AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mer 1 Fév - 21:18
Guerre de Tori no Kuni



Contexte


Les ordres d'Iwa sont clairs : envahir, et prendre possession des terres de Tori no Kuni, pour le compte de l'Empire de la Terre. C'est dans cette optique que Yamanaka Seitarô, chef de l'unité des Sciences Biotiques à Iwa, a lancé son armée sur le Pays des Oiseaux. Et pour lui, il n'y a pas de demi-mesure... la conquête de ce pays doit passer par l'anéantissement complet de la population. C'est sans aucune pitié que les troupes du cinquantenaire mettent le pays à feu et à sang, et s'approchent dangereusement de la capitale. Les routes du pays ne sont plus sécurisées, et la famille royale de Tori no Kuni est condamnée : l'armée de Seitarô s'approche à grand pas, et ils ne peuvent pas s'échapper. Si personne ne parvient à l'arrêter, alors... le Pays des Oiseaux n'existera tout simplement plus.

Toutefois, cette armée n'a rien de naturel. Il s'agit plus précisément de nombreux cadavres en décomposition qui s'attaquent aux villages, temples, ou tout simplement tout ce qu'ils rencontrent sur leur chemin. Cette armée de macchabée est contrôlée par le Yamanaka en personne, qui compte rester en retrait dans un premier temps.

De nombreux ninjas se sont opposés au Pays de la Terre durant cette guerre, et plusieurs d'entre eux ont été envoyé à Tori no Kuni afin de protéger le pays. Parmi eux, un groupe de ninja sous la charge de Jûro Kisame, Chûnin de Kiri, a décidé de se battre afin de repousser, voire anéantir cette armée venue d'outre-tombe.


Ordre de Mission : La Montagne de l'Horreur


Le pays est sens dessus dessous, à cause de l'invasion de l'armée de morts invoqués par Seitarô. Ses cadavres s'en prennent à absolument tout ce qu'ils rencontrent sur leur passage, à savoir des villages, des fermes, des lieux de culte, etc. Néanmoins, ils ont tous un objectif commun : atteindre la capitale. Et pour cela, chaque groupe de corps a pris un chemin bien différent, afin de littéralement envahir par tous les angles la capitale de Tori no Kuni. Même si la situation semble désespérée pour certains, de nombreux ninjas se battent sans relâche afin d'éliminer la menace. Le problème étant que même s'ils sont abattus, d'autre reviennent à la charge à chaque fois.

Bien que ce fait soit problématique, il confirme néanmoins que Seitarô ne peut pas être le seul à la tête de cette armée. Malgré sa puissance, il est néanmoins impossible qu'un seul et unique homme soit capable de contrôler une armée d'une telle envergure, et en plus de les réanimer à volonté. Il doit y avoir d'autres personnes avec lui, et ces dernières sont bien moins difficiles à dénicher que lui. En effet, dans la région d'Akota au nord-ouest du pays, des masses de chakra similaires à celles contenus dans les cadavres ont été signalées. Nous ignorons cependant ce qui se cache derrière cette source de chakra.

Votre objectif est donc de parcourir les montagnes de la région d'Akota afin d'identifier et neutraliser la menace. Votre réussite devrait mettre à mal les ambitions de Seitarô, et réduire la force de frappe qu'il aura sur la capitale le moment venu. De plus, vous pourrez peut-être obtenir des informations cruciales sur la suite des événements.

Attention cependant, nous n'avons absolument aucune idée de ce qui peut vous attendre une fois là-bas, tout comme nous ignorons l'origine exacte de ce chakra. Il nous est pour l'instant impossible de déterminer de s'il s'agit d'un humain, ou... d'une toute autre chose. Là-bas, vous serez en camp ennemi, et le danger sera omniprésent.

Informations complémentaires :

La région d'Akota est un lieu abandonné depuis plusieurs décennies par le peuple des oiseaux. Il s'agit d'une région montagneuse, où le ciel est tout le temps recouvert par de nombreux nuages gris. Impossible de déterminer si la cause est naturelle ou non, mais dans tous les cas le peuple de Tori no Kuni l'a vu comme un mauvais présage. Des légendes urbaines sur des prétendues malédictions ont vu le jour, ce qui a vite fait d'effrayer les habitants de Tori no Kuni, qui sont très portés sur la religion et les croyances surnaturelles. Les oiseaux en personne ont, eux aussi, commencé à éviter la zone, ne souhaitant pas voler sous un ciel pareil.

Aujourd'hui, il semblerait que cette région déserte serve de cachette pour nos ennemis. Restez sur vos gardes, parce que personne ne saurait dire sur quoi vous pourrez tomber en vous aventurant dans ces sinistres montagnes.



Commandant : @Jûro Kisame
Membres de l'Escouade :
@Tsukiriko Misa
@Uchiha Kioshi
@Jiken Kisuke

MJ : @Ryûji
©Never Utopia
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Sam 4 Fév - 2:43
Le voyage à été long, presque fatiguant même pour un voyageur invétéré comme moi, à peine rentré de ma dernière mission que les bruits sur la guerre se sont mis à courir partout dans Kiri, il n'y avait pas un seul endroit où cela n'était pas le sujet de discussion principal... ça me rendait malade, pas un lieu ou avoir la paix, même devant chez moi, certains groupe de villageois ou Ninja passaient et ne parlaient que de ça, pourtant la dernière guerre n'était pas si loin derrière, non ? Peut être qu'ils ne considèrent pas le "rassemblement" des clans comme une réelle guerre...

C'est dans ce climat que j'ai eu droit à ma récompense pour mes bons services envers Irina Uchiha, et la glorieuse Kiri, envoyé sur le front en tant que chef d'une escouade rassemblée des quatre coins du monde, décidément, cette femme ne fait qu'ajouter des raisons à la haine meurtrière qui m'anime à chaque fois que je ressort de ses bureaux, mais aussi malheureux que ce soit, elle m'annihilerait d'un simple geste, alors à quoi bon résister, tout ce que j'ai pu faire avant de partir, c'est hocher misérablement la tête et lâcher un fade "à vos ordres.".

La rencontre avec mon équipe fut courte, à peine le temps de faire connaissance avec ces trois Ninjas mis sous mes ordres par le chef de guerre de la région où je suis affecté, une gamine dont je saurais pas dire l'âge au cheveux roses et d'une taille ridicule, Misa-Chan... Les temps sont durs mais de là à envoyer une gamine au front ? Ils ont perdu l'esprit. Un camarade au cheveux blancs, son visage m'est familier alors je dois l'avoir vu quelque part à Kiri, mais je n'ai aucun souvenir solide pour savoir qui il est vraiment, Torch il dit s'appeller, aucune idée de ce que se surnom peut bien vouloir dire, au moins il n'a pas l'air d'avoir douze ans. Et pour finir un... Un connard avec un Bob ? Ouais, c'est bien ça, ce type là est presque aussi louche que moi, mais on choisit pas ses compères.

Le camp à peine mis en place que je reçoit une convocation avec le chef de guerre du Mouvement dans la zone de conflit de Tori no Kuni, juste le temps de découvrir ce dont sont capable mes camarades que je dois déjà les quitter l'espace d'un court moment pour recevoir nos ordres de déploiement, la situation est plutôt terrible ici, bien que je n'ai pas vraiment de nouvelles des autres lignes de fronts, rien que pour rejoindre mon équipe j'ai eu la joie de combattre des cadavres animés, une terrible magie est mise à l'oeuvre ici, des cadavres qui tombent difficilement et qui se relèvent ensuite... Je n'ai eu l'occasion d'affronter que de simple cadavre, villageois, paysans et marchand, mais on m'a rapidement mis au courant que ces techniques de réanimations fonctionnaient sur le plus puissant des Ninjas, et que plus la guerre avançaient, plus grande étaient nos chances de tomber sur des réanimations de nos camarades tombés au combat.

C'est bien trop malsain pour être vrai, même si je n'étais pas contraint à venir je l'aurai sans doute fait par ma propre initiative, le monde ne peut pas vivre sous le joug de personne pareille, et je n'ai aucune envie de finir ma vie en tant que cadavre ambulant, je retourne au camp avec nos ordres de déploiement et un briefing complet de la situation, trois cartes, une du pays et deux identique de la zone où notre mission va se dérouler, les outils nécessaire à la communication entre mon équipe et le chef de guerre, ainsi que quatre pistolets de détresse.

Sans un mot, je distribue l'équipement à mon équipe, puis je m'assied sur ma bûche et déploie la carte devant eux, pointant du doigt la zone de notre mission, tout en l'entourant au feutre rouge.

    Bon, la mission est plutôt complexe, vous vous doutez bien que se battre sans arrêt contre les hordes de cadavre n'avancera à rien, alors on est l'un des groupes envoyés à la recherche des responsables de l'armée ennemi, ses fils de pute de Yamanaka, on suppose...


Je prend une petite seconde de pause, la grande question qui se pose dans mon esprit maintenant est qui envoyer en mission, Torch et Kisuke ont tout deux l'air d'être incapable de faire quoi que ce soit d'autre que d'exploser des gens, mais la dernière personne sur qui je peux me reposer est une gamine, au cheveux roses, je soupire longuement avant de rassembler mes cheveux en arrière pour les attacher avec une fine lamelle de cuir.

    Les senseurs du Rikudô ont pu détecter une émanation de chakra similaire à celui retrouvé sur les cadavres au en provenance de cette zone, ça pourrait être une piège tout bête, mais ils n'ont aucun intérêt à éloigner un petit groupe comme le notre, alors je pense que tout ce qu'on va trouver là haut, c'est un de ses bâtards de Yamanaka en train de faire joujou avec ses cadavres... Aucun d'entre vous ici c'est foutu de suivre une piste humaine, et encore moins chakratique, alors Torch et Kisuke, vous allez rester ici, Kisuke prendra la tête de l'escouade en mon absence, Misa, quand à toi, tu viens avec moi, le but du jeu c'est d'explorer la zone, et d'improviser selon ce qu'on y trouve, des questions ?


Suite à cela, je me lève pour préparer mes affaires, jetant un coup d'oeil inquiet à l'inventaire que Misa mets en place pour notre petite balade, lui conseillant des vêtements pour la pluie, une paire de gants et des chaussures solides, des vêtements sobre, gris de préférence, les couleurs vives se rendent bien plus visible entourés de pierre en montagne.

    Et fais quelque chose pour tes cheveux, fous toi un bandana ou coupes les ça serait mieux encore, pas envie qu'on se fasse repérer parce que t'as un sens de la mode complètement merdique.


Une réflexion marrante venant de la part du type à la veste de cuir trouée qui retombe jusqu'au genoux... Mais tout de même juste, on ne sait pas dans quoi on s'aventure, et s'ils ont un senseur avec eux, la mission sera d'autant plus compliqué, je prend le risque d'emmener quelqu'un avec moi, quelqu'un dont les capacité de camouflage sont absolument inexistante, mais au moins j'aurai un soutient logistique et en combat avec Misa-chan, et puis j'ai l'impression qu'il me sera plus simple de travailler avec elle, qu'avec les autres, en tant que salaud, je sais reconnaître les autres, et Kisuke à tout l'air d'en être un, pour Torch, je suis persuadé de l'avoir vu une fois de loin à Kiri, et à Kiri, il n'y à que des salauds, pauvre Misa, elle est vraiment tombée dans la pire des escouades, et avec le pire des commandants, celui qui n'a pas envie d'être là.

Je lâche un dernier soupir et enfile mon sac sur mes épaules, rations, eau, radio, fusée de détresse, sac de couchage, un couteau bien aiguiser, mon bâillon préféré, et une bonne corde fine mais très solide, parfaite pour attacher quelqu'un à un arbre.

Je sort les deux cartes des montagnes, et commence à effectuer un quadrillage de la zone, marquant les carrés respectif avec des chiffre, ça ne sera pas irréprochable, mais au moins je pourrais dire à Kisuke et Kioshi notre location approximative si je souhaite obtenir des renforts, cela leur évitera de nous chercher des heures, ou encore de prendre trop de temps à rejoindre nos fusée de détresse et risquer de se faire attraper par l'ennemi en premier.

    Voilà la carte Kisuke, si jamais on à besoin d'un coup de main je te le ferais savoir par radio, tu filera ça aux renforts avec notre numéro de fréquence radio, lorsqu'ils seront proche de la zone on tirera les fusée et on se regroupera, c'est pas fou, mais dans ses conditions c'est le mieux qu'on puisse faire, alors fais gaffe à ça et tiens le bien au sec.


J'enfile le doublon de la carte dans mon sac étanche, et je me mets en route, appelant Misa, en route pour quoi, malheureusement je ne sais pas encore...
XP : 283
Messages : 171
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mar 7 Fév - 7:29
Ma mère.. elle avait raison. Cette paix et harmonie qu'on avait depuis peu, ne durerait jamais. Elle me disait q'un jour, l'empire d'Iwa reviendrait, à nouveau, pour perturber cette paix après cette dure guerre clanique. Malgré tout, Tsuchi no Kuni, qui était une puissante nation, savait qu'elle ne pouvait point faire le poids contre les autres grands villages ninjas qui étaient, eux aussi, tout aussi puissant. Je vois très bien votre questionnement par rapport à ma présence dans cette nouvelle guerre entre les villages, surtout que j'avais promis de ne pas m'y impliqué. Hé bien, malgré le conflit qui m'était égal entre les grands villages, les actions du pays de la terre m'interpella un peu plus. En fait, voyant qu'il perdait de plus en plus d'influence, il décida d'envahir d'autres petits pays pour reprendre de la puissance. Une de ces cibles était Tori no Kuni, soit le pays des oiseaux. D'après les dires des voyageurs, nous pouvions croiser différents espèces de volatiles et les habitants de Tori no Kuni vouaient un culte envers ces animaux. Malheureusement, malgré leur côté très pacifique, les informations d'Iwa étaient clairs sur le résultat final du pays. Ils voulaient mettre le pays des oiseaux à feu et à sang, voir l'anéantir complètement de la carte. C'était.. très bas de leurs parts. Pourquoi vouloir détruire un pauvre petit pays alors qu'on pouvait pleinement négocier avec lui? Je ne pouvais laisser passer une telle barbarie, surtout que les Torijins n'avaient rien demandé. Ils n'avaient point souhaiter de se faire bombarder de la sorte. Alors, c'est avec cette conviction d'Aider ces pauvres innocents de la haime de l'Empereur du pays de la terre que je m'allie directement à l'alliance du mouvement Rikudô.

Pour cette guerre, j'étais accompagnée de trois hommes qui avaient l'air soit d'être des vétérans de la guerre claniques, soit simplement des fous furieux. À ma gauche, j'avais un Sunajin qui se prénommait Kisuke. Malgré son allure de clochard, j'avais cette impression qui pouvait cacher un véritable potentiel dans les combats. Enfin, c'était assez logique, vu que les villages ninjas ne seraient point assez imbéciles d'envoyer un vrai clodo, alors que le sort d'un pays entier dépend de nos actions, hein?

Tournant ma tête vers ma gauche, je vis mon deuxième coéquipier. C'était un Kirijin qui venait du clan Uchiha. Oui, ce clan qui était pas mal détesté par les autres shinobi. Il se surnommait Torch. Mmm.. Torch? .. Meh. Je ne voulais point savoir pourquoi qu'il avait ce surnom, vu que je le trouvais un peu étrange. Pourquoi? Je ne sais pas vraiment. Son sourire un peu trop sympathique me faisait énormément rappeler Junsuke. La seule différence était que Torch, de mon avis, était moche. Même très.

Finalement, le dernier homme était un Shinobi du pays de l'eau et le chef de notre groupe. Il se nommait Kisame. On pouvait vraiment voir dans ses traits de visages qu'il était vraiment plus âgé que nous et qu'il avait des expériences assez terribles des guerres claniques. Son visage était creux et légèrement cicatrisé, sûrement dû aux blessures des guerres. Un homme de confiance, dira-t-on. Non?

Voilà avec qui je devais faire équipe. Non, je n'étais guère avec mes mamans chéries, vu que j'avais pris cette décision par moi-même et ce, sans en leur parler. J'avais seulement demandé à Mom de me faire un souvenir, vu que je voulais les avoir à mes côtés et ce, tout le temps. Sans se poser plus de question, la Jurô me construit un petit bracelet avec ses toiles extrêmement solides, collées et douces pour la peau. Dans le centre, on pouvait voir une pierre qui, intérieurement, était ornée de pétales roses et blanches. Elle m'avait expliqué que ce sont des pétales similaires aux fleurs quand Mom était née et quand Mam' avait demandé sa main. Deux moments mémorables que ma mère avait partagé avec moi. Ralala, maman, tu me rends tellement heureuse d'avoir partagé ça, tu sais?

Au niveau de mon style, je n'avais point mis mes vêtements habituels. Non, j'avais pris une tenue beaucoup plus discrète et parfaite pour s'harmoniser avec le style des autres shinobis. J'avais un uniforme mauve foncé et noir qui fondait bien avec l'ambiance actuelle du pays et des sandales de ninjas noires. Mes cheveux, tant qu'à eux, je les avais attaché en queue de cheval et je laissai les petits cheveux tombés devant  mes yeux rubis. J'avais aussi mis le bandeau que ma maman avait fabriqué avec ses griffes et ses toiles qui ont créé un tissu solide et extensible. Sur la plaque de métal, il y avait le signe de ma future organisation. Je l'avais attaché à mon cou pour qu'il soit visible. Pourquoi? Hé bien, je voulais faire graver ce symbole dans la mémoire du peuple de Tori no Kuni et des grands villages. Le jour où que je mettrais mon projet en oeuvre, je veux qu'on se souvienne que mon organisation avait participé aussi à la réussite de cette mission.

Bref, étant au camps où que nous attendions les ordres de notre mission, notre chef revint de son petit meeting avec le commandant du pays et nous passa les équipements, silencieusement. L'atmosphère était légèrement plus lourde, vu que nous étions contre des ennemis qui n'avaient ni âme et ni d'émotions. De vrai cadavre. Malgré ma fascination envers cette capacité à maîtriser des cadavres, je ne pouvais me dévier de la voie que j'avais prise, surtout pour fangirliser sur une technique hyper trop cool! Je devais rester concentrer et ce, pour le bien de tous les innocents Torijin qui n'avaient point demander cette guerre.

Après avoir passé l'équipement, Kisame-senpai prit une place autour du camps et déploya sa carte. De son index, il nous montra la zone encerclée d'un trait rouge vif. C'était le lieu où la mission se trouvait. En plein milieu d'une montagne et qu'en fronçant légèrement mes yeux de couleur écarlate, cela ressemblait à un genre de manoir. Enfin, un bâtiment assez culte pour l'avoir dessiné sur la carte. De plus, c'était assez logique que des Iwajin, qui possédaient la même agitation de chakra que les cadavres qui envahissaient peu à peu le pays, se cacherait dans un tel bâtiment où que personne ne mettrait les pieds.

Après quelques explications logiques sur la suite de la mission, Kisame m'annonça que nous allions faire équipe ensemble pour cette mission qui pouvait sembler dangereuse et insensée. Je ne pris guère de temps avant d'hocher la tête, répondant positivement à sa demande. Oui, c'était peut-être dangereux et je risquerais peut-être de m'éteindre, cependant, c'était à mon tour de protéger ceux et celles qui ne pouvaient point. En tant que Kunoichi, c'était mon devoir de mener à bien ma mission. Et puis, de tout façon, si je meurs, je rejoindrais ma super maman qui avait fait aussi un geste héroïque en guerre, non? Hihi..

Après le petit consensus, nous nous préparons pour cette longue route. Pour ma part, je gardai avec moi les équipements que mon supérieur m'a donnés et, de plus, j'apportai des outils de ninja et des pilules militaires créées par moi. Cependant, quand je me préparais, je sentais que Kisame me surveillait, avant que celui-ci me donne des conseils. Merci papy, mais j'en avais pas besoin!

Soudain, alors que j'éprouvais un énorme respect envers le vétéran, mon sourire perdit de la valeur et mes sourcils se froncèrent, le dévisageant. Je rêve ou quoi? Il vient me chialer dessus parce que j'ai les cheveux roses et qu'il ne voulait pas se faire repérer à cause de mes cheveux. Il est con ou quoi? Depuis quand que des cheveux a coûté une vie, mmh?

Je restai là, le dévisageant, confuse, avant de placer mes bras sur mes côtes, souriant légèrement.

-Sans vouloir vous offenser, mon cher commandant, votre raison est stupide. Tir, c'est comme si je vous dirais que vous êtes trop grand et, comme vous êtes trop grand, bah vous ne pouvez point vous caché correctement dans les hautes herbes sans vous faire repérer. Néanmoins, je ne peux vous en vouloir. Après tout, les années vous ont peut-être rendu sénile, hein?

Sous mes paroles, je tournai le talon et continuai à préparer mes affaire. Peut-être que mes paroles l'énerveraient ou peut-être qu'il y en avait rien à foutre. Cependant, je tiens à mettre quelque chose au clair; si mon supérieur essaye de faire quoique ce soit à mes cheveux, il risque de le regretter. Vraiment.

Après le petit blabla entre Kisame et Kisuke, le commandant m'interpella, avant de prendre la route. Pour ma part, je fixais le bracelet que m'a mère m'avait offert, puis, d'un sourire, je donnais un bisou sur la pierre avant de suivre mon commandant. Nous partons vers un lieu inconnu où que tous danger pouvaient nous tomber dessus. J'aurais vraiment besoin de leurs soutiens dans cette mission...

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 9 Fév - 21:48
À l'abri de tous les regards, dans un recoin isolé de Tori no Kuni, une discussion entre deux hommes vit le jour.

- Mon Enfant, viens par ici. L'Alliance se montre de plus en plus embêtante, et cherche à nuire à nos plans. Tout allait bien, jusqu'à ce qu'ils parviennent à détecter l'un de nos réceptacles. Je vais avoir besoin de toi, une fois de plus.
- Dîtes-moi ce que je dois faire.
- Protège le réceptacle de la montagne d'Akota. Pour le reste, tu as carte blanche.


L'ombre acquiesça...

- Entendu, maître.

... puis s'évapora.

----------------------------------------

L'escouade de Jûro Kisame se dirigeait donc en direction de la région d'Akota, et plus précisément au sein de ses montagnes mystérieuses. De nombreuses rumeurs pas très rassurantes circulent au sein du peuple des oiseaux concernant ce lieu, et aujourd'hui ces montagnes se trouvent au cœur même du conflit. Le commandant de Kiri s'est dévoué afin de participer à cette mission, accompagné de Tsukiriko Misa, la jeune Nukenin Eisenin. Le duo de shinobi s'est donc dirigé vers les montagnes d'Akota, afin d'identifier et neutraliser les étranges sources de chakra qui y ont été détectées.

Dans ce lieu, la prudence est de mise. La moindre erreur peut être fatale aux deux ninjas, et sans doute l'ont-ils bien assez vite compris. Le ciel s'était obscurcit au dessus de leurs têtes, et la lumière du soleil n'était presque plus visible. Seuls quelques rayons parvenaient à traverser cette épaisse couche nuageuse. Le lieu était un grand massif rocheux : de nombreux sentiers traversaient les montagnes, et beaucoup de végétaux y vivaient. De nombreux arbres morts y reposaient en paix également.

Les deux ninjas de l'Alliance avançaient donc, et pour l'instant rien n'était à signaler. Ils se servaient efficacement de la carte dont ils disposaient pour avancer. Néanmoins, un murmure vint percer ce silence pesant qui régnait en maître dans les montagnes. Une faible voix, qui implorait de l'aide.

- À... à l'aide... quelqu'un...

À quelques mètres seulement de vous, un corps gisait sur le sol. Il était mal en point, blessé, et demandait de l'aide. Vous n'en savez néanmoins pas plus. Est-ce un ninja ? Un villageois ? Un piège ? Qui est-il ? Impossible de le savoir pour l'instant. Tout ce que vous savez, c'est que cet homme semblait blessé. Très peu de temps après, un autre son se fit entendre. Des brindilles qui se cassaient sous la force des pas, des feuilles de buissons qui s'agissaient. Il était tout à fait possible pour un senseur confirmé de ressentir les chakra de ces abominations qui approchaient. Bien assez vite, ils seront là, à leur niveau.

Qu'allez-vous faire ? Prendre le risque de sauver cet inconnu, ou le laisser à son triste sort ?

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mer 15 Fév - 23:01
-Sans vouloir vous offenser, mon cher commandant, votre raison est stupide. Tir, c'est comme si je vous dirais que vous êtes trop grand et, comme vous êtes trop grand, bah vous ne pouvez point vous caché correctement dans les hautes herbes sans vous faire repérer. Néanmoins, je ne peux vous en vouloir. Après tout, les années vous ont peut-être rendu sénile, hein?

Ses mots résonnait dans ma tête depuis quelques jours déjà, alors que je menais la Ninja Médecin en direction de la source des émanations chakratique de la montagne, l'insolence de cette petite peste n'avait pas de limites, elle osait m'insulter, moi, un vétéran de la guerre, sur un art que j'ai passer ma vie entière à perfectionner, elle qui n'en savait sans doute rien, elle qui n'avait sans doute jamais vécu la guerre, vu son jeune âge... J'avais eu envie de la décapiter sur le champ, tant sa réponse m'avait frustré, mais j'ai tout de même fait preuve d'un contrôle de moi même impressionnant, je n'ai même pas répondu, tant j'ai été sage et réfléchis, mais il est certain que je n'arriverais pas à me concentrer tant que je n'aurai pas fait ravaler sa bêtise à cette petite conne ignorante, alors j'ai décider d'aborder le sujet au pied de la montagne, comme pour mettre les choses au clair avec elle une bonne fois pour toute, lors du repas, j'ai décider de confronter ce problème, car au delà de ma propre fierté, ses cheveux sont véritablement gênants, une couleur vive dans un lieu aussi sobre ne passera jamais inaperçu. d'autant plus que nos ennemis ont l'avantage de la hauteur et d'une vision dégagée sur nos déplacements.

    Ecoute petite, je sais pas qui tu es ni ce que t'as vécu, mais j'ai au moins le double de ton âge, et sans vouloir me vanter, j'ai peut être aussi le double de ton expérience, si ce n'est plus, tu m'as dis être un Ninja médecin adepte au Taijutsu, mais jamais tu n'as fais mention de tes capacités d'infiltration et de discrétion, j'en déduis donc que tu es une amatrice sur le sujet, hors sâche que s'il y à un point où je fais partie de l'élite dans ce monde, c'est bel et bien l'infiltration et la discrétion, alors tu penses peut être tout savoir sur le monde, peut être tu as lu des livres ou entendu des gens dire des choses... Mais cela n'a pas d'importance, j'ai fait la guerre, suffisamment pour savoir que mon témoignage vaut plus que ce que tu as pu entendre... Je ne me réveille pas le matin en me disant que je vais emmerder Misa-chan, compris ? Alors ce que je vais te dire là est un ordre venant droit de ton supérieur hiérarchique, car au cas où tu l'aurais oublier, je suis ton commandant.


J'ai donc sortis le long bandana gris que j'avais pris avec moi au début de la mission, et je lui ai présenter.

    Tu vas me faire le plaisir de foutre ça sur tes cheveux, tu vas gentiment l'enrouler et camoufler cette putain de couleur rose, et tu vas me faire le plaisir de ne plus JAMAIS oser m'insulter tout en déblatérant des absurdité sur un sujet dont tu ignores absolument tout, et je te conseille fortement de réfléchir longuement avant de me donner une réponse, parce que si tu te fous de ma gueule encore une putain de fois, je te promet que je te perds dans cette putain de montagne en pâture pour les revenants et que je vais continuer la mission seul, parce que si je décide de t'abandonner, crois moi que jamais tu me retrouvera, même si tu passe toute ta putain de vie à la tâche. C'est bien compris ?


J'avais pris un ton menaçant, mais ces menaces n'étaient pas en l'air, je suis un homme très sérieux, mais aussi un homme honnête, je ne menace pas quelqu'un lorsque je suis incapable de mettre en action mes propos, et dans ce cas présent, me dissimuler au yeux d'une amatrice pareille serait d'une simplicité déconcertante, et il est clairement en mon pouvoir de me barrer pour effectuer la mission seul, après tout, mieux vaut finir la mission de moi même que de continuer avec quelqu'un qui ne va faire qu'avertir l'ennemi de ma présence, et forcer un conflit trop tôt.

Le lendemain, nous commencions l'ascension de la montagne, le terrain était difficile, les conditions étaient également désastreuse, la pluie nous frappait régulièrement, et les nuages noirs ne cessaient de couvrir le soleil, offrant au lieu un aspect très inquiétant, un peu comme les marécages que j'avais l'habitude de côtoyer dans mon enfance, l'endroit était incroyablement sombre, et même si mes yeux s'étaient rapidement habitués, j'aurais préférer un peu plus de lumière, il y avait néanmoins un point très positif au manque de lumière, c'est que nous repérer était bien plus compliqué, et même si je privilégiais les chemins à couvert, de sorte à ce qu'un homme en haut de la montagne ne puisse pas nous repérer, nous étions parfois obligé de traverser quelques portions de terrain en étant totalement à découvert, là où les cheveux roses de Misa nous aurait certainement tuer, je la forçais à me suivre en rampant dans la boue, faisant évidemment de même, pour éviter tout risque, que cela lui plaise ou non.

Quelques temps après, au milieu de notre ascension, nous avions déjà réussis à esquiver quelques troupe de revenants, je les repérais de loin, et trouvait un lieu pour nous mettre à l'abri le temps qu'ils passent, il valait mieux éviter le conflit, et après tout, les mettre au sol ne servait à rien, puisqu'ils se relevaient au bout d'un certain temps. Il n'y avait pas le moindre animal dans cette montagne, tous avaient déserter, même les insectes et les oiseaux, tous étaient partis, les animaux ressentent ce genre de choses, les oiseaux s'envolent tous avant un séisme ou une quelconque catastrophe, alors c'est compréhensible qu'ils aient tous quitter cette montagne de l'horreur.

J'était très concentré sur le chemin à prendre lorsque j'entendit un son sur ma droite, une toux, une toux légèrement grasse, ainsi qu'un crachant, tournant la tête au moment où l'homme lâchait un simple "à l'aide...", j'était déjà prêt à en découdre avec un quelconque ennemi, et voilà qu'un homme blessé se trouvait être le premier contact que nous faisions dans cet endroit, j'attrapais le bras de Misa, comme pour l'empêcher de ce jeter sur l'homme, et j'améliorais mes sens, concentrant mon chakra pour que ma vision soit plus claire, je ne distinguais aucun insigne sur cet homme, mais il y avait des signes distinctif qu'il s'était battu, ou débattu ? un peu de peau sous ses ongles, la gorge arrachée par ce qui semble être une morsure, humaine ? Peut être, sans doute, vu la situation, les phalanges calleuse de l'homme prouvent qu'il à donné suffisamment de coups de poings dans sa vie pour ne pas être un simple paysan, ce qui correspond plutôt bien à sa présence ici, c'est sans aucun doute un homme d'action, mais d'où vient il, et que fait il ici... Je lâche le bras de Misa pour la laisser s'occuper de l'homme, quand j'entend les bruits de pas en provenance des bois, je distingue 4 son différents, et l'empreinte chakratique ne trompait pas, il s'agissait bel et bien de quatre revenants, ils arrivaient vers nous rapidement, et il fallait prendre une décision.

    Misa, embarque l'homme avec toi et fais en sorte qu'il arrête de se vider de son sang, je vais retenir les cadavre, je te laisse une demi minute pour te mettre à l'abri avant de désengager le combat, bouges !


Je me positionnait donc entre l'homme à moitié crevé et les morts vivants, couvrant mon corps d'une carapace de chitine, et concentrant ma perception chakratique pour pouvoir anticiper les coups à venir, il fallait gagner du temps, et je n'était pas un expert dans le domaine, alors mieux vaut que Misa fasse vite... Les zombies arrivant, je commence à compter jusqu'à trente dans ma tête.

    Allez ramenez vous saloperies, profitez de votre liberté tant que vous pouvez, j'aurai bientôt la tête de votre papa Yamanaka au bout d'une pique...


Techniques utilisée:
 


Dernière édition par Jûro Kisame le Mer 15 Fév - 23:02, édité 1 fois (Raison : Couleur)
XP : 283
Messages : 171
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mar 21 Fév - 7:59
Malgré mes paroles provocantes, le commandant restait toujours sous un visage sévère et calme. J'avais cette impression qu'il avait simplement ignoré mes insultes à son égard, comme si je n'étais qu'une adolescente révoltée par un manque de liberté. Le shinobi avait l'air de s'en battre les couilles et avait continuer notre randonné dans un silence des plus absolu. C'était un peu perturbant, vu que j'étais habituée de socialiser durant une longue période de marche, néanmoins, je pouvais comprendre ce silence pesant. Nous étions en guerre contre le pays de la terre sur un territoire neutre. Nous savions aucunement si l'ennemi avait déjà notre position en vue et qu'ils attendaient le bon moment pour nous attaquer.  La méfiance était au rendez-vous. Néanmoins, je n'avais point peur du déroulement de notre mission, vu que le kirijin semblait avoir de l'expérience dans ce genre de domaine. D'ailleurs, malgré mes insultes, je ne pouvais nier que je respectais cet homme. Il a tellement dû vivre des moments atroces, son calme légendaire était hallucinant. Je pouvais dire que je n'avais point affaire avec une tapette fragile, non? Hmph! Si j'avais su la suite des événements, je n'aurais jamais prononcé ces mots.

En fait, un soir, nous étions à notre petit campement, prêt à passer une nuit de repos. Pour ma part, je brossais ma chevelure rose avec un mini peigne que je traînais toujours sur moi et ce, depuis mon départ d'Hana no Kuni. Même en temps de guerre, je prenais soin de ma personne, cependant, au moment où je finis de bien traiter mes cheveux, mon commandant décida de discuter avec moi et ce, sur un ton sec, voir menaçant. Il sortait finalement son caca nerveux qui était pris depuis quelques jours. Je tournai brusquement la tête vers le vieux sénile, les yeux légèrement écarquillés dû au pétage de plomb de ce dernier. Puis, d'un coup, mon regard sombra, laissant une mine mécontente sur mon délicat visage. D'où? .. D'où ce criss d'vieux cave me traitait de petite? J'avais bien donné mon prénom pourtant, hein! Alors, pourquoi ce vieux criss se permettait de me surnommer ainsi? Ce n'est pas le roi de Yuukan, hein. Câliss de connard d'marde!

De plus, au moment que je finissais de l'insulter mentalement, je vis Kisame-san étirer son bras vers moi et ce pour me donner un étrange tissus de couleur gris dégueulasse. Je fixais le tissus, reculant légèrement la tête sur l'effet du dégoût. Quoi? Il voulait vraiment que je mette ce bandana délavé sur ma fucking tête? Ce truc qui utilisait sûrement pour sécher son dessous de bras quand il avait fait un peu trop d'exercice pour son âge? No. Fucking. Way. Je n'accepterais jamais de mettre cette chose sur ma tête, même si c'était par la demande du prince d'Hana en personne.

Cependant, alors que j'allais l’envoyer bouler sur un arbre et que j'allais lui faire bouffer son tissu d'une couleur fucking laide, le Jurô mit une condition qui me laissa de glace, me faisant hésiter d'un coup. Il me disait clairement que si je n'étais point coopérative et que je l'insultais encore, il m'abandonnerait dans la montagne et continuerait sa mission seul. J'avais haussé le sourcil droit, le dévisageant, alors que je gardais mes bras croisés et collés contre ma faible poitrine. Je restai dans cette position, le dévisageant pendant un long moment. J'essayai de lui faire comprendre que sa petite crise ne m'affectait point et que c'était stupide de réagir ainsi. Néanmoins, je compris bien vite que, malgré cette crise enfantine, le vieux sénile ne voulait point revenir sur ses dires. Je soupirai longuement, exaspérée du comportement enfantin de mon commandant, puis, avec dégoût, je pris le bandana que le kirijin me tendit. Ensuite, prenant soin d'entrer tranquillement mes cheveux pour les couvrir, je fixai, à nouveau, mon chef et je surélevai légèrement mes épaules, montrant une expression de mécontentement sur mon visage.

-Voilà! T'es content là? dis-je d'une voix un peu sec.

Le lendemain, nous étions partis à l'aube pour cette ascension. Oui, j'avais toujours gardé cet horrible bandana sur ma tête, malgré mon envie de l'enlever et de botter le cul de l'homme qui m'accompagnait. Cependant, comme je ne voulais point enduré ses caprices de vieillard ou encore le voir crever à cause d'une crise au coeur, je n'avais point décidé de me rebeller et de faire à ma tête. Je suivais mon superviseur, avec un sourire absent. Quoi? J'avais décidé déjà de parler son tissus à couleur à couleur vomi sur ma tête, j'vais pas continuer mon chemin avec un sourire niaiseux collé sur ma tronche, hein! Faut pas rêver non plus!

Bref, après avoir traversé des toutes difficiles pour éviter les zombies qui rôdaient dans la montagne, nous nous cachions derrière un buisson. J'attendais le signal de Kisame pour continuer notre route. Soudain, une toux grasse attira ma curiosité, suivit d'un ''aider-moi''. Perplexe, je me tournai pour remarquer cet homme gravement blessé au cou. N'importe qui pouvait deviner que sa blessure était potentiellement mortelle. Étant ninja médecin, c'était mon devoir de sauver cet homme. Donc, sans trop perdre de temps, je commençais à déplier mes genoux pour me diriger vers le blessé. Par contre, prévoyant mes intentions, Kisame déposa brusquement sa main sur mon bras droit pour me retenir sur mon élan. Je fixais la main de mon commandant, puis, je levai mes yeux écarquillés. J'étais surprise de son geste aussi spontané et cela ne prirent guère de temps avant que je ne sers les dents et que je fronçai les sourcils, affichant une mine énervée.

-Qu'est-ce que tu fais, espèce de co-mouméémou..

J'étouffais mes mots en plein milieu de ma phrase en mordant très légèrement mes lèvres. C'est vrai. Monsieur était un peu trop susceptible et pouvait prendre mal mes remarques sur sa manière de gérer ou encore, de penser. Donc, gardant ma rage intérieurement, je fixai le Jurô qui analysait sûrement la situation. Aller papy! Va plus vite. Ce n'est pas que l'homme pouvait mourir, mais c'est ça..

Soudain, alors que la condition de l'inconnu ne semblait point s'améliorer, nous entendîmes, au loin, des pas assez lents et irréguliers, suivit de grognement. Ah shit! Pas eux ici. Pourquoi étaient-ils proche de nous? Est-ce l'homme blessé qui les avaient attiré? Je ne sais point, par contre, nous ne devions guère rester ici trop longtemps. D'ailleurs, Kisame comprit rapidement l'urgence de la situation, puis, lâchant mon bras, il me demanda de soigner l'inconnu pendant que lui faisait diversion. J'hochai vivement la tête sous la condition de mon chef d'équipe, puis, sans trop perdre de temps, je m'approchai de l'inconnu pour le dégager du champ de vision des morts-vivants. Nous nous cachions derrière un arbre, non loin et ni trop proche de la position de Kisame-san. Maintenant cachée, je fis quelques mudras pour laisser paraître une aura verte autour de mes mains, avant de les déposer au cou du monsieur. En quelques secondes, des cellules se créèrent rapidement dans le cou de ce dernier laissant une vilaine et grosse cicatrice au cou. Malheureusement pour lui, je n'avais guère le temps de le soigner complètement. Néanmoins, avec mes soins, le saignement fut arrêté et les blessures mineures furent effacées. De plus, prenant des précomptions, j'activai mon chakra, à nouveau, pour analyser si une bactérie avait logé en lui. Heureusement, l'homme n'était point empoisonné, ce qui me soulagea.

Finissant les soins sur l'inconnu, je lui souriais doucement, avant de placer celui-ci sur mon dos. Vu qu'il n'était point trop grand, je pouvais le porter sur mon dos et ce, malgré ma petite taille. Je lui disais de bien s'accrocher, avant de sortir de ma cachette, criant à Kisame.

-C'est fait! Il faut partir, vite!

Résumé des actions:
 
XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 23 Fév - 19:19
Le danger était réel, puisque quatre cadavres animés rôdaient dans les parages, prêt à s'en prendre au groupe de shinobis de l'alliance. Leur but était néanmoins inconnu encore. Après quoi en avaient les zombies ? Est-ce qu'ils étaient envoyé ici afin d'éliminer les deux shinobis, ou bien cherchaient-il à finir le travail, en abattant la cible à terre ? Pour l'instant, aucune réponse ne pouvait être donnée. La seule chose qu'il savait, c'est que ces corps ambulants n'étaient pas là pour leur souhaiter la bienvenue.

Ils décidèrent d'une stratégie, et l'adoptèrent aussitôt. Tandis que Misa allait s'occuper du blessé, Kisame allait se charger de régler leur compte aux cadavres. Leur marche était lente, mais lorqu'ils virent Kisame, deux d'entre eux s'empressaient d'aller attaquer le membre du clan Jurô, qui avait pris le soin de se protéger grâce à une armure typique de son clan. Les deux zombies l'attaquèrent donc, mais il parvient à les éviter grâce à sa technique de Goganjutsu. Les deux attaques se rejoignirent en un même point, et les bras des deux zombies se percutèrent, s'occasionnant entre eux de sévères dégâts. À l'impact, un souffle nauséabond s'est propagé, avec la déchirure des deux bras cadavériques. Suite à ça, les deux suivants comptaient bien régler son compte au Jûro, et se ruèrent à leur tour sur leur adversaire.

Les zombies étaient faibles, vraiment. Leur présence et leur intérêt ici était un réel mystère.

Du côté de Misa, le blessé reprenait peu à peu des couleurs normales, et la douleur semblait commencer à se dissiper. La blessure avait été traitée avec succès, bien que l'homme ne soit pas en mesure de bouger encore, ni de rester réellement conscient. Il était resté silencieux tout le long de l'opération, entre la vie et la mort, et n'avait rien tenté de suspect. Misa le prit alors sur son dos, après avoir terminé de s'en occuper.

- *Eur... kuf...* Ku... Kunoichi de l'Alliance, je... *keuf* il faut que... que... vous m'aidiez...

En lui disant cela, l'homme lui avait attrapé doucement le bras, comme pour captiver son attention. Ce moment ne dura que quelques secondes, puisque l'homme perdit ensuite connaissance, sans doute épuisé par la fatigue. Son bras lâcha prise, et tomba raide le long du corps de Misa. Sur le coup, un bruit étrange se produisit, comme un bruit métallique tombant au sol. Ce qui tomba au sol, c'était un bandeau d'Iwa.

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Ven 24 Fév - 19:39
Les cadavres étaient là, sur moi, une rapide esquive me permit de voir que leur membres n'étaient pas des mieux conservés, volant en éclat lorsque les deux bras des zombies s'entrechoquèrent, une nuage nauséabond se dispersa dans l'air, l'odeur était terrible, surtout pour mes sens très développés, je reculais brusquement, sortant de cette zone qui empestais bien trop, les deux autres arrivaient déjà sur moi, mais j'avais au moins gagné suffisamment de temps pour que Misa puisse s'occuper de l'homme, elle l'avait attrapé et mis sur son épaule avant de courir et de sortir de mon champ de vision.... Parfait, je continuais de compter dans ma tête, je lui avais donner trente secondes, je comptais bien tenir à ma parole... Mais lorsque j'arrivais à la quinzaine, une voix s'élevais derrière moi... La voix de Misa, je me retournais brièvement pour voir son bras s'agiter de derrière un arbre, à une trentaine de mètre de là...

-C'est fait!! Il faut partir, vite !

Cette petite ignare... Incapable de suivre un ordre simple, je suis suffisamment grand pour pouvoir fuir seul de quatre putain de revenants, et il fallait qu'elle leur dévoile sa position, si je disparaissais maintenant de leur champ de vision à l'aide d'une de mes techniques, sur qui se jetteraient t'il donc hein ? Sur elle évidemment.

    T'occupes pas de moi bordel de merde ! Barres toi et je vous rejoindrais plus tard ! Te retournes pas putain !


Il fallait toujours dire les choses deux fois avec cette petite conne, impossible d'obtenir des coéquipiers efficace quelque soit la mission que je faisais, jamais, que ce soit la Mizukage qui les choisisse où qu'ils me tombent dessus par le plus grand des hasards, il fallait toujours que je sois entouré d'une bande de putain d'incompétents... Si les deux autres restés au camp sont comme ça, je jure sur tout ce qui est sacré que je finirais cette guerre de mes propres putain de mains, plutôt que de m'encombrer de ça.

J'allais devoir les maintenir sur moi quelques secondes de plus, heureusement ma carapace était en place, ça allait faire l'affaire, ils étaient deux sur moi, deux autres à me charger sur les côtés, j'allais en encaisser deux, esquiver les deux autres, l'armure ne tiendrais pas le coup, mais mon corps ne serait pas endommagé par les frappes de ses créatures...

La vérité, c'est que je pouvais sans doute mes les faire, ils étaient incroyablement fragile, pas très agile, pas très forts non plus, mais si je me contentais de jouer la défensive, je pourrais simplement sortir du combat, c'était le plan à la base, mais grâce à l'incroyable manque de réflexion de ma camarade, j'allais devoir rester sur le champ de bataille quelques secondes de plus, et cela était incroyablement dérangeant.

Alors que les deux zombies m'arrivaient dessus pour me frapper après leur camarade, j'encaissais les coups, mon armure fracturée, je transformait mes jambes pour bondir à une dizaine de mètres dans le sens opposé de Misa, puis je me mis à courir, de sorte à les attirer dans l'autre sens, jetant un œil derrière moi de façon fréquente pour être certain qu'ils suivent, j'attendais donc une dizaine de secondes avant d'utiliser une de mes techniques de dissimulation, laissant les zombies me dépasser pour ensuite repartir tranquillement dans la direction prise par Misa.


HRP:
 
XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 16 Mar - 20:25
Spoiler:
 

Le combat était donc lancé, et les zombies ont été berné avec succès. Ces créatures sans âme et sans volonté n'étaient pas assez développé pour comprendre la supercherie, et continuaient leur recherche désespérée du Jûro en progressant dans le mauvais sens.

Il rattrapa donc Misa, qui portait sur son dos l'homme blessé qu'ils avaient sauvé un peu plus tôt. Pour une obscure raison encore, celui-ci portait le bandeau d'Iwa sur lui, détail qui avait été repéré par la kunoichi médecin. Celui-ci était tiré d'à faire, mais littéralement épuisé. Avaient-ils fait le bon choix, en le guérissant ?

Quelques minutes plus tard, l'homme gémissait, et ouvrit les yeux, toujours posté sur son dos.


Inconnu


- Je... c'est bon, je peux marcher.

Il se redressa alors, et se mit sur ses deux jambes, quittant alors le dos de la fille au bandeau gris. Il regarda ses deux sauveurs, et trembla légèrement.

- Je vous dois la vie, shinobis de l'Alliance, merci...

Il s'assit au dos d'un arbre, invitant ses deux partenaires à faire de même. Il regarda ensuite le Jûro un moment, avant de reprendre sa respiration.

- Ces zombies n'étaient pas très forts, mais j'ai pu en éliminer plusieurs dizaines avant de me faire avoir. Ils m'ont ensuite suivi jusqu'ici, sans vous ils m'auraient dévoré.

Il sortit quelque chose de sa poche : il s'agissait d'une petite fiole, contenant un liquide verdâtre, et il la tendit vers le Kirijin.

- Buvez ça. Ces zombies contiennent en eux un gaz toxique, qui devrait commencer à faire effet prochainement. C'est un antidote que j'ai conçu, avant de m'aventurer ici.

Le jeune Iwajin regardait le Jûro droit dans les yeux, d'un regard poignant. Suite à ça, il se retourna vers la femme aux cheveux camouflés. Il lui tendit, de l'autre main, cette même fiole.

- Vous devriez en prendre, vous aussi. Vous en avez peut-être inhalé une petite quantité. Puis, les effets de l'antidote durent 24h, ça vous sera utile.

La raison de la présence d'un ninja d'Iwa ici était encore mystérieuse, il n'avait pour l'instant rien mentionné à ce sujet.

Tout semblait calme. Pourtant dans l'obscurité, une ombre s'agitait.

Spoiler:
 
XP : 283
Messages : 171
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mar 21 Mar - 22:34
La fuite de ce combat fut nécessaire. Avec l'homme blessé sur mon dos, je ne pouvais venir en aide à Kisame contre les morts-vivants et il ne pouvait clairement guère les éliminer par lui-même. Je n'avais point d'autre choix que de fuir pour sauver ma vie et celle de l'homme sur mon dos. Malgré qu'il avait un bandeau d'Iwa sur lui, le jeune homme n'avait point l'air d'une personne qui voulait notre mort. Et puis, de toute façon, pourquoi les envahisseurs de Tsuchi no Kuni auraient attaqué un allié? Cela n'a aucun de sens. Je ne pense pas qu'ils sont assez débiles pour rendre un allié au bord de la mort, si?

Bref, étant beaucoup plus loin du champ de bataille, je décidai de m'arrêter et, à mon plus grand désarroi, le vieux sénile vint nous rejoindre. Je l'observai pour voir s'il était blessé, mais non. Il n'avait aucune blessure sur lui. Dommage, j'aurais bien aimé de me moquer de ses blessures et de sa souffrance d'avoir un membre en moins. Ça aurait vraiment été le meilleur cadeau d'anniversaire pour aujourd'hui. Oui, c'était bien mon anniversaire aujourd'hui. J'ai eu 16ans. C'est cool, nah?

Bref, après quelques temps, alors que j'observai mon chef, le dévisageant avec un regard dépité, j'entendais l'homme gémir doucement, se réveillant tranquillement. Je tournai légèrement ma tête pour fixer ses yeux de couleurs sombres qui s'ouvraient, affichant un léger sourire satisfait.J'étais heureuse d'avoir sauvé une vie.

Quand il se réveilla, l'inconnu annonça qu'il pouvait maintenant marcher. J'hochai la tête sur ses dires et le laissa descendre de mon dos. Je prenais soins de ne pas trop le basculer ou autre car, malgré qu'il ne soit plus au bord de la mort, l'homme à chevelure sombre était encore faible. Peut-être avait-il utilisé beaucoup trop de chakra, avant qu'on arrive pour l'aider?

Accompagnant l'inconnu dans son geste, l'Iwajin (m'enfin.. le supposé iwajin) nous expliqua qu'il avait combattu une dizaine de zombies avant de se faire toucher par ses derniers, qui voulaient le dévoré. Ensuite, il tendit des fioles vers Kisame et moi, disant que les morts-vivants dégageaient une toxine lente, mais assez dangereuse pour avoir créé complément un antidote prolongée. Je le fixais, le sourcil droit levé, un peu perplexe par ses dires. Je voulais bien le croire, mais j'avoue que j'avais un doute sur cette toxine. Donc, sans trop posé trop de questions, je tournai vers mon coéquipier pour utiliser ma technique qui détecte si l'organiste de la personne était attaquée ou non. Par contre, au moment que je fis mes mudras, je ressentais que mon chakra avait du mal. J'avais l'impression qu'une force inconnue essayait tant bien que mal de faire échouer ma technique. Je me concentrai alors pour pouvoir enfin, après quelques secondes, découvrir qu'effectivement, le corps de Kisame logeait peut-être un poison ou même un virus en lui. Je fixais mon coéquipier et j'hochai légèrement la tête, faisant signe qu'il devait prendre le remède de l'inconnu, vu que je ne pourrais dégager ce poison par moi-même. Ensuite, tournant vers l'inconnu, je pris la fiole entre mes mains, le remerciant, puis, d'un cul-sec, j'avalais le liquide.

-Donc euh... voues êtes médecin, non? Est-ce que vous étiez un eisenin pour Iwa ou vous êtes un infiltré? D'ailleurs, je ne veux pas vous appeler par ''Hey'' ou ''Chose'', vous vous appelez comment? *temps* Pour ma part, c'est Misa. Enchantée!

Je laissai mon bras étiré vers lui, voulant lui serrer la main, et je lui souris doucement. Je me devais rester sympathique avec cet homme. Il était peut-être innocent dans cette histoire.

Spoiler:
 

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 23 Mar - 21:18
La tactique avait fonctionner, comme toujours, puisqu'il s'agissait de la mienne, comme on dit souvent à Kiri, l'echec n'est pas une option... Je ramasse le bandeau de l'Iwajin sur mon chemin pour rejoindre Misa, et je me poste sur un rocher proche d'eux, suffisamment proche pour entendre la conversation, et suffisamment bien placé pour observer les alentours et prévenir une quelconque embuscade.

En parlant de la conversation, cette dernière est pitoyable à écouter, l'homme en piteux état nous remerciait, un sourire carnassier venant donc s'affichait sur mon visage, qui disparu aussitôt lorsque l'homme me tendit sa fiole, je le fixais, sans dire le moindre mot, il parlait d'une toxine, d'un antidote, certes l'odeur des zombies était incroyablement ignoble, surtout pour un homme au sens si développés que les miens, mais de là à prétendre le coup de l'empoisonnement... Quel piège incroyablement efficace cela serait...

Je me concentrais donc, me préparant à améliorer mes sens, si quelque chose était dans l'air à cause de ses bestioles, ou encore en moi, peut être que je pourrais ressentir quelques traces chakratique, et peut être mê-...

Je cesse immédiatement mon action, quelque chose de très louche est en marche, mon chakra ne répond pas correctement, c'est comme si j'était incroyablement affaiblit, il à dit que la toxine était lente mais redoutable, et cela ne fait pas plus de quelques minutes que j'ai soit disant inhaler quelque chose... Misa effectue quelques Mudras avant de boire la fiole tendue par l'inconnu, je me lève brusquement lorsqu'elle apporte la fiole à sa bouche, mais je n'arrive pas à temps pour la lui arracher des mains...

Avant toute chose, la précaution appelle, je n'ai aucune preuve que quoi que ce soit puisse être faux, ou illusoire, mais ça ne coûte rien de vérifier, je me concentre et effectue un Kai sur moi même avant de continuer.

Cul sec, incroyable non ? Qui pourrait penser qu'on me refile un coéquipier pareil... Je soupire et m'adosse à mon rocher, pendant que je reflechis, Misa essaie de faire connaissance avec l'homme, j'attend une petite minute avant d'intervenir dans leur conversation, je jette le bandeau de l'Iwajin à ses pieds, et je m'accroupit juste en face de lui, sans un mot je commence à le fouiller, trouvant plusieurs de ses fioles "d'antidote", des armes et des effets personnels, j'étale tout au sol entre lui et moi, puis lui attrape brusquement la machoire de la main droite, et une fiole de la main gauche.

    Après toi.


Je lui vide le contenu de la fiole dans le gosier, observant avec beaucoup d'attention sa réaction... Rien, du moins rien de ce que je pouvais rechercher, je n'arrive pas à mettre le doigt sur le problème, et cela m'énerve de plus en plus... Je dégaine mon fidèle couteau  de chasse, et le plante brusquement dans l'arbre, à quelques centimètres seulement du crâne de l'Iwajin.

    J'en ai rien à branler de ton nom, je suis pas là pour causer et jouer à la dînette, tu comprend ? Ta vie est à deux doigts de t'abandonner, alors tu vas me faire le plaisir de me donner une bonne raison de pas te l'arracher, c'est bien clair ? Cette situation est déjà suffisamment tendue, alors sois rapide et efficace, entendu ?


Je garde les sens ouverts, Misa est juste derrière moi, et des adversaires pourraient débarquer d'un moment à l'autre depuis que j'ai quitter mon petit poste d'observation, je ne me laisserai pas surprendre, malgré mon apparente position de faiblesse, je garde néanmoins une des fioles de l'Iwajin dans la main, au cas où il dirait la vérité. Puis j'adresse quelques mots à ma coéquipière, bien que je suis certain qu'elle n'écoutera rien, et qu'elle me foutra encore une fois des batons dans les roues... Si quelqu'un est bien capable de me tuer lors de cette mission, c'est sans doute elle et sa capacité à me mettre en danger.

    Sois gentille Misa et garde un oeil ouvert... J'ai pas envie de me faire attaquer pendant que je discute avec notre invité.


Il est l'heure pour lui de parler, je n'ai pas la patience d'attendre, et cette faiblesse que je ressens m'inquiète... Et je deviens violent quand je suis inquiet, plus encore que d'habitude.

HRP:
 


Dernière édition par Jûro Kisame le Jeu 30 Mar - 2:48, édité 1 fois
XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Ven 24 Mar - 20:53
Les deux shinobis de l'alliance étaient désormais aux côtés de l'Iwajin. Sans trop s'avancer dans des explications longues, il avait expliqué aux deux ninjas que les zombies qui les avaient attaqué contenaient en eux un poison. Leur simple présence ici était donc dangereuse pour Kisame et Misa. Bien que le premier fut plus concerné, étant donné qu'il avait croisé le fer directement avec eux. Leurs réactions étaient néanmoins différentes : alors que la Eisennin faisait confiance au jeune blessé, le Kirijin n'était pas du tout de cet avis.

La première but la boisson verdâtre, avant d'engager la discussion avec lui. Il lui serra par ailleurs la main qui lui était tendue.

- Enchanté, Misa-chan. Pas vraiment, je suis un Chûnin d'Iwa mais je n'ai que de très pauvres connaissances sur le plan médical. Par contre, mon sensei s'y connait, et c'est grâce à ses notes que j'ai pu reproduire cet antidote. Il n'est pas parfait, mais...

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase cependant, puisque que le Jûro intervint à ce moment là bien précis. Il n'avait pas encore eu le temps de dévoiler son nom, ni d'expliquer sa présence ici. Il fut d'abord fouillé, puis le Kirijin lui attrapa la mâchoire pour le lui faire boire le contenu de la fiole. Il essayait de se débattre un moment, surpris. Il ne lui faisait définitivement pas confiance.

Forcé, il avala le liquide, puis toussa. Le goût de celui-ci était assez infect, mais il allait devoir faire avec. Il restait néanmoins face au Kirijin, le laissant s'exprimer. Il préférait éviter que son couteau de chasse finisse planté autre part que dans l'écorce de l'arbre à son dos. Il voulait une raison de le laisser en vie.

L'inconnu soupira, tendu par cette situation.

- Du calme, je ne suis pas votre ennemi. En effet, nous n'avons pas le temps de rentrer dans des détails, alors je vais aller droit au but. Comme je disais je suis un Chûnin d'Iwa, même si à cette heure je ne suis sans doute plus qu'un traître. Ma mission consistait d'alimenter en chakra le réceptacle de la montagne d'Akota, qui sert à maintenir la technique de Seitarô-sensei. Seulement, je suis contre de telles pratiques, alors j'ai tenté de le détruire. J'ai échoué, alors j'ai cherché à fuir, puis je suis tombé sur vous. Voilà tout.

Doucement, l'Iwajin attrapa l'une de ses fioles.

- Il n'est pas trop tard Kirijin pour vous soigner de cet empoisonnement. Pour l'instant, les effets ne devraient pas encore se manifester, mais ils arriveront dans les minutes qui suivent. J'ai besoin de votre aide pour détruire le réceptacle, il...

Il n'eut néanmoins pas le temps de terminer sa phrase, qu'un vacarme sans pareil se fit entendre. De nombreux arbres aux alentours furent complètement déracinés. Venant de derrière le dos de l'inconnu, une sorte de monstre blanc semblait se ruer dans cette direction. Lorsqu'il s'approcha, ils pouvaient voir qu'il avait l'apparence d'un dragon, et semblait être fait d'une curieuse matière blanche et solide. Il s'arrête à quelques mètres d'eux.

À ce moment, une voix s'éleva dans les airs.

- Ah mon bon Kazuu-kuuun, comment on se retrouve ! Regarde-moi le piteux état dans lequel tu te trouves, c'est pathétique. T'as encore voulu jouer aux héros à ce que je vois. Hng, tu ne restes qu'un insecte.

La voix fut suivie d'un rire inquiétant, et le dragon se courbait légèrement, faisant entendre quelques craquements. Les deux shinobis pouvaient identifier ce qui constitue la créature : il s'agit d'os. Quant à lui, l'Iwajin semblait paniqué.

- Je suis triste, je t'aimais bien. Papa a fait de toi mon partenaire de jeu préféré, mais tu m'as trahi. Tu nous as trahi, pour jouer avec ces pathétiques ninjas de l'alliance. Comment je pourrais décrire à quel point je suis déçu ? Oh, je sais !

Un nouveau rire survient, et les yeux du dragon s'illuminaient d'une lueur verte.

- Jouons une dernière fois, tous ensemble !

Un feu de la même couleur que les yeux du dragon semblait danser autour de la créature d'os, qui reprit sa course dans votre direction, et plus précisément celle de l'inconnu.

- Si tu perds, tu mourras avec tes amis !

Spoiler:
 
XP : 283
Messages : 171
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Mar 28 Mar - 21:34
La main tendue vers l'inconnu, celui-ci étira, lui aussi, son bras pour serrer ma main, saluant de la sorte. Pour ma part, je laissai un joyeux sourire sur mon délicat visage, satisfaite que l'homme n'avait point l'air désagréable et j'écoutai ensuite les paroles du jeune homme aux cheveux sombres. D'après ses dires, le jeune blessé était, apparemment, un chûnin du village caché de la roche. Il était clair que, si le chûnin en question avait été retrouvé blesser de la sorte, le shinobi possédait peut-être de lourds secrets pour leur victoire et que, dû à sa trahison, Tsuchi no Kuni voulait le faire taire à jamais. Cependant, une question me brûla sur les lèvres; pourquoi avait-il changé de camps, soudainement, alors qu'il semblait être assez haut gradé dans son pays d'origine? Avait-il été au courant du but premier d'Iwa? Avait-il été dupé par ses confrères et, maintenant, il cherchait justice?

Alors que les hypothèses se formèrent dans mes pensés, je laissai, d'un coup, une mine malaisée sur mon visage. Je ne me sentais plus du tout bien quand il m'informa que ses talents et ses connaissances en médecine n'étaient guère avancées et, surtout, quand le chûnin avoua qu'il avait emprunté, voir volé, la recette de l'antidote à son ancien sensei. Sérieux? Il avait pris les notes de son sensei sans savoir s'il était efficace ou non?

Bon, je dois avouer que je commençais à regretter d'avoir pris ce liquide verdâtre dégueulasse, mais, je ne pouvais point lui en vouloir. Ses intentions de nous soigner avaient l'air sincères. D'ailleurs, comme on dit souvent '' c'est l'intention qui compte non?''. Donc, sans trop montrer mon angoisse sur ses affirmations, je gardai un petit sourire forcé sur mes lèvres, tout en rigolant sous le stress. J'essayais tant bien que mal de cacher mon état de pensé qui était ''HAHAHA... Well, i'm fucked!''.

Au moment que l'Iwajin allait s'expliquer, mon dirigeant, qui n'avait pas l'air rassuré, s'approcha de lui et commença à fouiller sur notre nouveau compagnon. J'haussai les sourcils, surprise de le voir fouiller de la sorte, néanmoins, c'était un geste intelligent à faire. Cependant, ce qu'il suivit ne me plaisait pas du tout, voir que ça me choqua complètement.

En fait, Kisame-san, trouvant une fiole identique à celle que j'ai vu, attrapa violemment le visage du pauvre shinobi et lui força à ouvrir la bouche pour lui faire avaler le liquide verdâtre. Mes yeux rubis s'écarquillèrent, tandis que ma bouche s'entrouvrit. J'étais surprise de la rudesse du vieux criss. Je ne pouvais guère croire que des gens, comme lui, faisaient parti de l'alliance, qui suivait le mouvement Rikudô, et pouvaient exercer une telle violence sur un être humain. Oui, peut-être venait-il du pays envahisseur, mais je suis sûre que certains shinobi ne partageaient aucunement le même état d'esprit que l'Empereur d'Iwa. Certains suivent car ils n'ont point le choix et je sens bien que notre compagnon faisait partie de ce lot de personnes.

Ma colère s'accentue en voyant le vieux sénile planter son couteau dans l'arbre et ce, proche de la tête de l'Iwajin. Il voulait sûrement apeurer le pauvre ninja aux pupilles foncés pour qu'il coopère. Oui.. c'est bien mais...

POURQUOI UTILISER UNE TELLE VIOLENCE ALORS QU'IL VOULAIT DÉJÀ NOUS AIDER???? Mais, il est con comme ses pieds ou quoi, mon commandent? C'pas possible d'être aussi teubé! En plus, il se la pète en le menaçant avec un couteau. Mais.. pourquoi? M'enfin, pourquoi que mon chef devait se gonfler à bloc pour montrer qu'il était le plus puissant et tou? Avait-il des fucking problèmes d'infériorités dans son pays et, du coup, il se vengeait sur nous? D'ailleurs, son zigouigoui est devenu tout dur quand il a été nommé ''Dirigeant de la mission''? Je n'en sais guère, cependant, commandant ou pas, je ne pouvais accepter une telle agressivité envers une personne qui semblait innocent et voulait nous aider.

Donc, sur cette pensée, je m'approchai de mon commandant, le dévisageant, puis, quand il finit de faire son fucking gros beauf, je le tournai légèrement, puis, le fixant dans les yeux, je donnai un violent coup dans son ventre, tout en lançant un ''Baka!'' d'une voix sec. Après ce poing, je fixais mon commandant avec des yeux plissés et en colère contre lui. Je le jugeais mentalement. J'avais honte du shinobi qui pratiquant une maîtrise brusque sur le garçon, alors que ce n'était nécessaire. Il voulait déjà nous aider.

D'ailleurs, en parlant l'Iwajin, celui-ci laissa un soupir passé entre ses lèvres, avant d'expliquer qu'il n'était point un ennemi et qu'il avait besoin de notre aide. N'étant guère en accord avec les pratiques de Tsuchi no Kuni, le chûnin voulait qu'on l'aide à détruire un réceptacle qui aide le dirigeant des morts-vivants à créer une énorme armée de cadavre. J'hochai la tête sur ses dires, enregistrant mentalement l'objectif, cependant, au moment que le chûnin tendit la fiole au vieux tabarnak du clan Jûro, des bruits étranges suivit d'une voix s'éleva. Elle semblait venir en hauteur et un peu plus loin d'ici. Je laissai mon regard rivé tout autour de moi, méfiante par cette voix qui semblait discuter avec l'Iwajin qui répondait au nom de Kazu. D'ailleurs, notre compagnon prit panique sur cette voix qui reprochait d'avoir trahi la confiance de son sensei, sûrement ce fameux Seitaro, et, qu'au final, il allait payer sa trahison. Néanmoins, l'inconnu, qui avait l'air joueur de nature, voulait jouer une dernière fois avec son coéquipier et, d'un coup, le dragon d'os entouré d'une aura de flamme verte fonça sur nous. Il avait l'air de se diriger vers le chûnin, mais je n'allais pas le laisser faire.

Soudain, mes sourcils se froncèrent, me donnant un air déterminé et menaçant, je préparais ma technique pour éclater la gueule de ce paquet d'os et ce, malgré que mon chakra refusait encore de collaborer correctement avec moi. Néanmoins, malgré cet étrange désavantage, je ne pouvais point rester les bras croisés et laisser Kazu mourir ici. Donc, par instinct, je poussais l'Iwajin hors de la trajectoire quand le dragon était ni loin ni proche de notre destination. Ensuite, alors que mon corps était remplis de chakra, j'étirai mon poing pour donner un violent coup sur la mâchoire de ce dernier. Un craquement se fit entendre, mais la mâchoire inférieur, qui était légèrement fissurée, était un peu déplacée, ce qui me permis de ne pas me faire broyer mon bras par ses dents tranchantes. Cependant, d'une manière sournoise, la mâchoire supérieur se déposa brusquement sur mon bras gauche, incrustant violemment les dents dans ma chair, puis, elle déchirait lentement ma peau. Je gémissais de douleur, me retenant de crier d'agonie par la blessure qui s'ouvrait peu à peu et du brûlement du feu vert vomi sur ma peau. Malheureusement pour lui, j'étais toujours dans cette âme de me battre et de protéger mes deux coéquipiers, je me roulais sur le sol, restant semi-allongé sur le dos, puis, d'un violent coup de pied, j'enlevais le dragon de mon bras, l'envoyant dans les airs. Finalement, je me levai rapidement et fis un pas sur le côté droit pour ne pas être dans la trajectoire du familier qui retombait au sol. Mo bras, maintenant légèrement ouvert et ensanglantée par cette attaque, je me retournai vers l'Iwajin, laissant un doux sourire au visage.

-Ça va aller? Vous n'avez pas été blessé?

J'attendis sa réponse, avant de me pencher au même niveau que lui et de lui prendre ses mains dans les miennes. Je gardais toujours ce doux sourire sur mon délicat visage, pour lui donner espoir. Je sentais que le chûnin n'était point une personne méchante et avec des buts malsains. Il avait seulement fait un mauvais choix et cherchait, sûrement, à rattraper son erreur.

-Kazu-san, je crois que vous devriez conduire Kisame au réceptacle pour le détruire. Il saura comment gérer la situation, mais restez quand même sur vos gardes avec lui. Pour ma part, je vais retenir cette personne qui vous veut du mal et ce, du mieux que je peux. Dites à Kisame de partir sans moi, d'accord? demandais-je à voix basse.

Après mes dires, je me relevai pour fixer devant moi. Je voyais plsieurs arbres sur le sol, mais je ne voyais point mon adversaire. Il était sûrement caché plus loin, ce qui m'énerva sur le coup. Je serrais mes poings, démontrant ma rage envers cette personne. Je savais qu'il ne devais point être bien loin, vu qu'on pouvait clairement entendre ce qu'il disait. Il avait seulement adopté le mode tafiole.

Donc, avançant un peu, le bras toujours dégoulinant de sang, j'enlevai le bandeau que Kisame-san m'avait prêter pour partir en mission, puis, je l'attachais contre mon bras pour couper le sang.

-Alors,Qu'est-ce qu'il y a? T'as pas envie t'amusé? T'as perdu tes couilles? Dommage, j'aimais bien ma proposition. Je t'aurais bien proposé une petite danse pour mon anniversaire.T'as envie, non? criais-je, d'une voix sec et moqueuse.

Après mes dires, je pris un arbre déjà déraciné par le dragon, forçant un peu plus avec mes bras qui criaient d'agonie, puis, prenant un léger élan, je lançai l'arbre qui était beaucoup plus grand que moi vers la direction où que j'avais entendu la voix.

-ALLER!!! VIENS TE BATTRE, CRISS DE TAPETTE!!!!

Résumé des actions:
 

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 30 Mar - 2:46
Je fus soudainement interrompu au beau milieu de mon interrogatoire, qui au passage, n'avait pas vraiment porté ses fruits, l'homme semblait honnête, mais l'honnêteté est une chose facilement imitable, et alors qu'il me tendais l'antidote une seconde fois, je décidais de le prendre, bien que je n'était toujours pas certain qu'il fallait le boire, j'attendrais de subir les effets de la toxine avant de prendre ma décision...

Mais ce qui interrompit mon petit entretient avec l'Iwajin, ce fut Misa, cette petite conne pensa bon de faire de l'insubordination à nouveau, me tournant de force vers elle pour enfoncer son poing dans mon ventre, faisant craqueler la chitine protectrice qui le recouvrait, un coup puissant, qui m'aurait fait plier si cette couche de carapace n'était pas présente sous mes vêtements.

Puis soudain, un bruit abominable pour mes oreilles affûtées, une dizaine d'arbres en face de nous furent brusquement arrachés, et éparpillés à gauche et à droite, une bestiole immonde ressemblant à un genre de dragon, fait d'os et animés par une flamme verdâtre dont tout mes sens, mes instincts animaux me hurlaient de m'éloigner, se ruait vers nous, plus précisément, vers "Kazu-kuuun"...?

Cette voix me donnait la chair de poule, je n'avais pas une idée précise d'où il pouvait bien se trouver, mais je ne tarderais pas à le savoir, il n'était pas assez loin pour se cacher et c'était ma spécialité que de m'occuper de ce genre de type... Les traquer, et les abattre... Mais ce dernier semblait aimer le son de sa propre voix, puisqu'il nous gratifia d'un petit monologue exultant la folie avant d'envoyer son familier à l'attaque... Mais ce n'était pas sa bête que j'observait, c'était le comportement de l'Iwajin.

Face à la nouvelle menace, ce dernier était paniqué, il regardais à gauche et à droite cherchant un échappatoire, je pouvais presque sentir sa peur, c'était l'information qu'il me suffisait pour déterminer une conclusion à sa petite histoire... Alors je débouchait le flacon de son antidote, et l'avalait d'une traite, grimaçant à cause du goût, à moins que ce soit un acteur formidable et que le duo ait été envoyé ici pour nous prendre au piège avec un stratagème hors du commun, Kazu était bel et bien un traître et son antidote était bel et bien efficace, même s'il n'était lui même pas certain de cela, il fonctionnerai au moins le temps de terminer cette mission.

Mais il n'est plus l'heure de se plonger dans les pensées, et de réfléchir, le dragon se jette vers l'Iwajin, d'un geste rapide, Misa s'interpose en envoyant ce dernier de côté, tandis que je m'écarte également, elle engage la bête au corps à corps dans une série de coups, et bien qu'elle finisse blessée sauvagement au bras, avant d'expulser la bête dans les airs, puis la voir retomber lourdement au sol, pour une petite gamine en pleine crise d'adolescente, elle se débrouille de façon correcte au corps à corps... Je me contente de la regarder, m'étant éloigné d'une dizaine de mètres de la "zone de conflit", elle s'approche de l'Iwajin et lui murmure quelques mots, ce dernier viens rapidement à moi avec une certaine appréhension dans le regard, et m'invite à me diriger vers le réceptacle qu'il à mentionner plus tôt, je regarde Misa par dessus son épaule alors qu'elle se saisit d'un arbre arraché et le balance dans la forêt, insultant à haute voix le lâche qui se cache à venir l'affronter de face...

Je ne fais aucun commentaire, si la petite souhaite crever pour me permettre de continuer la mission, alors ainsi soit il, cela ne me fait ni chaud ni froid, et la chose importante ici c'est de détruire le réceptacle, pas de jouer au héros de guerre, de toute façon, je suis pas un héros et je laisse avec joie la gloire à cette petite, j'hésite une seconde, avant de partir, je pourrais l'aider à localiser l'ennemi, ou encore rétablir son chakra à la normale, mais je décide de ne rien en faire, je ne vais pas gâcher du Chakra pour une gamine morte, après tout j'en aurais besoin bientôt...

Je pousse donc l'Iwajin, l'invitant à ouvrir la marche, et je passe juste derrière lui après avoir récupérer mon couteau de chasse, je concentre mon chakra pour améliorer mes sens, je ne tiens pas à ce qu'un autre familier ou invocation nous suive et nous prenne par surprise, je veux être alerte au plus haut point...

Les bruits du combat s'éloignent de plus en plus, alors que je suis Kazu dans la direction qu'il prend, ce dernier semble à bout de force, essoufflé, il aurait bien besoin d'un long repos, mais je me fiche de l'état de santé de l'humain, je suis concentré à esquiver les zombies, chaque petit point chakratique que je détecte au loin me permet d'éviter un combat de trop...

Je m'arrête brusquement, alors que Kazu semble avancer à l'aveuglette dans la forêt, et bifurque sur la droite, j'ai ressenti quelque chose d'étrange, une forte concentration chakratique proche, et plusieurs petites sources à ses côtés... Kazu m'affirme que nous sommes proche, et je prend donc la tête du duo, pour enfin arriver jusqu'à l'entrée d'une petite grotte après avoir descendu un peu le flanc de la montagne, les bruits du combat se sont tu au loin, soit parce que ce dernier est terminé, soit parce que nous sommes trop loin, qu'importe, le temps nous est compté, j'attrape Kazu par la nuque et le pousse brusquement devant moi, le forçant à marcher en premier, mes sens toujours en alerte pour le moindre piège, je pénètre dans la grotte.

Techniques utilisée.:
 

XP : 424
Messages : 86
avatarNarrateur
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   Jeu 30 Mar - 15:43


Les ninjas de l'alliance, ainsi que l'inconnu au bandeau d'Iwa furent donc attaqués par une mystérieuse personne, cachée dans l'ombre. Un dragon fait d'ossements avait ravagé une partie de la zone, cherchant à s'écraser sur le traître. Néanmoins, c'était sans compter sans l'intervention de Misa, qui brava le danger afin de le protéger. Le surnommé Kazu fut surpris de son intervention. Depuis le début, cette femme lui faisait confiance et lui était venu en aide à plusieurs reprises. Il souriait.

- Non ça va, je n'ai rien. Merci.

Cette dernière lui demanda d'aller voir Kisame, son supérieur, qui avait finalement bu l'antidote. Elle voulait qu'ils partent à deux à la recherche du réceptacle.

- C'est de la folie, vous ne pourrez pas lui tenir tête.

Il concentrait son chakra, afin de repérer leur adversaire, et ressentit une puissante gêne au niveau de son chakra. Il grimaça.

- La zone est piégée, Misa-chan. Des Fûinjutsu perturbent nos chakras. Laissez-moi faire ça pour vous.

Il posa sa main sur elle, et y concentra une partie de son chakra afin de faire un kai sur cette perturbation chakratique.

- Normalement, ça devrait aller. Mais n'essayez pas de le vaincre, il est beaucoup trop dangereux, puis vous n'en serez pas capable. Oh, tenez, ça pourrait vous être utile.

Il lui confia un kunai, sur lequel était gravé un sceau.

- Si vous y voyez une opportunité, utilisez-le. Merci encore, Misa-chan.

Il la quitta donc, rejoignant le Kirijin. Il lui expliqua la situation.

- Misa-chan se charge de le retenir ici,  pour nous laisser le temps de détruire le réceptacle. Suivez-moi, je vais vous y guider.

Le nouveau duo s'aventura donc un peu plus loin dans la montagne. Le traître d'Iwa savait où il allait, et s'éloignait de plus en plus de Misa. Il était inquiet à l'idée de la laisser affronter seule leur adversaire, mais il devait avant tout se concentrer sur son objectif. De son côté, le Kirijin scannait la zone perpétuellement, afin d'éviter l'affrontement direct avec les zombies. C'était une très bonne initiative de sa part, ce qui leur permettait de progresser sans réel soucis.

- Plus loin, on devrait arriver à l'endroit où est caché le réceptacle, Kisame-san. Il s'agit d'un rocher scellé, dans les fins fonds d'une grotte. Plusieurs fanatiques de Seitarô-sensei s'y trouvent afin de l'alimenter continuellement en chakra. Si on le détruit... alors c'est une grande partie de son armée qui s'effondrera.

En disant cela, l'homme se mordit la lèvre, pour une raison mystérieuse. Les deux hommes arrivaient donc à l'entrée d'une grotte, où plusieurs chakra étaient ressentis.  Ils avançaient donc dans l'obscurité. Seulement, le jeune homme savait exactement où ils allaient, et le guida donc. Sur le chemin, rien à signaler. Il n'y avait pour l'instant pas de piège.

Etrangement, ils arrivaient au fond de la grotte sans rencontrer le moindre soucis, ce qui était surprenant. Néanmoins, ce qui l'était d'autant plus, c'était ce qui les attendait devant eux. Il y avait bien ce rocher, dans une immense salle emmenagée dans la grotte. Le rocher lévitait dans les airs, et de nombreuses personnes étaient assises autour, lui livrant continuellement du chakra. D'autres étaient autour, comme étant prêt pour assurer le remplacement. Ils ne les avaient pas encore repéré. Seulement...

- Stop.

Il posa sa main devant lui, et celle-ci fut stoppée par une matière étrange et invisible.

- Il y a une barrière Fûinjutsu devant nous. On ne peut pas passer tant qu'on ne la détruit pas.

Ils ne pourraient pas avancer tant qu'il y a cette barrière devant eux. Bien que ce ne soit pas leur seul problème. Puisque dans l'obscurité, une voix retentit.

- Kazuu-kuuun, te revoilà...

Soudain, une lueur verte illumina l'ensemble de la grotte, alors qu'une boule de feu de cette même couleur se dirigeait droit sur eux.

-----

Du côté de Misa, le combat était engagé contre l'inconnu les ayant attaqué. En entendant les paroles de la jeune fille, celui-ci ria. Il s'arrêta néanmoins lrosque celle-ci lui envoya littéralement un arbre sur la gueule. Celui-ci s'écrasa sur une protection, une fois de plus constituée d'os. L'arbre se détruit sur le choc, et une sorte de sphère osseuse se posa sur le sol, à quelques mètres plus loin de la jeune fille aux cheveux roses. La coquille se brisa, laissant apparaître un homme.



- Bonjouuuur,  petite Misa. C'est bien beau de jouer aux héroïnes, mais vois-tu, ce n'est pas toi qui m'intéresse. Je suis triste, moi qui avait enfin rattrapé Kazuu-kuuun. vous me facilitez pas la vie toi et ton ami, hm.

Le garçon réfléchissait, croisant ses deux bras. Puis, il eut comme une idée de génie.

- Tu as l'air de tenir à ton nouvel ami, n'est-ce pas petite Misa ? Tu ne le connais même pas, pourquoi vouloir t'acharner à le protéger ? Sais-tu au moins ce qu'il a en tête ?

Un sourire carnassier sur le visage, il lui tendit les deux bras dans sa direction.

- Pour maintenir sa fabuleuse technique, Seitarô-sensei utilise des réceptacles, qui sont constamment alimentés en chakra par nos très chers subordonnés. Seulement, pour créer un réceptacle, il lui faut une vie d'essence humaine. Vois ça comme un contrat fait avec le Diable.

Son sourire se fit plus prononcé.

- Seitarô-sensei a jugé bon de choisir Kazuu-kuuun pour le réceptacle de la montagne d'Akota. Il se montrait... dissident, ces temps-ci, alors il a été puni. Pour éviter toute trahison, il a lié sa vie à celle du réceptacle. Mais il n'en fait toujours qu'à sa tête notre bon Kazuu-kuuun, et essaye de lui aussi jouer aux héros. Vous vous ressemblez un peu sur ce point, haha.

Il s'approcha de Misa, et n'était plus très loin d'elle.

- Tu comprends ce que je veux dire ? Si le réceptacle est détruit, Kazuu-kuuun mourra. Il est prêt à se sacrifier pour nous arrêter. Mais, entre nous... c'est dommage, non ? Mais peut-être que tous les deux, on pourrait empêcher que cela arrive. On y gagne tous les deux, n'es-tu pas d'accord ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]   
 

Tori no Kuni : La montagne de l'Horreur [Mission rang 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Horreur Boréale... [Irving, Nora & Crispin]
» Foire de la montagne : mettre en valeur les potentialités
» La douleur de la montagne.
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Acte 1 : L'Empire contre-attaque :: Chap 1 : Expansion-