AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Sam 18 Fév - 2:33
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

La jeune fille rentrait de sa mission échouée à Kaminari no Kuni. Elle avait bien réussi à sauver le diamant ThunderGold des mains des Yaoya-san, mais elle avait laissé les honneurs aux deux Kirijins qui avaient une mission similaire à la sienne, Kisame et Daijirô. Elle avait chevauché à bride abattue pendant quatre jours, ses blessures disparaissant peu à peu. Elle se rétablissait d'elle-même avec le temps, comme toujours, sa grande capacité de régénération prenait le dessus sur la durée.

C'était peut être cela qui rendait si étrange la présence des nombreuses marques sur ses bras, qui auraient du disparaître comme toutes les autres. La dimension psychologique de ces blessures était probablement à l'oeuvre dans ce cas. Le trajet se passa sans accrocs, mais c'est avec une forte appréhension qu'elle s'approcha du manoir familial. Elle était terrifiée, mais elle savait que la fuite n'était pas une option envisageable. Elle frappa donc quelques coups à la porte, puis attendit qu'on vienne lui ouvrir, tétanisée.

« Le maître vous attend dans son salon privé, mademoiselle Katsuko. »

C'était un vieux serviteur de la maisonnée qui était venu la faire rentrer. Directement, il lui indiqua où aller. Son père devait se douter du résultat. Il savait parfaitement ce qu'il faisait... Et avec son réseau d'informateurs, il devait déjà en avoir eu la confirmation. C'est pourquoi elle devait le retrouver dans son salon...

« Me voici, père...
- J'ai eu vent du résultat de cette mission que je t'avais confiée. Tu m'avais pourtant dit que tu en mourrais plutôt que de revenir défaite. Es-tu morte, ingrate ? As-tu donné toute ta personne pour parvenir au succès de ta quête ? Non. Sinon sois tu aurais réussi, sois tu n'aurais pas été en capacité de rentrer. Et je n'aurais jamais vu ta sale petite tête d'incapable. Suis-moi. »

C'était la fin. Elle ne pourrait plus s'échapper. Elle baissa la tête, de toutes façons, quels que soient ses arguments, ils ne seraient jamais ce qu'attendait Emichi. Elle avait échoué, elle n'avait aucune défense. Elle avait échoué, rien d'autre ne comptait. Elle avait échoué. C'était une réalité que rien ne pourrait venir gommer.

Elle suivit donc l'autoritaire figure paternelle qui alla dans un passage secret qui guidait jusqu'au sous-sol de tous les cauchemars de Katsuko. Une fois ici, ce n'était ni ses cris de souffrance ni ses pleurs qui lui permettraient de fuir. Ce n'était que la lassitude d'Emichi qui finirait par lui permettre d'aller à l'hôpital ou dans sa chambre.

À peine entrée dans la pièce, elle dut se mettre nue. Il créa alors un fouet de sang qui vint mordre à de trop nombreuses reprises la peau blanche de la pauvre vampirette perdue dans la douleur, qui retenait ses cris tant qu'elle le pouvait. À chaque cri qu'elle ne pouvait retenir, il frappait un nouveau coup, plus fort encore que le précédent. Si lors de ses autres punitions, il ne la frappait vraiment violemment qu'au niveau des bras pour ne pas que cela se remarque trop, cette fois-ci, il n'avait aucune limite.

Il était de plus en plus violent, modifiant son fouet sanguin pour lui ajouter des pics acérés qui blessaient profondément la chair de l'enfant perdue. Après plus d'une demi-heure et en ayant perdu près de la moitié du sang qui était renfermé dans son corps, la fillette qui n'arrivait plus qu'à lâcher des gémissements de douleur s'effondra au sol, ne tenant plus sur ses jambes. Son bourreau continua sa sentance pendant encore près d'une heure, jusqu'à ce qu'elle perde totalement conscience. Elle était extrèmement blanche, son corps était lacéré, sanglant. C'était à peine si elle ressemblait toujours à un être humain.

Il fit alors appeler un Eisennin qu'il connaissait bien et qui était doté de grands talents de guérisseur pour la soigner le plus vite possible. Lorsqu'après deux nouveaux jours de convalescence, elle put se remettre sur pieds, il réitéra la torture, la laissant une nouvelle fois aux portes de la mort. Il lui fit ainsi subir cinq séances de tortures les plus sauvages, variant parfois ses méthodes. Lorsqu'elle fut finalement remise en apparence de la dernière des séances, il lui indiqua qu'il ne voulait plus la voir de la journée, qu'elle serait cloitrée dans sa chambre jusqu'à nouvel ordre, mis à part pour effectuer les missions qu'il lui choisirait. Et si elle avait un nouvel échec, il la tuerait pour de bon cette fois.

Plusieurs fois pendant les deux semaines qui furent prises par ces moments horribles, elle fut tentée de mettre elle même fin à ses jours. Mais d'un autre côté, cette idée la rendait folle de rage. Si elle se suicidait, il aurait gagné. Elle ne pouvait lui offrir ça... Elle devait attendre... Attendre pour sa vengence... Attendre le revers de bâton... Attendre le karma.

Elle avait tenu, et après cette longue période d'immense souffrance, elle avait cherché un exutoire. Elle était sortie sans un bruit de la maisonnée en début de soirée ce jour-là, se dirigeant vers les bars. Des marques subsistaient encore sur son corps, des bleus, des cicatrices. Il était facile de voir qu'elle avait été maltraitée, mais comme toujours, ce serait ignoré par tous. Ils en avaient l'ordre après tout. Elle se glissa donc dans les quartiers résidentiels jusqu'aux parties un peu plus actives en soirée. Là, elle se trouva un bar où elle se contenta d'enchaîner les verres d'alcools plutôt forts. Une fois bien saoule, elle pouvait finalement oublier tout le reste, oublier les tortures infinissables qu'elle venait de subir, ayant même probablement occulté de sa mémoire les pires moments pour rester saine d'esprit. Le fou furieux qui lui servait de père était méthodique, mais elle était, au fond, très résistante de par cette éducation cruelle.

Une fois bien alcoolisée, elle se mit à vagabonder dans les rues, ne voyant qu'à grand peine ce qui se passait devant elle. Elle finit par rentrer dans une personne à l'allure altière dans une des rues balayées par le vent glacé des nuits de Suna, personne à qui elle se raccrocha pour éviter de tomber. Après quelques secondes de vacillements, elle releva la tête vers cet homme blond qui la surplombait littéralement. Elle lui sourit pendant quelques secondes, le fixant avec son visage parcouru de cicatrices qui s'effaceraient complètement dans les prochains jours. Elle chuta sur le côté peu de temps après, durée qu'elle n'aurait su chiffrer, s'affalant contre l'escalier qui signalait l'entrée d'une demeure qui donnait sur cette rue plutôt calme.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
XP : 688
Messages : 238
avatarSunajin
Seika C. Natsuki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Sam 18 Fév - 4:01

Ce soir-là, je sortais, tard dans la nuit, du Manoir principal des Chinoike. Bien que j’eusse reçu un des plus beaux manoirs du quartier du clan, il fallait que j’officialise sur la plupart des documents le changement de propriétaire. Ce manoir allait devenir le mien, comme le veut la tradition pour les membres de la Haute-noblesse, allait bientôt être le théâtre d’une fête festive d’intronisation, comme le voulait encore la coutume. Inviter les membres du clan à visiter la nouvelle demeure du Maitre des Lieux étaient la moindre des choses pour remercier la bonté de ce don.

D’autres règles régissaient les coutumes et les traditions du clan au Kerryûgan : ne jamais laisser un membre de sa famille dehors, lui offrir hospitalité, etc… Toutes avaient deux choses en commun : la première pouvait résumer l’ensemble des règles, la famille d’abords. La seconde pouvait résumer la restriction de ces règles : les bannis n’ont droit à rien, et doivent être reniés, voir détruits. Cela semblait s’inscrire dans la logique des choses, lorsque l’on savait que le clan tenait sa réputation comme force majeure. Douce agonie pour ceux entachant le nom du clan…

Descendant jusqu’à mon manoir, une jeune adolescente aux cheveux roses me percuta. Eh bien, il semblait que certain dans cette ville ne tenait pas vraiment à la vie. D’autant plus que, lorsque l’inconsciente, dans une sorte de folie monumentale, se permettait non seulement de me toucher sans permission, de ne pas s’excuser, mais aussi de s’accrocher tel une sangsue, un parasite, un misérable insecte. Et vous savez ce qu’on fait d’une sangsue, d’un parasite ou d’un misérable insecte qui vous percute ? On l’arrache de sa peau, on le jette par terre, et on l’écrase en y employant toute sa hargne et sa colère possible, de quoi le réduire à néant.

C’est ce que j’allais immédiatement faire. Poussant l’étrangère avec virulence afin de la faire tomber, cette dernière m’adressa un regard avant de commencer à s’affaler sur le sol. Et alors que je m’apprêtais à la piétiner comme elle le méritait, mes yeux identifièrent suffisamment rapidement son propre regard rouge. Une Chinoike ? Activant mon propre Kerryûgan, du sang s’échappa de l’extrémité de mes doigts, formant des fils qui se déplacèrent suffisamment vite afin de s’enrouler autour de sa taille et de la ramener vers moi, évitant par conséquent une chute… Et le piétinement.

Cette jeune femme était un probable descendant de mon clan, ses yeux rouges en attestant jusqu’à preuve du contraire. Puant l’alcool, ayant transgressé nos principes de respect de la noblesse, mais une descendante Chinoike tout de même. Mon devoir, en tant que Haut-noble du Clan et incarnation du divin Sithis, était de juger si cette brebis égarée devait vivre, ou être bannis. Dans le premier cas, je devais me charger de trouver un Chinoike suffisamment acceptable pour me charger de son éducation. Dans le second cas, la mort par torture me semblait être un juste retour de bâton pour son affront.

Dans mes bras, j’en profitais pour observer avec plus d’attention le corps de ma jeune enfant. Apparemment, je n’étais pas le seul à avoir eu l’idée de la torture. Si je n’appréciais guère l’idée de voir un de nos membres se faire battre -il y avait suffisamment de potentiels esclaves pour ça- je pouvais largement comprendre qu’une punition par coup de fouet pouvait être appliquée.

Me déplaçant jusqu’à l’intérieur de mon Manoir, je déposais par la suite mon invitée surprise dans une chambre d’amie. Lui ôtant ses habits sales, j’observais avec plus attention son corps nu. C’était pourtant une belle Chinoike, malgré les trop nombreuses cicatrices présente sur son corps. Son sang peinait à régénéré ses blessures, preuve que la punition n’avait pas duré qu’un simple jour. Nul doute que j’allais exiger des explications le lendemain.

Prenant la décision de ne réveiller personne afin de ne pas ébruiter cette fâcheuse affaire, j’enveloppais le corps de la douce dans des draps de soie. Puis je récupérais une robe blanche qui me semblait adaptée, avant de la déposer en évidence sur une chaise, proche de son lit. Sortant de la chambre avec ses habits, j’indiquais au garde de nuit de la présence d’une étrangère dans mes appartements, et les dispositions à faire suivre. Après son réveil, la jeune femme serait conduite dans une des salles de bains pour prendre un médicament permettant de purifier son organisme de l’intérieur, et de se doucher pour purifier son organisme de l’extérieur. À la suite de quoi, avec cette robe blanche, elle me rejoindrait pour prendre le petit-déjeuner.

Le serviteur s’occupant d’elle lui explicitera mon rang et mes titres, ainsi que les règles suivantes : lorsqu’elle sera en ma présence, elle devra se présenter sous son nom complet, prouver son ascendance, et respecter les codes de la noblesse, tels que s’incliner avec respect, comme le veulent les traditions Chinoike. Confiant les habits de la jeune femme au garde, je montais dans mes appartements afin de me reposer à mon tour.

Le lendemain, après une douche, j’enfilais un Kimono blanc. Ceinture d’or sur ma taille, je descendais prendre mon petit-déjeuner. Lorsque la jeune femme arriva devant moi, le serviteur l’ayant amené jusqu’ici n’hésita pas à m’annoncer.

    « Ma Dame, voici son Altesse Royale, Seika Chinoike Natsuki, Prince d’Hana no Kuni, descendant du clan Chinoike, et Jônin du village de Suna. »


L’heure de vérité allait sonner. Si j’avais en face de moi une vraie Chinoike, alors elle respecterait nos traditions et nos codes, comme je l’avais fait. Si elle ne le faisait pas… Et bien disons que ce serait elle, le petit-déjeuner.

Spoiler:
 

_________________

OST:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Sam 18 Fév - 14:26
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

La tête de la jeune fille vrilla soudainement, la réveillant au milieu de la matinée. Elle lâcha un gémissement, se recroquevillant sous les draps de soie qui la couvraient. Elle porta les mains à sa tête, restant ainsi plusieurs secondes avant d'ouvrir les yeux. Elle sursauta alors. Où était-elle ? Elle n'arrivait pas à se souvenir de ce qu'elle avait fait. Elle se retrouvait dans une belle pièce, plutôt similaire à sa chambre en terme d'espace et de richesse des décors.

Elle se retrouvait donc nue, dans une chambre inconnue, sans défenses, sans ses habits qui lui étaient chers. Elle se redressa difficilement, portant une main à sa tête. Elle n'avait strictement aucun souvenir de la veille, et tenter de réfléchir lui faisait mal. Tout était noir après son troisième verre d'alcool qu'elle avait descendu beaucoup trop vite comparé à la puissance de la boisson. Elle n'était pas très grande, et sa résistance de base à l'alcool n'était pas très élevée non plus, même pour quelqu'un de sa taille.

« Bonjour ma Dame, comment vous sentez-vous ? »

La vampirette sursauta, elle n'avait pas vu la servante entrer ou même simplement être présente à son réveil. Ses sens étaient vraiment totalement embués par l'alcool.

« Ça peut aller... Mais j'ai la tête qui tourne... Je... Je crois que j'ai beaucoup trop bu... »

Alors qu'elle tâchait de se relever difficilement, la jeune fille de dix-sept ans lâcha quelques gémissements de douleur. C'était pour ça qu'elle avait bu tant, pour oublier cette douleur qui lui sciait le corps entier. Elle serra les dents et après quelques longues secondes, elle parvint finalement à se mettre debout face à la servante. Elle tanguait encore sous l'effet de l'alcool, mais elle parvenait à tenir relativement sur ses pieds.

« Ma Dame, j'ai reçu pour ordre de vous indiquer le déroulement de votre matinée. Tout d'abord, le maître souhaite que vous alliez vous purifier dans une salle de bain dans laquelle je vais vous guider. Vous pourrez y prendre une douche ainsi que des médicaments qui vous aideront à vous sentir mieux. Ensuite, je vous habillerai de la robe qui vous attend sur place. Une fois purifiée, vous pourrez rencontrer le maître de maison autour de la table de petit-déjeuner. Il faudra tout d'abord vous présenter sous votre nom complet ainsi que prouver votre ascendance. Cela fait, vous pourrez prendre le repas la compagnie de votre hôte, sachant que vous devrez y respecter tous les codes habituels. »

Katsuko se contenta de hocher la tête à la suite de tout ces ordres. Elle ne pouvait qu'accepter, elle devait peut être -probablement même- la vie à son hôte. Elle était déjà passée proche de la mort la dernière fois qu'elle était partie dans une errance similaire, tout dépendait de sur qui elle tombait une fois au plus mal... Cette fois-ci, elle avait eu de la chance. Elle suivit donc la servante qui la guida jusqu'à la salle d'eau. La femme lui fit ingérer quelques médicaments avant de venir l'aider à prendre sa douche. La fille d'un mètre quarante cinq de hauteur commençait peu à peu à se stabiliser, tant grâce à l'eau qui coulait sur son corps et ses blessures que grâce aux médicaments qui agissaient peu à peu.

Lorsqu'elle sortit finalement de la douche, elle fut aidée par la servante pour se sécher efficacement. Elle commençait à se sentir un peu mieux, réchauffée tant physiquement que dans son coeur. Enfin, quelqu'un qui s'occupait d'elle sans que ce ne soit pour la battre ou la soigner méthodiquement, la méprisant du plus profond de son coeur ou la regardant avec une pitié qui donnait envie de vomir à la petite Chinoike.

La servante l'aida ensuite à s'habiller avec la belle robe blanche qui avait été posé là à son intention. Visiblement, son hôte était quelqu'un d'organisé, en plus d'être riche. Elle ne put retenir un soupir de soulagement en remarquant que la robe venait cacher ses bras, là où les cicatrices étaient les plus marquées, mais aussi les plus anciennes. Si elle pouvait éviter de voir et de montrer ces marques de violence, elle s'en sentait déjà beaucoup mieux.

Ellle fut ensuite guidée au travers de l'immense manoir, car au vu des pièces qui se succédaient, des grands couloirs, ou même de la magnifique salle d'eau où elle avait pu se nettoyer, c'était définitivement un riche manoir. Elle arriva donc dans une salle à manger elle aussi magnifique, et découvra finalement son hôte. Blond, plutôt grand, habillé d'un kimono blanc et d'une ceinture dorée, il lui faisait face. Dire qu'il avait une allure princière serait diminutif. Il ressemblait presque à un dieu tant la force et la noblesse qui se dégageaient de lui étaient grandes.

« Ma Dame, voici son Altesse Royale, Seika Chinoike Natsuki, Prince d’Hana no Kuni, descendant du clan Chinoike, et Jônin du village de Suna. »

Voilà qui expliquait les choses... Katsuko mit un léger temps à comprendre et à réaliser qui elle avait en face d'elle, ses yeux s'aggrandissant quelques secondes après la phrase de la servante. Elle s'inclina alors immédiatement, rouge de honte, ignorant totalement les douleurs qui parcouraient encore son corps.

« Je vous présente toutes mes excuses les plus sincères, votre Altesse ! Tant pour ma conduite d'hier soir que pour celle de ce matin ! Je suis Aishlin Chinoike Katsuko, fille d'Aishlin Chinoike Emichi et d'Aishlin Chinoike Taka ! Je vous prie de pardonner mon impertinance et ma mauvaise conduite ! Toutes mes excuses votre Altesse ! »

Elle n'osait pas se relever, restant ainsi plusieurs longues secondes. Elle ne savait que dire face à cette personne si haute en rang et si importante pour son clan.

« Je... Je suis très honorée de faire votre rencontre, votre Altesse Royale ! Je ferai tout ce que vous désirerez pour me repentir de ces actes qui ont dû vous déranger. Je m'ôterai la vie avec joie si vous considérez que cela suffira à régler la dette que je vous dois désormais... »

C'était bien la dernière chose que la demoiselle voulait, mais elle devait faire bonne impression et montrer son côté de gentille noble bien éduquée sans quoi c'était effectivement ce qui lui arriverait. Elle n'avait d'autres choix que de son montrer totalement soumise en espérant que cela suffise à apaiser le grand homme qui lui faisait face, qui devait probablement être furieux à cause des évènements de la soirée précédente, bien qu'elle n'en ait aucun souvenir.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
XP : 688
Messages : 238
avatarSunajin
Seika C. Natsuki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Dim 19 Fév - 21:28
Voilà qui était rassurant. Peut-être que cet enfant avait un minimum d’avenir ? La suite de l’entretien allait nous le dire. La charmante adolescente aux cheveux roses se présenta comme Ashlin Chinoike Katsuko. Ce nom siffla dans mes oreilles comme une mauvaise nouvelle lorsqu’elle me confirma que son père était bien Emichi, un homme détestable.

Cet insecte avait, par une suite d’événements finement maîtrisés, réussi à se hisser à une place importante de la hiérarchie de notre clan. Aucun sang noble, aucune éducation, un pur arriviste. Si arrogant qu’il sembla normal pour lui et sa descendance de se distinguer par un autre nom de famille que celui du clan. Je devais lui concéder une certaine habilité à mener ses affaires, mais l’arrogance qu’il pouvait faire preuve lorsqu’il se comparait à des membres de familles de sang royal empestait lors des réunions en sa présence.

Oui, c’était un homme que je n’aimais pas. Un sale être putride collant, prêt à tout pour avoir la chance de goûter mon sang. Il avait profité de mon arrivé à Suna, et de son influence, pour donner l’illusion que nous étions désormais amis. Mais passons… Le fait que j’avais en face de moi la fille de ce mécréant m’indiquait qu’il était l’auteur de ces punitions mêlant cruauté et mauvais goût. Le Kerryûgan avait des méthodes d’applications bien plus efficaces et invisibles que des coups de fouet, preuve de son manque de finesse.

Chose amusante, j’avais désormais une des cartes maîtresses permettant la destruction de cet obstacle pour ma prise de pouvoir à Suna. La réputation des Ashlin pouvait se relever utile, mais l’ambition du chef de famille était bien trop dangereuse pour pouvoir être manipulée à bon escient. Sa fille, par contre, semblait bien plus comprendre sa juste au sein du clan. La perspective de placer cette famille sous ma coupe avait un côté séduisant, mais aussi dangereux, le père pouvant se servir de cette relation pour s’octroyer des droits et un prestige qu’il ne lui revenait même pas.

    « Relève-toi, et prouve ton ascendance, Katsuko. »


Une injonction prise avec un ton neutre. Après avoir vu la couleur rougeoyante de son Kerryûgan actif, je prenais place sur ma chaise avant de reprendre.

    « Tu peux prendre place. »


Un de mes serviteurs vint afin de me servir un thé avec un nuage de lait et un peu de sucre. Buvant une simple gorgée, je reprenais.

    « Tu peux manger si tu le désires. »


Trempant un petit sablé dans mon thé, je commençais à manger le met avant de passer aux choses sérieuses.

    « La dette que tu as envers ma personne est évidente. Toutefois, chaque vie perdue d’un Chinoike est une perte dommageable pour le clan, hormis si cette dernière nous offense. Je suis sûr que l’on pourra te trouver une quelconque utilité. »


Inspirant la douce odeur de thé chaud s’échappant de ma tasse, je reprenais après y avoir trempé les lèvres pour y boire une gorgée.

    « Il est évident que l’attitude que tu as eu à mon égard fut un véritable déshonneur, et brise toutes les traditions. Si une personne extérieure avait mis la main sur toi, il aurait pu aisément t’abuser, et tu aurais mis l’entièreté du clan dans une délicate position. C’est une grave erreur, malgré des raisons évidentes qui semblent t’avoir poussé à adopter un tel comportement. Par mon rang et mes titres, je ne peux rester à l’écart de cette affaire. J’espère que tu en es consciente. »


Le ton était plutôt sec pour tenir à la gravité du discours, bien qu’il se voulût sur un fond bienveillant. Si je voulais utiliser cette fille comme je le souhaitais, il fallait que j’agisse comme un père de substitution pour elle.

    « Toutefois… J’ai besoin que tu me dises absolument tout, Katsuko. Pour toi, et pour ton avenir, tu dois me mettre dans la confidence, car en tant que Membre de la Haute Noblesse du Clan, je suis ton allié. Plus tu seras précise, plus je serais en pouvoir de t’aider à te sortir de cette impasse. »


Je sirotais tranquillement mon thé, attendant les explications de la jeune adolescente au Kerryûgan.

_________________

OST:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Dim 19 Fév - 22:19
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

La réaction de son Altesse Royale Seika Chinoike Natsuki était heureusement pour la petite kunoichi apparemment plutôt en la faveur de la demoiselle. Il ne semblait pas vouloir la tuer, ni même la châtier physiquement. Il avait probablement eu le temps d'y penser pendant la nuit comatique de la demoiselle. Il resta impassible devant les explications de la fille, puis calmement, lui demanda de se relever et de prouver son ascendance. Surement parlait-il du Kerryûgan.

Elle se releva donc lentement, osant à peine lever les yeux vers un homme si important. Elle n'avait que rarement eu l'occasion de rencontrer quelqu'un de si haut placé dans le clan, elle n'osait pas réagir naturellement, trouvait que les codes de noblesse qu'elle avait appris étaient bien trop triviaux pour une telle personne. Après quelques longues secondes, elle releva les yeux vers l'homme, soutenant son regard le temps de lui montrer l'activation de son pouvoir, qui transforma en un instant ses pupilles, les fendant tel des yeux de félin. Encore une fois, le surnom que lui avait donné son frère lui convenait à merveille.

Une fois certaine que le prince eu pu vérifié son ascendance par ce biais, elle baissa de nouveau les yeux, comme si elle était indigne de le regarder. Elle ne voulait de toutes manières pas le regarder dans les yeux, de peur qu'il ne parvienne à se rendre compte qu'elle ne désirait que fuir cet endroit. Elle ne se sentait ni en sécurité, ni à sa place.

Natsuki s'installa alors tranquillement à la table avant de lui demander de le faire. Les yeux toujours bas, elle obéit sans un mot. Après quelques secondes pendant lesquelles elle regarda la nappe brodée devant elle, il intervint de nouveau pour l'inciter à manger. Elle releva alors légèrement le regard, cherchant quelque chose qu'elle apprécierait. Il y avait une multitude de mets qui l'étonnèrent pour un simple petit-déjeuner. Il valait bien son rang, montrait concrètement sa richesse et son pouvoir. Elle tendit brièvement la main pour prendre un fruit, elle n'avait pas pour habitude de manger beaucoup en matinée, privilégiant souvent des fruits ou un peu de sang pour se sentir réellement en forme. Elle n'était pas de ceux qui se limitaient pour dévorer de la chair humaine, c'était nettement ce qu'elle appréciait le plus, avec les fruits.

Un moment passa ainsi, elle commença à croquer dans une poire attrapée proche d'elle, avant que l'héritier d'Hana no Kuni ne reprenne la parole. Elle eut alors envie de disparaître, de se cacher dans les tréfonds des abysses. Elle se sentait extrèmement ridicule, n'aurait jamais cru croisé une telle personne à Suna. Elle n'avait même pas eu vent de son arrivée. Mais si l'on remarque qu'elle a passé les trois dernières semaines coupée de toute la population Chinoike de Suna, mis à part les quelques médecins qui venaient la voir, Yutaka qui venait lui serrer la main dans la nuit pour la réconforter et son père qui la battait. Et personne ne lui avait parlé de ce qui s'était passé durant ces trois semaines.

« La dette que tu as envers ma personne est évidente. Toutefois, chaque vie perdue d’un Chinoike est une perte dommageable pour le clan, hormis si cette dernière nous offense. Je suis sûr que l’on pourra te trouver une quelconque utilité. »

Elle ne bougea pas d'un cil, mais une immense pression s'enleva soudain des épaules de la demoiselle. Elle ne mourrait pas ici. Il venait de le dire, chaque vie perdue d'un Chinoike était une perte dommageable. Elle reprenait ses mots dans sa tête comme si elle avait du mal à vraiment les comprendre, à être certaine qu'elle faisait bien parti des Chinoike.

« Je ne saurai comment vous remercier de votre clémence... »

Il enchaîna sur une tirade qui écrasa de nouveau la vampirette de culpabilité. Elle avait bien commi une faute difficilement réparable. Au moins avait-elle la chance qu'il n'y avait aucun témoin mis à part Natsuki et éventuellement des serviteurs. Il vérifia alors qu'elle était bien consciente du problème que cela posait malgré tout, qu'elle ne s'en sortirait pas si facilement.

« J'en suis parfaitement consciente, votre Altesse... »

Ce qui gênait plus que tout la fille de petite taille, c'était qu'il semblait avoir bien compris pourquoi elle en était arrivé à se saouler ainsi. S'il avait même compris que c'était son père et non une quelconque tierse personne qui l'avait pratiqué, elle risquait même d'en mourir.

« Toutefois… J’ai besoin que tu me dises absolument tout, Katsuko. Pour toi, et pour ton avenir, tu dois me mettre dans la confidence, car en tant que Membre de la Haute Noblesse du Clan, je suis ton allié. Plus tu seras précise, plus je serais en pouvoir de t’aider à te sortir de cette impasse. »

La pire des questions. Il avait fait la pire des demandes qu'elle pouvait imaginer. Elle devait tout lui dire, et en aucun cas elle ne rêvait d'esquiver cette requête, de passer outre, ou simplement d'omettre le fait que c'était bien son père qui la battait régulièrement, et à bien plus forte raison ces deux dernières semaines. Elle pouvait juste rabaisser la faute de son père, tout mettre sur son propre dos... C'était peut être sa meilleure chance de survie... Elle en venait même à trembler lorsqu'elle entendait ses mots. Elle n'avait plus de chemin de fuite, elle devait affronter la vérité.

« ... Mon père me bat à chacune de mes erreurs... Je ne suis pas très forte ni très efficace, alors pour que je m'améliore et que je me force à donner le meillleur de moi-même, il me frappe régulièrement. Je suis certaine qu'il le fait dans mon intérêt... Les dernières blessures que j'ai reçu font suite à une mission où j'ai échoué à Kaminari no Kuni, face à des Kirijins et quelques bandits dont le nom de groupe était les Yaoya-san. Ils sont aujourd'hui tous morts, mais je n'ai su me débarasser que d'un Kirijin dans le lot pendant que les autres partaient avec le diamant. C'était une quête très importante pour mon père, pour Suna et pour la princesse Genkô Mikasa. J'ai mérité mon châtiment... »

Cette version des faits donnerait peut être l'idée à Natsuki d'éviter de propager cette histoire, ou en tous cas d'en parler à son père. Si elle se montrait comme fautive et désignait son père comme essayant de la remettre dans le droit chemin, peut être se contenterait-il de la faire travailler à son service comme femme de ménage ou une bétise de ce genre, comme elle parlait de son incapacité à remplir correctement une mission alors qu'elle savait parfaitement qu'elle se débrouillait en général très bien, n'ayant pour le moment loupé qu'une seule mission, celle du pays de la Foudre.

« Je ne sais pas si vous pouvez réellement quelque chose pour un cas perdu comme le mien, mon père y donne déjà tout son coeur, mais il n'y parvient pas totalement... Je réussi quelques tâches faciles mais c'est tout... »

Voilà qui devrait suffir à le convaincre qu'elle était bien la raison des échecs de son père, lui si ambitieux. Si jamais il n'appréciait pas son père, ce dont elle doutait fortement vu sa manière vicieuse de conquérir les coeurs et les idées de tout ceux qui l'entouraient, peut être parviendrait-elle à changer ses idées pour le faire voir comme un homme cherchant le meilleur de lui-même et de sa famille pour faire honneur aux Chinoike et à Suna.

Neiko attendait maintenant la réaction du jeune et beau seigneur, les yeux de nouveau baissés vers la nappe, priant pour qu'il accepte cette version des faits et qu'il ne la perce pas à jour. Qu'il ne comprenne pas qu'elle haïssait son père plus que tout au monde, ce père tyrannique et pourri jusqu'à l'âme par le pouvoir qu'il souhaitait trouver à Suna, ce pouvoir qu'il n'avait jamais pu espérer à Cha no Kuni que lui avaient offerts le mouvement Rikûdo puis la création du village caché du Sable. Qu'il ne comprenne pas son aversion totale pour ce genre de personne qui la privait de toute liberté. Qu'il ne comprenne pas que son souhait le plus cher était de voir la tête de son propre père sur le haut du portail de son manoir. Qu'il ne comprenne pas sa rage totale et sans limites. Qu'il ne la comprenne pas, tout simplement.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
XP : 688
Messages : 238
avatarSunajin
Seika C. Natsuki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Lun 20 Fév - 0:56
Le message semblait être suffisamment clair. Au vu de la réaction timide et formelle de la Chinoike, nul doute qu’elle avait compris qu’il n’y aurait pas de prochaines fois. Maintenant, il ne restait plus qu’à voir le contenu de sa réponse, afin de définir comment je pouvais l’instrumentaliser pour porter son père en disgrâce. Une fois cela fait, il ne me resterait plus qu’à l’achever et à le détruire, avant de laisser Katsuko sous ma coupe. Avec l’appui de la famille Ashlin, les premiers remparts me séparant du pouvoir tomberaient.

La situation devint légèrement plus délicate : la réponse de l’adolescente ne m’offrant aucun véritable point d’attaque me permettant, à coup sûr, de la mettre de mon côté. Elle l’ignorait probablement, mais c’était bien elle, la pièce maîtresse de la chute d’Emichi. Cet arriviste était probablement attentif à mes faits et gestes pour savoir comment il pouvait me manipuler. Ce qu’il ignorait, en revanche, c’est que j’allais pouvoir me servir de ce surplus d’ambition pour le détruire. Qu’il comprenne qu’il jouait désormais dans la cours des grands maintenant. Et qu’il en assume les pleines conséquences.

    « Je vois. »


Son père essayait de tout son cœur ? J’avais donc, en d’autres termes, l’échec d’Emichi juste à mes côtés. Le plan commençait doucement à se mettre en place… En réussissant là où il avait échoué, l’échec d’Emichi n’en serait que plus saillant. Le fait de prendre en pupille Katsuko augmenterait la réputation de la famille Ashlin, réputation que je pourrais alors utiliser une fois la volonté d’Emichi hors d’état de nuire. Et si jamais l’adolescente mourait en accomplissant sa mission, la destruction de la famille Ashlin me laisserait le champ libre.

    « Tout ce que je vois, c’est que cette méthode pédagogique est loin d’être efficace. Elle se révèle même contre-productive, amenant à des situations comme celle-là. »


On me servit une part d’un beau gâteau, que je commençais tranquillement à entamer.

    « La terreur est un formidable outil pour détruire la volonté. La peur est au fondement de toutes les réactions physiologiques de l’être humain. Mais la peur mène à la haine, et la haine à la destruction de cet objet de peur. »


Mangeant un nouveau morceau, je reprenais.

    « Je pense néanmoins que tu fais preuve d’une grande assurance en doutant d’un Prince et en me comparant à ton père. Emichi est certainement considéré comme un grand Homme à Suna, mais son influence ne va pas plus loin que le village. Enfin, ton histoire serait crédible si tu n’avais pas bu pour oublier ton châtiment. Tu m’as plus l’air d’agir comme une personne essayant vainement de fuir la réalité, qu’une personne acceptant sa punition, je me trompe ? »


Je prenais une gorgée de thé.

    « Je vais te poser trois questions simples, Katsuko. Tu es libre de répondre ce qui te semblera bon, je ne demande que de la précision. Tes réponses décideront de ton sort. »


Mon regard se posa sur elle.

    « En quoi peux-tu m’être utile à mon service ? Qu’est-ce que tu souhaites absolument obtenir ? Et qu’est-ce que tu es prête à faire pour ça ? »


Il fallait que je connaisse absolument les positions de cette dernière afin d'orienter correctement mon jeu pour cette guerre d'influence.

_________________

OST:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Lun 20 Fév - 1:37
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

Il avait compris. Avec une facilité dévastante. Elle n'avait même pas réussi à faire croire qu'elle était consentante, qu'elle acceptait cette situation. Il avait écouté sans rien dire, ne lachant qu'un "Je vois.", puis avait, en quelques mots, montré qu'elle n'était pas convainquante dans cette parodie d'explication. Il lui expliqua ce qu'impliquait la terreur, ce qu'elle provoquait.

Et c'était bien sur ce point qu'il avait le plus raison. Effectivement, elle rêvait de détruire son père désormais. Elle avait si peur de lui qu'elle ne voulait plus avoir à le voir, elle ne voulait plus qu'il existe, qu'elle en soit libérée.

Elle pâlit lorsqu'il continua, parlant de sa comparaison entre son père et lui.

    « Je pense néanmoins que tu fais preuve d’une grande assurance en doutant d’un Prince et en me comparant à ton père. Emichi est certainement considéré comme un grand Homme à Suna, mais son influence ne va pas plus loin que le village. Enfin, ton histoire serait crédible si tu n’avais pas bu pour oublier ton châtiment. Tu m’as plus l’air d’agir comme une personne essayant vainement de fuir la réalité, qu’une personne acceptant sa punition, je me trompe ? »


Non, il ne devait pas le prendre ainsi ! De plus il confirmait encore une fois qu'il avait parfairement vu au travers de sa tentative de fuite misérable. Elle se recroquevilla sur elle même. Ce n'était pas que sa tentative de fuite qui était ridicule. C'était elle même. Elle était bien misérable en effet, à supplier un homme ainsi, à se laisser battre de cette façon par son père, à tenter de le protéger avec si peu de conviction qu'elle ne faisait que plus ressortir sa recherche d'expiation. C'était bien elle qui était misérable actuellement.

« Je... Ce n'est pas ce que je... Je n'oserai pas... Je me suis embrouillée dans mes paroles... Je n'oserai vous comparer à mon père... Vous êtes bien plus... »

Elle était incapable de finir sa phrase, rougissante de honte. Elle avait dit une chose pareille... Ou du moins qui semblait en être ainsi... Comment avait-elle pu imaginer faire une telle comparaison, ou le laisser croire dans son discours ? Elle était tant paniquée qu'elle ne savait même plus ce qu'elle avait dit. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, elle en était perdue. Son Altesse Seika Chinoike Natsuki était cependant imperturbable, continuant son discours. Il but un peu de thé avant de reprendre, toujours à l'attention de Katsuko.

    « Je vais te poser trois questions simples, Katsuko. Tu es libre de répondre ce qui te semblera bon, je ne demande que de la précision. Tes réponses décideront de ton sort. »


Oh non... Elle n'aimait pas du tout ce genre de tournure. Trois questions qui décideraient de sa vie ou de sa mort ?.. Elle commença à paniquer intérieurement. De face, elle gardait autant que possible un aspect lisse, mais elle avait énormément de mal à rester calme, ne serais-ce qu'en apparence. Elle baissa un peu plus la tête et se mordit la lèvre. Du sang chaud coulait dans sa bouche, elle s'était blessée sans même s'en rendre compte.

    « En quoi peux-tu m’être utile à mon service ? Qu’est-ce que tu souhaites absolument obtenir ? Et qu’est-ce que tu es prête à faire pour ça ? »


Les pires questions du monde... Elle allait s'évanouir... Elle ne pourrait jamais répondre correctement à ça, pas en instantanné. Elle allait dire n'importe quoi. Elle...

« Je n'ai pas peur de me salir les mains. Je veux obtenir la liberté et une grande maîtrise dans le Kerryûgan qui est le plus bel art de ce monde et je suis prête à tout. »

Elle avait parlé d'une voix tranchante, glacée, sûre d'elle. Sans même s'en rendre compte. Son visage s'était fermé, elle avait tout occulté. Elle avait trouvé son masque, sa neutralité. Alors qu'elle paniquait quelques secondes plus tôt, elle perdit tout ses sentiments et peut être même son âme... Qu'importe. Elle était devenue la machine que son père tentait de fabriquer depuis un moment. Elle allait maintenant se mettre en marche.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
XP : 688
Messages : 238
avatarSunajin
Seika C. Natsuki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Lun 20 Fév - 2:30


Panique. Les défenses de l’adolescent étaient tombées sous mes assauts verbaux, révélant les faiblesses de sa défense. L’urgence prenant possession de son corps, elle laisserait bientôt transpirer des fragments de vérités que je m’empresserais de recomposer afin d’obtenir ma réponse. C’était ainsi que j’allais façonner l’arme de destruction qu’elle allait devenir. C’était ainsi que j’allais détruire celui qui osait remettre en question sa condition.

Buvant mon thé, la panique eut finalement raison d’elle. Enfin, elle m’apparaissait sans artifices. Froide, tranchante, sans émotions parasites, une volonté digne de notre clan. Une pierre précieuse à l’état brute qu’il ne manquait qu’à façonner et à soumettre, en instillant en elle un sentiment de quasi-vénération à mon égard. Elle deviendrait une des premières enfants de Sithis, touché par ma grâce Divine.

    « Deux objectifs honorables… »


Posant ma tasse vide sur la table, je me levais avant de me diriger vers la fenêtre pour regarder vers l’extérieur.

    « Mais pour parvenir à te libérer de cette ombre destructrice, tu auras besoin de quelqu’un. Un être en qui tu placeras ta toute confiance, qui te guidera dans ta quête. Un être qui brisera ces chaînes qui t’empêchent de détruire cette ombre. »


Je me retournais vers elle.

    « Si tu es prête à tout, dans ce cas… »


Je m’avançais derrière la chaise de Katsuko, lui déplaçant une mèche de cheveux rose, avant de lui murmurer à l’oreille.

    « Laisse-moi te guider et te libérer de tes tourments, Katsuko. Jure-moi fidélité, sur ton nom et ton sang, et je ferais de toi un être libre. Abandonne-toi à moi, ma douce enfant, et il pliera genoux devant toi. Tu as suffisamment attendu, mon enfant, il est temps pour toi de prendre ta revanche. La seule chose que tu dois faire… C’est de m’offrir tout ce que tu es, ce que tu étais, et ce que tu deviendras. »


Je me dirigeais vers la sortie de la pièce.

    « Je te laisse la liberté de choix que l’on ne t’a jamais laissé, Katsuko. Tu es libre de choisir ton destin. Tu peux accepter et grandir, t’élever en sachant que tu m’appartiendras à jamais. Ou alors, tu peux tranquillement rester assise et reprendre le cours de ta vie. Et pour tout ce qu’il s’est passé ici… Disons que ce sera notre petit secret. »


Je marchais tranquillement jusqu’au seuil de la porte. Il était l’heure de vérité. Est-ce que sa déclaration était véritable, ou simplement des paroles en l’air.

_________________

OST:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Lun 20 Fév - 3:18
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

« Je suis prête à tout. »

Ses paroles résonnaient encore dans sa gorge sans même qu'elle s'en rende compte. Elle était comme possédée. Possédée par un autre elle-même. Une entité qui l'habitait depuis toujours, une autre personnalité qui prenait la place de l'ancienne, affolée, effrayée par son père. Le déclic qu'avait provoqué Natsuki la rendait plus stable, déterminée, destructrice.

Natsuki complimenta ses objectifs, visiblement, il était heureux de la tournure que prenait les évènements. Katsuko n'était pas bête, elle se savait manipulée. Cependant, elle voulait se débarasser définitivement de son père. Ne plus avoir peur de lui, ne plus souffrir à chaque fois que l'envie lui en prenait. La tyrannie devait cesser. L'homme commença donc par sous-entendre qu'elle aurait besoin de l'aide de quelqu'un pour parvenir à ses fins. C'était vrai. Elle aurait probablement mit bien plus de temps à se libérer seule.

Mais en aucun cas il ne serait l'investigateur de la suite des évènements qui concernaient sa famille. C'était elle qui allait se prendre en main, grâce à l'impulsion donnée par lui. Elle l'utiliserait le temps nécessaire. S'il fallait qu'il croit qu'elle lui obéirait au doigt et à l'oeil, elle le ferait le temps qui serait utile pour atteindre son but. Il ne serait qu'une marche supplémentaire vers un autre temps pour la jeune fille.

Il s'approcha alors extrèmement près d'elle, s'autorisant même à toucher ses cheveux. Elle resta de marbre, la tête légèrement penché vers l'avant. Désormais, elle était lancée, plus rien ne l'arrêterait ni ne la perturberai. Surement pas un prince prétencieux. Elle le laissa donc jouer son petit jeu. Elle avait été aux prises avec ses propres démons jusqu'à lors, la seule chose qu'il avait fait c'était de l'en libérer. Pour cela, elle paierait sa dette, qu'importe le rang de celui à qui elle devait quelque chose, elle le règlerait de la même manière. Il lui suffisait donc de le persuader qu'il aurait un contrôle total sur elle.

Le prince se pencha donc pour sussurer à son oreille.

    « Laisse-moi te guider et te libérer de tes tourments, Katsuko. Jure-moi fidélité, sur ton nom et ton sang, et je ferais de toi un être libre. Abandonne-toi à moi, ma douce enfant, et il pliera genoux devant toi. Tu as suffisamment attendu, mon enfant, il est temps pour toi de prendre ta revanche. La seule chose que tu dois faire… C’est de m’offrir tout ce que tu es, ce que tu étais, et ce que tu deviendras. »


Dans son état normal, Katsuko lui aurait rit au nez. Elle, se plier devant quelqu'un ? Jamais. Son père était la seule exception car elle souhaitait accéder à plus de connaissances et son jeune âge lui empêchait les autres méthodes. Cependant, elle avait désormais choisi de passer à la suite de sa vie. Pour cela, elle devait surpasser son père, l'anéantir. Si elle n'en était pas capable pour le moment, ce prince de pacotille semblait avoir quelques tours en réserve. Elle apprendrait tout ce qu'elle pourrait de lui, feignant la loyauté comme elle le faisait depuis sa naissance auprès de son père, puis de se débarrasser de lui ou simplement de disparaître une fois son but atteint.

« Tout ce que vous voudrez, votre Altesse. Je vous jure fidélité sur mon nom, Aishlin Chinoike Katsuko, et sur mon sang. Ordonnez, et j'obéirais. Vous appartenir sera un honneur. »

Sa voix avait toujours le même ton sûr, fort, glacé. Elle était désormais une lame prête à l'emploi, de nouveau aiguisée, capable de tout trancher sur son passage. Elle s'était levée d'un seul mouvement félin, la tête toujours légèrement baissée, après quoi elle se trancha les veines du poignet gauche qu'elle tendit fermement face à elle, laissant couler plusieurs gouttes sur le sol.

« Enseignez-moi, et je vous servirais. Je vous suivrais tant que vous le souhaiterez. Tant que vous me trouverez une utilité. Puis je mourrais pour vous. »

Si, comme elle l'avait ressenti dans son comportement, et plus particulièrement dans ses dernières phrases et son attitude, il était un dominateur, quelqu'un qui souhaitait avoir le monde à sa botte, le meilleur moyen de s'en faire un allié était d'accepter cet état momentanné de nouvelle servitude pour l'utiliser comme un tremplin. Surtout que contrairement à son père, c'était un vrai noble. Un prince héritier qui plus est. Lui saurait l'aider à devenir plus forte que quiconque. Lui saurait la faire devenir maîtresse totale de l'art du Kerryûgan. Et s'il n'y parvenait pas, elle le tuerait et se servirait d'une autre personne. Sa volonté était maintenant sans failles, elle pouvait le remercier. Un sourire se dessina légèrement sur le visage de la kunoichi. Un sourire carnassier.

La bête commençait à entrevoir la lumière de son couloir de torture qui avait duré des années. La libération approchait.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
XP : 688
Messages : 238
avatarSunajin
Seika C. Natsuki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Jeu 23 Fév - 3:37
Le plan se déroulait sans accroc. La proie avait mordu à l’hameçon. Qu’elle soit sincère ou non, l’important était qu’elle m’obéisse sur le moment. L’acquisition de la loyauté sincère d’un être était un travail long et difficile. Il fallait voir notre entretien comme un… Investissement. Si jamais la volonté de Katsuko ne se pliait pas à la mienne, il me suffirait alors de la supprimer après qu’elle est assassinée son père. Si toutefois elle m’était fidèle jusqu’au bout, alors je lui laisserais le droit de vivre. C’est tout.

En tous les cas, il était désormais trop tard pour reculer. Mon venin s’était instillé dans les veines de cette Chinoike, qui avait réagi comme je l’avais prévu. Présentant toujours autant de zèle, elle se coupa même les veines, laissant sa précieuse vitae couler. M’approchant d’elle lorsqu’elle fit part de son désir de recevoir mon enseignement, je prenais son poignet, avant de m’avancer pour déposer délicatement mes lèvres sur sa plaie, telle un baise main. Absorbant le sang présent, je me nourrissais pour la première fois du sang de ma pupille. Lui récupérant plus que nécessaire afin d’affirmer ma domination, je reprenais.

    « Je crois déjà t’avoir dit que le sang d’un Chinoike est chose précieuse. Une promesse du sang quant à elle, est éternelle. Mais j’apprécie cette délicate attention. »


J’affichais un sourire, tandis que mon Kerryûgan s’activait d’un rouge vermillon. Si je le souhaitais, j’avais désormais le plein pouvoir sur son corps. Pauvre chose, au moindre caprice, je pouvais directement mettre fin à ta vie. Heureusement que je compte sur cet investissement pour me débarrasser d’un ennemi bien plus grand que toi. Posant ma main sur sa plaie afin de la soigner, je laissais mon chakra se déverser afin de la soigner.

    « Je suis sûr que nous nous reverrons bientôt, Katsuko. Je laisse à ma servante le soin de te confier à nouveau tes habits, et te diriger vers la sortie. »


Rompant tout contact, je sortais de la pièce avant de me diriger vers mes appartements privés. Arrivant là-bas, Akira me fit un sourire.

    « Alors ? »


M’allongeant sur mon lit après avoir desserré mon Kimono, il s’avança à son tour avant de me caresser les cheveux. Seul lui était bien autorisé à prendre cette initiative dans un contexte autre que celui d’une séduction.

    « Pour l’instant, elle m’est loyale. Très probablement par pur intérêt. Je suis son seul et unique moyen pour elle de pouvoir se libérer de son père. À voir si cet intérêt pour moi se transforme en respect et dévotion profonde. Si oui, elle vivra. Si non, je m’en débarrasserais. »


Il sourit.

    « Vous êtes impitoyable mon Prince. »


Je fermais les yeux.

    « Les voies de Dieu sont impénétrables. Et sont loin d’être miséricordieuses. »


Spoiler:
 

_________________

OST:
 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]   Jeu 23 Fév - 10:58
CHINOIKE
Katsuko
Rite du sang

Alors que la demoiselle s'avançait d'un pas décidé vers ce prince Chinoike nouvellement arrivé à Suna et qu'elle se coupait les veines pour lui prouver sa soumission, celui-ci se retourna vers elle, et vint prendre sa main pour boire son sang à la blessure volontaire qu'elle venait de se faire.

    « Je crois déjà t’avoir dit que le sang d’un Chinoike est chose précieuse. Une promesse du sang quant à elle, est éternelle. Mais j’apprécie cette délicate attention. »


Il souriait, visiblement conquis par cette action. Elle savait qu'ainsi, elle se mettait à sa merci totale. S'il souhaitait la tuer, il le pouvait dans l'instant. C'était pour elle le meilleur des tests pour sécuriser son futur proche. S'il ne la tuait pas, elle ne risquait plus grand chose de lui ni de son père tant que la situation demeurait stable.

« Je suis honorée que vous acceptiez, votre Altesse. Je tâcherai de me souvenir de vos premiers enseignements, en espérant que vous continurez à me guider. Encore merci pour ce que vous avez fait pour moi. »

Elle était très sérieuse, s'inclinant pour affirmer sa soumission. Elle ne voulait prendre aucun risque, et même si pour cela, elle devait endurer de nouvelles tortures, ce n'était pas si grâve. Cela allait faire 14 ans qu'elle attendait une libération, elle n'était plus à une ou deux années près.

Natsuki s'en retourna alors dans ses appartements, lui disant aurevoir et lui indiquant qu'il reviendrait vers elle plus tard. Il souhaitait probablement passer à autre chose, ce genre d'homme avait tendance à considérer ce genre de rite comme trivial. Pour la petite Chinoike, cela signifiait beaucoup pour son avenir, aussi salua-t-elle une nouvelle fois le prince héritier d'Hana no Kuni.

Alors que le noble Chinoike quittait la pièce, la servante de celui-ci qui avait semblé disparaître tant elle savait être discrète réapparut en s'approchant de la jeune fille. Elle invita celle-ci à la suivre afin de récupérer ses vêtements aux allures gothiques. Remerciant la femme pour sa gentillesse, la vampirette se changea, rendant ainsi la belle robe blanche. Elle se rhabilla calmement avant de partir, saluant la servante.

Finalement, la jeune fille était dehors, et vivante en plus. Elle devrait faire plus attention dans le futur, éviter de se remettre dans ce genre de situation. Porter atteinte à un noble pouvait s'avérer très  dangereux, même dans l'état où elle était la veille au soir. Se relâchant légèrement, mais toujours déterminée, la demoiselle se dirigea directement vers l'Académie. Elle avait perdu assez de temps désormais, elle devait reprendre son entraînement, repartir en mission, devenir plus forte, plus rapide, plus précise. Elle ne pouvait se permettre de continuer ainsi, sans quoi ce prince ne ferait qu'une bouchée d'elle et la liberté qu'il lui a laissé entrevoir pourrait bien totalement disparaître pour ne laisser place qu'à une dure servitude.

ft. SEIKA C.
Natsuki


HRP:
 

_________________
 

Rite du Sang [PV. Seika C. Natsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Suna :: Résidences-