AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 15 Fév - 15:52
Une quête perdue d'avance ?
Featuring
Daijiro & Kisame







© A-Lice

À peine avait-elle fini sa petite provocation que les deux hommes, hésitants jusqu'à lors au vu de la violence des premiers coups de la demoiselle, se jetèrent littéralement sur elle. Elle failli éclater de rire quand elle vit celui de gauche qu'elle avait juste un peu amoché s'empala sur la patte d'araignée de son camarade. Son regard avait totalement changé, tout comme le visage de Katsuko. Si elle avait gardé une expression plutôt neutre, voire moqueuse, un sourire prédateur s'était désormais installé sur son visage. L'homme qui lui faisait encore face la frappa donc de plusieurs coups violents dans le ventre suivit d'un coup dans la tête qui la sonna légèrement.

Visiblement, il avait compris qu'il ne devait pas retenir ses coups contre cette fillette de petite taille... Malheureusement pour lui, cet enchaînement énerva la demoiselle. Il avait du lui faire quelques lésions intérieures puisque, reculant de quelques pas sous le défoulement de son adversaire, elle cracha un peu de sang au sol.
    « C'est pas très gentil de taper ainsi une jolie fille tu sais. Je vais t'apprendre les bonnes manières... »

Katsuko était passée du sourire cruel à l'absence totale d'émotions qui la caractérisait lorsqu'elle était énervée. On ne frappait pas ainsi une fille de son rang. Pas sans le payer de sa vie, aussi s'assurerait-elle qu'il soit bien mort quand elle en aurait fini avec lui. Crachant une nouvelle fois au sol, elle se jeta à son tour sur son adversaire, sans aucune retenue cette fois. Elle enchaîna rapidement feintes et attaques choisies, transperçant à plusieurs reprises son adversaire. Celui-ci, totalement dépassé par la violence soudaine et inattendue de la vampirette, ne fut capable de réagir.

Le torse désormais percé en quatre endroits dont un poumon et le foie, l'homme tomba à genoux, toussant et crachant du sang. Il était visiblement incapable de riposter après une telle démonstration de violence, ce qui fit recouvrir son sourire sadique à la demoiselle.
    « Bonne nuit mon choux. »

Katsuko fit un pas en avant, et tournant sur elle même pour prendre de la vitesse et rendre son coup plus violent, elle décapita d'un coup puissant l'homme à genoux. Cette fois, il était bien mort. La demoiselle fit disparaître alors son épée de sang. Elle ne s'embarassait pas vraiment des détails, aussi laissa-t-elle la tête sur le sol et mordit sauvagement dans le corps décapité de sa victime pour reprendre quelques forces avec le sang ingurgité. A peine avait-elle commencé son repas que Kisame revint vers elle, il semblait un peu amoché mais ce n'était pas grand chose. Le détail qu'elle remarqua cependant et qui la mit sur ses gardes était son bras, toujours sous forme arachnéenne.
    « Pas le temps de manger petite, ils ont fait l'erreur de venir jusqu'à moi, et je suis capable de traqueur leur déplacement tant qu'on prend pas trop de temps, ça veut dire que je peux nous mener à leur planque... Mais on à tout de même un problème, tu dis que tu travaille pour la princesse... Mon associé et moi, on travaille pour le prince... Et y'a qu'un seul diamant, alors je me demande bien ce qu'il va se passer par la suite. »

Elle fit la moue et s'arrêta de manger lorsqu'il lui dit qu'ils allaient partir dans l'instant. Il pointa cependant le fait qu'ils travaillaient tout deux pour retrouver le diamant, chacun pour un membre de la royauté. Probablement une histoire d'honneur, de pouvoir, une chose de ce genre. Il ne semblait pour le moment pas dans l'optique de la tuer pour finir sa propre mission tranquillement, c'était déjà ça. Il la battrait probablement, même avec de l'inventivité venant d'elle. Elle devait bien faire en sorte qu'il demeure de son côté. Si elle pouvait même le convaincre de la laisser partir avec le diamant, ce serait parfait. Elle risquait énormément si jamais elle ne parvenait pas à l'obtenir, mais ce n'était pas le genre d'homme qui acceptait les suppliques. Elle le savait. Tout comme elle, ce genre de chose devait l'exciter et lui donner plus encore envie de jouer avec sa proie, un chat tenant une souris perdue entre ses pattes.
    « On verra ça une fois qu'on l'aura récupéré, ce diamant. Pour l'instant, il est dans les pattes des potes de ces deux proies. Si tu peux les pister, je te suis. Sans sang à flairer ni trace facile à suivre, je ne suis pas une excellente traqueuse. Mais après, si tu as du temps à perdre, j'aime bien apprendre de nouvelles choses. Enfin on verra ça plus tard. Je te suis, Kisame. »

Il ne semblait cependant pas enclin à continuer cette mission ainsi, marchant nerveusement. Elle était venue contrarier sa traque dans un sens, ce qui pouvait expliquer son énervement, mais elle l'avait aidé à tuer ces deux hommes, et ils étaient peut être encore nombreux.
    « Je n'ai pas envie de me battre contre toi. Déjà parce que je pense que tu es plus fort, mais aussi parce que j'aime ton esprit de traqueur et ta manière de te battre. De plus, si on s'entretue maintenant, leurs camarades risquent de nous retomber dessus et de nous achever sans que l'on puisse se défendre. Ou encore une quelconque police. Ces deux-là on quand même tué le serveur de manière peu discrète... On devrait continuer de parler une fois le diamant récupéré, ou au pire, au moins une fois que l'on se sera éloignés de ce bâtiment... Et je crois avoir croisé ton collègue Kirijin au palais. Il n'avait pas l'air d'avoir trouvé grand chose, mais si eux deux nous ont retrouvé aussi facilement, je doute que l'autre ne se soit pas déjà fait attraper... Si tu tiens un tant soit peu à lui, ne serais-ce que pour tes relations avec ton village même si tu n'aimes pas ta chère Kage, on devrait aller l'aider rapidement avant qu'ils ne choisissent de le saigner. Ça te va si on discute de la fin de la mission plus tard ? Pour éviter par exemple qu'ils ne disparaissent dans la nature avec le ThunderGold et ton collègue pendant qu'on discute ou qu'on se tape ici ? »

Neiko espérait avoir été assez convainquante sur le fait que cette discussion pouvait être reportée à plus tard, elle ne tenait pas à le voir tenter de l'éventrer dans les minutes qui suivaient. Elle comptait bien vivre encore de longues années, même si elle devait subir pour cela un énorme châtiment de son père.





HRP:
 

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 15 Fév - 22:20
A peine revenu dans la pièce d'à côté que Katsuko avait déjà commencer son repas, je commence à me demander comment une fille si svelte est capable d'ingérer autant, elle semble constamment en train de boire du sang depuis qu'on s'est rencontré aujourd'hui, je lui lance mon avertissement, ainsi que mon intérogation, et elle me répond de la pire façon, sans m'offrir quoi que ce soit pour changer ma décision.

    « On verra ça une fois qu'on l'aura récupéré, ce diamant. Pour l'instant, il est dans les pattes des potes de ces deux proies. Si tu peux les pister, je te suis. Sans sang à flairer ni trace facile à suivre, je ne suis pas une excellente traqueuse. Mais après, si tu as du temps à perdre, j'aime bien apprendre de nouvelles choses. Enfin on verra ça plus tard. Je te suis, Kisame. »


Je m'avance légèrement vers elle, prêt à en découdre, mais elle m'interrompt en se lançant dans une tirade au mots bien choisis.

    « Je n'ai pas envie de me battre contre toi. Déjà parce que je pense que tu es plus fort, mais aussi parce que j'aime ton esprit de traqueur et ta manière de te battre. De plus, si on s'entretue maintenant, leurs camarades risquent de nous retomber dessus et de nous achever sans que l'on puisse se défendre. Ou encore une quelconque police. Ces deux-là on quand même tué le serveur de manière peu discrète... On devrait continuer de parler une fois le diamant récupéré, ou au pire, au moins une fois que l'on se sera éloignés de ce bâtiment... Et je crois avoir croisé ton collègue Kirijin au palais. Il n'avait pas l'air d'avoir trouvé grand chose, mais si eux deux nous ont retrouvé aussi facilement, je doute que l'autre ne se soit pas déjà fait attraper... Si tu tiens un tant soit peu à lui, ne serais-ce que pour tes relations avec ton village même si tu n'aimes pas ta chère Kage, on devrait aller l'aider rapidement avant qu'ils ne choisissent de le saigner. Ça te va si on discute de la fin de la mission plus tard ? Pour éviter par exemple qu'ils ne disparaissent dans la nature avec le ThunderGold et ton collègue pendant qu'on discute ou qu'on se tape ici ? »


Je prend le temps de considérer ses paroles, en effet, on n'a pas vraiment le loisir du temps, quand les compagnons de ses deux hommes se rendront compte de l'absence des gens qu'ils ont envoyer pour cueillir la Chinoike, ils risquent de paniquer et de changer de lieu de vie, embarquant avec eux le Diamant, mais également comme elle à su le faire remarquer, mon collègue... La Mizukage n’appréciera pas du tout le fait que je revienne les mains vide, mais me tranchera sans doute la tête si je reviens sans mon partenaire, alors autant faire vite...

Je regarde Neiko' droit dans les yeux pendant quelques secondes, comme pour jauger son regard, tenter de percer à travers un quelconque mensonge, à travers une quelconque fourberie, mais je n'ai jamais été très bon pour ça, je lui tourne donc le dos et commence à remonter la piste tout en cachant mon bras métamorphosé sous ma longue veste de cuir, les taches de sang recouvrant mon corps risquent grandement d'alerter les autorités, je remet donc sur mon front le bandeau de Kiri, de sorte à posséder une quelconque répartie lorsque je devrais passer les portes de la ville en compagnie de la Dame Vampire.

Je profite du chemin pour avertir ma camarade temporaire, je fais en sorte de lui faire comprendre par mes mots et surtout par mon ton de voix, que la traitrise ne sera pas de mise.

    Ecoute petite, on à réussis à être honnête l'un envers l'autre lorsque nous nous sommes rencontrés à Shio, alors laisses moi te dire une chose, si jamais tu oses essayer de me planter une quelconque dague dans le dos lors de cette mission, tu peux être certaine que je viendrais t'arracher des bras même de ton père, je m'immiscerais dans Suna même pour venir te chercher, et crois moi bien petite, je saurais te faire supplier, j'ai un don naturel pour cela... Quoi qu'il en soit, on aura une discussion sérieuse sur la suite, lorsqu'on aura récupérer le joyau, je te promet que je ne tenterais pas de coups bas, et je compte sur toi pour faire la même.


Arrivés au portes de la capitale, la garde nous arrête brusquement, le sang qui nous recouvre n'est pas le notre pour la plupart, et cela les à bien alerter, je leur montre rapidement le document qui prouve que j'ai été envoyé ici de la part de la Mizukage, et leur explique notre mission, les quatre hommes au portes semblent hésitant au début, mais finissent par accepter de nous laisser passer, je continue de suivre la piste qui nous à fait zigzaguer dans la ville pendant déjà deux bonne heures, ils ont du patienter un long moment en dehors du Palais pour se mettre à filer la jeune Chinoike, mais nous voilà enfin en dehors de la ville, et leur piste reprend un schéma linéaire, elle nous amène jusque dans la forêt, et petit à petit proche d'un grand lac sur le haut d'un plateau, je m'arrête brusquement, alors que la piste Chakratique me porte jusqu'au rebord du lac...

Je n'ai pourtant pas fait d'erreur, je prend néanmoins mon temps pour vérifier, je me penche au sol et fouille jusqu'à retrouver les traces de leur pas, et ces dernières en effet se dirigent droit vers le lac.

    Non pas que mon désir soit de te noyer dans le lac, mais j'ai bien peur qu'il soit nécessaire de plonger, tout les indices portent à mener qu'ils viennent de ce lac, et qu'ils viennent de l'intérieur même de ce dernier... Ils doivent avoir une planque quelque part pour des habits secs....


Je me redresse et continue de fouiller légèrement la zone jusqu'à découvrir une boite dans le creux d'un arbre, elle contient trois ensemble de vêtements sec, ce qui doit signifier qu'il reste trois d'entre eux à l'intérieur...

    Bon, deux contre trois, s'ils sont aussi fort que les deux dans le bordel, ça risque d'être compliqué... Mais je pense qu'on peut le faire, d'autant que l'on possède l'avantage de la surprise, plus encore puisqu'ils ne me verront pas venir... Prête ?


Je lui lance un sourire carnassier, essuyant le sang séché sur mon menton, avant de plonger dans le lac pour y suivre le reste de la piste, pas mal d'allez retour on été effectués ici, et quelques secondes de nages que je remarque déjà une cavité au fond du lac, je nage donc jusque là bas et en empruntant le passage et remontant un peu sur une dizaine de mètres, je finis par atterrir dans une grotte, je tend ma main à Katsuko pour l'aider à se hisser sur le rebord, tout en lui faisant signe de se taire en plaquant mon index sur mes lèvres, la caverne se sépare en deux au bout d'une vingtaine de mètres, il y à de la lumière dans les deux orifices, néanmoins des bruits me parviennent de celui de gauche, quelqu'un sans doute très énervés est en train de gueuler sur un autre, en train de lui reprocher d'avoir laisser sa garde baissée, je m'avance donc tout en me fondant dans le décor après avoir recouvert mon corps d'une carapace de chitine, et d'avoir fait signe à Katsuko d'avancer.

Je progresse, invisible, une main sur la paroi de la caverne jusqu'à la source des bruits pour découvrir une salle plutôt large, où les barreaux d'une cellule avait été encastrés dans le plafond et le sol de la caverne pour en faire un lieu de détention plutôt bien fait, à l'intérieur de cette petite cage, je reconnais le jeune Daijiro, inconscient, proche de lui un autre homme, un blessé et semblant inconscient lui aussi, à moins qu'il soit mort, impossible de déterminer à cette distance, la porte de la cellule ouverte, un homme grand et extrêmement musclé était en train de s'approcher de Daijiro, ça devait être l'homme qui vociférais il y à quelques secondes de ça, de dos, pas plus d'informations, le second lui était plutôt petit, approchant les mètres soixante ce qui pour un homme était incroyablement rare, il portait une longue tenue ample qui pouvait cacher n'importe quoi, il semblait penaud, comme s'il avait fait une erreur, c'était lui que j'allais avoir en premier, les plus petit et vicieux d'abord, l'autre homme était évidemment un combattant au corps à corps au vu de sa stature, mais l'autre pouvait être n'importe quoi, et c'était cela qui était le plus inquiétant.


Je m'avance donc, invisible, pour me positionner derrière l'homme le plus rapidement possible, laissant à Katsuko l'initiative d'annoncer son arrivée, me préparant à perforer violemment l'homme dans le dos, au moment ou elle ferait son apparition.

Spoiler:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 1:42
Une quête perdue d'avance ?
Featuring
Daijiro & Kisame







© A-Lice

Si Kisame n'avait visiblement pas apprécié la première partie de sa réponse, lorsqu'elle s'en était rendu compte et qu'elle avait changé sa méthode, elle avait réussi à l'atteindre et à lui faire comprendre qu'elle ne lui voulait aucun mal et qu'il avait tout intérêt à ne pas la tuer. Pour le moment en tous cas. Il la regarda ensuite directement dans les yeux, elle soutint son regard. Elle ne lui mentait pas, elle espérait qu'il le comprendrait et qu'il irait dans son sens. Il ouvrit donc la marche, lui tournant le dos et se lançant sur la piste chakratique. Sa meilleure chance d'obtenir le diamant était probablement d'avoir une opportunité de sauver la vie du Jûro. Peut être accepterait-il alors de la laisser garder le diamant pour régler sa dette... Mais ce ne serait pas évident.
    « Ecoute petite, on à réussis à être honnête l'un envers l'autre lorsque nous nous sommes rencontrés à Shio, alors laisses moi te dire une chose, si jamais tu oses essayer de me planter une quelconque dague dans le dos lors de cette mission, tu peux être certaine que je viendrais t'arracher des bras même de ton père, je m'immiscerais dans Suna même pour venir te chercher, et crois moi bien petite, je saurais te faire supplier, j'ai un don naturel pour cela... Quoi qu'il en soit, on aura une discussion sérieuse sur la suite, lorsqu'on aura récupérer le joyau, je te promet que je ne tenterais pas de coups bas, et je compte sur toi pour faire la même.
    - ... Je ne suis pas très contente que tu doutes de moi, mais je suppose que je peux comprendre tes raisons. Non je n'ai aucune envie de te trahir, et j'aimerai terminer cette mission en vie. Avec le diamant serait le rêve mais les rêves sont rarement atteignables, je saurai souffrir de ne pas le réaliser. Et comme je te l'ai dit, je t'apprécie, donc je n'ai pas envie de te faire de coups bas. C'est si rare les gens qui me comprennent ne serais-ce qu'un peu. »

Le traqueur continuait sa poursuite, s'étant laissé convaincre par la demoiselle. Il avança en tête et elle le suivait calmement, tâchant de dissimuler au moins en partie le sang qu'elle avait sur elle. Qu'au moins elle ne crée pas une émeute en ville qui serait bien gênante.

Ils avancèrent donc en silence pendant un long moment. Katsuko ne parlait pas, elle n'osait pas déconcentrer l'homme qui la guidait actuellement, il pouvait très bien changer d'avis et la tuer sans plus de cérémonies. Mieux vallait faire profil bas, qu'elle profite du temps de vie qu'il lui restait, que ce soit jusqu'à ce que Kisame choisisse de la tuer ou que ce soit son père qui s'en occupe à son retour... Ils avancèrent pendant plus de deux heures avant d'atteindre une forêt. La journée était bien avancée, le Soleil avait fait plus des trois quarts de sa course. Sa lumière filtrait à travers les feuilles, créant une atmosphère surréaliste plutôt apaisante. La vampirette profitait de ce moment pour respirer un peu, se calmer et mieux se concentrer. Ils n'étaient probablement plus très loin.

Comme des lapins, les Yaoya-san allaient se faire bientôt débusquer et être chassés par les deux prédateurs qui se suivaient l'un derrière l'autre. Le duo arriva d'ailleurs finalement sur les berges d'un lac. Kisame continua d'avancer jusqu'au bord de l'eau, où il tiqua un moment.
    « Non pas que mon désir soit de te noyer dans le lac, mais j'ai bien peur qu'il soit nécessaire de plonger, tout les indices portent à mener qu'ils viennent de ce lac, et qu'ils viennent de l'intérieur même de ce dernier... Ils doivent avoir une planque quelque part pour des habits secs.... »

La demoiselle Chinoike se contenta de hocher la tête. Elle avait confiance en lui. S'il voulait la tuer, il le ferait probablement de face, ou après l'avoir torturée. Il n'avait pas besoin de l'attaquer de dos, et elle espérait ne pas se tromper. Elle le suivrait dans le lac s'il le fallait, elle n'avait pas peur de l'eau. Il trouva peu après une cache avec des habits secs, leur signalant qu'il y avait trois personnes dans cette cachette sous le lac.
    « Mais je pense qu'on peut le faire, d'autant que l'on possède l'avantage de la surprise, plus encore puisqu'ils ne me verront pas venir... Prête ?
    - Prête. Je te suis. »

Les traces de chakra devaient être très présentes ou très fraiches ici, Kisame fila très rapidement, il savait parfaitement où il allait. Le sourire carnassier qu'il avait fait avant de plonger pouvait vouloir dire beaucoup de choses, elle préférait espérer qu'il ne souhaitait s'amuser qu'avec les bandits. À l'intérieur, il serait invisible, elle serait donc comme seule. Ils avancèrent donc jusqu'à pénétrer dans une grotte par un passage assez étroit qui menait jusqu'à une pièce plus large. Le traqueur se retourna à la fin pour l'aider à se hisser jusqu'à l'intérieur du caveau. Il lui indiquait de garder le silence, ce qu'elle fit sans rechigner. Ils entendirent un homme, probablement en train de crier sur un second, lui disant qu'il avait fait n'importe quoi.

Sur un signe du Kirijin, Katsuko avança vers ces cris, puis celui-ci disparu. Elle continua donc de marcher, faisant le moins de bruit possible. Elle eut finalement la scène en vue. Le jeune garçon qu'elle avait croisé au palais était là, au sol, visiblement inconscient. Un homme très grand à l'allure dangereuse s'en approchait tandis qu'un second, petit, avec une tenue qui le camouflait, empêchant toute analyse de ses capacités. Il serait probablement plus dangereux que l'autre, qui serait prévisible. Mieux valait le tuer directement avant même que l'autre ne comprenne ce qu'il se passait.

Prenant une grande respiration sans faire de bruit, Neiko se créa un bouclier sanguin de la taille de son buste. Elle créa ensuite trois billes de sang qu'elle renforça, les faisant coaguler, puis les projeta sur le petit homme.

    « Bande de lâches ! A trois sur un gamin ! Foutez lui la paix ! »

La jeune demoiselle prit un air peu sure d'elle, reculant de quelques pas, comme une apeurée qui aurait réagit sur un  coup de tête. Elle comptait sur Kisame pour les prendre par surprise et leur faire un maximum de dommages avant même qu'ils ne comprennent ce qu'il se passe. Elle se mit ensuite même à courir en arrière quand elle vit l'homme géant se mettre à sa poursuite. L'autre, qui devait pourtant souffrir, sembla rester sur place. La demoiselle courait donc vers la sortie, se donnant ainsi l'occasion de se créer une épée puis de lancer son bouclier tout en le modifiant, blessant ainsi son ennemi qui ne s'attendait absolument pas à voir ledit bouclier devenir un boomerang aux bords dentés tranchants. Elle rattrapa son bouclier et se plaça en garde, de manière à réceptionner son adversaire. De toutes façons, elle était au bout de la caverne, elle ne pourrait pas le fuir et le frapper à distance plus longtemps.

Elle vit avec surprise l'homme se jeter sur elle avec une vitesse qu'elle avait totalement sous-estimée. S'il n'avait pas été à l'aise pour se déplacer rapidement dans des couloirs qui au final n'étaient pas si hauts de plafond, dans cette pièce plus haute, il avait la liberté de ses mouvements. Il avait par ailleurs sorti deux épées "courtes", qui du moins l'étaient par rapport à sa taille gigantesque par rapport à la petite fille qui lui faisait face. Elle n'avait probablement pas fait le meilleur choix concernant cette fuite, ce qui se confirma lorsque d'un seul coup d'épée d'une violence inouïe, le Yaoya-san brisa son bouclier.

Il enchaîna sur deux autres coups violents qui virent blesser la jeune fille au bras gauche, celui qui portait son ancien bouclier, et à la hanche droite. Elle avait eu le réflexe de reculer légèrement, ce qui lui avait évité d'être coupée en deux, mais la douleur l'envahissait désormais. Celui-ci ne plaisantait pas. Grimaçant, la Chinoike passa à son tour à l'attaque. Heureusement pour elle, l'autre ne semblait pas suivre. Probablement avait-il rencontré Kisame sur son chemin. Elle passa à son tour à l'attaque. Elle commença immédiatement par une feinte suivie d'un geste rapide où elle plongea son épée dans la blessure qu'elle avait déjà faite avec son bouclier pendant la course-poursuite de quelques secondes, faisant lacher un grognement à l'homme qui avait tenté de se protéger de ses bras de métal mais qui n'avait fait que se faire avoir par le premier mouvement de la vampire.

Dans la foulée, la fille sortit sa lame et la rentra de nouveau deux fois, élargissant considérablement la plaie, jusqu'à ce qu'un violent coup d'épée vienne la cueillir à la hanche. Heureusement pour elle, l'angle de la lame n'était pas bon puisque le shinobi avait réagit en urgence face au déluge haineux de Neiko, sans quoi elle aurait sans doute été coupée en deux, mais elle sentit les bords de l'épée mordre son flanc et deux de ses côtes craquer sous le coup. Elle aurait du mal à remonter à la nage. C'était certes une préoccupation un peu étrange en cet instant, mais c'était la seule qui lui occupait l'esprit. Elle ne pouvait pas penser à la mort, elle n'avait pas le droit, pas contre un ennemi si ridicule. Il était peut être fort, mais son cerveau était probablement vide. Du moins c'est ce qu'elle se disait pour se rassurer. L'homme s'avança ensuite vers elle, un sourire sadique au visage, et lui planta ses deux épées dans les bras, la clouant au sol et lui arrachant un hurlement de douleur. Alors qu'il se penchait vers elle après l'avoir immobilisée et pensant probablement l'avoir mise hors d'état de combattre, elle le fixa avec haine et lui cracha au visage. Il porta une de ses mains à sa joue pour essuyer le crachat, un sourire mauvais sur les lèvres, quand il vit, trop tard, trois billes de sang foncer vers lui. Elles firent un aller-retour, créant un trou de la taille d'une boule de billard dans sa carotide, un flot de sang s'en échappant alors. Il porta alors sa main à sa gorge, la bouche ouverte, cherchant de l'air, puis tituba en arrière quelques secondes avant de s'effondrer. Cette fois, il était mort, mais elle était dans un sale état également.

Si la douleur l'avait immobilisée sur le moment, elle se rendit rapidement compte que les épées n'étaient pas si bien plantées dans le sol que cela. Elle bougea alors les bras de gauche à droite doucement pour limiter la douleur, mais elle souffrait considérablement. Elle ne serait pas en état de combattre avec toutes ses capacités avant plusieurs jours maintenant. Elle parvint finalement à faire tomber l'épée droite, puis retira aussi doucement que possible la seconde. Elle se fit alors un bandage solide à chaque bras là où elle avait été transpercé puis alla utiliser ses dernières forces pour manger sur le corps de son ennemi qui avait failli la tuer. Elle espérait que ce sang ingurgité, en plus de lui confirmer la mort du géant, lui permettrait de survivre à ses blessures. Elle retourna ensuite sans un bruit jusqu'à la salle où se trouvait Daijirô, y jetant un oeil en espérant ne pas être vue.

Il fallait seulement que Kisame parvienne à tuer également son adversaire. Sinon... Elle ne préférait pas y penser.




HRP:
 

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 2:26
Je me suis rapidement mis en position derrière l'homme, et quelques secondes à peine après cela, Katsuko débarque dans la pièce pour lui envoyer une volée de sang de plein fouet, ce dernier semble surpris, et se retourne rapidement, avant de disparaître pile au moment ou je tente d'enfoncer mon bras en plein dans son dos, il s'est déplacé, le géant lui se rue vers Katsuko.

    « Bande de lâches ! A trois sur un gamin ! Foutez lui la paix ! »


Après ses mots, la jeune fille effectue une retraite et sors de mon champ de vision, mais j'ai un adversaire plus important à me faire pour le moment, l'homme est devenu invisible, et moi l'inverse, le temps d'une petite seconde, avec de la chance il ne m'a pas vu, puisque j'était dans son dos, mais s'il s'agit d'un senseur comme moi, alors aucune chance, il à au moins du sentir les émanations de Chakra, j'affine mes sens au maximum, les bruits résonnent dans mes oreilles et les contours de la silhouette du senseur se dessine à quelque mètres de moi, transformant mes jambes brusquement pour améliorer ma vitesse je bondit vers lui sans lui laisser le temps d'esquiver et je plante mon bras dans son ventre, attrapant sa veste de mon autre main pour être certain que cette fois çi, il ne m'échappera pas, mon regard croise le sien, et la peur est présente dans ses yeux, il n'a nulle part où aller.

Je retire mon bras, et le perfore à nouveau, je recommence le geste autant de fois que nescessaire malgré les hurlements de l'homme, il tombe à genoux, me suppliant d'arrêter, mais même si je cessais maintenant, il mourrait de ses blessures, il me dit qu'il est désolé, qu'il ne recommencera pas, puis il s'aggripe à ma veste, tout ça pour lâcher prise quelques secondes ensuite, me laissant couvert de sang, ses tripes s'étalant sur le sol, un rire guttural s'échappe de mes lèvres, pauvre homme, même pas eu le temps de se défendre, il aurait du faire plus attention à ses alentours... Les bruits de combats au bout du couloir sont terminés, je me redresse et me rend à nouveau invisible, prêt à en découdre avec ce qui sortira du couloir.

Je m'avance donc, discrètement en direction de l'entrée de la grotte, et à mi chemin, je vois Katsuko, en très mauvais état, et épuisée, je la laisse passer derrière moi et lui tapote la tête tout en dissipant mon camouflage.

    Tu t'es faite éclatée dis moi hein ? A croire que ces vendeurs de légumes ont plus d'un tour dans leur sac, enfin je dirais pas ça pour l'autre con en robe, le pauvre ne devait pas savoir faire grand chose, mais après tout, c'est la même pour tout ceux qui sont pris par surprise en général.


Elle semblait avoir du mal à marcher, des plaies bien visible sur son flanc, des côtes à la hanche, et elle avait bandé des plaies qui semblait être au bras, et à la vue du sang qui recouvrait les bandages, le coup avait du traverser, puisque les tâches s'étendaient des deux côtés.

    Allez princesse, on va aller réveiller mon subordonné et on aura une petite discussion, t'façon, c'est pas comme si tu pouvais nager toute seule jusqu'à la surface dans ton état hein ?


J'attrape la jeune Chinoike, une main dans le dos, une main sous les jambes, et je la transporte jusqu'à la cellule où je la pose délicatement au sol, avant de trainer le cadavre du bandit jusqu'à elle, traçant une sympathique ligne de tripes et de sang entre le lieu ou il est mort, et Neiko'.

    Bouges pas, je vais chercher le Thundergold, et on parlera juste après ça.


Je me retourne rapidement et pars dans l'autre bouche du tunnel, jusqu'à trouver ce qui semble être le lieu de vie des bandits, quelques lits rudimentaire, des provisions, des vêtements, et un vieux coffre en bois massif et aux armature en métal, sans doute très solide, s'il n'était pas déjà ouvert, je fouille un peu parmi les pièces et les bijoux jusqu'à trouver un Diamant gros comme un poing, pas de doute, ça doit être l'objet de notre expédition, je le prend dans une main, et déniche un sceau d'eau ainsi qu'un torchon dans l'autre, je retourne donc dans la salle de la cellule, et je pose le diamant au sol entre Katsuko et Daijiro, puis je trempe le bout du torchon dans l'eau, me penchant sur mon camarade, et je lui fouette le visage avec pour le réveiller.

    Allez debout, on à pas que ça à foutre que de d'attendre, et je gaspillerais pas mon sceau d'eau sur toi.


Au bout de quelques secondes, le jeune homme ouvre lentement les yeux, je me relève, et je m'assied contre un mur, formant un triangle autour du Diamant, je commence à nettoyer ma veste de cuir, ne laissant pas au sang le temps de sécher, l'eau du lac ferait le travail, mais laisserait sans doute quelques détails, et je ne veux pas que mon habit préféré ne soit abîmé.

    Je vais commencer par te féliciter petit, tu as eu l'un d'entre eux à toi tout seul, et certes je les ai traquer à partir de ceux qui nous ont attaquer, mais s'ils ne l'avaient pas fait j'aurai simplement eu besoin de suivre ta piste chakratique jusqu'à leur planque, donc bravo, tu as été splendide.


Il est vrai que j'avais un ton moqueur, mais tout ce que j'ai dis n'était pas ironique, j'aurai pu effectuer cette infiltration sans l'aide de nos deux camarade dans le bordel, et il avait bel et bien éliminer un des bandits à lui tout seul, et j'en avais combattu un, ils ne sont pas si mauvais que ça, après tout il à réussis à me péter deux côtes, ce qui n'est pas un exploit, mais c'est tout de même respectable.

    Mais nous avons un léger problème... Daijiro, je te présente Chinoike Katsuko, c'est une de mes rares amie, très rare je dirais même, et il s'avère qu'elle à une... requête, à nous faire part, je la laisse s'expliquer.


Certes j'aurai pu prendre la décision de l'écouter et ne pas offrir à mon camarade son mot à dire dans l'histoire, mais je préfère jouer la carte de l'honnêteté avec le jeune homme, après tout il vaut mieux que nous soyons tout les deux exact sur notre rapport avec la Mizukage, car si elle détecte une variation de l'un d'entre nous, alors sa réaction sera sans doute plus que mauvaise, et il faut être un fou pour tenter de rendre Irina Uchiha en colère...
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 7:01

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 

Sixième Post

Allez debout, on a pas que ça à foutre que de d'attendre, et je gaspillerais pas mon sceau d'eau sur toi.

Je sursautais, me prenant plusieurs coup de serviette mouillée. J'ouvrais un œil, découvrant Papi-Shinobi... Il m'avait sauvé comme je l'avais prévu. Je lui adressais un sourire, me réveillant petit à petit... Malgré tout, je restais craintif à propos de cet homme qui m'avait attaqué... Ma veste était ouverte, mon tee-shirt déchiré à cause de cette bête. Néanmoin, j'avais réussi a le vaincre. Je toussais, crachant un peu de sang qui m'était resté dans la bouche.

Je vais commencer par te féliciter petit, tu as eu l'un d'entre eux à toi tout seul, et certes, je les ai traquer à partir de ceux qui nous ont attaquer, mais s'ils ne l'avaient pas fait, j'aurais simplement eu besoin de suivre ta piste chakratique jusqu'à leur planque, donc bravo, tu as été splendide.

Je baissais la tête, écoutant tout de même de mon camarade. Ces paroles... Tout ça était là pour me consoler, pour rien d'autre. Je ne connaissais pas bien Papi-Shinobi, mais je pouvais sentir un sentiment de frustration me traverser... Tout ça, c'était de ma faute. Je mettais mis dans la merde tout seul et j'avais dû jouer la princesse en détresse. Je prenais un air totalement déprimé, me rappelant que j'avais été si faible, la tête bloquée contre la pierre, cet homme dans mon dos... Je voulais en vomir.

Mais nous avons un léger problème... Daijiro, je te présente Chinoike Katsuko, c'est une de mes rares amie, très rare je dirais même, et il s'avère qu'elle à une... requête, à nous faire part, je la laisse s'expliquer.

Je relevais la tête, jetant un œil vers cette jeune fille que je n'avais pas remarqué. Cette fille avait des cheveux roses, un regard faisant froid dans le dos. C'était la même fille que j'avais croisé après ma rencontre. Elle semblait assez mal en point et elle m'avait sauvée en partie... Je me redressais avec difficulté, me tenant l'épaule, cherchant un bandage dans ma poche ninja, m'approchant près de cette fille. Elle semblait plus ou moins sauvage, néanmoins, je voulais l'aider. J'inclinais ma tête quelques secondes devant elle.

"Merci... Merci de m'avoir sauvé."

Je prenais une grande inspiration, examinant du regard les blessures de la jeune fille aux cheveux roses. Je semblais un peu troublé, mes relations avec les filles se limitant à l'imagination. Malgré tout, je prenais mon courage à deux mains, venant désinfecter la plaie sur le bras de Katsuko, n'osant pas désinfecter plus loin... Je laissais mon regard croiser le sien quelques secondes, m'apercevant qu'elle et Kisame était bien plus courageux que moi. Je passais un bandage autour du bras de la jeune fille en guise de remerciement, attendant de voir ce qu'elle avait a dire.
 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 10:42
Une quête perdue d'avance ?
Featuring
Daijiro & Kisame







© A-Lice

    « Mais nous avons un léger problème... Daijiro, je te présente Chinoike Katsuko, c'est une de mes rares amie, très rare je dirais même, et il s'avère qu'elle à une... requête, à nous faire part, je la laisse s'expliquer. »

Première information, ce gamin pas très malin qui s'était laissé surprendre par les Yaoya-san s'appelait Daijiro. Seconde information, il était effectivement sous la garde de Kisame puisque celui-ci sembla le féliciter un peu trop gentiment alors qu'il avait été capturé et qu'il avait manqué de mourir. Cela ne convenait pas à ce que le traqueur lui avait laissé voir de lui. Au moins avait-il parlé d'elle comme l'une de ses rares amies. Elle survivrait peut être à cet épisode.
    « Merci... Merci de m'avoir sauvé. »

Le garçon s'était approché d'elle et semblait vouloir lui montrer sa gratitude. Il regarda ses blessures et essaya de s'occuper des bras transpercés de la demoiselle, semblant vouloir les désinfecter. Elle n'avait plus la force de le repousser, tout son corps lui faisait mal, elle se laissa faire. Un bref "merci" lorsqu'il s'écarta finalement, c'était maintenant à elle de s'expliquer pour éventuellement espérer récupérer le ThunderGold.
    « Comme Kisame l'a dit, j'ai une requête. J'ai reçu la même mission que vous, mais ma part vient de la princesse Genrô Mikasa. Non pas que je l'apprécie, mais elle a envoyé une missive à Suna, et mon père a jugé bon de m'envoyer la faire seule. C'est une sorte de test en somme. »

Neiko soupira. Elle n'avait absolument pas envie de se montrer plus en position de faiblesse qu'elle ne l'était physiquement. Ses relations avec son père et le châtiment qui l'attendrait si elle ne parvenait pas à les convaincre ne concernait qu'elle. Aucun des deux hommes qui étaient ici avec elle ne savait ce que dissimulait ses manches de toutes façons, et il en demeurerait ainsi.
    « Encore une fois, tu as choisi d'être honnête avec moi à Shio, je veux donc garder ça jusqu'au bout. Dans ma mission, j'étais également supposée tuer les Kirijins que je rencontrerai. Je n'en étais déjà pas enchantée, quand j'ai su que c'était toi, monsieur Jûro Kisame, j'ai abandonné totalement cette option. Tant parce que je t'apprécie que parce que je ne me sentais pas capable de te tuer. Encore moins maintenant que j'ai du mal à marcher seule. »

Un nouveau soupir, elle ne savait pas comment les convaincre, et la supplication n'était absolument pas la méthode à employer. Elle risquait juste d'exciter le tueur qui était en Kisame et de le pousser à la tuer. Une très mauvaise idée.
    « Pour faire court, je n'ai pas vraiment le droit de rater cette mission, mais si vous choisissez de rendre vous-même le diamant, je ne pourrais vous en empêcher. »

La demoiselle réfléchit un moment avant de reprendre sa demande.
    « La seule véritable proposition qui pourrait éventuellement vous intéresser à laquelle je peux penser, c'est un compensement financier. Si vous acceptez de me laisser ramener le ThunderGold, je pourrais vous donner tout d'abord ça, et plus encore une fois que je serai rentrée à Suna. Nous pourrions convenir d'un rendez-vous où je vous donnerai ce que vous demandez en plus. Ma famille est plutôt riche. »

La vampirette avait sorti sa bourse, qui contenait déjà une belle petite fortune, plus haute que ce que pouvait espérer gagner n'importe quel paysan ou employer en un an. Pour elle, ce n'était pas grand chose, surtout qu'elle avait carte blanche pour l'utilisation de cet argent qui avait été supposé servir à payer des informations.

Elle regarda alors ses deux compagnons. C'était à eux de décider si sa proposition les intéressait. Elle ne se savait pas en mesure de le prendre par la force, ne voulait pas le prendre par la malice, sa seule chance était qu'ils acceptent l'argent, ou tout simplement de lui donner sans rétribution. Elle prit donc une grande respiration, s'apprêtant à écouter leur réponse qui pourrait s'avérer très... Ennuyeuse pour la jeune fille.




HRP:
 

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 20:39
Je restais dans mon coin, tout en observant les deux jeunes gens faire "connaissance", écoutant la discution et jaugeant les réactions de chacun. Tout en nettoyant mes habits, mes yeux revenaient parfois vers le cadavre à l'intérieur de la cellule, l'homme que Daijiro avait abattu, tout en me demandant ce qui pouvait bien s'être passé pour qu'il se retrouve dans cet endroit, et pourquoi Daijiro avait jugé bon de l'éliminer, alors que les deux autres étaient si proche, et qu'il n'avait aucune idée de notre arrivée, il faudra que je lui demande de m'expliquer ce qu'il à bien pu arriver ici plus tard.

    « Comme Kisame l'a dit, j'ai une requête. J'ai reçu la même mission que vous, mais ma part vient de la princesse Genrô Mikasa. Non pas que je l'apprécie, mais elle a envoyé une missive à Suna, et mon père a jugé bon de m'envoyer la faire seule. C'est une sorte de test en somme. »


Je hochais la tête, j'avais comme l'impression que le père de Neiko' n'était pas une bonne personne, mais après tout qui suis-je pour juger, moi qui fait partie de la catégorie des enfoirés et des déviants, mais il est vrai que le corps meurtri de la jeune Chinoike que j'ai pu observer lors de notre nuit à l'auberge était sans doute un signe d'une vie quotidienne peut être difficile, mais je la laisses terminer son explication avant d'interrompre.

    « Encore une fois, tu as choisi d'être honnête avec moi à Shio, je veux donc garder ça jusqu'au bout. Dans ma mission, j'étais également supposée tuer les Kirijins que je rencontrerai. Je n'en étais déjà pas enchantée, quand j'ai su que c'était toi, monsieur Jûro Kisame, j'ai abandonné totalement cette option. Tant parce que je t'apprécie que parce que je ne me sentais pas capable de te tuer. Encore moins maintenant que j'ai du mal à marcher seule. »


Une nouvelle pause, elle semblait choisir ses mots avec beaucoup de délicatesse, comme si elle avait peur de quelque chose, elle devait probablement penser que je n'était qu'un tueur carnassier avide de chair et de sang, elle se trompais sans doute, je voyais la méfiance dans son regard, peut être même une once infime de peur, mes instincts de senseurs me trompent parfois, alors aucun moyen d'en être certain.

    « Pour faire court, je n'ai pas vraiment le droit de rater cette mission, mais si vous choisissez de rendre vous-même le diamant, je ne pourrais vous en empêcher. »


Elle s'arrêta à nouveau, un grand sourire vint se ficher sur mon visage, elle avait raison en effet, et sa situation était sans doute terrible, mais savait elle ce qui arrivait à nous, Kirijins, lorsque nous échouons une mission ? Sans doute pas, elle devait sous estimer la cruauté de Irina Uchiha sans doute.

    « La seule véritable proposition qui pourrait éventuellement vous intéresser à laquelle je peux penser, c'est un compensement financier. Si vous acceptez de me laisser ramener le ThunderGold, je pourrais vous donner tout d'abord ça, et plus encore une fois que je serai rentrée à Suna. Nous pourrions convenir d'un rendez-vous où je vous donnerai ce que vous demandez en plus. Ma famille est plutôt riche. »


J'éclatais alors de rire, incapable de me retenir plus longtemps, nous compenser financièrement ? L'argent n'avait pas de place dans ma vie, encore moins dans la vie de la Mizukage, du moins pas en comparaison avec des relations diplomatiques.

    Dis moi Neiko', tu n'as jamais penser une seule putain de fois à te barrer de chez toi ? Si c'est si dur, si difficile à vivre et si ton père ne fais qu'essayer de te tuer en t'envoyant dans des missions suicide comme ça, je me demande pourquoi tu continue de subir ce genre de choses, ça ne fait aucun putain de sens, j'aurai penser qu'une personne comme toi aurais une plus grosse paire de couille et saurait prendre sa vie en main, saurait dire quand ça suffit... Et pourtant te voilà là, chienne à la botte de ta famille et ton village, dans un endroit où tu serais déjà mortes 15 fois si ça avait été n'importe qui d'autre que moi sur la même mission... Tu t'en rends compte j'espère ?


C'était pitoyable, sa situation était la même que la mienne, et même si je refusais de l'admettre a la surface, j'était au fond bien conscient qu'être le caniche de chasse d'Irina était une bien misérable condition de vie, mais j'avais toujours un peu l'espoir de pouvoir un jour retrouver ma place dans cette société qui m'a repousser, soit en la modifiant de l'intérieur, soit en finissant par m'adapter et rentrer dans une case, mais Katsuko elle était bien plus volatile que moi, et elle ne tiendrais pas long dans un lieu ou elle n'est pas bienvenue.

    Tu sais ce qui va se passer si on accepte ta proposition ? On va être traîné et balancé à genoux devant notre Kage, je l'ai souvent vue, je travaille à son service depuis quelques mois déjà, en tant que traqueur, je n'ai jamais encore échouer une mission, mais j'ai entendu à travers les portes des rapports d’échecs, et sa réaction n'est jamais agréable, selon la mission cela peut aller de la punition très sévère, à la simple et bonne mort... Mais je ne sais pas si tu connais un peu l'histoire de mon clan, les Jûro, mais nous sommes un peu... les sale bête sauvage de Kiri, on à été vaincu, enfin... Vaincu est un triste mot pour expliquer notre histoire, puisqu'un grand nombre d'entre... Eux, continuent de se battre comme ils le peuvent, mais moi je n'ai plus le soutien de mon clan depuis un malheureux... Je dirais Accident, une mission qui à mal tourner où j'ai dû tuer un des miens.


Je reprend ma respiration, mon explication est vague et hésitante, mais j'espère qu'elle fera comprendre à Katsuko la délicatesse de ma situation.

    Ce qui signifie que je n'ai pas de poids dans Kiri, je n'ai rien ni personne pour me soutenir, et si je disparaît, tout le monde s'en fichera, ma seule valeur est ma capacité à remplir les missions sans echouer, c'est ce qui me fait manger et vivre, et qui empêche les Uchiha de me massacrer sous prétexte qu'ils n'aiment pas ma tronche.


Certes, je pourrais déserter, mais pour faire quoi alors ? Toute ma vie est à Kiri et je doute fortement pouvoir trouver un but ou une activité ailleurs... Je me tournais alors vers Daijiro, malgré sa situation il avait également son mot à dire, alors je l'écoutais, tandis que je retournais à nouveau les différentes solutions dans mon esprit, puisque cela m'ennuie grandement de devoir porter préjudice et perdre potentiellement ma seule amie, notre compatibilité était incroyable, et je ne trouverais jamais une autre personne comme elle ailleurs j'en suis certain.
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 21:34

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 
Septième Post


Le monde autour de moi résonnait gravement dans le cœur de la plupart des gens. Dans cette pièce, j'étais en compagnie de quatre autres corps, dont deux déjà mort. Pourtant, je savais déjà que je n'avais pas ma place... Les deux types qui faisaient partie des Yaoya-san étaient des monstres sans pitié. Ils transpiraient autrefois la haine, ils hanteront à présent avec colère cette prison dans laquelle je m'étais fait agresser. Dans cette pièce froide et humide, il y avait aussi cette jeune fille, Katsuko. Rien qu'en lisant dans ses yeux, je pouvais ressentir la rage qui la dominait... En plus de ça, il y avait Kisame. Alors que la jeune fille nous proposait de l'argent, Kisame a tout simplement décliné, montrant à quel point la Mizukage n'était pas une enfant de cœur.

À vrai dire, j'avais entendu des rumeurs sur cette femme. Le clan Yuki à l'époque, quand je vivais à Yuki No Kuni était plus ou moins en admiration devant le pouvoir des Uchiha, donc ça ne m'était pas totalement inconnu... Après, ceci dit, est-ce que je vivais vraiment dans le bon village...? Est-ce que la terreur faisait partie de mon domaine de vie ? Je passais ma main dans les cheveux, me redressant, observant Katsuko, n'osant pas croiser le regarde Kisame. Visiblement, sa vie n'a pas été rose et j'en étais complètement désolé. Je baisse la tête, malaxant à présent ma nuque, ne sachant pas vraiment quoi faire de cette pierre. Pourquoi les gens se faisaient la guerre en permanence...? Suna et Kiri. Uchiha et Jûro. Shôki et Mikasa... Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas ravaler leur fierté ?

Je prenais une grande inspiration. J'avais une idée qui n'allait peut-être pas aider, mais qui allait arranger la plupart des choses. Je détachais mon bandeau frontal, le faisant glisser de mon front à mon menton, le rangeant dans ma pochette ninja. Je laissais quelques mèches me caresser le front avant de reprendre la conversation.

"Personne ne ramènera cette pierre."


Je lâchais ces mots comme une bombe, fermant les yeux et m'approchant du ThunderGold, l'attrapant dans mes mains, y faisant plus qu'attention.

"Quand j'étais enfant, ma mère me contait l'histoire du Grand Royaume. Vous la connaissez-vous ?"

J'observais mes alliés chacun a leur tour avant de reprendre, me raclant la gorge.

"C'était en gros l'histoire d'un enfant désirant obtenir un pouvoir immense pour sauver son village des ténèbres. Alors l'enfant décide de s'en aller à la recherche d'un artefact sacré. Cet artefact permettait d'invoquer les éclairs d'un certain Odin, déchirant les cieux pour vaincre les ténèbres. Malheureusement, l'enfant n'était pas le seul désirant posséder le pouvoir d'Odin. Il rencontra un autre enfant qui désirait protéger les siens avec le pouvoir de ce dieu... Alors les enfants se défièrent toute leur vie, se déchirant, se blessant, se percutant... Au final, les enfants étaient devenus des sages aux pouvoirs immenses, les plus puissants de leur monde. Certes, les combats les ont endurcis, mais au final, personne n'a pu profiter des pouvoirs du dieu Odin. Alors les sages se sont mit d'accord pour ne pas toucher à ce pouvoir d'Odin, le redistribuant au peuple, améliorant la vie de chacun."

J'ouvrais les yeux sur ce grand joyau, puis fixant Kisame.

"Je me fiche de savoir de quoi est capable la Mizukage. Je me fiche de savoir si elle prendra ça comme un échec, mais je veux rendre ce joyau comme la mission l'indiquait. Malheureusement, aucun village n'aura ce droit. Ni Shôki, ni Mikasa deviendra légitime au trône de cette façon si puérile. Ni un Sunajin, ni un Kirijin n'aura le droit de recevoir complètement l'honneur de ce succès."

Je me dirigeais vers l'entrée de la cellule, sans bandeau. Me retournant, observant mes alliés bien meurtris par nos combats.

"Alors je déposerais le joyau en tant qu'anonyme auprès du Damyô de la Foudre. Vous ? Remplissez votre part du marché et présentez-vous à différents moments en tant qu'exécuteur des différents Yaoya-san. L'honneur reviendra à cet inconnu de Kiminari No Kuni et ces deux ninjas venant de Kiri ET de Suna."

Je baissais la tête, un peu hésitant...

"Et si jamais on te questionne sur la mort des supposés Kirijin que tu avais à tuer. Tu n'auras simplement qu'à annoncer la mort de l'un d'entre eux. Moi."

Je laissais un petit sourire à Katsuko qui semblait être plus qu'une dure à cuir. De plus, je semblais assez fier de cette solution... Tout le monde serait content et je serais en partie mort. C'est ce que j'aurais voulu, je crois. Je reprenais un air un peu plus sérieux, observant les deux ninjas.

"Alors ?"
 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Jeu 16 Fév - 23:18
Une quête perdue d'avance ?
Featuring
Daijiro & Kisame







© A-Lice

Alors que la jeune Chinoike venait de terminer sa proposition, Kisame éclata de rire. Visiblement, cette idée l'amusait. Peu surprenant au final. Les shinobis étaient rarement motivés par l'argent, les Kirijins probablement encore moins. Elle avait tout de même tenté... Elle n'avait pas grand chose d'autre à offrir, et son corps ne les intéressaient surement pas. Elle ressemblait bien plus à une gamine qu'à une femme attirante.
    « Dis moi Neiko', tu n'as jamais penser une seule putain de fois à te barrer de chez toi ? Si c'est si dur, si difficile à vivre et si ton père ne fais qu'essayer de te tuer en t'envoyant dans des missions suicide comme ça, je me demande pourquoi tu continue de subir ce genre de choses, ça ne fait aucun putain de sens, j'aurai penser qu'une personne comme toi aurais une plus grosse paire de couille et saurait prendre sa vie en main, saurait dire quand ça suffit... Et pourtant te voilà là, chienne à la botte de ta famille et ton village, dans un endroit où tu serais déjà mortes 15 fois si ça avait été n'importe qui d'autre que moi sur la même mission... Tu t'en rends compte j'espère ? »

Ce fut alors au tour de la demoiselle de rire. Mais son rire était différent de celui de Kisame. Elle riait jaune.
    « Partir de chez moi, si tu savais à quel point j'en rêverais. Je ne suis qu'une Genin de 17 ans. Je n'ai aucun droit, et certainement pas celui de quitter ma famille et Suna. Désolée de n'être qu'une chienne de chasse pour eux, je suis obligée d'accepter cela pour le moment. Je n'ai absolument aucun échappatoire, et la mort ne me tente pas encore. Si ça n'avait pas été toi, j'aurais procédé différemment après avoir tué le Kirijin dans l'antre de l'homme bougie. D'ailleurs, contrairement à toi, je ne laisse pas de témoins en vie qui permettent de me suivre à la trace sans avoir aucun talent de senseur, tu devrais faire attention, car c'est également ce qui m'a permit de trouver la cave secrète. Mais c'est certain, j'ai eu de la chance sur ce point. »

Il lui expliqua ensuite sa situation. Il ne pouvait absolument pas lui offrir le diamant, et encore moins pour de l'argent. Il risquait trop, ce qu'elle comprenait très bien. Elle avait failli de toutes façons, c'était à elle d'assumer ses erreurs, pas à eux. Il était peu sûr de lui. Il se tourna finalement vers son camarade, probablement pour écouter son avis.
    « Personne ne ramènera cette pierre. »

Katsuko tiqua à ses mots. Personne ne ramènera cette pierre ? S'il refusait de le faire pour ne pas se sentir coupable, Katsuko le ferait elle-même. Kisame avait fait la plupart du travail, il semblait juste à la jeune fille qu'il ramène à lui le succès de la récupération du diamant. Mais s'ils souhaitaient trouver une solution pour plus ou moins arranger les deux partis, c'était hors de question. Si elle ne ramenait pas la pierre elle-même dans les mains de Genrô Mikasa, elle était foutue. Alors comme c'était impossible, autant que les deux autres le ramènent au prince. De plus, elle serait seule à prendre la furie de son père, alors que dans ce cas proposé par Daijirô, ils subiraient tout trois les conséquences d'une mission qui serait surement considérée comme ratée pour les deux camps. Cela ne départagerait pas non plus les deux enfants du Daimyô, quelle que soit leur querelle.

Elle l'écouta cependant jusqu'au bout raconter son histoire et expliquer en détails sa proposition. Dans un sens, c'était une solution qui aurait pu convenir avec des clients normaux, mais avec son père et la Mizukage, c'était du suicide que de tenter de parvenir à un tel arrangement. Neiko l'avait bien compris avec les explications de Kisame.
    « Alors ?
    - Alors... Cette proposition aurait été tentante avec des commanditaires normaux. Mais on parle d'une situation entre Kiri et Suna. Tu sous-estimes clairement nos chefs respectifs, sans même parler du fait que cette technique ne résoudrait pas le problème des deux enfants sensés ramener le ThunderGold a bon port. Cela part d'une bonne intention, certes, mais la méthode n'est pas bonne dans ce cas. Kisame a fait la plupart du travail, il a su nous guider jusqu'ici en plus de trouver l'homme bougie bien plus rapidement que ce dont j'aurais été capable seule. Je me rend bien compte que ma proposition était inacceptable, mais je me devais de tenter. Si vous pouviez seulement m'aider à sortir d'ici... J'assumerai mon incapacité à réussir cette mission face à mon père une fois à Suna. Cela ne vous concerne pas de toutes façons. »


La fille aux cheveux roses soupira et se releva tant bien que mal. Elle n'avait pas forcément envie de trainer plus longtemps dans cette grotte sous-marine. Elle avait besoin d'un peu d'air frais, et elle voulait rentrer chez elle au plus vite, passer les conséquences de son échec, puis finalement profiter d'un sommeil réparateur. Si jamais elle survivait. Elle reprit sa bourse qu'elle fit de nouveau disparaître dans un pli de sa jupe.

    « Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais bien partir dès maintenant. Kaze no Kuni n'est pas la porte à côté et il est déjà assez tard. Enfin... Si vous voulez bien m'aider à remonter à la surface... »





HRP:
 

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 0:22
J'écoutes tranquillement l'avancée de la discussion, Katsuko crache un peu de son venin en m'annonçant qu'elle était bloquée à Suna, tout comme moi je l'étais à Kiri, nos situations sont très similaire après tout, et je m'en rends compte de plus en plus au fil du temps.

Je hausse un sourcil, alors que Daijiro se lève et empoigne le Diamant tout en annonçant que personne ne l'aura, je commence à me lever, prêt à lui flanquer la raclée de sa vie, et c'est là qu'il commence son petit discours, il nous raconte son histoire, comme pour tenter de toucher une corde sensible, ou de nous faire changer d'avis... Certes cela serait bien, aucun réel gagnant, mais le problème est d'expliquer tout cela à la Mizukage, et ce ne sera sans doute pas possible... Il ne semble pas vraiment connaître l'étendue du caractère de cette femme, on ne peut pas lui en vouloir, il à l'air d'être tout nouveau dans Kiri, et peut être n'a il pas pris les histoires au sérieux... Sa volonté de vouloir faire les choses bien est admirable néanmoins, mais c'était un rêve impossible à réaliser.

Katsuko était sans doute du même avis, au vu de sa réaction, elle avait l'air d'avoir abandonné l'idée de réussir sa mission, et se préparais sans doute à endosser la responsabilité de l'échec, et la punition qui va avec, j'espère sincèrement que cela ne va pas la briser, mais elle à dû en voir suffisamment pour forger son mental contre ce type de choc.

A la fin de son histoire, Daijiro se tenait à l'entrée de la cavité, le Diamant à la main...

    « Alors ?
    - Alors... Cette proposition aurait été tentante avec des commanditaires normaux. Mais on parle d'une situation entre Kiri et Suna. Tu sous-estimes clairement nos chefs respectifs, sans même parler du fait que cette technique ne résoudrait pas le problème des deux enfants sensés ramener le ThunderGold a bon port. Cela part d'une bonne intention, certes, mais la méthode n'est pas bonne dans ce cas. Kisame a fait la plupart du travail, il a su nous guider jusqu'ici en plus de trouver l'homme bougie bien plus rapidement que ce dont j'aurais été capable seule. Je me rend bien compte que ma proposition était inacceptable, mais je me devais de tenter. Si vous pouviez seulement m'aider à sortir d'ici... J'assumerai mon incapacité à réussir cette mission face à mon père une fois à Suna. Cela ne vous concerne pas de toutes façons. »


Cela prenait presque une tournure triste, mais elle avait bien raison sur un point, cela ne nous concernait pas, et nous avions à Kiri nos propres vies à mener, nos propres problèmes à gérer, il fallait survivre... Et on ne pouvais pas prendre en pitié une Ninja de Suna, pas au vu des tensions entre nos villages, Daijiro allait devoir accepter cela.

    Si tu dis que tu es prêtre à assumer cela, alors ça me va, Daijiro et moi allons rendre le Diamant, et terminer notre mission ainsi... C'était une bonne idée petit, mais le monde n'est pas rose, surtout pas pour nous, et tu vas devoir t'y habituer, à Kiri, on aide personne, on aime personne, et on ne fait du bien pour personne... à Kiri, on ne fait que servir ses propres intérêts, c'est un village cruel et bourré de mauvaise personne pleine de mauvaises intentions, alors forges toi et prépares toi, parce que maintenant que tu en fais partie, c'est impossible de fuir.


Je m'avançais donc jusqu'à Daijiro pour lui  prendre le Thundergold des mains, et le fourrer dans la poche intérieure de ma vieille veste en cuir, puis je retournais jusqu'à Katsuko pour l'aider à se déplacer, elle voulait sans doute paraître moins faible qu'elle ne l'était, mais avec une blessure pareille à la hanche, c'était impossible de se déplacer correctement sur plus de dix mètres, et je n'était pas du genre à la laisser ramper jusqu'à un hôpital.

Je m'avances donc jusqu'à la sortie de la grotte tout en soutenant la Sunajin, puis après quelques secondes, je me glisse dans l'eau, et ramène Katsuko à la surface, une fois émergé et sur la berge du lac, je la dépose au sol et attend l'arrivée de mon  coéquipier, une fois Daijiro également sur la berge, je me tourne vers Katsuko.

    Tu vas devoir te faire soigner avant de repartir chez toi, ça serait franchement con que tu crèves avant même de pouvoir faire ton rapport hein ? On est à quelques heures seulement de la Capitale, alors j'vais te porter jusque là bas et on trouvera bien une clinique quelque part pour te remettre sur pied... Daijiro, on à bien mériter une bonne journée de repos avant de repartir, la mission s'est terminée rapidement alors on à bien le droit de se procurer un peu de bon temps avant de repartir, la Mizukage ne remarquera pas...


Je retire mon bandeau de Kirijin de mon front, et je le fourre entre les mains de Neiko'.

    Pour ton père, et t'avises pas de le balancer.


Il était temps de repartir, de mettre fin à cette mission, et de récupérer notre récompense, la gratitude de la Mizukage, la gratitude du Prince, et la tranquillité d'esprit de pouvoir vivre quelques semaines de plus à Kiri, sans que l'on vienne nous étouffer dans notre sommeil pour notre incapacité à remplir notre rôle, le jeune Daijiro avait bien merder néanmoins, mais cette mission était trop grande pour lui, c'était évident, après tout un jeune de son âge n'avait rien à faire dans des embrouilles mafieuses comme celle çi, et même si en effet j'aurai pu pister les Yaoya grâce à  lui, ça aurait été mieux si sa capture aurait fait partie du plan... Je compte bien avoir un bonne et longue conversation avec lui lorsque l'on aura du temps libre..

Je me penche à nouveau vers Katsuko pour la soulever, et je me mets en route vers la Capitale, le chemin tout tracé dans mon esprit, mon sens de l'orientation sans faille saura nous guider droit sur le bon chemin, En espérant qu'il n'y aura pas plus de problème que cela, car au vu de l'état de mes deux camarades, je suis le seul capable de faire quoi que ce soit si les ennuis débarquent.


Dernière édition par Jûro Kisame le Ven 17 Fév - 2:35, édité 1 fois
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 1:08

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 
Huitième Post


Rien de plus m'importait que la sécurité de tous. Pour moi, ramener la pierre et ça grâce à nos talents d'assassins respectifs, même si les miens étaient clairement à revoir, ça pourrait suffire. Qu'est-ce qui était le plus important pour nos chefs...? La réussite de cette mission à le virgule près, ou le succès de cette mission grâce à nos talents. J'avoue qu'à cet instant, j'avais les idées ailleurs. Tout à coup, Kiri me semblait être la pire option de village possible. C'est vrai que j'avais la sécurité des lieux, les professeurs les plus talentueux, mais cette Mizukage... Finalement, elle m'intriguait beaucoup. Le clan Uchiha me paraissait totalement effrayant tout à coup. Je me perdais dans mes pensées, me laissant guider par une douce brise que m'apportait la sortie de cette grotte.

Malgré tout, je restais attentif à mes coéquipiers. Malheureusement pour moi, mon idée n'a pas eu l'effet escompté... Je restais donc une nouvelle fois, la personne la plus inutile dans ce village et sans doute dans ce monde... Je baissais la tête, observant les deux assassins échanger et moi, je me sentais absent. Comme dénué de force. L'un comme l'autre, ils avaient l'air totalement dévasté par le monde des ninjas. Ce métier était une vraie merde et en voyant Kisame prendre Katsuko dans ses bras, je pouvais en être sûr... Je me sentais spectateur depuis le début de cette mission... Comme si j'avais été une sorte de rédacteur des aventures de l'un et de l'autre. J'avais tenté d'enquêter à propos du vol du ThunderGold et je mettais fais capturer... J'avais frôlé la mort et l'humiliation, sauvé par ses deux-là qui au final avaient leurs plans.

Le nouveau plan justement, c'était que Katsuko assume absolument ses erreurs, nous laissant la pierre ainsi que la gloire... Je baissais la tête, suivant mon aîné et maître a penser dans l'eau, ressortant avec eux. Il faisait encore nuit... Je n'avais pas dû dormir si longtemps, malgré tout, j'avais été un véritable échec pour la mission. Quand Kisame m'avait pris la pierre des mains, j'avais senti quelque chose s'arracher avec... Peut-être ma fierté.

Tu vas devoir, te faire, soigner avant de repartir chez toi, ça serait franchement con que tu crèves avant même de pouvoir faire ton rapport hein ? On est à quelques heures seulement de la Capitale, alors j'vais te porter jusque-là bas et on trouvera bien une clinique quelque part pour te remettre sur pied... Daijiro, on a bien mériter une bonne journée de repos avant de repartir, la mission s'est terminée rapidement alors on à bien le droit de se procurer un peu de bon temps avant de repartir, la Mizukage ne remarquera pas...

Je relevais légèrement mon regard vers Kisame, il semblait prendre tout ça a la légère, mais je n'aimais pas spécialement voir Katsuko prendre absolument tous les risques pour nous... Je rebaissais la tête, commençant ma route aux côtés de mes deux coéquipiers. On était assez loin de la capitale, mais après quelques minutes de marches, il me semblait assez juste de laisser ces deux-là entre eux. Finalement, ils se ressemblaient beaucoup et je faisais tache dans les parages. Je m'arrêtais devant l'entrée, m'inclinant devant Katsuko.

"Merci encore une fois Katsuko. Je vais partir devant. Je pense que tu n'auras pas trop de mal à me retrouver Papi-Shinobi..."

Mon regard se planta dans celui de Katsuko qui semblait assez faible.

"J'espère qu'ils pourront vous soigner à la clinique. Faites attention à vous."

Je partais devant eux, marchant assez rapidement pour ne pas être suivi. Je ne voulais plus être entre eux... Je n'étais pas fait pour cette vie. Après ce qui s'était passé ce soir, j'allais devoir, oublier, avancer et oublier.
 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 1:56
Une quête perdue d'avance ?
Featuring
Daijiro & Kisame







© A-Lice

Kisame avait compris et accepté le point de vue de Katsuko, ils allaient ramener le diamant au prince, elle se contenterait de la satisfaction d'avoir tué deux des Yaoya-san. Il expliqua à son jeune camarade que Kiri n'était pas une cité paradisiaque, que personne n'aidait personne là-bas. Il reprit le ThunderGold dans ses mains avant de retourner vers la jeune fille et l'aida à atteindre la sortie de la grotte. Il lui indiqua qu'elle ne pouvait pas rentrer ainsi à cause de ses blessures, qu'elle devrait d'abord aller se faire soigner à la capitale. Il lui dit qu'il la porterait jusqu'à la cité, puis dit à son collègue qu'ils allaient prendre une journée de repos sur place.
    « Pour ton père, et t'avises pas de le balancer.
    - Je le garderai, mais je ne pense pas que ça me sera d'une grande aide... L'intention est gentille tout de même, merci. »

Daijiro remercia ensuite Katsuko à plusieurs reprises, la regardant avec une certaine pitié qui énerva grandement la fille qui était pourtant épuisée, à bout de force, mais qui voulait le montrer le moins possible. Avant qu'ils ne repartent, elle apostropha Daijiro, qui commençait à partir en avant, la laissant en arrière avec Kisame.
    « Ne me regarde pas avec ces yeux. Je ne veux pas de ta pitié, ni de celle de Kisame. Je fais les choix que je souhaite et cela ne concerne que moi. Garde ta pitié pour ceux qui la cherchent. »

Les yeux de la vampirette montraient qu'elle était fâchée, mais pas suffisamment pour montrer la haine qu'elle aurait développé si elle était en pleine forme. Même son énervement pour être ainsi prise en pitié était diminué par la fatigue totale qui la gagnait. Elle avait utilisé toutes ses forces pour tenir jusque là, elle les sentait peu à peu l'abandonner.

Kisame la prit finalement dans ses bras et ils partirent vers la capitale, Daijiro devant, les deux shinobis plus expérimentés à l'arrière. Le Soleil commençait à disparaître derrière l'horizon, nimbant le ciel d'une myriade de couleurs allant du jaune au violet. Elle somnolait contre la poitrine du traqueur qui marchait d'un pas sûr vers la capitale de Kaminari no Kuni, le pays de la Foudre. Le diamant en poche, il n'avait plus à avoir de doutes, il savait qu'il avait réussi sa mission, les Yaoya-san étaient tous morts et elle-même n'était absolument pas en capacité de lui nuire.

Les battements du coeur de l'homme aux cheveux blancs qui la portaient étaient calmes, espacés, résonnant aux oreilles de la vampire. Elle sentait le sang se déplacer à une vitesse tranquille mais sans défauts dans le corps de son porteur. Elle sentait également les vibrations qui parcouraient le corps de Kisame à chaque pas, qui devait heurter le sol bien plus durement qu'il ne le faisait habituellement à cause du poids supplémentaire de la fille. Non pas qu'elle ne soit très lourde, mais elle était humaine et pesait presque cinquante kilos. Ces vibrations ne la dérangeaient pas particulièrement, elles lui permettaient de vérifier qu'elle était bien vivante, que ce n'était pas un songe qui la portait lentement vers les portes de la mort.

Ils avancèrent ainsi pendant un long moment, la demoiselle s'endormant parfois par moments dans les bras du Kirijin. Ils arrivèrent finalement à l'hôpital de la ville où Kisame la déposa. Elle le remercia, glissant le bandeau de l'homme avec le reste de ses propres affaires. Elle alla donc à l'intérieur, parlant avec les gens de l'accueil pour être prise en charge et se faire soigner. Elle ne comptait pas passer longtemps sur place, juste le temps de guérir un minimum pour être capable de rentrer à cheval. Après un bref échange, on lui indiqua une salle d'attente où elle alla s'assoir jusqu'à ce qu'un médecin vienne l'appeler pour s'occuper d'elle.

Elle discuta ainsi avec la femme qui vint la soigner, lui expliquant la nature des blessures tout en restant floue sur ce qui s'était passé, pour être soignée au mieux sans pour autant dévoiler le déroulement de la mission, qui ne regardait de toutes façons pas cette femme. Elle n'avait pas non plus envie de recroiser la princesse. Cette imbécile aurait sans doutes réagit au plus mal en apprenant sa défaite face à son frère. Si elle voulait repousser la faute sur quelqu'un, il faudrait la placer sur Emichi. Ce n'était pas vraiment Katsuko qui avait décidé de venir seule ici... Enfin, qu'importe. Elle était là, à moitié morte, mais donc encore à moitié vivante. Elle allait pouvoir rentrer deux jours plus tard d'après la médecin, il semblerait qu'il y ait quelques Eisennins capables dans le coin.

Les premiers soins lui furent donc finalement administrés, de nouveaux bandages apposés, puis elle dut attendre dans son lit en évitant de trop bouger pour se remettre au mieux. Elle discutait un peu avec les différents infirmiers et autres assistants qui venaient vérifier que la patiente se remettait bien, puis rassembla ses affaires, réglant le coût de son séjour avec une petite partie de la bourse que son père lui avait donné pour les informations. Au moins ramenait-elle la plupart de cet argent... Peut-être la battrait-il avec un tout petit peu moins d'entrain grâce à cela... Elle aurait tout le loisir de le découvrir dans quelques jours.





HRP:
 

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 2:31
Ma tâche était terminée, il ne manquait plus qu'a rendre le Thundergold au Prince, et on pourrait rentrer, mais la nuit était déjà avancée lorsque j'ai remis Katsuko au bon soin d'une clinique, et Daijiro c'était séparé de nous deux, j'ai eu beaucoup le temps de réfléchir lors de ma longue marche, Katsuko n'étant pas très bavarde dans son état à la limite du coma. Le temps de réfléchir sur mes décisions lors de cette mission un peu hors du commun, je n'avais pas l'habitude de gérer une équipe, je travaillais tout le temps seul et en toute autonomie, et mes missions étaient la plupart du temps toutes les même, je devais traquer des déserteurs ou autre vermines dans la forêt de brume, les ramener parfois vivant, parfois morts... C'était mon quotidien, avec les patrouilles de surveillances des alentours de Kiri, mais là on m'avait attitré un rôle de chef d'équipe, et on m'avait envoyé dans une mission d'enquête dont le but était d'obtenir un avantage diplomatique envers ce pays...

J'avais peut être merdé quelque part, envoyer Daijiro seul était sans doute mon erreur, on aurait très bien pu rester ensemble et mener l'enquête depuis les bas fonds de la ville, ça aurait très bien fonctionné... Non pas que je sois inquiété de son état, mais le mental du gamin était au plus bas, et c'était partiellement de ma faute... J'avais cette sale manie de trop m'inquiéter pour les camarades de missions que j'avais, après tout c'était si rare, de passer du temps avec des gens pas trop désagréables, de discuter ne serais-ce qu'un peu et surtout, de vivre un peu hors de Kiri, de prendre de l'air frais, de s'éloigner des regards et du poids de la Mizukage qui pèse chaque jour sur mes épaules.

S'il y a bien une chose que j'ai pu remarquer, c'est que le jeune Daijiro n'est pas encore corrompu par la teinte néfaste de Kiri, cette tâche qui s'empreigne dans l'esprit de l'homme lorsqu'il passe trop de temps dans le village caché, il était... Innocent, c'est le mot, et ce statut là le rendait encore plus fragile... D'un côté, ce n'était qu'un simple humain, et chez les Jûro, les humains sont synonymes de vermines, mais j'ai eu la chance de m'éloigner de cet état d'esprit que les miens partagent, de cette fierté sauvage qui nous à coûter si cher, et si je veux survivre à Kiri, il va me falloir quelques alliés, des gens pour me soutenir lorsque je me retrouverais dans une mauvaise passe, et j'ai comme l'impression que Daijiro en aura besoin lui aussi, alors autant essayer du mieux que je peux de lui laisser une bonne impression de moi, malgré tout mes défauts, je ne pense pas être tant un salaud que ça.

Je marche donc dans la pénombre des ruelles de la ville, retournant vers la porte pour y reprendre la piste Chakratique de mon équipier, puis je la suis, jusqu'à l'auberge où il à prit une petite chambre pour la nuit... Au vu de l'heure avancée, ce n'est pas une surprise de voir l'auberge complètement vidée, et un vieux monsieur un peu grassouillet en train de faire le ménage, mes vêtements sont humides, mes cheveux également, l'absence de soleil m'a empêcher de sécher.

Le vieux me regarde étrangement, puis me demande simplement ce qu'il me faudra, je lui explique qu'il me faut une chambre et une bassine, ainsi qu'un bon repas, et que je monterais moi même tout cela... Une dizaine de minutes je frappe à la porte de Daijiro avant d'y entrer, je me pose à la petite table et y dépose mon assiette ainsi que ma petite bassine.

Je sais pas trop par où commencer cette petite discussion, je me tourne vers le jeune homme, puis je commence à manger, faisant une petite pause au bout d'une longue minute de silence et de bruits de mastication.

    Alors gamin, tout va bien pour toi ?


Ridicule, je rirais presque de ma propre gêne, si mes cousins me voyaient dans cette situation ils rigoleraient tous, et me demanderais, pourquoi tu te soucie de l'humain ! Ce n'est pas ton problème ni tes affaires ! Ou encore, Tu aurais du le laisser crever dans sa cellule lui et la fille ! Ces idiots ne retiennent rien du passé, une guerre perdue ne suffit pas à leur faire ravaler leur fierté.

    Je tenais à m'excuser, je t'ai envoyé seul, dans un lieu qui était potentiellement hostile, dans une mission tendue, c'était une erreur, et ça à mené à ta capture. Je veux pas savoir ce que tu as subit dans cette cellule, mais je veux que tu saches que tout n'est pas entièrement de ta faute, Katsuko et moi avons fait tout le travail, certes, mais la seule raison pour laquelle tu n'as pas eu l'occasion de te démarquer au combat c'est parce que je n'ai pas eu le bon jugement, j'aurai du te conserver avec moi, j'aurai du prévoir qu'ils avaient soit un complice dans le palais, soit des gens pour surveiller la ville et les enquêteurs.


Je prend une petite pause, puis je sors le Diamant de ma poche et le pose sur la table.

    J'ai beau avoir l'habitude de voir des morts, ça me déroute d'en voir pour des choses aussi stupides, il y à une dizaine d'année de cela, les morts que je voyais, c'était des conflits territoriaux entre Jûro, les terres pour vivre et les biens les plus basiques, mais à la fois les plus importants pour vivre... Et voilà que maintenant, en parcourant le monde, je me rend compte que l'on tue pour de l'argent... ça ne fait aucun sens.


Ce n'est qu'une petite fuite dans mes pensée, les humains ont cette capacité à rendre plus important des choses qui ne le sont pas, du superflus, l'argent à pris une place bien trop grande dans leur vie, et cela risque de nous corrompre également un jour.

    On va aller rendre le Thundergold dès qu'on sera prêts, on va pas gaspiller de temps ni passer un nuit à dormir avec cette saloperie sous notre oreiller, j'en ai pas envie, on va terminer la mission et se reposer avant de partir, je suis pas un doux, mais j'aimerai pas faire du cheval avec deux côtes pétées, porter cette petite conne jusqu'à l'hôpital était déjà suffisamment douloureux... Alors fais toi beau, mais avant d'y aller, mange quelque chose, t'es blanc comme un cul et j'ai pas envie de devoir te traîner jusqu'à Kiri pour expliquer à la Mizukage que tu fais une dépression.


Je continue de dévorer mon repas, c'est facile à dire, tout ça, mais pas spécialement facile à faire pour un type comme Daijiro, qui n'a sans doute jamais vécu grand chose de palpitant, ou d'effrayant, moi j'ai eu la guerre, et beaucoup de saloperie dans ma vie, alors quelques cadavres de plus ou de moins ça ne me changeait pas grande chose, j'avais mes propres peurs, certes, peut être même plus grande que celle de Daijiro, la seule différence c'est que je savais les contrôler, les dissimuler.

    Mais avant qu'on parte, je veux savoir si tu as quelque chose à me dire, si tu veux discuter de quoi que ce soit, n'hésites pas, je suis peut être pas le meilleur, mais je suis le seul que tu as ici pour l'instant, et je sais que garder sur le cœur les mauvaises émotions trop longtemps n'apporte rien de bien.
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 3:34

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 
Neuvième Post


J'étais arrivé à l'auberge, les yeux humides... J'étais crevé et j'avais réellement envie que d'une seule chose. Dormir. Je voulais oublier et avancer, encore et toujours. Un ninja pendant ses missions ne doit pas laisser paraitre d'émotions pour se concentrer sur son objectif, malheureusement, des objectifs, je n'en avais pas spécialement... Je voulais juste un bon, une bonne douche à la limite et surtout partir de cet endroit à la con... Je voulais fuir le plus vite possible.

Alors gamin, tout va bien pour toi ?

J'ai eu une sorte de blackout. J'avais même pas eu le temps de réaliser que Kisame était déjà arrivé dans la chambre... Il était là, avec un plat de bouffe et une bassine. Je fronçais les sourcils, le regardant... Je n'avais même pas à répondre, il avait déjà bien pigé que ça n'allait pas spécialement bien. Il semblait sincèrement désolé pour tout ce qui avait pu arriver pendant la mission et surtout dans cette cellule, mais qu'est-ce que je pouvais dire...? "Ah, bah merci, j'adore ça." ? Je sentais mes membres trembler de colère, mais je n'avais pas la force nécessaire pour envoyer valser la chambre en l'air... Je baissais la tête, l'écoutant me parler de ce qu'il avait pu vivre dans sa carrière de ninja... Ça me rendait encore plus dépressif pour le coup. Alors c'était ça au final ? On était réellement obligé de passer par là en embrassant cette carrière ?

Papi-Shinobi avait clairement pris plein la tronche durant toutes ces années. Je ne dis pas savoir tout ce qui se passe exactement dans sa tête, mais je voyais bien qu'il en avait bavé. Pour moi, Kisame était un simple assassin, mais au lieu de ça, je découvrais qu'il était un homme, tout comme moi fatigué de voir des morts ce qui me confortait dans l'idée de me dire que je n'étais qu'un faible... Ça faisait à peine quelques mois que j'étais ninja et j'en pouvais déjà plus par rapport à Kisame qui semblait en avoir vu depuis plus longtemps. De plus, il avait raison... On tue pour de l'argent. Les Yaoya-San n'étaient pas si différent, voir moins pire que nous, malgré ceux que j'avais rencontrés... Ils volaient des richesses pour vivre, nous, on les tuait pour vivre. Je prenais ma tête dans mes mains, complètement fatigué de tout ça.

On va aller rendre le Thundergold dès qu'on sera prêts, on va pas gaspiller de temps ni passer un nuit à dormir avec cette saloperie sous notre oreiller, j'en ai pas envie, on va terminer la mission et se reposer avant de partir, je suis pas un doux, mais j'aimerai pas faire du cheval avec deux côtes pétées, porter cette petite conne jusqu'à l'hôpital était déjà suffisamment douloureux... Alors fais toi beau, mais avant d'y aller, mange quelque chose, t'es blanc comme un cul et j'ai pas envie de devoir te traîner jusqu'à Kiri pour expliquer à la Mizukage que tu fais une dépression.

Il avait raison. Je devais avoir une tronche bizarre. D'un autre côté, ce petit séjour en prison m'avait traumatisé... Je me sentais réellement mal d'avoir vécu cette merde... Je me sentais faible, sans contrôle sur moi-même. Je me relevais, debout devant mon lit, fixant le mur devant moi. Il était temps de rendre ce joyau en effet. Je fermais ma veste, ouverte à cause de ce monstre, prêt à recevoir des honneurs que je ne méritais pas...

Mais avant qu'on parte, je veux savoir si tu as quelque chose à me dire, si tu veux discuter de quoi que ce soit, n'hésites pas, je suis peut être pas le meilleur, mais je suis le seul que tu as ici pour l'instant, et je sais que garder sur le cœur les mauvaises émotions trop longtemps n'apporte rien de bien.

Je tournais alors ma tête vers mon coéquipier. Il était temps de craquer. Un silence intense envahissait la pièce, je laissais passer une seconde, puis une autre... avant de répondre.

"Je suis fatigué. Pourquoi les gens autour de nous meurent tout le temps ? À chaque fois que je sortirais de ce village, ce sera pour faire ce genre de choses...? Tuer des gens, encore, encore et encore, parfois même des gens qui ne le méritent pas forcément ? Je ne sais plus si j'ai réellement le contrôle de ma vie pour tout t'avouer et cette soirée a été la pire chose pour moi. Je ne savais même pas si j'avais la force de recroiser mon regard dans un miroir..."

Je détournais les yeux, la tête, me dirigeant vers la porte de la chambre.

"Il faut qu'on arrête cette mission de merde pour rentrer à Kiri au plus vite. J'en ai marre de cet endroit, j'en ai marre de ce boulot et j'en... j'en ai marre des Hommes."

Au sens de l'humanité, je découvrais une version de moi plus sombre et plus personnelle... Les humains avaient toujours été le problème de ce monde. Si les guerres existaient, c'était à cause d'eux, de nous... J'en avais marre. Je sortais de la chambre, les mains dans les poches, prêt à rendre cette pierre. Je me sentais réellement mal, comme brisé à l'intérieur, mais il fallait oublier et avancer. Cette prison... À compter de ce jour, je n'ai jamais pu l'oublier, mais j'ai en revanche avancé. Je prenais la direction des habitations du Daimyo pour lui rendre sa pierre... En revanche, je me sentais trop fatigué pour prendre parole. C'était à présent le rôle de Kisame.

 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Ven 17 Fév - 18:27
Daijiro avait raison, il fallait terminer cette mission au plus vite, profiter du reste de la nuit, et partir dormir... Je reprend le Diamant dans ma poche et je le rattrape alors qu'il part en direction du Palais, on marche silencieusement jusqu'à atteindre les grandes portes, la garde de nuit est en place, et nous sommes rapidement arrêtés par 4 hommes lourdement armés.

Je n'ai pas trop de patience pour les chiens de garde, encore moins les virulents comme cela, leur attitude est méfiante mais à la fois un peu moqueuse, ils ont l'air confiant qu'ils sont les maîtres du monde depuis leur poste, mais la vue du Diamant les calme très rapidement, ils comprennent la raison de notre présence ici et nous annoncent qu'ils vont envoyer un homme quérir le Prince, et nous prient de rentrer.

Je n'ai absolument pas envie de discuter avec le Prince, je n'ai pas envie de passer du temps dans ce palais, j'ai comme une désagréable sensation de démangeaison qui me parcoure le dos lorsque je rentre dans les lieux de la noblesse, quelle que soit la direction dans laquelle je regarde, je vois de la richesse, des tableaux, des tentures, des tapis, des meubles et des décorations de toute part, on nous fais avancer dans un long couloir jusqu'à ce que le Prince lui même débarque devant nous, son visage illuminé malgré ses habits de nuit, nous l'avons sans doute réveiller, mais cela ne semble pas le déranger une seule seconde.

    Merveilleux ! Je savais qu'en faisant appel aux Ninja de Kiri mes problèmes seraient réglés en un instant, vous êtes arrivés ce matin même et vous me ramenez déjà le Thundergold, une efficacité hors du commun, mais venez, vous semblez fatigués et blessez, laissez moi vous offrir une bonne nuit de repos à l'intérieur, vous le mér-


Je le coupe brusquement, et sèchement, cet homme m'agace et la seule chose que j'ai envie de faire actuellement, c'est lui faire découvrir la couleur de son sang, c'est la raison pour laquelle j'avais envoyé Daijiro au Palais à ma place, je n'aurai pas survécu dix minutes sans faire un meurtre ici.

    Ecoutez, il faut que l'on reparte immédiatement, nous sommes des gens très occupés et nous n'avons pas le temps de nous reposer, d'autres missions nous attendent, alors nous allons devoir vous abandonner ici, puisse les relations entre Kiri et le Pays de la Foudre évoluent dans le bon sens à partir d'aujourd'hui.


Sans attendre sa réponse, je prend Daijiro par l'épaule et le pousse vers la sortie, les mots sont sortis tout seul de ma bouche et j'avance comme téléguidé a l'extérieur, hors de question de rester une seconde de plus là dedans, je bouscule un garde sur mon chemin, et retourne rapidement à l'auberge.

    Je déteste ses fils de pute de nobles....


Je congédie Daijiro jusqu'à sa chambre, le petit à besoin de repos et va sans doute sombrer comme une pierre pour un bon nombre d'heures... Je vais moi même me reposer, mais mes côtes fracturée me dérangent grandement dans mon sommeil, et trois heures à peine après, lorsque le soleil pointe le bout de son nez, j'ai à peine fermé l'oeil que je me retrouve déjà dehors en direction de la Clinique où j'ai laisser Katsuko la veille, il y à comme un instinct protecteur en moi qui s'éveille, et je décide de lui rendre visite une dernière fois avant de nous séparer, pour être sûr que tout ira bien pour elle.

J'entre dans la Clinique et sans passer par l’accueil, à l'aide d'un peu de Goganjutsu, je me dirige jusqu'à sa chambre en toute discrétion, j'entre et ferme derrière moi, puis j'attrape une chaise pour me planter à côté du lit, puis je tapote les pieds du lit avec ma botte en attendant que la jeune Chinoike se réveille. Lorsqu'elle ouvre les yeux, je l'accueille avec un sourire moqueur.

    Tu sais petite, j'aurai jamais penser que ce gros porc au bras métallique t'aurait amoché à ce point là, la grande Chinoike Katsuko, presque morte à cause d'un homme dont le nom ne sera jamais reconnu... Un ancien marchand de légumes...


Je rigole légèrement, mais je ne suis pas venu ici simplement pour me moquer d'elle, je suis venu lui faire une petite proposition, ou plutôt une annonce...

    Tu sais, j'ai souvent penser à déserter de mon côté, et j'ai énormément réfléchis à ce qu'il faudrait pour survivre en dehors de Kiri... Avec tout mes collègues traqueur au trousses... On est tout les deux bloqués chez nous, mais je pense que la seule chose qui nous empêche vraiment d'agir, c'est la peur, la peur de ne pas réussir... Mais une chose est certaine, cette peur ne peut pas nous clouer éternellement, il y aura bien un jour où l'on arrivera à se défaire de ses chaînes, toi et moi, alors penses y, si jamais un jour la vie devient insoutenable, saches que tu seras pas seule si tu décide de partir, à deux on à plus de chances de repousser les différents bâtards qu'ils vont envoyer pour nous. Penses y.


C'était une annonce plutôt idiote, rester et endurer les douleurs de la vie dans les villages câchés était au final plus simple et plus sûr, mais nous ne sommes pas des esclaves, et il y à une limite à ce que l'on peut forcer un homme à faire, cette limite, de mon côté, approche dangereusement, et plutôt que de simplement péter un plomb et essayer de tuer des gens plus forts que moi, mieux vaut juste partir, parfois c'est la meilleure solution.

    Et n'en veut pas trop à Daijiro, ce n'est qu'un humain, il est très différent de nous, sa pitié n'est pas aussi négative que tu ne le pense... Et parfois ce n'est pas si mal d'essayer de se faire des amis, parce que je pense... Vu dans la direction où va le monde en ce moment, on va avoir besoin de se serrer les coudes.


Je préfère les conversations courtes, je n'ai pas forcément envie de déblatérer sur des sujets qui ne sont pas importants, alors autant couper court, j'aime être efficace et rapide dans ce que je fais, alors je me lève, lui offre un simple signe de tête en guise d'adieu, et repart en direction de l'auberge, pour essayer tant bien que mal de finir ma nuit, foutues côtes...
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   
 

Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pour le sourire d'une fillette, à la recherche de la peluche perdue ! - Mission rang D
» Mission rang B - Solo - Une marionnette perdue...ou pas ?
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Cybèle, l'elfe perdue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Reste du Monde :: Pays Neutres :: Kaminari no Kuni-