AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Sam 8 Avr - 22:30
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...


  Katsuko était encore faible. Son père l'avait puni pour une raison inexistante, une raison qu'il s'était inventé. Allongée dans son lit, son corps cicatrisait progressivement. Pourquoi avait-elle accepté de passer cette soirée avec Kazuo...

 Certes, pendant la première partie, elle avait pu se détendre un peu, se reposer. Mais il s'était trop approché d'elle alors qu'elle était en manque. En manque de sang. Elle en avait eu besoin. Un besoin soudain, comme toujours. Violent. Vicéral. Un de ces besoins qui ne peuvent attendre. Un de ces besoins qui n'attendent pas. Et elle avait du le repousser. Là aussi, avec violence. Avec la même violence dont elle s'était affligée elle-même pour ne pas le blesser, le mordre, pour ne pas boire son sang et le dégoûter en plus de risquer de le tuer.

  Elle soupira. Non, regretter cela maintenant ne servait à rien. C'était fait, elle avait été punie pour avoir cru pouvoir se reposer en paix. Punie par où elle avait pêché. Elle avait cru pouvoir se reposer dans la soirée, elle était désormais obligée de rester allonger. Impuissante. Incapable de se lever. De se relever. Elle referma les yeux.

  Elle les rouvrit. Une journée était passée. Elle ne pouvait plus attendre. Elle se leva se forçant à se redresser malgré la douleur qui parcourait encore son corps. Encore et encore. Cette douleur prenante qui dévorait ses forces lui laissait finalement un peu de paix. Elle se leva lentement. Il était temps.

  Descendant pour aller chercher à manger, affamée, elle arriva à la salle à manger, affaiblie. Son frère n'était pas là, surement à l'Académie. Elle ouvrit un placard pour y attraper un fruit et du jambon sec, et commença à manger faiblement. Le manoir était calme, mais cela ne dura pas. Son père rentra et la regarda d'un air méprisant.

« Tiens, tu es levée. Tant mieux, que tu serves enfin à quelque chose, catin. J'ai trouvé un travail qui t'iras parfaitement. Tu voulais voir cette Etwhal, et bien je te garantis que tu vas la voir. Tu vas aller à la grande fête qu'elle a organisé pendant que tu dormais tranquillement ici, et avec quatre nouvelles Genin, tu vas faire en sorte que tout reste propre. Et il y en a des porcs à ce genre de fêtes, de ceux qui boivent dix fois trop, trop vite et sans raisons. Ils vont vomir et pisser sur le sol et toi, tu seras là pour tout nettoyer. Parce que tu ne sais rien faire d'autre. Pars maintenant, tu rencontreras tes collègues là-bas.
- ... Bien... Père... »

Terminant rapidement ce petit encas, la jeune adulte qui ne tenait pas encore parfaitement sur ses jambes remonta faiblement dans sa chambre pour quitter la nuisette qu'on lui avait enfilé le temps de sa convalescence pour s'habiller correctement. Une fois prête, ce qui dura un certain temps au vu de son état, elle sortit et se dirigea vers le lieu qu'Emichi venait de lui indiquer. C'est là qu'elle rencontrerait les quatres autres jeunes filles qui allaient l'aider dans cette mission ingrate... Et bien... Elle était descendue bien bas, pour jouer les femmes de ménage... Son père avait dû chercher cette punition un certain temps. Elle était dégoutée rien qu'à l'idée de ce qu'elle devrait faire la moitié de l'après-midi puis toute la soirée. Et dire qu'elle sentait à peine ses jambes...





Ordre de Mission



POUSHE ITE TOU ZE LIMITE

Etwhal, grande musicienne de Suna est revenue au village grâce à l'intervention de Kazuo et de Katsuko. Malgré tout, la jeune femme demande l'aide de ces deux nouveaux Sunjin en plus de quatre autres genin pour une grande fête en l'honneur de son retour (une autre oui.) Malheureusement pour Katsuko, Kazuo reste introuvable depuis son retour de sa mission avec Yutaka, c'est donc en tant que seule dirigeante qu'elle effectuera cette mission normalement confiée à deux ninjas expérimentés.

La grand fête faisant venir pas mal de monde, la fête accueillera un minimum de 200 personnes et cette fête accueillera aussi une bonne dose d'alcool. La mission demandera à un groupe de cinq genin dont Katsuko (+4 PNJ donc) de garder le lieu propre. Alors attention aux jets de vomis et aux toilettes qui seront certainement dans un salle état. N'oubliez pas que c'est des fêtards qui vont venir dans cette salle de concert. Le propriétaire veut retrouver sa salle dans un état flambant neuf après le concert.

Précision : Les quatre autres genins qui t'accompagnerons sont totalement novice et pour trois d'entres eux c'est leur première mission. Katsuko sera donc le chef de cette opération, mais je te laisse bien entendu le soin de gérer leur caractère. Si vraiment tu veux que je te fasse des prédéfinis rapidement, je te les enverrais par mp. Si tu as besoin que je passe en mode MJ pour venir te foutre la merde dans ton rp, n'hésite pas aussi, j'ai plein de petites idées.





(c) Kira pour Never Utopia


_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Jeu 4 Mai - 22:28
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...


  Encore une fois, Emichi lui donnait une mission ingrate pour la pousser à bout, la pousser à la faute, la conduire à demander elle-même une punition. Son système était vicieux, il cherchait à l'affaiblir pour qu'elle multiplie les erreurs... Pourquoi aimait-il tant que cela passer ses nerfs sur elle ? Pourquoi devait-elle être son souffre-douleur alors qu'elle était sa fille ? Ces questions n'auraient certainement jamais de réponse pour la jeune Genin.

 Toujours est-il qu'elle arriva vers quinze heures sur la place où se tiendrait la grande fête en l'honneur d'Etwhal. Au moins pourrait-elle entendre la jeune chanteuse à nouveau. Cherchant les quatre subalternes qui allaient l'aider pour cette mission détestable, elle en découvra finalement trois qui étaient en train de se chamailler sur le côté pendant que la dernière, un peu plus loin, était en train d'arriver avec des rouleaux de sacs poubelle. Au moins, l'une d'entre elles était prévoyante. Katsuko de son côté était passée prendre balais, éponges et produits de nettoyage en tout genres à l'adresse qu'on lui avait indiqué peu avant. Déposant tout ce matériel d'élite près de l'une des tables déjà installées pour la fête, elle regarda aux alentours où les laisser pendant la soirée.

  L'idée était de maintenant un niveau de propreté acceptable au cours de la soirée et que tout soit totalement propre et récurré au plus tard à six heures du matin le lendemain pour l'arrivée du marché. Elle s'approcha alors du groupe de nouvelles shinobis, espérant qu'elles soient suffisamment débrouillardes. Elle n'allait pas gérer seule deux cents personnes.

  En les détaillant un peu, il y avait une blonde qui se prenait pour l'une de ses sorcières dans les histoires pour enfants, une avec une poitrine si énorme qu'elle semblait elle-même en être gênée, c'était ridicule, une autre qui semblait baver de rage rien qu'à l'idée d'être assignée à une telle mission et la dernière, la petite retardataire avec les sacs poubelle, était à vue de nez la seule capable d'être organisée et efficace... Voilà ce qu'on lui avait confié... C'était loin d'être gagné.

« Salut, c'est vous les quatre nouvelles qui êtes sensées m'aider pour le nettoyage pendant et après la fête ? Vous avez fait quoi pour être assignées à ça ? »

 Ce fut la blonde qui lui répondit en premier, avec un air si stupide qu'il enchanta Katsuko.

« Nous n'avons rien fait, nous ! C'est juste notre première mission ! Enfin sauf elle, elle c'est ça deuxième et c'est encore pire que la première d'après ce qu'elle dit. »

Neiko les fixa d'abord d'un air septique, puis sourit et s'approcha de la blondasse de sa démarche féline. Elle se colla à cette gamine qui devait avoir trois ans de moins qu'elle et qui pensait déjà pourvoir ouvrir un peu trop sa bouche. Elle se colla à son oreille pour lui parler en murmures, de sorte que seule elle l'entende.

« Écoute ma mignone. Je suis une Chinoike et je n'ai aucune pitié pour les larves. Si tu n'es pas deux fois plus efficace pendant cette mission que tes trois copines alors que tu as si mal commencé, je me ferai un plaisir de te faire découvrir des plaisirs insoupçonnés. On dit que l'étouffement peut procurer une joie si intense qu'elle n'est comparable à nulle autre. Si tu veux essayer, fais moi signe. »

S'écartant d'elle avec un sourire malsain, la vampirette reprit son sérieux avant de s'adresser aux quatre filles.

« Dites moi vos noms vite fait que je sache comment vous appeler, ensuite je vous explique brièvement le plan et on fait en sorte que tout se passe bien. La première que je prends à traîner perdra ses outils et devra continuer comme elle le peut. Bien sûr, si cela la ralentit ou qu'elle considère qu'elle ne peut pas travailler ainsi, elle perdra ses habits ensuite. Si ça ne suffit toujours pas à la motiver à être efficace, elle devra en accepter les conséquences. Des questions ? ... Bien. Je m'appelle Chinoike Katsuko, à toi la blonde, dis moi ton nom. »

La jeune fille était encore un peu perturbée par les paroles de Katsu', mais elle la prit très au sérieux, démontrant une crainte certaine.

« Je... Je m'appelle Sophie... Chinoike-sama...  »

Un sourire de satisfaction remplaça l'effrayant rictus sur le visage de la demoiselle aux cheveux roses pendant que les trois autres se présentaient à tour de rôle. La vache à lait s'appelait Miku, la caractérielle se nommait Ruri et la dernière était Nina. Elle devrait donc essentiellement compter sur Nina...

« Bien. On va rester efficaces, pour le début de la soirée vous vous contenterez de placer les poubelles un peu partout, pour les quelques uns qui seront bien éduqués dans le lot. »

Katsuko donna ensuite une zone à surveiller à chacune des filles, se gardant celle la plus proche de l'endroit où étaient stockés les balais et autres produits pour les surveiller. C'est vers dix-huit heures que les premiers badauds vinrent pour s'installer tranquillement. Déjà, les premiers papiers tombaient par terre, et le travail commençait. Passer un coup d'éponge sur les tables de temps en temps pour les plus sales, surveiller les bris de verre... Tout s'enchaînait assez rapidement, et avant que la vampirette ne s'en rende compte, les tables étaient bien remplies. Elle surveillait encore à peu près toute la zone, pour l'instant les gens étaient sobres... Mais ça n'allait pas durer.  Vers vingt heures, alors que les premiers repas étaient servis, le concert commença, la mélodie d'Etwhal, musicienne muette qui chantait directement dans l'esprit de ses spectateurs, commença son envoûtement du public et des autres passants.

Ce fut à la fin de la première chanson que les ennuis commencèrent. Deux groupes de jeunes avaient commencé une bataille de nourriture, pourrissant toute partie de la zone de la cruche qui visiblement avait déjà du mal auparavant puisqu'elle salissait à peu près autant que les clients. Elle avait une forte tendance à bousculer les gens par inadvertance, son manque de précision  et d'efficacité était grotesque. Une vraie caricature... Soupirant, Katsuko se dirigea vers elle pour l'aider à nettoyer rapidement la zone pour permettre à de nouveaux arrivants d'occuper ces places désormais abandonnées par les gamins mal éduqués. C'était loin d'être gagné...

HRP:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Jeu 4 Mai - 23:32

Elle s'était traînée jusque là au final sans vraiment savoir pourquoi, simplement parce qu'elle avait naïvement pensé qu'elle s'amuserait et que l'ambiance serait bonne enfant. C'était peut-être le cas au début, puis c'était toujours mieux qu'un face à face avec ses démons nocturnes comme à chaque soir. La musique adoucie les mœurs de ce qu'on disait, la Nanare, elle, voulait qu'elle apaise son cœur chargé. C'était avec dépit qu'elle constatait l'état minable dans lequel l'être humain était capable de se mettre, parce la foule, plutôt consistante, elle avait même reconnu quelques visages d'ordinaires qui lui paraissaient tout à fait respectables. Ce soir, arrosé par l'alcool, on ne respectait très vite plus rien, même pas l'illustre chanteuse qu'il était venu aduler au final. Sa tête se secouait tandis qu'elle s'apprêtait à partir en se frayant un chemin, on la bousculait, parfois l'enquiquiner avant de rapidement se raviser. Elle avait un sacré revers du gauche malgré son air niaiseuse.


- « Quelle bande d'abrutis... » Marmonnait-elle dans sa barbe à l'issue de sa dernière altercation qui lui avait valu une chope entière renversée sur elle.

Tant bien que mal, elle avait essuyé ça avec les moyens du bord. Une petite pensée s'en venait pour ceux qui devraient remettre en état tout ça. Pauvre diable et elle osait dès lors espérer qu'ils seraient nombreux maintenant qu'elle s'était isolée de la foule dans un coin plus tranquille. Peut-être parce que c'était plus à l'écart que son attention n'en était que plus attirée. Son regard se portait sur un groupe de jeunes femmes visiblement éreintées. Une peut-être plus que les autres. Tout en continuant d'essuyer le haut de sa robe, son indiscrétion était la plus forte et elle observer le manège ridicule qui se déroulait. Le même qui lui laissait le doute sur le nombre du personnel – visiblement débordé pour l'une d'entre elle assurément, elle lui avait renversé une boisson dessus plus tôt...

Triste affaire, la Nanare n'aurait pas aimé être à leur place, d'ailleurs, ici, elle n'était même pas à sa place finalement et elle allait tourner les talons, puis partir quand son pied trébuchait sur un déchet jetait au sol. Il y en avait partout par ici en fait, un vrai carnage, autant certains coins de la salle avaient survécus, autant d'autres... Qui accepterait ce genre de job horrible à moins de ne pas avoir le choix. Une petite voix dans sa tête lui murmurait de poursuivre son chemin, pas leur affaire, mais Oni' n'apprendrait finalement peut-être jamais sa leçon.

Pourtant, contre toute attente, c'était vers l'extérieur qu'elle avait poursuivit sa route. L'air frais lui faisait du bien et aussitôt elle prenait un chemin bien différent de chez elle. Une destination bien précise en tête. Cela lui avait pris quelques secondes pour faire son choix. Moins d'une demi-heure plus tard, sa silhouette apparaissait à nouveau au sein de la fête. Ses bras chargés par un sac, elle s'approchait de celle qui lui paraissait diriger les opérations - sa mine était affreuse et c'était la seule qu'elle avait vu naviguer d'une fille à l'autre. A sa portée, elle agitait sa prise pour faire du bruit, le sourire et le ton chaleureux – comme toujours ; elle déclarait :

- « Besoin de renfort mon capitaine ?! » En pensant naïvement pouvoir détendre l'atmosphère, si tôt elle écartait son sac pour dévoiler des jus vitaminés à emporter du nouveau marchand de glace du coin. Oui il faisait ça aussi.

Celui là même qui avait trouvé la recette pour redonner un peu de chakra. Vu que la Nanare avait non seulement sa cobaye, mais en plus son animatrice, il lui devait bien un service. Même aussi tard dans la soirée...

- « C'est pour vous, ça redonne la patate. Le travail ne va pas s'enfuir si vous vous offrez quelques minutes de répits non ? Puis avec deux bras en plus, ça ira plus vite.»

Elle n'y croyait pas elle-même, mais bon, si ça pouvait créer un peu d'illusion, tant mieux, après tout, elles étaient toutes dans la même galère, peut-être pas ce soir à la base, mais dans la généralité au sein du village. C'était mieux d'être là utile, que chez elle à espérer que le jour s'en vient vite pour lui occuper l'esprit. La charge allait être longue et était fastidieuse, mais pas impossible. Restait à se retrousser les manches et ça c'était ce qu'elle savait le mieux faire. Rester motivée.

-« Quel gâchis que n'importe qui puisse fouler ce lieu, à croire qu'ils n'ont su écouter ou qu'ils ont oublié de la regarder.»

Elle parlait de la chanteuse bien sûr, à sa place en les voyant agir ainsi, probable que la Nanare se sentirait blesser., mais ce n'était pas le sujet.

-« Je suis une genin de Suna moi aussi, on est tous dans la même galère après tout non ? Tu peux m’appeler Oni'.» Concluait-elle en espérant plus ou moins un brin de présentation.




_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Ven 5 Mai - 11:00
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...


  Voilà que la cruche empirait encore l'état dans lequel la zone était en bousculant maladroitement une nouvelle personne qui renversa son plateau au sol. Après maintes excuses, celle-ci put reprendre son balais pour commencer à rassembler tous les déchets éparpillés sur la scène. Arrivant finalement jusqu'à elle, Katsuko prit une pelle et un sac et commença à aider rapidement Miku qui ne s'en sortait décidément pas.

 Après une petite dizaine de minutes d'efficacité intense de Katsuko et d'efforts inconcidérables de la jeune genin avec très peu de résultats, les deux filles réussirent à remettre la zone dans un état correct. Alors que la vampirette retournait vers sa parcelle à tenir, elle se reçut en plein sur le dos une choppe de bière. Se retournant avec un regard énervé, elle vit un homme gras et saoul lui faire un sourire imbécile. Voilà, ça commençait. Ses habits étaient trempés, mais malheureusement pour l'abruti fini qui bavait à moitié, ils étaient noirs et donc non transparents. Tant pis, ils finiraient à la poubelle, ils seraient probablement trop infects pour être jamais lavés à la fin de cette soirée infernale.

  Elle reprit son chemin et le travail infernal reprit. Après quelques minutes seulement, elle vit que Ruri, l'excitée du groupe, était en train de hurler sur un des clients qui l'avait apparemment bousculée puis avait renversé sa choppe sur elle. Neiko bondit alors à travers tables et chaises pour atteindre le lieu de la chamaillerie. Dès qu'elle arriva jusqu'à son employée, elle lui envoya un coup de poing dans le ventre qui plia la fille en deux, l'obligeant à faire une révérence en lui coupant le souffle.

  La demoiselle aux cheveux roses posa alors sa main sur la tête de Ruri pour l'empêcher de se relever et s'inclina à ses côtés devant l'homme en question qui, après avoir passé l'ahurissement pour tenter de comprendre ce qu'il se passait, il se montra assez gêné.

« Veuillez nous excuser pour son comportement monsieur, nous sommes à votre service. Désolé pour la gêne occasionnée. Toi, viens trente secondes avec moi. »

 Elle s'était alors adressée à sa jeune camarade qu'elle fusillait des yeux une fois toutes les deux relevées. Celle-ci n'osa se plaindre ni riposter, elle avait compris que la provocation ne serait pas la meilleure des idées avec Katsuko. La Chinoike l'emmena alors un peu à l'écart avant de la plaquer contre un mur.

« Non mais qu'est-ce que t'as cru ? Qu'on était là pour s'amuser ? Qu'on pouvait se plaindre dès qu'une personne nous rentrait dedans ? On est là pour nettoyer, pas pour hurler sur les clients maladroits ! Alors si je te reprend à crier sur un spectateur, je te garantis que je passe à la première étape, plus d'outils ! Et je te garantis que tu continueras à travailler même sans, alors je te conseille de te la fermer et de bosser bien sagement. Que je n'aies pas à revenir te voir pour ça. Si à un moment tu es débordée, je viendrais t'aider, mais pas si c'est de ta faute. Allez, retourne-y et nettoies ce bordel. »

Encore une fois, la violente jeune fille aux yeux rouge sang ne montrait aucune ouverture à la réponse. Elle avait parlé, cette gamine devait se taire et obéir, il n'y avait pas d'autre chemin possible paisible. Elle retourna donc jusqu'à sa zone, recevant de nouvelles projections de boissons alcoolisées. Elle n'était désormais plus à ça près, et ce serait, dans tous les cas, de mal en pire. Reprenant son travail encore une fois, elle dut rechercher du produit dans leurs stocks qu'elle avait finalement entassé dans un placard loin de la scène, là où les badauds étaient un peu moins tassés, permettant ainsi d'y accéder malgré la foule. Finalement armée, elle réattaqua son travail incesseçant et grandissant avec les heures. Il n'était pas encore trop tard, bientôt, ce serait pire...

Si elle devait aller régulièrement aider Miku et Ruri, un peu moins Sophie, Nina était calme et efficace, elle ne se laissait pas déborder malgré certains désastres qui arrivaient de manière conjointe. C'était plaisant d'avoir une collègue correcte dans le lot, pour éviter que tout ne se transforme en un cataclysme infernal. Malgré tout, la musique d'Etwhal gardait le dessus, dominant et apaisant un peu ces furies qui avaient prit possession de la pièce immense que les kunoichi s'efforçaient à garder propre.

C'est au milieu de cette soirée horrible que Katsu' commença à se sentir défaillir. Elle était encore trop faible, elle ne savait pas comment elle tiendrait jusqu'à la fin. Elle s'était reçu une grande quantité de boissons et même de plateaux repas, se trouvant alors dans un état assez lamentable.

Alors qu'elle commençait à se sentir mal, paraissant probablement plus épuisée qu'elle n'aurait dû l'être, elle entendit une voix arriver près d'elle. Une voix qui semblait s'adresser à elle directement.

« Besoin de renfort mon capitaine ?! »

Se retournant vers l'origine de la voix, elle vit une nouvelle jeune fille, souriante, qui la regardait et secouait légèrement un sac à l'air bien rempli.

Fronçant les sourcils, la petite vampire d'un mètre quarante cinq observa cette gamine qui était arrivée en lui proposant de l'aide. Quelle personne, normalement constituée et bien pensante, voudrait venir aider des femmes de ménage -car c'était bien là leur rôle, rien à voir avec une mission ninja- en pleine overdose de travail ? Quelle personne pourrait bien vouloir nettoyer toutes ces ordures laissées au sol et les premiers jets de vomis immondes qui commençaient à arriver ça et là ? Qui ? La réponse était sous ses yeux avec cette gamine qui sortit des briques de jus de fruits de son sac. Katsuko n'arrivait pas à comprendre les raisons de cette inconnue mais elle ne pouvait refuser. Elle avait aussi remarqué que Miku avait encore fait des siennes, ne tenant plus son estomac au milieu de deux soulards qui avaient lâché leurs trippes. Ce n'était pas beau à voir, mais là aussi, c'était leur travail.

La fatigue engourdissant peu à peu la fille aux cheveux roses, elle ne réagit pas immédiatement. La nouvelle arrivannte lui expliqua qu'elle comptait lui offrir ce truc qu'elle sortait de son sac, que ça redonnerait de l'énergie. Si Katsu' avait sa fierté, elle devait bien accepter que dans ce contexte, elle lui était inutile, et qu'avouer sa faiblesse et prendre cette offre lui permettrait de tenir jusqu'à ce qu'elle puisse rejoindre finalement son lit. La suite de la phrase de cette gamine la dérangea cependant plus, sur le fait que le travail ne partirait pas.

« Il ne va pas s'enfuir mais il va s'accumuler. Merci pour l'aide, je l'accepte. Vous pourrez trouver tout le nécessaire dans ce placard. »

Prenant le jus offert, Katsu en but rapidement une bonne quantité. Elle ne savait pas si l'énergie réelle était donnée, mais être enfin réhydratée correctement lui faisait le plus grand bien. L'alcool empestait mais lui donnait également une impression d'assèchement de plus en plus gênante qui, grâce à cette gamine, était partie. Celle-ci plaignit ensuite Etwhal et le manque de considération que lui accordaient les badauds, mais c'était assez prévisible. Toujours est-il que cette musicienne si particulière ne devait pas en être gênée parce qu'elle semblait ne vouloir qu'apporter du bonheur aux gens à travers sa musique. Si les participants ne semblaient pas lui accorder une immense attention, ils n'en étaient pas moins heureux. Le but de la fille aux longs cheveux bleus devait donc être atteind.

La nouvelle se présentat alors, expliquant être elle aussi une genin de la cité et s'appeler Oni.

« Katsuko. Si tu peux tenir cette zone, je vais changer de méthode. Reste ici si possible, je passerai partout pour aider les endroits les plus débordés. Merci pour le jus. »

Laissant cette Oni seule pour travailler, Neiko avait prit avec elle des briques pour aller les distribuer à toutes les filles. Elles devaient tenir toute la soirée, et si Nina semblait avoir encore de l'énergie, les autres étaient épuisées, notamment Ruri et Miku qui utilisaient toutes deux beaucoup plus d'énergie que nécessaire pour chaque résultat. L'une parce qu'elle passait son temps à gromeller, à se plaindre et à s'énerver dans le vide pour ne pas se faire reprendre à nouveau par sa chef et l'autre tout simplement parce qu'elle était d'un manque d'adresse légendaire.

La vampirette couru donc à travers la salle et les rangs pour rejoindre d'abord cette fille qui était la plus débrouillarde, lui offrant un rafraîchissement et lui proposant de prendre une petite pause. Nina accepta poliment avant de sortir un moment pour prendre l'air et boire un peu cette boisson offerte par Oni. La chef de la soirée s'occupa de sa place jusqu'à ce qu'elle revienne puis alla voir Sophie qui travaillait de son mieux et qui trembla légèrement en voyant sa dirigente arriver.

« Qu'est ce que j'ai fait ?..
- Rien, pas la peine d'être effrayée comme ça tant que tu travailles bien. Une nouvelle est arrivée pour nous aider, donc je passe vous voir pour que vous puissiez prendre à tour de rôle une petite pause. C'est à ton tour. Et Oni -la nouvelle- a apporté ça avec elle. C'est pas mauvais. »


Elle lui tendit alors le jus et l'envoya à son tour prendre l'air un moment pendant qu'elle-même restait et faisait en sorte de garder la pièce en état. Elle enchâina ensuite avec Ruri lorsque Sophie revint, puis alla voir Miku. Elle envoya celle-ci dehors pendant une dizaine de minutes le temps de rattraper ce que cette cruche était incapable de nettoyer tant cela la dégoutait, puis lorsqu'elle revint, lui offfra le jus et l'envoya encore quelques minutes en pause pour être certaine qu'elle puisse être un peu plus efficace ensuite.

Lorsque Katsuko eut terminé son tour, elle revint finalement vers Onitsuke.

« Tu t'en sors ? »


Horaire:
 
HRP:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Ven 5 Mai - 17:08

On l'enrôlait bien volontiers dans le calvaire de cette soirée et la Nanare ne doutait pas un instant que son interlocutrice s'interrogeait sur sa santé mentale. Elle avait peut-être raison et la simple pensée l'amusait tellement, qu'au final, une sorte de bonheur l'envahissait, ou alors était-ce l'effet de la musique qui la transperçait enfin. Quoi qu'il en soit, la présente zone où elle se tenait lui était confiée. D'un mouvement affirmatif de la tête, elle confirmait, puis elle observait quelques secondes la vampirette qui s'éloignait avant de faire quelques pas pour récupérer du matériel. Des sacs, balayette et pelle !

La Nanare était fin prête et étonnement, ce n'était pas la pire situation qu'elle avait vécue. Sans laisser sa bonne humeur filait, la fille se mélanger à la foule avec plus ou moins d'adresse elle récupérait ce qui se renverser parfois, mais elle n'essayait même pas d'esquiver les bousculades et autres projectiles qui l’accueillaient. Perte d'énergie, à la place, Oni' se concentrait ailleurs, tandis qu'à quatre pattes elle se faufilait pour ramasser les déchets, ignorant les passants. Elle avait cette faculté d'abstraction. Et du mieux possible, elle entretenait son périmètre jusqu'à ce que son sac poubelle soit plein, nul autre choix que de partir le jeter, avant de revenir à la charge.

Au fond, la tâche, même si rude, était simplette, un travail de mule et ça tombait bien, elle était plutôt bien dans ce genre. Néanmoins, si déjà l'attitude de non respect des lieux des gens étaient déplorable, leur mentalité une fois alcoolisée l'était bien pire encore. Les minutes avaient défilé et Oni' ne les avait pas compté, à vrai dire, elle avait été trop occupée maintenant pour jeter un œil à la position ou la situation de ses toutes nouvelles partenaires. Aussi quand elle sentait quelqu'un attrapait son bras tandis qu'elle marchait, elle pensait à un signe pour gagner son attention de la vampirette... Perplexe en découvrant un groupe d'individus bien arrosé, un de ses sourcils se relevait. Une odeur d'ennuis empestait bien plus forte encore que le nauséabond qu'ils dégageaient. L'un d'eux shootait dans son énorme sac de déchets, les répartissant ainsi sur le sol.  

-”Ohhhhh ! Quel maladroit alors!” Prétextait-il aussitôt.

Quelques marmonnements entres eux et on comprenait qu'ils étaient pressé que la ménagère passe à quatre pattes pour ramasser ça. Si Oni' avait été plus impulsive, elle leur aurait probablement déjà coller un pain en pleine face vu leur vulgarité, mais ce n'était pas son genre du tout. Silencieuse, elle se forçait un sourire et feinter l'innocence de la non compréhension, tout en écartant un nouveau sac.

-”Excusez moi.” Soufflait-elle à peine en sachant que c'était déjà peine perdue, tandis qu'elle s'était accroupie pour ramasser le tas.

Quelques ricanements et l'un d'eux mettait un coup de pied sur sa cible, manquant de quelques milimètres les doigts de la kunoichi. Son petit “ohhh” ridicule retentissait dans les oreilles de la fille qui lui jetait un regard silencieuse. Son envie de le frapper avait grandie, mais sa nature raisonnable l'inquiétait du fait que si il s'en plaignait, c'était des filles chargées de l'entretient qu'il se plaindrait. Donc... Certes, elle ne serait pas inquiété, mais ce n'était pas la question. Du haut de son mètre cinquante six -kof kof; elle se redressait, son menton lui aussi, sa face se retrouvait à quelques centimètres de son farceur qui s'était penché pour lui rendre la pareil. Sa sucette, car oui elle en traînait toujours une dans sa bouche, inévitablement; roulait dans sa bouche, elle faisait un sourire à l'homme.

Bien sûr la scène existait sa petite troupe et le fanfaron naïvement s'était jeté dans la gueule d'un loup. D'une main, elle sortait sa gourmandise de sa propre bouche non pas sans profiter de son goût sucré jusqu'au bout en léchant ses lèvres. Diversion très réceptive, mais ce n'était pas de finir avec sa sucette presque au fond de la gorge qu'il s'était imaginé. L'action n'avait pris que quelques secondes pour qu'elle la lui fourre et un subtile contact tactile, l'avait fait aspirer précipitamment... Oups ! C'était exactement ce qui filtrait de la bouche de la Nanare alors que l'agitation du troupeau se faisait. Elle le laissait s'étouffer un peu, il suffisait juste de presser son torse après tout pour qui la recrache. Seulement voilà, plutôt que d'aider leur potentiel ami, ses acolytes prenaient la fille à partie.

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Ven 5 Mai - 19:48
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...


  Katsuko se dirigea vers la zone où elle avait laissé Onitsuke pour aller aider momentannément les quatre gamines et les laisser prendre une pause. Elle la chercha du regard au travers de la pièce et la vit finalement à quatre pattes, proches d'un groupe à l'air bien trop alcoolisé. Elle ramassait des détritus éparpillés à côté d'un sac poubelle éventré. Les vrais problèmes commençaient.

 Alors qu'elle allait marcher vers eux pour leur régler leur compte, la jeune fille s'arrêta en grimaçant, sentant ses jambes défaillir un instant. Elle se rattrapa à une chaise et la personne assise dessus se retourna pour l'engueuler avant de voir la blancheur bien trop grande de la peau de la jeune demoiselle. Il se calma alors et lui demanda si ça allait. Katsu' le repoussa après quelques respirations et se redressa, droite et fière. Elle n'allait pas s'effondrer pour si peu.

  Elle reprit son chemin, pensant à sa technique d'approche. Plusieurs méthodes. La première, éclater la tête de chacun de ces imbéciles qui commençaient désormais à être trop près de la jeune fille. La seconde, aller à leur rencontre et les repousser avec plus ou moins de gentillesse, mais sans violence excessive. Elle pouvait sinon choisir d'appeler Onitsuke et lui dire de battre en retraite loin de ces abrutis mais ils pourraient toujours les suivre ou foutre le bordel ailleurs.

  Se mordant la lèvre, Neiko prit la dernière option qui venait de se former dans son esprit. S'approchant de sa démarche féline de prédatrice, elle passa devant Oni' et la repoussa en arrière.

« Va travailler toi. Laisse ces messieurs tranquille. »

 Mains sur les hanches, la demoiselle aux cheveux roses redressa la tête vers les importuns. Elle devrait être efficace et compréhensible, même pour des abrutis totalement imbibés de bière.

« Messieurs, je vous suggère de quitter cette salle, vous me semblez avoir un peu trop bu, je suis certaine qu'une bonne nuit de sommeil vous rétablirait au mieux. »

Évidemment, le résultat fut lamentable. L'un d'entre eux gromella, disant qu'il préférait l'autre petite servante, pendant qu'un autre se glissa derrière Katsuko et lui pelota les fesses sans la moindre gêne. En trois mots, il le regretta. L'instant après que ses mains aient touché le corps de la kunoichi, le genou de celle-ci vint rencontrer les parties intimes de l'homme qui finit à terre. Elle enchaîna un second avec un coup de pied en plein visage et les deux autres, plus en arrière, reculèrent d'un pas avec de grands yeux effarés. Elle les avait frappés ?

Crachant par terre, la vampirette les fusilla du regard. Elle souleva d'une main celui qu'elle avait envoyé au sol tout en marchant brutalemment sur l'autre qui s'étouffait encore à moitié avec la sucette de sa camarade. Il était hors de question que des soulards puissent mettre la soirée en péril, et elle les renvoya dehors avec une violence certaine qui les fit comprendre qu'ils n'avaient aucun intérêt à revenir.

« Si l'un d'entre vous pense bon de se plaindre à qui que ce soit, je viendrais personnellement le castrer pour qu'il comprenne qu'on ne me touche pas sans mon autorisation et qu'on n'humilie pas mes subalternes. Si je vous reprends à traîner autour du bâtiment ce soir, même châtiment. Rentrez chez vous ! »

Claquant derrière eux les deux grandes portes de la salle festive, elle se mit sur le côté avant de s'effondrer au sol un moment pour récupérer un peu. Elle avait utilisé une grande partie du peu de force qu'il lui restait. Il fallait qu'elle respire quelques minutes avant de pouvoir terminer ce qu'elle avait empêché Oni' de finir pour virer les imbéciles.

Après un certain temps, la jeune fille fini de ramasser les détritus que ces abrutis finis avaient éparpillés en demeurant à quatre pattes puis se leva péniblement. La fin de soirée allait être compliquée. La chanteuse devait terminer aux alentours de minuit pour laisser les gens aux alentours dormir, mais les derniers soulards sortiraient entre une et deux heures, il faudrait donc être efficace entre deux et six heures du matin... Voilà qui serait compliqué...

Horaire:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Ven 5 Mai - 21:07

La Nanare avait était aussi diplomate qu'elle était capable de l'être, mais visiblement, son retour de boutade n'était pas passé, qu'importe, elle allait bien devoir composer avec la suite, mais c'était sans compter sur le retour inopportun de sa Chef. La Vampirette s'interposait entre elle et les rigolos comme un bouclier de chair. Son assure était respectable, mais sa petite taille laissait sourire la Nanare, elle-même n'était pas prodigieusement grande, néanmoins, elle n'avait pas cette hargne. La kunoichi en face d'elle n'était pas du genre à faire dans la dentelle et sa collègue ne la contrariait pas quand elle la jetait du devant de la scène. De quelques pas en arrière, elle reprenait là où elle en était, c'est à dire ramasser ce que ces imbéciles avaient éparpillé. Pas pour autant qu'elle ne gardait pas à l’œil de près ce qui se passait à côté, d'autant plus qu'un détail moins amusant que la taille  de Katsu' avait capturé son attention.

Si elle l'avait observé fatiguée avant de se proposer, Oni' trouvait la mine de la fille plus affreuse encore et ce n'était déjà pas très glorieux, était-elle malade ? S'inquiétait-elle en restant à côté pour le cas où; tout en poursuivant son travail – plus ou moins. D'autant plus qu'elle n'aurait voulu rater pour rien au monde le moment où ils se faisaient jeter dehors, cependant, quand la porte avait claquée et la fille allait reprendre ses activités, elle observa un comportement étrange de leur videur improvisé. Exténuée, cette dernière s’effondrait presque près de l'entrée. La Nanare hésitait un instant à partir la rejoindre, mais de ce qu'elle avait observé de la demoiselle, lui paraissant plutôt fière, c'était une mauvaise idée. Elle la guettait de temps à autre faute de mieux en s'appliquant avec vigueur dans sa tâche histoire de ne pas être dépassée. Quelques autres spécimens peu avisés se présentaient à ses pattes, mais elle s'en débarrassait plus facilement, l'affaire semblait se prendre en main quand...

-”Qu'est-ce que c'est que ça...? ...” Se questionnait-elle en humant l'air.

Une odeur de cramer était en train de la taquiner et la kunoichi levait le nez pour chercher de la fumée, espérant qu'il s'agissait seulement d'une autre idiotie d'imbéciles à une table et non pas un vrai début d'incendie. Au bout de quelques minutes, elle trouvait un nuage un peu noir se dégageait de l'autre bout de son coin de salle, cette dernière s'échappait par là où le pouvait, depuis une porte en fer verrouillée. Même avec un tissu enroulé sur sa main, Oni' avait senti la chaleur de la poignet. Elle supposait qu'il lui faudrait une clef et aussitôt, elle parcourait la salle vers la dernière position de Katsu' pour l'informer, espérant qu'elle avait de quoi faire face à la situation. Mais un jeu de clés serait un bon début.

Avoir à le faire la déranger, une sentiment de colère quelque part la tirailler de ne pas pouvoir régler ça d'elle-même. En vérité, une sorte d'empathie la rendait au moins autant inquiète sur l'état de sa partenaire que sur ce qui se tramait dans le local fermé. Elle l'avait vu vacillante, se reprendre à plusieurs fois pour se maintenir droite, il ne fallait pas vraiment chercher pour comprendre que quelque chose n'allait pas. La silhouette de la Chinoike se dessinait en face d'elle, Oni' hésitait un instant avant de se résoudre à jouer les oiseaux annonciateurs de malheur....

-”Katsuko !” Elle l'appelait pour l'attirer sans s'affoler, alarmer la foule serait bien pire encore. “Y a un problème par là bas, quelque chose semble brûler, mais la porte est verrouillée. As-tu les passes du bâtiment ?”

Oni' n'avait rien contre l'idée de l'enfoncer, mais comme elle l'avait constaté plus tôt, cette dernière était non seulement solide en fer, mais en prime elle devait être encore plus chaude. Quant à l'origine du potentiel incendie, ses préoccupations étaient ailleurs, tant bien qu'elle ne s'y était pas attardé. Un problème technique ou des idiots ayant joué avec le feu. Peut-être même juste une fausse alerte, c'était le scénario que la Nanare préférait le plus. Là dessus, elle était prête à la conduire jusqu'à la zone de trouble, par chance ce coin là était plutôt bouder par les convives, va savoir pourquoi...

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Sam 6 Mai - 15:48
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...


  La demoiselle aux airs de lolita gothique terminait de ramasser les ordures étalées par les abrutis qu'elle avait chassé juste avant, mais elle se sentait très faible. Elle se leva ensuite difficilement pour reprendre son travail, se dirigeant comme elle le pouvait vers la zone qu'elle avait délaissé à Onitsuke. Elle ne la vit pas directement, elle ne la remarqua que lorsque cette dernière l'appela. Elle se dirigea alors vers la jeune fille qui était venue les aider pour essayer de comprendre ce qu'elle voulait.

 La fille avait l'air peu rassurée, comme si elle avait vu quelque chose qui la gênait. Katsuko s'approcha d'elle et la questionna.

« Y a un problème par là bas, quelque chose semble brûler, mais la porte est verrouillée. As-tu les passes du bâtiment ?
- Non je ne les ai pas, mais les gens dela sécurité les ont. Le problème, comme tu as vu, c'est qu'au lieu de faire la sécurité ils se sont joint aux fêtards... Il faut les retrouver dans ce bordel. Il faut faire vite. Ça doit être les seuls hommes en costard, aide-moi à les trouver avant que tout ne prenne feu. Occupe toi de vérifier les zones de Miku -celle qui tombe tout le temps- et de Ruri -celle qui s'énerve dans le vide. Je m'occupe des deux autres zones. Je sais qu'ils n'étaient pas dans la notre. »

  Katsuko partit en courant, ses jambes tremblant à chaque pas, menaçant de céder à nouveau. Son père ne lui avait même pas accordé un répis suffisant cette fois... Est-ce que ça allait empirer la prochaine fois ou saurait-il se calmer ? Elle en doutait... Elle était trop pâle, ses cuisses et son ventre la faisaient souffrir. C'était là où il se déchaînait le plus après les bras, mais ses membres supérieurs étaient devenus presque insensibles à la douleur avec l'habitude.

  Elle commença par la zone de Sophie qui se mit de nouveau à trembler en la voyant arriver, puis se mit à la regarder bizarrement lorsqu'elle la vit de plus près. Elle devait se rendre compte de l'état dans lequel sa supérieur était actuellement. Neiko aboya un "Quoi ?!" aggressif avec l'observation étrange que semblait réaliser sa subalterne. Celle-ci s'excusa et se mit à regarder le sol, n'osant répondre.

« Je viens pas pour t'engueuler mais on doit trouver les mecs de la sécurité au plus vite. Ils sont là ? Ils devraient être habillés en costard.
- Je... Ça me dit rien...

 La vampirette bondit alors sur l'une des tables, marchant adroitement entre les plateaux et assiètes malgré la fatigue. Elle pouvait ainsi voir un plus grand nombre de fêtards, mais cela restait compliqué de tout discerner. Elle avança et vérifia ainsi toute la zone en moins d'une minute, passant directement à la suivante. Après un bref échange avec Nina, celle-ci les avait vu à un moment mais ils s'étaient ensuite éloignés vers la zone de Ruri. Ils étaient donc certainement là-bas. Katsu' s'y précipita alors, espérant rejoindre Oni' et les gardes au même moment pour pouvoir aller vérifier la source du problème au plus vite.

Horaire:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Sam 6 Mai - 22:33

Quelle malchance, pensait très fort Oni' face à la réponse de la vampirette, au moins, elle n'avait pas le temps de réfléchir aux conséquences qui pouvaient être tragique, puisqu'on l'envoyait avec une possibilité de succès. La sécurité s'était jointe aux fêtards… Mais comment était-ce possible d'être aussi peu professionnel. La Nanare s'étonnait qu'on ait choisi pareil spécimen pour ce poste, mais d'expérience, elle savait que certain était de bon acteur, capable d'être payé à ne rien faire.

Bref, ce n'était pas la question et sa petite analyse de compétence se stoppait quand miss maladroite la percutait en arrivant dans son dos. Le sceau – de serpière sûrement, se rependait sur Oni' la trempant totalement, l'odeur qui l'empestait alors lui soulever presque le cœur… Elle se retournait vers sa partenaire qui s'excusait, ça n'empêchait pas son envie de l'étrangler. Pas décider à perdre du temps, elle la questionnait sur les fameux hommes en costards, mais cette dernière, visiblement pas dégourdie, ne semblait pas comprendre. La Nanare ne voulant pas gâcher son temps laissait tomber pour tenter sa chance avec la seconde, non pas sans préciser à sa miss catastrophe de les envoyer au local si elle les croisait.

Plus alourdie et pathétique, la Nanare s'empressait de trouver Miss rage, qui l’accueillait en se plaignant, elle se ravisait bien vite en sentant l'odeur et admirant la tenue qui avait viré au brun de la kunoichi. Elle demandait ce qui s'était passé, mais Oni' ne lui répondait pas sur le sujet, elle cherchait la sécurité, priorité ! Priorité ! Ruri justement, en avait assez d'eux… Voilà quinze minutes qui foutait encore plus le bordel que les invités eux même, deux d'entre eux semblaient se prendre le bec. Il ne manquait plus que ça. Effectivement, en suivant les échanges de grosses voix, Oni' leur faisait face rapidement.

- « J'ai besoin des passes du bâtiment. » Les informait-elle sans plus de formalités, de toutes façon, vu leur état, à quoi bon.

Oui à quoi bon, puisque de toute façon, ils se contentaient de la pousser pour reprendre leur débat. La kunoichi n'avait même pas essayé de comprendre, elle s'y reprenait à plusieurs fois avant de finalement voir tout proche d'eux, leurs vestes posées sur une table. Peut-être les avaient-ils ôté pour mieux se frapper. Bande d’abrutis. Sans préavis, elle fouillait leurs poches en quête d'un trousseau, sans succès, peut-être devrait-elle chercher un autre groupe, après tout, ils ne pouvaient pas être composé de deux. Mais le temps jouait contre elle. Il fallait les convaincre d'une fois ou d'une autre, c'était quand elle le fixait, qu'elle remarquait des clés s'agitaient à la taille de l'un d'eux.

Elle n'allait pas lui redemander, mais quand, d'un coup tranchant du à son shoton , elle lui volait son trousseau, toute l'attention des gars se reportait sur elle. Ils lui hurlaient de leur rendre ça, mais la Nanare avait déjà entamé le pas de course vers le local, bien sûr, plus ou moins capable, ils lui emboîtaient le pas. Peut-être en voyant la fumée, ils se reprendraient et pourraient être utile. Sur son chemin, à force de précipitation, et en tournant la tête la fois de trop pour vérifier qu'ils étaient là, Oni' percutait quelqu'un, et cela la faisait ridiculement s'écroulait au sol. Dans sa chute, ses doigts avaient lâchés les clés, elles les observaient glisser au milieu des pieds de la foule qui s'empressait de taper dedans. Sérieusement, miss maladroite l'avait-elle contaminée. En se remettant sur ses pieds, près d'elle, une tête familière…

- « J'avais les clés, mais elles m'ont glissé des mains, elles sont par là ! »

Son ton n'était pas glorieux, mais elle ne l'était pas non plus, particulièrement en ce moment même, en prime, vu qu'elle était tombé et qu'elle avait disparue de la vue un instant, les deux gars de la sécurité s'étaient éparpillé ailleurs. Encore que, aurait-il été raisonnable de les jeter là dedans dans leur état. Toujours à quatre pattes, une chose à la fois, il fallait d'abord trouver les clés.

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Dim 7 Mai - 15:30
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...

« J'avais les clés, mais elles m'ont glissé des mains, elles sont par là ! »

  Katsuko était épuisée. Elle avait perdu les clefs au milieu de cette foule... Pour un peu, elle aurait tout laissé tomber. Elle sentait ses jambes trembler sous son poids, sa peau était plus blanche encore, faisant ressortir ses yeux rouge sang et ses cheveux roses vif. Elle devait avoir l'air d'être morte, mais elle concentrait son énergie pour tenir debout et continuer à réfléchir à pleine vitesse. Que pouvait-elle faire pour retrouver ces fichues clefs ?

 Crier et espérer que les gens l'écoutent, s'écartent et la laisse gentiment chercher avant de reprendre la fête ? Certainement pas. Celle-ci se terminait bientôt, dans un peu moins d'une heure, ils refuseraient de s'arrêter maintenant, même momentanément. Ce n'était pas le genre de festivités polies et bien rangées auxquelles elle avait dû participer plusieurs fois.

« Si on les pousse ils risquent d'entraîner les clefs avec eux. Là ils sont à peu près stables, la plupart sont sur leurs chaises, on peut en profiter. »

  Se glissant sous l'une des tables pour avoir une visions d'ensemble du sol vers là où les clefs avaient disparut, Neiko se faufila en avançant, regardant partout autour d'elle. Malheureusement, les fêtards, saouls jusqu'aux os, ne prêtaient absolument pas attention à leurs gestes ni à la force qu'ils y mettaient. Certains balançaient leurs pieds sous la table, frappant avec violence les cottes de la jeune fille qui ne pouvait rien esquiver. L'un d'eux fut si puissant qu'il dut lui briser des os. Elle sentit son propre sang lui envahir la bouche. Cette soirée était décidément horrible.

  Pour éviter de se faire tuer là dessous, elle se résigna à s'allonger totalement pour passer sous les coups des soulards qui ne prêtaient attention qu'à leur propre personne et à leur coupe d'alcool. Après un temps qui lui parût interminable à se traîner difficilement au sol, elle aperçut finalement les clefs à quelques mètres d'elle. Elle les attrapa alors victorieusement et se reçut en pleine tête un nouveau coup, déconcentrée par sa trouvaille. Retenant un gémissement de douleur, elle se recroquevilla sur elle-même quelques instants avant de chercher des yeux une faille pour sortir. Elle se releva alors, trébuchant un peu à la première étape avant de parvenir à se mettre réellement debout. Elle s'essuya le menton où un peu de sang avait coulé, avala enfin le reste et courut vers ces satanées portes pour découvrir ce qu'il y avait derrière.

 Elle se brûla légèrement les mains dessus, puis lorsqu'elle ouvrit les portes, les flammes vinrent lécher ses bottes. L'appel d'air créé avait attisé les flammes qui commençaient à dévorer un stock de serviettes en papier. La vampirette se pressa alors de créer une vague de sang qui atteignit sans mal ce début d'incendie. Restait maintenant à en trouver l'origine...

Horaire:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Lun 8 Mai - 21:03

A peine le topo sur la situation fait, sans avoir le temps de rajouter quoi que ce soit, la Nanare observait  la chef des opérations disparaissant sous les invités en quête de ces foutus clés. Elle aurait voulu l'imiter, mais les quelques coups ramassés en s'y essayant avaient tôt fait de l'en dissuader, contrairement à la Vampirette, Oni' s'accroupissait guettait autour et se relever pour recommencer plus loin. Au bout de quelques minutes en définitive, alors qu'elle venait comme de “remonter à la surface”, une silhouette précipitée attirait son attention. Katsuko.

Bien qu'elle ne lui avait rien dit, d'elle-même, la Nanare en concluait que sa partenaire avait remis la main sur ce qu'elles cherchaient, et avec un train de retard, elle lui emboîtait le pas vers les doubles portes verrouillées du local. De loin, elle essayait bien de lui crier de ne pas toucher les poignets en fer à mains nues, mais le bruit et la précipitation rendaient son action veine. Un long soupire accompagnait ses pas jusque à l'intérieur de la pièce incendiée et avec une certaine perplexité, elle s'attardait un petit instant sur le liquide ayant éteint l'incendie qui s'était répandu dans l'endroit.

-”Bien joué.” Laissait-elle à l'intention de sa partenaire pour lui signaler sa présence.

Sans plus attendre et malgré la fumée nauséabonde qui subsistait encore là-dedans, Oni' s'engageait vers le point qui semblait le plus ravagé par les flammes, c'est à dire au fond, derrière des étagères en métal où étaient entreposé du matériel. Ces dernières obstruaient la vue, car nul doute que les deux kunoichis se seraient précipité bien plus vite si elles avaient tout de suite vu l'homme à terre. Il était brûlé sur la moitié du corps et inconscient, le bout de sa veste n'ayant pas été abîmé par les flammes rappelait celles des agents de sécurité du bâtiment. La Nanare n'était pas une experte en médical, mais elle savait au moins quand quelqu'un respirait ou non, ou si un cœur battait encore ou pas.

Avec sûrement beaucoup de chance, l'individu était toujours en vie, mais est-ce que cela allait durer ? Par chance dans son malheur, en s'étant fait renverser dessus une des nombreuses étagères de rangement dessus, il s'était comme protégé du brasier qu'il avait créé. Encore que, ce n'était qu'un présumé, mais étant donné qu'il était seul ici...  Quoi qu'il en soit, la première des choses à faire avait été de dégager ce meuble de dessus lui, la suite logique aurait été d'avertir les autres agents de l'état de leur collègue, mais  trois d'entre eux se présentaient de eux-même.  Des verres et des amuses gueules en mains, ils semblaient avoir tout prévu pour faire “leur fête”. Ils déchantaient très vite devant le décor carboniser, cherchant des explications que les jeunes filles n'avaient pas, cela aurait plutôt était à eux d'être capable d'expliquer ce qui se passait là dedans. Là dessus, l'un d'eux partait chercher du secours, et les deux autres restaient pour s'en occuper.

Sans aucune gêne, ils ordonnaient presque à la Nanare de trouver leur chef, sûrement parce que la face de Katsuko était plus effrayante... Quoi qu'il en soit, cette dernière n'avait aucune idée de la tête qu'il avait et puis quelque part. Était-ce vraiment leur affaire alors qu'ils venaient de prendre le relai. Le seul point qui restait positif s'en venait, qui disait équipe médicale, disait soin, elle jetait son regard vers la vampirette...

-”Peut-être que tu devrais en profiter pour montrer tes mains à un soignant, il aura sûrement quelque chose pour toi.”
Lui glissait-elle subtilement pour ne pas la froisser. “ On peut très bien se débrouiller au moins une petite heure sans toi, j'irais aider les autres au besoin, t’inquiète !” Affirmait-elle finalement un pouce en l'air avec son sourire convaincue.

Même si elle était en définitive peu certaine qu'elle accepterait de prendre un peu de temps pour elle. Était-ce vraiment raisonnable ? Oni' doutait de plus en plus qu'elle soit capable de tenir jusqu'au bout à ce rythme, à moins qu'elle ne soit pas humaine... Son regard se jetait sur le liquide un poil visqueux. C'était peut-être ça en fait.

-”J'y retourne si tu n'as plus besoin de moi ici.”

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Lun 8 Mai - 21:34
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...

 La vampirette remarqua après quelques instants qu'un homme était là, sous une armoire, à moitié brûlé. Celle-ci devait pourtant l'avoir partiellement protégé sinon il aurait été carbonisé avant qu'elle ne puisse éteindre le feu. Lui saurait certainement ce qu'il s'était passé, mais ils devaient pour l'instant le laisser aux mains de l'équipe médicale.

« Va jouer ailleurs gamine, c'est dangereux. Va prévenir ta chef si tu veux être utile, on s'occupe du reste. »

 La voix prise par l'homme déplu fortement à la fille aux cheveux roses. Celui-ci s'adressait à cette fille qui l'avait prévenue et lui avait permit de sauver l'homme qui était à moitié carbonisé, et ces abrutis qui festoyaient au lieu de faire leur travail osaient parler ainsi ? Alors qu'elle serrait les poings, prête à leur faire comprendre son sens de la réalité, Oni' la rappela à elle en lui parlant.

« Peut-être que tu devrais en profiter pour montrer tes mains à un soignant, il aura sûrement quelque chose pour toi. On peut très bien se débrouiller au moins une petite heure sans toi, j'irais aider les autres au besoin, t’inquiète ! »

  Neiko cracha un peu de sang sur le sol qui venait lui envahir de nouveau la bouche. Elle était bien trop blessée. Si elle s'arrêtait maintenant, elle n'irait pas jusqu'au bout de son devoir et la mission risquait d'être un échec. Jamais des médecins dignes de ce nom ne la laisseraient repartir dans cet état. Ils ne la laisseraient même pas se tenir debout en fait. Effectuant quelques mudras, elle rétablit une certaine apparence dans sa tenue, se soignant comme elle le pouvait avec le peu d'énergie qu'elle avait. Ainsi, elle devrait être capable de tenir, même si elle était épuisée et que la seule médecine qui lui serait vraiment utile était trois longs jours de sommeil.

 Onitsuke se retira alors, retournant aider les autres. Katsuko pendant ce temps expliqua être la chef des femmes de ménage et elle exprima son mécontentement de voir ces imbéciles de la sécurité jouer comme s'il n'y avait aucun risque. Puisque effectivement, il s'était passé quelque chose de grave qui avait failli coûter la vie à un homme. Penauds, ceux-ci s'excusèrent et la prièrent de passer ceci sous silence. Après un regard empli de mépris, la kunoichi aux yeux rouge sang leur dit de se débrouiller, qu'elle ferait le ménage de la pièce lorsqu'ils auraient viré les derniers fêtards. L'un d'eux tenta de lui dire qu'elle devrait peut être attendre les médecins elle aussi au vu de son état, mais la menace de castration lui ôta l'envie d'être plus insistant.

« Je n'ai pas de temps à perdre moi. Je suis en mission, et je compte bien la réussir. Quelle qu'elle soit. J'ai à faire maintenant. »

  Repartant fièrement, elle fit de nouveau le tour de ses jeunes collègues pour s'assurer qu'elles s'en sortaient. Elle dût à nouveau passer un certain temps avec Miku pour éviter qu'elle ne tapisse tout le sol de ses intestins qui devraient pourtant être vides avec sa nausée quasi permanente puis redonna un aspect correct aux allées principales. Ainsi, il ne resterait plus que des détails à faire d'ici six heures. Avec un peu de chance, elles auraient tout terminé vers quatre heures et Katsuko pourrait retrouver son lit qui lui manquait atrocement.

  La musique baissa peu à peu jusqu'à s'éteindre totalement. Il était minuit et il fallait désormais gérer les sorties des masses. Il devait rester environ une soixantaine de fêtards, les plus "joyeux" pour être précis. La place faite permit cependant à la chef du ménage de constater l'ampleur de ce qui les attendaient. Tout compte fait, si elles parvenaient à tout finir avant six heures, ce serait un beau miracle. Se retroussant les manches, la jeune fille commença par ouvrir plusieurs sacs poubelles et appela Sophie et Nina à l'aide pour rassembler tous les fêtards dans la zone de Miku. Celle-ci étant assez catastrophique, la meilleure technique serait certainement de nettoyer tout le reste de la salle, laissant les fêtards sur les zones de Miku et d'Oni' pour ensuite renvoyer miss pas douée chez elle, la faire aller se reposer pour être plus efficace sur la fin. Si elle pouvait juste contenir la saleté dans sa zone d'ici là, ce serait un gain de temps considérable. Après tout, sa zone était la plus proche de la sortie, les derniers joyeux drilles n'auraient pas à traverser toute la salle pour aller dehors et ne resaliraient pas tout.

 Se mettant à la tâche, Katsu' commença enlever toutes les protections des tables et les ranger sur la scène qui était la partie la plus propre de la salle, maintenant qu'elle avait été libérée par Etwhal et ses musiciens. Avec Nina, elles rassemblèrent toutes les ordures dans les sacs poubelle jusqu'à arriver à bout de ceux-ci. Voilà qu'ils avaient sous-estimé le nombre de contenants nécessaires... Après tout, on avait parlé d'environ deux cents personnes et son estimation s'approchait plutôt des cinq cents au vu de l'entassement qui avait été fait et des chaises qui s'étaient ajoutées au cours de la soirée... Elle envoya donc Sophie chercher des sacs supplémentaires à l'office qui gérait la salle, sachant qu'il y restait une personne au cas où le temps de la fête, pendant que Nina, Ruri et elle continuaient de ranger les tables. Pour une fois, l'administration avait bien réfléchi.

 Cependant, plus le temps passait, plus la genin aux cheveux roses toussait. Son sang emplissait sa bouche à intervalles irréguliers, la gênant dans son travail. Elle devait tenir. Plus que quelques heures et la mission serait réussie.

Horaire:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Lun 8 Mai - 22:42

A nouveau à la conquête de son territoire. C'était un peu comme ça qu'elle le voyait, sa zone qui s'était vidée, reprenait en volume de fêtard, elle guettait tout d'abord l'environnement de miss catastrophe, proche de la sortie, pour s'assurer qu'une nouvelle vague n'était pas entrée. Eh bien non, c'était le reste de la salle qui s'était fait expédier là. Pas besoin d'un dessin pour comprendre pourquoi en voyant de loin, ses partenaires débarrassaient les tables et chaises.

Au milieu de la foule restante, elle poursuivait sa tâche, trempant sa serpillière dans les flaques régurgitées, elle-même était nauséabonde, n'osant même plus jeté un œil sur l'état du tissu qu'elle portait. Au fur et à mesure, la Nanare avait elle aussi quadrillé sa zone, les repoussant au fil que la masse diminuait vers sa camarade toujours aussi débordée. Ce qui lui permettait de mettre en état et de garder au propre ses zones “interdites”.

Ceux qui restaient,  étaient tellement imbibés qu'ils n'étaient pas capable de réagir quand elle poussait ou les accompagner plus loin. Un peu gain de temps, mais une grande perte d'énergie à devoir sans cesse jouer aux gendarmes. C'était pendant ce même temps, qu'elle croisait l'équipe médicale évacuait leur patient, ainsi que les agents peu fiers. L'un d'eux les escortait jusqu'à l'hôpital et les deux autres s'en venant vers la direction de la Nanare.

-”Il va s'en sortir de ce qu'ils disent.” L'informaient-ils.

Elle se contentait d'un bien, ayant du mal à cacher son désintéressement là tout de suite, néanmoins, restant courtoise, elle fit les échanges de verbes d'usage, avant d'elle même venir à la pêche au info.

-”Et la fille aux cheveux roses qui était avec vous ?”  Ils se consultaient un instant du regard et la Nanare comprenait qu'elle ne s'était pas accordé de repos. “ Peut-être était il temps de faire un mande honorable en vous rendant utile.”

Sans vouloir paraître plus moralisatrice que déjà, du bout du manche de son balai, elle pointait la direction des opérations à l'autre moitié du concert qui débarrassait le mobilier, avant de nettoyer. D'un simple hochement de tête, ils se séparaient et Oni' les guettait du coin de l'oeil rejoindre la Vampirette en quête d'instruction. Deux bras de plus n'allaient pas être négligeable dans leur cas. Elle ne laissait pas de place au relâchement et finalement, quel soulagement que fut le sien en entrant dans le périmètre de la dernière zone de foule qui se vidait. Miku semblait rendre l'âme ou ses tripes. La Nanare secouait la tête doucement, même elle savait qu'un shinobi serait confronté à pire que ça, mais il fallait bien un début à tout pour entraîner la résistance.

Elle lui déposait une tape sur l'épaule et sa partenaire la voyant filait dehors prendre de l'air frais comme ci sa vie en dépendait. Oni' n'avait pas eu le temps même de réagir, mais elle s'en amusait plus qu'autre chose en prenant la suite en main, en fait, vu qu'elle souillait autant l'endroit, voire plus qu'elle ne le nettoyait, ce n'était pas plus mal de l'en éloigner. Un énième sceau, accompagné d'un sac et le retour des bousculades et gestes désagréables après un court répit. La fille prenait ça avec légèreté, observant le côté vide et se disant qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps à les endurer. Ils avaient eu leur lot de calvaires et vu qu'on approchait du final, elle aurait voulu naïvement croire que plus rien ne pouvait arriver, mais une bousculade plus violente que les autres la propulsait à terre tandis qu'elle ramassait les détritus.

-”Quoi encore ?!” Grognait-elle mauvaise en se relevant.

Un cercle compact d'individus s'était fait autour de là où provenaient des cris. Une bagarre d'ivrognes concluait-elle. Rien d'extravagant, mais elles s'en seraient bien passé. La kunoichi s'appliquait dès lors à se frayer un chemin pour séparer les teigneux, espérant malgré tout que la sécurité qui avait été rappelé à l'ordre s'en chargerait. Quelle fut sa déception en trouvant le duo d'agent bagarreurs d'un peu plus tôt. Ils se tapaient à nouveau dessus et puis vous savez quoi ? Elle tournait les talons pour reprendre son travail en toute tranquillité maintenant qu'ils captivaient la foule autours. Et surtout, que le spectacle dure longtemps !

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Lun 8 Mai - 23:18
CHINOIKE KatsukoFrotter brosser laver !
À la limite de l'acceptable...

 Neiko, avec Ruri et Nina, avançait efficacement dans toute la partie dégagée du public. Une fois les tables rassemblées, elles commencèrent par dégrossir le travail à faire au sol. Elle commencèrent par tout rassembler en tas et, au fur et à mesure qu'Oni' réussissait à virer les gens de sa propre zone, les trois filles enlevaient les tables.

 Après presque une demi-heure de travail, Katsu' remarqua que Sophie n'était toujours pas de retour. Elle allait regretter de traîner autant. Ou du moins c'est ce qu'elle se dit avant de remarquer le tas de personnes énorme juste devant l'entrée. Voilà qui était gênant. La genin fila jusqu'au lieu du grabuge pour essayer d'en comprendre la raison. Elle remarqua du coin de l'oeil qu'Oni' s'en éloignait au même moment. S'avançant péniblement et se frayant un chemin à coups de coude, la jeune fille désormais blanche comme le plâtre arriva devant deux des agents de sécurité qu'elle reconnu. C'était ceux qui lui avaient conseillé d'aller voir l'équipe médicale.

  Alors qu'ils lui avaient dit de se reposer, voilà qu'ils la ralentissaient et lui rajoutaient du travail. Une sorte de fureur vint la saisir et la fille créa un fouet de sang avec lequel elle vint aggriper l'un des protagonistes par la gorge, forçant tous les spectateurs à s'écarter. Elle le tira violamment à elle, et dès qu'il fut à ses pieds, sur le dos, elle transforma son fouet en une épée au fil acéré qu'elle abattit sur l'homme. Elle n'arrêta la lame qu'à la dernière seconde.

 Une flaque à l'odeur nauséabonde s'étendit peu à peu sous l'homme terrifié. La démone le regardait avec des yeux rouge vif qui démontraient une claire envie de meurtre.

« Je te donne deux minutes pour te calmer et faire sortir tous les autres clampins de cette salle si tu veux que la soirée se termine bien. On est fatiguées et on a du travail, alors n'en rajoute pas. Et d'ailleurs, avec tes copains qui n'avez pas fait votre boulot, vous allez nous aider à terminer ça, on a pas toute la nuit et si je vois ne serais-ce que l'un d'entre vous, je vais faire mon rapport sur votre comportement ce soir. Si tout est propre à temps, "j'oublierai" tout ce bordel. Deux minutes. J'ai une collègue sérieuse qui attend à cause de vous. »

  Faisant disparaître son arme, la fille à bout d'énergie s'écarta pour les laisser faire leur travail, récupérant au passage Sophie qui s'excusa milles fois d'être en retard devant l'air particulièrement tendu de sa supérieure. La Chinoike se forçait à tenir debout le temps que les derniers fêtards sortent. Elle alla ensuite voir Miku qui venait de rentrer.

« Tu as bien travaillé Miku, va dormir, on va finir ça avec les personnes de la sécurité. Ils n'ont rien fait de la soirée, il faut bien qu'ils travaillent pour mériter leur salaire. »

  Son ton était sans appel et la jeune fille maladroite souria, un peu gênée. Elle savait parfaitement qu'elle n'avait pas été très utile et elle savait aussi qu'elle risquait de plus les ralentir qu'autre chose si elle restait plus longtemps. Elle accepta donc l'ordre en remerciant plusieurs fois Katsuko avant que celle-ci ne la chasse d'un geste de la main, lui répétant d'aller dormir. La fille aux cheveux roses retourna alors vers les trois autres pour les aider à mettre les détritus dans les sacs. Elle fut prise d'une nouvelle quinte de toux qui emplit sa bouche de sang. Son ventre lui faisait atrocement mal, ces imbéciles de soulards avaient dû lui briser des cottes lorsqu'elle cherchait les clefs. Après avoir craché dans un sac, elle prit quelques secondes pour respirer.

 Cette pause la fit cependant vaciller quelques instants avant qu'elle ne s'effondre. Si la première fois, elle avait été discrète, maintenant qu'ils n'étaient plus que huit dans la pièce, elle l'était beaucoup moins. Pestant contre sa propre faiblesse, elle se redressa en s'appuyant à la scène. Elle repoussa froidement Sophie qui avait fait un geste d'aide vers elle puis reprit le rangement. Le temps était un luxe qu'ils ne pouvaient pas s'offrir.

« On a pas tout notre temps ! Ne vous occupez pas de moi et bossez ! »

 Toussant à nouveau, elle alla chercher les produits nécessaires pour passer un grand coup de serpillère, remplissant des seaux d'eau avant d'y ajouter les doses de nettoyants indiquées. La première moitié de la salle était totalement vidée, il ne restait donc plus que ce dernier passage à faire. Katsu' traîna difficilement les seaux jusqu'à cette partie libre et commença à les vider. Elle revint avec les outils nécessaires pour les autres filles, laissant un passage pour que les hommes de la sécurité puissent prendre toutes les tables et les emmener à l'office. Elle appela seulement Nina pour lui demander de l'accompagner et de l'aider à s'occuper de la dernière partie qui nécessitait vraiment leur intervention, la salle à moitié brûlée.

Horaire:
 


_________________
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]   Mar 9 Mai - 21:35

Elle qui avait tourné les talons pour repartir à sa tâche ne pouvait s’empêcher de zieuter la scène, quand la vampirette allait offrir une petite correction aux fouteurs de troubles. Une petite pointe de déception envahissait la Nanare, s’était réconfortant en un sens de les voir se taper dessus, en effet, chacun donnait les coups à l’autre qu’elle aurait elle-même voulu leur porter. Elle secouait la tête lentement et désespérée, quand la foule moqueuse hurlait sous tous les toits que l’homme s’était uriné dessus.

L’alcool était décidément un fardeau terrible dans lequel il valait mieux ne pas s’engager.

Inévitablement, rendu à huit, même dans un si grand espace, l’état de Katsuko ne pouvait être plus ignoré. Comme de concert tous ses partenaires s’étaient stoppé dans leur tâche pour la regarder, tandis qu’elle crachait dans un sac le teint plus macabre qu’il y avait une heure. Si les filles s’y osaient, la Nanare, elle, se remettait à frotter le sol sans commenter. De toute façon, il n’y avait rien qu’elle pouvait y faire. Son soulagement était qu’au moins, les agents de la sécurité ayant décidé de travail et donc évacuer les derniers fêtards, une fin à cette aventure se profilait.

Elle jetait un nombre considérable de sceau savonneux devant l’entrée, la dernière zone la plus atteinte et pressant le pas, la Nanare essayait de combler le retard sur le reste de la salle, pour que le périmètre soit prêt aux finitions quand ses collègues arriveraient à ce niveau. Oni’ elle-même se voyait assaillir de petits points blancs venant gâcher sa vue, preuve que les émotions, autant que les efforts commençaient à avoir raison de sa résistance. il suffisait alors de regarder vers leur cheftaine pour reprendre du poil de la bête, cela ne pouvait pas être pire que cela et en rentrant, elle se ferait rapidement un bon repas.

L’idée la mettant en appétit, elle dégaina sa sucette favorite d’une de ses poches et depuis sa distance, sa voix s’élevait plus ou moins pour en proposer à qui voudrait… Son stock était toujours exagéré, Oni’ ne sortait jamais sans un paquet plein de ces cochonneries, et des fois même, pour le cas où, elle en achetait sur la route. Le sucre la fera probablement finir édentée…

Pour en revenir à nos moutons, preuve qu’ils avançaient correctement, la Nanare levait le nez du sol un instant pour voir passer le duo qui s’occuperait de la salle carbonisée, être plus que ça dans un si petit espace serait plus gênant qu’autre chose, alors elle ne proposait pas son aide. Préférant jeter un regard accusateur aux agents qui s’appliquaient sagement aux tâches confiées par la vampirette. Tandis que le local se gérait, ses camarades l’avaient rejoint pour l’aider à finir les sols, les détritus étaient déjà jeté et les meubles rapidement dégagés par les deux gars soudainement plus motivés.

Un nouveau seau d’eau savonneuse et une éponge solide, la Nanare avait quant à elle migrer vers les grandes portes d’entrées pour venir les frotter. Ces dernières pour ne faciliter en rien la tâche avaient moulte détails gravés et une surface exagérée de vitraux. A se demander par quel miracle tous ces déchaînés n’en avaient brisé aucun. Elle découvrait avec mécontentement quelques tags encore frais en bonus sur leur façade extérieure. Au moins, une brise légère caressait son visage, revigorant un peu son esprit et surtout son odorat tandis qu’elle mettait de l’huile de coude à frotter, faisant rouler sa sucette d’un bout à l’autre de son bouche. Néanmoins, elle se stoppait et se retourner en entendant des pas derrière elle.

Silencieuse, elle fixait le groupe de personne plus âgées, et visiblement loin d’avoir festoyé. Ces derniers tous ensembles se plaignaient des gènes qu’avaient occasionné le concert chez elle, l’un des voisins, malheureusement le plus proche lui pointait du doigt leur poubelle que certains étaient venu éventrer et vider chez lui. Sérieusement pensait-elle très fort, si elle était paranoïaque, elle jugerait que quelqu’un avait été payé pour saboter leur travail et rendre ça le plus insurmontable possible. Elle eut beau demander s’ils avaient qui étaient les responsables, elle ne récoltait que des réprimandes et ils juraient qu’ils se plaindraient aux Kages pour avoir vu leurs propriétés utilisées comme poubelle par leurs shinobis. La bâtisse laissait paraître un bon niveau de vie, d’ailleurs, rien que vivre dans ce quartier déjà…

Elle soupira longuement dans son agacement, mais pourtant, elle retournait chercher des sacs de poubelles et aussitôt, toujours en subissant les plaintes, la Nanare s’appliquait à ramasser à nouveau leur détritus qu’elle commençait à avoir marre de voir. La femme à qui appartenait la cour pinaillait jusqu’au moindre petit bout, ce qui retardait Oni’ pour revenir vers la salle où le travail n’était pas encore terminé...


_________________
 

À la limite de l'acceptable... [Mission solo de rang D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» I believe I can Fly... [Mission Solo]
» Ton destin t'appartiens (Mission Solo Rang C)
» [Mission Solo] A, A, A, Anarchie !
» Mission Solo
» Forêt magique de mon c.... Ah bonjour gente dame [mission solo] o:)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Suna :: Grande Place-