AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Taki no Kuni - Vie du campVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Taki no Kuni - Vie du camp   Ven 17 Fév - 0:41


~ Taki no Kuni - Vie du camp ~





________________________________

~ Mission 1 ~

Ça y est, ça recommençait. Iwa faisait de nouveau des siennes, dans quatre pays différents. Et aussi rapidement. J’étais déçu, j’en avais marre de la guerre, et je ne voulais pas que ça recommence. Malheureusement, ce n’était pas de mon ressort, et le Hokage avait décidé de disperser un certain nombre de ninjas de Konoha dans les pays visés, pour former la nouvelle alliance du Rikudô. Lorsque j’ai appris que Ryûji, aussi allait être envoyé, je crois bien que c’est la première fois que j’ai haussé la voix contre Nara Hiroshi.

- Mais vous êtes complètement fou ? Envoyer un enfant à la guerre ?
- Rei, à quel âge as-tu tué pour la première fois ?

Là, il m’avait eu. Lorsque j’avais tué pour la première fois, j’étais bien plus jeune que Ryûji, j’avais 9 ans. Je me contentais de suivre les ordres de Chiko, utilisant mon katon de manière à se combiner avec ses sceaux explosifs. A cette époque, Chiko se faisait employer comme chasseuse de primes pour gagner de l’argent. Et elle m’a demandé d’achever sa victime. J’avais eu un certain dégoût à le faire, mais je n’avais pas encore conscience de cette notion d’ôter la vie.

- Alors ?
- Mais ce n'est pas pareil.
- Réponds à ma question.
- Neuf ans.
- Et à quel âge as-tu combattu dans des batailles ?
-Entre 12 et 15 ans.
- Et Ryûji a ?
- 12 ans.

Il m’avait eu.

- De plus, tu m’as déjà raconté à quel point Chiko t’avait formé pour embellir ses propres techniques, non ?
- Oui.
- Et Ryûji, on est d’accord que tu le formes de manière à ce qu’il développe son propre style ?
- Oui.
- Donc il est peut-être mieux préparé à ce genre d’événement que tu ne l’étais à son âge.

Il avait probablement raison, et je ne pouvais le contredire, sans me discréditer complètement en tant que sensei. En réalité, je doutais complètement d’avoir pu le préparer de la meilleure manière qu’il soit. Mais son regard semblait lire en moi comme dans un livre ouvert.

- Si j’avais eu un doute, crois-tu vraiment que j’aurais pris la décision de l’y envoyer ?
- Non.
- On est d’accord. Ryûji est peut-être un genin de 12 ans, il n’en reste pas moins un ninja. Tu es son sensei, donc c’est à toi de faire en sorte qu’il comprenne ce qu’il se passe, et de compléter les instructions que la chef d’escouade, Sakura donnera.
- Bien.
- Autre chose ?
- Non.

Le chemin jusqu’à Taki no Kuni se passa sans problèmes, et je restais silencieux presque tout le long, je cherchais les mots que j’allais devoir donner, comment je devrais lui expliquer, comment je devrais me comporter, et aussi comment j’allais garder un œil sur lui, tout en faisant les missions qu’on allait me confier.

En arrivant, je vis Sakura qui était déjà sur place, et deux Sunajin allaient aussi faire parti de notre groupe. Nous étions dans un campement au sud du pays. Je saluais Sakura comme il se devait, avant de dire bonjour au Sunajin inconnu et d’écarquiller des yeux en en voyant un que je connaissais.

- Akio ????!!!

J’étais surpris, et ça se voyait sur mon visage. J’étais cependant, en quelque sorte, rassuré à la fois. Ce garçon avait réussi (un peu aidé par la pluie, certes) à me faire sortir de l’état lamentable dans lequel j’étais lors de mon voyage à Yura.

- Tu m’avais pas dit que t’étais un ninja !

Le fait qu’il n’y ait personne de Kiri dans le groupe me gênait un peu. J’aurais bien voulu connaître des gens du village caché de la brume. Feng Ho était quelqu’un d’un peu bizarre, mais il m’avait ouvert les yeux sur certaines choses, et j’aurais bien voulu rencontrer d’autres ninjas pour me faire une meilleure idée de Kiri.

Je désignais Ryûji de ma main gauche, m’adressant toujours à Akio.

- Lui, c’est Ryûji, mon Kouhai !

Sakura finit par prendre les devants, pour se présenter, présenter la mission, et annoncer que Ryûji et Okita seront dessus. J’avais l’impression d’un coup que le ciel tombait sur ma tête. Je n’arrivais pas à croire qu’elle l’ait mis sur une mission où ni moi ni elle n’étions. Je sentais le stress et l’angoisse monter, mais je ne le montrais pas. Et je ne protestais pas, le faire reviendrait non seulement à contester la décision de Sakura, mais aussi à décrédibiliser totalement Ryûji vis-à-vis de Okita, et ça, je ne le souhaitais pas. Sakura prit elle-même la décision de s’adresser à mon élève, pour lui donner des consignes supplémentaires.

Je fis signe à Ryûji de me suivre, avant de m’excuser auprès de Sakura et du partenaire de Ryûji, leur disant qu’on reviendrait vite. Suivi du garçon, je m’éloignais du groupe pour aller derrière une tente, à l’abri des regards, où je restais silencieux quelques secondes avant de commencer.

- Je risque de te paraître barbant, mais écoute moi jusqu’au bout s’il te plaît.

J’avais une boule dans le ventre. Le stress que j’avais pour ma propre vie avait complètement disparu, j’avais peur pour la sienne, mais il fallait que je surpasse ça.

- Tu es grand, donc je pense ne pas avoir besoin de t’expliquer ce que guerre signifie. On soupçonne Iwa d’être derrière tout ça, et si c’est le cas, la mission que tu es sur le point de faire est dangereuse. Et le fait que ni moi, ni Sakura ne soyons avec toi dans cette mission signifie que ni le Kagemane, ni le Shintenshin ne pourront retenir le monstre s’il sort.

C’était surtout qu’on ne soit pas là pour protéger sa vie qui m’inquiétait, mais ça, il n’était pas question de le lui dire, je ne voulais pas qu’il se sente comme un poids. Au contraire.

- Je sais que j’ai tendance à te traiter comme un enfant. Mais même si tu n’as que 12 ans, tu es un ninja, et ça, tu ne dois pas l’oublier.

Du doigt, je désignais le bandeau qu’il portait.

- Ce bandeau est la preuve que tu es un shinobi de Konoha. Et si tu l’as, c’est que tu mérites de l’avoir. Alors malgré tout ce que certaines personnes du genre Tatsura, ou même moi au début d’ailleurs ont pu te dire, ce bandeau, tu l’as. Et l’avoir signifie que tu as des capacités, et si le Hokage t’a envoyé ici, c’est qu’il t’en juge capable.

Je reprenais mon souffle. Je devais me comporter avec lui comme un sensei envers son kouhai, mais surtout pas comme envers un enfant.

- Alors je te fais confiance. Je pense que tu as beaucoup progressé depuis qu’on se connaît, et je sais que tu te comporteras comme un ninja. Si tu appliques ce que je t’ai appris, et ce que tu as appris pendant ta mission avec Sakura, ça devrait aller.

Je posais mon regard sur ses pieds, et le remontais jusqu’à son visage.

- Mnn, j’crois même que t’as pris deux ou trois centimètres.

Je n’étais pas tranquille à l’idée qu’il parte en mission avec un inconnu, mais j’essayais de ne pas le laisser transparaître. Mon stress devait être un peu perceptible, mais je faisais de mon mieux pour positiver, et tenter de me convaincre moi-même qu’il reviendrait vivant. Je m’apprêtais à lui passer ma main dans ses cheveux, avant de stopper mon élan, me rendant compte que ça faisait vraiment enfantin. Alors je me contentais de le serrer dans mes bras trois ou quatre secondes, en lui disant en même temps :

- Tu me promets de revenir vivant ?

Lâchant mon étreinte, je le regardais, essayant de faire un sourire rassurant. Ryûji avait son caractère, mais je préférais de loin le Ryûji espiègle que celui qui avait peur de moi.

- Concernant ta mission, comme il s’agit d’un virus qui se propage par ingestion de produit contaminé, ou par morsure, interdiction de manger quoi que ce soit d’autre que les provisions fournies par l’alliance Rikudô. De plus, pour les morsures, essaye de bien couvrir chaque coin de peau !

Je m’arrêtais un instant, me disant que je recommençais à le conseiller comme un enfant.

- De mon côté, j’te promets de faire des efforts pour ne plus te traiter comme un enfant. Ça va être long, parce que j’ai pris cette mauvaise habitude, mais je ferais de mon mieux, alors ne m’en veux pas si je le fais inconsciemment.

Je reprenais le chemin pour rejoindre les autres, tout en lui disant en marchant :

- Ah, et je ne suis pas le genre de sensei à faire des câlins à mes élèves. Je ne fais de câlins qu’aux gens que je considère comme mes égaux. Alors c’est pas Ryûji le petit garçon que j’ai serré dans mes bras. Bien que je sois fier de ce que celui qui n’était qu’un sale gosse quand je l’ai rencontré est devenu, celui que j’ai serré dans mes bras, c’est Ryûji mon camarade d’escouade avec qui j’ai bien l’intention de mettre des bâtons dans les roues d’Iwa.

Avant d’arriver au niveau des autres, je sentais quelque chose dans ma poche, où je glissais ma main pour en ressortir une bague, sur laquelle était scellé le caractère 龍. Quel idiot j’étais, j’avais failli l’oublier.

- Ha, j’ai failli oublier.

Je lui prenais la main pour lui glisser sur le doigt. Et comme prévu, ça allait tout pile à la taille de son doigt. Ensuite, je soulevais ma manche pour lui montrer le bracelet que je portais sur lequel le même caractère était scellé.

- Cette chose est un sceau. Avec ça, il te suffit d’y impulser une toute petite quantité de chakra de rien du tout, pour qu’on puisse parler par télépathie. Comme ça, si t’as besoin de me contacter, tu peux.

On finit par rejoindre les autres, et Ryûji partit avec le garçon de Suna. Je pouvais donc me lâcher, et me remettre à stresser. À peine Sakura avait tourné le dos que je posais mon front sur le torse d’Akio.

- J’ai peur. Je… Je n'veux pas qu’il meure..

S’il arrivait quelque chose à Ryûji, je ne pardonnerais sûrement pas le sunajin à ses côtés.
Fonctionnement de la bague de Ryûji:
 

_________________
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Taki no Kuni - Vie du camp   Mar 21 Fév - 6:43
La guerre de Taki, contre la toute puissance d'Iwa. Nous y étions. Après un long moment de trajet, nous sommes parvenus à atteindre Taki no Kuni, là où on a rencontré nos tous nouveaux partenaires. Et parmi eux, il semblerait que Rei en connaisse un en particulier. Il me présenta d'ailleurs à son ami, me présentant comme étant son élève. Quelque chose m'irritait dans cette histoire.

- Quitte à faire des présentations, autant les faire dans les deux sens, non ? Vous ne pensez pas que ce serait un peu plus... correct ?

Je soupirais. Rei n'était décidément pas dans son état normal depuis que nous étions partis de Konoha. Était-il anxieux à cause de la situation ? Cela pourrait se comprendre, après tout. Je mentirais en disant que je n'ai pas du tout peur de ce qu'il pourrait nous arriver.

- Bonjour le monsieur sans nom !

Maintenant que j'y pense, Rei n'avait quasiment rien dit de tout le trajet, et le voilà en train de me présenter à moitié son ami. Il ne semblait plus dans le même état. J'étais curieux de connaître un peu plus ce personnage, possédant le pouvoir de délier la langue de mon sensei en détresse.

Vint ensuite les explications, et les ordres de la première mission. Sakura m'avait désigné pour y participer, et sur le départ, Rei demanda à me parler. Il voulait me dire quelque chose, avant que je ne parte.

- Hum... d'accord, mais faites vite alors. J'ai une mission qui m'attend moi !

On ne dirait pas, mais je prenais très à cœur les responsabilités qui m'étaient confiées. Il commença son discours en disant qu'il risquait d'être barbant. Je riais à cette remarque.

- Pour changer, tiens.

L'intérêt était aussi, dans un certain sens, de le rassurer un peu vis-à-vis de mon état, et essayer de le relaxer un petit peu. Il ne releva pas en tout cas, et continua son discours.

Et cela se confirmait, il était inquiet... pour moi. Depuis le temps, j'avais appris à le connaître, et à le comprendre. Il s'inquiétait pour moi, mais aussi pour le démon qui m'habitait. Il marquait un point : le seul qui pourrait me sauver s'il venait à se réveiller serait un parfait inconnu. À vrai dire, seul Rei ici était au courant de ce qui vivait en moi. Je sais que ses capacités peuvent me calmer, mais... qu'en était-il des autres ? Plus que jamais, il allait falloir que je redouble de prudence, et que je ne laisse ce démon prendre le contrôle sous aucun prétexte.

Il enchaîna sur mon bandeau, ce qui faisait de moi un ninja, malgré mon âge. Il cherchait à me rassurer sur ma position de ninja ? Je n'en avais pas vraiment besoin... j'ai progressé depuis le temps, et je me sens comme un réel ninja. En un peu plus étourdi, peut-être... mais un vrai ninja tout de même. Je n'avais pas besoin qu'il me rappelle ce que ce bandeau représentait. Il était en tout cas convaincu que j'avais progressé. Alors pourquoi me faire tout un speech comme celui-ci ? C'était à croire qu'il cherchait surtout à se rassurer lui-même. Ouais, ça doit être ça. Intérieurement, ça me fit bien rire.

Après  une remarque sur ma taille, comme quoi j'aurais grandi, il fit quelque chose... d'assez inattendu. Il me prit dans ses bras, et me serrait contre lui. J'avoue que mon premier réflexe avait été de me crisper violemment, je ne m'y attendais pas du tout. Seulement, je me relâchais, ne faisant rien. Il y a encore quelques temps, je l'aurais sans doute envoyer bouler à l'autre bout de la galaxie. Les choses avaient changé... un rapprochement entre nous deux s'est opéré depuis l'épisode de Hana no Kuni. Alors certes, il y avait toujours des tensions, mais... je ne le considérais plus vraiment comme un simple insecte inutile. Il était mon sensei, après tout, et il s'est toujours donné à fond pour moi. Même s'il s'y prenait assez mal.

- Rei... ?

Il me relâcha ensuite, redevenant formel, et à me traiter comme un enfant. Je pense qu'il s'en est rendu compte, puisque juste après, il m'a dit qu'il ferait des efforts vis-à-vis de ça en échange de ma prudence.

La suite de son discours m'étonnait un peu plus. Il disait être fier de moi, et me considérait comme un égal sur cette mission. Une remarque qui m'allait tout droit au cœur. Et pour finir, il me donna une bague qui allait me permettre de le contacter en cas d'ennui.

Tant d'attentions qui m'étaient portés... l'époque où il me considérait comme un sale gosse insolent et insupportable semblait être révolue. Cela me faisait rire légèrement.

- Au final, vous m'aimez plutôt bien, non Rei-sensei ?

Un sourire espiègle sur le visage, je repris.

- Je sais que vous êtes inquiet, mais faites moi confiance je reviendrais en un seul morceau, et toujours aussi insupportable. C'est une promesse, si je mens j'vais en enfer ! Compris ?

J'étais touché par ses paroles, bien plus qu'il n'y paraissait. Ce n'était pas souvent que j'entendais cela, de la part de quelqu'un. Le plus souvent on me gronde, on me reproche mon attitude, ou on me menace de m'arracher la tête après une bêtise. Alors bon, de telles paroles ne me laissait pas vraiment indifférent...

Je pris sa main dans la mienne. Cela me faisait deux promesses à tenir, cette mission prenait de plus en plus d'importance à mes yeux. D'énormes responsabilités pesaient sur mes épaules... était-ce une bonne chose ? Ou une mauvaise chose ? Je n'en savais trop rien.

- Pour ce qui est du monstre, je vais faire tout ce que je peux pour le contenir. Ça va aller, il ne montrera pas le bout de son nez aujourd'hui, ni demain, ni aucun autre jour.

Il le fallait bien.

- En échange, promettez moi de ne pas trop vous inquiéter pour moi. Y a que comme ça que vous me prouverez que vous me faites vraiment confiance !

On arrivait au niveau des autres, alors que je m'adressai une dernière fois à mon sensei.

- Je ne laisserais pas Iwa pourrir la vie d'autres innocents...

Sur cette dernière parole, on se mit en route avec le shinobi de Suna pour de toutes nouvelles aventures.

Spoiler:
 

_________________


Nyahahahaha:
 
 

Taki no Kuni - Vie du camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?
» Attaque d'un camp orque
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Acte 1 : L'Empire contre-attaque :: Chap 1 : Expansion-