AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminéVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 0
Messages : 3
avatarMisao Tamahagane
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Jeu 22 Déc - 23:38
Tamahagane MISAO


Présentation




Origine de l'avatar : Kyoraku Shunsui, Bleach
Identité : MISAO Tamahagane
Surnom : -
Sexe : Masculin
Âge : 30 ans
Date de naissance : Automne, -29
---
Clan : Misao
Grade : Jônin
Rang : B
Kekkei Genkai : -


Physique



(Nous demandons un minimum de 5 lignes, svp!)
• Grands, forts et fiers, les hommes du clan Misao sont très souvent des malabars bourrus et bourrés, avec leurs mains de travailleurs qui broieraient des rochers de l'Empire sans se fouler. Mais j'estime que je me pavane avec beaucoup plus de classe qu'eux. Avec ma chevelure brune d'ébène, longue et ondulant jusqu'au bas de mon dos si je les lâche, je peux me targuer d'avoir fait de belles conquêtes ! Ma coiffure est néanmoins généralement attachée et rangée, avec pour seule exception une mèche rebelle singulière qui tend à traverser mon visage. Comme bon lui semble ! Mes petits yeux gris ne sont pas grands ouverts et peuvent paraître fermés lorsque je suis ivre. Mon visage peut changer du tout au tout, et à tout moment, mais à mon habitude je conserve ma façade de bon-vivant auto-satisfait et insouciant, laissant paraître une certaine chaleur dans mon regard qui ne peut être que celui d'un père. Cependant en homme d'expérience ayant grandi dans un clan d'hommes d'expériences, je peux sans objection affirmer que l'on peut voir sur mon faciès et notamment grâce à ma pilosité répandue que je n'ai rien d'un jeune libertin. En effet ma mâchoire déjà carrée est couverte d'une barbe toujours rasée de près mais qui peut, à l'occasion, pousser jusqu'à m'orner d'un duvet de piquants drus. Mon nez pointu vire si souvent au rose que l'on est davantage étonné de le voir de la même couleur que le reste du corps ! Du haut de mon mètre quatre-vingt douze je suis assez bien bâti, pesant quatre-vingt sept kilos de muscles saillants, de poils virils et de saké. Sans matériel.

• Mon style vestimentaire reflète à la fois mon attachement à mon clan et ma dissidence qui en agace plus d'un. Mes habits principaux se composent d'un large kimono noir recouvrant l'intégralité de mon corps jusque mes jambes, mis à part mes bras nus, accompagné d'un haori blanc qui recouvre donc mes bras laissés nus par le kimono. A ma taille, je suis serré par une ceinture de tissu bleue turquoise, assez pâle, dans laquelle je fourre souvent du matériel, des parchemins ou des armes. A mes pieds je porte des sandales simples, traditionnelles, sans les accompagner de tabi, une chose qui me vaut constamment des remarques de la part de mes congénères du village qui ne comprennent visiblement pas que je mène ma vie comme je le veux. Mes accessoires qui me distinguent des autres sont mon chapeau de paille et le kimono rose que j'ai toujours sur les épaules. Le chapeau, en plus de me donner un look posé non-négligeable, me permet aussi de dissimuler mon visage en le baissant légèrement en avant. Le kimono quoique très féminin, jurant donc avec ma virilité apparente, m'est tout de même cher et me paraît chic, alors tant pis. Des motifs de fleurs rouges sont dessinés sur tout le tissu soyeux. En tant que shinobi de Kiri depuis sa fondation, l'ayant rejoint avec mon clan, un bandeau avec l'insigne du village m'a été fourni. Ils s'attendent certainement à ce que je le porte fièrement, mais j'attendais de trouver une façon originale de le mettre, et jusque là, ils attendront.


Caractère



(Nous demandons un minimum de 10 lignes, svp!)
• Assuré, décontracté et pourtant si solennel dans sa façon de parler, Tamahagane est la représentation du parfait soldat, en surface tout du moins. Il est notamment connu pour son sens fort du devoir, il connaît son rôle et aimerait que tout le monde en fasse de même, pour que chacun fasse ce pourquoi il respire et que le globe continue de tourner dans le bon sens. Sa tendance à respecter des directives et à aimer le travail bien fait lui vient de son éducation... rigoureuse. Fils d'artisan et membre du clan Misao, il est lui-même un fier ouvrier qui adore jouer de ses mains pour réaliser son travail. Ce dernier en devient sa grande passion, il passe constamment son temps la journée en atelier où il perfectionne sa maîtrise de l'artisanat déjà avancée. Suite à la création de Kirigakure, son petit "équilibre" personnel a été bousculé mais il est parvenu bien vite à s'y faire, en voyant la clientèle s'élargir et se fidéliser entre les murs de cet étrange communauté.

• Etrange parce qu'il estime que les dirigeants de Kiri et ceux qui supportent leurs comportements frisent la paranoïa et le complexe de supériorité, "comme s'ils avaient constamment besoin de se sentir en position de force." disait-il à un client bavard. Tamahagane n'a pas la patrie particulièrement dans son coeur, mais son clan y occupe une place primordiale. C'est pourquoi il le défend de tout irrespect et serait prêt à faire couler son sang pour lui. Cependant sa famille faisant partie des divers clans du Reishin exilés à Mizu no Kuni, il n'a pas d'autres choix que de se mettre au service du village malgré lui. Il n'en fera pourtant pas des montagnes pour cette communauté, mais il garde en tête que l'ennemi commun, Iwa, est une raison bien suffisante pour s'entendre avec des étrangers.Sa loyauté est telle que son propre père le comparait à un Samuraï, connus pour leur fidélité sans failles. Le Shokunin ne se prive pas de vanter les mérites des siens lors d'affrontements, mais uniquement s'il s'assure la victoire ou s'il fait la démonstration de ses créations. En temps normal il reste plus songeur que mystérieux, ayant perpétuellement la tête dans les nuages à chaque fois qu'il ne travaille pas.

• Si son oisiveté est guérie par le travail, elle revient à la charge dès qu'il a du temps libre, ce qui le pousse naturellement à mener une vie ludique comme bien des hommes, dans les tavernes et les échoppes. Il n'est pas rare de le voir écumer les comptoirs, verre de saké à la main, il proclame même -ivre- que l'alcool en soirée est son secret pour un lendemain productif. Bon-vivant, il n'accorde que peu d'importance à l'amour et aux attaches, bien qu'il ait existé des exceptions dans sa vie. C'est pourquoi il tend à traîner autour des femmes, surtout après avoir bu. Pour compléter sa liste de défauts, Tamahagane a également un penchant considérable pour les jeux de hasard. Sa façon de gérer sa vie semble tout à fait symétrique : un ouvrier dévoué le jour, aux prises avec la débauche la nuit tombée. Pourtant il faut rajouter un élément perturbateur qui est le même dans toutes les bonnes légendes ; l'amour.

• Au sens plutôt paternel du terme, l'amour qui vient attendrir les allures de roc viril de Tamahagane se tourne vers une jeune fille qu'il a recueillie avant même que les shinobis décident de se rassembler en sociétés. La demoiselle est la seule à réellement avoir réussi à percer la carapace du grand gaillard, qui avait toujours rêvé d'avoir une fille mais en ayant toujours eu peur de s'engager. Elle était l'arrangement parfait, pas de femmes à choyer, et pas même de couvre-feu qui nuirait à ses escapades nocturnes ! Hiraite était la seule être humaine capable de faire opérer un détour au normalement très direct Tamahagane. L'aimant comme son propre enfant, il la protégerait au péril de sa vie au même titre que son clan, et jure sur son honneur de ne laisser aucun répit à quiconque lui causera du tord. Leur relation est vraiment semblable à celle d'un père et de sa fille mais elle a aussi les allures d'un sensei et de son élève, étant donné son objectif de faire d'elle une kunoichi enfin capable de se défendre correctement en toutes circonstances. Son attachement pour elle le pousse d'ailleurs à avoir du mal à lui dire non, ce qui résulte souvent à des caprices cédés brisant toute la crédibilité du mâle qu'évoque le fier artisan.


Histoire



(Nous demandons un minimum de 15 lignes, svp!)

    Année -9, Automne


• Le Géant de Roches piétinait la carte du monde comme un bambin sur un tapis de jeu, écrasant de ses pieds meurtriers des villages entiers, tout en faisant trembler les pays voisins lors de son passage. Chacune des attaques de l'Empire sur les Pays de l'Est furent suffisamment violentes pour faire abdiquer presque toutes les forces qui osaient s'opposer à lui. Je vivais encore au pays de la Foudre à cette époque, entouré des miens, nous menions nos vies de forgerons hors-pair et nous faisions un marché profitable auprès des vagabonds. Nous n'avons même pas eu le temps de voir cette foutue armée venir, pas le temps de préparer ni contre-attaque, ni évacuation, tout arrivait de nulle part comme un météore s'abattant sur un escadron entier sans qu'on ait le temps de dire merde. Bien sûr nous étions tout de même les mieux placés pour nous défendre, car même si nous étions peu préparés, nous l'étions quand même un peu ! Si nos armes n'avaient pas été prêtes, toujours à portée comme un principe familial, traditionnel, nous n'aurions même pas pu sauver qui que ce soit. Tout du moins, j'ai eu la chance, moi, de permettre à une vie de poursuivre son cours. Cette petite fille, prise entre les fers des deux camps, n'avait manifestement aucun moyen de se sortir de ce pétrin sans y perdre au moins un bras et un bon litre de sang ! Je crois qu'à ce moment précis, mon coeur était le seul commandant de mes gestes. Dès que mes yeux se sont posés sur la fillette, planquée maladroitement derrière un baril de bière posé là pour les fins de journées après le travail, les cheveux en épis de blé dépassant de sa cachette, mes pensées me parurent étonnamment claires. * Et voilà, pour une fois qu'il s'passe quelque chose, il faut que tu joues les héros, Tama' ... * Combien d'autres hommes présents auraient pu eux aussi prendre l'initiative de porter secours à cette gamine ? Mais pourquoi sur tous ces yeux, seuls les miens avaient pu être attirés par cette tête blonde ?! Alors que l'Empire tuait, pillait, et réduisait en cendres des dizaines de vies à la minute, je me risquais à fendre les lignes ennemies pour atteindre l'enfant. Les chiens d'Iwa étaient de sacrés combattants, je peinais à faire face à plus de deux à la fois, mais il se trouve que l'élan héroïque qui animait mon corps à cet instant me permit d'en taillader quatre avant d'attraper l'inconsciente par le col de son kimono pour la soulever comme un gibier mort et la poser sur mon épaule. Je retournai à l'abri et m'assurai qu'elle n'avait rien de cassé. Heureusement, rien à signaler. Elle se prénomme Hiraite, et était venue jusqu'à notre forge avec ses parents, certainement pour s'équiper. Elle n'avait pourtant rien d'une combattante, son visage puéril me semblait si pur qu'il jurait trop avec le décor sanglant et chaotique qui l'environnait. Face à moi, l'enfant ne semblant même pas savoir quoi faire, me donnait l'impression de voir l'incarnation de l'innocence. Je ne pouvais pas laisser une si belle image brûler dans la guerre. Mais je ne pouvais pas non plus abandonner les miens au combat, ça non. J'empoignais mes armes avec plus d'ardeur quand je me suis replongé dans l'affrontement après avoir couvert Hiraite à l'arrière d'un chariot pour qu'on ne la trouve pas pendant un bout de temps. Si nos hommes étaient d'excellents combattants, le nombre de soldats qu'envoyait l'Empire nous paraissait illimité, accablant nos quelques survivants avec aisance, ils ne montraient de pitié qu'envers les femmes et les enfants qu'ils rangeaient en rang comme des bêtes. Nous devions à tout prix opérer une fuite, l'assaillant étant impossible à affronter. Je me concertai avec les autres gars qui se tenaient, eux, encore parés à échanger des coups, jusqu'à les convaincre de sauver le plus de monde en fuyant maintenant, avant que le massacre ne se solde par une extermination des nôtres. Ils agréèrent chacun presque à contrecœur mais puisqu'il s'agissait du bien du clan...
• Nous avons chacun bombardé le terrain plat typique de Kami no Kuni avec des fumigènes, que certains d'entre nous fabriquaient eux-mêmes, plongeant la quasi-totalité du champ de bataille dans un brouillard épais de fumée grise. Je lançais les quatre que je portais encore puis, comme un automatisme, je me suis dirigé vers le chariot d'où je retirais la gamine avant de partir avec les quelques autres fuyards. Battus, la queue entre les jambes, les Misao connurent en ce jour un bien triste événement qui flanquait un coup magistral à la fois dans leur effectif, leur marché, et leur fierté. J'avais pu sauver Hiraite, mais j'avais laissé mon matériel, mes créations, mes plans, toute ma vie dans cette bataille. L'Empire m'en devait une belle après cette attaque, plus jamais je n'ai pu entendre son nom sans grincer des dents et sans ressentir cette douleur vive qu'on a à la poitrine quand on pense à tout ce qu'on a pu perdre en un jour. Depuis ce drame, nous avions migré dans le sud du Pays des Sources pour échapper au contrôle d'Iwa sur les pays de l'Est. Nous n'étions qu'une poignée à s'en être sortis, j'ai perdu des amis, de la famille, mais je pensais notamment à toutes ces femmes qui n'ont ni eu la chance de pouvoir fuir avec nous, ni la délivrance d'être tuées sur place et qui devront alors subir les traitements de ces sales rapaces. Nuit et jour, je rêvais des flammes qui prenaient nos maisons et du sang qui coulait de mes amis, pendant plusieurs semaines, jusqu'à ce que ce traumatisme fasse naître un profond désir de vengeance. Mon sourire autrefois permanent s'était estompé et avait laissé place à un visage passif, vide d'étincelle. Jamais je n'aurais imaginé qu'un jour d'autres hommes partageraient mon ressenti



    Année 0, Printemps


• Mettre à feu et à sang l'Empire était l'objectif principal, porté dans le coeur de tous les hommes qui se tenaient debout sur un théâtre anarchique, le visage tâché de sueur et de sang, leurs armes en mains pour faire descendre l'ennemi qui avait tant fait parler de lui. Je me souviens encore avoir vu l'un de mes plus proches amis se faire empaler devant moi alors que nous faisions barrage pour tenir les forces de l'Empereur en laisse, tant bien que mal. La toute-puissance de cette armée n'est pas à refaire, nous avons été littéralement dépouillés ; des vies avaient été laissées, nos maisons, nos amis, nos familles nous regardaient nous éloigner avec nostalgie, exilés de notre patrie nous étions forcés de trouver refuge sur une terre inconnue. Repartir à zéro était une chose, mais redémarrer plusieurs vies simultanément en était une autre, et je savais pertinemment que mon clan serait dans les plus embêtés, sans ressources nous ne pouvions pas travailler. C'était donc une catastrophe pour nous tous, le clan Misao, le clan Kenpachi, même l'exceptionnel clan Uchiha faisait partie des perdants pour une fois. C'était donc une migration forcée qui nous attendaient, que j'ai effectuée en petite "horde" avec les hommes restants de mon clan, quelques-uns étaient suivis de leur femme ou de leur enfant, généralement des fils, mais eux étaient les chanceux dont les épouses acceptaient de les accompagner jusqu'au bout du monde. Moi, j'étais de ceux dont, justement, " l'épouse " avait décidé de renier tous les liens, emportant les biens, les souvenirs, et les sentiments avec elles. Alors que mes pieds me faisaient un mal de chien durant la marche vers le pays de l'Eau, je repensais à cette traîtresse que j'ai connue peut-être deux ans auparavant et avec qui j'ai fait la bêtise de m'engager trop vite. Plus jamais. Mes sandales usées s'enfonçaient dans de la boue poisseuse sans que je m'en rende compte, sans doute un signe du destin pour accompagner l'objet de mes songes à ce moment précis. Le groupuscule d'hommes fatigués mais dangereux transitait avec quelques escales, hors des zones encore en conflits. Ces escales étaient les seuls moments où je pouvais souffler, nous nous installions tel un campement mobile et nous buvions un coup à notre défaite victorieuse, car en soit nous étions toujours en vie. Nous nous sommes maintenus pendant la guerre des clans sur les terres de Mizu no Kuni grâce à nos aptitudes débrouillardes, mais nous n'étions pas nombreux à pouvoir dire de même. En réalité, ma famille s'est en quelque sorte éloignée du Reishin pour limiter leurs relations avec le mouvement responsable du coup d'état raté. Beaucoup ont péri, mais un nouvel espoir a vu le jour en automne, la même année, marquant la fin des querelles entre les familles de shinobis et l'unification de ces mêmes familles en un village. Kirigakure, le village caché de la Brume, était un rassemblement fait par la force, par le clan Uchiha, chose qui ne m'étonnait même pas, connaissant le tempérament ardent de ces gusses. En tant qu'anciens alliés, les Misao ne pouvaient pas ne pas être de la partie, c'est ainsi que je débutais ma vie en tant que soldat d'une nation.


    Année 1, Hiver


• Peu de temps après le début de la vie en société, les problèmes commencèrent à me tomber dessus, et comme d'habitude, c'était un problème au féminin ! Jamais dans ma vie je n'aurais le répit tant qu'il existera des femmes sur Terre, j'en suis persuadé ! Mais il ne s'agissait pas d'une vraie femme cette fois, mais plutôt d'une fille, la même que j'ai sauvée pendant la tumulte contre l'Empire. Hiraite déclarait m'avoir suivi de près depuis notre départ pour ce nouveau pays, et qu'elle m'a observé tout ce temps. Elle n'avait même pas de motif pour faire une telle ânerie, cette enfant me sidérait au plus haut point, encore plus qu'une adulte ! Mais son regard lorsqu'elle me faisait face était pétillant, illuminé d'une étincelle combative très semblable à la nôtre, chez les Misao. Elle n'avait que 16 ans et était orpheline de guerre, et après sa démonstration de détermination, je ne pouvais pas la laisser sans un toit. J'ai donc décidé de la recueillir pour l'élever comme ma fille et mon élève, à défaut de faire des petits.



Derrière l'écran



Pseudo : Leego
Âge : 18 ans
Comment avec-vous connu le forum ? top-site
Que pensez-vous du forum ? Contexte vraiment intéressant et riche, communauté visiblement active et sympathique !
Quelle est votre disponibilité ? Assez souvent en vacances, moins pendant les cours
Autre chose ? -
Code de validation: Je remercie d'avoir sauvé le forum
© Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Misao Tamahagane le Ven 6 Jan - 16:53, édité 7 fois
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Ven 23 Déc - 16:31
Bonjour, et bienvenue sur Shinobi Origin ! :D

Avant toute chose, ton avatar n'est pas aux bonnes dimensions. En effet, celui-ci doit être en 200*320 uniquement. Je te laisse revoir ton avatar, afin qu'il corresponde à nos normes.

Bon courage à toi pour ta présentation !

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Sam 31 Déc - 16:10
Hey !

Cela fait plus d'une semaine que nous n'avons plus aucune nouvelle de toi. Est-ce que ta présentation avance bien ? N'hésites pas à contacter le staff si tu rencontres le moindre soucis pour ta présentation. Wink

Ceci est une première relance. Au bout de la troisième, ta présentation sera archivée.

Bonne chance pour ta présentation !

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 0
Messages : 3
avatarMisao Tamahagane
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Lun 2 Jan - 17:10
• Hey !

Il ne me reste qu'à compléter l'histoire qui rame un peu mais j'y travaille.

Merci !
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Sam 7 Jan - 0:51
Coucou ! Naruto

Alors, j'aime bien le personnage, je trouve son attachement pour cette petite assez chou !

Il y a cependant un petit truc qui me gène dans ta fiche.

Quand tu parles du coup d'état, tu parles des forces de l'Empire, et dans ta fiche, j'ai l'impression que le coup d'état est contre l'Empire, hors, le coup d'état est contre le Daimyô de Hi no Kuni. Il faut donc modifier cette partie, où l'expliciter si c'est bien ça que t'as écris et que je pourrais avoir mal compris.

Autre détail tout à fait minime, si ton personnage est né en automne -29, il a actuellement 29 ans, et aura 30 ans dans deux saisons. (C'est à dire en automne 1)

Bon courage pour les quelques corrections de ta fiche ! N'hésite pas à demander s'il te reste des interrogations ! Yay!

_________________
XP : 162
Messages : 81
avatarSunajin
Chinoike Akio
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Mar 17 Jan - 5:09
Bonjour,
Vu que nous avons plus de nouvelle de toi depuis, je remet une première relance sur ta présentation. Au bout de trois, ta présentation sera envoyée dans les archives D8

Bisou!
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Mar 17 Jan - 14:54
Papi Kiri! Il me tarde de rp avec toi ! eueb

_________________

Spoiler:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Mar 24 Jan - 17:08
Hey !

Cela fait plus de deux semaines que nous n'avons plus aucune nouvelle de toi, je passe donc pour voir si tu es toujours parmi nous.

Ceci est une seconde relance. Au bout de la troisième, ta présentation sera archivée.

Bonne chance pour ta présentation !

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   Mer 1 Fév - 0:59
Yop !

Cela fait trois semaines que nous n'avons plus aucune nouvelle de toi, alors je vais archiver ta présentation.

Si jamais tu es de retour, fais-nous signe afin que l'on remette ta fiche à sa place !

En espérant te revoir parmi nous prochainement. Wink

_________________


Nyahahahaha:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé   
 

▬ Misao Tamahagane, Kirigakure no Shokunin | terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Abandonnées/Refusées-