AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Suddhodana Aadarshini [Terminée]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 33
Messages : 16
avatarSuddhodana Aadarshini
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Suddhodana Aadarshini [Terminée]   Sam 8 Avr - 12:05
Suddhodana Aadarshini


Présentation




Origine de l'avatar : Love Machine de Summer War version femme -
Mary de Noblesse

Identité : Suddhodana Aadarshini
Surnom : Hini, Princesse, Garce
Sexe : Femmer
Âge : 25 ans
Date de naissance : Année -24 Printemps
---
Clan : Jiken
Grade : Jonin
Rang : B
Kekkei Genkai : Godaiton


Physique



Qu’est ce qu’une princesse ?
Et bien ce n’est autre qu’Aadarshini. Elle est belle oui, en fait, on peut même dire qu’elle n’a littéralement que cela : son physique d’ange. Mentalement, elle est loin d’être une flèche alors il fait croire que la nature la dotée d’un corps s’approchant de la perfection. Et qui est plus que parfait aux yeux de son époux.

Hini est grande, frôlant le mètre soixante dix, toute en courbe. Elle a ce qu'il faut là où il faut. Son corps est vierge de tout tatouages ou cicatrices et sa peau de la couleur du sable est aussi douce qu’un rayon de soleil. Ses cheveux sont si long qu’elle fait appel à un sous fifre ou son mari pour la coiffer et démêler sa crinière qu’elle aime porter en queue de cheval haute. Bien sûr, ceci ont la couleur de la nuit, l’exacte même couleur que ceux de sa moitié. Ils n’ont pas cela de semblable. Leurs peaux aussi. Et la couleur rubis de leurs iris. En fait, lorsqu’ils sont l’un à côté de l’autre, on les prendrait pour des jumeaux. Et ce malgré les huit ans les séparant.

Bien sûr, ils sont encore plus semblable lorsqu’ils portent leurs casques. Casque symbole de leur amour, casque faisant office de bague. Un sourire fou surmonté d’un cœur. Son cœur. Ils s’aimaient et ils le montraient, jusqu’à porter ce même pantalon orange et ce plastron ne lui cachant que le bout de la poitrine. À part qu’elle était une femme, rien ne la différenciait de son époux. Sauf qu’elle était plus petite que lui.

Oui, il se complétaient totalement. Et personne ne pouvait dire le contraire !



Caractère



Croyez vous aux âmes sœurs ? 
Connaissez vous cette légende perdue, celle que votre grand-mère vous à comptée au coin du feu lorsque vous étiez enfant, sur l'amour véritable ? 
Vous souvenez vous de cette sensation qui vous fait vous sentir vivant avec cette personne ? 
Cette légende, qui dit que nous étions deux dans un seul être, mais qu'une divinité jalouse de cette perfection à séparé ce que nous fûmes, nous condamnant à chercher notre moitié… 
Et bien, Aadarshini à trouvé sa moitié. Cette personne qui comble les vides et défauts de la jeune femme. 
Mais avant de vous expliquer ce que l'amour à fait d'elle, présentons cette jeune mariée. 
  
Hini est capricieuse, possessive, aguicheuse, exubérante, à tendance sadique et surtout, d'une maladresse innommable. Bien sûr, quand vous la regardez, rien de tout cela ne vous vient en tête. Vous la prendrez pour une personne hautaine, autoritaire et froide. Pourtant, tout est faux. Enfin, dans une certaine mesure. Oui, elle peut être tout cela, surtout face aux personnes de haut rang avec qui ses parents voulaient la marier. 
  
Après, elle n'est pas que faite de défaut ! Elle est aussi douce, posée (quand elle le veut, donc oui, pas souvent), aimante (surtout avec son mari et les enfants), fidèle, reconnaissante et totalement épris de son merveilleux mari. Vous l'aurez compris, elle est totalement dingue d'Otani. Elle vendrait sa mère et tuerait son père si ça pouvait le sauver. Elle mourrait pour lui. Même s'il risquait de lui en vouloir, elle préférait mourir que de le voir souffrir. Elle l'a épousée et à juré de lui dédier sa vie. Elle le ferait, quoi qu'il lui en coûte. 
 
Hini adore l'alcool. En fait, elle boit surtout parce qu'elle se lâche totalement, elle devient une autre femme, ce qui plaît à son époux. Avoir la sensation d'avoir deux femmes mais le même corps de rêve, qui n'aimerait pas ? Il y a aussi le soucis des sucreries. Elle volerait ses bonbons à un bébé si elle le devait. Mais elle aimait trop ca, ce qui faisait qu'elle prenait du cul. Rapidement. Si autrefois sa famille l'engueulait, son mari l'encourage. Soit parce que ça lui faisait plaisir de la voir heureuse, soit parce qu'il aimait les formes, elle n'en savait rien, mais elle l'aimait encore grâce à ça ! 
 
Quant à ses goûts… Elle aime le rouge. Surtout celui des yeux de son époux. Vous l'avez vu, elle à les yeux rouges aussi. Mais elle n'a jamais aimé les siens. Pourquoi ? Car dans sa famille ils ont tous les yeux bleus et qu'elle à toujours été traitée comme une étrangère, même par ses propres parents. Était ce sa faute si sa mère avait fauté et que son père est accepté de couvrir cela ? Non. Mais il faut croire que sa famille n'en a jamais tenu compte : elle était un rappel incessante de l'erreur commise vingt cinq ans plus tôt par Naomi. Hors, depuis qu'elle à rencontré l'homme de sa vie, sa moitié, elle à apprit à aimer cette couleur et l'assumer parfaitement. Elle n'hésitait plus à dire clairement «Va te faire foutre ! » aux siens. Elle s'en moquait totalement de ce qu'il pouvait penser d'elle puisque lui, l'aimait pour ce qu'elle était. 



Histoire



A vingt cinq ans, Aadarshini n'a que peu de souvenir de son enfance, sans doute car elle l'a bannit de sa tête. Non pas qu'elle eut une enfance triste, mais elle n'était pas la petite fille la plus aimée du monde. La raison ? Elle n'était pas la fille de son père. Enfant bâtarde née hors mariage, la faute d'une mère volage. Le père était au courant mais a accepté l'enfant pour éviter tout scandale. Pour autant, jamais il n'a eut le moindre geste d'affection ou de tendresse pour elle. Il a pardonné Naomi, sa femme, mais hait du plus profond de son être l’existence de cette gamine. Il aurait pu la tuer a la naissance, mais il n'a pas pu. L'enfant en lui même n'était que la conséquence des idioties de sa femme, et le priver d'une vie qu'il n'avait pas demandé lui avait parut très injuste sur le moment. Mais plus le temps passa et plus son entourage se rendit compte de la différence flagrante. Une enfant aux yeux rouges sang et à la peau mâte. Rien de ce que lui ou sa femme n'était. La faute était désormais visible de tous. Il aima profondément les frères et sœurs d'Hini, mais fut incapable de l'aimer. Des jours, quand il retrouvait un semblant d'âme humaine, il regrettait de ne pouvoir rendre heureuse cette petite qui faisait tout le combler en tant que père. Elle travaillait dur pour être une bonne fille, il voyait ses efforts et la récompensait pour ça, mais pas une fois il ne put la regarder droit dans les yeux. Il savait qui était l'amant de sa femme. Et il le haïssait du plus profond de ses tripes. Alors être obligé d'élever l'enfant de cet homme le rendait malade. 
 
Un soir, alors que la jeune fille venait de fêter ses huit ans, avec la cuisinière pour seule compagnie, Hini décida d'aller voir son père. Elle avait prit l'habitude de ne pas fêter sa naissance, pas comme le reste de sa famille. Mais elle ne savait pas pourquoi. Alors l'enfant prit son courage à deux mains et alla demander à son père. Hini était intimidée par cet homme qu'elle aimait du plus profond de son âme. Il avait toujours cet air sévère sur le visage, toujours distant avec elle, à la limite de la froideur. Elle était persuadée que c'était parce qu'elle était l'aînée et qu'il la formait à prendre la suite du clan. Sa mère était, rarement, douce avec elle. Ne la laissant pas totalement sans amour, mais elle se cachait, n'étant ainsi avec elle que lorsque personne ne les voyait. Après tout, une mère peut elle vraiment détester un enfant qu'elle a mit au monde ? Enfin, toujours est il que la petite fille se dirigeait vers le bureau de son papa, toute stressée. Elle toqua à la porte et attendit. Lorsque l'ordre d'entrer lui parvint, Hini sut qu'elle ne pouvait plus faire demi tour. Elle entra. La première chose qu'elle vit, ce fut son paternel, assit sur son fauteuil, une bouteille d'alcool à moitié vide, le regard dans le vague et un air menaçant sur la face. Il la vit et se raidit, finissant son verre cul sec. L'enfant se lança et demanda à son chef de famille pourquoi on ne fêtait pas son anniversaire. Elle s'entendait à ce qu'il lui dise qu'un chef de clan n'avait pas besoin de le fêter ou autre, mais non. La réponse lui entailla le cœur.  
 
« Pourquoi fêter la naissance d'une erreur ? » 
 
Aadarshini ne comprit pas. Elle était une erreur ? Mais pourquoi ? Comment… ? Elle n'eut pas le loisir de poser ses questions qu'il enchaîna, buvant directement au goulot. Il lui révéla tout. Sans prendre de gants, sans lui cacher quoi que se soit si ce n'est l'identité de celui qui était son véritable père. Et il lui avoua ne jamais l'avoir aimée. Qu'il la haïssait et qu'il ne voulait pas d'elle sous son toit. Mais que pour sa femme, il se forçait. Il taisait sa propre douleur pour le bien de son épouse. Pour une si jeune fille, lâcher une telle bombe sur son origine était sans doute trop violent. Trop brutal pour qu'elle ne comprenne vraiment ce que tout cela pouvait impliquer. Elle n'en retint que deux choses : son père ne l'avait jamais aimé, et elle n'était pas sa fille. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cela ne l'a pas détruite. Enfin, sur le moment, si. Mais sur le long terme, c'est ce qui à fait d'elle la femme qu'elle est, ainsi n'en tient elle pas rigueur à son père. Ne ferait elle pas la même chose si son époux revenait avec un bambin d'une autre ? A une chose prêt : elle ferait tout aimer l'enfant de sa moitié, car elle refuserait de le faire souffrir. Enfin, la question n'était pas là. Hini quitta le bureau de son… Son quoi finalement ? Son tuteur. Et rentra dans sa chambre, sonnée. De long jours passèrent. Des jours où elle réfléchit beaucoup. Si on ne voulait pas d'elle ici, pourquoi rester ? Elle demanda donc à son père si elle pouvait allez dans la famille de sa mère : le clan Jiken, pour prendre la voix du ninja, chose rare pour ce clan se tenant en marge de la voie du Shinobi.  
 
La décision était prise : l'enfant non désirée quittait ce qui avait été son foyer pendant près de neuf ans. Son tuteur mettait à sa disposition une lettre d'excuse pour le clan. Après tout, ils n'accepterait sans doute jamais l'enfant vu que sa femme avait fuit ledit clan pour le suivre, coupant les ponts avec eux. Mais il mentit sans honte dans cette misive, indiquant que l'enfant avait hérité du pouvoir des Jinken, quand bien même il n'en savait rien. Une femme l'accompagna, pour ne pas la laisser perdue dans ce nouveau monde qu'elle allait découvrir. Elles étaient loin, les demeures troglodytes de son clan. Ici, bâtiments et architectures semblables mais nettement différent de ce qu'elle avait toujours connue. Le clan l'accepta avec réticence, mais ce fut la grand-mère de l'enfant qui chercha à rattraper l'erreur de sa fille : si elle n'avait pu garder Naomie, elle trouverait le moyen de faire de sa fille une digne femme du clan Jiken. La nourrice prit bien soin d'elle, à tel point qu'Hini eut la sensation de faire partie d'une famille. A l’entraînement, elle ne réussit pas à se faire d'amis, sans doute à cause de son côté princesse hautaine qu'elle avait dû hériter de sa mère, ou parce que les gens de sa famille agissaient très souvent comme ça. Elle passa ses classes avec plus ou moins de succès, comprenant bien vite que ce n'était pas avec des caprices d'enfants gâtés qu'elle allait réussir. Bien que les mauvaises habitudes aient la vie dure, elle fit de son mieux et apprit ce qu'était le travail, l'effort, la satisfaction de réussir et surtout : les concessions qu'obligeaient la vie en communauté. Au final, elle intégra une équipe de quatre, avec des gens qu'elle ne connaissaient pas, ou peu. Deux garçons et leur sensei, une femme dans la fleur de l'âge, mariée à l'un des  hauts gradés du clan.

Commencèrent alors les missions. Nous n'allons pas vous les décrire, sachez simplement qu'elle eut droit à tout un panel de mission. De la recherche d'un chaton à la poursuite de mécréants qui tentèrent de piller le clan. La jeune femme apprit à faire confiance à ses coéquipiers et un lien se créa entre eux. Un lien qu'elle pensait indéfectible, si puissant que rien ne pourrait jamais les séparer. Comme les liens d'une fratrie. Mais au final, tout cela n'était qu'illusion. Si Hini ne s'en rendit pas compte, les gens, eux, le virent très vite. Elle avait grandit. La où elle avait le corps d'une enfant quelques années en arrière, des formes étaient apparut avec le temps. Elle ne prit réellement conscience de ce changement que le jour où elle eut son premier cycle. Lorsque la douleur la frappa, le sang coula et la gifle arriva. Une gifle sur sa petite joue rose, signe qu'elle passait d'enfant à femme. Vieille tradition dans la famille de la nourrice, qui s'en excusa des jours durant tant l'adolescente la boudait. 
 
Alors tout changea pour elle. Pas brutalement, mais de façon bien plus subtile. Sa poitrine, encore timide, se fit lentement remarquer, tout comme son fessier qui devenait bien plus rebondit. On lui offrit des lettres d'amours, qu'elle brûlait sans même les lires, des jeunes hommes venaient tenter de la courtiser et un jour, se fut Keiran qui vint. Son coéquipier. Son aîné. Et elle le repoussa, avec cette phrase qui deviendrait assez célèbre pour qu'un homme l'enlève. 
 
 « Tu n'as rien qui mérite que je te porte un quelconque intérêt. Je ne veux que celui qui sera capable de l'éveiller. » 
 
Elle c'était montrée très hautaine, froide ou encore méprisante. S'il se vexa brutalement, ramenant Zane, le dernier de l'équipe, de son côté, personne ne chercha à savoir pourquoi elle avait agit comme ça. Mais celui qu'elle prenait pour son propre frère ne la voyait pas autrement que comme une usine à enfant. Et cela l'a beaucoup blessée. C'est ainsi qu'elle commença à prendre ses distances avec l'équipe, jusqu'à en être totalement écartée. On ne voulait plus d'elle et l'équilibre de l'équipe était devenue très fragile puisqu'elle refusait de coopérer, se tenait à distance d'eux. Et réciproquement. Ainsi, elle devint une solitaire, n'ayant presque plus aucune mission, sauf par moment, où on la mettait en soutient dans une équipe constituée à la hâte.
 
De fil en aiguille, la jeune femme se protégea comme elle put. Des hommes surtout. Entre son père et ses anciens coéquipiers, elle n'arrivait pas à leur faire confiance. Elle préférait les faire maronner, payer ce qui lui plaisait et les jeter avec cette fameuse phrase. A croire que les hommes étaient tous des idiots. Car même s'il avait connaissance de sa façon de faire, ils étaient toujours plus nombreux à venir, croyant tous avoir une chance de l'intéresser et de pouvoir intégrer ce clan, débordant d'ingéniosité pour être l'élu. Pourtant, pas un seul n'eut grâce à ses yeux. Pas un d'entre eux ne pu goûter la douceur de ses lèvres. Certains hommes venaient d'autres  pays pour elle et la belle les éconduisaient toujours. En neuf ans, elle en avait repoussé beaucoup.

Le clan décida de partir, quitter sa terre pour aller là où le futur du pays résidait: dans ce nouveau village qu'était Sunagakure. C'est là-bas que tout changea pour elle. C'est à ce moment là qu'IL arriva dans sa vie.  
 
Il ne fit rien comme les autres. Il ne chercha pas à lui plaire, il ne fit pas tout pour qu'elle daigne le regarder. Il fit beaucoup plus simple : il l'enleva, au sein même de ce village soit disant caché. Elle ne lutta pas, puisqu'il le fit durant son sommeil, usant sans doute de drogues pour qu'elle ne sente pas le transport. Elle ne sut pas combien de temps elle resta inconsciente, mais quand elle se réveilla, elle ne paniqua pas le moins du monde. Elle agit comme à son habitude. Aadarshini se leva et sortie de la chambre. Elle le trouva rapidement. Il portait encore ce masque, alors elle sut rapidement à qui elle avait affaire. Et cela ne l'effraya pas le moins du monde. Elle prit place, face à  lui avec un air de défit sur son beau visage. Pas une seconde elle ne quitta l'homme du regard, certainement pas quand il retira ledit masque. Elle eut la sensation de se voir dans un miroir et un petit sourire naquit sur ses lèvres. 
 
 « Tu m'as enlevée, soit. Maintenant tu as deux choix : soit je te pourris la vie jusqu'à ce que tu me libère. Soit je reste très sage et docile, mais tu te plieras au moindre de mes caprices. Choisi bien Sanzokuo. » 
 
Vous vous doutez qu'il à fait son choix. Nous n'en parleront pas ici, c'est une partie de leurs vie que vous découvrirez en temps et en heure. Mais elle ne rentra jamais chez elle, préférant rester avec lui qui commença à éveiller son intérêt si longtemps resté endormi. Cet homme, Otani, l'avait demandé en mariage, presque dès son arrivée. Et elle refusa. Il avait un petit quelque chose en plus. Ce genre de chose qui fait qu'au final, on oubli le reste du monde. Jamais plus elle le revit sa famille ou sa nourrice. Plus rien ne comptait. De plus, il la respecta pendant l'année où il la courtisa, à sa façon en tout cas. Pas une fois il ne voulu la forcer pour passer à l'étape suivante. Il ne lui mit aucune pression sur le fait qu'elle n'offre pas son corps, ni ses lèvres. Elle lui avait dit. Elle ne le ferait que quand elle l'aurait décidé et elle le lui avait bien fait comprendre. Au final, au terme de cette année, il la redemanda en mariage et ce fut sans surprise qu'elle lui sourit, avec tendresse, et accepta en lui offrant enfin son premier baiser, gardé au chaud pendant près de vingt quatre ans. 
 
A partir de là, il offrit un casque, identique au sien, où il avait gravé un coeur sur chaque, preuve de leur amour. Mais cela fit sourire bien des hommes de la bande et provoqua la colère de son fiancé, qui les massacra sans montrer le moindre signe de regret. Et la jeune femme souriait à chaque mort. Personne ne pouvait rire de leur amour. Personne. Quelques jours plus tard, il l'épousa et elle devint madame Suddhodana, plus heureuse que jamais, la jeune femme fit par d'un de ses énièmes caprices à son époux : faire souffrir sa famille. Surtout son père et sa mère volage. 
Et il le fit, pour son plus grand plaisir.  
  
Quelques temps plus tard, ils prirent le chemin de Sunagakure, un peu contre l'avis de la jeune femme qui le cacha à son époux. Elle n'aimait pas ce village. Elle n'aimait pas les gens là bas. Mais elle l'aimait lui et cela lui suffisait pour passer outre. De plus, elle avait apprit que les Jiken étaient dans ce village, ce qui ne l'enchantait guère. Elle avait été enlevée il y a un an maintenant, et elle en lui expliquant qu'elle avait épousée l'homme qui l'avait enlevée et de plus, qu'elle avait abandonné le nom des Jiken car il refuserait de perdre son nom alors qu'il voulait créer son clan... savait qu'elle ne pouvait pas arriver tout sourire devant le chef de son clan, Elle n'était pas certaine de ce que tout cela allait donner, mais elle déifiait presque son homme alors… Oui, elle lui faisait confiance. 

Et surtout : elle était d'accord avec lui. Ils allaient créer leur clan. Avec leurs règles et leur façon de faire. Ni plus ni moins.




Derrière l'écran



Pseudo : Newee
Âge : 23 ans
Comment avec-vous connu le forum ? J'y suis, j'y reste
Que pensez-vous du forum ? Bah si je reste, ca veut tout dire
Quelle est votre disponibilité ? Euh... On verra? XD
Autre chose ? LES BOOBS DE NAOOOOOOOO
Code de validation: Code certifié by Chaton Crazy ._.
© Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Suddhodana Aadarshini le Sam 8 Avr - 14:45, édité 1 fois
XP : 33
Messages : 16
avatarSuddhodana Aadarshini
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Suddhodana Aadarshini [Terminée]   Sam 8 Avr - 14:44
Bon j'ose dire... fiche finie
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Suddhodana Aadarshini [Terminée]   Sam 8 Avr - 14:55
Mehehehe... Bijour Suddhodana v2 o/

Comme c'est ton deuxième perso chez nous, je la fais courte o/

Je n'ai rien à redire la présentation de base, ni sur le physique ou le caractère '^' C'est complet, il y a les infos qu'il faut et elles se complètent bien avec celle d'Otani '^'

Idem pour l'histoire, les deux backgrounds se rejoignent correctement, rien à redire o/ J'suis pressé d'vous rencontrer IRP, ça va être sympa huhuhu !

Te voici donc validée Jônin de rang B à Suna avec 15 PC à répartir sur ta FT qui arrive sous peu avec couleur et groupage o/

Pour le Discord, t'es déjà dessus, pour le carnet de bord, tu sais où trouvey, idem pour le rp o/ GO FAIRE UN RP AVEC KATSU 8D

Les questions, tu sais aussi o/ Bah on peut dire que c'est bon tout ça donc !

Re-Bienvenu sur S.O., puisses-tu y rp encore plus qu'avant o/ Crazy ._.

_________________
 

Suddhodana Aadarshini [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-