AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 120
Messages : 19
avatarSunajin
Jiken Kisuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Dim 22 Jan - 11:59
Loin de moi l’habitude de dépérir dans une bibliothèque dans le but de devenir poussiéreux en tentant d’apprendre des choses qui ne rentreront jamais dans cette passoire qui me sert de cerveau… Néanmoins, il y a une chose incontestable dans ce genre d’endroit : le calme, le silence… Loin de toutes les incommodités du quotidien : les personnes désagréables, les gens pressés, les enquiquineurs… Enfin bref, dans une bibliothèque, il n’y a que des dinosaures qui cherchent à lire dans le calme. Moi ? Je cherche à être simplement zen ! Par contre, je dois vous mettre en garde : respirez trop fort, et vous serez bombardé de « chhhhhtt » venant de toute part…

Bref, je poussai la lourde porte de l’Académie laissant entrevoir un long couloir. Les rayons du soleil passaient par les fenêtres éclairant ce tunnel de mille feux ! C’était plutôt agréable à l’œil oui. Je marchais donc paisiblement devant des salles de cours : chaque salle disposait d’un professeur qui avait lui-même, sous son aile, un groupe d’étudiant qui sera dans un futur proche, de valeureux guerriers au service du sable ! Ou de la simple chair à canon qu’on enverra dans le but d’analyser les forces ennemies. Quoi ? Vous ne me croyez pas ? Et bien c’est ce qu’on verra quand ils auront leur diplôme. S’ils l’ont… Enfin bref, on s’éloigne du sujet !

A chaque fois que je passais devant une salle de cours, je ne pouvais m’empêcher de jeter un œil à l’intérieur. Certains tentaient une substitution, d’autre un clonage… Des techniques de bases qui peuvent pourtant être un atout majeur dans une stratégie militaire ! Soudain, j’aperçus par la fenêtre d’une des salles de classe un gamin me tirer la langue. Je fus relativement surpris, et m’arrêtai devant la porte pour contempler sa connerie. Puis un doigt d’honneur passa par la fenêtre tandis que je décidai de partir tout en souriant tel un benêt fier de sa mentalité !

Après quelques secondes que j’ai passé à jubilé de ma liberté alors que le gamin était bloqué son cul assis sur un banc d’école, je pénétrais enfin la bibliothèque. La porte grinça légèrement et un amas de regard se posa sur moi… Je restai figé l’espace d’un instant tant j’étais surpris de la réactivité des gens sur un bruit aussi insignifiant. Je marchais d’un pas méfiant et allai le plus au fond possible, comme les mauvais élèves m’voyez ?!

Il y avait une gamine présente dans la bibliothèque. Son visage me disait quelque chose, mais ma passoire ne parvenait pas à se remémorer ce fameux souvenir… Hmmm… Non, je ne m’en souvenais pas… Peut-être m’avait-elle vu elle ? Pourquoi ne pas lui demander directement ? Serais-je timide ? Humpf. Bien sûr que non ! Je me levai rapidement. Ma chaise s’équilibra sur ses pieds en arrière. C’était comme si le temps s’arrêtait. Mon regard se déposa sur elle et mon index et mon majeur tel un réflexe à la vitesse de la lumière vint saisir le dossier de celle-ci, évitant une chute qui aurait pu provoquer un bruit sourd dans une enceinte aussi silencieuse ! Le malaise !

Maintenant que nous avons évité le pire, était-ce prudent d’aller demander à cette jeune dame si nous nous sommes déjà rencontrés quelque part ? Ou est-ce que je passerais pour le pédophile de Suna ? Ce qui risquerait, entre nous, d’énerver la jeune dame au point de m’en mettre légèrement plein la gueule… Et ce serait bien pire que la chute d’une simple chaise je pense…

Le bout de mon index vint alors tapoter l’épaule de la demoiselle. Et d’une façon un peu fébrile, je lui posais l’ultime question !

« Nous nous sommes déjà aperçu quelque part si je ne m’abuse ? »

HIII ! Peut-être aurais-je dû réfléchir à deux fois avant de me lancer dans la gueule du loup tête baissée…
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Dim 22 Jan - 18:40


feat. Kisuke & Yui


Le silence est d'or

« La bibliothèque est ce lieu où calme et silence ne doivent faire qu'un. C'est un lieu reposant où l'on peut travailler en toute sérénité. »



Suite des péripéties de Katsuko à la bibliothèque
avec Jiken Kisuke et Heileen Yui.





« Une dette à régler »

Katsuko soupira en se réveillant. La journée précédente avait été une horreur, et elle devait déjà retourner à la bibliothèque pour acheter le silence du gérant. Elle l'aiderait toute la matinée et comme ça, elle serait tranquille, il ne parlerait pas de son écart précédent à son père. Si elle recroisait Princesse, elle devrait l'ignorer de son mieux sans quoi elle aurait de vrai problèmes. Ou en tous cas, que cela reste discret et ne gêne personne.

Elle se leva donc tranquillement et s'habilla. Il fallait qu'elle soit à la bibliothèque pour l'ouverture, sans quoi il ne la laisserait sortir que plus tard. Enfilant sa tenue habituelle gothique, elle ne perdit pas de temps en fioritures, puis descendit pour manger. Elle se contenta d'attraper un fruit et de mordre quelques secondes dans le garde-manger comme repas matinal.
La vampirette mangea donc sa pomme sur le chemin jusqu'à la bibliothèque, et une fois sur place, attendit que le gérant lui ouvre la porte. Elle était à l'heure, elle pourrait repartir à midi, c'était déjà ça. Il l'entraina donc à l'intérieur où il lui expliqua son rôle.
    « Bien, jeune fille, tu vas commencer par mettre ce badge pour signaler aux étudiants qu'ils peuvent te poser des questions. Tu as passé suffisamment de temps ici pour savoir où se trouvent les livres, n'est-ce pas ? Bien. Donc tu t'occuperas de me ramener les livres rendus à l'arrière, et de les poser sur la table rouge. La table jaune c'est pour les livres déjà vérifiés et nettoyés. C'est là que tu prendras ceux que tu rangeras. Compris ?
    - Oui monsieur...
    - Quand tu n'as pas de livres à me ramener ou à ranger, tu nettoies la bibliothèque ou tu aides les élèves, d'accord ?
    - Oui monsieur...
    - Et montre un peu d'enthousiasme. Je ne te demande pas la lune, seulement de m'aider pendant une demi-journée alors fait un effort et va travailler ! »

Neiko soupira. Décidément, les sales journées s'enchaînaient. Elle acquieça une nouvelle fois et commença le rangement des livres qu'il avait déjà nettoyé en l'attendant, ou qu'il avait fait le soir même. Elle s'affaira donc à placer tous les livres qu'il lui donnait dans les bons rayons, lui rapportant ce que les élèves rendaient au fur et à mesure de la matinée.

Lorsque la jeune fille eut finalement un peu de temps pour passer à autre chose, elle se mit au nettoyage du sol puis des tables de la bibliothèque. Lorsqu'elle eut finit ces tâches qui, en somme, furent plus rapide que ce qu'elle pensait, elle repassa au rangement de livre. Il y en avait trois actuellement, deux sur l'histoire de ce monde et un dernier sur le Goganjutsu.

Alors que la jeune fille rangeait ses livres, elle s'aperçut qu'un homme d'un âge avancé la regardait. Elle n'avait aucun blocage, mais la manière dont il l'observait avait tendance à travailler les nerfs la demoiselle. C'est lorsqu'elle rangea le dernier des trois livres qu'il finit par lui tapoter sur l'épaule avant de lui adresser la parole. Tournant la tête pour l'observer de bas en haut, la fille aux cheveux roses l'écouta.

    « Nous nous sommes déjà aperçu quelque part si je ne m’abuse ?
    - Cela ne me dit rien monsieur. Vous souhaitez de l'aide pour trouver un livre ou vous cherchiez seulement un moyen de m'approcher ? »


Se retournant vers l'homme en question, la demoiselle le regarda droit dans les yeux cette fois, du haut de son mètre quarante cinq. Elle se sentait une nouvelle fois petite par rapport à l'homme qui lui faisait face, mais cela ne l'avait jamais arrêtée. Aussi reprit-elle directement, plutôt sur l'offensive, sans être trop méchante, car elle savait qu'elle devait faire profil bas pour le moment.

« Je peux vous aider pour les livres, c'est ce pour quoi je suis là. En revanche, je me vois au regret de vous annoncer que je ne suis pas attirée par les hommes d'une cinquantaine d'années, n'ayant personnellement même pas encore vingt ans. Un conseil pour un livre peut être ? »


© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 

_________________
XP : 120
Messages : 19
avatarSunajin
Jiken Kisuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Sam 11 Fév - 20:25
Une larme coula le long de ma joue. Cette jeune demoiselle me prenait pour un quinquagénaire qui tentait une approche… Je l’essuyai d’un revers de la manche tandis qu’elle me proposa son aide concernant des livres. Comme je l’avais dit précédemment, je venais en ce lieu pour me ressourcer et passer un moment un peu à l’écart de la civilisation. Un moment dans lequel je pourrais profiter du silence et pouvoir penser tranquillement sans me faire enquiquiner par quiconque !

Je mis ma paume de main sur mon bob tout en lui souriant d’un air gêné. Je n’étais pas là pour lui porter préjudice. Mon approche consistait simplement à avoir une réponse à une question que je me posais il y a encore quelques minutes… Mais le tout fut détourné par une arrière-pensée de la jeune demoiselle. Je raclai rapidement ma gorge tout en lui répondant d’un air narquois.

« Allons, un homme de mon âge ne va pas s’intéresser à une femme sans expérience comme vous ! »

Bon, en réalité je n’avais même pas atteint la trentaine, mais laissons la croire que je n’étais qu’un quinquagénaire à la retraite ! Peu m’importe après tout. Sur ces paroles quelques peu provocante, il fallait néanmoins rebondir pour éviter qu’elle ne détruise l’ensemble de la bibliothèque sous prétexte d’avoir un caractère explosif digne d’une femme étant dans sa période !

« Je venais simplement vous voir parce qu’il me semble vous avoir vu récemment… Et à ce moment-là… » Dis-je tout en levant les yeux dans le ciel afin de me remémorer quelques passages de mes souvenirs. « Je ne me rappelle plus très bien, mais il me semble que vous aviez fait une connerie… » Mon index se leva pour appuyer mon idée… « Et j’imagine que votre présence ici n’est pas sans rapport avec ce que j’ai vu hier… »

Aïe ! Aurais-je touché un point sensible ? Où est-ce que j’étais en train de me réinventer un souvenir tant celui-ci était flou ? Je pense qu’elle allait clairement me le dire après en avoir terminé avec elle. Elle était franche… Elle n’avait pas peur… C’était un caractère que j’appréciais fortement même si – à mon humble avis – si ça ne tenait qu’à elle, elle m’aurait déjà donné un coup à l’entre jambe capable de mettre K.O n’importe quel ninja qu’importe son rang… Soyons donc prudent !

« Je pense qu’on peut se tutoyer nan ? Après tout, nous sommes du même village, et malgré que nous soyons différents, je suis persuadé qu’au fond, nous souhaitons tous les deux la même chose… » J’inclinais mon visage vers le bas tout en souriant d’un air un peu provocateur. « Ta franchise… Le fait que tu n’aies peur de rien… Je suis persuadé que je peux faire quelque chose de toi... »

Je m’arrêtai net… J’étais en train de laisser ce côté prendre possession de moi tant j’étais excité de voir ce que je pouvais réaliser dans ce village… J’inspirais donc un grand coup. Avec ce que je venais de faire, je devais passer pour un fou, ou pour un mec complètement dangereux !

« Que penserais-tu que nous fassions quelques entraînements ensemble ? Peut-être aurais-je des choses à t’apprendre ? Ou mieux encore… Peut-être que tu auras toi, des choses à m’apprendre ! »

Un sourire amical se dessina sur mon visage tandis que j’attendais patiemment la réponse de cette jeune demoiselle !
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Mar 14 Fév - 19:24


feat. Kisuke & Yui


Le silence est d'or

« La bibliothèque est ce lieu où calme et silence ne doivent faire qu'un. C'est un lieu reposant où l'on peut travailler en toute sérénité. »



Suite des péripéties de Katsuko à la bibliothèque
avec Jiken Kisuke et Heileen Yui.





« Une requête inattendue »

Le vieil homme semblait triste de sa remarque, une larme coula sur sa joue. Pas très viril. Il venait de se faire rembarrer d'une manière assez directe d'accord mais bon. Enfin, qu'importe.
    « Allons, un homme de mon âge ne va pas s’intéresser à une femme sans expérience comme vous !
    - Erhm. Ce n'est pas parce que je suis petite que je n'ai aucune expérience, le vieux. J'en ai même probablement plus qu'un vieux vicellard, peu de dames auraient envie de coucher dans votre lit, la vision que vous dégagez est déjà plus que suffisante ! »

Il essaya ensuite d'expliquer qu'il pensait l'avoir vu il y a peu, probablement la veille. Il lui dit qu'elle avait fait une connerie, oui, mais c'était plus probablement en rapport avec sa mission avec cette saloperie de peluche.
    « Ma présence ici est effectivement due à une erreur de ma part, mais je pense plutôt que vous m'avez vue hier soir, car si c'était hier matin et ici-même, vous vous en souviendriez. Hier soir en l'occurence, j'étais en mission pour un des professeurs de l'Académie, et j'ai donc du chercher un important objet à travers la ville. Je vous serai reconnaissante d'éviter de parler ainsi sans savoir ni même me connaître. »

S'il pensait pouvoir lui parler ainsi sans rétribution, il pouvait rêver. Non mais, et maintenant il lui demander s'il pouvait la tutoyer ? La jeune demoiselle le regardait avec mépris. Pourquoi donc accepterait-elle une telle proposition venant de cet homme qui en quelques phrases avait relevé le fait qu'elle soit petite, critiqué son expérience supposée, critiqué par ce biais son apparence, mais aussi ait relevé le fait qu'elle n'était pas ici par pure volonté, et qui dans un dernier temps, lui avait rappelé cette foutue mission qui ne lui avait apporté que le bracelet qu'elle avait désormais au poignet droit et un morceau de pizza tiède. Il voulait mourir en fait.
    « Ta franchise… Le fait que tu n’aies peur de rien… Je suis persuadé que je peux faire quelque chose de toi...
    - Tu trouves que je suis franche ? Oui, peut être. Mais fais attention. Ne pense pas pouvoir me manipuler sinon tu finiras castré et mort dans un caniveau de la ville avant même d'avoir compris ce qu'il t'arrivait. Garde le bien en tête avant de tenter de me faire des propositions étranges. »

Il lui parlait maintenant d'entraînements ensembles... Il croyait qu'elle était devenue son amie ou quoi ? Il va vite en besogne le vieux. Et il s'imagine des trucs, comme le fait qu'il pourrait lui apprendre quoi que ce soit. Il n'était pas Chinoike, que pouvait-il bien lui enseigner ? S'il y a bien une chose sur laquelle il ne se trompait pas, c'était le fait qu'elle avait des choses à lui apprendre. Oh oui. Si jamais ils se retrouvaient pour un entraînement, elle aurait tôt fait de lui faire découvrir ce qu'étaient les bonnes manières à grand coup de bâton dans la tête. Enfin bon... Et maintenant il souriait... Il était vraiment bizarre, peut être un peu trop amical avec une inconnue, comme s'il avait un plan tordu derrière la tête... Bizarre.
    « Je ne t'apprécie pas. Je ne te connais pas. Tu me fais des sourires bizarres qui pourraient facilement être interprétés, venant d'un vieillard vers une fille de dix-sept ans. Tu penses pouvoir m'apprendre quelque chose ? Tu t'y connais en Kerryûgan ? Surement pas. Donc peu probable. Si tu tiens tant que ça à faire un entraînement, j'aurais du temps pour te coller une raclée et te faire comprendre deux trois trucs cet après-midi. D'ici là, je travaille. Donc merci de respecter ceci et de ne m'appeler qu'en cas de besoin lié aux livres de la bibliothèque. »

Neiko espérait avoir été claire cette fois. Elle avait un regard froid, une voix tranchante, tout pour lui faire comprendre qu'elle n'avait aucune attirance envers lui, et que des tentatives vaseuses pour paraître discret ou raffiné étaient inutiles. Il ne l'excitait absolument pas, et c'était bien cela qu'elle cherchait dans ses relations. De l'adrénaline, de la force, quelque chose de surprenant. Pas du platonisme ou un vieux beau qui avait un problème avec les gamines.

Elle se retourna alors vers les autres rayonnages de la bibliothèque, pensant lui avoir fait comprendre qu'elle n'avait pas d'intérêt pour lui. Si toutefois il insistait pour un entraînement, elle accepterait son lieu et son heure, viendrait le mettre K.O rapidement, puis irait faire autre chose de plus intéressant lorsqu'elle aurait la paix.

© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 

_________________
XP : 120
Messages : 19
avatarSunajin
Jiken Kisuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Mar 28 Fév - 19:46
Bon. Elle semblait plus difficile à approcher que ce que je pensais au départ. Fermée, sans aucune conversation… Elle était du genre direct. Mais pas dans le bon sens en fait : elle ne cherchait pas à savoir, elle préférait interpréter comme elle le souhaitait, peu importe que ce soit vrai ou faux. En d’autres termes, elle imaginait que je voulais me la faire, et qu’elle avait en plus affaire à un cinquantenaire ! Si elle s’était montrée plus curieuse, elle aurait pu savoir que nous avions presque le même âge, et que j’étais bien plus qu’un simple pseudo vieillard. J’étais un Jiken et certainement l’un des meilleurs. Bon, ça je me le suis auto proclamé mais j’irais voir mes confrères pour faire de cette proclamation officieuse, une vérité absolue !

Alors, ce qu’il y a à retenir de son long discours remplit de haine et de fausseté : je ne l’intéressais pas, j’étais qu’un vieux vicelard, elle pouvait me mettre K.O rapidement et elle avait encore des choses à faire. Mes yeux s’écarquillaient devant tant de méchanceté tandis que je la voyais s’éloigner au loin dans un rayon de la bibliothèque… Un bref instant plus tard, je me dirigeais vers le rayon derrière le sien, et fis tomber à terre une dizaine de livre. Je la voyais désormais à travers le rayon, et elle pourra remarquer que les livres qu’elle avait préalablement rangés étaient désormais à terre. Quelques pages légèrement froissés suite à l’impact avec le sol.

« C’est encore moi ! » Lui dis-je d’un air tout à fait satisfait, un signe de main en guise de salue. « Je me posais une petite question, à l’instant, quand tu es partie en me laissant en plan. » Un sourire gêné se dessina le long de mes lèvres mais je repris assez rapidement. « Est-ce que tu es comme ça avec tout le monde ou juste avec moi ? »

Un sourcil se leva tandis que l’autre s’abaissa. Je me posais une seconde question… Une question essentielle et sa réponse était importante. Aussi, je repris un air relativement sérieux, me raclai la gorge une énième fois avant de reprendre d’un ton un peu plus sec, plus professionnel.

« Et si je te disais que j’étais un haut gradé de Suna ? Une personne proche du Triumvirat ? Une personne capable de te jeter en taule pour ton savoir-être qui n’est pas en concordance avec l’esprit du village ? »

Mon regard devint noir. Mon aura plus imposant, l’atmosphère devenait quasiment insoutenable… En tout cas pour une personne lambda mais peut-être qu’elle, avec tant de haine à l’intérieur de son petit corps, pourrait supporter cette pression. D’un coup de menton je désignais sa personne.

« Que dirais-tu ? Implorerais-tu mon pardon pour éviter de croupir en taule tout le reste de ta misérable vie ? Ou continuerais-tu à faire face à une figure du village et user de ta pseudo crise d’adolescence ? »

Je scrutais de mon regard noir, le fin fond de ses pupilles. J’imposais mon rythme, je faisais en sorte de libérer le plus de charisme possible au point de la voir flancher sous tant de pression… Mais j’arrêtai tout aussi séchement ce petit jeu. Mon visage devint soudainement beaucoup plus amical, et je commençais à sourire d’une façon un peu niaise. Je pouffais même légèrement de rire avant de reprendre, toujours à travers le rayon de la bibliothèque…

« Enfin, la question ne se pose pas au final, puisque ce n’est pas le cas… » Je lui fis un petit clin d’œil joueur tout en continuant ce petit jeu. « Bref, vu que tu ne veux pas t’entraîner... Quoi qu’il en soit, cette rencontre était sympa, mais maintenant j’ai un rapport à faire. » Je lui tournai le dos et quittai le rayon tout en lui disant, haut et fort. « A la prochaine ! » Le regard méprisant des usagers de la bibliothèque se posa sur moi, mais pour le coup, je n’en avais que faire…
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   Dim 12 Mar - 12:27


feat. Kisuke & Yui


Le silence est d'or

« La bibliothèque est ce lieu où calme et silence ne doivent faire qu'un. C'est un lieu reposant où l'on peut travailler en toute sérénité. »



Suite des péripéties de Katsuko à la bibliothèque
avec Jiken Kisuke et Heileen Yui.





« Du respect dû aux livres »

Le vieux renvint vers la demoiselle qui s'était mis à ranger les livres. Alors qu'elle en déposait quelques uns sur une étagère à leur place, elle entendit plusieurs livres chuter. Elle se retourna, pensant les avoir mal mit, puis vit que c'était ce grisonnant qui les avait volontairement fait tomber. Il lui faisait un sourire mesquin, le genre de type qui se satisfaisait d'agir ainsi. Elle ne l'appréciait absolument pas. Il lui fit un petit signe de la main en se rappelant à son bon souvenir, avant de l'interpeller.

    « Je me posais une petite question, à l’instant, quand tu es partie en me laissant en plan. Est-ce que tu es comme ça avec tout le monde ou juste avec moi ?
    - Qu'avec les gens détestables de ton genre qui s'abaissent à attaquer des livres parce qu'ils sont incapables de quoi que ce soit d'autre. »

Il prennait un air un peu gêné, mais qu'attendait-il au juste ? Qu'elle s'excuse d'avoir repoussé ses avances vaseuses ?

    « Et si je te disais que j’étais un haut gradé de Suna ? Une personne proche du Triumvirat ? Une personne capable de te jeter en taule pour ton savoir-être qui n’est pas en concordance avec l’esprit du village ? »

Le voilà qui se prétendait haut gradé maintenant. Il était ridicule. Elle n'allait pas gobber ce genre de chose, qu'est ce qu'un gradé ferait dans cette bibliothèque étudiante à cette heure, tout seul, abordant une fille comme elle ? Rien du tout. Il tentait de prendre un air sombre et supérieur qui fit sourire moqueusement la petite fille. S'il voulait l'effrayer, il devrait au moins faire vingt centimètres de plus et être vraiment cruel, il n'était qu'une façade qui se cherchait un côté terrifiant. Pas de bol, elle connaissait bien pire.

    « Je ne sais pas ce que vous croyez exactement, mais vous ne m'intimidez absolument pas. Ne rêvez pas, je ne vous supplierai ni ne m'agenouillerai devant vous à aucun moment, quelle qu'en soit la raison. La prison, je ne la risque pas. À aucun moment. C'est vous qui ignorez à qui vous vous adressez et ce pourquoi je suis parfaitement libre de vous envoyer balader si je le souhaite. Mais je ne relèverai pas la stupidité d'un vieil aigri, retournez dans votre grotte, au moins vous arrêterez de faire pleurer tous les enfants qui vous voient. »

Il pensait s'en tirer ainsi maintenant ? Il partait en laissant les livres sur le sol, après lui avoir confirmé qu'il n'était rien d'autre qu'un paysan qui avait tenté de monter sur ses grands chevaux. Qu'espérait-il ?

Posant les derniers livres qu'elle avait en main sur l'étagère la plus proche, la demoiselle bondit à la poursuite du Jiken. En quelques secondes, elle le rattrapa, plaquant sa main sur son épaule et le tirant violemment en arrière, le renvoyant vers le coeur de la bibliothèque tout en veillant de pas l'envoyer dans une étagère. Elle n'allait certainement pas se retrouver à ramasser une centaine de livres à cause de ce crétin. Lui par contre allait ranger le fruit de sa bétise.

    « Je crains que vous n'ayez pas compris votre place dans cette affaire. Non seulement vous allez me présenter vos excuses, mais vous allez aussi aller ranger les livres que vous avez fait tomber. C'était par ailleurs extrèmement bas. S'en prendre à des biens matériels parce que vous êtes incapables d'aligner trois mots pour faire une phrase correcte digne d'attention et penser les laisser dans cet état. Vous vous prenez pour qui ? Et tant que vous y êtes, quand vous aurez rangé cela, vous irez présenter vos excuses au gérant pour avoir abîmer volontairement des biens de l'Académie. »

La jeune fille fixait l'homme d'un air menaçant, ses yeux se mettant peu à peu à briller et ses pupilles se fendant. Elle activait son Kerryûgan, montrant qu'elle ne le laisserait pas fuir.

    « Si vous refusez d'obtempérer, je vous le donnerai dans le couloir votre entrainement, et lorsque vous serez K.O., je vous ramènerai ici et je garantis que cette fois vous obéirez. Dans tous les cas, n'espérez pas sortir avant que tout soit rangé. »


© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]   
 

Le silence est d'or [PV Katsuko et Yui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hiroshi Katsuko (début)
» Une équipe improbable [F.T K. Okita / C. Katsuko / S. Reila]
» Conflit Culinaire. FT Chinoike Katsuko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Suna :: Académie-