AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Mer 8 Mar - 23:21


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

           Katsuko venait de rentrer de l'Académie, sa journée d'entraînement étant terminée. Pour une fois, Emichi n'avait pas trouvé de demoiselle en détresse, de ninin perdu ni même de stocks de nourriture à aller chercher au milieu du désert. Elle put donc rentrer chez elle pour y chercher du calme et du repos après sa routine qui commençait vers sept heures du matin.

           Il était donc aux alentours de quinze heures lorsqu'elle s'allongea finalement sur son lit pour se reposer un peu après ce temps à dépenser énergie et chakra dans l'enceinte de l'Académie face aux mannequins qui y étaient disponibles. Elle laissa donc filer une quarantaine de minutes avant de se redresser pour aller attraper le bouquin qui traitait du Kerryûgan qu'elle avait fini par trouver, celui-là même qui avait entrainé de nombreux problèmes à la bibliothèque pour la jeune fille.

         Elle le feuilleta ainsi, réfléchissant aux différentes techniques qui y étaient décrites et qu'elle souhaitait apprendre. Des techniques liées au tir à l'arc notamment, mais égalemment d'autres plus générales de défense comme d'attaque. C'était, pour la plupart, des techniques de haut niveau. Il lui faudrait un certain temps entre ses premiers entraînements qui seraient par ailleurs très coûteux en chakra, les techniques étant d'un tout autre niveau par rapport à ce qu'elle connaissait déjà. Il y avait également cette technique, non qu'elle soit secrète, mais qui s'avérait extrèmement puissante et dévastatrice lorsqu'elle était lancée. Si de plus elle y combinait deux autres sorts qu'elle connaissait bien... Elle pouvait détruire d'un seul coup à peu près n'importe qui... Elle serait véritablement surpuissante. Mais cette technique était sombre, devait coûter énormément de chakra, et elle devait avoir une méthode pour être contrée ou alors un autre coût plus mystérieux, non décrit dans la partie visible de cet ouvrage qui comptait un nombre de secrets plutôt incroyable, mais qui ne se délivraient que difficilement.

         La demoiselle ferma le livre et remarqua qu'il était désormais presque dix-huit heures, et elle comptait faire quelques achats avant la nuit. Elle devait acheter certains vêtements d'entraînement mais aussi des tuniques plus solides et discrètes pour ses missions. Ses robes préférées n'étaient effectivement pas toujours les plus appropriées, et elle devait bien finir par se rendre à l'évidence. Ce serait aussi nécessaire pour camoufler son apparence quelque peu excentrique de vampirette sanglante.

         Elle redescendit donc après avoir recoiffé ses longs cheveux roses qui venaient embrasses ses cuisses, qu'elle choisit cette fois de détacher. Elle savait cependant qu'elle avait pas mal de choses à acheter, elle en profita donc pour aller frapper à la porte de la chambre de Yutaka qui était au manoir. Elle l'avait vu passer dans la salle de réception lorsqu'elle était arrivée, il était probablement retourné dans son antre comme souvent. Elle attendit qu'il lui ouvre, lui préparant un doux sourire d'accueil pour le mettre en condition positive directement.

      « Hello Otouto ! Excuse-moi de te déranger, j'ai besoin d'aller acheter deux-trois trucs en ville. Ça te dirait de m'accompagner et d'en profiter pour boire un verre et discuter ensemble ? Père m'a... demandé par mal de... services, ces derniers temps et j'ai besoin de prendre l'air. Et du coup on a pas trop eu le temps de discuter non plus. Tu veux bien donc ? J'ai pas de taf' aujourd'hui. »


        Plutôt pressante, la demoiselle finit par prendre son frère par le bras et l'emmener avec elle. Elle avait emporté un peu d'argent, le un peu étant une somme astronomique pour la plupart des gens. Dans un sens, elle accumulait un nombre certain de missions accomplies et autres travaux pour son père, sans compter la richesse de base plutôt énorme que le couple Chinoike avait amassé lors de la guerre puis de la fondation de Suna. Argent qui les avait propulsé socialement parlant puisqu'ils étaient passés d'une famille de guerriers de niveau moyen aux bourgeois flirtant avec la noblesse -Emichi ayant même rajouté la particule Aishlin à leur nom de famille- avec ce gain de pouvoir financier comme politique avec leurs travaux à l'Académie et aux Laboratoires du Triumvirat.

           Elle entraîna ainsi son frère jusqu'au centre-ville, traversant les rues à la vitesse du vent qui soufflait fortement en cette fin d'après-midi. Ils atteignirent finalement le quartier commerçant huppé du village caché du sable qui était au nord du coeur de la cité.

      « J'ai trois ou quatre magasins à voir dans cette rue, puis deux autres un peu plus loin, on ira au bar ensuite, ok ? Tu peux rentrer si tu veux, sinon on peut se retrouver ici dans... Une petite heure ? J'aurai fini la rue d'ici là. »


          Elle souriait à son petit frère qui pourtant la surplombait de plus de cinquante centimètres. Les passants qui les regardaient devaient s'imaginer que c'était un jeune papa conduisant sa fille pour lui faire acheter une nouvelle garde-robe dans les beaux quartiers... Mais elle avait pourtant effectivement deux ans de plus.

      « Et puis c'est bientôt mon anniversaire après tout ! »


          Elle lâcha finalement la main de son frère, et comme une enfant, fila au travers des premiers rayons de ces beaux quartiers. Elle voulait aussi voir pour se trouver quelques robes différentes, plus colorées peut être. Cela lui donnerait surement un air plus mature et moins psychopathe, elle ne tenait pas spécialement à terminer sa vie seule non plus. Être un peu plus séduisante pour d'autres gens que des vieux pervers souhaitant attoucher des gamines pourrait s'avérer salutaire sur ce chemin.

          Elle trouva donc son bonheur dans trois robes, deux tuniques simples et deux kimonos très travaillés qui lui permettraient de se faire belle dans des occasions plus... cérémoniales. Elle devait désormais se trouver des chaussures pour sortir et d'autres plus pratiques pour les missions dans ces quartiers, puis terminerait ses achats dans le quartier Chinoike où un tisserand faisait d'excellents habits tant sur la qualité et la résistance des tissus et des tressages effectués mais aussi sur la beauté des motifs et des couleurs choisis.

          Neiko ressortit donc dans la rue, cherchant Yu' dans la rue. Où était-il passé celui-là lorsqu'on avait besoin de lui ? Elle ne pouvait pas continuer ses recherches avec tout ces paquets dans les bras ! Ils étaient presque plus lourds qu'elle en poids total...

    HRP:
     


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Ven 10 Mar - 19:52

   

   

   

   

   Sortie Sanglante
  Feat Chinoike Katsuko


   


Le néant s’installe, accompagné de sa proche compagne le silence. Mais, quelques instants après, des susurres se fit entendre. Un temps inaudible, elles s’approchaient de plus en plus proche. « Laisse là éclaté » - « Elle est ta plus proche alliée » - « Ne la combat pas, laisse-là te guidé ».

« Qui est-ce ? Que veux-tu ? »

Rétorqua Yutaka. Les phrases sonnaient comme le sifflement d’un serpent, dans une oreille puis un autre. Comme si cette voix tournait autour de notre jeune ami. Une pesante présence se fit rapidement sentir, l'environnement changea de décor, variant du noir au rouge, en clignotant sur un tempo très lent.

? - Qui Ssssuis-je ? Hum… Toi qui médite pour me combattre, ma présence ne te dit donc rien ?
? - Ou Cccchercherais-tu à nié l’éviiiidence de ta nature profonde.


Notre protagoniste ne répondit pas, affichant un visage grave. Il comprit à qui il avait à faire, du moins, il s’en doutait. Peu de temps après les paroles sifflantes du son interlocuteur, une masse brumeuse et difforme s’afficha en face de Yutaka. Un temps, dans un rire discret et sinistre, celle-ci s’amusa à apparaitre et à disparaitre plusieurs fois, changeant à chaque fois d’endroit, tout en restant proche de notre homme.

Y - Tu trouble ma méditation, tu sais que tu ne gagneras pas…

Lui répondit par la suite, sur un ton sec. Mais cela semblait ne pas affecter l’étrange personnage qui continuait à jouer sournoisement avec Yu’.

? - Je suis sssûr que siiii. Hum… ?

La masse brumeuse semblait subitement alerte. Elle recula subitement et dans un nouveau rire sombre, elle fit ces quelques paroles avant de disparaitre subitement :

? - Nous, nous rrreverons bien assssez tôt…

Très peu de temps après sa disparition, un bruit lourd ce fit entendre. Coupant subitement la méditation de notre homme et le ramenant directement à la vie réelle. Il se redressa difficilement, les jambes légèrement engourdies de la position ou il était assis depuis un certain temps et d’un pas distrait arriva à sa porte pour l’ouvrir.

Yu’ – Hey Neiko !

Katsu’ - Hello Otouto ! Excuse-moi de te déranger, j'ai besoin d'aller acheter deux-trois trucs en ville. Ça te dirait de m'accompagner et d'en profiter pour boire un verre et discuter ensemble ? Père m'a... demandé par mal de... services, ces derniers temps et j'ai besoin de prendre l'air. Et du coup on a pas trop eu le temps de discuter non plus. Tu veux bien donc ? J'ai pas de taf' aujourd'hui.

Yutaka resta silencieux, mais fit un sourire approbateur à sa sœur. Pourquoi refuserait-il de toute manière. Cela faisait fort bien longtemps qu’ils ne s’étaient tous deux retrouver seule, à se parler normalement. Ce fût donc une bonne opportunité pour être un peu à ses côtes avant qu’elle ne reprenne le travail arasant que leur père lui impose constamment.

Visiblement presser, elle prit le bras de son frère et l’emmena de force avec elle. Notre homme à la chevelure de sang se laissa guider à travers les pièces de la demeure. Sans passer par la chambre de la demoiselle pour éventuellement se préparer, ce qui laissa pensée qu’elle avait déjà prévus le coup.

Le voyage se passa assez silencieusement et peu de temps n’en fallait-il pour que nos deux protagonistes arrivent à l’imposant village du sable. Quelle ironie d’appeler ça « village » alors qu’elle a clairement la taille d’une ville. Clairement plus animés de vies que le manoir de la famille, les gens grouillaient de partout. La jeune demoiselle avait visiblement déjà un endroit bien précis où elle souhaitait se rendre. Se fût donc sans aucun détour que nos deux compères rejoignirent l’endroit souhaité de Katsuko.
Ils atteignirent un quartier ou les magasins étaient relativement chères. Car oui, aussi surprenant soit-il, il existe des lieux huppés, dans une ville comme celle-ci. Après tout, pourquoi pas dans le fond.

Katsu - J'ai trois ou quatre magasins à voir dans cette rue, puis deux autres un peu plus loin, on ira au bar ensuite, ok ? Tu peux rentrer si tu veux, sinon on peut se retrouver ici dans... Une petite heure ? J'aurai fini la rue d'ici là.

Elle avait un grand sourire, le donnant une bouille toute mignonne. Elle prit la main de notre homme et l’entraina un peu plus loin. Situation gênante pour notre guss qui se sentit mal à l’aise par cette situation au milieu du publique. Que pouvaient-ils s’imaginer en les voyants tous deux comme ça. Il n’opposa, cependant, pas de résistance et se laissa trainer par la demoiselle.

Elle rétorqua que prochainement c’était son anniversaire, chose fort vraie que son jeune frère n’avait pas oublié, mais que du coup, lui vint l’idée d’aller lui chercher son cadeau avec un peu d’avance. Comme quoi, cette situation inattendue à plusieurs bons côtés.

Soudainement la miss lui lâcha la main et partie avec exaltation vers les premières rangés de fringues qui lui tapa dans l’œil. Notre homme n’était pas particulièrement patient de se coter, il part du principe qu’elle trouvera bien son bonheur dans son coin. De toute manière, lui aussi avait à faire et ce n’est pas comme s’il la plantait sur place pour rentrer.




Il s’enfonça plus loin dans la rue, la foule se faisait moins présente. Il s’arrêta une petite minute pour souffler et repris sa marche. Quelques petits mètres plus loin, Yu’ entendit des pleures accompagner de rires mesquins. Attisant sa curiosité, il s’approcha silencieusement de la ruelle d’où les sons sortait. Du coin d’un mur et d’un œil furtif, il observa la scène.
Deux types un peu plus vieux que notre homme, s’en prenait à un gamin en pleure et avec des traces de coups. Yutaka, bien qu’il ne souhaitât pas opter pour la violence, ne voulait pas laisser ce pauvre gosse s’en protection. Il fit donc apparition dans la dite ruelle et lança d’une voix forte :

Yu’ – Hey ! Vous là ! Vous n’avez pas honte ?

Les deux hommes un premier temps surpris, se retournaient vers leur interlocuteur. Visage balafré et provocateur l’un d’eux s’avança de quelques pas en direction de Yu’. Ils n’avaient pas l’air d’être des shinobies, mais plus des délinquants de bas étages. Mais qui est Yu’ pour juger du niveau de ceux-ci. Peut-être que leurs apparences sont trompeuses et donc, notre protagoniste ce devait d’être sur ses gardes. Il ne chercha pas l’affrontement, mais savait que ça ne se passerais pas forcement dans la plus simple des discussions.

? – Qu’est-ce que tu veux, l’abrutie !?
? – Tu ne vois pas que tu nous déranges là ? Tu cherches la merde, c’est ça ?


Tandis que l’autre délinquant agrippa le môme par le col de sa chemise et le souleva pour le coller à lui d’un air menaçant. Celui plus proche de Yu’ arriva à sa hauteur et lui posa une main sur son épaule, affichant un grand sourire sournois, pour reprendre ensuite :

? – Tu vas gentiment retourner sur tes pas et faire comme si tu n’avais rien vu…
? – Mais avant ça, tu vas me filer tout ton pognon, au vus de tes vêtements, tu à l’air bien blindé, mon salaud.


En agrippant d’une forte poigne la tenue de Yutaka, il fit apparaitre le symbole du clan. Ce qui surpris dans un premier temps nos deux hommes :

? – P’tain, bordel ! Il est du clan Chinoike !
?? – Ouais ta vus ça !
? – Oh mais attend, flippe pas. Je crois connaitre ce type. Je me lui laisser entendre dire qu’ils avaient une mauviette dans leurs rangs. Un type qui lui correspond d’ailleurs bien, de grande taille, cheveux long et rouge sang avec des tatouages…
? – Ha Ha ha ha ! Mais ouais c’est bien lui. Ecoute couillon, te dépouiller nous attirerais des emmerdes. Dégage et il n’y aura pas d’histoire. Continue à nous faire chier et c’est le mioche qui morfle, compris ?

Yu’ - …


Le shinobi resta stoïque, ne répondant pas aux multiples provocations. Il est vrai qu’avec la réputation qu’à le clan au sein du pays, dès qu’un membre se démarque en bien ou en mal, les histoires vont rapidement de bons trains à son sujet. Ce qui est visiblement le cas de notre ami…
Les deux types nerveux et visiblement peux patient, passa à l’acte. L’un des deux envoya une gifle bien douloureuse et sonore a l’enfant qui hurla de douleurs.

Yu’ – Espèce de…
? – Wopopop ! Ne bouge pas, je te l’ai dis, si tu ne te casse pas. Le gosse prendra à ta place…
Yu’ – A quoi cela vous avance de frapper une personne plus faible que vous ? Relâche-le et défoule-toi sur moi, si ta frustration t’en dit. Mon clan n’en sera rien, je préfère encore recevoir votre haine que de voir cet enfant se faire battre sous mes yeux.


Sur ses paroles, il s’avança vers les deux délinquants. Qui prirent subitement peur, celui qui garda agripper le gosse sous sa main, chopa une grosse pierre au sol et menaça l’enfant avec en gueulant à Yu’

?? – Si… Si tu t’avances encore d’un pas, je le fracasse avec la pierre !

Menace que notre homme ne prit au sérieux et continua d’avancer. Son interlocuteur passa du coup à l’acte et envoya un violent coup de pierre sur la tête du pauvre gosse qui sous un gicler de sang qui s’étala sur le visage de Yu’ tomba inanimé sur le sol. La scène stupéfia celui-ci qui écarquilla les yeux en grand. Une colère indicible monta en lui, changeant la couleur de ses yeux. Puis làcha subitement sa colère dans un cri de haine :

Yu’ – RAAAAAHHHHH ! BANDE D’ORDURE !

Il fonça sur les deux types qui chercha à fuir apeurer. Mais rapidement atteint par notre homme, qui fit tomber lourdement le plus proche de lui et sauta sur le second. Alors que la seconde crapule était au sol, suppliant de le laisser en vie, Yu’ lui assena une multitude de coup de poing au visage. Laissant des râles de colères, accompagner de rires sinistres.

Sous les yeux du premier type qui voyait son partenaire se faire massacré avec une telle haine, ce mit à pleurer et rampa dans la direction opposée pour chercher à fuir le plus discrètement notre homme en Fury. Qui d’ailleurs, ayant fini, envoya une dernière fois un très violent coup de talon sur la tempe du type, pour être bien sûr qu’il soit mort. Il bondi ensuite sur l’autre type qui sortit le même lot de phrase de pitiés. Mais Yutaka, sous l’impulsion de sa sombre colère, ne fît rien et tapa avec une violence inouïe sa victime. Au même tarif que pour la personne morte, il ne lui fît aucun cadeau. Avec l’activation de son Dojutsu, Yutaka n’était ni plus, ni moins un bête assoiffé de meurtres.

La voix apparue lors de sa méditation réapparue et semblait très exaltés de la scène qu’elle assistait. Lui rétorquant toujours avec sa voix sifflante, de continuer à le massacrer, de toujours laisser grandir sa haine. Puis, une fois l’homme ayant lâcher son dernier soupir de vie. La voix ordonna au shinobie de massacrer l’enfant aussi. Recouvert de sang, n’ayant plus aucunes consciences de ce qu’il fait, il s’avança vers le gosse, laissant les deux autres cadavres derrières lui et une fois au-dessus du marmot ce mît à haleter brouillement avec un sourire sombre afficher sur son visage.

   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   


HRP : Punaise, ça en fait un sacré pâté. Mais tu avais avancé tellement vite dans ton rp, que je n'avais d'autres choix que de beaucoup raconter :D
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Mar 14 Mar - 12:41


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

           Contente d'avoir pu sortir pour une fois avec son frère qui lui servirait de porteur, elle souriait tout en faisant ses achats. Une fois la somme réglée et les bras pleins, elle ressortit, joyeuse, cherchant son frère du regard. Ne le voyant pas, elle soupira et avança un peu dans la rue. Toujours rien.

           Était-il parti ? Ou rentré dans un magasin ? Elle n'avait rien pour le contacter, c'était ennuyeux au possible. Se trimbaler avec tout ces vêtements étaient loin d'être pratique, surtout au milieu de la foule. Elle continua alors à descendre la rue, regardant l'intérieur de chaque magasin. Rien. Où s'était-il fourré celui-là ? Jamais là quand on avait besoin de lui !

         Alors qu'elle le cherchait, elle sentit une odeur de sang arriver d'une rue parallèle. Une odeur très attrayante pour une Chinoike qui commençait à avoir faim après cette journée d'exercice puis de shopping. Un léger sourire s'afficha sur son visage alors qu'elle se dirigeait progressivement vers cette odeur, quittant la rue principale pour aller dans des rues plus sombres. Peu à peu, elle se retrouva ainsi dans un quartier proche, bien moins riche.

         C'est finalement un cri de souffrance qui la fit se dépécher. Elle croisa un premier corps, massacré comme s'il avait été attaqué par une bête. Une bête sauvage en pleine ville ? Plutôt un Chinoike dont les instincts s'étaient soudainement réveillés. Un sourire s'afficha sur les lèvres de la vampirette. En voilà une bonne nouvelle, un compagnon de plus pour jouer. Elle ferait en sorte de couvrir la bavure avec son père et ils auraient un obligé supplémentaire.

          Tournant finalement au coin de la rue d'où venaient les derniers gargouillis qui annonçaient la mort, la jeune femme se retrouva dans le dos de son frère. C'était lui, frappant avec rage la face détruite d'un autre homme au sol, du sang s'écoulait progressivement en flaque autour de lui. Yutaka sembla alors s'arrêté, comme rassasié, mais il se releva et s'avança vers un gamin qui était à moitié caché dans un coin, et qui le regardait avec terreur. C'était visiblement son tour.

      « Onee-san ! Aidez-moi s'il vous plait, il est fou il va me tuer ! »


        Katsuko eut un rictus. Ainsi son frère s'était réveillé, il ne serait plus la larve qu'il avait été jusque là. Tant mieux, il arrêterait peut être de se retenir. Il devait cependant manger, et elle aussi. Tuer le petit n'arrangerait rien, cela attiserait probablement plus la colère des habitants. Alors qu'effacer deux clanpins mal habillés qui étaient probablement des voleurs ou quelque chose du genre, cela ne changerait pas grand chose. C'était déjà fait de toutes façons.

           Souriante, elle fit signe au gamin de déguerpir.

      « Va-t-en, disparaît. Ne parle de ça à personne, je m'en occupe. »


          Elle s'avança, coupant la route à son frère. Dans un premier temps, elle ne se montrerait pas aggressive, elle verrait bien sa réaction. Si nécessaire, elle lui mettrait une raclée, il ne serait pas compliqué à piéger dans cet état. Elle se prépara donc à dresser une vague de sang qui le ralentirait s'il tâchait de lui foncer dessus, ne revenant pas à lui, avec laquelle elle pourrait l'enchaîner assez facilement sans qu'il ne puisse trop esquiver ou se défendre.

      « Je te conseille de revenir à toi très vite, Otouto ! Sans quoi je vais devoir me rappeler à ton bon souvenir ! »


          Pour l'instant, elle se contentait d'activer son Kerryûgan, ses yeux devenant ainsi rougeoyants et ses pupilles se fendant pour devenir félines. Elle prit une position d'attaque, prête à réagir au moindre mouvement de son frère.

    HRP:
     


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Mer 15 Mar - 20:13

 

 

 

  Sortie Sanglante
 Feat Chinoike Katsuko


Il faisait si froid d’un coup, un voile ténébreux avait recouvert la vue de notre homme.
Il flottait dans un endroit dépourvu de peu de lumière, la même que lorsqu’il médite. Mais ce n’était pas une sensation d’apaisement qui y régnais, mais un sentiment de froideur, de colère et de désespoir… Yu’ tenta de parler, mais aucuns mots ne sorties de sa bouche. Effrayer, il essayait de se débattre de la « non gravité » du lieu où il se situait, mais rien n’y fait.

Que faisait-il ici, alors qu’il a à peine cinq minutes, il était devant d’horrible personnage qui avait gravement où voir même tuer un enfant. Il se souvint qu’une grande colère l’a submergé puis, d’un coup, il se retrouva ici.

? – Tu te demandes pourquoi tu es ici, hum… ?

Cette voix sifflante, Yu’ la reconnaissait. C’est celle de cette masse brumeuse et sombre qui l’avait interrompue lors de sa séance de médiation. Le jeune chercha une nouvelle fois à parler et une seconde fois, ce fût un échec. Ce qui fit rire son interlocuteur, qui répondit :

? – Tu n’es pas dans ton monde, Jeune Chinoike.
? – Ici, je suis seule maitresse. Si je le décide, je peux te faire consumer par les ténèbres qui t’entoure.
? – Mais je suis gentille, je ne vais pas de donner la parole, mais simplement t’autoriser à communiquer par la pensée. Nul besoin de mots, les sentiments parlent souvent d’eux-mêmes.


Yu’ – Est-ce toi qui m’a amené ici ?
? – Oh que non…
? – Je n’ai malheureusement pas cette emprise sur toi. C’est toi seul qui est entrée dans mon domaine.

Yu’ – Mais ? Comment ? Pourquoi ?
? – Tu ne vois vraiment pas ? Regarde donc !


Les ténèbres laissèrent places aux images extérieures en grand format autour de notre homme. L’ombre prit la silhouette d’une femme, tout en conservant son aspect brumeux et se mit au coter de Yu’ qui flottait toujours dans le vide.
Il assistait à toute la scène, sa haine débordante qui fit de lui un tueur sanguinaire. Le voir mettre en charpie les visages des deux brigands lui donnait la nausée. C’est yeux étaient grand ouvert, avec quelques larmes à leurs bords. Est-ce vraiment lui ? N’est-ce pas là une machination de cette entité mystérieuse ? Pourtant, il ne savait pas l’expliquer, mais il ne pouvait pas nier que ce qu’il voyait était bien réel.

Yu’ – Qu’est-je fais !?
? – Tu as simplement laisser parler tes émotions, ce qui à réactiver ton Kerryûgan.
? – Ne te l’avais-je pas dit ? Que nous nous reverrions assez tôt.

Yu’ - …


Quelques instants qui précédât son silence, il se voyait proche de l’enfant, avec toujours cette soif de sang. Il hurla alors à sa mystérieuse accompagnatrice :

Yu’ – TU ES LIE A TOUT CECI ? IL NE FAUT PAS QUE JE TUE CETTE ENFANT INNONCENT. ARRETE MON CORPS IMMEDIATEMENT !!!
? – Ha ha ha ha… Qui sait, peut-être ou peut-être pas.
? – D’ailleurs, pourquoi tu ne lui demanderais pas à elle, de te stopper !?

Yu’ - ???

Il n’entendit sa voix, mais il comprit très rapidement que la silhouette floutée qui apparue devant son corps physique était celui de sa grande sœur.

Yu’- NEIKO !

Le jeune homme chercha à flotter en direction des images, toujours en hurlant à sa sœur qui ne l’entendais probablement pas. Une fois les images atteintes, il essaya de les toucher du bout de doigts. Mais elles étaient immatérielles et donc ceux-ci les traversa.

Yu’ – NON ! NON ! NOOOOOOON !
Yu’ – JE NE PEUX PAS FAIRE CAAAAA !


Le corps de Yutaka s’avança d’un pas lourd et agressif vers sa frangine. Il tandis une main menaçante vers celle-ci et balbutie des mots incompréhensibles.

Force d’essayer d’entrer en contact avec sa sœur et d’empêcher son corps d’être guider contre sa volonté. Il comprit rapidement une chose et essaya de l’appliqué. le décor sombre qui l’entourait se mit à se fissuré à la stupéfaction de l’ombre qui s’interrogea :

? – Comment arrives-tu as…
Yu’ – Ma volonté !
Yu’ – Je ne peux l’admettre, mais j’ai commis l’irréparable en assassinant ces deux hommes. Ma sœur à sauver l’enfant, mais j’ai peur qu’elle soit en danger ! Elle est très forte, mais je ne peux dire à quelque point mon envie meurtrière est grande…
Yu’ – Cependant…

? – Cependant ?
Yu’ – Je compris que ce n’est pas en hurlant que je reprendrais le contrôle, mais en faisant aller mes émotions, comme tu l’as si bien dit toi-même. Ma volonté de protéger, elle est plus forte que tout et je vois que cela fonctionne !
? – KIHA HA HA HA HA HA HA ! Tu es un petit malin toi…


Un sourire sinistre ce dessina sur le visage de la silhouette ombreuse et disparut d’un coup en même temps que l’environnement sombre qui l’entoure. Yu’ sentit d’un coup son corps astrale partir d’une traite vers son corps physique.

Le choc du retour à la réalité fût si brutal, qu’il en tomba à genoux devant sa sœur. Le corps en sueur et ne put s’empêcher de vomir. Il leva les yeux en direction de celle-ci, ne disant aucuns mots. Il ne savait d’ailleurs pas quoi dire face à cela.



  © Jawilsia sur Never Utopia

 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Ven 17 Mar - 9:55


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

             Son frère semblant sous tension, la jeune fille le surveillait avec attention. Elle guettait ses moindres gestes, les muscles prêts à bondir... Il devait se sentir comme possédé alors qu'il se laissait juste aller à sa rage, comme elle bien souvent. Ce côté d'eux-même qui réclamait la mort et le sang, ils l'avaient en eux, puissant. Qu'ils le veuillent ou non.

               Soudain, son frère prit une grande respiration tout en vascillant légèrement. Il venait de reprendre le contrôle. Dommage, elle lui aurait bien collé une petite raclée pour le plaisir mais bon. Juste après, il chuta à genoux, probablement subissant le contrecoup de sa rage meurtrière, une faiblesse soudaine et incontrôlable. Il transpirait beaucoup, il n'en avait pas l'habitude comme elle. Et probablement ne s'était-il pas totalement laissé aller, se contrôlant partiellement encore et subissant tout ce que cette part cruelle lui ordonnait de faire.

              Il se plia même quelques secondes plus tard, répendant ses intestins sur le sol. Il ne tenait pas le choc. Tsss. C'était assez lamentable. Il venait pourtant de faire un si beau tableau sur le sol crasseux de cette petite rue minable. Il releva finalement les yeux, l'air hagard. Il ne savait surement pas comment réagir. Soupirant, la demoiselle créa une vague de sang qu'elle laissa retomber sur le sol, nettoyant ainsi les traces de vomis qu'il y avait laissé.

      « Bienvenue chez les Chinoike, Yutaka. Tu es enfin un homme je dirais. »


              Elle souriait, un peu provocatrice. Elle avait posé tout ses sacs dans un coin pour pouvoir se battre mais il avait reprit ses esprits, ce n'était donc plus nécessaire. Elle s'approcha alors de lui et sortit de sa poche un mouchoir. Elle lui essuya la bouche d'un geste doux puis jeta le mouchoir dans une bouche d'égouts proche. Elle lui caressa ensuite la joue et l'aida à se relever.

              Le jaugeant, le regardant de bas en haut, la jeune fille comprenait aisément qu'il devrait se changer avant qu'ils puissent aller se détendre en terrasse. Et ils ne pouvaient pas vraiment rester ici. Elle le prit alors par la main et le guida dans des rues plus proches du quartier riche mais toujours désertes après avoir récupéré ses courses au passage.

      « Déshabilles-toi, je reviens dans deux minutes avec une tenue correcte. J'irais ensuite voir avec Père pour que l'on se débarrasse des corps. Je suppose qu'il vaut mieux éviter qu'il sache que c'est toi qui a fait ça pour l'instant, non ? On pourra toujours en parler plus tard, mais je pense qu'il vaut mieux nettoyer la scène en priorité. On ira boire un verre ensuite. »


              Elle fila alors dans la boutique la plus proche, achetant un costard à la taille de son frère. Dès qu'elle eût réglé, elle fonça le retrouver, lui donnant l'habit.

      « Je reviens, je vais parler à père. Je vais lui dire que j'ai été attaquée par deux débiles et que j'ai dû les tuer discrètement même si je me suis un peu emportée, il ne me fera rien pour ça. »


          Griffonant une adresse sur un papier qu'elle sortit de son sac avec un crayon, elle lui indiqua qu'ils se retrouveraient là. Lui souriant et lui confiant ses affaires, elle le félicita tout de même pour ce petit bain de sang avant de filer prévenir Emichi de la scène à nettoyer rapidement, ayant prit soin de retenir le nom de la petite rue.

         Cela fait et son père convaincu qu'elle n'avait fait que se défendre, elle retourna en ville dans les quartiers marchands où elle retrouva Yutaka à l'adresse de son dernier magasin qu'elle souhaitait visiter. Elle lui parla alors avec un petit sourire malicieux.

      « Je vais me choisir des nouvelles chaussures, deux ou trois paires. Viens avec moi dans le magasin cette fois, je sais qu'une petite balade fait du bien mais deux fois en une seule journée c'est beaucoup, tu ne penses pas ? »


         Elle trouva donc assez rapidement son bonheur, aimant presque tout ce qu'elle voyait dans ce magasin comme à chaque fois qu'elle y allait. C'était bien pour cela qu'elle y retournait. Le mélange de sobre et de complexe dans les modèles qu'ils proposaient était toujours équilibré et lui plaisait beaucoup. Repartant avec de nouveaux sacs de courses, elle se retourna vers son petit frère de deux mètres.

      « Bien, on va se boire un verre maintenant ? On pourra parler plus sérieusement si tu veux aussi. J'te laisse choisir l'adresse ! »


    HRP:
     


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Dim 19 Mar - 20:38

 

 

 

  Sortie Sanglante
 Feat Chinoike Katsuko

Katsu - Bienvenue chez les Chinoike, Yutaka. Tu es enfin un homme je dirais.

Notre homme ne s’attendait certes pas à ce que la demoiselle soit « choqué » par ce qu’elle à vue. Mais son sourire de satisfaction et les paroles qui vont avec, fût si surprenant pour lui… Son secret a fini par être découvert, mais c’est avec un certain soulagement que ce soit sa propre sœur qui l’ai vu la première. Soulagement qu’il partage d’ailleurs avec le fait qu’il est pu reprendre le contrôle avant une éventuelle catastrophe. Catastrophe déjà en partie fait, pour le meurtre des deux délinquants…

Peu après les paroles de la demoiselle, celle-ci fit preuve d’une certaine délicatesse. Prenant un mouchoir de sa poche et essuyant sa bouche du jeune garçon. Par la suite, elle glissa ses doigts fins sur la joue de notre homme et l’aida à se relever… Visiblement, elle était satisfaite de ce qu’elle avait vu. Une satisfaction non partager, car on pouvait voir des traits graves sur le visage de Yu’ qui était encore un peu pâteux.

Les vêtements de celui-ci était dégueulasse, des tâches de sangs recouvraient un peu tout l’ensemble de sa tenue. Difficile donc de se balader ou d’aller boire un verre sans que les gens finissent par pensées qu’un psychopathe se balade dans les rues. La demoiselle l’avait bien compris et un peu plus vifs d’esprit que notre homme, lui proposa la solution d’aller acheter une nouvelle tenue. Apres ça, elle devait se débarrasser des deux corps. Elle expliqua donc comment elle allait procéder et donna l'ordre à Yu’ de ne pas bouger.

Heureusement pour lui, que ça crise ce passa spécialement ce jour-là. Katsuko fût tellement prévenante que t’en d’attention de sa part apaisa notre homme. Lui les choses qu’il s’imaginait c’était qu’elle soit dégoutée par ce qu’elle venait de découvrir. Qu’elle finirait par rejeter Yu’ et pourtant ce fût le contraire qui se produisit. Elle était déjà très avenante avec celui-ci, mais là, visiblement il suscitait encore plus d’intérêt pour la demoiselle.

Katsu - Déshabilles-toi, je reviens dans deux minutes avec une tenue correcte. J'irais ensuite voir avec Père pour que l'on se débarrasse des corps. Je suppose qu'il vaut mieux éviter qu'il sache que c'est toi qui a fait ça pour l'instant, non ? On pourra toujours en parler plus tard, mais je pense qu'il vaut mieux nettoyer la scène en priorité. On ira boire un verre ensuite.


En effet, le dire à leur père aurait fait qu'accentuer le malaise. Katsuko était maligne et avait bien compris que ce n'était pas dans l'intérêt de notre garçon que cela se sache. Il se contenta alors d'hocher la tête pour acquieté et la demoiselle partie sur un coup de vent.

En effet, le dire à leur père aurait fait qu'accentuer le malaise. Katsuko était maligne et avait bien compris que ce n'était pas dans l'intérêt de notre garçon que cela se sache. Il se contenta alors d'hocher la tête pour acquiescé et la demoiselle partie sur un coup de vent.

Il ne fallut peu de temps pour la revoir à coter de celui-ci, qui s’était entre-temps mis torse-nue et avait lancer le dessus sur un des deux cadavres, le recouvrant de moitié. La demoiselle lui avait choisie une tenue de soirée. Message subtile pour lui dire qu’elle compte bien en découvrir d’avantage, plutôt que de rentrée ? Bha… C’était la moindre des choses, que de lui dire ce qu’elle souhaitait découvrir. Après tout le mal qu’elle se donne pour le couvrir.

La demoiselle finie par lui signaler qu’il se rejoindrait à une adresse qu’elle griffonna sur un bout de papier et qu’entre-temps elle allait expliquer la raison de deux cadavres dans la rue, tout en couvrant notre homme de tout soupçons. Puis partie une seconde fois, laissant une nouvelle fois notre seul. Celui-ci finissait donc par s’habiller des vêtement acheter par sa sœur et déposa la partie basse de sa tenue sur l’autre corps.

Une fois bien saper, l'homme prit la route à l'adresse indiquée. Bien habiller, il essaya, comme il le peut, de garder un air décontracté... Mais il ne pouvait s’empêcher de jeter une multitude de petit coup d’œil en direction de la ruelle. Angoissé de ce dire que ça pourrait-être des civiles qui tomberait sur les deux morts. Plusieurs minutes de marches après, il atteignit la rue commerçante indiqué sur le papier. Il s’adossa contre le mur d’un bâtiment et silencieusement, observa la foule encore très présente en ce début de soirée.

Yu’ ne peut s’empêcher de trop tergiverser, ce qui lui donna une légère migraine. Mais ce fût que de courte durée, par l’apparition de sa sœur, qui semblait affiché une certaine exaltation.

Katsu - Je vais me choisir des nouvelles chaussures, deux ou trois paires. Viens avec moi dans le magasin cette fois, je sais qu'une petite balade fait du bien mais deux fois en une seule journée c'est beaucoup, tu ne penses pas ?

« Pour une petite balade calme et reposante, c’est râpé » Pensa notre homme. Qui, toujours en ne disant aucuns mots, acquiesça une nouvelle fois. Suivant la jeune femme dans un magasin de chaussures. C’est bien une femme d’ailleurs pour être accroc à autant de paires de chaussures, alors qu’elle n’en n’utiliserait probablement qu’une paire sur toute celle qu’elle s’achèterait.

Yu’ resta dans son coin, avec tous les sacs de la demoiselle à ses pieds. Gardant un œil discret sur la demoiselle qui s’exalta à la vus de plusieurs chaussures qui lui plais énormément. La vendeuse du magasin tenta bien de proposer une éventuelle paire à notre homme qui gentiment refusa. Il n’était déjà pas très alaise dans son costard et ses chaussures de villes. Une tenue peu approprier à la stature de notre jeune homme qui lui donnais tout de même une certaine prestance et classe.

Une fois le shopping de celle-ci fini, son frangin embarqua sur ses deux bras, tous les sacs de la demoiselle. Visiblement au vus du nombre, elle s’était fait bien plaisir… Elle proposa donc à celui-ci d’aller boire un verre pour discuter plus sérieusement de ce qu’il c’était passer. Allant même à lui demander de choisir le lieu. Mais notre homme ne connaissait pas vraiment de bonne adresse.

Yu' - Je ne connais aucuns bars, je te laisse choisir si tu le veux bien…
Yu' - D’autant que je suppose que tu as beaucoup de questions à me poser ?




  © Jawilsia sur Never Utopia

 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Jeu 23 Mar - 14:40


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

             La jeune Chinoike était allée prévenir son père de l'incident, lequel était si occupé qu'il oublia d'en profiter pour la battre. Ou peut être attendrait-il le soir. En tous cas, il lui fit signe de le laisser, qu'il enverrait des gens s'en occuper. Ce ne serait pas un problème. Elle retourna donc voir son frère qui était désormais bien habillé. Elle le complimenta puis l'embarqua avec elle dans son dernier magasin, se prenant quelques paires de chaussure.

               Lorsqu'ils en ressortirent, elle se tourna vers son frère qui portait maintenant la plupart de ses sacs. Non pas qu'ils soient lourds, mais ils étaient bien trop encombrants pour la fille de petite taille alors autant profiter d'avoir un petit frère si grand. Elle lui demanda alors s'il avait un bar en tête, lui indiquant qu'ils pourraient parler plus sérieusement autour d'un verre.

      « Je ne connais aucuns bars, je te laisse choisir si tu le veux bien… D’autant que je suppose que tu as beaucoup de questions à me poser ?
      « Ah, c'est vrai, c'est pas trop ton truc de sortir. Suis moi alors, j'vais t'en montrer un sympa pas trop loin. Pour les questions, pas tant que ça, tu me diras ce que tu veux. Enfin on verra ça. »


              Elle guida donc son Otôto pour revenir vers le centre-ville et la grand place, là où se trouvait le CauKazien, un des bars qu'elle appréciait lorsqu'il s'agissait de siroter tranquillement un verre en terrasse. Il y en avait deux dans le bâtiment par ailleurs, la première, plus pleine en générale, était directement sur la place, devant l'établissement. L'autre quant à elle se trouvait en hauteur, au deuxième étage, surplombant toute la place et donnant une vue plutôt sympathique sur les alentours. Elle était cependant plus calme parce qu'il fallait payer environ le double des prix pour y aller, mais cela ne dérangeait pas la jeune fille qui préférait mettre le prix de la tranquilité.

             Le duo alla donc s'installer sur cette seconde terrasse et Katsuko commanda pour elle un Lola Loca, laissant à son frère le soin de choisir son brevage. Elle le fixa alors dans les yeux, il n'y avait que très peu de monde et personne sur les tables directement autour d'eux.

      « Bien, Yutaka, je pense que tu as deux-trois trucs à me dire non ? Notamment sur le pourquoi tu te refuses à laisser ton Kerryûgan s'exprimer librement et depuis combien de temps tu l'as activé. Car je ne pense pas que tu serais dans cet état si c'était ton activation, tu serais bien plus épuisé et abimé. Pourquoi ne veux-tu pas accepter qui tu es ? »


              Les boissons arrivant alors, elle attrapa son Loca, remerciant le serveur avant de reporter son attention sur son frère. Elle attendit que le jeune homme qui leur avait apporté leur rafraîchissement s'écarte pour terminer sa demande.

      « Dis-moi tout, je suis ta soeur, tu peux me faire confiance. Et si tu as besoin de parler même d'autre chose, vas-y. Je suis là pour ça aussi, pas seulement pour te couvrir après ce genre de petit écart ou pour t'utiliser en porte-manteau. »


              Elle s'appuya contre le dossier de sa chaise et commença à siroter son soda bien trop sucré, profitant de ce moment de pause pour mettre les choses au point avec son frère.

    HRP:
     


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Lun 27 Mar - 22:50

 

 

 

 Sortie Sanglante
Feat Chinoike Katsuko


Musique de circonstances :


Katsuko emmena donc son jeune frère en direction d’un bar qu’elle affectionnait. La connaissant, elle l’emmènerait dans un lieu assez chic. Leurs marches se fût dans le silence, Yu’ ne sachant toujours pas quoi dire. D’ailleurs ce silence le mettait mal-à-l’aise, lui ne sachant plus ou se mettre et sa sœur qui à l’inverse semblait plus joyeuse que jamais.

Serait-elle contente de voir que son frère n’est en fin de compte, pas l’incapable que beaucoup de Chinoike pense ? Il est vrai, que si ça venait à se savoir, ça changerait grandement leurs façons de voir notre homme aux cheveux de sangs. Dans un certain sens, cela pourrait améliorer bien des choses. Déjà avoir plus de considérations et de respects de la part des autres, un Chinoike qui à activé son Dojutsu est autrement plus craint que celui qui n’y arrive pas.

D’ailleurs parmi l’histoire de la famille, c’est plutôt rare qu’un membre ne l’active pas. Au même titre que le célèbre sharingan de la famille Uchiwa du pays du feu. Les Chinoikes ont tendance à initier assez tôt les enfants de la famille, à la tradition de l’éveille. Après celons l’individu, cela prend plus ou moins de temps. Pour Yu’ l’éveille ne ce fît pas de façon traditionnelle, mais plutôt brutale et ce fût un choc émotionnel qui à laisser une trace mentale bien ancrée dans la caboche de notre homme.

Tout en marchant en direction du café, Yutaka ruminait intérieurement et ne remarqua qu’au dernier instant qu’ils étaient arrivés au lieu-dit et comme il le pensait, le « Caukazien » de son nom était plutôt classe. La demoiselle avait visiblement ses habitudes, car ce n’était pas à l’étage du bas que nos deux membres s’installèrent, mais à un balcon très bien situé en hauteur, beaucoup plus calme que l’étage inférieur.

Une serveuse s’approcha de la table et prit les commandes. Un soda pour sa grande sœur et pour lui un thé ombré vert et citronné du nom de Kabuse-cha. Doux et acidulés à la fois, c’est un thé qu’adorais boire notre homme. Un instant de silence s’installa, laissant le temps à notre duo de contempler le décor extérieur, puis vient ce que Yu’ attendait, les fameuses questions de sa sœur :

Katsu' - Bien, Yutaka, je pense que tu as deux-trois trucs à me dire non ? Notamment sur le pourquoi tu te refuses à laisser ton Kerryûgan s'exprimer librement et depuis combien de temps tu l'as activé. Car je ne pense pas que tu serais dans cet état si c'était ton activation, tu serais bien plus épuisé et abimé. Pourquoi ne veux-tu pas accepter qui tu es ?


Yutaka chercha un début de réponse à sa question et s’apprêtait à parler, quand il fut soudainement stoppé par la présence d’un autre serveur qui apporta les boissons. Une fois servis, les remerciements de bases faits, ils attendaient que celui-ci s’éloigne pour que Katsuko reprenne la parole :

Katsu' - Dis-moi tout, je suis ta soeur, tu peux me faire confiance. Et si tu as besoin de parler même d'autre chose, vas-y. Je suis là pour ça aussi, pas seulement pour te couvrir après ce genre de petit écart ou pour t'utiliser en porte-manteau.

Yu' - C'est...
Yu' - C'est compliqué, c'est le chaos totale dans ma tête...


Lança-t-il d’une voix hésitante, avant de marquer un arrêt et de fixer sa tasse. Il lança un long soupir et reprit :

Yu' - Ça fait déjà plusieurs années que je les aie activées…
Yu' - Une sale histoire, un type plus vieux que moi à l’époque m’avait agressé. J’ai perdu mon self-control et je l’ai tué avec une telle barbarie…
Yu' - Je… Je…


Sur son dernier mot, Yu’ afficha un visage à la fois sévère et triste. Il sera le deux poings et baissa la tête vers l’avant, laissant ses cheveux rouges lui couvrir une bonne partie du visage et repris la parole avec une voix tremblante :

Yu' - Quand… Quand ils se sont activés, une rage indéfinissable m’avait envahie.
Comme pour les deux hommes que j’ai tués, il y a peu…
Yu' - Je n’y éprouvais aucunes pitiés, aucunes compassions…
Yu' - Juste de la haine et une sombre excitation à ces meurtres. Je n’avais que l’envie d’écrasé, de déchiré, de…


Il releva la tête d’un coup, des larmes perlais sur son visage. Grimaçant de tristesse, apeurer et perdu à la fois, il n’arrivait pas à comprendre ce qui lui arrivait. Pour ne rien arranger, il commença à faire une crise d’angoisse, chopa sa tasse tout en tremblant et renversant une partie à coter. Il but une gorgée avec bien du mal et après avoir reposé la tasse avec difficulté, repris sa conversation :

Yu' - Je suis un monstre... Neiko !
Yu' - Puis cette voix... Cette ombre qui apparait à chaque fois...
Yu' - Je ne suis plus maitre de rien, j’ai si peur de ce que je deviens…
Yu' - Regarde le résultat, je me sent si ignoble… Je me dégoute d’être aussi brutale !



 © Jawilsia sur Never Utopia

 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Ven 31 Mar - 12:49


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka



    « C'est... C'est compliqué, c'est le chaos total dans ma tête... »

         Son frère semblait effectivement perdu. Il était hésitant, peu sûr de lui. Les questions qu'elle lui avait posé étaient assez simples mais s'il était si gêné que cela a l'idée d'en parler, c'est que c'était nécessaire. Il en avait besoin. Il but sa tasse pendant que la jeune fille prenait une gorgée de son Lola Loca.

    « Ça fait déjà plusieurs années que je les aie activées… Une sale histoire, un type plus vieux que moi à l’époque m’avait agressé. J’ai perdu mon self-control et je l’ai tué avec une telle barbarie… Je... Je... »

           Elle hocha la tête. Cela faisait donc des années qu'il se contraignait. Des années qu'il s'empêchait de vivre comme il était, comme un Chinoike.

          Il raconta alors son activation, expliquant qu'il n'avait pu se contrôler. Il avait massacré l'homme en question, ce qui fit lâcher un sourire carnassier à sa soeur. Ce genre d'histoires lui donnait toujours l'eau à la bouche, l'excitait même.

          La description de son petit frère de l'état dans lequel il se trouvait pendant les massacres qu'il avait commis le montrait comme proche de Katsuko. Elle aussi ressentait cette haine, cette rage indéfinissable qui l'envahissait alors. Mais si lui semblait dégoûté par elle, Neiko, elle, s'en sentait revigorée. C'était une passion à laquelle elle s'adonnait avec joie. Elle se laissait emporter dans ces voyages qui la guidaient à tuer avec l'une des plus grandes violences imaginables.

         Yutaka releva alors la tête vers la vampirette d'un mètre quarante-cinq. Des larmes coulaient sur ses joues, il était si attristé de sa nature. Katsu' se demandait pourquoi il avait une telle répulsion envers sa nature. C'était la plus belle chose de ce monde, la plus délectable de toutes les sensations qu'était cet instant passé à recueillir le dernier soupir d'une proie. Et lui en était dégoûté.

    « Je suis un monstre... Neiko ! »

         Il lui disait cela mais il l'avait déjà vu à l'oeuvre, il avait déjà vu les traitements que lui infligeaient Emichi. Elle aussi avait déjà été assaillie par ce sentiment, l'idée d'être un prédateur primaire guidé par ses instincts animaux. Les seules fois où elle avait subi ceci, c'était lorsqu'elle avait mit quelqu'un a qui elle devait quelque chose ou avec qui elle était liée pour une raison quelconque en réel danger. Meito-senpai dernièrement par exemple.

         La suite du discours de son frère l'interpela cependant. Une ombre ? Elle n'avait jamais rien  ressenti de tel, rien remarqué qui s'en approchait. Plus maître de rien, c'était normal. Cette passion était des plus dévorantes. Mais l'ombre ? Non, ce n'était pas normal ça. C'était particulier à son petit frère et elle devait en savoir plus. Elle le laissa auparavant terminer son explication. Il se sentait brutal donc. Elle devait le rassurer la dessus avant de lui demander des explications plus précises sur cette mystérieuse ombre qui lui était inconnue.

    « Que tu te sentes ignoble, je peux comprendre. C'est perturbant au début.  Mais c'est notre nature. Nous sommes ainsi faits, et que tu t'en veuilles pour cela n'est qu'une marque du refus de toi-même. Tu te contrôles trop. Laisse toi aller. Profite de ces envies et laisse toi porter. C'est le seul moyen de ne plus en souffrir. Aller contre ta nature c'est te refuser toi-même. »

          Elle but une autre gorgée de son soda, réfléchissant à comment aborder ce qui l'inquiétait, cette histoire d'ombre.

    « Mais... Tu as parlé d'une ombre, une ombre qui plane sur toi. Qui apparaît à chaque fois comme tu disais. Tu peux m'en parler un peu plus ? M'expliquer tes rapports à cette ombre ? Est ce que c'est une simple présence ou te parle-t-elle ? J'ai besoin que tu me dises tout ce que tu peux sur elle. »

HRP:
 


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Lun 3 Avr - 22:47





Sortie Sanglante
Feat Chinoike Katsuko





Sa grande sœur n’avait pas tort sur ce qu’elle disait. Quoi qu’il fasse, c’était dans la nature des Chinoike. Aussi effrayante soit cette facette de sa personnalité, il fallait faire avec et même probablement en faire une force. Yutaka était bien conscient de cela, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Notre jeune ami se mit donc à essayer grossièrement les larmes qui on couler sur son visage et renifla de façon toute aussi grossière. Il n’y a pas à dire, quelle classe pour un type habiller en costard…

Il écouta sa sœur, sans broncher un mot. Quand soudain, elle se mit à l’interroger sur son histoire d’ombre. Elle semblait stupéfaite. Serait-ce parce que notre homme à toucher un point sensible ?

Yu’ – Je ne connais ni son nom, ni son visage.
Yu’ – Sa voix est étrangement féminine…


Il marqua un bref arrêt pour boire une grosse gorgée de son thé. Puis repris en se massant le front, comme pour dire qu’il est difficile de se souvenir de tous les détails.

Yu’ – C’est comme-ci c’était elle qui contrôlais mon corps, lorsque j’active le Kerryûgan.
Yu’ – Elle est… Elle est mon opposé, ce qui l’anime c’est le meurtre et le sang. D’ailleurs, je pouvais voir ce que je faisais, sans avoir le pouvoir de bouger mon propre corps.
Yu’ – J’ai réussi à reprendre le contrôle, lorsque j’ai compris qu’il fallait que ma volonté soit plus forte que la sienne.


Il lança ensuite un long soupir, puis fini le restant de son thé. Yu’ lança un regard en direction de la barrière du balcon, se leva et s’y dirigea. Il contempla la foule encore bien présente en cette heure tardive. Les rues étaient encore relativement bien animées et surtout les cafés des alentours. Cela l’apaisait, il reprenais peu à peu son calme.

Yu’ se retourna alors en direction de sa sœur et lui dit avec un sourire forcer et grimaçant :

Yu’ – C’est ton anniversaire et je n’ai même pas été foutu de te le fêter dignement. C’est même plutôt le contraire, ça a fini dans un beau bordel…
Yu’ – Je te prie de m’en excuser…
Yu’ – A l’origine, j’étais parties pour aller t’offrir un cadeau. Du coup, pour me rattraper, souhaites-tu aller à un endroit en particulier. C’est moi qui offre ! Je te dois bien ça, après ce qu’il c’est passer.




© Jawilsia sur Never Utopia



HRP : Un Rp un peu court, manque d'inspiration. D'où la proposition de nous déplacer, ça nous permettrait d'avoir de nouvelles idées =)
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Mar 4 Avr - 23:28


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

          Yutaka se confia peu à peu à sa soeur lorsque celle-ci lui demanda des précisions sur l'ombre avec un air concerné. Elle devait avoir autant d'informations que possible sur cette manifestation qui lui était inconnue et qui semblait pourtant familière à son frère, et même liée à son Kerryûgan. Elle, elle n'avait jamais rien connu de tel. Une ombre féminine ? Qui lui ordonnait de tuer ? C'était bien étrange.

    « Je ne connais ni son nom, ni son visage. »

         Donc cette ombre inconnue, féminine de surcroît, se manifestait lorsqu'il était énervé, qu'il avait envie de tuer. Était-ce une part de sa personnalité qu'il refoulait ? Comme si le fait de refuser si puissamment cette partie de lui-même revenait l'assaillir pour tenter de le convaincre de s'accepter tel qu'il est.

           Il détailla alors un peu plus, parlant du contrôle de son corps prit par cette mystérieuse entité et d'une bataille de volonté. Ainsi, cet opposé de son frère le tiraillait vers sa véritable nature Chinoike, celle qu'il fuyait depuis qu'il l'avait rencontrée.

        Il semblait pensif, terminant son thé, il alla voir la place du bord du balcon du CauKazien. Semblant se calmer peu à peu, il devait avoir terminé ses explications.

    « Donc, en résumé, tu ne sais pas d'où vient cette ombre et elle est ton opposé. Elle peut prendre le contrôle de ton corps lorsque tu te laisses aller, et elle te pousse à détruire, à tuer. Je n'ai jamais rien entendu de similaire chez un autre Chinoike. Tu devras faire attention, ne pas te laisser dépasser. Si tu la laisses te dominer face à un adversaire trop puissant, elle te conduira à la mort. J'ai bien une idée de quelqu'un qui pourrait t'aider, mais je préfèrerai que tu ne le connaisses pas... Je n'en sais pas encore assez sur lui, je ne sais pas si je peux lui faire confiance... »

         Elle termina alors sa boisson fraîche d'un seul trait, s'étirant ensuite. Elle regarda alors son frère qui faisait une moue déçue. Il se força alors un peu à sourire avant de souligner qu'il n'avait fait que gâcher cet après-midi en tuant les deux hommes dont la jeune femme avait dû se débarasser ensuite. En effet, ce n'était probablement pas le genre d'anniversaire qu'une adolescente de tout juste dix-huit ans pouvait rêver, mais elle s'en contentait sans trop de problèmes. Les marques d'amour étaient peu courantes dans la famille, cela ne la gênait pas.

          Il parla alors de la possibilité de lui faire un cadeau, ce à quoi Katsuko ne répondit pas immédiatement, se contentant de sourire sur l'instant. Il lui proposa donc d'aller dans un endroit qu'elle souhaitait, mais elle n'avait pas vraiment d'idées. Les magasins, elle venait d'en faire un tour certain, elle avait acheté pas mal de choses. Un bar, ils étaient encore attablés à la terasse de l'un d'eux.

          Quelque chose de plus... adulte ? Non, certainement pas avec son frère, qui de plus était mineur. Et elle n'avait aucune envie de s'amuser ainsi en sa présence. Une chasse ? Cela ne l'intéressait pas. C'était assez compliqué à vrai dire de trouver quelque chose qui pouvait les réunir.

    « Cela me semble compliqué mais... À vrai dire... J'aimerai bien qu'on puisse manger avec Maman ce soir. »

          Elle soupira. Au fond, ce voeu était assez légitime, ils la voyaient rarement à cause de son travail, mais cela la faisait passer pour une enfant. Et surtout, cela semblait irrationnel. Elle devrait immanquablement rester aux laboratoires jusqu'à pas d'heure une nouvelle fois.

    « Mais comme ce sera surement impossible, je suppose que je pourrais me contenter d'un repas tranquille et d'un film. Ça te dirait toi ? Si tu préfères rentrer, te sens pas obligé, on pourra y aller un autre jour. »


HRP:
 


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Mer 12 Avr - 0:58





Sortie Sanglante
Feat Chinoike Katsuko


Musique de circonstance :




Yu' - Ha !

Lança-t-il enthousiaste après avoir attendu que sa frangine finisse sa phrase, tout en tapant du poing gauche dans le creux de sa main droite. Il s’avança alors vers le bar se trouvant à l’intérieur, sans dire un mot de plus. Un pas plutôt rapide, tapant involontairement du bassin sur une des chaises trainant sur son passage.

Yu’- Une feuille et un crayon, s’il vous plait !

S’adressa-t-il au barman derrière le comptoir, qui celui-ci dans une inclinaison de politesse s’empressa de lui fournir ce que Yu’ demanda. Une fois les objets en sa possession, il reprit sa marche rapide et revint à la table où se trouvait sa sœur. Il griffonna grossièrement quelque chose sur le papier et le tendis vers celle-ci.

Yu’- Tiens !
Yu’ -  S’il te plait, Neiko. Laisse-moi, une, rien qu’une petite heure et rejoint moi à cette adresse.
Yu’ – Je te jure que tu apprécieras.


Il s’inclina d’excuse, pose le crayon sur la table et se mit à courir en direction du bout du balcon. Tel un Yamakasi, il fit quelques acrobaties pour descendre le bâtiment beaucoup plus rapidement qu’une personne normalement constitue, un vrai singe…
Malgré la gêne que lui apporta son costume trois pièce pour courir, celui-ci arriva rapidement à un bâtiment solidement construit. Deux hommes poster en garde devant une porte blindé. Il s’avança, mais fût rapidement stopper par ceux-ci

Garde 1 – Ou vas-tu comme ça, mon gaillard !?
Yu’ – J’ai besoin de parler à ma mère, en urgence.
Garde 2 – Voyez-vous ça, Monsieur veut voir sa Moman… Et comment s’appelle telle, mon petit sucre d’orge ? Ha HA HA HA HA
Garde 1 – HA HA HA HA HA


Yu’ se força à ne pas réagir à la provocation, grimaçant de mécontentement. Puis répond sur un ton maladroit, mais calme :

Yu – Chinoike Taka…
Garde 1 – Bha Voyons, rien que ça…
Garde 2 – Et du coup, tu es son fils ? Tu nous prends pour des imbéciles ?

Yu’ – Annoncer à celle-ci que Yutaka souhaite lui parler et vous verrez bien que ce n’est pas un mensonge…
Yu’ – Faite le, je ne bougerais pas d’ici, t’en que ça ne sera pas fait…

Garde 1 : HEY ! ne prend pas de grands airs avec nous, petit con !


Les deux hommes se fixa dans les yeux, une ambiance électrique s’installa, mais Yu’ ne lâcha pas l’affaire. Pour sa sœur, il était prêt à faire de gros effort. Exaspérer par cela, le second garde réagi.

Garde 2 : Laisse… Je vais allez voir ça.
Garde 2 : Je te jure que si tu nous as déranger pour des conneries, je te fou une trempe que tu ne seras pas prêt d’oublié. Suis-je bien claire !?


Yu’ fit un signe de la tête. L’homme tapota sur l’épaule de son collègue, comme pour le détendre. Puis rentra dans le bâtiment. Les deux hommes se faisait face, mais aucuns des deux ne balança un mot. Puis une vingtaine de minutes plus tard, l’autre homme sortie. Consterner, il dit à son collègue :

Garde 2 – C’est bon, laisse-le passer…
Garde 2 – Il disait vraie…
Le garde lui ouvrit donc la porte, mais avant qu’il ne la passe, celui-ci empoigna l’épaule massif de Yutaka et lui dit sur un ton ferme :
Garde 2 – Pas de connerie mon gars, sache que d’autre collègue sont à l’intérieur et ne te louperons pas si tu fais un pet de travers…

Yu’ – Bien compris…


Une fois le jeune homme libérer de l’emprise du garde, celui-ci s’avança dans un long couloir à peine éclairer. Une fois atteint le bout, Celui-ci ouvra une seconde porte et vit sa mère qui l’attendais. Affichant un grand sourire celui-ci s’inclina fortement vers l’avant :

Yu’ – Bonsoir Mère ! Navré de vous déranger dans votre travail !
Taka – Bonsoir Yutaka, ne soit pas si formel avec moi. Je te l’ai déjà dit.


Elle déposa ses délicats doigts sur le visage de son fils et le fit reprendre sa position initiale. Affichant un sourire bienveillant, inclinant sa tête sur le coter, laissant sa longue chevelure argentée pendre.

Taka – Un garde m’a dit que tu devais me parler en urgence, il est arrivé quelques choses de graves ?

Yutaka secoua sa tête de gauche à droite pour lui dire non et d’un coup, se mit en position Seiza et s’inclina une nouvelle fois, mais cette fois-ci en s’étalant à moitié sur le sol et se cognant le front sur le sol.

Yu’ – S’il… S’il vous plait, mère !
Yu’ – C’est l’anniversaire de Katsuko, j’aimerais beaucoup que vous nous accompagner le temps d’un diner dans un restaurant.


Taka, surprise d’une telle demande, afficha un sourire embarrasser. Il faut dire que plusieurs de ces collègues, passèrent dans le couloir, voyons la scène de malaise. Elle se mit accroupie devant notre homme et lui dit d’un ton très calme :

Taka – je le sait, Yutaka.
Taka – Je ne l’ai pas oublié, je lui ai acheter une jolie robe. Je lui offrirais une fois rentrer à la maison. Mais là, je ne peux pas. J’ai encore trop de travail… Je suis désolée.

Yu’ – S’il vous plait, S’il vous plait, S’il vous plait, S’il vous plait

Un homme en blouse blanche qui était rester en retrait à l’arrière et avait assister à la scène, s’avança de quelques pas et d’une voix forte répondit :

? – C’est bon Taka, tu peux bien faire ça pour tes enfants.
? – Ne t’inquiète donc pas va… Nous serons nous débrouillez sans toi pour ce soir.
? – Tu as de toute façon trop travailler comme à ton habitude, va donc prendre un peu de repos.
Taka – Tu es sûr, tu sais bien sur quel projet nous travaillons actuellement, tu penses que…
? – Mais oui, mais oui !
Taka – Très bien, dans ce cas. Yutaka, c’est donc une chance. Attends-moi donc à l’extérieur, je me change et j’arrive.

Yu’ – CHOUETTE !
Yu’ – MERCI M’SIEUR !

? – Pas de soucis, jeune homme profité bien de votre soirée.


D’une démarche joyeuse, notre homme sortie la banane au visage. Les deux gardes de l’entrée s’interrogèrent de son enthousiasme, l’un deux lança une vanne foireuse que Yutaka n’entendit même pas. Bien trop heureux d’avoir réussie à faire en sorte que sa mère vienne avec lui. Plusieurs minutes c’étaient écouler et sa mère fit enfin son apparition. Les deux gardes, salua Taka et les deux personnages prit la direction de l’adresse que Yu’ avait indiquer à sa sœur.

Presser de lui faire découvrir sa surprise, notre homme entreprenant, chopa l’une des mains délicates de sa mère et accélérât le pas. Ils arrivèrent avec quelques petites minutes de retards. Sa sœur l’attendait sur place, comme convenu. Il ordonna à sa mère de rester un peu en retrait cacher, avec un geste de la main et s’avança seul vers sa frangine.

Yu’ – Navré Neiko, ça ma prit un peu plus de temps.
Yu’ – Voici ma première surprise, fin… Comme tu peux le voir, depuis maintenant plusieurs minutes.


Il tendit la main en direction d’un restaurant réputé pour sa nourriture prestigieuse. Lui présentant le fait qu’ils allaient manger à l’intérieur, au frais du jeune homme. Mais son excitation était à son comble, il tapa dans ses mains comme un gosse et dit :

Yu’ – Mais ce n’ait pas tout !
Yu’ – VOUS POUVEZ VENIR !


La silhouette de leur mère s’afficha peu à peu de l’ombre dans laquelle elle était cachée avec son paquet cadeau dans les bras.

Yu’ – TADAM !



© Jawilsia sur Never Utopia



HRP : GROS PATE POWER. J'espere du coup, ne pas avoir mal jouer le rôle de notre mère.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Jeu 13 Avr - 9:48


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

    « S’il te plait, Neiko. Laisse-moi, une, rien qu’une petite heure et rejoint moi à cette adresse. Je te jure que tu apprécieras. »

          Katsuko soupira. Elle avait une idée assez précise de ce qu'il allait faire. Il allait courir jusqu'aux laboratoires de Suna, supplier de le laisser parler à Taka. Là, il se ferait repoussé par les gardes, probablement moqué, puis à force d'insistance, ils daigneraient lui accorder le droit d'entrevoir sa mère quelques secondes, laquelle lui expliquerait tristement qu'elle avait prévu un bouquet de fleurs ou un collier pour sa fille - Neiko savait parfaitement que sa mère l'aimait - mais qu'elle ne pouvait pas quitter son travail, qu'elle lui offrirait en rentrant, probablement vers deux heures du matin, avant d'aller dormir trois heures pour repartir travailler le lendemain sur ces projets qui lui prenaient tant de temps et d'énergie mais auxquels elle tenait autant qu'à ses enfants car ils permettaient de grandes avancées pour de nombreux gens.

          À partir de là, Yutaka abandonnerait, déçu, sachant qu'il ne pourrait rien faire de plus car Taka était passionnée et qu'elle se sentait responsable, qu'elle n'abandonnerait pour rien au monde ses collègues car elle était droite, juste, fiable, travailleuse. Elle ne savait pas s'arrêter aussi. Et même si son amour était immense, il n'était pas assez puissant pour vaincre le devoir. Son petit frère reviendrait donc jusqu'à l'adresse donnée, dépité, et ils mangeraient tous les deux. Elle avait déjà essayé. Elle connaissait ces étapes. Elle l'avait fait pour l'anniversaire de Yu' il y a quelques mois. Et elle n'avait rien pu faire.

          Trainant donc à quitter le CauKazien puis dans les rues de Suna, elle s'arrêta quelques instants devant une vitrine. Il y avait deux mannequins féminins dansant ensemble, de la même taille, deux robes assorties. Quelque chose de parfait pour des soeurs, ou une mère et une fille. Ç'aurait pu être joli avec Katsuko et Taka. Mais leur mère n'avait pas le temps. Encore un projet abandonné quelques secondes après y avoir pensé. Il n'y avait que peu de place pour les sentiments dans le travail de la laborantine passionnée bien qu'elle le déplore elle même. Et Emichi faisait en sorte que les sentiments ne soient pas la plus grande préoccupation de ses enfants non plus.

          Elle continua à marcher, un peu plus lasse à chaque pas. Elle se rendrait tout de même au restaurant choisi par son frère parce qu'elle le lui avait promit, et parce qu'il serait content comme cela. Un moyen supplémentaire de lui faire oublier les péripéties de la journée qui semblaient vraiment l'avoir chamboulé. Il devait aussi être troublé par cette ombre inconnue. Elle devait y aller, mais non pas pour elle parce que c'était son anniversaire, pour lui. Au fond, ce n'était qu'une année de plus qui se terminait dans sa vie pour laisser place à une autre. Ce n'était, au fond, que le passage du temps. Pourquoi fêter ce jour là plutôt qu'un autre ? Pourquoi fêter quoi que ce soit lié à elle à vrai dire...

          Soupirant à nouveau alors qu'elle arrivait au restaurant, restant face à la devanture du luxueux établissement réputé dans tout Suna, connaissant parfaitement la suite des évènements. Taka était trop prise depuis le lancement des laboratoires, c'était un fait, il fallait l'accepter. Seule une nouvelle guerre où tout les shinobis seraient requis sur le terrain pourrait l'en sortir, et encore, il aurait fallu qu'ils ne soient pas en train de produire quelque chose qui aiderait à la victoire. Si tel était le cas, cela deviendrait encore pire.

         Elle s'installa contre un mur pour accueillir un Yutaka attristé de son impuissance. Elle savait bien qu'il aurait essayé, l'intention était bonne, mais l'espoir n'était pas vraiment lucide et Katsuko le savait. Elle attendait son petit frère, assise sur le rebord d'une fenêtre d'un magasin fermé jusqu'à ce qu'il arrive.

    « Navré Neiko, ça ma prit un peu plus de temps. Voici ma première surprise, fin… Comme tu peux le voir, depuis maintenant plusieurs minutes. »

         Il la guida donc dans le bâtiment, lui indiquant qu'il comptait régler pour eux. Elle souria légèrement pour lui faire plaisir, sourire un peu forcé il faut l'avouer. Il n'avait pourtant pas l'air abattu, comme s'il avait ce qu'il voulait. Elle fronça les sourcils une demi-seconde avant qu'il ne reprenne.

    « Mais ce n’est pas tout ! »

    « Me dis pas que... »

    « VOUS POUVEZ VENIR ! »

           Katsu' se retourna alors qu'ils étaient sur le pas de la porte et vit sa mère qui lui souriait gentiment, un paquet cadeau à la main. Elle n'entendit pas son frère qui hurla sa joie presque dans son oreille, comme happée de la réalité par la vision de Taka à cette heure, hors du laboratoire.

    « Ah... Salut... Maman... »

        Neiko était embarassée. Sa mère avait dû quitter son travail à cause d'elle. Elle baissa un peu les yeux, jouant avec une mèche de ses cheveux de sa main droite.

    « Désolée... J'avais dit à Yu' que j'aimerais bien te voir mais je pensais pas qu'il... »
    « Chut Katsu'. Ne t'en fais pas, mes collègues m'ont dit que ça irait pour la soirée. Il faut bien qu'ils arrivent à s'en sortir une fois de temps en temps sans moi. Tu n'as pas à t'excuser. Et relève la tête que je puisse te regarder un peu. Ça fait un moment que je n'en ai pas prit le temps. Désolée de m'être éloignée de vous à cause du labo'. »

         Elle s'approcha de sa fille qui rougissait alors et lui posa une main sur la joue, la forçant à relever la tête avec une grande douceur. Elle la regarda droit dans les yeux, les deux femmes faisant environ la même taille. Elles semblaient alors être deux jumelles avec pour seule différence la couleur de leurs cheveux, les uns d'un blanc argenté reflétant la lumière, les autres d'un rose de la pureté des fleurs de cerisier de printemps.

    « On y va ? Qu'on profite un peu de cette soirée. Et je commence à avoir faim moi aussi. Tu verras ce qu'il y a là dedans un peu plus tard. »

          Neiko se laissa guider par sa mère qui prenait la suite derrière son frère, entraînant la nouvelle adulte avec elle. Ils s'installèrent alors sur une table un peu en retrait de la salle principale, tous les trois ensemble. Une discussion banale s'engagea, Katsuko en profitant pour demander à Yutaka comment il avait réussi à faire venir leur mère, puis lorsqu'ils reçurent leurs plats, Taka prit la parole.

    « Alors, dites-moi. Comment ça va en ce moment ? Vous vous débrouillez bien à l'école ? Tu t'en sors avec le Kerryûgan, Yu' ? »

          Neiko ne savait comment répondre. Elle regarda son petit frère, essayant de lui faire comprendre que s'il voulait parler, c'était probablement le meilleur moment. Taka, elle, saurait comment le conseiller. Le guider.

HRP:
 


_________________
XP : 86
Messages : 35
avatarSunajin
Chinoike Yutaka
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Ven 14 Avr - 22:14





Sortie Sanglante
Feat Chinoike Katsuko




Katsuko resta fidèle à elle-même, laissant paraitre une façade simple sur son visage. Mais son cher petit frère n'était pas dupe, il savait bien que cela lui faisait très plaisir. C'est juste qu'elle n'est pas franchement du genre à extérioriser ses émotions. Yu’ se déplaça laissant un petit écart pour que les deux femmes se retrouvent et discute ensemble. Il évitait de s’y mêler, après tout c’était pour sa sœur qu’il avait fait cela, pas pour lui. Même si dans le fond, lui aussi est très content qu’elle soit avec eux deux. Mais contrairement à sa frangine, lui ne cachait pas sa joyeuseté.

Très peu de temps après leurs retrouvailles, la joyeuse compagnie entra dans le prestigieux établissement. Qu’on-ce le dise, les bâtiments luxueux c’est assez rare dans le pays du sable. Bien que cela a toujours exister, ceux-ci évite pour la plupart d’ouvrir dans une ville Shinobie. Cela restreint souvent leurs clientèles. Alors avoir un restaurant de luxe dans cette ville, connais un certain succès auprès du peuples de ce pays. Les prix n’y sont pas forcément très abordables, mais celui-ci à réussie tout de même à s’adapter à différentes recettes. Le restaurant est donc séparé en deux parties. Une partie pour les gens normaux et l’autre pour la bourgeoisie et vous devinez sans nul doute ou notre trio allait s’installer.

Yu’ s’approchant du réceptionniste, lui donnant son nom qui joue le rôle de passe-droit pour la section huppé du restaurant. Accompagnant celui-ci en zigzagant entres les tables, pour arriver à un endroit plus espacer et forcément plus tape à l’œil. Table avec des très belles nappes brodées, lustres clinquants et non pas de banales chaises, mais carrément de petits fauteuils très confortables.

Les trois membres Chinoike s’installa à une table déjà toute dressée au millimètre près. Un serveur ce présenta immédiatement pour proposer une carte des boissons et prendre commande de celle-ci. Une fois fait, la conversation du trio s’engagea. Katsu’ demanda à son frère comme celui-ci si était pris pour faire venir leurs mères et c’est avec pleins d’entrain que notre jeune garçon se justifia, posant une certaine touche d’humour à ses péripéties.

Après une bonne grosse demi-heure de discussions à siroter leurs boissons, les plats qu’ils avaient commandés un peu plus tôt arriva. Restaurant gastronomique oblige, le dressage des assiettes faisait salivé discrètement notre homme. Mais à ça, s’ajoute surtout un contenue relativement restreint. Fait récurrent dans ce genre d’établissement ou tout est dans le goût et non pas dans le contenue. Heureusement pour eux qu’ils sont dans la haute société, étant habituer à ce genre de plats.

Taka : Alors, dites-moi. Comment ça va en ce moment ? Vous vous débrouillez bien à l'école ? Tu t'en sors avec le Kerryûgan, Yu' ?

A l’entente de ses paroles, le jeune homme manqua de s’étouffer en avalant un morceau de travers. Regardant en direction de sa frangine, qui elle-même, lança un regard à son frère pour lui faire comprendre que c’était à lui de répondre. Un certain malaise s’installa d’une traite, ce n’était sans doute pas la bonne question que leur mère devait lui poser, au vu de la situation qu’il c’est passer plus tôt dans la journée.

Yu’ : Bha… Bha…
Yu’ : C’est que… L’école, c’est plus trop d’actualité. Nous sommes plus sur le terrain à s’entrainer ou à accomplir de petites missions.
Yu’ : Puis… Puis, je m’entraine régulièrement à tirer à l’arc. Je… Hum… Progresse bien, fin… Je crois.
Yu’ : Mais… Hu hu hu
Yu’ : Ce n’est pas moi qui est à l’honneur ce soir, mais ma chère grande SŒUR.


Finissant sa phrase en insistant sur le mot « Sœur » tout en lançant un regard insistant, les yeux grands ouverts, pour lui faire passer le message qu’il était à court d’excuse pour éviter le sujet qui fâche. Un regard qui disait à son tour « Aller, c’est à ton tour de te justifier ».


© Jawilsia sur Never Utopia

XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   Lun 17 Avr - 22:52


Sortie Sanglante   ft. Chinoike Yutaka

    « Alors, dites-moi. Comment ça va en ce moment ? Vous vous débrouillez bien à l'école ? Tu t'en sors avec le Kerryûgan, Yu' ? »


         Katsuko essaya de faire comprendre à son frère qu'il devait être honnête d'un regard, mais il ne compris visiblement pas.

    « C’est que… L’école, c’est plus trop d’actualité. Mais… Hu hu hu. Ce n’est pas moi qui est à l’honneur ce soir, mais ma chère grande SŒUR. »

         À l'écoute de ses mots, Neiko hésita entre décapiter son frère et l'écarteler. Sérieusement ? Il n'en parlait pas à leur mère ? Elle serait certainement la seule à pouvoir vraiment l'aider, ayant plus d'expérience que Katsu' et étant bien plus compréhensive et aidante qu'Emichi. S'il n'en parlait pas à elle, à qui pourrait-il en parler, cet imbécile...

         Fusillant son frère du regard, la jeune fille souria en reprennant la parole, expliquant à leur mère que comme son crétin de frère, elle avait terminé les cours à proprement parlé. Elle suivait cependant quelques cours magistraux, des conférences et qu'elle allait très régulièrement à la bibliothèque.

    « Pour le physique, je m'entraîne souvent seule, parfois avec des collègues. Et le reste du temps je suis en mission, souvent pour Père... Et toi Maman, ça va ? »

         Si elle s'intéressait réellement au travail de Taka et à sa condition mentale et physique, elle n'oubliait cependant pas que son frère devait vraiment s'expliquer à leur mère. Celle-ci ne semblait pas avoir relevé, probablement volontairement. Ça aurait été difficile de ne pas remarquer une réponse évasive si hésitante. Elle devait avoir compris que le sujet était sensible.

    « Je vois. Oui, c'est logique, vous avez bien grandi et l'école est surtout faite pour les nouveaux aspirants shinobis dans les villages cachés. J'aurais du m'en douter. Je suis heureuse que vous vous en sortiez bien. Mais continue d'aller suivre des cours comme ta grande soeur Yutaka, apprends tout ce que tu peux. Plus tu en sais, moins grandes sont tes lacunes. Plus tu en sais, moins tu as de chances de te faire surprendre par un adversaire. Même si tu ne deviens pas un maître du Fuinjutsu, que tu ne seras jamais un maître du Kagemane parce que tu n'es pas un Nara, que tu ne t'intéresses pas au Taïjutsu parce que la violence n'est pas ce qui t'attire, apprends ces arts, comprends les. Je ne te demande pas de connaître toutes les techniques existantes et qui sont développées par chacun des shinobis, mais comprends les principes et ce qui est possible à partir de ces méthodes de combat. Plus vous en savez, moins vous serez vulnérables. Je ne suis pas particulièrement forte dans la maîtrise du Kerryûgan, mais ce qui m'a permit de me démarquer aux côtés de votre père, c'était ma connaissance de mes adversaires. Qu'importe les techniques qu'ils utilisaient, je savais comment me retourner, comment m'en sortir, comment les vaincre. Utiliser les affinités de chacun est un premier pas, mais cela ne suffit pas. »


         Elle leur souria, confiante en eux. Elle tenait à eux, et elle cherchait manifestement à le leur prouver à travers ce flot de conseils qu'elle essayait de leur prodiguer pendant cette courte durée avec eux. Elle mit sa main droite sur celle de Katsuko et son autre main alla prendre celle de Yutaka. Les petites mains de la mère aimante et protectrice réchauffaient celles de ses deux jeunes enfants, leur transmettant tout son amour.

    « N'hésitez pas à vous entraîner ensemble aussi. Plus que des collègues, vous êtes frère et soeur. Vous oserez toujours aider l'autre même si cela le blesse momentannément. Je sais que vous êtes forts, et vous aider à combler vos faiblesses l'un l'autre sera votre plus grande puissance. Lorsque vous aurez un partenaire auquel vous tiendrez plus qu'à votre propre vie, cela ira de même avec lui. Mais dans tous les cas, vous pourrez toujours compter l'un sur l'autre. Le sang est votre lien transcendant, plus encore que pour n'importe quel Chinoike. Profitez de cette chance, de ce pouvoir. C'est un don. »

        Ramenant les deux mains de ses enfants à sa bouche, elle leur embrassa les doigts avec cette même tendresse débordante. Elle relacha progressivement la main de Neiko en lui faisant un petit sourire avant de se retourner vers Yu'. Voilà, elle allait le faire parler. Il le devait pour son propre bien, elle saurait comment réagir. La jeune adulte aux cheveux roses fixait son frère du regard presque comme une menace. S'il ne parlait pas, ce serait elle qui expliquerait tout. Ils avaient besoin des conseils de Taka pour savoir qui aller voir, si elle ne pouvait pas elle même les aider directement. Cette ombre était inquiétante et la parole devait être débloquée pour ne pas avoir à regretter plus tard de n'avoir pas su demander conseil. Katsuko n'aimait pas particulièrement voir son frère vomir même si elle avait pu passer outre lorsqu'elle l'avait vu utiliser pour la première fois son Kerryûgan. Elle ne voulait pas que ce pouvoir soit pour lui une souffrance mais un plaisir, même s'il ne s'adonnait pas à la même liberté qu'elle. Qu'importe. Au fond, cela le regardait. Mais s'il souffrait, alors elle subirait aussi les conséquences de cela.

    « Mais dis moi Yu-kun, tu ne me ferai pas des cachotteries par hasard ? Tu sais que tu peux tout me dire, je suis ta mère et je t'aiderai. C'est le jour de Katsu' mais je ne vais pas t'ignorer pour autant si tu as besoin de moi. »

        Elle le fixait avec un sourire invitant à la discussion, lui tenant toujours la main pour l'empêcher de fuir. Elle le sondait également de son regard rouge sang qui le perçait à jour sans la moindre hésitation, ce regard capable de comprendre tout ce qui concernait la chair de sa chair. Elle ne le laisserait certainement pas quitter le restaurant sans savoir ce qu'il se passait, ce qu'il tentait de lui cacher. Il ne voulait peut être pas la tracasser, mais elle était là pour ça. Sinon, qui le ferait pour elle ? C'était son devoir de mère après tout.

HRP:
 


_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]   
 

Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sortie Sanglante [PV. Chinoike Yutaka]
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» Balotelli, hein elle est où la sortie ?
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Suna :: Résidences-