AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka ReiVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Lun 5 Déc - 23:41
Un bâillement. Il était déjà huit heures de matin, et mon grand-père était venu me réveiller. Ma mauvaise humeur de la veille s’était un peu calmée, mais pas entièrement encore. Je ressentais toujours une certaine colère et peur envers Rei, et aussi envers mon grand-père maintenant. Oui, la veille, une dispute à éclaté à cause de cette histoire. Il ne m’en voulait pas le moins du monde, mais m’avait sermonné la veille sur mon attitude. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi il agissait ainsi. Il savait très bien ce que je lui reprochais, et pourtant il m’envoyait quand même à lui.

- Debout Ryûji. Prépare-toi, on part bientôt.
- Non.

J’étais allongé dans mon lit, lui tournant le dos.

- On a déjà eu cette discus...
- Je sais. J’y vais tout seul.

Suite à quoi, je sortis de mon lit en vitesse, et je me préparais pour sortir. Mon ton était relativement froid et sec, mais je n’avais pas envie de m’éterniser dans de longues discussions, d’autant plus que l’agacement était bel et bien présent. Je voulais en finir avec cette histoire, et y aller tout seul, sans que mon grand-père soit dans mes pattes. De toute manière, il semblait être d’accord avec lui, et par conséquent contre moi. Sa venue n’était donc pas une bonne idée. S’il s‘est fait embobiner par lui, moi ce n’était pas le cas. Et pour ça, malheureusement, je devais y aller seul. C’est ainsi que je me ferai une idée réelle de ce qu’il valait. Était-il comme les autres, ou différent ? Était-il réellement choisi pour être mon sensei ? Que des questions sans réponse, pour le moment...

Mon grand-père ne dit pas un mot. Je pense qu’il ne s’attendait pas à un tel revirement de situation. Pour autant, je ne pense pas qu’il s’en voulait, il pensait avoir bien fait. Moi, je n’en savais trop rien...

L’heure passait. Même si je n’étais pas vraiment de ce genre-là, j’étais même arrivé en avance au point de rendez-vous. Une grande première... comme quoi, cette affaire m’intriguait bien plus qu’autre chose, au final. J’ignorais complètement tout de comment allait se dérouler cet entraînement. Pour vous dire, je ne savais même pas comment j’allais réagir, lorsque j’allais le voir. Tant mon instinct va me dire de l’attaquer. Cela ne serait pas impossible. C’est galère...

En tout cas, il n’était toujours pas arrivé. Deux minutes avant que ce soit l’heure du rendez-vous. Je n’étais pas tranquille... je sentais mon corps battre la chamade, et je me mordais intérieurement la lèvre, frénétiquement. L’enjeu était bien plus important que cela en avait l’air...

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mar 6 Déc - 0:49
Allongé dans mon lit, lové contre ma couverture, je dois avouer que ce matin, je n’avais pas l’intention de me lever. Habituellement, je me levais tôt pour m’entraîner, mais là, j’avais envie de trainasser. J’me recouche. C’est tellement bon de rester dans son lit, chaque parcelle de mon corps épousait le matelas, et mon crâne s’enfonçait tellement confortablement dans l’oreiller. Je me sentais au paradis, je n’avais qu’une envie, c’est de rester toute ma vie ainsi et ne plus jamais bouger.

- Rei, c’est à quelle heure ton entraînement avec ton petit monstre ?


Mon petit monstre ? Quel monstre ? J’ai pas de monstre moi. Il m’a bien fallu une minute dans les vapes, avant de comprendre ce dont cette grand mère que je pensais sénile voulait parler. C’est peut-être moi qui perdais la boule finalement.

-OH MERDE, RYÛJI

Sortant de mon lit en trombe, je mis mes vêtements à une vitesse que je ne pensais pas possible. J’avais vraiment oublié ça ? Mais quel boulet. Heureusement, le rendez-vous n’était que dans dix minutes. Je pouvais y être à l’heure si je m’abstenais de manger, me coiffer, et me doucher. La douche m’étant indispensable, je me passai rapidement sous l’eau, un coup de savon, un suiton pour expulser l’eau, et j’étais sec. J’attrapais deux toasts pas toastés, un pain au chocolat, et je quittais la maison en trombe. J’avais trois minutes.

En environ deux minutes, deux toasts boulotés, et j’étais sur le toit en face de l’entrée. Ryûji était déjà là, et tout seul. Pour les infos concernant ses crises, je repasserais plus tard. Bondissant, j'atterrissais donc sous ses yeux, un pain au chocolat dans la bouche. Niveau crédibilité, on repassera.

-Bwonchrour

Il avait l’air tendu. Je l’étais un peu aussi, mais le fait que j’avais failli arriver en retard m'avait fait oublier un peu l’altercation de la veille, qui progressivement me revenait en tête. J’allais emmener Ryûji à la clairière pas très loin d’ici, et lui faire faire quelques petits tests. Lancé de kunai, lancé de shuriken, ninjutsu, taijutsu, j’avais bien l’intention de lui faire essayer plusieurs choses différentes. En fonction de ce qu’il savait faire bien sûr.

Tout d’abord, il fallait que je finisse ce pain au chocolat. Il était vraiment bon, c’est ma grand-mère qui l’avait préparé. Et ses pains au chocolat, ce sont vraiment les meilleurs que je n’avais jamais mangés. Bon, j’avoue, c’est surtout les seuls. Vous croyez vraiment que ma sensei allait me payer des viennoiseries quand j’étais petit ? Nooon, c’était plutôt les petits biscuits premier prix absolument immangeables. Ceux que je ne donnerais même pas à des pigeons tellement ils sont dégueulasses.

-C’est par là, on y va ?


Dis-je tout en indiquant avec ma main la direction de la clairière, et commençant à m’y diriger. Je jetais un coup d’oeil derrière moi pour être bien sûr qu’il suivait. Ce serait quand même dommage que j’avance et que je le perde en route. Surtout que j’étais stimulé à l’idée d’entraîner un gosse aussi récalcitrant. Hier soir encore, j’étais inquiet à l’idée de le faire, mais la nuit porte conseil comme on dit. Et je voyais maintenant ça comme un nouveau défi à accomplir. Non seulement parce que c’était marrant d’avoir un petit à former et que celui ci allait se montrer sûrement très intéressant, mais aussi, et surtout parce qu’auprès d’un gamin comme Ryûji, j’avais peut-être plus le sentiment de me sentir utile qu’avec un gosse sans problème.

- Au fait, tu pratiques plutôt quel type de jutsu toi ? Ninjutsu ? Taijutsu ? Armes de jet ? Kekkei Genkai ?

_________________
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mar 6 Déc - 7:22
Le dénommé Rei arriva enfin . Il était à l’heure, finalement. Vu comme c’était parti; je sentais venir le retard. Bah oui, cet homme ne faisait presque que accumuler que des mauvais points auprès de moi depuis hier, alors non, ça ne m’aurait pas étonné qu’il arrive en retard. Enfin après, je pense qu’il n’était pas très loin d’être véritablement en retard, au vu du pain au chocolat qu’il avait encore dans la bouche. D’ailleurs, j’y pense... il ne fait vraiment que manger ? Entre les sucettes et maintenant les viennoiseries, il allait finir aussi gros qu’une baleine. Du moins, c’est ce que me dit mon grand-père à chaque fois que je me gave de sucreries, et pour l’instant, j’étais bien loin d’être aussi gros qu’il le prétendait.

M’enfin. Il me salua, d’un bonjour presque incompréhensible.

- Bonjour.

Je croisais les bras, et le regardai, toujours inquiet. Une petite pointe d’agacement commençait tout de même à germer dans mon esprit. Rien que le voir me mettait de mauvaise humeur maintenant. Je baissais les yeux au sol, et respirais profondément. Du calme, il faut que je me calme... si j’avais accepté de le rejoindre aujourd’hui, et seul, c’était pour lui laisser une dernière chance. Je me devais de remettre les pendules à zéro... et ce n’était pas du tout facile.

J’acquiesçais de la tête lorsqu’il me demanda si on y allait, et je le suivis donc en dehors de Konoha. Une petite clairière, où il disait qu’il m’entrainerait, et m’évaluerait. Nous y voici.

- Le Bukijutsu.

En lui répondant, ma main alla chercher un kunai, puis un deuxième. Un dans chaque main, je me plaçais dans une position de combat adaptée. Oui, je n’étais pas venu pour rigoler, mais bien pour me faire une idée de l’homme que j’avais en face.

- Mon grand-père m’a appris à me battre. Je me bats avec des armes, que ce soit à distance ou au corps-à-corps. C'est lui qui m'a tout appris.

Après avoir dit cela, je ne le laissais pas le temps de répondre que j’enchaînais de suite après., tout en pointant l'un de mes kunais en sa direction.

- Il m'a formé, afin que je ne sois plus aussi faible qu'autrefois. Aujourd'hui j'ai changé, j'ai appris à me défendre. Et pourtant, hier, tu t'es moqué de moi ouvertement... "Et ça se prétend ninja ? Louper ta cible à cette distance, même un enfant de 6 ans ne le ferait pas.", tu te souviens de ses paroles... de tes paroles ? Alors sache que même si tu ne le reconnais pas, je suis devenu un ninja, et sache que plus jamais je ne retomberai dans vos sales pattes. Je vais te montrer de quoi je suis capable !

Cette colère qui m'habitait depuis la veille ne cessait de grandir. J'avais là, qui sait, l'opportunité de me venger du mal qu'il m'ont fait, durant ses sept années. Bien qu'il n'en était qu'un parmi des milliers, il faut bien commencer quelque part... c'est pourquoi, sous l'effet de la colère, je courais vers lui, prêt à l'attaquer avec mes deux kunais.

Mon état devenait de plus en plus instable... et je ne faisais rien pour l'améliorer. À vrai dire, là, tous les moyens étaient bon pour arriver à mes fins. Pour lui, ce n'était peut-être qu'un simple entraînement... pour moi, la réalité était toute autre.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mar 6 Déc - 23:50
Malgré le temps limité que j’avais eu pour me préparer, je n’étais finalement pas en retard. J’eut même droit à un bonjour, et de la part d’un garçon qui depuis hier n’avait pas daigné se montrer ne serait-ce qu’un tout petit peu respectueux, c’était un bon début. Il répondit même à la question que je lui avais posée, c’est trop d’honneur, vraiment. Il ne manquait plus que le mouchoir, la larmichette, et les violons.

Plus sérieusement, même si l’absence du grand-père m’empêchait d’obtenir un peu plus d’informations sur ce qui pouvait se tramer dans l’esprit perturbé de ce presque ado, j’estimais que cette matinée n’avait pas trop mal commencé. Certes, Ryûji ne donnait aucunement l’impression d’être ne serait-ce qu’un peu motivé à l’idée que je sois son sensei, mais il n’avait pas rechigné comme hier. Presque comme un enfant qui va à l’école pour la première fois et qui ne veut pas quitter les bras de papa/maman finalement.

Oh, il me parlait même de son grand-père, avec une phrase de plus de trois mots. Et croyez moi, au-dessus de trois mots, c’est un exploit venant de lui, depuis qu’il sait que je suis son sensei. Tout en se mettant en position de combat. Il n’avait quand même pas l’intention de m’affronter le sale gosse ? Si ? En tout cas, si ses intentions sont telles, je serais bien obligé d’attaquer à mon tour. Qu’il ne vienne pas pleurer s’il se fait une écharde en trébuchant.

-Le bukijutsu, je vois.

Le buki, quelle discipline intéressante. Et non, pour une fois, je ne suis pas ironique. Bon, malheureusement, s’il y en a bien une dans laquelle je ne bosse pas énormément, c’est celle-là. Avec tout pleins d’autre en fait. Mais le Bukijutsu, je connaissais certes toutes les techniques académiques, ayant passé une petite “révision” avant d’arriver à Konoha, mais j’étais loin d’en être un expert. Finalement, Il y avait même des chances que ce soit Ryûji qui m’apprenne des techniques dans ce domaine.

- Il m'a formé, afin que je ne sois plus aussi faible qu'autrefois. Aujourd'hui j'ai changé, j'ai appris à me défendre. Et pourtant, hier, tu t'es moqué de moi ouvertement... "Et ça se prétend ninja ? Louper ta cible à cette distance, même un enfant de 6 ans ne le ferait pas.", tu te souviens de ses paroles... de tes paroles ? Alors sache que même si tu ne le reconnais pas, je suis devenu un ninja, et sache que plus jamais je ne retomberai dans vos sales pattes. Je vais te montrer de quoi je suis capable !

Ressortons les violons, petite séance drama sur l’altercation d’hier, le papi qui lui a tout appris, Ohlala, je l’ai vexé le petit ? En attendant, c’est plutôt la fin de son discours qui m’intéressait. Il voulait me montrer de quoi il était capable, et rien que pour ça, je ne regrettais pas de l’avoir saqué hier. J’avais peur que cela l’ai complètement démotivé, et d’être parti sur un très mauvais pied avec lui, mais finalement, ma pique avait fait son effet, et de manière positive. Il allait faire de son mieux pour me prouver qu’hier j’avais tort, et c’est tout justement la raison pour laquelle je cherche justement à attaquer sur des points qui peuvent faire mal.

Vos sales pattes” ? Pardon ? Mais elles sont propres mes mains. Que voulait-il dire par là ? Plus jamais retomber dans mes sales pattes, mais je ne lui avais rien fais à ce gosse. À part l’insulter, et lui faire manger une sucette à la brandade de morue. Je ne sais pas ce qu’il voulait dire par là, mais on en reparlera à la pause.

-Me montrer de quoi tu es capables, mais je n’attends que ça. Montre moi que j’avais tort hier, et je te paye un ramen.

Encore sortir des sous de ma poche pour un gamin ne m’enchantait pas plus que ça, mais cela pouvait être une motivation supplémentaire pour lui. Mais surtout, c’était pour moi l’occasion de pouvoir me poser avec lui dans un cadre plus détendu, pour essayer d’en apprendre plus à son sujet. Pas forcément sur des points techniques comme ses jutsu ou encore ses affinités élémentaires, mais plutôt sur ce qu’il aime, qu’il n’aime pas, ou encore ses états d’âme. Tout ce qui pourrait m’être utile pour lui apprendre des tech, mais aussi pour essayer de lui faire découvrir de nouvelles choses, en fonction de ses goûts. C’est pour ça que j’espère pouvoir l’emmener vadrouiller un peu dans Hi no Kuni, mais c’était trop tôt pour ça.

I
l chargea. C’est qu’il était énergique ce petit. Attendant le dernier moment, j’usai d’un Shunshin pour me retrouver derrière lui. A une certaine distance.

- Suiton Izumi no jutsu.

Faisans quelques signes de mes mains, une quinzaine de petites boules d’eau apparurent autour de moi, et se mirent à graviter comme des planètes autour de leur étoile. J’allais évaluer dans un premier temps ses capacités d’esquive, et de contre-attaque. Dès qu’il sera près, il me suffira d’un petit mouvement de poignet pour lancer ces petites boules aquatiques sur lui. Cette technique, je ne l’avais jamais utilisée contre des ennemis, je l’ai seulement utilisée pour entraîner les enfants de l’académie à esquiver. C’est d’ailleurs pour ça que je l’avais développée. Avant, j’en utilisais une similaire avec le feu. Mais, je me suis rendu compte que c’était une mauvaise idée une microseconde après l’avoir lancée. Et en effet, le gamin en question a fini à l’hôpital avec une brûlure. Quelle chochotte.

- J’espère pour toi que t’as pas peur de l’eau.

Dès qu’il le serait, j’attaquerais. Répéter les mudras toutes les 30 secondes me permettra de constamment pouvoir lancer des projectiles aquatiques. S’il attaque, je n’aurais qu’à mettre un peu de chakra dans mes pieds pour me déplacer rapidement, et m’éloigner de quelques mètres, avant de reprendre mon assaut.

_________________
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mer 7 Déc - 18:29
Sa première réaction me fut déjà tiquer. Il ne cessait de me considérer comme un moins que rien, ou encore comme son élève. Il prenait ça comme un jeu, ou si je gagnais il me payait un ramen. Mais je crois qu’il n’avait pas compris que si je gagnais, il prendrait bien plus cher que ce qu’il croyait. Il ne me prenait décidément pas au sérieux. Sa famille a ruiné ma vie et lui débarque comme si rien n’était. Je lui en voulais. Terriblement. À vrai dire, je ne savais pas quelle serait ma réaction quand je me serais de nouveau retrouvé face à lui. Maintenant je sais... je veux lui faire la peau.

C’est pour ça que je chargeai sur lui. Une attaque frontale qui n’était en temps normal pas la bonne solution, mais mes émotions altérant grandement mon jugement, je n’en avais rien à faire. Il ne se laissa pas faire, et disparut tout à coup, pour apparaître derrière moi. Il utilisa l’une de ses techniques : une technique Suiton.  Autour de lui apparaissaient des sphères d’eau, et il les maintenait en suspension, dans les airs. Il n’attaquait pas tout de suite, comme s’il attendait que je sois prêt. Il se foutait décidément de moi ouvertement... il ne comprenait pas que je n’étais pas son élève ? J’étais son ennemi avant toute chose.

Je ne savais pas s’il le faisait exprès, mais il cherchait vraiment à me pousser à bout. Peut-être qu’il voulait s’assurer que le démon qui a été introduit en moi était toujours là. Et malheureusement, je sentais que je ne pourrais plus le contenir longtemps... s’ils remettaient la main sur moi, cela pourrait être une catastrophe, et leurs expériences pourraient reprendre... cela me faisait tellement peur, bien plus que son eau. J’avais finalement pris goût à la vie, j’ai découvert ce que c’était d’être libre, de m’amuser, d’avoir mes propres projets... pourquoi voulaient-ils me faire subir ça ?

- Ce n’est pas ta technique qui va me faire reculer !

Une nouvelle fois, j’attaquais, et une nouvelle fois, ce fut un échec. Il esquiva mon coup sans bien trop de soucis, et riposta cette fois-ci avec les boules d’eau qui volaient tout autour de lui. Par réflexe, j’envoyais les deux kunais que j’avais en main sur l’attaque aquatique. Deux éclatèrent, et bien d’autres étaient encore là.

- Eh merde...

Je tentais d’esquiver, mais de nombreuses boules d’eau me touchèrent. Une bonne dizaine, je dirais. Et pourtant... je n’étais même pas blessé. J’étais trempé, et c’était le seul effet de sa technique. Je n’avais pas réussi à contrer une technique d’un si bas niveau... ?

C’est parce que tu es faible, mon garçon...

Faible... il semblerait bien que je le sois, en effet. Et de plus, cet homme se moquait ouvertement de moi. Il s’amusait à m’humilier avec ses techniques de bas étage. Pour lui aussi, je n’étais sans doute qu’un moins que rien. Comme si la différence de niveau entre eux et moi n’avait jamais changé.

Il se moque de toi. Il te ment depuis le début. Nous savons tous les deux ce qu’il te veut, n’est-ce pas... ?

Je pris ma tête entre mes mains, et criait. Un cri de terreur, mais aussi de douleur. Je perdais le contrôle... je n’arrivais plus à le contenir. Je sentais  ma volonté de lui tenir tête s’effacer petit à petit. La puissance qui sommeillait en moi s’échappait de plus en plus, en envahissait mon corps. Il fallait que je lui résiste... un seul moment de relâchement pourrait me coûter cher. Je tombais à genoux sur le sol, tentant de lui résister. En temps normal, canaliser sa puissance n’était pas une tâche compliquée... mais maintenant, c’était tout à fait différent. Au fond de moi, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire qu’il était peut-être la solution à mon problème. Oui. La voilà la solution. Je vais lui céder mon corps, et le laisser le détruire pour moi. Après tout, je n’étais qu’un faible, et il était la source de ma véritable puissance.

C’est bien. Tu es un brave garçon. Continue comme ça.

Le démon était maintenant libéré de ses chaînes. Il pouvait enfin s’exprimer, et prendre le contrôle du corps de l’enfant qui lui servait de réceptacle. Tous les signes étaient là : son chakra violet émanait de son corps, alors que progressivement, ses yeux adoptaient la même couleur. Même si le corps et la puissance actuelle de l’enfant ne lui permettait pas d’exploiter toute la puissance qu’il avait jadis, il était prêt à reprendre, et répandre le massacre. Il cessa de crier, et posa ses mains sur le sol. Il fixa dans les yeux la seule présence vivante dans les alentours, à savoir le Yamanaka, et dans un sourire malveillant se jeta sur lui tel une bête enragée.

Il mit son poing en arrière, et se prépara à lui asséner un violent coup de poing dans la face.


Spoiler:
 

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mer 7 Déc - 21:28
Les choses commençaient à devenir un peu plus sérieuses. Il attaqua à plusieurs reprises, de manière telle qu’il m’était assez facile d’esquiver. Ses attaques se faisaient de plus en plus désordonnées, saccadées. Je n’arrivais plus à percevoir la moindre once de réflexion dans ses mouvements, rendant l’exercice complètement inutile. Il était juste en train de se fatiguer pour rien, autant physiquement que psychologiquement. Lorsque j’attaquai à mon tour, une bonne partie des projectiles aquatiques le touchèrent, et ses tentatives d’esquive étaient vaines. Tout trempé, la scène m’aurait fait rire, si l’état du garçon ne m’avait pas inquiété. Il avait l’air en colère, mais pas seulement, il avait l’air à bout.

Il cria. Stoppant immédiatement ma technique, je m'approchai de lui alors qu’il tomba à genoux sur le sol. A terre, il n’avait plus l’air de rien, juste d’une petite chose, vulnérable, sans défenses, si facile à écraser. J’avais bien compris depuis quelques minutes que pour Ryûji, ce combat n’était pas un exercice, il m’en voulait réellement, et je ne savais pas pourquoi. A ses yeux, je n’étais bien sûr pas un allié, et il ne me faisait pas confiance. S’il avait si peur de moi, pourquoi sous mes yeux il se rendait encore plus vulnérable qu’il ne l’était ? La clairière étant entourée par la forêt, il n’aurait pas eu de mal à se cacher.

Il changea de comportement. Ses yeux changèrent de couleur, tandis que je pouvais voir un chakra violet émaner de son corps. C’était ça la chose dont m’avait parlé l’Hokage ? Probablement, puisque son visage se raidit, prenant un air presque effrayant, sauvage. Avant même que je ne puisse réagir, il se jeta sur moi, et coup de poing violent arrivait sur mon visage, avant de s’abattre sur mon bras que j’avais mis pour le parer. Le voilà, le fameux monstre, et la probable raison pour laquelle il avait crié plus tôt.

L’impact m’avait projeté en arrière. Mon bras gauche était assez douloureux, et bouger l’articulation de mon coude me faisait mal. Je n’avais plus Ryûji devant moi, juste un concentré de haine et de colère. Ce chakra dégageait quelque chose qui me faisait froid dans le dos. Je ne sais pas si ce que je ressentais à ce moment pouvait se qualifier de peur, mais ça s’en rapprochait un peu. Et si je n’arrivais pas à ramener Ryûji à lui ?

Essayant de bouger mon poignet, je fus rassuré de constater que je pouvais toujours faire des mudras avec. Autrement, la situation aurait été beaucoup plus compliquée pour moi. Une chose m’angoissait surtout, c’est l’hypothèse qu’il puisse aller vers Konoha. Si c’était le cas, je serai forcé de le tuer, et c’est le dernier scénario que je souhaitais. En attendant, il fallait toujours que je stoppe cette chose, et ce n’était pas gagné.

- Bunshin no jutsu

Je formais deux clones de moi, partant chacun dans un sens différent. Laissant les clones en question attirer l’attention de ce Dark-Ryûji je formais un rectangle avec mes mains. Dans un premier temps, j’allais me contenter de simplement perturber son esprit. Je ne savais pas encore la nature de ce qui animait ce garçon, mais cela me laissait plusieurs possibilités. Si le garçon avait tout simplement pété totalement un câble, peut-être que cette confusion lui fera oublier le pourquoi du comment. Si ce n’était pas ça, je ne sais pas du tout comment cela agira. Si c’est une substance ou une drogue, ça n’aura aucun impact.

Après une nouvelle attaque, sur un clone qui disparut donc, j’attendis l’instant où il serait le moins agité. En espérant que cette instant arrive. L’avantage du Shinranshin étant que le transfert d’esprit étant minime, je gardais le contrôle de mon corps.

- Ninpô Shinranshin no jutsu

Je n’avais plus qu’à espérer qu’il ne bouge pas au dernier moment. Il n’était pas question que j’utilise une technique qui me fasse sortir de mon corps contre un tel ennemi, et seul.

La provoc' n'avait pas marché. La bienveillance, il ne l'avait pas interprété comme tel. C'était bien la première fois depuis hier que j'étais vraiment à cours d'idée pour gagner la confiance du petit.

Spoiler:
 

_________________
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Mer 7 Déc - 23:25
La bête était maintenant lâchée. Libérée de ses chaînes, elle était prête à déchaîner sa colère sur ce qui l’entourait. Si la dernière fois qu’elle était intervenue, le grand-père du gamin avait su la canaliser, cette fois il n’en serait rien. Il n’y avait, avec l’enfant, qu’un seul être qui était la cause même du déclenchement de sa colère. Il ne pourra pas l’atteindre, en toute honnêteté. Et même qu’après ça, l’enfant reconnaîtra peut-être que se vendre à ce démon peut lui apporter tout un tas de bonnes choses... comme la vengeance qu’il recherche, au plus profond de lui. Détruire tous ces Yamanaka, le démon pouvait lui accorder ce pouvoir. Il en serait même ravi de tout détruire pour lui.

Le coup de poing fit mouche, et toucha le bras de l’adolescent. Le premier coup de touché. Allait-il le prendre au sérieux, maintenant ? De toute façon, c’était bien trop tard pour faire quoique ce soit de plus pour l’enfant. Il ne reprendra pas ses esprits avant d’avoir libéré toute cette colère qui l’habite. Il y a deux ans, c’est après avoir massacré une partie de ses tortionnaires. Ah, quel délicieux souvenir. La première fois qu'elle pouvait faire un massacre, depuis des siècles. Elle les remercie de l’avoir mis dans le corps de ce mioche... mais elle ne les laisserait pas le reprendre pour autant.

Enfin... il se doute bien que cet homme là n’a rien à voir avec ces autres Yamanaka. Il n’était pas aussi crédule que ce gosse. On voyait bien qu’il n’y pigeait rien à ce qu’il se passait. Néanmoins, un meurtre reste un meurtre.

Le Yamanaka utilisa ensuite une technique classique, lui permettant de se dédoubler. Il fit apparaître deux copies conformes de lui, dont une qui encaissa une nouvelle attaque. Le clone disparut alors, comme il était venu. Il en restait néanmoins un, qui était toujours là en plus de l’original. Néanmoins, l’être fut un moment perdu. Une étrange sensation l’envahissait : il avait été touché par une technique illusoire du Yamanaka, bien qu’il n’en avait pas vraiment conscience. Il était confus, et perdait un peu de sa perception, à tel point qu’il était incapable de déterminer qui était le clone et qui était le véritable.

Il attaqua néanmoins l’un des deux, d’un nouveau coup de poing légèrement moins puissant. Le coup fut bref, et le corps disparaissait. C’était un clone. Il regardait autour de lui, cherchant où pouvait être cet homme. Il ne le trouva pas, et poussa un hurlement. Sa soif de meurtre et de destruction n’était pas encore passée. Il le cherchait donc pour en finir, et commençait à frapper les troncs des arbres autour de lui, un instant.

Il hurla de nouveau, puis s’échappa. La bête cherchait la destruction, et se savait à côté de Konoha. Il s’y dirigea alors. Peut-être que le Yamanaka était allé chercher de l’aide là-bas ? À vrai dire, il ne s’y intéressait pas. Tout ce qui voulait, c’était de sentir cette sensation lors d’un massacre. Que ce soit cet homme en particulier, ou bien d’autres... qu’importe.

La bête s’y rendait donc.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Jeu 8 Déc - 0:32
La situation était assez critique. J’avais réussi à me cacher dans un arbre, mais mon bras me faisait souffrir. Il s’attaqua à mon clone, et le fit disparaître. Il eut un moment où il semblait avoir du mal à se décider avant d’attaquer le clone, signe que le shinranshin avait fonctionné. Cependant, l’effet avait été tout à fait classique, et ne semblait pas avoir eu d’effet particulier sur le monstre en question. D’ailleurs, en parlant de monstre, il avait l’air de s’éloigner, il voulait rentrer à Konoha apparemment.

Pendant deux ou trois secondes, mon esprit cogitait avant de se rendre compte de la situation. Elle était rendue encore plus critique, il ne fallait surtout pas que Ryûji atteigne Konoha dans cet état. Il fallait absolument que je le rattrape, et le mette hors d’état de nuire. Si je le laissais faire, il commettrait probablement un massacre, avant de lui-même se faire tuer par la sécurité. Et aucun de ces deux faits n’étaient souhaitables.

Il fallait donc que j’agisse vite. Malheureusement, je n’allais pouvoir me retenir, il fallait absolument que je l’arrête. J’espère juste que je n’aurais pas à le tuer. Mais s’il le faut, la sécurité de Konoha est plus importante que celle d’un gamin. Bon, je n’avais pas le temps de cogiter, je me lançais à travers les arbres. Je devais absolument passer devant lui, et ça, ce n’était pas infaisable.

J’arrivais à son niveau, sur le petit chemin séparant la clairière et la grande route menant à Konoha. Toujours au sommet des arbres, je le dépassais avant de finalement sauter devant lui à un petit mètre, grimaçant en me réceptionnant à l’aide de mon bras gauche comme à mon habitude. Quelle erreur de débutant je venais de faire, maintenant il me faisait de nouveau mal. Mais je n’avais pas le temps d’y songer.

-Suiton Mizukabe

Un mur d’eau impénétrable et tournant à une vitesse telle qu’il répulsait tout ce qu’il touchait (De rang B ou moins) surgit autour de moi, s’étendant jusqu’à un mètre de diamètre, c’est-à-dire la distance où se trouvait Ryûji. Si j’enchainais à la seconde près, je pouvais le toucher. N’attendant même pas de voir si la première technique avait fonctionné, je m’éloignais de quelques pas pour réduire l’impact vital de la technique. Si elle le tuait, je m’en voudrais un peu quand même.

-Suiton Gosuikyû no jutsu

Une boule d’eau de deux fois ma taille surgit de ma bouche, et se précipita sur le garçon. Si elle fonctionnait comme je le voulais, l’impact devrait au moins le sonner, voir le mettre KO, mais ne risque pas de le tuer. Si elle ne fonctionnait pas, je devrais sortir sa jumelle enflammée, et je ne promets rien pour le pronostic vital du garçon si je devais aller jusque-là.

Spoiler:
 

_________________
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Jeu 8 Déc - 1:35
Ryûji, sous le contrôle de l’esprit qui l’habitait, courait en direction de Konoha. Après tout, il n’était habité que par une seule et même envie... la destruction. C’est tout ce qu’il souhaitait. Et puis, cela lui apprendra à s’être défilé devant sa puissance. Mouhaha. C’était donc avec une soif de massacre impossible à canaliser, que la bête se dirigeait vers Konoha, tel une furie. Il n’avait plus aucune conscience, et n’était habité que par la destruction même. Sous cette forme, sa perception du danger était altérée, à tel point qu’il ne réalisait pas qu’il mourait sans doute s’il menait à bien son objectif.

Mais il n’en avait que faire. Il ne voulait que assouvir sa colère. Cet esprit qui vivait en lui était juste fou à lier. Un véritable esprit de psychopathe, et qui avait acquis la puissance nécessaire pour prendre le contrôle d’un humain. Bien entendu, les Yamanaka étaient derrière tout ça... mais cet esprit n’était pas n’importe lequel non plus.

Le seul problème venait de l’enfant qui lui servait de réceptacle... il n’était pas assez puissant pour exploiter toute sa force démentielle. Ce coup de poing aurait dû lui broyer le bras, plutôt que de juste lui faire mal.

Le Chûnin revient alors s’interposer devant la bête. Il forma un mur d’eau pour l’arrêter, qui le fit tomber à la renverse au contact. Il se relevait, et hurla une nouvelle fois. Cet homme devait payer, pour se moquer de lui et de lui priver de son petit jeu. Néanmoins... il n’était plus le comique de tout à l’heure, il se battait plus sérieusement. Et pour preuve, il ne lui laissa pas le temps de se redresser correctement qu’il passa à l’attaque, avec une bien plus grosse boule d’eau que toutes ses autres attaques pour l’instant.

Hm. Quel gamin inutile, se disait le démon... avec ce corps, il ne pouvait offrir aucune résistance à une attaque de cette envergure.

La boule d’eau percuta alors l’enfant possédé de plein fouet, qui fut frappé par toute cette puissance. Le corps du garçon valsa plus loin, et roula au sol sur plusieurs mètres.

- Tu es faible... sale mioche.

Sur ces mots, l’esprit retrouva peu à peu sa place d’origine. L’enfant était sur le bord de l’inconscience, après s’être pris cette attaque puissante de plein fouet, sans aucune protection. L’énergie violette disparut, tandis que ses yeux retrouvaient leur couleur d’origine. C’était terminé.


Je sentais mon corps trembler. Je peinais à bouger, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Difficilement, je me relevais, cela me prit bien plusieurs secondes, à me remettre sur mes jambes. Et encore, je tenais à peine debout. Que s’était-il passé... ? Comment j’étais arrivé dans cet état ? Au loin, je vis Rei, qui semblait blessé au bras. Je ne me souvenais rien de tout ça... est-ce que par hasard ce serait encore lui ? En y pensant, j’eus un frisson. Je me suis laissé emporter, alors que je savais que je ne devais pas...

Néanmoins, il semblerait qu’il ait réussi à me canaliser, et à contenir ma force. Alors que ce démon aurait pu être justement ce qu’il cherchait... c’est ce que je pensais. Il n’était peut-être pas si mauvais...

Difficilement, je fis un pas, tremblant. Je regardais cet homme devant moi, puis je tendis un bras vers lui... puis mon index. Je le pointais du doigt, et en tout particulier sa blessure. Je souriais, le premier à son encontre depuis la veille.

- Haha... j’ai réussi à vous toucher... j’ai réussi... à moi les ramen...

Ce dernier effort me coûta cher, puisque je m’écroulai, exténué. J’étais blessé, mais la transformation avait aussi laissé ses marques...

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei   Jeu 8 Déc - 15:46

Lorsque le Gosuikyû le toucha, Ryûji dévala sur une bonne distance. Á ce moment, je n'osais pas imaginer l'état du garçon. L'avais-je... Tué ? La disparition du chakra violet autour de lui m'indiqua qu'il était probablement revenu à un état normal. Ou qu'il était mort. Bien heureusement, cette seconde hypothèse se révéla fausse puisque je le vis se relever. Il était très faible, ses membres fébriles tremblaient, et il était blessé à plusieurs endroits. Mais au moins, il était vivant. Coriace le gamin.

Inconsciemment, je poussai un petit soupir de soulagement. Le danger était écarté de Konoha, et Ryûji était redevenu un simple salle gosse. Il essayait d'avancer vers moi en tremblant. Il souhaitait vraiment continuer à m'attaquer ? Si là était son but, alors non seulement il était faible, mais en plus ce gosse était complètement débile. Il s'est cru dans Fairy Tail ? Ici, le pouvoir de l'amitié, si tu comptes dessus, tu vas droit à la mort.

- Haha... J'ai réussi à vous toucher... J'ai réussi... À moi les ramen...

En prononçant ces mots, il souriait. Non pas le sourire bestial du Dark-Ryûji que j'avais eu à affronter tout à l'heure, non. Ce n'était pas non plus le sourire forcé qu'on fait face à un ennemi dans l'espoir vain qu'il épargne notre existence. Non. Il s'agissait du même sourire que celui du Ryûji à qui j'avais donné la sucette qu'il attendait tant après m'avoir "mené" à mon élève. Avant d'en découvrir le goût bien sûr. Ce sourire sonnait pour moi comme une victoire, peut-être la plus grande depuis mon arrivée à Konoha. Il restait certes une bonne distance, mais j'avais l'impression d'avoir fait un pas de géant cette fois. J'avais réussis à lui arracher un sourire, et sincère.

Résumons: j'essaye d'être gentil et bienveillant, je me retrouve agressé par un Ryûji maléfique, envahit par la colère, la haine et poussé par des pulsions meurtrières et destructrices liées à un mystérieux chakra violet. Je déchaîne des techniques bien au dessus de son niveau sur son corps d'enfant de 12 ans, le laissant dans un état lamentable, tenant à peine debout, et j'ai droit à un sourire plus radieux que le soleil se reflétant dans la flaque d'eau laissée par ces mêmes techniques. Alors soit je n'avais strictement rien compris à la psychologie infantile, soit celui là avait des tendances masochistes.

- Je retire ce que j'ai dis hier. Vu ce que tu as pris, un gamin de 6 ans aurait été tué sur le coup. Et même pas mal de gens plus grands que toi d'ailleurs.

Puis il s'effondra. D'un shunshin, je me rapprochais de lui avant de m'agenouiller, pour vérifier ses fonctions vitales. Ma main placée devant son nez et sa bouche me confima qu'il respirait bien, et l'autre dont l'index et le majeur exerçaient une faible pression dans le cou du garçon attestait que son coeur battait.

Son corps était marqué par le combat. Détachant, mon pull accroché autour de ma taille, je le glissait sous son visage, afin qu'il ne soit plus par terre. Je lui ota aussi son haut complètement gorgé d'eau pour ne pas qu'il n'attrape froid. Son short était mouillé aussi, mais il n'était pas gorgé d'eau. Tant mieux, je me voyais mal lui retirer aussi.

Rassemblant quelques bouts de bois et brindilles, j'allumais un petit feu, histoire de le sécher. Son visage était certes marqué, mais il était calme, paisible. Il semblait libéré de toutes ses emotions d'hier et de ce matin.

Une fois celui ci réchauffé, j'entrepris d'éteindre le feu. Soulevant Ryûji pour le mettre en position assise, je lui enfila le pull qui lui avait servi d'oreiller. Il était bien trop grand pour lui, mais au moins, ça lui tiendrait chaud jusqu'à Konoha. Je l'attrapa de manière à le porter dans mon dos. L'opération était d'autant plus complexe que mon bras gauche était douloureux. Heureusement que Konoha n'était pas loin.

Comme il était inconscient, ses bras pendaient librement par dessus mes epaules, et leur état me fit relativiser par rapport à l'état du mien. Cependant, pour que l'enfant soit relativement stable, comme il ne pouvait pas s'accrocher, j'avais joins mes mains dans mon dos de manière à ce que mes brad forment une sorte de siège. Non seulement, ça tirait sur mon bras douloureux, mais en plus, son short pas encore sec mouillait ma peau, chose qui était fort désagréable à chaque coup de vent. Pour couronner le tout, son T shirt et sa veste que j'avais accroché à ma taille là où se trouvait mon pull plus tôt venaient par moment chatouiller mes mollets en les gelant.  

Je crois que je n'aurais jamais été si soulagé de voir les portes de Konoha depuis que j'ai rejoins le village. Encore un petit effort, j'y suis presque.
Spoiler:
 

_________________
 

Une seconde, et dernière chance ? | PV. Yamanaka Rei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» Seconde fin : I'm Legend
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile
» La dernière série avant la fin du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Feu :: Forêt de Hi no Kuni-