jambes. Son amputation s'arrête jusqu'à l'os du genou où qu'un moignon s'est formé et cela peut dégoûter certaines personne. Heureusement pour lui, comme les gens de sa famille sont assez riches pour acheter des produits du clan Sokusei, il a des jambes mécaniques que le ninja aux yeux pairs peut changer. De plus, ne pouvant aucunement maîtriser son pouvoir spécial, Akio a appris à maîtriser parfaitement le son avec ses hauts-parleurs intégrer dans ses jambes artificielles et peut même installer des musiques à partir de celle-ci. Cependant, ne croyez guère qu'elle peuvent briser aussi facilement.

Niveau vestimentaire, le blondinet aime beaucoup varier et changer de style. Il peut mettre des vêtements ultra coloris et stylé, comme des vêtements confortables et froides.

Pour ses jambes, Akiki a de longues bottes métalliques avec de gros haut-parleurs sur le pied, proche du talon et de la cheville et 4 petits qui montent sur la bottes. Généralement, ses bottes se marient bien avec ses vêtements, vu qu'il a le sens du style.

Exemple de bottes:
 


Caractère



Akio est avant tout une personne assez calme et introvertie. Non pas qu'il voudra fuir la moindre conversation, mais il parle très peu de lui et surtout de ses problèmes. En effet, dû à son passé troublant, le Genin a appris à enfermer ses émotions telles la colère et la tristesse. D'ailleurs, les personnes qui le connaissent que de vue ou encore qu'ils ne sont guère des amis proche, peuvent confirmer que le Chinoike est un garçon très souriant et amical. Malgré qu'il soit un très timide, il ne semble aucunement à dégager comme une personnes ayant beaucoup de problèmes. Ils n'ont point tout à fait tort, cependant, le blondinet a beaucoup trop de secrets qui gardent pour lui, notamment ses crises d'angoisse qui peuvent apparaître n'importe quand (surtout pendant la nuit, vu qu'Akiki a tendance à faire des cauchemars). Malgré tout, il essaye, du mieux qu'il le peut, de se sortir de sa dépression que le ninja a depuis son incident à Hi no Kuni.

Quand le blondinet s'attache à une personne, il peut trouver un courage inconnu et indestructible pour la protéger et/ou la rendre heureuse. Par contre, Akio peut être très possessif aussi, vu qu'il a très peur de perdre une personne qu'il aime ou encore que celle-ci se lasse de lui. Il oublierait même ses propres désires et rêves pour rendre l'autre personne heureuse.

Aussi, étant entouré de ''princesse'' dans sa famille, Akio s'est habitué à répondre aux besoins des personnes qu'il apprécie, même si les idées sont farfelus, ce qui lui donne un côté un peu ''soumis''.

Akio adore plus que tout au monde la musique et la danse. Ce sont vraiment ses passions (avec la cuisine aussi, mais c't'un autre détail). Écouter de la musique est le seul moment où que le shinobi peut se mouvoir et c'est grâce à cela aussi qu'il arrive aussi bien à gérer sa dépression et son stress. Il adore aussi sa famille, surtout Tara, la soeur aînée de sa famille. Avec elle, Akio se sent bien et sait qu'il peut parler de tout et de rien.

En parlant de côté affectif, le Chinoike n'aime aucunement le corps d'une demoiselle. Bon, cela ne le dégoûte point, mais il ne ressent aucune attirance particulière comme un autre jeune homme pourrait avoir avec une jolie demoiselle. Il est aussi moins timide avec la gente féminine qu'avec les hommes où que tu peux le voir souvent mal à l'aise. Il peut même rougir rapidement et peut avoir les mains humides, le coeur battant et tout et tout. Le Chinoike ne pourrait guère vous expliquer pourquoi ce phénomène se crée quand il parle à un autre homme qui aime bien. (moi je sais, huhu /PAF/)

Akio n'aime pas sa soeur Orihime qui aime le rabaisser et l'intimider pour se croire meilleur que lui. Cependant, il déteste son père plus que tout au monde. Je peux même dire qu'il en a peur de son père qui le hante dans tous les cauchemars.

Une chose a savoir: Akio n'a jamais goûté à de la chair humaine. Son père l'a trop dégoûté.


Histoire





L'histoire de notre Prince commence 20 années plus tôt, dans un petit campement improvisé à Haru no Kuni. Malgré que l'hiver touchait la plupart des pays avec un froid insupportable et un manteau blanc, Haru no Kuni était protégé par un étrange phénomène. Personne avait essayer de découvrir le secret de ce printemps éternel. Était-ce naturel? Était-ce un Kekkei Genkai ou un puissance Genjutsu qui gardait cette beauté en vie? Nul ne sait la réponse. Néanmoins, le mystère de ce lieu paradisiaque n'était point cherché à être découvert. Les voyageurs profitaient seulement de ce paysage qui avait l'air d'ignorer les guerres autour de lui.

C'est d'ailleurs dans ces lieux magiques que la famille Chinoike eut leur premier garçon. Le père de famille était fou de joie. Possédant déjà deux filles, il était content d'avoir son tout premier fils. Il imaginait déjà un grand avenir pour son petit homme qui le baptisa Akio. Le père imaginait que son fils serait fort, beau, puissant, tout comme lui. Une personne ayant des ambitions et plein de potentiel. Il le voyait déjà Sannin du monde de Yuukan et hyper puissant, avec tout plein de femmes riches et magnifiques à ses pieds. Le shinobi savait qu'il ne serait aucunement déçu par son fils. Cependant, malgré toute sa patience et ses ambitions, le déroulement de la croissance d'Akio ne se dirigea guère comme prévu.


En effet, déjà, dès à sa naissance, le petit blondinet était petit et faible. Étant un bébé prématuré, il était tellement fragile. La famille devait faire attention pour ne pas le blesser et bien s'occuper de lui. De plus, au cours de sa croissance, Akio tomba très souvent malade. Fièvre, maux de ventre... Ce pauvre enfant avait énormément souffert, mais, malgré tout, il réussissait à merveille de passer à travers cette dure route. Par contre, le père de famille gardait un goût amer de cette démonstration de faiblesse et de nullité. C'est vrai! Il n'avait guère mérité d'avoir un fils aussi faible que ça. Lui, le grand Gamatsu, ne méritait aucunement d'un loser comme l'impitoyable insecte qu'était son unique fils.

D'ailleurs, dès son plus jeune âge, le père commença à violenter légèrement le petit Chinoike. Il n'attaquait point physiquement, mais il le rabaissait et l'intimidait. Il traitait son propre fils d'incapable et demanda toujours de suivre le chemin de sa soeur aînée, Orihime. Elle, au moins, d'après le vieux, représentait la fierté du clan. Forte, intelligente, belle, indépendante et maline.. Des qualités qui manquaient sûrement au pauvre garçon aux yeux pairs. Souvent, le blondinet essayait de prouver le contraire en montrant ses talents ou en voulant faire de son mieux, mais le père le regardait toujours de haut et le rabaissait. Quelques années plus tard, Orihime rejoint de la partie en rabaissant physiquement son pauvre petit frère qui se sentait déjà bien inutile. Elle utilisait comme bourreau et le traitait quasiment comme un esclave.

Akio se ferma de plus en plus sur lui-même. Il essayait de cacher son côté sensible de lui, se laissant intimider par les deux personnes ''Alpha'' de sa famille. Même si les intimidation vint de plus en plus violente au point de laisser des petites marques sur son corps, il n'exprimait plus sa colère. Il était devenu une coquille vide d'émotion quand son père ou Orihime voulait s'amuser un peu, sans broncher. Le blondinet gardait toutes ses blessures pour lui et essayait quand même de vivre. Il avait une grande soeur extra, il en était même fan de celle-ci. De plus, sa petite soeur était tellement la plus kawaii qu'il ne pouvait faire subir le même sort que lui. C'est avec les autres membres de sa famille qu'Akio réussissait à sourire.

Les années se poursuivirent et Akio, touchant quasiment ses dix années existences, subit une attaque qui le perturbera pendant plusieurs années.

En fait, cela se passa pendant le matin, alors que le jeune garçon se réveilla difficilement de sa nuit. Étourdi, il prit sa tête entre ses petites mains, essayant de se rappeler le déroulement de la soirée d'avant. Cela ne prient guère trop de temps à avoir des flashback, vu la douleur qui était encore persistance sur son corps. Cette fois, ils avaient été beaucoup trop loin hier soir. Le garçon ne pouvait plus garder cela pour lui-même maintenant. Il devait informer sa maman de cet acte immorale. Oui, avant qu'ils décident de lui couper la langue en moment donné, le jeune ninja devait mettre un terme à tout ce cirque.

Donc, d'un pas assez lent, le jeune garçon se dressa de son lit et se dirigea vers la cuisine. À cette heure là, sa maman était sûrement entrain de faire à déjeuner pour la famille. Pourtant, quelque chose clochait.. Oui, dans l'allée, il n'y aucunement cette odeur de nourriture qui t'accueillait. Le doute s'installa dans la tête du petit, pressant le pas du mieux qu'il le pouvait, puis, arrivant devant la porte légèrement entrouverte, il entendit ses parents se crier dessus, laissant même des insultes passées entre eux. Une dispute? Pourquoi? De son oreille curieuse, il écouta attentivement les échanges entre les deux adultes.

Apparemment, Namameku, la mère de famille, avait remarqué que son mari faisait subir à son unique fils, l'insultant de tous les noms, tandis que Gamatsu, lui, répétait mainte fois que leur fils était un échec absolu, un faible, et qu'il était une honte pour la famille et pour le clan. La chicane grimpait de plus en plus, devenant de plus en plus violent. On pouvait même voir que les parents avaient décidé de se taper dessus à coup de poing ou de couteaux, puis, alors que la dispute avait atteint son apogée, le père poussa un cris de rage, avant de prendre la parole. Sa voix était forte et glaçante.

-Si c'est comme ça, tu le vois, ma chérie, je vais faire disparaître cette ordure. Comme ça, tu ne verras que moi et tu pourras dire adieu à cette pourriture. HAHAHAHAHAHAHA
**Il... Il veut me tuer? P-pourquoi?**


L'enfant, terrifié, fixa la petite ouverture de la porte, voyant son père venir en sa direction. Vite, Il devait.. fuir, le plus rapidement que possible. Reculant légèrement en arrière, le blondinet partit en course, malgré la douleur qui le dérangeait à son bras. Il courrait et courrait, sanglotant et tremblant légèrement par la peur. Peut-être que c'était lâche de s'enfuir ainsi, sans se battre, mais il n'avait guère le choix. L'enfant ne pouvait point faire face à son daron qui était un shinobi assez puissant. C'est vrai! Comment un enfant de neuf ans pouvait battre un ninja d'élite? C'était impossible! La seule solution était de s'échapper.

Donc, dans la panique, le jeune aux yeux pairs sortit de sa maison et courrait dans les forêts d'Hi no Kuni. Il devait aller loin pour se cacher et attendre que la chasse se termine. Cependant, le jeune Chinoike avait oublié une information cruciale; le père avait déjà goûté à son sang et il était impossible pour Akiki de s'enfuir ou même de se cacher. Dans tous les cas, le destin de l'enfant était déjà tracé. Pourtant, il avait toujours espoir de s'en sortir et de vivre. Mmmh.. Pourquoi continuer à courir ainsi, alors qu'il ne faisait que retarder son heure?

Comme un vrai shinobi, il sautait d'arbre en arbre, cherchant à fuir l'endroit. Par contre, quand il toucha le pied sur une branche d'arbre, une main attrapa sa jambe et l'envoya au sol. Ensuite, alors qu'un petit gémissement de douleur se fit entendre, le vieux Chinoike rejoignit son fils, totalement amusé par la situation. D'un regard assez diabolique, son rire éclata à la vue de son pauvre fils dans une situation misérable. Un rire malsain et froid.

-Tu vois Akio.. si t'étais aussi talentueux que moi, tu n'aurais jamais été dans cette situation. *rigole* Il est trop tard maintenant pour toi de demander ton pardon, misérable insecte. Je te réserve la plus lente et souffrante des morts qu'un shinobi peut avoir.

D'un sourire qui exprimait bien son état d'esprit déranger, Gamatsu fit deux sceaux sur les jambes du blondinet aux yeux pairs, avant de se placer au dessus de lui et de lui mordre violemment le bras, transperçant sa chair. Ses yeux changèrent de couleurs, héritant des pouvoir de son clan. Un cris strident se fit entendre dans la forêt suivit de quelques mots qui pouvaient sembler de ''Au secours'' ou de ''Arrête''. C'était la voix d'Akio qui essayait tant bien que mal de se débattre. Cependant, plus l'enfant bougeait, plus la douleur devenait intense. Des larmes coulèrent sur ses joues alors que ses pupilles bougeaient très rapidement, démontrant sa panique sur la situation. Il avait très peur et ne voulait pas mourir. Cependant, il ne pouvait rien faire de plus. La faucheuse avait condamné son âme. Akio perdait peu à peu cette énergie qu'il avait, sentait que son père prenait toutes ses essences vitales. C'en était fini pour lui...

Soudain, alors que la situation semblait désespérée, la pression sur le bras d'Akio se tut. Heh? Était-il déjà mort sous la douleur? Ouvrant doucement les yeux, il vit le corps de son père sur lui, il vit le corps de son père sur lui, mais sans tête. Le sang gicla un peu partout, tâchant le visage terrifié du pauvre enfant, puis, le corps sans vie tomba sur le côté. Une autre personne se rapprocha de lui et il reconnu à l'instant son héroïne; Tara, la soeur aînée de la famille. Elle avait réglé le problème en tuant le père de famille qui avait perdu les pédales. D'ailleurs, au moment où elle croise le regard soulagé de son petit frère, Tara le pris dans ses bras et l'élança fortement.

-C'est fini Akio. Tu es en sécurité maintenant. Dit-elle d'une voix rassurante.

Le faible sourire de l'enfant apparu sur son visage, avant que son regard azur s'écarquille subitement. Il poussa un horrible cris de douleur, alors qu'il gigota sur tous les sens. Il serra fortement le dos de sa soeur aînée, les yeux pleins d'eaux.

Alertée par son état, Tara fixe son petit frère pour voir l'ampleur de la situation, puis, quand son regard violet se déposa sur les jambes de celui-ci, la stupeur l'envahit. Les jambes de l'enfant avaient d'étranges spasmes, comme si quelque chose bougeait de l'intérieur. Cette technique.. la Chinoike connaissait très bien ce jutsu et savait aussi que la vie de son petit frère était comptée. Serrant fortement les dents et fronçant les sourcils, la kunoichi tourna sa tête vers la droite et gueula de toutes ses forces.

-MAMAN!!! IL FAUT AGIR VITE!

Confus, le blondinet essayait de comprendre l'ampleur de la situation, mais la souffrance était trop dur à gérer. Il se tortillait dans tous les sens, criant d'agonie. Il sentait quelque chose bouger dans ses jambes, comme si la chose le mangeait de l'intérieur. Rapidement, Namameku s'approcha de lui, le regard assez froid. Difficilement, Akio chuchota le mot ''Maman'' entre ses gémissements de douleur, puis, la jeune femme, avec un doux sourire au visage, déposa son index gauche sur les lèvres de son fils. Ensuite, elle déplaça sa main droite sur les yeux de son fils.

-Nemuri!

Puis, plus rien. Le jeune homme fut endormi. (end of the music)

--Quelques jours plus tard--

Akio se réveilla enfin de son sommeil. Combien de temps était-il dans cet état de repos? Une heure? Une journée? Quelques semaines? Il en avait aucune idée. Cependant, à son réveil, il n'avait plus ce mal qui le rongeait de l'intérieur. Grâce aux soins apportés, le jeune enfant avait pris des forces. De plus, sa famille avait sûrement surveillé son état attentivement et chacune leur tour, vu que, quand il se réveilla et tourna sa tête vers la gauche, il voyait sa grande soeur Tara en train de prier. Souriant doucement, le petit Chinoike déplaça sa main pour la déposer sur celles de sa soeur. Un faible ''Hey'' sortit entre ses lèvres, faisant réagir Tara instinctivement. Elle afficha son visage humide par les larmes qui coulaient tel un ruisseau, puis, après quelques secondes de silence, elle sauta dans le cou du garçon, heureuse qu'il soit toujours en vie. Ses autres soeurs et sa mère suivirent le mouvement. Les échanges joyeux entre la famille étaient présente, mais, une question brisa toute l'ambiance du moment.


-C'est bien! Vos soins ont tellement bien marché que je ne sens plus mes jambes. Haha.. *silence* Je ne.. sens plus.. mes jambes? P-pourquoi? *se tourne vers sa mère, légèrement paniqué* Maman, pourquoi je ne sens plus mes jambes?

Un silence lourd avait prit place, comme une sorte de malaise. Personne n'osait dire quelque chose, même la mère. D'ailleurs, quand il lui posa la question, celle-ci se mordit légèrement les lèvres et se gratta la tête. Ouais, sa famille ne pouvait guère garder ce secret éternellement, vu que c'était plutôt flagrant l'état de ses jambes. Il allait le découvrir tôt ou tard.

-Akio.. tes jambes sont.. euh... commença Tara, mal à l'aise dans ses paroles.

Le blondinet fixa sa soeur, ne comprenant pas trop où elle voulait en venir, puis, la suivant du regard, la brunette déplaça sa main sur la couverture, le regard désolé

-Papa a utilisé son invocation sur toi. Le parasite était tout en train de détruire et si on avait point pris cette décision.. papa t'aurait amené avec lui. Je.. je suis tellement désolée, Akio..

Sous ses paroles, Tara leva tranquillement la couverture et laissait place à une triste vérité. Les jambes d'Akio n'existait plus. Elles avaient été coupées pour lui sauver la vie. Cependant, à cette vue, la stupeur frappa au visage du blondinet, les yeux plein d'eaux.

-Non..Je.. je fais un mauvais rêve, c'est ça? S'il te plaît Tara, dis moi que c'est un cauchemar. S'il-te-plait..

La brunette, pleurant sous la réaction de son frère, garda sa mine désolée en faisant ''non'' de la tête. La tristesse s'accentua sur le visage du pauvre enfant, puis, plaçant ses mains devant ses yeux, il partit en sanglot, blessé par cette triste vérité.

**Pourquoi j'ai mérité ça? Pourquoi?** (end of the music)

Après cet événement, la dépression de l'enfant devint de plus en plus grande. Il se sentait totalement inutile, vu qu'il ne pouvait rien faire par lui-même. Dès fois, il essayait de faire son trin-trin quotidien sans alarmé les autres membres de sa famille, mais en vain. C'était beaucoup trop difficile pour lui de se déplacer avec ses mains. De plus, Orihime, qui avait réussi à s'échapper de la colère de sa mère, faisait bien comprendre à son petit frère qu'il était chanceux de vivre et qu'il était une honte pour leur nom, vu son inutilité. Cette période dura quelques mois avant que sa grande soeur Tara réagisse.

En effet, blessée de ne plus voir ce fameux sourire que son petit frère avait, la kunoichi partit chercher quelqu'un qui pouvait l'aider, puis, après plusieurs jours de recherche, elle retrouva un certain Sokusei qui était un adepte de création. Avec les expertises du jeune homme, la Chinoike réussit à revenir chez elle avec des jambes mécaniques. Malgré sa dépression qui voulait l'anéantir, Akio fut content de ce présent.

Les années passèrent, alors que le Reishin fut banni d'Hi no Kuni pour leur plan d'assassinat, Akio avait travaillé sans relâche pour se sentir utile pour sa famille et la société et à maîtriser les hauts-parleurs que le Sokusei avait installés dans ses jambes artificielles. Ce fut à ce moment, alors que sa famille rejoint le groupe qui suivait les Saigetsu, que le blondinet trouve son remède pour sa dépression: la musique. Elle allait aider à passer à travers toutes ses crises d'angoisse et cette dépression qui lui collait à la peau. Non seulement ça, mais il avait aussi travailler dur pour que le son de ces musiques obéisse à son chakra. C'était une victoire pour le Chioike.

Malgré les intimidations répétitives de sa soeur Orihime et de sa dépression qui essaye tant bien que mal de l'empoisonner, Akio devint un genin de Suna quand le village caché du sable fut fondé et jura de protéger ses coéquipiers du mieux qu'il le peut et de devenir un bon shinobi aux yeux du peuple.


Derrière l'écran



Pseudo : Akio
Âge : jsuis vieux wesh o/
Comment avec-vous connu le forum ? top-site o.o
Que pensez-vous du forum ? il est bien <3
Quelle est votre disponibilité ? meh.
Autre chose ? J'suis un handicapé, aidez-moi svp. Merci.
Code de validation: Chaton approuve ce code '^' (Validé by Gaga)
©️ Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Chinoike Akio le Mer 14 Déc - 21:25, édité 5 fois
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Akio, le Chinoike musicien    Ven 9 Déc - 16:42
Hey !

Cela fait plus d'une semaine que nous n'avons plus aucune nouvelle de toi (ou plutôt de ton personnage). Donc je ne vais pas te faire le blabla habituel, tu le connais, hein ? 8D

Ceci est une première relance. Au bout de la troisième, ta présentation sera archivée.

Bonne chance pour ta présentation !

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 162
Messages : 81
avatarSunajin
Chinoike Akio
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Akio, le Chinoike musicien    Mer 14 Déc - 20:51
voila fini ma prez.

Bonne lecture (ps: je vous conseil de fait clique droite et faire ''lire en boucle'' pour certaines musiques et de l'arrêter quand cest marquer ''end of the music'' ou encore quand vous voyez un autre lieu. bisou!)
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Akio, le Chinoike musicien    Jeu 15 Déc - 1:13
Eh coucou toi !

Alors alors, tout d'abord il y a quelque chose que je n'ai pas compris dans ta présentation. Pourquoi tu dis que tu as 5 et 10 pieds alors que tu n'as plus de jambes ? /PAF/

Plus sérieusement, j'ai adoré ta présentation. Le personnage est très attachant et kawai, mais surtout son histoire est... horriblement triste. Vraiment. J'étais mal pour ton personnage, surtout quand il découvre qu'il a perdu ses jambes, c'était juste trop triste omg. :( "Maman, pourquoi je ne sens plus mes jambes ?" ... D8

Sinon, tout est bon dans ta fiche ! Je te valide donc Genin de rang C à Suna ! Pas besoin que je te dise quoi faire j'imagine, tu dois bien le savoir n'est-ce pas ? 8D

Ta couleur et ton rang vont venir dans la foulée, bon RP à toi avec ton Chinoike !

_________________


Nyahahahaha:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Akio, le Chinoike musicien    
 

Akio, le Chinoike musicien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Akio Furukawa
» Viorion Tanaely [Archer & Musicien]
» Un musicien surprenant (libre ^^)
» Edouard Demais, Le musicien poète au grand coeur (en cours)
» Hells Bells [Akio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-