AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Comme mon père disait toujours... Vises les yeux !Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Comme mon père disait toujours... Vises les yeux !   Sam 3 Déc - 22:02

Kisame Jûro


Présentation




Origine de l'avatar : Deviant art, il paraît c'est Keldorn de Guild wars, mais on s'en fou.
Identité : Jûro Kisame
Surnom : None ... Yet.
Sexe : M, comme Monstrueux.
Âge : 28 ans
Date de naissance : Hiver -27
---
Clan : Jûro
Grade : Chûnin
Rang : B
Kekkei Genkai : Jûro, Araignée.


Physique



(Nous demandons un minimum de 5 lignes, svp!)
Kisame n'est en apparence qu'une masse improbable de tissu, constamment couvert, que ce soit par une cape, un chapeau, un long manteau, un masque, il n’apprécie pas particulièrement que les humains l'observe, mais sous tous ses apparats se révèle un homme plutôt séduisant, un contraste étrange entre sa chevelure et barbe grisâtre, presque blanche, et son visage trop peu marqué par le temps, une simple dégénérescence génétique, ayant causé une telle teinte.

Des yeux marron, mais vide, dénué de cette flamme qui anime son peuple, les rares personnes qui ont pu observer un jour de l'émotion dans les yeux du Jûro sont les proies qu'il a abattu.

Allant bien avec ses yeux, son visage : vierge de toute mimique, moue, tic et signes qu'un visage est supposé montrer, il transpire l'ennui et la mélancolie, il est presque difficile de garder ses yeux sur lui, non pas parce qu'il est intimidant, mais parce qu'il ferait presque ressentir de la pitié au plus cruel des tueurs, un nez long et fin, des yeux souvent baissés, des traits harmonieux, mais gâchés par son attitude.

Contraste incroyable qu'est son corps, musclé et athlétique, les signes d'un traqueur accompli sont bien visibles lorsqu'il traverse Kiri, boue accrochée à ses semelles, coupures sur les mains, usée et calleuses, brindilles accrochés à son manteau, il est simple de déterminer la profession de Kisame juste en le regardant et cela se confirme lorsque l'on remarque le sang séché sur sa joue et ses habits...


Caractère



(Nous demandons un minimum de 10 lignes, svp!)
Il s'agit de la partie la plus ennuyeuse du Jûro. Il à perdu goût a la vie, au sein du village de Kiri, personne n'a à craindre cet homme, on peut le bousculer dans la rue, l'insulter ou même encore lui cracher dessus, rien ni personne ne parvient à passer au travers ce sa coquille impénétrable, il s'en fiche, il se fiche de tout, s'il travaille c'est uniquement pour pouvoir se nourrir, survivre, car au fond de lui subsiste une braise, qui ne demande qu'à être rallumée, la braise de la révolte, du chaos et de la sauvagerie qui anime son clan.

Même si peu de gens ont pu observer Kisame dans cet état, certains sont au courant, de la soif de sang qui l'anime lorsqu'une chasse commence, cela prend du temps pour qu'il se réveille de sa torpeur, mais une fois qu'il est lancé, il ne s'arrêtera pas avant d'avoir atteint sa cible, les seules missions dans lesquelles il prouve une certaine efficacité, ce sont les éliminations, ses supérieurs l'ont bien compris, il fait un assassin remarquable, mais impossible de le diriger précisément une fois lancé, il tuera, quoi qu'il arrive, quel que soit le temps que cela lui prendra et généralement, il prendra le temps d'influer la peur dans le cœur de sa proie, avant de lui asséner le coup fatal, que ce soit en ville où dans la grande forêt, il prend toujours son temps en mission, il semble être un autre homme, méticuleux, patient, extrêmement prudent, il fera en sorte de revenir sans la moindre blessure.


Histoire



(Nous demandons un minimum de 15 lignes, svp!)
L'homme ne cesse de courir, essoufflé, à bout de force, il continue son effort effréné, poussé par le seul sentiment qui ne quitte jamais le cœur d'une telle créature, la peur.
Il trébuche, cogne son genou contre une pierre, les forêts sont humides, brumeuse, impossible d'y voir à plus de quelques mètres devant soi, le sol glissant, couvert de mousse et de cailloux, un terrain perfide et impardonnable pour qui n'en a pas l'habitude.
Mais l'homme ne s'arrête pas, incapable de se rendre à l'évidence qu'il tourne en rond depuis presque 10 heures, il prend une pause, exténué, répand ses entrailles contre un arbre et s'effondre pour reprendre son souffle, puis d'un coup, l'air ce refroidi, il sent le regard du prédateur dans sa nuque, il se lève pour repartir, mais ses jambes ne répondent plus, il tombe à genoux, n'ayant plus les larmes pour pleurer, plus le souffle pour supplier.
La lame s’abat, un coup sec et brutal, aspergeant de sang les buissons alentours, un hurlement perce la brume, on y discerne la peur et c'est de cette peur dont le prédateur se nourrit.
L'humain rampe, un mètre, un second, un spasme, un dernier souffle, et la traque s'achève.


De retour à Kiri, le soir après une longue journée, Kisame s'effondre sur son lit grinçant, ses armes laissée sur le sol comme des vieux vêtements.
Il fixe le toit, maussade, l'amusement de la traque étant passé, il n'y a plus que cela qui l'anime, la flamme se consume très vite et en dehors de l'adrénaline offerte par l'activité, rien ne parviens à le ranimer.
Il mange, un simple bol de nouille, fade comme sa vie, suffisant pour le nourrir, il se fiche des plaisirs que peut lui offrir le confort, il ne les ressens pas, il à goûter à tellement mieux, qu'il ne peut maintenant pas se contenter de moins, il meurt à petit feu.


Il n'était pas toujours ainsi, au sein du clan Jûro, la vie était bien plus simple avant la guerre, les habitants ne se posaient pas trop de questions, les forets, les marais, leur territoire n'était pas des plus calmes et accueillant, mais ils en étaient les maîtres.
Lorsque les invasions ont commencé, peu se sont rendu compte du réel danger, les Jûro sont fiers et peu craintif, sur leur terrain, ils étaient persuadés que rien ni personne ne pourrait les atteindre, Kisame également a combattu un temps, avant de se rendre compte de l'évidence, les humains ne cesseraient jamais d'affluer, de plus en plus fort, de mieux en mieux préparés, la fin arriverait un jour où l'autre...

Alors, il s'est caché, lâche direz vous, peut être, mais aucun homme mort ne gagne une guerre... Il fut donc soulagé, lorsque le Reishin pris enfin la décision d'offrir la paix, une paix acceptée amèrement par la plupart des membres du clan, la fierté des Jûro a toujours été leur plus grand défaut.

Kisame Accepta la "Paix", il s'était déjà préparé à cela depuis un long moment, il sortit de l'ombre et pris la décision de rejoindre l'armée, de devenir, comme certain membre de son clan, un traqueur, car rien de mieux qu'un Jûro pour se repérer dans
la forêt qui entoure Kiri, cela est un fait que tout le monde reconnait, sur les îles. Affilié à son nouveau travail, Kisame pris un malin plaisir à l'effectuer, prenant toujours son temps, trop parfois même, à la limite du raisonnable, mais efficace tout de même, n'échouant jamais à la tâche.
Hormis ce plaisir régulier, Kisame Se plongea rapidement dans une terrible mélancolie, il perdit goût à la vie, il appris à utiliser les armes humaines, s'adaptant à la nouvelle société, il pris sa place comme un pion bien calibré, influençable, il agit comme commandé et jamais autrement.

Aucun ami pour le remonter, aucun Jûro pour raviver la flamme du prédateur qui sommeille en lui, il devint rapidement le petit soldat parfait de Kiri, utilisé à bon escient par les gradés de l'armée.

Il a perdu toute ambition, toute envie de changer le monde, il se pensait plus fin que les autres, mais il regrette amèrement sa décision d'avoir quitté le champ de bataille si tôt, il se pose énormément de question. Et si j'avais pu faire la différence ? Et si par ma faute, la guerre a été perdue ?
Et si ce jour là, je n'avais pas tourner le dos à mon peuple ?

Il se torture l'esprit, incapable d'imaginer une suite pour son avenir, de déterminer le prolongement de son histoire, il attend le moment, l’événement, ou la personne qui saura ramener en lui le Jûro d'avant.


Derrière l'écran



Pseudo : urmomissofat
Âge : Renseigner
Comment avec-vous connu le forum ? On m'a dit "Allez viens, on est bien !" j'ai suivit.
Que pensez-vous du forum ? Whatever
Quelle est votre disponibilité ? Every Day, but not the week end.
Autre chose ? Un thé svp.
Code de validation: Chaton approuve ce code '^' Killua! <3
©️ Ju de Never-Utopia
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme mon père disait toujours... Vises les yeux !   Sam 3 Déc - 22:39
Bon sang, mais c'est Sly qui a terminé sa présentation ! Omg, tu vas pouvoir viser les yeux. C'est bien, je suis fier de toi. J'ai presque envie de te valider juste en lisant ça ! 8D

M'enfin, faisons les choses bien ! Les descriptions sont intéressantes, et je retrouve même une certaine tristesse dedans. Un pauvre shinobi qui a perdu tout goût à la vie, c'est tristounet tout ça. Fais-lui manger de la salade pour qu'il retrouve une raison de vivre, je suis sûr qu'il en sera ravi. Ou alors, mets un œuf sous ton oreiller, ça a le même effet ! :3 Sinon plus sérieusement, le côté assassin de ton personnage est plutôt bien réussi, et je t'avoue que j'ai bien hâte de voir ce que ça va donner tout ça, lorsque tu vas commencer à jouer ton personnage. Évite de tuer trop de gens quand même, ça rajoute du boulot au staff et c'est pas bien. Stoplé. Chat botté no jutsu!

Pour l'histoire, je n'ai rien à redire non plus. Le fait que ce soit un traqueur de Kiri ne me dérange pas en soi, la Mizukage peut très bien t'assigner à de nombreuses missions de ce genre, qui sont en accord avec tes capacités. Puis dans la Forêt de la Brume, je plains les personnes qui vont tomber sur toi, ça va être expéditif. :D

L'évolution qu'a pris ton personnage est intéressante. On verra bien si ton personnage retrouve peu à peu son côté prédateur, ou s'il va se faire définitivement endoctriné par Kiri. Affaire à suivre, à voir si quelqu'un parviendra à raviver cette flamme ! Yay!

Passons donc, et venons-en à ce qui t'intéresse le plus : ta validation. Tu es validé Chûnin de rang B de Kiri, félicitations ! Ta couleur et ton rang arriveront très bientôt, et je te laisse tout le loisir (ou pas :D) de faire ta Fiche Technique, et de commencer à RP sur ton nouveau personnage. o/

Bon RP sur SO ! Wink

_________________


Nyahahahaha:
 
 

Comme mon père disait toujours... Vises les yeux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» (marley) La vie c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.
» (ann-lise) ✘ Maman disait toujours, « la vie, c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
» Chip → Maman disait toujours : « N’est stupide que la stupidité. ».
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-