AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
L'oasis - Pv HayateVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Sam 20 Mai - 20:08

Elle se laissait faire quand il la capturait presque dans ses bras, c'était une sensation qu'elle n'avait plus eu l'occasion de sentir depuis longtemps. Ce contact humain. Non pas un intéressé comme la vie en avait mis sur sa route, ça paraissait sans arrière volonté, peut-être avait-elle fait vibrer une même corde sensible dans sa propre existence. Oui, c'était exactement ça.

Il lui donnait son nom, et elle le retenait pour son exotisme à son ouïe, ainsi que la dangerosité à laquelle il était associé. Cela, même si il ne l'avait pas précisé, nul doute qu'elle l'avait déjà compris. Qui avec un pareil pouvoir ne le serait pas, dangereux ? Lui ?  Qu'est-ce qui l'avait rendu différent de l'avidité de violence qui semblait frapper les siens, son parcours sans nul doute. Oni' découvrait dans le fil de son récit, que la vie des clans qu'elle enviait et même simplement d'une vie de shinobis était aussi terrible, voire plus qu'une vie civile. Aussi dure soit-elle pour survivre et gagner sa vie. Au moins, il avait gardé sa sœur et elle n'insistait pas au moment où elle sortait de l'histoire sans plus de précision que cela, après tout, elle aussi n'avait pas tout livré. Cela faisait parti d'un jardin secret qui les constituait. Le livre ne pouvait se dévorait en quelques pages clés. Ça gâcherait le jeu.

-Cela nous fait une malédiction commune, essayons de lui coller une étiquette moins dur à porter à notre foutu héritage...

Concluait-elle finalement. Et après quelques instants silencieux à juste profiter d'une présence, la Nanare se détachait en faisant quelques pas en avant, elle s'étirait en regard le plafond et le faisceau lumineux. Hayate lui semblait complètement absorber par ses propres démons, une sensation terrible qu'elle connaissait que trop bien, assez pour ne pas l'y laisser dedans. Après tout, c'était là tout l'intérêt à ne pas être seul. Elle fouillait dans sa mémoire la courbe et les particularité de sa flûte et en quelques instants, elle était capable de s'en créer une de shôton. Son souffle à l'intérieur produisait un son terrible pour n'importe quelle ouïe, et les pressions sur les trous ne faisaient qu'empirer l'affaire. Oni' n'était pas bonne musicienne faut croire.

-C'est beaucoup plus dur que je ne le pensais ! Annonçait-elle en rigolant. Apprends moi à en jouer.

Son regard vagabondait sur les courbes des plafonds caverneux, elle se demandait si le bruit allait toujours ainsi raisonné. Le chant de la flûte ainsi amplifié, ça augmentait le côté mystique de l'endroit au cœur de la pierre.

-En échange, je parlerai de toi à quelqu'un d'important, qui sait, je pourrais peut-être même te faire visiter la citée avec un laisser-passez. Cela te plairait ? Une réflexion lui venait. Mon appartement à Suna est à peine plus grand que ma tente, donc je ne sais pas si je pourrais t'offrir l'hospitalité ! Cela la faisait rire, et une nouvelle interrogation lui venait... Et toi, où vis-tu ? Enfin, je veux dire, est-ce que tu rentres parfois quelque part ?

_________________
XP : 264
Messages : 60
avatarNukenin
Kaguya Hayate
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Sam 20 Mai - 22:48

L'oasis

Feat Onitsuke Nanare



Visiter Suna

Une malédiction commune ... Oui, enfin, je n'en sais rien. C'est la même chose en étant différent, je ne sais pas si mes parents auraient été si cruels avec moi que l'on été ceux de Oni avec elle. Je pense qu'elle a du comprendre maintenant pourquoi je lui ai un peu fait la leçon tout à l'heure, et encore elle n'a pas entendu le plus gros de l'histoire. Je n'arrivais maintenant plus à me détacher de mes souvenirs, je revivais en boucle le combat avec ma sœur en fixant les flammes, virevoltantes comme des combattants agiles.

La jeune femme quittant mes bras attira mon attention l'espace d'un instant mais aussitôt je replonge dans la noirceur de mes souvenirs. Jamais je ne pourrais oublier ce sentiment que j'ai eu quand j'évitais à tout prix les os de ma propre sœur, ce cœur noué, ce sang bouillonnant de plus e plus à chaque esquive, une envie de contrer grandissante. Et ce moment ou enfin je porte le coup décisif, je revois encore mes faibles compétences réussir à faire suffisamment pour arrêter une mort sûre. Je ne saurais dire si heureusement ou non, mais un bruit strident vient me faire grincer des dents et porter un regard vers sa source, qui n'est autre que ma compagne de voyage, essayant de jouer d'une flûte en cristal, similaire à la mienne.

Dans un grand soupir et une petite claque à moi même, je me relève et fait de mon mieux pour chasser ces idées noires au moins le temps que j'étais en sa compagnie, avoir quelqu'un dans cet état ne devait pas rendre la situation confortable. Elle dit que jouer de la flûte est plus dur que ce qu'elle pensais en riant, en effet je vois qu'elle n'y arrive pas si bien. Elle veux que je lui apprenne, ce à quoi je répond par un haussement d'épaules, je n'étais surement pas bon professeur, n'ayant jamais enseigné quoi que ce soit à quiconque, mais il y a un début à tout je suppose.

Je voulais aller fouiller mon sac, mais j'avais oublié que je l'avais laissé de l'autre côté, me retournant devant le feu et cherchant en vain. M'en souvenant, je vais m'asseoir de nouveau à côté de Oni en lui disant que j'essayerai de lui apprendre, mais que comme la mienne était là-bas, je devrait lui emprunter la sienne. Une fois qu'elle me la donne, je joue le début d'une mélodie qui à un son plus ... aigu je dirai que sur ma flûte en os, surement à cause du matériau.

Je joue ensuite les notes classiques dans l'ordre, montrant bien la position de mes doigts à Oni et lui disant de reproduire, sans changer la façon dont elle souffle dans l'instrument. La laissant s'essayer plusieurs fois, elle finit par reprendre la parole peu après, me disant qu'elle pourrait me faire entrer dans Suna en parlant à quelqu'un d'important afin que je visite Suna, ce à quoi je répond bien sûr par oui, ce n'est pas tous les jours que l'on visite les villages cachés.

Elle rit ensuite en parlant de son appartement à peine plus grand que sa tente, et qu'elle ne sait pas si elle pourrait m'offrir l'hospitalité, ce qui me fit sourire en secouant la tête, il faut savoir, elle n'aime pas que je la taquine ou elle le fait elle même ? Elle finit sa phrase en me demandant si j'avais un endroit de retour, ce qui n'était pas le cas, d'où ma joie d'avoir cet endroit une fois qu'il sera aménagé.

" Non, ça fait longtemps que je n'ai plus de " chez moi ", mais je me débrouille sans, vivant principalement dans la nature ou me payant quelques nuits dans des auberges quand je n'ai pas la forme de dormir à la belle étoile. " dit-je d'un ton neutre, j'y étais habitué après tout, et puis ça permet d'être entièrement autonome, et tu apprend beaucoup à vivre autant dans la nature.

" Pour ce qui est de Suna, je serai très heureux de pouvoir visiter oui, j'ai beaucoup entendu parler des qualités de ce village, notamment en technologie, ce sur quoi il faudrait que je m'améliore ... Et pour ton appartement, s'il est plus grand que ta tente ça devrait aller, tant que tu n'a pas la soudaine envie de me chevaucher ! Plus sérieusement, fait comme tu le souhaites, je n'ai pas envie d'abuser de ta gentillesse. " dit-je en riant au milieu de la phrase juste après ma boutade.

Elle avait réussi en peu de temps à me faire chasser mes idées noires, ce pour quoi je lui était reconnaissant, sans même vraiment y penser. Elle réussissait à me maintenir heureux le temps qu'il fallait, et c'était suffisant. Je reprend ensuite la flûte en jouant une mélodie rapide et fait semblant de lui tendre pour qu'elle le fasse, mais au moment ou elle prend la flûte je lui demande en riant si elle comptais vraiment essayer quelque chose de si complexe. Je garde la flûte pour jouer une chansonnette basique, exagérant la position des doigts pour lui montrer correctement. Lui tendant la flûte pour qu'elle s'exerce de nouveau, je fait part d'un détail auquel nous n'avions pas pensés.

" D'ailleurs il faudra retraverser pour prendre les affaires pour dormir, sinon nous allons être à même le sol ! Nous avons encore le temps, mais je le dis maintenant pour ne pas se faire surprendre pas la fraîcheur de la nuit venant refroidir l'eau ! " dit-je en montrant le tunnel.

" D'ailleurs nous avons une après-midi à tuer, nous pourrions profiter de l'eau que nous avons ici pour nous baigner, cela m'étonnerait qu'on y croise quelconque bête et on ne reverra pas de l'eau de si tôt. Sinon je peux aussi continuer à t'apprendre à jouer de l'instrument et on peut continuer à parler entre temps. Si tu as une autre idée, elle est la bienvenue bien sûr ! "

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Dim 21 Mai - 0:57

Ils prenaient une pause dans l'enseignement musical, et la fille avait du mal à cacher son enthousiasme quand il acceptait sa proposition, fallait-il croire qu'elle aurait bien aimé ça jouer les guides touristiques. Un sourire qu'il s'empressait de faire retomber, bon enfant ma foi, dans sa boutade préférée, mais elle lui répondait du tac au tac !

-Vu le nombre de fois que tu me l'as rappelé en une journée, je ne peux que être certaine que tu as adoré ça ! Avoue-le, tu voudrais que je recommence !

Annonçait-elle taquine en se permettant la familiarité de lui tirer sur sa joue. Ils avaient une complicité étrange, qui se faisait innée au fils des heures qui s'écoulaient. D'un regard extérieur, cela n'aurait fait aucun sens, mais cela ne semblait ni inquiéter l'un, ou l'autre.

-Je serais ravie de m'occuper toi et peut-être qu'un jour, quand on aura emménagé notre chez nous, tu me feras le guide pour le monde ! Je n'ai jamais quitté le désert.

Et jusque là, elle n'en avait jamais eu envie, cependant, la pluie semblait la faire rêver un peu, elle aurait voulu connaître l'humidité d'une brume au moins une fois. Ils reprenaient l’apprentissage de la flûte, le Kaguya avait une soudaine humeur taquine et moqueuse, ce n'était pas pour déplaire à la Nanare qui faisait toute sorte de moue en le découvrant lui, autant que l'art de la flûte en définitive. Elle se lassait bien vite de son propre manque de talent et l'invitation à se baigner, tombait de façon salvatrice.

-Ah c'est vrai, mais ils seront trempé en passant sous l'eau... Mieux ne vaut pas dormir de l'autre côté du coup ?

S'interrogeait-elle tout en rejoignant l'étendue d'eau. Elle fixait la lumière de la torche au mieux, aidant son éclairage en lui rajoutant un arc en cristal. Les facettes du shoton redistribuaient la lumière sur le petit bassin d'eau. Cette même qui avait une température fraîche, mais agréable après les efforts fournis, la fille avait déjà abandonné son surplus de tissu de l'autre côté et ils pouvaient se détendre un peu temps dans l'eau avant d'avoir à traverser à nouveau le tunnel. D'autant plus qu'une surprise les attendait de l'autre côté, des visiteurs. En effet, quelques membres de la famille d'Oni' étaient ponctuellement rendus là pour récupérer des pierres sur les parois, ils ne pouvaient pas s'empêcher de fouiller leurs affaires et surtout partir avec.

Comme les deux shinobis avaient passé beaucoup de temps dans leur repère, ils avaient largement eu le temps de faire toutes leurs besognes. Mais par chance, ils restaient encore leurs traces sur le sable, la question, combien de temps encore ? Et quand les deux amis allaient ils le découvrir... Le groupe nomade marchait une heure vers le nord, là où ils avaient posé leur campement pour la nuit..

_________________
XP : 264
Messages : 60
avatarNukenin
Kaguya Hayate
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Dim 21 Mai - 2:04

L'oasis

Feat Onitsuke Nanare



Voleurs !

Encore une fois je réussis à faire réagir Oni avec cette blague sur la nuit passée ensemble ! Elle répond cette fois en impliquant que j'ai adoré ça et que je voudrais qu'elle recommence, ce a qui je ris et décide de suivre son jeu, après qu'elle ait fini de me tirer la joue, acte que je devine familier, et montrant le fait que j'ai réussi à me faire une amie, qui ose certains gestes, ce qui me donne une idée pour ma réponse :

" Et bien si tu me propose c'est que c'est surtout toi qui en a envie ! Si tu y tiens temps je ne peux refuser, sinon je devrais aller dormir dehors !" lui lançai-je en lui touchant la joue a répétition.

Quelques instants plus tard elle me dit qu'elle serait ravie de faire la guide touristique, et qu'elle aimerait que je fasse de même pour le monde, comme elle n'a jamais quitté le désert. Je lui répond que c'est possible mais aussi long que tortueux, il faut s'y préparer, et ne pas avoir d'obligations, lui disant que si elle y était prête, elle pouvait m'accompagner. Une partenaire de voyage avec qui je me lie aussi bien ne serait que bénéfique, car ce qui me manque durant mes voyages est surtout de la compagnie.

Après quelques nouveaux essais peu glorieux de flûte, elle me répond que dormir de l'autre côté serait mieux pour ne pas tremper toutes nos affaires, ce à quoi je lui répond que nous avons son sac, et que faire des allez-retours si besoin ne me dérange pas, tant qu'on a un endroit sans danger où dormir ! Voyant que la demoiselle semblait régler la lumière pour bien éclairer l'eau et tâter la température, je me suis dit que la surprendre pourrait être drôle, elle qui voulait aller à l'eau ...

" Allez, maintenant faut oser y aller ! " dit-je en courant vers la femme, en la prenant dans mes bras et en me jetant dans l'eau avec.

La faisant remonter à la surface avant moi, la tenant tant qu'elle en a besoin pour se remettre de cette petite surprise, je m'entend rire comme jamais je ne l'avais fait, Oni à un effet miraculeux sur mon comportement, comme une clé ouvrant les portes de mes sentiments, que je découvre en même temps qu'elle. C'est agréable de rire à ce point, et même cette sensation de confort en sa compagnie dans cet endroit isolé du mal régnant dans le monde. Je ne pensais plus à la mission à cause de laquelle j'étais venu en exil, et je commençais à laisser tomber mes idées noires sur les souvenirs familiaux.

Une fois qu'elle peut se tenir à la surface de l'eau, en nageant ou en se tenant, je remet mes cheveux tombés sur mon visage vers l'arrière, restant épaules hors de l'eau en brassant l'eau de mes pieds, regardant ensuite la jeune femme en souriant je me met à nager doucement dans ce grand bain qui nous est offert. Nous passons plusieurs dizaines de minutes dans l'eau ainsi, à nager tranquillement ou à se taquiner en s'envoyant des gerbes d'eau tel des enfants. Au bout d'un moment, je sort et signale à la dame que je vais essayer de ramener les affaires avec le sac imperméable, que je chiffonne et ferme avec mon poing en revenant dans l'eau.

Plongeant ensuite, nageant plus aisément connaissant le chemin, je remarque avec surprise que le côté opposé n'est plus illuminé, la torche s'est-elle éteinte ? Emergeant du côté sombre, la torche n'est plus là, et avec la faible lumière émanant de dehors, je remarque que nos affaires non plus. Me hâtant à la sortie, rampant pour aller dehors, je remarque des traces de pas fraîches dans le sable. Il n'y avait plus une minute à perdre, il fallait retrouver ces voleurs. Mon sourire disparu, je rampe de nouveau à l'intérieur, plongeant et nageant vite de l'autre côté.

Arrivé à la surface, je prend le peu d'affaires utiles qu'Oni avait pris à l'aller, les fourre dans le sac imperméable et le noue à l'aide de la grosse corde que j’enroule autour de mon dos, le sac placé sur le dos et la corde enroulée à plusieurs tours de mes hanches à mon épaule. Me hâtant dans l'eau et montrant mon dos à la demoiselle, je lui résume la situation :

" Toutes les affaires de l'autre côté ont disparues, mais il y a plusieurs traces de pas dans le sable, on va traquer ces voleurs. Monte sur mon dos, je peux t'emmener. "

Une fois la dame bien attachée à moi, je fais un compte a rebours puis plonge, nageant avec plus de force, étant chargé. Arrivé à la surface, je m'assure que ma compagne va bien, et me dirigeant vers la sortie je lui dit qu'on pourrait attendre le soir, mais qu'il valait mieux partir en chasse le plus tôt possible, et que les vêtements mouillés contreraient la chaleur de l'après-midi, mais certainement pas le froid du soir. Ouvrant le chemin jusqu'à l'extérieur, j'attend qu'Oni soit prête pour lui prendre la main et la presser, suivant les traces par terre. Si on se dépêche on les rattrapera, il le faut, on ne peux pas passer la nuit sans équipement. Ils ont intérêt à tout nous rendre rapidement sinon Oni comprendra pourquoi je lui ai dis de s'écarter des Kaguya.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

XP : 314
Messages : 83
avatarSunajin
Nanare Onitsuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Dim 21 Mai - 22:00

Tout allait si vite, qu'Oni' n'avait pas eu le temps d'en placer une et c'était bien dommage. Si il ne l'avait pas coupé à chaque fois qu'elle avait voulu lui exposer sa théorie, peut-être que son pic de stress ne serait pas si haut à l'heure actuelle. Finalement la Nanare avait lâché l'affaire se laissant traîner plus ou moins avec docilité, patientant le moment où il serait à même de l'écouter un peu. Quelle maudite impulsivité qu'il pouvait avoir n'empêche !

-Bon, si tu me laisses finir mes phrases cette fois. Elle retirait brusquement sa main prisonnière de son emprise, l'obligeant à capter son attention.  Inutile de paniquer, je t'ai dit que des membres de ma famille venaient régulièrement à cette période récolter des pierres. Elle soupirait. Ils ont sûrement ramené nos affaires au campement à mon père, mes frères ne sont pas toujours futés, ils ont toujours été doués pour nous ramener les ennuis. Il nous les rendra sans faire d'histoire...

Mais pas sans la jetait comme une mal propre devant public. C'était un prix à payer et la kunoichi le savait, elle aussi comptait bien récupérer ses affaires, ses finances étant hasardeuses depuis la fin des entourloupes, elle ne pouvait pas se permettre de perte. Les traces étaient encore fraîches, preuve qu'ils leur collaient au train, mais même sans elles, Oni' aurait été capable de les conduire jusqu'au campement, de vieilles habitudes, qu'aujourd'hui en tant que shinobi elle trouvait dangereuse. Encore que, sa famille n'avait rien à se reprocher ? Non ?

Une pensée pour sa mère et son sourire se ternissait, plus encore au fur et à mesure que l'anxiété lui donnait mal au cœur. Les toits des tentes étaient à porter de  vue et les silhouettes du duo s'affichaient silencieusement très vite devant le clan nomade. Les plus jeunes les détaillaient avec surprise et intérêt, ils ne reconnaissaient même plus leur propre sœur, preuve que le temps avait beaucoup coulé. Les aînés plus virulents réagissaient plus violemment, on lui sommait de dégager, mais elle ne répondait à aucun d'eux, invitant d'un geste le Kaguya à en faire autant. Et enfin attiré par l'agitation, le patriarche se présentait face à eux. Il offrait un regard dur à la fille qu'il connaissait que trop bien, puis simplement, avec neutralité, il les questionnait sur sa venue. Oni' expliquait comme si elle s'adressait à un étranger que ses fils les avaient allégés de leurs affaires et le père ordonnait que l'on leur rende, il ajoutait une phrase avec un double sens qui se voulait comme un coup de poignard.

-Ici aucun n'est voleur ou escroc, parfois peut-être un manque de jugement désastreux. Retourne à ta ville.

Conseillait-il en finalité, jetant les sacs à peine fouillés aux pieds des intrus de son campement. Ceci dit et peut-être que là le Kaguya reconnaîtrait le trait de famille et l'éducation qui avait persisté, puisque le vieil homme usé s'excusait chaleureusement auprès du jeune homme. Il l'informait aussi que son hospitalité lui serait toujours accessible s'il se retrouvait seul au milieu du désert.  Il ignorait totalement celle qui l'accompagnait et cette dernière n'enfonçait pas le couteau dans la plaie, de toute façon son regard était rivé sur les mains d'un plus jeune frère qui admirait encore le cailloux précieux ramené par ses frères. Son cailloux à elle. Ah s'ils savaient. Son sourire se décrochait, une chaleur étrange étant venu la consoler, puis elle se retournait vers son acolyte qui ne serait pas surpris, elle le lui avait déjà dit.

-Peut-être une chance pour toi de trouver de nouvelles compagnies. En ce qui me concerne, je vais me remettre en route pour rentrer à temps à Suna. C'était un temps agréable en ta compagnie. Lui confiait-elle en tapant sur son épaule, sur quoi, elle ramassait ses affaires. A bientôt qui sait.

Là dessus, n'étant propice à la conversation, elle s'éloignait en tournant les talons, marchant calmement à travers les dunes pour rejoindre la citée de sable. Ce faux silence au milieu du chant du désert était réconfortant, ou plutôt apaisant, au final, elle avait eu ce qu'elle voulait, elle les avait vu de chair et d'os, même aussi bref que ça avait pu être. Alors quoi ?...

Alors quoi...

Spoiler:
 




_________________
XP : 264
Messages : 60
avatarNukenin
Kaguya Hayate
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oasis - Pv Hayate   Mer 24 Mai - 23:35

L'oasis

Feat Onitsuke Nanare



Fin abrupte

La jeune femme retira brusquement sa main de la mienne, ce qui me fit m'arrêter et me retourner. Elle commença à me parler sur un ton peu agréable, insinuant que je ne la laissait pas parler. En essayant d'être calme je lui fis remarquer que ce n'est pas parce que je suis pressé que je ne vais pas écouter la seule personne en ma compagnie et qu'elle à eu plusieurs moments pour me parler, notamment avant de plonger. Elle me signala ensuite que les voleurs n'étaient personne d'autre que son père et ses frères, ce qui me fit me calmer. Certes dans son discours ils avaient l'air d'ordures, mais je ne peux pas attaquer à vue les membres de sa famille.

Nous continuons donc à marcher, plus calmement puisqu'ils ont toujours leur camp au même endroit, d'après Oni. Et en effet après plusieurs dizaines de minutes, nous les rattrapons. Plusieurs jeunes viennent nous inspecter au fur et à mesure que l'on se rapproche, dont les plus vieux nous disant de dégager. C'était le comble, je fais un pas en avant, prêt à hausser le ton et à reprendre mes affaires d'une manière ou du'une autre mais ma compagne m'arrête, me demandant de ne pas répondre. Prenant une grande inspiration, nous arrivons à portée de la famille, dont le père sort, alors qu'une bataille de regards se lance entre lui et Oni, il valait mieux pour eux qu'aucun se fasse un geste brusque, ou je pourrais laisser mes réflexes agir.

Une simple discussion eut lieu, à propos des bagages volés, puis une phrase répondue de la part du père, qui ne sembla pas enchanter la demoiselle, et enfin nos sacs jetés à nos pieds. Le prenant pour vérifier s'il n'y a pas de casse à l'intérieur, je regarde en les laissant cachés l'instrument d'os et l'instrument de cristal, heureux que ni l'un ni l'autre n'aient d’égratignure, grâce au sable. Mais la suite me laissa perplexe, bouche bée même.

Le père s'excusa plutôt sincèrement envers moi, ignorant sa fille, et m'offrant son hospitalité aussi chaleureusement que sa fille la veille ... Je ne savais pas comment réagir, alors je restais planté là, sans aucune réaction, toujours à regarder le père. Tant de similarité et ... d'amabilité, et pourtant une si grosse guerre familiale, séparant le père et sa fille. Cette dernière qui en l'espace d'un instant m'avait fait son au revoir, en me disant que l'on se verrai peut être une autre fois, et que celle-ci fut agréable. La voir partir m'a fait comprendre que je n'avais plus ma place ici, et qu'il fallait que je fasse de même.

Me courbant vers l'homme âgé, et le remerciant pour son invitation, mais la déclinant, je leur souhaite une bonne continuation, avant de partir dans la direction opposée d'Oni. Je ne pouvais encore approcher Suna, qui sait la réaction que les gardes auront si je m'en approche de trop. Ce passage fut ... chaleureux malgré que très étrange, cette fille ayant réussi à tant faire sortir mes sentiments, malgré qu'aucune question sur ce qu'il s'est passé ne soit vraiment répondue. Étions-nous amis, cette complicité était-elle plus encore ou n'y avait-il rien du tout, juste un passage qui allait disparaître de ma vie ? Je n'en savais rien, mais à partir de là, la raison pour laquelle je suis dans ce désert me revient, et je décide de passer le mois ici, hors de notre repère. J'y retournerai le 1er du mois prochain, si j'en suis encore capable.

Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

 

L'oasis - Pv Hayate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Oasis - Wonderwall
» l'oasis perdu
» Tayuya & Shitaku Hayate VS Orochimaru & Eclyspia
» LES OASIS
» Oasis Is good!!! Sauf quand y'en a plus! [ libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Désert de Kaze no Kuni-