AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 10
Messages : 7
avatarKonohajin
Senjû Kurodaiya
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]   Lun 20 Mar - 14:26
Kurodaiya Senjû


Présentation




Origine de l'avatar : Shirasu-Donten ni Warau
Identité : Senjû Kurodaiya
Surnom : Kyandi (par ses parents)
Sexe :
Âge : 20 ans
Date de naissance : Année -19, printemps
---
Clan : Senju
Grade : Chûnin
Rang : B
Kekkei Genkai : Mokuton


Physique



Un garçon au corps élancé. C’est ainsi que l’on pourrait le définir. Un joli garçon aux traits fins et à la chevelure d’une blancheur immaculé souvent retenu par un ruban violet, faisant ressortir son beau regard violacé qu’il plonge sans arrêt dans le regard de son entourage, quotidiennement habité par une lueur malicieuse et rêveuse sans pour autant lui donner un air naïf. Aimant prendre soin de son corps quotidiennement, Kurodaiya n’oublie jamais de mettre dans son bain de la peau de mandarine et de la poudre parfumé de cerisier afin de sentir bon chaque matin et que sa peau laiteuse garde sa douceur de toujours. Oui, le jeune homme est près de son physique au point de boire du thé afin de purifier sa peau. « Mélanger le délice à l’utile » dira-t-il, c’est son passe-temps. Ses lèvres fines et au teint rosé s’étirent souvent pour faire un joli sourire où l’on aperçoit parfois ses dents d’un blanc nacré. Un joli sourire se transformant que très rarement en un rictus, lorsque qu’il est de très mauvais poil. Sachant que la peau à besoin de soleil, il passe la plupart du temps dehors lorsque celui-ci brille dans le ciel bleuté, ce passe-temps, il le fera toujours lorsqu’il en aura l’occasion. Seulement, le jeune homme n’utilise pas seulement que des baumes ou encore des plantes, mais aussi des exercices physiques. Si ce dernier possède un corps musclé sans trop l’être, c’est bien grâce à ses entraînements quotidiens qui ne sont pas forcément une partie de plaisir, mais qui l’aident à prendre soin de son corps étant loin d’être frêle. Lorsqu’il se déplace, il ne court que très rarement, une question d’élégance, mais aussi de vêtements. Se vêtant la plupart du temps de longue tunique clair où le violet est présent et cachant ses armes lorsqu’ils les portent, cela représente un grand dilemme pour courir, raison pour laquelle, il met toujours en dessous des vêtements lui permettant de faire autant de mouvements qu’il souhaite, si l'idée de la retirer lui vient à l'esprit, bien que trop sombre pour lui. Le plus gros souci pour lui est donc l’élégance et la paresse mélangées. Si le jeune homme prends soin de son physique, il reste tout de même un homme en essayant de ne pas paraître efféminé.

« Le plaisir de prendre soin de soi n’est pas qu’attribué aux femmes, me trompais-je? »


Caractère



-Moi je sais pas quoi faire ! Pourquoi est-ce que la vie est aussi compliquée ?  
Si j’avais eu la chance de pouvoir te dire que la vie est et sera toujours un parcours jonché d’embûche, je ne sais pas si tu avais compris tout de suite, mais ce qui est sûr, c’est que tu ne serais pas aussi douteux sur les questions portées sur la vie. Si tu t’étais montré un peu plus indifférent à la tournure que prenait la vie, tu ne serais sans doute pas partagé entre aimer ou haïr son rival. Ma foi, tu étais bien naïf comme petit garçon. Non, peut-être le mot est-il un peu trop fort ? Comme chaque enfant, tu étais curieux et souhaitais être un grand garçon. On ne peut donc pas t’en vouloir d’avoir été ainsi. Seulement, toi qui était le soleil éclatant te retrouve maintenant à devoir te cacher derrière quelques nuages. Un sourire toujours radieux collé à tes lèvres, un sourire enfantin. L’une des seules choses que tu as gardées de ton enfance et ton air luisant de curiosité s’est transformée en lueur rêveuse et malicieuse. On se demande toujours si tu as quelque chose derrière la tête quand tu étires tes lèvres, la réponse ne sera peut-être jamais puisque tu aimes analyser les réactions de ton entourage. Tu te sais moins innocent que dans ta tendre enfance et plus désintéressé du monde sans pour autant que tu aies lâché cette manie te poussant à te poser des questions sur ce que tu désignes comme « important ». Désintéressé du monde et pourtant toujours aussi sur la protection des gens du village que tu considères comme ta famille même si les liens du sang ne sont pas présents. « Les liens du sang n’empêchent pas deux êtres d’une même famille de ne pas s’aimer ! Alors que les liens du cœur c’est une autre histoire ! »
De jolies paroles auxquelles tu y croyais et qui se sont ancrées dans ton cœur. Tu y crois toujours autant et en es fier. Tu tiens à ton village, « ton univers », c’est ce qu’est Konoha à tes yeux et pour rien au monde, tu ne le quitterais. Ses villageois, ses animaux, sa culture, ce sont les choses les plus précieuses en toi. Aussi importante que l’amour. L’amour, tu as vécu avec elle et pourtant, tu ne sais plus comment t’y prendre pour la donner à autrui. Petit, tu étais persuadé qu’un câlin et un sourire suffisaient, mais tu t’empêches à présent ce genre de contact que tu considères comme « déplacé » et te contente alors de sourire dans n’importe quelles situations, incarnant le rayon de soleil qui ne semble être que la lueur d’espoir dans un lieu avalée par l’ombre. Tu restes positif tout en étant réaliste et gardant la tête sur les épaules.  

« Papa, il y a des fois où je suis vraiment obligé de m’énerver. »

Tu n’es pas l’ange incarné. Il y a bien des moments où tu te sens dans l’obligation de te renfermer où de laisser une bouffée de colère t’envahir pour éclater. La colère règle parfois les dilemmes, dis-tu. Contrairement à ce que l’on dit, si l’on n’use pas des coups, la colère n’est pas forcément une pointe de faiblesse, mais une porte de sortie, te poussant à prendre entre quatre yeux ton interlocuteur et ne le lâcher que lorsque tu le jugeras bon de le laisser partir. Le problème qui restera sera toujours celui de trouver le moyen de te calmer. T’asseoir près d’un point d’eau comme un lac où une rivière et regarder droit devant toi te calme, comme sentir le vent te caresser le visage. Elle t’apaise et refroidit cette volonté d’avoir entre tes mains le cou de celui t’ayant offensé. Tout comme la faune et la flore, ainsi que les enfants. Les sucreries de la vie.

« Papa, maman. Plus tard, je voudrais être un ange. Un ange avec un caractère d’acier. Un ange sans les ailes, juste avec un kunai. »

Kurodaiya, tu es un idiot. Mais tu es comme ça.

Je suis comme ça. 


Histoire



Un destin forcé. Plusieurs d’entre nous y ont eu droit. N’est-ce pas une mauvaise chose ? Ne rend-elle pas la personne victime de cette vie si mauvaise aigrie ou encore blasée ? Pourquoi la vie s’entête-t-elle à faire de nous ses fidèles pantins ne tenant qu’à un fil ? Personne n’a envie de finir comme ses fleurs qui se fanent et ne voir la vie que comme fardeau. Moi, j’y tiens à la vie. Je m’y raccroche le plus possible afin de la savourer auprès de mes proches et de les épauler lorsqu’ils en ont. Sans doute sont-elles les buts m’ayant permis de rester souriant et bon vivant ? Je n’en sais que trop rien, mais je ne sais pas si je tiens à la réponse. Je me contente d’observer la vie défiler et à attendre. Attendre quelque chose dont je ne connais l’existence et pourtant, l’attendre me fais du bien.  
                                                  ***
« Je ne comprends pas pourquoi il s’entête à jouer avec les fleurs et les animaux plutôt que de se consacrer à sa vie de futur ninja ! »

Assis près du petit garçon à la chevelure aussi blanche que la neige, la jeune femme possédant elle-même cette chevelure se mit à lui adresser un regard où il reflétait son désespoir. Même si le jeune garçon avait senti le doux regard de sa mère posé sur elle, il feignait ne pas l’avoir remarqué et ne décollait pas ses yeux de la tige d’un joli magnolia des printemps. Si elle était jolie, elle lui permettait de faire penser que la fleur l’intriguait au point d’oublier tout ce qui se trouvait autour de lui. Détestant que l’on parle de son avenir à sa place, le jeune garçon avait toujours eu l’habitude de faire comme si de rien n’était lorsque l’on en venait à parler de lui, au grand dam de ses parents qui ne savait plus quoi faire de lui et pourtant, jamais l’idée de maudire le fait de lui porter un surplus d’amour leur étaient venu à l’esprit. Leur petit garçon avait su s’épanouir grâce à cela, ce qui était pour eux sans doute la plus belle chose au monde.  
« Pourquoi as-t-il fallu qu’il naisse au printemps ? C’est peut-être cela qui le rends si attaché à la nature… »

S’il se retenait de lâcher un rire qui aurait trahi son amusement, il ne put toutefois retenir un petit sourire qu’il ne parvint pas à camoufler et tournai la tête de sorte à ce que l'on voit pas son visage. Quelle idiotie ! Qu’il soit né ou pas au printemps, cela n’aurait rien changé se disait-il, cette façon d’aimer le monde, il la tenait de lui-même. Et bien qu’il aimât observer les ninjas, cela ne lui plaisait guère de devoir en devenir un. Non seulement parce qu’il devrait subir plusieurs entraînements intensifs, mais aussi parce qu’il plongerait dans un monde où il n’a pas le droit à la neutralité. Rien qu’à cette simple pensée, il soupira. Il le savait que trop bien malgré son jeune âge, rien que lorsque ses parents parlaient des Uchiha, il savait très bien qu’il devait choisir ou non de les aimer, la pression qu’exerçait son père sur lui, montrait à quel point il souhaitait que le jeune Kurodaiya prenne déjà parti de ce souci datant de très longtemps. Raisons de nombreuses questions à lui-même chez le jeune garçon qui n’arrêtait jamais de se demander qui étaient en tort dans cette histoire ou encore s’il devait haïr les Uchiha comme certains de ses camarades. Bien trop jeune pour être un adulte, c’est ce qu’il se répétait sans cesse pour ne pas plonger dans cette manipulation inconsciente faite par son clan à qui il n’en voulait cependant pas. Il l’aimait et savait que chacun avait ses raisons d’en vouloir ou non au clan Uchiha, mais lui, il n’en avait pas et c’était bien mieux ainsi.

« Ce n’est pas bien grave, je m’occuperai personnellement de son implication dans son parcours de ninja et l'aiderai à apprendre Mokuton.»

Adressant un regard désapprobateur au porteur de ses paroles, il ne put s’empêcher de pester. Si ses parents portaient un trop grand respect à son cousin de 6 ans son aîné, Kurodaiya lui ne le portait pas assez dans son cœur pour accepter avec un grand sourire son aide qui ne lui était pas du tout bénéfique. Du moins, selon lui. Se redressant rapidement après avoir senti le sentiment de soulagement chez ses parents, il fusillait du regard son cousin du regard, persuadé qu’il le conduirait à sa perte.
-Ce n’est pas parce que tu es plus expérimenté que moi et mon « cousin » que j’accepterai cela avec un sourire complètement idiot collé au visage.
Ignorant les regards surpris de ses parents, il continuait de cracher au jeune homme ses paroles comme du venin:

-Je n’ai pas demandé à être ninja et en plus, tu veux te rajouter dans ma vie qui éprouve le brûlant désir de te dire d’aller te faire voir ? Ah non alors ! Je suis déjà sur la voie du métier de ninja donc on va rien m’imposer de plus !

-Ton langage Kyandi : s’écriait la mère, sous le choc

-Je ne peux lutter contre les mots venant tout droit de mon cœur. C’est toi-même qui m’a dit de l’écouter et comme je suis un bon enfant, je t’écoute.


Essayant de ne pas se montrer cynique face à ses parents qu’il respectait tant, il tentait alors de les ignorer, reportant toute son attention sur son cousin, le fixant sans rien laisser paraître sur son visage avant de se lever complètement sans le lâcher pour autant des yeux. Une vague de colère se faisait sentir en lui. Si tout deux étaient lié par le sang, le lien du cœur lui ne s’était jamais fait ou peut-être l’avait-il rompu, Kurodaiya n’en savait que trop rien, mais ce qu’il savait était que son cousin avait un raisonnement tout à fait détestable au sujet des Uchiha qui montrait clairement qu’il ne les aimait pas. L’un des points lui autorisant à ne pas l’aimer se répétait-il toujours lorsqu’il le voyait et pourtant, les autres ne le voyaient pas de cette manière. Qu’avait-il de si particulier pour que l’on aime ce Chûnin autant ? Devait-il l’envier ? Il ne savait pas. Mais pour le moment, lui faire comprendre qu’il n’accepterait aucunement de prendre la main qu’il lui tend ne l’intéressait guère.

-Si je veux être ninja, je le deviendrais alors, non merci, ton aide tu peux te la garder ou la donner à ma future petite sœur ou frère. Et d’ici là, tu seras sans doute quelqu’un d’important, du moins, je croise les doigts afin que ce soit le cas. Tu auras plus de crédibilité lorsque tu nous feras penser que ton aide est primordial. Non, ne me remercie pas de ma franchise, il est tout naturel de donner mon respect à une mauvaise herbe parmi d’autre.

Avec lenteur, il fit une bien jolie révérence avant de quitter les lieux, ignorant les appels de sa mère et de son père. Ce jeune garçon le poussait à bout et il était temps pour lui de faire comprendre à son entourage qu’il fallait le laisser vivre sa vie d’enfant ingénu. Ne venait-il pas de s’enfoncer une épine dans le pied ? Après tout, il avait su refuser son aide avec « éloquence ». Désormais, il allait devoir jouer l’enfant naïf s’il voulait que l’on lui lâche la grappe. Une fois sorti de chez lui, il décidait de se rendre à la rivière près de chez lui, songeant sur tout le chemin à ce qu’il ferait bien subir à son cousin, par jalousie peut-être ? La réponse, il ne l’avait pas et ne voulait pas la connaître. Tout ce qu’il voulait. C’était la paix.
                                * * *

                            -Je déteste les Uchiha !

Le crier ainsi parmi eux n’était peut-être pas la meilleure idée, mais la rage qu’il ressentait à leurs égards était sans limite. Les yeux lançant des éclairs et la respiration saccadée, il poussait au sol de façon brusque le jeune Uchiha qui venait tout juste de le faire sortir de tes gonds, tirant violemment sur le ruban violet attachant généralement ses cheveux, enroulés autour de son cou afin de commettre l’irréparable même si ses camarades finir par lui faire lâcher prise avec les camarades de l’Uchiha. Son cœur battait si vite qu’il craignait qu’il sorte de sa poitrine. Le membre du clan Uchiha, toujours au sol, grognait de douleur, mais jetait un regard noir au petit garçon. Pour quelques choses futiles, Kurodaiya s’était laissé emporté, parce qu’il était un Uchiha et qu’il pensait avoir le droit de leur manquer de respect, c’est ce qu’il pensait et il le savait. La colère n’était qu’un disciple de l’orgueil à ses yeux et la sensation de ressentir de la honte lui montait à la tête, mais cela lui donnait une excuse pour partager l’avis de ses nombreux amis au sujet des Uchiha. Peut-être parce qu’il en avait marre de se sentir différents des autres sur ce sujets tenant tant à cœur à ses parents ?
-De toute  façon, je ne vois pas pourquoi je me prendrais la tête avec un gars de ton espèce, vous êtes tous pareilles. Et toi, tu ne sors pas du lot, tu es tout autant détestable que tes camarades. Monter si facilement sur tes grands chevaux parce que je suis un Uchiha est réellement ridicule. Ne me dis pas le contraire, ce n’est que pour cette raison que tu agis ainsi. C’est pathétique.


Kurodaiya ne venait-il pas de sentir un pincement au cœur ?   Même si ses amis le défendaient malgré le fait que tous les Uchiha ici présent lui en voulaient, Kurodaiya se sentit mal. N’avait-il pas raison ? Ou peut-être était-ce lui qui avait raison ? La réponse, il la voulait. Être ninja alors que nous manquions de bons sens le dérangeait. Même si être ninja ne l’intéressait guère, il respectait quand même ce métier et pensait l’insulter, ce qui lui déplaisait fortement. Pathétique, cela lui allait très bien et il le savait. Mettant sa main sur son cœur, le jeune garçon prit ses jambes à son cou sans savoir où il se rendait. Ne plus impliquer ses camarades dans ses soucis était son souhait tout comme se cacher dans un endroit où personne ne le retrouverai. S’empêchant de pleurer, il se mordit la lèvre au point d'en saigner. Pleurer ne servait à rien, s’enfuir était déjà lâche alors pleurer, comment pourrait-il s’accorder le peu de respect qu’il se donnait. Être ninja. Peut-être que cela l’aiderait à mûrir. Avoir de l’expérience est bénéfique et aide à ouvrir un peu plus les yeux sur le monde, ce que le petit garçon souhaitait par-dessus tout, autant pour lui que sa petite sœur qui venait de naître, comment deviendrait-il un bon grand frère s’il n’est pas fichu de s’occuper de lui ? Même si sa fierté l’obligeait à penser qu’il était le seul à être la victime dans cette histoire, une part de lui l’incitait à grandir. À grandir et à avoir son propre avis sur le monde. À ne plus se laisser marcher sur les pieds comme ne plus marcher sur les pieds d’autrui. De ne plus être aussi influençable, car au fond, c’est ce qu’il est non ? « Finalement, peut-être qu’être ninja n’est pas une si mauvaise chose ? »
                                           ***
Tiens, le soleil brille maintenant. Qu’est-ce qu’il est beau ainsi, et puis il est libre lui. Je veux être comme lui. mais il est temps pour moi de réussir ma vie. Être une marionnette ne m’est plus correct, 20 printemps et toujours autant un enfant, cela commence à m’être exaspérant. C’est le moment de grandir à présent. Rattraper ces quelques années d’imbécillité, c’est ce que je compte bien faire, rien qu’en ne lui disant un seul et sincère mot. Quelques mots qui traduiraient ma peine et mon désir de grandir un peu plus. Tout ce qu’il me restait à faire était de prier pour que le tant désiré me pardonne une fois que l’on se ferait face. Mettre sa fierté de côté sera un très grand pas, et même si mes chers camarades et mes parents ne souhaiteraient que m’attacher ou encore me bâillonner afin que je ne fasse pas ce que je comptais faire, il me fallait réparer mes erreurs. Pour moi, pour ma sœur, mon amour-propre. Une fois que j’aurais fait ceci, je serais désormais plus ou moins tranquille puisqu’avec ce cher Yamada, mon cousin tout était réglé même si je ne sais toujours pas qui était en tort entre lui et moi. Seulement pour faire cela, il allait bien falloir que je le retrouve. Que je le retrouve après tout ce qu’il s’était passé. Il était exilé avec son clan après tout.

Inutile de soupirer en repensant à la guerre.

Si ces écervelés de traîtres et alliés de l'empire n'avaient pas tenté de nuire à la paix, peut être serions-nous pas dans cette situation. Mon clan ne les détesterait pas comme ma famille les ayant jamais aimés, nous serions tranquilles. Enfin, lorsque l'on y pense, il n'y a pas de grands rapports entre la trahison des Uchiha et la Guerre. La guerre où j'eus "la chance" de pouvoir combattre et d'arracher des vies après avoir rejoint le Mouvement Rikudô dans le seul but de me montrer utile pour la paix. Ôter la vie ne me posait pas de problème cela me laissait toujours de marbre même si je manquais plusieurs fois de trépasser, faute de déconcentration. Désolant, ça l'était, oui. Et je ne pouvais rien y faire, c'était mon boulot d'arracher les mauvaises herbes. Si seulement ces membres du clan Uchiha n'avaient point vu le jour, nous serions en paix. Et moi, je ne serais pas frustré.

Frustré à l'idée que je risquais de prendre du temps pour le retrouver s'il était vivant. Frustré par l'idée que je me devais de les détester, mais je ne pouvais pas. Mais surtout, frustré parce que je trouvais cette vie détestable comme belle. Il y avait eu une guerre, il y avait eu la naissance d'un village. Mon village. Auquel j'ai participé à la fondation, accompagné de ma tendre famille quelque temps avant d'être Chûnin, un grade récemment crée. Dur et pourtant si plaisant. Travailler main dans la main avec tout le monde, que ce soit Aburame Akimichi, Hyûga, Inuzuk,Nara ainsi que Yamanaka , je trouvais cela magnifique.


Un sourire aux lèvres et le regard levé au ciel, j'inspirais et expirais, la sérénité s'étant, dans mon corps, enfin propagé. Si j'ai commis des erreurs, expier mes fautes était ma priorité et qu'importe ce qu'il se passerait, j'avancerai et ne reculerais point.

《Ah toi, ma jolie vie. Ce que tu te révèle être source d'ennui. Et même si mon âme est meurtri par ces douloureux souvenir que tu m'offris, je ne pleure pas, au contraire, je te souris.》


Derrière l'écran



Pseudo : ♦️Neho♦️
Âge : 19 ans
Comment avec-vous connu le forum ? top-sites
Que pensez-vous du forum ? Il est super intéressant, je l’aime beaucoup ♥️
Quelle est votre disponibilité ? Quotidiennement, normalement
Autre chose ? Kiss sur vos joues ^^
Code de validation: Validé par Rin Nahaah!
©️ Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Senjû Kurodaiya le Ven 24 Mar - 11:50, édité 13 fois
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]   Jeu 23 Mar - 2:05
Salut, bienvenue sur Shinobi Origin ! =)

J'aime bien ton personnage et son innocence pas si innocent que ça. La vision qu'il a du clan Uchiha est aussi vachement intéressante, et presque touchante en quelque sorte.

Il y a juste un petit soucis dans ton histoire. Rien de bien grave, rassure-toi.
Il se trouve que les grades de Genin/Chûnin/Jônin et Kage ont été créés avec les villages ninja, c'est à dire il y a environ un an IRP. De plus, vers la fin quand tu dis que tu regardes l'Uchiha après ton examen Chûnin, ce n'est pas possible, puisque lorsque le grade de Chûnin se met à être utilisé par les ninjas qui ont rejoint Konoha, (c'est à dire à la fondation de Konoha), le clan Uchiha est déjà en exil au pays de l'eau, où avec le reste du Reishin il fonde Kiri.

Bon courage à toi pour ces quelques modifications, et si tu as des questions, n'hésite pas à nous les poser ! Naruto

_________________
XP : 10
Messages : 7
avatarKonohajin
Senjû Kurodaiya
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]   Jeu 23 Mar - 23:31
Hello !
Alors tout d'abord, merci pour tout,
Et je pense avoir corrigé ce qui n'allait pas (pas sûre à 100% XD)
Encore merci.
XP : 801
Messages : 338
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]   Sam 25 Mar - 16:13
Yop ! tout me semble bon maintenant ! Yay!

Te voila donc validé Chûnin de rang B à Konoha ! Ta FT sera bientôt postée par le maître des combats, et tu pourras ensuite poster tes techniques dessus ! ^^ Tu as d'ailleurs 15 PC gratuits que tu pourras répartir à ta guise sur celle ci ! Si tu as des questions concernant tes techniques, n'hésite pas à passer sur le topic des questions techniques !

N'hésite pas à visiter Cette rubrique pour commencer à Rper (Les validations de FT pouvant être longues, tu peux tout à fait commencer à Rper sans, ne t'inquiètes pas). Et tu peux nous rejoindre sur notre serveur discord sur ce topic Naruto

S'il te reste des questions, n'hésite pas à nous les poser ! Et bon RP sur Shinobi Origin ! En espérant que tu te plairas parmi nous =)

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]   
 

En ce monde, la chose la plus belle, c'est nous [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans la vie Chaque chose a son temps , La vie nous réserve plein de surprise !
» Pourquoi les méchants sont-ils méchant ? Non c'est pas une question piège...
» Et soudainement, quelque chose se brisa. [WooHyun Kim / Kelly Johnson][Terminé]
» Velcan ► La chose la plus difficile en ce monde, c'est d'y vivre.
» Le plus bel oiseau au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-