AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Ken Osou Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 423
Messages : 89
avatarKirijin
Ken Osou
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ken Osou    Jeu 1 Déc - 19:17
Osou Ken


Présentation




Origine de l'avatar : Killua Zoldick ▬  Hunter x Hunter?
Identité : Ken Osou
Surnom : Kouhaku ▬ Signifiant « Rouge et Blanc »
Sexe : Masculin
Âge : Quinze ans.
Date de naissance : Année -15; Premier flocon, donc début Hiver.
---
Clan : Clan Ken ( Actuellement ) ▬ Chammadaï ( Précédemment )
Grade : Gennin.
Rang : Rang B.
Kekkei Genkai : SANS KG


Physique



(Nous demandons un minimum de 5 lignes, svp!)


Respectant parfaitement ses origines, Osou n'a pas de caractéristique physique particulière pouvant faire croire qu'il est un vrai ninja. De taille et de corpulence moyenne, bien qu'un peu légère; les véritables traits du Chammadaï se dessinent pour qui sait les reconnaître. En vérité? Il est la description même des gênes de son clan, en même tant que l'antagoniste même de celle dans laquelle il se perd. Ses cheveux opalescent contrastent avec ses yeux d'un cyan glacé. Tout en lui inspire la froideur; son comportement normal influe sur sa prestance et ce qu'il rejette. Quand il ne se camoufle pas, Osou rejette sa ninj-ittude. Un mélange de calme, de froideur et d’énergie qui influe, qu'on le veuille ou non, sur l'atmosphère qu'il dégage. Son teint crémeux et son petit nez démontre qu'il n'est pas encore totalement formé. Néanmoins, les manches de son tee-shirt dévoile une parfaite musculature, dénudé de graisse, l'on ne voit que ses muscles sous sa peau fine; on le dira même beaucoup trop musclé pour son âge.

Néanmoins, cette description est fausse.
En vérité, elle est vraie. Mais vous ne croiserez le Chammadaï ainsi que dans l'antre de son village ou de son clan, ailleurs, vous ne ferez jamais attention à lui. Son attitude et son apparence sera totalement normal si bien que votre subconscient, même entraîne par des années d'expériences, ne déposera pas son intérêt sur ce gamin. Les traits seront finement gommé, avec l'expérience de plusieurs générations, ses habits seront communs à souhait et son beau sourire ainsi que sa joie de vivre, ou autre en fonction de la situation, ne vous feront certainement pas pensé à un enfant entrain de s'enrôler dans une des pires puissances ninja du continent.


Caractère



(Nous demandons un minimum de 10 lignes, svp!)

Osou ne se complique pas la vie; il improvise au jour le jour des fantaisies brèves et outrancières. Même le plus piètre psychiatre déduira de ce comportement négligé une cassure sentimentale. Le jeune homme n’aura jamais pensé à fonder une famille, à aimer un enfant, à se trouver un logement ou un boulot fixe. Le gigolo se tient éloigner d’une vie morne et souhaite plus que tout s’éloigner toujours plus des personnes qu’il apprécie.
D'une tenue toujours correcte simplement parce qu’il possède le bon goût, il peut se laisse aller dans sa gestuelle, dans ses dires, sans jamais paraître indiscret ou indésirable. En effet, à défaut de posséder de l'immobilier, des biens, il peut jouir d'un attrait irrésistible, capable de faire tomber les pions voulus sous son charme. Il n'est pas un réel combattant, l'homme préfère sa tête; Osou est capable de se soustraire de ses problèmes ou de revendications humaines afin de se concentrer uniquement sur les requis d'un combat. Le jeune homme n'est certainement pas capable de prévoir des dizaines de coups à l'avance la scène finale d'un combat; il conçoit simplement les situations critiques nettement.
On ne saura jamais si cette incapacité à établir sur plusieurs coups ses stratégies n'est pas simplement lié au fait que lui-même ne peut projeter sa vie plus loin que sur une dizaine de jour?

On l'a éduqué d'une certaine façon; ne jamais poursuivre dans une situation où il peut mettre sa vie en jeu. Ne jamais se mettre en danger gratuitement. Ne jamais être à découvert. Ne pas aimer pour aimer. Toujours jouer un rôle. Osou fait le tri en permanence entre ce qu'il a appris et la personne qu'il veut devenir.
Prônant le fait d'avoir déjà failli mourir; Osou et Yuuri estime qu'étant « Assez jeune pour mourir » ils sont également assez vieux « pour fumer, boire et "baiser". »  C'est pourquoi leurs vies est déjà bien débaucharde. Ils vivent au jour le jour, ne s'estimant pas mériter mieux.

Comme on lui a appris, il joue sur ses différents comportements; ne possèdent pas de mentalité fixe. Cela joue également sur son humanité et sur la perte de lui-même. Seul l'alcool et son compagnon, Yuuri, arrive à lui faire reprendre ses esprits lorsqu'il se perd dans divers rôles.





Histoire







L'histoire d'une caste dominante, filiation aux ambitions toutes puissantes dont l'estampe n'est pas connu. Les historiens les adjoindront aux fantômes tant leurs actes piquent l'histoire, tant leurs présences restent abstraites. Le clan Chammadaï n'est pas même listé sur le territoire qu'il a choisi de rejoindre.

Le chronique du louveteau blanc de Kiri commence certainement sur l'un des plus hauts sommets du pays de la Terre. La famille fantôme eut décidé de rejoindre directement les terres de la puissance du monde avant même sa création. En effet, cette famille eut érigé les plus grands assassins que ce monde n'ait jamais connu, si efficace et si puissant qu'ils ne sont pas même connu d'autres personnes que le monde lui-même. On se demandera s'il est normal pour un dieu, comme certains les pensent vivants, de relâcher tel prédateur sur le monde. Si les hommes sont les super-prédateurs, les ninjas sont les hyper-prédateurs alors les Chammadaï, capable de faire couler cruor de cette espèce mythique, en deviennent peut-être... une déité?  

La famille érigea un jardin de vie, préparant la naissance de son petit dernier. Quinze ans avant le présent; ne craignant rien ni personne, la petite famille, dont seules les membres principales étaient présents, qui avait commencé à se créer quelques années auparavant, ne s'attendait pas à éprouver la perte de sa génitrice.

C'était faux, la famille craignait le nombre. Les ninjas de la famille Chammadaï étaient puissant, mais nécessitait beaucoup d'entrainement et les ninjas éprouvaient une géhenne mentale que peus surmontaient. La transmission commençait rapidement; pourtant les Blancs, comme ils se surnommaient, n'étaient pas particulièrement fort, ne possédaient pas une quantité de chakra faramineuse et étaient loin des capacités dans quelques spécialités que ce soit des autres clans. Mais ils possédaient quelque chose de puissant; ils respectaient la description première d'un ninja. Les Chammadaï ne se déplaçaient qu'en leurs antagonistes; certains manipulaient les ombres, d'autres en étaient composés. La nuit, un Blanc était in-traçable, sa présence n'existait simplement pas.

**

« ON CONTEMPLE LES ETOILES DANS UN AZUR, ET FAITES QUE NOS ESPOIRS RESTENT A JAMAIS PURS. »

Les yeux cyans du gamin se poseront sur la pureté même, rien n'était plus intacte que l'apparence des Chammadaï. Vêtu de leurs tenus de rites; tout de blanc et d'or - les cheveux blancs et les yeux cyans de la famille se succédaient et si le jeune bambin pu tourner suffisamment sa tête, il aurait croisé le seul regard de la morte : sa mère.
Néanmoins, l’impureté sautera au visage de toute personne observant cette scène. Le chiard ne pourra observer tristesse, seulement silence; il ne connaîtra jamais le manque, seulement le remplacement.

C'est dans cette optique que l'assassin grandit; sur cette montagne, dominant le pays de sa prestance, la forêt de sommet s'étendait à l'horizon.  Rapidement, sa famille certifia son emprise sur le nouveau membre; et la pureté du premier contact s'effaça, ne laissant plus que place à une prison. Pendant de nombreuses années, jusqu'à ses dix ans, son père et son grand-père lui firent subir les pires souffrances; Osou ne comprendra pas, mais on lui a appris à ne pas comprendre et à faire ce qu'on lui dit. Le Blanc garda néanmoins une part d'humanité, un petit quelque chose de pur dans son impureté.

On lui apprendra à chasser sans jamais s'arrêter, à ce que ses nerfs jamais ne lâchent; sa vie était en jeu, ce qui sur le coup paraissait injuste n'était fait que parce que leurs vies étaient en somme, bien qu'il soit caché sur cette montagne, plus difficile que celle de tous. Ensuite, on lui mena la vie bien dure en l'obligeant à apprendre, à retenir, à ne rien oublier d'une information, cela même après une semaine; ses yeux cyans lisaient, mais n'oubliaient jamais, c'était naturel avec lui.

Et bien que cela semblait poussif, ses progrès étaient rapides; son grand-père notera néanmoins cette étincelle dans son regard et il verra au travers. Le bambin avait grandit et nourrissait déjà un espoir bien plus grand, il trompait sa famille pour s'en défaire. Le Blanc patientait, il voulait disparaître. Ne réapparaître que là où il voulait bien être; néanmoins sa famille était une chose brute, une puissance de ce monde; que serait-il s'il refusait ce qu'on voulait lui apprendre? Ainsi, tant qu'on avait à lui donner, le jeunot agira comme une éponge, absorbant, absorbant, camouflant ce qu'il apprend.

La famille bougera une fois la formation menée à terme.

**

Le réveil douloureux, bouche pâteuse, totalement déshydraté, voie interne obstruée par la poussière; l'argentin avait fait fort. Ses mains pâlottes surgirent du néant, déplaçant le débris gênant ses membres inférieurs alors qu'il se leva aussi rapidement que possible. L'assassin subit instantanément les méfaits de son dernier combat, sa vision vira rapidement floue et un coup de marteau vrilla ses capacités cognitives à un tel point qu'il se trouva rapidement assis sur le sol.
Le maître des loups observa les alentours, les doux rayons du soleil flottant sur son visage, figeant leurs couleurs orangés dans sa mémoire. Ne jamais oublier, voici son pouvoir. Le moment fut suspendu, au milieu des décombres et des corps sans vies. Ces mêmes âmes qu'il avait ôté sans plus de cérémonie sans tâcher ses mains de la moindre once de sang, s'occupant de tuer les survivants. Par la plus simple pitié. Une telle attaque ne prenait jamais la vie que de coupables.

Le temps passa sans que le chasseur ne se décide à bouger. Fermant ses yeux, se plaisant aux tempétueux secouant sa tignasse, à cette énorme bouffée de Nicotine, qui congédie alors la totalité de ses pensées. Profiter du moment présent, de sa magnificence, on ignore tous si un quelconque tout puissant en offrira un tel autre. Le ninja croyait réellement aux différentes croyances qui erraient ici et là dans les méandres du continent Shinobi. Il leur accordait beaucoup d'importance. Science, croyance, cela ne va pas pourtant pas très bien ensemble. Mais... Lorsqu'on observe les agissements humains, inexplicable par une quelconque science, là où le coeur ne l'emporte plus ce sont les ordres qui érigent. En l'heure, les ordres sont obscures, mauvais et l'argenté s'en voudra à vie s'il ne pose pas sa pierre à cette édifice en construction... Qui, du côté des gentils, est immense par les actes et les pactes concédés. Face à lui se trouvait un continent unis envers et contre tout, enfin, jusqu'à la destruction de leurs ennemis communs.
Un sursaut chakratique proche perturba sa concentration académique; ses yeux percèrent le voile du destin. Ténèbres, colère, tristesse; il s'y attendait et n'allait certainement pas être surpris. Néanmoins, l'assassin consciencieux percevait une lumière au bout du tunnel, légère, mais qui accrochait par sa futilité. Chancelante, celle-ci grandissait et rapetissait, sans jamais cesser sa belle dance.

Le loup se dressa face aux ténèbres, s'élevant de tout son être; sauvant cette étincelle de l'obscurité, souhaitant du plus profond de lui-même ériger le feu. Un foyer doux capable de faire vivre.
Ses babines se retroussèrent et ses yeux quittèrent ce point fixe à deux pas de lui, fixant l'horizon. Et l'assassin disparut, bien envieux de rattraper ses méfaits, observant en cette sensation... Le besoin de quelqu'un, une aide farouche, mais qui prenait ses fondements en quelque chose de moins bien. Mais en ce moment, pour se défaire de ces visages, paroles le hantant; Osou se jeta la tête la première dans ce qui ressemblait à un guet-apens de l'humanité envers sa vie. Le cyan de son regard jaillissait des arbres, mais aucun son ne perturbait le calme ambiant. Les déplacements ne faisaient bruits, ne provoquaient ce vacarme assourdissant caractéristique de ceux ne connaissant pas la forêt.
Protecteur en son âme et conscience, le ninja observa la scène. Un nom. Un célèbre combattant figurant dans son Bingo Book Blanc. Son sourire s'affaissa, il n'était absolument pas de taille à débuter un quatre versus un actuellement. Tentant de remuer vaguement son épaule qui le fit alors vrombir de douleur, l'actuel ninja errant affilié à Konoha haussa les sourcils.

« Je vous anéantirai tous... » Murmura ce gamin aux cheveux d'ébènes. Le sourire du louveteau s'agrandit; l'âge coïncidait. Voilà peut-être un coéquipier tel que lui, seul et malmené par Gaia. Ses soupires s'envoleront et face à l'évanouit; il choisit de partir avec, sur son épaule, une bête endormie.

**

- Aube des quatorze ans d'Osou -
Cela faisait maintenant quelques temps que la famille s'était perdu dans les forêts du pays du Feu. Les arbres, l'humidité et la vie y étaient abondantes; les cachettes étaient nombreuses et les assassins s'y plaisaient grandement. Osou eut à l'époque sa première marchandise à aller récupérer en solo et c'est à ce moment-là qu'il rencontra Yuuri; la petite chose morte qui ne nourrissait plus qu'haine. L'animal blessé... Il l'avait emmené chez son ancien chez lui.

**

« On ne demande pas où on est en restant cloîtré dans sa grotte. » Murmura-t-il d'abord, un léger sourire aux lèvres. Son visage devint bientôt totalement décelable pour le gamin qui le reconnaîtra ou non, en fonction du traumatisme. Perdre sa famille était bien assez conséquent pour la journée, il l'aurait certainement bien vu dormir quelques jours de plus, histoire de penser... Penser calmement à cette situation, aux meilleurs situations pour tout avouer. Mais aujourd'hui, face à cette bestiole craintive, le ninja n'eut aucune hésitation supplémentaire. Les enfants civils vivaient parfois dans la luxure, pour les chanceux, souvent plus dans le travail; rarement élevé pour sortir du commerce familial, on tente de les conditionner. La plupart des civils non-marchand pensent n'avoir rien à apprendre du monde; voici sa première leçon. Laquelle est certainement la plus importante pour celui qui cherche la vengeance. Et Osou n'aura certainement pas idée de l'impact qu'aura cette phrase sur ce petit homme. « La vie est belle; gamin. Vient donc l'observer dans son plus noble accoutrement en sortant ta petite tête. » Continua-t-il, tout en se retournant pour pénétrer dans l'obscurité. Laquelle baignait dans un couché de soleil flamboyant qui entourait d'une douce lueur les vallées et arbres alentours, se réfléchissant aussi bien en contre-bas dans ce lac immense. « Nous sommes dans le pays des Rizières... »

« Ce pays a une histoire particulière... Nous sommes chez ceux que l'on dit les plus arrogants et les plus cruels. Il y a pas mal de crapules ici et là; autant pourvu du chakra que dépourvu. La nuance est ici; même si je n'ai pas vraiment envie de parler de ça ce soir, je ne sais pour toi. » Il reprit lentement son souffle; saisissant dans sa petite sacoche son paquet de cigarette qu'il tendit d'un geste à son poulain. Lequel représentait son plus grand échec, même après avoir vu la cruauté qu'était capable d’exécuter sans réfléchir les Shinobi... Il était resté. On peut être un gentil garçon et avoir besoin d'argent, c'est dommage que ce soient les pires tâches qui soient le mieux rémunérés, pas vrai?
C'est pourquoi il était en face de lui aujourd'hui, car la vie l'avait mis dans le besoin durant cette période et aujourd'hui, sur son cœur, pesait un poids qui refusait de s'en aller. Aller jusqu'à dire qu'il a décidé de le sauver par égoïsme, pour faire disparaître ce mal-être, c'est beaucoup. Après tout, nous servons tous des desseins qui nous sont propres. Mais Osou voyait en ce gamin plus que ça, il devait le raisonner. Cet instant et seulement celui-là permettra la survie de cet enfant.

« Malheureusement, c'est dans cet endroit peuplé de ces pourritures, dont je fais peut-être partie, qui sait, que repose ce merveilleux endroit. Prend le médicament à côté de ton lit de fortune et lève toi. C'est un nouveau monde pour toi, la vie est belle malgré ce qu'elle t'a fait. Tu vas devoir apprendre à l'apprécier malgré tout ce qu'elle t'a enlevé et cela... que tu sois malheureux ou que tu doives tuer quelqu'un. Je ne peine pas à croire qu'il y a là-haut un tout puissant qui régit nos meurs et nos actes. Tu sais; ne tombe pas non plus dans le pathétisme, il y a eu et il y aura toujours pire que toi ou même que moi. Je n'irai pas jusqu'à dire que je sais ce que tu ressens, nous avons tous notre résistance à la douleur et elle diffère. »

Et, pour finir. « Quant-à ce que tu fais ici; c'est assez simple en réalité et ta douleur en témoigne. Je te soigne. Enchanté. Sache qu'il n'y a que le tabou que j'ai précisé plus haut dans cette grotte, je suis tout ouïe pour le reste, ... . Commence donc par me donner ton nom. »

**

Osou fuira pendant le reste du temps; sa famille, sa vie précédente. Il profita de Yuuri comme un regain, une nouvelle vie et relâcha tout ce qu'il eut cacher à ceux qui pensaient ne pouvoir être trompé. La vanité était peut-être monté à la tête de son père et de son grand-père qui, occupait à tenter d'ériger le plus puissant shinobi de la famille, oublièrent de faire attention à son ressentit.

Néanmoins, le Blanc orné de Rouge n'abandonnait pas et souhaitait toujours devenir le plus puissant assassin que le Yuukan n'ait connu; simplement... A sa façon, avec ses règles, son expérience. Mais surtout, plus que tout, il refusait d'être seul. C'est pourquoi, quand la rumeur d'un village Ninja réunit par la force, dans lequel personne n'arrivait à entrer...

Les deux jeunes garçons étaient d'accord pour une chose, du haut de leurs quatorze petits étés, mais quatorze grands hivers; ils sont depuis un certain nombre d'année assez jeune pour mourir. Pourquoi ne le serait-il pas assez pour commencer dès lors à diriger leurs vies? Surtout eux, ayant vécu, ayant subit; n'était-il pas maintenant l'heure de foncer? Et au pire, s'ils sont tout les deux et que la douloureuse passe; il n'y aura qu'à recommencer. La Brume n'empêchera pas le Loup et son compagnon de se diriger vers le Sang; comme guider par son odorat, l'Assassin se laissa perdre par ceux qu'il estimait ses pseudo-ennemis. On les tuera ou non, en fonction. Qui aurait cru qu'un village « Caché » accepterait ainsi que deux jeunes les intègrent? Cela n'était pas la façon; trop jeune, trop con. Comment pouvait-il seulement s'estimer comme futur puissance du monde?

**

Ainsi face à ce vieil homme, noyé dans la brume, le Chammadaï laissa échapper quelque parole. Une ultime tentative pour préserver sa vie; lui qui pensait ne pas craindre la mort se retrouva paralysé, face à celle qu'il pensait le rendre indifférent.

« Nous avons besoin d'une maison; nous nous adonnerons totalement à vos enseignements, nos ambitions seront les votres, nos... »

Les yeux cyans du Loup démontraient sa croyance; pour une fois et une fois seulement, il voulait que les choses se passent bien, telle qu'elle devrait l'être. L'ancien du Kiri no Shinobigatana Shichinin Shû l'observa sans jamais prononcer mot. C'était l'exil qu'il demandait plus que l'enseignement; abandonner des origines? Lesquels? Suivre un entrainement intensif? Une blague. « Je serai capable de plus que n'importe lequel de vos Cent/Sans Vie. Parce que j'ai déjà vécu pire. » Le rire goguenard de l'ancien lui heurta les tympans, son dos se crispa. Ils savaient ce que pensaient la personne en face de lui; en quoi était-il différent? Une fiotte venant chialer à sa porte, demandant l'exil, se vantant d'avoir vécu plus que n'importe qui...

Ses poings se serrèrent, s'apprêtant à démontrer son potentiel lorsque: « Ton ami ou toi. » Ses mirettes s'écarquillèrent, son sourire s'agrandit. Le Katana sous la gorge de son compagnon, Yuuri, ne l'étonna qu'à peine. Il réfléchit clairement, comme on lui eut si souvent appris à faire. Aucune situation était sans solution; son enseignement lui exigeait la fuite. Néanmoins, le regard certain de son compagnon, son index pointant distinctement le trou qu'il s'efforçait de faire apparaître de manière discrète entre ses habits et son poitrail. Dès lors le comportement changea. « Mais attendez, vous êtes sérieux... Nn.. on.. S'il vous.. plait. » S'exclama-t-il comme on lui eut si bien appris.

Un signal unique; qu'il détestait faire ce genre de chose, ce n'était pas morale. Mais en cette après-midi, il devait tuer. Kiri fonctionnait selon la loi du plus fort, cela ne faisait aucun doute. Comme s'il n'avait fait que ça de sa vie, comme si toute son existence l'avait amené à ce moment; il se mouva comme on lui avait appris. Rapidement, si vite, qu'il laissa au cobaye de bas-rang tenant son compagnon en traite une image rémanente. Sa main traversa même le tissu du tee-shirt de son compagnon, avant de traverser de part-en-part le poitrail de son adversaire du moment. S'écroulant sans plus de cérémonie.

« Élevé dans le sang, que je vous disais. » Murmura-t-il simplement, le froncement de sourcil de l'ancien prouvant qu'il avait distinctement écouté cela. Osou mania l'épée du défunt instinctivement, la déposant juste contre la lèvre inférieur de Yuuri. Comme s'il l'eut toujours fait. Lequel lécha tranquillement le sang de son défunt détenteur.

**

« Quitter un contrôle pour en subir un autre... Est-ce la bonne chose à faire? Je suis sûr que cette fois c'est la bonne, Yuuri. »



Derrière l'écran



Pseudo : Beaucoup beaucoup.
Âge : 19 ans.
Comment avec-vous connu le forum ? top-sites ;
Que pensez-vous du forum ?
Quelle est votre disponibilité ? Dépend de ma semaine.
Autre chose ? Nothing.
Code de validation: Validé by Rei (putain j'ai galéré pour la fin)
© Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Ken Osou le Ven 2 Déc - 0:53, édité 3 fois
XP : 423
Messages : 89
avatarKirijin
Ken Osou
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ken Osou    Jeu 1 Déc - 23:04
END OF !
XP : 0
Messages : 191
avatarSunajin
Hoshi Rin
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ken Osou    Ven 2 Déc - 1:00
Hello, et bienvenue sur S.O (Sale mioche) !

Que dire... J'aime beaucoup ce style d'écriture. Bien que ce ne soit pas le plus simple à la lecture, il est agréable à suivre. Ton histoire et tes descriptions sont bien fournies, avec quelques scènes épiques ! Attention donc à ne pas tomber dans du Gary Sue ou dans le grosbill, mais je te fais confiance sur ça Wink

En soit, très belle présentation. *Lui fou un coup de tampon "Validé" sur la tronche*
Du coup, je te valide Genin de rang B du village de Kiri. Tu obtiendras bientôt l'accès au HRP de ton village, ta couleur, et la possibilité de faire ta FT avec 15 P.C offerts grâce à ton rang de base. Tu peux dès à présent RP avec la personne de ton choix !

Gros bisous baveux sale mioche, tu vas te plaire parmi nous Wink

Nahaah!

_________________

OST:
 


 

Ken Osou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-