AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Période difficile [Mission C]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Période difficile [Mission C]   Dim 19 Mar - 22:34

Mission 3

Daijirô
Ai

 


 
"Un petit cookie...?"


Premier Post


L'argent ne fait pas le bonheur, mais l'argent est un besoin à tout être vivant. Je l'ai appris ce soir-là en rentrant d'une longue journée pour le mariage de Roméo et Juliette version Kirijin. La journée avait été aussi longue que possible et pourtant, en rentrant, m'attendait une surprise pas spécialement fameuse. Mon frère était clairement en colère, ma mère était inquiète et mon petit frère bavait encore de faim. Je fronçais les sourcils, prenant le courrier qui nous avait été envoyé de l'administration de Kiri. On avait des dettes. Un tas de dettes. Pendant tout ce temps où je n'avais pas fait de mission, je voyais que la réalité me rattrapait. C'était pas un problème si grave après tout, mais s'en était un assez gros pour qu'il puisse nous mettre en danger. Assez gros pour nous mettre à la porte.

On avait un mois tout juste pour rassembler une somme colossale et il n'y avait qu'une façon de rattraper mes conneries... Ritsu commençait à me mépriser, ma mère voulant tout de même me rassurer, mais le problème était bel et bien moi. Je montais alors dans ma chambre, le cœur lourd, pourtant si heureux d'avoir effectué ma dernière mission sans le moindre problème du même style qu'avec Kisame. Adieu les moments où je traîne, où je profite de ma vie, là, j'avais un plus gros problème. Un problème d'environs, dix mille ryôs. J'ai passé alors m'a donné a peser le pour et le contre... J'étais faible, ce n'était clairement pas à négliger et bien que mon frère était motivé à rattraper mes erreurs, il n'était pas humainement possible de ramener autant d'argent d'un coup. Je devais donc me mettre au travail et ça dès le lendemain.

Après une nuit assez horrible à ne dormir qu'à moitié, je me suis mis à chercher n'importe quel boulot pouvant me rapporter gros et ça, sans demander de missions. Le seul genre de mission qui pouvait me rapporter autant était celle que j'avais effectué avec ce maître du goganjutsu et cette sunajin, mais clairement, je n'étais pas prêt. J'ai tenté de cuisiner, j'ai tenté de faire des travaux en tous genre, mais chacun me rapportant au bout d'une semaine de travail intensif, que quelques sous à peine utile pour manger pour une personne. Le stress montant, voyant mon frère devenir de plus en plus faible tous les jours, je comprenais que c'était réellement la merde... Les jours passaient et je ne trouvais toujours rien, les boulots étaient minables et mal payés... On allait se faire expulser, c'est alors que mon frère a pris les choses en main. Il s'était fait confier une mission importante incluant Yuki qui s'était faite prisonnière pendant la guerre.

Malheureusement, le clan demandait Ritsu autre part, à Yuki No Kuni pour une raison que je n'ai jamais connue... C'était donc à moi, le petit frère de faire le sale boulot. Le seul point positif, c'est que je pouvais choisir quelqu'un avec qui effectuer cette mission. C'est pourquoi ce jour-là, je me tenais devant la porte de l'appartement à Ai. Je baissais la tête, honteux de demander à ce rabat-joie de venir m'aider, mais c'était clairement le seul type assez compétent dans le village pour m'aider. Laos devait être un peu trop occupé en ce moment et je n'avais pas envie de passer pour un pot de colle. Même si pour le coup, Ai le penserait certainement. Je frappais alors à la porte du Kirijin, l'ai déjà saoulé des réflexions qu'il pourrait faire à Aiko, la jeune Yuki qu'on allait devoir, rencontrer et aider. En fait, je le voyais mal venir en aide à qui que ce soit. Ce type était un vrai Yuki, il avait un cœur en glace, à peine brisable.

"Hey Ai, je sais que t'es chez toi, j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle et si tu ouvres, je te promets de te donner la bonne en premier."

La première nouvelle, la bonne, était que j'avais des cookies tout chauds, sortie du four et préparé avec minimum de considération envers un type que j'allais emmerder dès huit heures du matin et la mauvaise était qu'on allait passer la journée ensemble. J'imaginais déjà sa tête dépitée, encore en pyjama pour prendre mes cookies et me foutre à la porte. Mh... Ce type.

 

 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 86
Messages : 30
avatarKirijin
Yuki Ai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Sam 25 Mar - 20:14

       

       

       Ai  & Daijirô
       Mission 1 : Période difficile

     
Le sommeil était un bien précieux aux yeux du jeune blondinet, tout comme aux yeux de biens des gens dans ce bas-monde. Un bien qu’il ne supportait pas de voir dérangé, à part peut-être par une certaine Irina. Non pas que celle-ci lui plaise, loin de là, mais surtout parce que la moindre protestation auprès d’elle lui coûterait probablement cher, voire sa tête. Il était conscient qu’il était mignon, mais ne voulait pas finir en tant que décoration dans le bureau de la mizukage. Ni même dans le bureau de qui que ce soit d’ailleurs. C’est pourquoi il fit un rictus extrêmement agacé en entendant à l’extérieur un appel, d’une voix qu’il avait déjà entendu il y a quelque temps. C’est donc tout à fait volontairement qu’il l’ignora, en faisant le mort, avant de se lever quelques minutes plus tard.

Il sortit pour s’acheter un petit-déjeuner, et quelle ne fut pas sa surprise de voir Daijiro encore ici à l’attendre alors qu’une flemme nouvelle le gagnait. Il allait lui lancer une petite phrase assassine, avant d’être olfactivement séduit par l’odeur de cookies chauds montant jusqu’à ses narines, lui faisant garder pour lui la pique qu’il allait lancer à celui qui l’avait impardonnablement réveillé quelques minutes plus tôt. L’envie de le faire taire à tout jamais le prenait, mais il préférait récupérer le paquet de cookie, et les poser sur la table avant d’écouter ce que le garçon avait à raconter.

- C’est quoi alors tes deux nouvelles ?

Il s’asseyait, avant de poser ses coudes sur le meuble en bois et de commencer à remplir sa tasse de café d’une bonne dizaine de morceaux de sucre, avant d’en la touiller avec sa cuillère en écoutant le garçon. Pendant que sa main gauche s’activait à travers un mouvement de rotation dans le liquide noirâtre à dissoudre le sucre dans le breuvage énergisant, son autre main jouait avec ses cheveux, essayant de défaire un nœud que la nuit et le frottement contre son oreiller avait laissé là.

Il commençait ensuite à boire son café, réchauffant tout son corps grâce à l’amère boisson. La venue d’un invité inopiné à huit heures du matin n’avait pas parmi à Ai de l’accueillir dans un environnement sain et ordonné, adapté pour rencontrer des gens, mais plutôt dans un appartement au sol légèrement poussiéreux, où trainaient un peu partout les affaires du jeune patineur. Le canapé lui servait d’étagère à vêtement, lui qui avait la flemme d’ouvrir la porte de son placard. De toute manière, il ne s’asseyait jamais dessus puisqu’il s’affalait dans son lit lorsque il souhaitait se reposer. Il y avait donc à la place des coussins habituels des piles de pantalons, de t-shirt, de chaussettes et de caleçons qui avaient passé l’après-midi de la veille à tourner dans la machine dans un premier temps, puis dans le sèche-linge ensuite, avant de finir ici. Ai avait eu la plus immense des flemmes de les ranger et les avait donc laissés là.

De la même manière, il avait eu la bonne idée de nettoyer ses vitres, et avait donc acheté puis installé auprès de la baie vitrée le produit pour les laver, ainsi que les outils pour et des chiffons. Mais arrivé au moment de le faire, il avait fais la moitié de la baie vitrée avant d’arrêter, se disant que de toute manière, s’il voulait regarder à l’extérieur, il n’avait qu’à regarder par la partie propre.

Sur le comptoir séparant la pièce de la cuisine ouverte devait être étalés bon nombre d’instruments de cuisine, de pains tout dur qu’il gardait pour distribuer aux canards, mais qui s’accumulait là parce qu’aller jusqu’au lac pour leur donner était une perte de temps à ses yeux. Il y avait aussi des bouquins de recettes de cuisine, mais il en avait à peine lu deux pages qu’il avait trouvé ça “chiant à mourir”, et avait préféré baser son alimentation sur des repas acheté dehors avant de rentrer, ou alors sur des coquillettes et du jambon, préparé en cinq minutes chrono. L’évier plus loin était rempli de casseroles. Ai ayant pendant ses compétitions accumulé une bonne somme avec ses différentes victoires se permettait donc d’acheter une vingtaine de casseroles/poêles (vingt en tout, pas vingt de chaque xD), afin de pouvoir survivre pas mal de temps sans faire la vaisselle. Cependant, ça commençait un peu à s’accumuler.

Il continuait d'écouter ce que le garçon avait à dire, avant de se servir dans le paquet de cookie.

Spoiler:
 

       
BY .SOULMATES

XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Jeu 30 Mar - 3:21

Mission 3

Daijirô
Ai

 


 
"Un petit cookie...?"


Second Post


Je rentrais quelques minutes plus tard chez Ai, lui prenant mon paquet de cookies. Je souriais, voyant que ma technique avec lui marchait. Je savais donc quoi faire à présent pour l'attirer ou en tout cas éveiller sa curiosité. Je notais mentalement cette chose avant de retrouver l'appartement d'Ai plus en désordre qu'au moment où je lui avais donné ses clés. Je l'avais pas laissé si longtemps que ça, malgré tout, je pouvais voir que ce garçon était assez désordonné... Je comparais dans ma tête ma chambre et la sienne, ma mère ne pouvant s'empêcher de me priver de cookies si celle-ci était si désordonnée. Je passais au-dessus de ça, le regardant s'asseoir à sa table, moi m'accoudant au comptoir, observant les divers instruments de cuisine, dont un livre ouvert à la page d'une gâteau au chocolat. Je notais ça, aussi, le lisant quelques pages légèrement avant de rediriger mon attention vers Ai grâce à ses mots.

- C’est quoi alors tes deux nouvelles ?

Je souriais en coin, l'air un peu désolé.

"Eheh... Je t'ai un peu piégé. La bonne nouvelle, c'était les cookies. La mauvaise, c'est que j'ai du travail pour nous deux. À vrai dire, je crois qu'ils ne voulaient pas donner cette mission qu'à un seul type, donc un deuxième Yuki a été recommandé et c'est toi !"

Je m'approchais de la table, attrapant un cookie pour le grignoter le plus proprement possible, posant le bas de mon dos contre le comptoir, préférant rester debout. Je faisais alors rouler l'ordre de mission jusqu'à Ai, manquant qu'il tombe sur ses genoux, lui dictant celui-ci à quelques mots près.

"En gros, il y a une ancienne Yuki en ville. Elle était prisonnière pendant les guerres et elle est restée sous le choc. En gros, le village nous demande de faire ami-ami avec elle pour savoir ce qu'il lui est arrivé pour savoir qui doit-on punir ainsi que savoir à quel degré. Tu peux voir ça comme une mission pré-punition, moi, je vois ça comme une mission de réadaptation à la vie."

Je baissais les yeux, repensant à cette mission avec Kisame et ce grand type dans cette prison. Je passais ma main sur mon bras tenant le cookie entamé, déglutissait, un frisson de peur me traversant.

"Bref... On doit aider cette nana. Ca aurait pu être n'importe qui d'entre nous à Yuki No Kuni. Tu as pas l'air spécialement à l'aise dans le social, mais je suis convaincu qu'avec ton aide, je pourrais faire des miracles. Ça te tente de faire équipe ?"

Je laissais un sincère et doux sourire derrière moi avant d'engloutir le reste du cookie dans ma bouche, me déplaçant jusqu'à la porte, l'ouvrant, une brise assez fraîche venant envahir l'appartement d'Ai.

"En tout cas, je suis déjà dans le coup et j'ai pu l'observer de loin. C'est une jeune femme assez brisée celons moi et je la vois mal être capable de quoi que ce soit. Du moins, sans notre aide. Je sais qu'on peut arriver à faire changer les choses pour elle."

C'est réellement ce que je pensais... Même si je n'étais pas en compagnie de Rei, je retrouvais malgré tout quelques choses chez ce type qui me faisait penser à lui. Je baissais la tête une fois de plus, attendant le shinobi devant sa maison, lui laissant un peu d'intimité peut-être. Je soupirais, jouant avec le kunai de Rei, serrant les dents, priant que cette mission se passe bien.

 

 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 86
Messages : 30
avatarKirijin
Yuki Ai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Jeu 30 Mar - 18:53

       

       

       Ai  & Daijirô
       Mission 1 : Période difficile

     
Comprenant qu’il allait partir en mission, le jeune patineur fit une grimace agacée, avant d’écouter l’autre membre de son clan. Il expliquait qu’une femme du clan Yuki avait été retenue en otage pendant un bon bout de temps, et qu’elle était en quelques sortes dans un état de choc à cause du traumatisme. Et cerise sur le gâteau, on envoyait donc pour essayer de lui délier la langue sur ce qu’elle a subi deux adolescents du clan, dont un ado jemenfoutiste qui n’avait absolument rien à faire de ce que cette femme pouvait bien devenir, mais qui se moquait encore plus de ce qu’elle avait subi.

- Ils ont cru qu’on était des psychologues ou quoi ? J’ai une tête à faire dans l’social ?

Il résumait donc par un “on doit aider cette nana”, chose qui ne réjouissait absolument pas le garçon. Il aimait bien sa tranquillité depuis qu’il était ici, pas de sensei pour venir l’ennuyer avec un entraînement barbant, pas de parents pour venir lui dire de faire la vaisselle ou de ranger sa chambre, la joie. Il disait vouloir faire des miracles avec le jeune blondinet, chose qu'Ai ne pouvait pas concevoir. Depuis sa naissance, il patinait. Il n’était pas capable d’autre chose, à part peut-être s’occuper de ses chats.

Depuis qu’il était à Kiri, il avait déjà découvert trois chats errants qu’il avait ramenés à son appartement. Deux d’entre eux s’entendaient bien avec Fuji, tandis que l’autre ne le supportait pas. Ça l’amusait de les voir se chamailler comme deux enfants. L’un d’eux, brun, s’appelait Ontake. Un autre tout roux s’appelait Akaishi, et le troisième, blanc comme la neige s’appelait Aino. Fuji devait comme à son habitude dormir sur un fauteuil dans la chambre d'Ai, tandis que les trois autres jouaient en même temps dans le salon.

- Vu le type de mission que c’est, je risque surtout de faire des catastrophes. J’sais juste patiner, manier vite fais un sabre, et balancer des glaçons sur les gens, je ne vois pas c’que j’peux faire pour elle.

Il allait jusqu’à lui proposer de faire équipe. Pour Ai, faire équipe avec quelqu’un était quelque chose d’assez inimaginable. C’était un compétiteur, et sa seule préoccupation était d’être le meilleur patineur du monde. Et de nourrir ses chats. La suite de ses explications, Ai les trouvaient naïves. Il avait l’impression que le garçon disait ça dans le seul but de se convaincre lui-même que c’était possible. Ça le mettait presque en rogne.

- Qu’est-ce que t’en sais ? T’as vécu ce qu’elle a vécu ? C’est pas deux pauvres ados du clan qui vont réussir à faire quoi que ce soit.

Il était clairement irrité par l’optimisme de Daijiro. Ai qui était quelqu’un d’assez défaitiste depuis qu’il avait été manipulé par la Daimyô de la glace et qu’il s’était retrouvé à devoir abandonner ses rêves à Kiri était rapidement mis en rogne lorsque quelqu’un se montrait trop optimiste avec lui. Alors qu’en réalité, il avait un peu abandonné l’idée de parvenir à un quelconque but personnel un jour.

- T’as cru qu’on pouvait vraiment faire quelque chose ? Changer les choses, comme si c’était possible. Si elle a été traumatisée, tu crois qu’elle sera ouverte pour discuter ? T’as de l’espoir toi.

Il se dirigeait vers sa chambre avant de fermer sa porte, pour ressortir habillé (il était en pyj avant hein, pas tout nu.) quelques dizaines de secondes plus tard, avant de rejoindre Daijirô qui était à l’extérieur. Tout en fermant la porte à clé, il continua à saler sur le pauvre Yuki qui n’avait rien demandé.

- Ne va pas croire que c’est parce que t’as réussi, il y a quelques années, à faire sourire un gamin battu que ça va marcher avec tout le monde.

En réalité, il n’y croyait pas vraiment. Mais il avait bon espoir que ce Daijiro y arrive. Car s’il y arrivait pour une femme aussi désespérée que celle dans sa mission, peut-être, y arrivera-t-il, pour un adolescent qui ne croit plus en l’avenir.

Spoiler:
 

       
BY .SOULMATES

XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Lun 3 Avr - 18:10

Mission 3

Daijirô
Ai

 


 
"Un petit cookie...?"

Troisième Post


Quand j'étais plus jeune, j'ai toujours été le style de gamin à être diminué à cause des autres. Je me trouvais nul. Que ce soit en combat, en cuisine, en tant qu'enfant tout simplement et les autres ne manquaient aucune occasion pour me faire la remarque. Malgré tout, j'ai continu a avancé, car j'en avais besoin et surtout parce que quelque chose m'appelait... Cette chose, ce jour-là, pendant cette mission m'appelait encore et tout ce que j'avais envie, c'était d'aller dans sa direction en compagnie de cet être particulièrement déplaisant aujourd'hui qu'était Ai.

J'étais donc sortie de chez lui, l'attendant dehors, le temps qu'il s'habille. Il avait déjà l'air, vraiment retissant à l'idée de bosser sur cette mission tous les deux, bien que ce n'était pas réellement moi le problème, je crois.

- Qu’est-ce que t’en sais ? T’as vécu ce qu’elle a vécu ? C’est pas deux pauvres ados du clan qui vont réussir à faire quoi que ce soit.

Il était sortie de chez lui et avait parfaitement commencé ce qu'il ne fallait pas avec moi. Je sentais mes muscles se crisper, mes poings se serrer et mes dents enrager. Je gardais mon calme le plus possible, mon sang devait rester froid. Je baissais la tête, descendant dans les escaliers, repensant à cette mission avec Kisame. Cette fille... Oui, j'avais commencé a vivre ce qui lui était arrivé. J'en avais été le principal acteur et c'est quoi ce raisonnement de merde ?! Sous prétexte que je n'ai pas vécu exactement les mêmes choses, je ne peux pas savoir ce qu'est la douleur ? Le fait de ne pas maîtriser ma vie..?

- T’as cru qu’on pouvait vraiment faire quelque chose ? Changer les choses, comme si c’était possible. Si elle a été traumatisée, tu crois qu’elle sera ouverte pour discuter ? T’as de l’espoir toi.

Et toi ? Tu as cru que c'est parce qu'en étant parfaitement négatif ça allait arranger encore plus les choses ? Ce type commençait réellement a me taper sur le système et ça en moins de quelques secondes... C'était clairement un pro. Mes poings se serraient encore plus et j'avais envie de planter mon kunai quelque part, juste pour me soulager... Je baissais une nouvelle fois ma tête, arrivé dans la rue, m'arrêtant à une nouvelle phrase d'Ai.

- Ne va pas croire que c’est parce que t’as réussi, il y a quelques années, à faire sourire un gamin battu que ça va marcher avec tout le monde.

Je m'arrêtais sur place, préparant a envoyer mon kunai dans la tronche de ce type, juste pour qu'il se taise. J'armais donc mon kunai, le rangeant finalement dans ma poche pour ce kunai en particulier. Je me retournais vers lui, souriant sincèrement. J'avais senti une chaleur dans mon dos, la vision de cette jeune femme, blonde, venant m'enlacer, comme pour me détendre. Elle souriait aussi.

"Tu serais très étonné de ce qu'on est capable de faire lorsque l'Homme est déterminé. Des paysans peuvent faire tomber des empires, des tyrans sont capable d'actes de clémence et les amis sont toujours là pour nous. Je n'ai peut-être pas bonne réputation chez Yuki No Kuni, mais je ne laisserais personne à terre. Pas dans mon..."

Je m'arrêtais à "mon", me reprenant...

"..pas dans ce village. Je ne te le cache pas, je pense que cette fille est réellement blessée. Mais je sais que je peux te faire confiance. "Partenaire." "

Je continuais de sourire, avançant vers le lieu de rendez-vous, content d'avoir surmonté ma colère.

 

 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 86
Messages : 30
avatarKirijin
Yuki Ai
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Mer 5 Avr - 18:06

       

       

       Ai  & Daijirô
       Mission 1 : Période difficile

     
Ai était salé. La mer Méditerranée, l’océan Pacifique, les eaux territoriales de Mizu, la Manche, et l’agglomération de Guérande toute entière ne suffisaient pas à égaler la salinité des pensées du jeune blondinet. Il ne comprenait pas et ne supportait pas qu’on puisse être aussi optimiste. Et les paroles du Yuki l'agaçaient plus de toute autre chose à cet instant. Ou presque, une autre chose le titillait grandement, c’était l’étiquette du T-shirt qu’il s’était acheté la veille qui lui grattait le dos et le chatouillait. Cette étiquette était une rebelle, et Ai avait grande envie de terrasser cette rébellion vestimentaire.



> Le nouveau T-shirt d'Ai<

Il se l’était acheté la veille, dans une boutique de vêtements du village. Lorsque il l’avait vu, il avait flashé dessus, tout particulièrement après l’avoir essayé. Celui-ci mettait ses formes en valeur, et bien qu’il soit absolument désagréable à porter, et trop moulant, il ne s’était pas arrêté sur cela. S’il y avait bien une chose pour laquelle Ai était susceptible de sacrifier son confort, c’était pour son apparence. Celle-ci avait une grande importance dans ses prestations à l’époque où il faisait du patinage en compétition, et il fallait avouer que conquérir le public était plus simple lorsqu’on était mignon. Et son aspect pur, conjugué à la classe de son patinage faisait partie intégrante de ses performances. Et bien qu’actuellement, il n’a plus ces impératifs, il avait gardé cette obsession pour le paraître. Sur le plan physique en tout cas. Même si celui-ci avait légèrement changé. Autrefois, il était important pour lui de garder son aspect innocent. De cet enfant sans but, dont la seule préoccupation était de danser sur la glace.

Maintenant, il voulait en quelque sorte casser avec ça. C’est sûrement pour ça qu’il avait acheté un haut aussi moulant, que les personnes les plus coincées pourraient aller jusqu’à considérer comme “sexualisant”. Attirant, dire qu’il ne voulait pas l’être serait un mensonge, mais il ne voulait sûrement pas l’être sur ce plan-là. Rien qu’imaginer que des gens puissent lui courir après avec des pensées obscènes lui donnait envie de vomir.

Il fut cependant sorti de ses pensées par la fin du discours de Daijirô qui le marqua un peu.

- Gné ?

Ce fut la seule chose que sa bouche pue sortir, tellement son cerveau bouillonnait. D’un côté, il ne comprenait pas comment ce type avec qui il se comportait d’une manière tout à fait exécrable, et volontairement, pouvait continuer à le considérer comme tel. L’hypocrisie peut-être. C’était une option qui lui passait en tête. Il commençait à se demander s’il ne se comportait pas comme ça dans le seul but d’essayer de le dompter pour avoir une petite chance de réussir cette mission, somme toute pas si compliquée si son coéquipier avait été quelqu’un d’autre que Ai.

Mais ça l’énervait surtout. Il avait l’impression d’avoir en face de lui un type complètement déconnecté de la réalité, qui ne comprenait absolument pas qu’Ai n’avait pas besoin qu’on l’appelle comme ça. Ou plutôt, il ne ressentait pas ce besoin. La solitude était pour lui chose normale, et cela ne le dérangeait pas. Plus il était seul, moins on venait l’ennuyer. Du moins, c’était ce qu’il pensait. En réalité, avoir quelqu’un qui naïvement s’acharnait à essayer de le décoincer avait quelque chose de positif sur lui. Ça le faisait réagir. Certes, ça pouvait le faire sortir de ses gonds, mais ça l’empêchait de finir comme un ancien petit garçon qu’il avait connu. Sans expression. Vide. Déjà qu’Ai n’avait aucun but, rien qui le faisait rêver, s’il n’y avait personne pour venir l’emmerder de temps en temps, plus rien ne le différencierait de ce gamin, sur le plan psychologique tout du moins.

Ai se retint de rigoler lorsque le brun lui disait qu’il lui faisait confiance. Faire confiance à un adolescent de 14 ans était en général une idée aussi brillante qu’un trou noir, mais alors faire confiance à Ai revenait à s’asseoir sur une plaque chauffante allumée. Tout nu. Quelle idée saugrenue il avait eu là ce cher Daijirô. Il préféra cependant ne pas répondre, parler aurait usé de son énergie un peu trop à ses yeux.

Les deux garçons finirent par arriver devant la maison de la jeune femme en question, où Ai déjà pressé d’en finir avec cette mission pour recevoir ses sous toqua à la porte.

- Eh, y’a quelqu’un ?

N’entendant pas de réponse, il l’ouvrit, devant forcer parce que le bas de celle-ci touchant le sol, il fallait la soulever légèrement pour l’ouvrir correctement. Patience que le blondinet n’avait sûrement pas, en donnant un grand coup de pied dans celle-ci pour qu’elle s’ouvre complètement, occasionnant au passage une énorme rayure sur le carrelage de l’entrée, dans un bruit de crissement insupportable.

- EEEEEEHHH OOOOOOOHHHH ?

Spoiler:
 

       
BY .SOULMATES

XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   Sam 8 Avr - 17:02

Mission 3

Daijirô
Ai

 


 
"Un petit cookie...?"

Quatrième Post

Est-ce que j'allais pouvoir passer ne serait-ce qu'une mission un minimum agréable avec ce type au moins une fois dans ma vie... ? Je commençais réellement à désespérer. Il était si négatif ! Tout le temps ! ... Plus que moi quand j'ai pas pu manger de cookies depuis une semaine ! Est-ce que c'était possible ?! Non ! J'avais essayé d'être sympa avec lui, de tenter de faire des discours un minimum encourageant pour lui, mais agissait réellement comme un gosse ! Et il était Chûnnin ? Alors que j'avais fait la demande de cet examen depuis quand même plus d'un mois et que je n'avais même pas eu la moindre réponse ?! Rsgosogse C'était injuste ! Je bouillonnais à l'interieur, mais... Ce n'était qu'une journée merdique de plus au final.

J'arrivais alors avec Ai devant la maison. Sans attendre, le gamin frappa à la porte. Je grimaçais, me disant qu'il fallait y aller mollo avec Aiko, la fille dont on venait s'occuper aujourd'hui. J'espérais réellement qu'au final, ma maladresse et la négativité d'Ai soient réellement un spectacle pour amuser la fille fragile. Elle avait réellement dû endurer le pire pour qu'une mission soit juste consacrée à prendre soin d'elle et de trouver ses agresseurs. Je soupirais, ennuyé de devoir remplir une mission avec mister négatif dans les parages. Finalement, j'avais peut-être trop d'espoir pour un type qui n'en valait pas la peine...? Rei me manquait vraiment pour le coup. Je gonflais les joues, les dégonflant d'un coup lorsque cet abruti a littéralement ouvert la porte avec son pied, défonçant le sol ! Je criais presque de rage !

"MAIS ! T'es sérieux ?! Ai putain ! On est là pour rendre visite à quelqu'un, pas lui détruire sa maison !"

Je voyais déjà les doux billets verts de ryôs s'évaporer déjà dans mes factures en retard, mais aussi dans le rachat d'un carrelage pour cette mission... J'avais envie de le frapper. J'étais en train d'imaginer une autre version de nous, une version plus adorable identique à des poupées pour atténuer la violence dans ma tête, tout en imaginant que ma version poupée serait en train de l'écraser avec un marteau mille tonnes. J'allais tuer ce gosse... De toutes mes forces ! Je m'avançais alors, passant devant lui, vraiment en colère contre ce type.

"Fait plus attention la prochaine fois, ce que tu as fait était une grosse erreur, soit professionnel."

J'avais un air un peu plus sérieux. La mission commençait. Cette fille devait surement être dans sa chambre. On ne pouvait entendre que le bruit d'un robinet pas bien fermé. Il y avait de la vie ici, peu, mais il y en avait. Tant que cette fille pouvait respirer, alors il y avait de l'espoir. C'est ce que ma vie à moi m'avait apprit... Tu peux respirer ? Tu peux vivre. Je fermais les yeux une ou deux secondes, m'imprégnant de l'ambiance sombre, presque inquiétante de cette maison. Je tournais la tête vers Ai. Je ne voulais pas qu'il recommence à faire son sale gosse. Je voulais qu'il grandisse, malheureusement, je voulais assurer la réussite de cette mission. Il fallait que je l'écarte quelques secondes d'Aiko. Je lui demandais alors quelques services à voix basse.

"Va chercher un verre d'eau dans la cuisine, je vais voir son état et assure toi que tout est fermé. Je ne veux pas qu'on nous dérange ici. Et cherche... Tout ce qui peut être dangereux pour elle. Je pense surtout à des poisons qu'elle pourrait utiliser. Ça va être délicat de l'aider, donc si on échoue, on va devoir faire très attention à ce qu'il ne reste rien pour qu'elle en finisse. C'est une mission très importante, je crois en toi, Ai."

Je lui laissais les clés dans ses mains enlevant mes chaussures à l'entrée comme on se devait de le faire dans toutes les maisons. Je soupirais, grimpant à l'escalier, celui-ci grinçant quelque peu pour me retrouver seul devant la porte de cette chambre. Je décidais de toquer légèrement, ouvrant la porte coulissante, découvrant Aiko dans son lit, adossé à la tête de lit, tête baissée. Je ne sentais pas réellement les sentiments des gens. Mon don ne me le permettait pas, mais rien qu'à la voir, on pouvait s'imaginer que ça n'allait pas. Il fallait que je lui fasse remonter la pente. J'essayais de la traiter en égal, car de toute évidence, cette fille n'était plus qu'une épave. Je me présentais alors.

"Bonjour. Je m'appelle Daijirô, je suis venu vous voir, moi et un autre..."

J'hésitais très fortement sur le mot, mais j'avais plus le choix...

"...Ami. On voulait surtout savoir si vous aviez besoin de quoi que ce soit."

Je lui adressais un léger sourire, tout de même sincère avant qu'une voix relativement froide avec une pointe de timidité me mette en garde.

"Je pense que vous perdez du temps, je n'ai besoin de rien à part le repos."

Je fronçais les sourcils, presque vexé, mais clairement attristé de ce que j'entendais... Cette fille n'allait pas bien du tout. Néanmoins, je ne perdais pas espoir et je m'approchais doucement du pied du lit pour m'asseoir devant en tailleur, un sourire toujours aussi sincère sur les lèvres. Moi aussi, je la mettais en garde.

"Je pense que vous perdez du temps aussi si vous pensez que je vais vous laissez tomber. Aujourd'hui, toute mon attention est portée sur vous."

Je voulais la rassurer, lui expliquer qu'elle n'était pas seule. J'allais peut-être passer pour un psychologue du dimanche, mais peu importe. J'espérais qu'Ai pendant ce temps ait eu le talent de trouver quoi que ce soit d'inquiétant.

 

 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Période difficile [Mission C]   
 

Période difficile [Mission C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Watsuo - Le rêveur [Terminée - Validation 1/2]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays de l'Eau :: Kiri :: Quartiers résidentiels-