AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike KatsukoVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Jeu 11 Mai - 20:26


Non non, ce n'est pas ce que tu crois !

Les matinées de fin d'été, hein. Assez tôt, on pouvait y voir le lever du soleil surplomber les dunes de Kaze no Kuni, ainsi que les hautes demeures de Suna. Un spectacle simple, mais pourtant unique en son genre, que j'appréciais tout particulièrement. Pour aujourd'hui, je n'avais pour l'instant rien de prévu, ni missions, ni entraînements. C'est pour cela que j'en avais profité pour me lever assez tôt, afin d'assister et de retranscrire par ma plume ce paysage unique.

Je parcourais les rues de Suna, le ciel était encore sombre, mais plus pour bien longtemps. Il fallait que je me presse de trouver un endroit qui serait parfait. Un lieu en hauteur serait sans doute l'idéal, pour mieux y voir. Je ressentais ce besoin de dessiner cette scène, pour une raison indescriptible. Voyez ça comme une simple fibre artistique. Pour d'autres cela pouvait paraître anodin, pour moi c'était important d'accomplir ceci. C'était un fait. Ce dessin, comme tous les autres, c'était principalement pour moi que je les faisais, avant toute chose.

Tout en me déplaçant, je faisais tourner ma plume entre mes doigts, sentant une certaine excitation monter. Il fallait que je me bouge de trouver le point de vue parfait, et vite.

▬ Tiens ?

Je tournais légèrement la tête, avant de voir que je n'étais pas très loin du quartier des Chinoike. Au fil des jours et des missions, je me suis retrouvé à fréquenter à quelques reprises les membres de ce clan particulier. Je ne savais néanmoins pas trop quoi en penser : après tout, certaines rumeurs couraient sur eux. Je ne m'y étais jamais vraiment intéressé pour être tout à fait honnête, mais même quelqu'un comme moi en avait déjà entendu parler. Après, je n'y tenais pas beaucoup attention. Non, ce qui me frappait surtout, c'était la beauté du quartier en lui-même. Les membres de ce clan semblaient vivre dans le plus grand des conforts. Il n'y avait qu'à voir tous ces manoirs. C'était déstabilisant, quand on y repense. Jamais je n'aurais la chance d'habiter dans de telles demeures. Enfin, après... en avais-je vraiment envie ?

Toujours est-il que ce quartier m'offrait une opportunité sans pareille. Grimpant jusqu'au sommet d'une maison un peu plus petite, je me retrouvais face à un grand manoir imposant et luxueux. Derrière, sur la gauche, on pouvait y voir les premiers rayons de soleil surgir. Le soleil commençait ainsi à se lever. Souriant, je m'installais alors confortablement, commençant à retranscrire au moindre détail chaque centimètre de ce grand manoir, sans négliger toute la scène qui l'entourait, avec ce lever de soleil. Il n'y avait pas vraiment de but à cela, seulement une envie.

Plusieurs minutes s'écoulaient, et j'étais concentré sur mon oeuvre, sur les détails de la bâtisse et du paysage. Le tout était représenté sur une petite toile, que j'avais emmené avec moi par l'intermédiaire d'un simple sceau. Ma plume passait et repassait sur la feuille blanche, et l'encre retranscrivait un peu plus la scène à chacun de ses passages. J'étais entièrement focalisé là-dessus, sans vraiment me rendre compte que ce que je faisais pouvait être... assez mal interprété.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Dim 14 Mai - 19:34


Non non ce n'est pas ce que tu crois !   ft. Sakai Kenzô

           Katsuko se réveilla aux aurores comme à son habitude. La température ambiante de sa chambre était élevée, elle avait conservé celle de la veille dans la journée, ne redescendant qu'un peu pendant la nuit. La demoiselle encore nue se leva en s'étirant et se dirigea directement vers sa fenêtre dans la pénombre. Elle repoussa les épais rideaux pour d'abord laisser entrer la lumière, puis ouvrit la fenêtre. Elle aimait profiter de l'air frais sur sa peau le matin, cela l'aidait à reprendre ses esprits et à se lancer dans une nouvelle journée.

          La vue des rayons de soleil qui pointaient derrière les toits de la ville était des plus agréables, comme toujours. Elle s'appuya à la puits de la baie, pensive. Encore une journée où elle allait s'entraîner, sans source de surprise, sans rien pour ajouter un peu d'intérêt à sa quête qui visait le long terme. Elle laissa son regard se balader sur les tuiles des maisons d'en face, plus petites que le manoir de sa famille, et y remarqua une ombre installée dessus.

        Plissant les yeux pour voir ce que c'était, Katsuko y reconnu finalement un être humain assez gros pour sa taille. Celui-ci semblait détailler avec précision la façade, la regardant longuement, puis penchait la tête vers son carnet, tenu devant lui. Elle l'observa un moment, cherchant à comprendre ce qu'il faisait, puis il tourna la tête dans sa direction.

        Se rappelant alors qu'elle n'avait rien sur elle, la jeune fille bondit de sa fenêtre directement vers l'humain qui osait venir se rincer l'oeil. S'il était là bien installé à cette heure, c'est certainement qu'il l'avait déjà vue par inadvertance et qu'il venait désormais comme un spectacle ! Elle allait rapidement lui faire passer le goût de venir regarder chez les gens. Pendant son saut de sa fenêtre jusqu'au toit voisin, la demoiselle s'habilla en un éclair du robe entièrement ensanglantée et s'arma d'un baton destiné à coller une volée au voyeur.

        Atérissant violamment à deux mètres du manant qui osait venir s'installer avec son carnet, elle fila directement vers lui.

      « Comment oses-tu venir observer une jeune fille à sa fenêtre ? Tu n'as pas de honte ? Et si tôt ? Tu dois vraiment être un mal... TOI ?! J'attends tes explications, le frigo. T'as deux minutes après je te découpe. »


       Elle était furieuse et elle venait de reconnaître le jeune garçon. Il avait fait une mission avec elle il y a peu de temps, une mission où un malfrat utilisait de son genjutsu pour dévorer le chakra de ses victimes et se refaire ainsi une jeunesse, quelqu'un de particulièrement vicieux. On avait alors parlé d'Onibake, mais quand bien même. Cela n'excusait rien.

          Katsuko, furieuse et menaçante, observait désormais d'un oeil mauvais le carnet du garçon. Elle connaissait ses pouvoirs et elle savait ce qu'il pouvait faire à partir de ce qui pouvait paraître être de simples dessins. Son pouvoir, l'Inukuton, pouvait s'avérer suprenant et redoutable. S'il prenait le soin de représenter entièrement et correctement la manoir familial, il pourrait probablement le faire s'écrouler en un instant. Les limites de ses capacités étaient pour le moment totalement inconnues de la jeune fille et elle préférait se montrer méfiante.

      « Je peux savoir pourquoi tu dessines notre manoir ? Je sais ce que tu peux faire avec tes dessins alors je te conseille d'être explicite, concis et d'avoir une bonne justification. »



_________________
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Mer 17 Mai - 17:11


Non non, ce n'est pas ce que tu crois !

Décidément, c'était un agréable moment, et je ne regrettais pour rien au monde de m'être levé un peu plus tôt que d'ordinaire pour pouvoir dessiner une telle scène. Le manoir était magnifique, dans le moindre de ses détails. De plus, le lever de soleil en arrière complétait avec brio ce spectacle magnifique. Eh oui, que voulez-vous. Certaines personnes se lèvent pour s'entraîner, d'autres restent couchées... moi je me lève, pour dessiner un manoir et un lever de soleil. Chacun ses goûts, vous me direz.

Souriant, je prenais mon pied à dessiner cette scène, me disant que rien ne pourrait me déranger. Rien, n'est-ce pas ? Eh bien, je me suis plutôt trompé. Parce que, en effet, ma présence ici pouvait être problématique pour certaines personnes, sans que je ne m'en rende forcément compte. Et parmi ces potentielles personnes, il y avait elle, cette furie qui était comme tombée du ciel sans que je ne comprenne vraiment ce qu'il se passait. Surpris, mon corps partit légèrement en arrière, dû à un réflexe.

Je voyais une fille tomber, et... nue ? En voyant cela, je ne pouvais m'empêcher de rougir violemment, seulement elle s'habilla bien assez vite, ses vêtements étant restés rouge ensanglanté, tout comme mon visage actuellement. Qu'est-ce que c'était exactement ?

La fille  tombée du ciel s'avança rapidement, un bâton en main. Elle semblait tout sauf amicale, et je ne l'avais pas reconnu tout de suite. Ce n'est que lorsqu'elle me parla que je fis le lien. Il s'agissait de Katsuko, une Genin avec qui j'étais parti en mission il y a peu, et membre du clan Chinoike. Pourquoi semblait-elle aussi remontée... ?

Ses questions me firent bien assez vite comprendre le problème qu'elle avait. Elle pensait que je l'observais à sa fenêtre, et que je la dessinais ? Elle me reconnut ensuite, me qualifiant de "frigo". À cette appellation, je soupirais. Seulement, je n'avais pas vraiment le temps de m'en plaindre, vu qu'elle me menaçait de me découper si je ne lui fournissais pas d'explications sous les deux minutes qui allaient suivre. Gloups.

▬ Haaa non c'est pas ce que tu penses ! Je suis juste venu ici pour dessiner, vu que la scène était parfaite...

Bien assez vite, je réalisais ce que je venais de dire.

▬ Enfin, non pas toi hein ! C'est pas toi que je dessine, je ne t'avais même pas remarquée.

Je m'emmêlais un peu les pinceaux, un comble pour moi haha blague de merde mdr jpp. Déjà que je n'étais jamais à l'aise en présence d'autres personnes, alors je vous laisse imaginer lors d'un malentendu comme ça, et lorsque je suis menacé par un bâton assez imposant.

Elle s'avança, remarquant alors mon carnet. Elle me demanda de lui expliquer ce que je faisais ici, à dessiner son manoir. Elle s'imaginait que j'allais utiliser mes capacités dessus ? Elle était bien trop prévoyante. Bon dans un sens, je pouvais comprendre... mais non, ce n'était pas du tout ça.

▬ Ne t'inquiètes pas, je ne fais rien de mal. J'ai juste trouvé le cadre idéal, alors j'ai voulu dessiner le lever du soleil avec ton manoir en premier plan. Je ne savais même pas qu'il s'agissait de ton chez toi.

Je regardais le bâton, me demandant s'il allait finir dans ma tête ou non. À vrai dire, je ne préférais même pas y penser, qui sait ce dont elle est capable.

▬ Mes pouvoirs me permettent de créer à partir de mes dessins, et non d'influer la réalité à partir d'eux. Aucun risque qu'il n'arrive quoique ce soit à ton manoir, je te rassure.

Je préférais prendre des gants, et la rassurer sur ce point-là. Après tout, je n'étais pas dans une situation avantageuse, et j'avais tout intérêt à m'en sortir rapidement. Et dire que je me demandais qui pouvait bien y habiter, me voilà surpris.

▬ T'en as de la chance de vivre dans une si belle demeure. En tout cas, excuse-moi d'avoir perturbé ton intimité, ce... ce n'était pas volontaire.

J'espérais avoir réussi à la rassurer comme je l'espérais, et qu'elle ne me considère pas comme un pervers à épier les jeunes filles à leur fenêtre. Puis entre nous... si je devais en venir là, je choisirais sans doute une personne moins dangereuse qu'elle... mais qu'est-ce que je raconte ? Ça n'arrivera jamais !

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Mer 31 Mai - 20:18


Non non ce n'est pas ce que tu crois !   ft. Sakai Kenzô

           Katsuko s'était montrée aggressive, mais les premières phrases de son interlocuteur l'énervèrent encore plus. "Ce n'est pas ce que tu penses, la scène était parfaite."

      « La scène était parfaite. Donc tu me matais. »


          Le bâton de la demoiselle reçu alors une certaine quantité de sang et en quelques instants, une large lame s'ajouta à son bout, légèrement courbée vers l'intérieur, et une poignée s'y ajouta. Alors qu'elle allait commencer un mouvement de décapitation, son interlocuteur sembla vouloir se rattraper.

      « Enfin, non pas toi hein !
      - Donc je ne suis pas parfaite ? C'est ça que tu veux dire ? La vue ne t'a pas suffit peut-être ? »


        Sa voix était désormais glacée. Le garçon recula légèrement, il ne s'en était probablement même pas rendu compte lui-même. Une aura meurtrière entourait la jeune fille qui s'avança franchement pour finalement voir le carnet et questionner le frigo sur ses intentions, afin de savoir si elle lui coupait la tête ou si elle lui tranchait seulement les bras.

        Il regardait désormais le bâton, probablement pour finir le regard de sang qui le transperçait d'une volonté de mort. Il tâcha de s'expliquer, disant qu'il ignorait devant chez qui il était, avec le levé du soleil. Des imbécilités.

      « Mes pouvoirs me permettent de créer à partir de mes dessins, et non d'influer la réalité à partir d'eux. Aucun risque qu'il n'arrive quoique ce soit à ton manoir, je te rassure. »


       Neiko remit son arme droite, montrant ainsi qu'il avait finalement évoqué le premier argument un tant soit peu favorable à sa survie. Elle en oublia presque qu'il s'était pointé sous sa fenêtre alors qu'elle était nue. Presque. Puisqu'il lui rapella peu après qu'il l'avait "perturbée dans son intimité". La jeune fille fit disparaître son arme, mais une partie du sang resta sur le poing de la demoiselle, formant un poing pourvu de pics de petite taille et très larges pour éviter de transpercer la peau de sa victime.

          Elle avait légèrement baissé la tête, laissant ses cheveux couvrir son visage, puis releva la tête soudainement. Elle n'était pas pudique, mais le plaisir d'avoir une excuse pour frapper quelqu'un de si bon matin ne se refusait pas. Aussi, c'est avec un sourire sadique qu'elle balança son poing dans le ventre de sa victime avant de lui envoyer son genou en pleine tête. Elle balança son cahier dans la rue avant de retourner un regard empli de haine et de mépris pour le pauvre genin qui n'avait rien demandé.

      « Que je ne te revois jamais ici, pervers. Et estime toi heureux d'avoir gardé ta tête aujourd'hui. Tu n'auras pas deux chances. Si jamais tu me provoques à nouveau, je te viderai de ton sang avant de te décapiter. »


         La démone transforma ses poings en un grappin qu'elle projetta jusqu'à la fenêtre de sa chambre pour rentrer dans son manoir et aller s'habiller autrement avant d'aller s'entraîner à l'Académie.

    HRP:
     

_________________
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Mar 6 Juin - 13:57


Non non, ce n'est pas ce que tu crois !

Une chose était sûre, Katsuko était tout sauf contente de me voir ici. Rien qu'en voyant son regard, je pouvais craindre pour ma vie. À tout moment, elle pouvait décider de péter un câble pour de bon, et de me tuer sur le champ. Et le pire, c'est qu'en essayant de me rattraper, j'avais fait une petite bavure. Je m'en étais rendu compte et m'étais repris, mais cela n'avait fait qu'empirer la situation. Elle pensait que je la considérais comme n'étant pas parfaite. Faut savoir ce qu'elle veut à la fin, j'avais l'impression que quoi que je dise, elle finirait par prendre la mouche quand même. Dans quel pétrin m'étais-je fourré... ?

Il semblerait néanmoins que mon explication sur mon pouvoir ait eu l'effet escompté. Elle semblait se calmer un tout petit peu, laissant penser que je n'allais peut-être pas mourir aujourd'hui, tout compte fait. Et d'ailleurs, cela se confirma lorsque je vis son arme disparaître, dans une flaque de sang. Ainsi elle avait utilisé son pouvoir pour créer cette arme.

J'avais envie de me faire pardonner, mais je ne savais pas vraiment comment l'aborder. En temps normal, j'avais déjà du mal en rapport à mon contact avec les autres. Là, c'était encore plus compliqué au vu de la situation. Je pouvais peut-être lui proposer de lui offrir mon oeuvre lorsqu'elle sera terminée ?

▬ Si tu veux, je...

Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase, qu'elle s'était jetée sur moi pour me donner un puissant coup de poing dans le ventre, poing qu'elle avait recouvert de sang afin d'en augmenter la puissance. C'est ensuite un coup de genou dans la tête que je pris, dans la foulée. J'étais au sol, complètement sonné, et je l'entendais me parler.

▬ Que je ne te revois jamais ici, pervers. Et estime toi heureux d'avoir gardé ta tête aujourd'hui. Tu n'auras pas deux chances. Si jamais tu me provoques à nouveau, je te viderai de ton sang avant de te décapiter.

Je ravalai ma salive en entendant ses paroles. Elle était complètement folle, et ses menaces me firent froid dans le dos. Elle finit par s'en aller, alors que je me relevai difficilement. Physiquement, j'avais une endurance vraiment mauvaise, et j'étais très fragile, et cette attaque m'avait bien amoché... je passais ma main sur mon visage, et y vit du sang. La douleur était grande : elle m'avait cassé le nez, sans aucun doute. Seulement, elle avait fait bien pire. Je regardais en bas, et dans la rue s'y trouvait mon cahier, qui contenait plusieurs de mes dessins. Des enfants et même quelques villageois ne s'en était même pas rendu compte, et marchaient dessus sans aucune gêne. Je serrais les poings, avant de descendre le récupérer, et constater l'ampleur des dégâts. Il était sali, des pages étaient complètement froissées, et légèrement déchirées. Je n'étais pas très expressif d'ordinaire, mais là... on pouvait voir dans mon visage un certain énervement.

Remballant mes affaires, je retournais chez moi pour ranger tout ça, et m'apprêtant à me diriger vers l'hôpital pour mon nez. Cette Katsuko... je la retiens, elle. Elle était complètement tarée, je ne pensais pas qu'elle en viendrait jusqu'à là pour un simple malentendu...

Arrivant à l'hôpital, on me fit néanmoins un peu patienter avant de me prendre en charge. C'est après une bonne heure, voire un peu plus, qu'un médecin vient pour s'occuper de mon cas. Il me confirma en effet que mon nez était bel et bien cassé.

▬ Comment vous êtes-vous fait cela ?
▬ Une folle qui s'est levée du mauvais pied.

Il me regardait curieux, avant de m'expliquer qu'il avait aujourd'hui une assistante qui allait travailler à l'hôpital avec lui. Une Genin apparemment, mais qui s'y connaissait très bien dans le domaine, donc je ne devais pas m'en faire. Je hochais la tête lorsqu'il m'annonça que cela allait être elle qui allait s'occuper de mon nez.

▬ Je vais la chercher, et lui expliquer la situation. Je reviens d'ici cinq minutes, veuillez patienter.

Attendre. Encore, et toujours. Raah, c'est que ça commençait à devenir long. Et puis, ce n'est pas comme si j'avais juste le nez cassé, et que j'en souffrais.

Une poignée de minutes après, la porte s'ouvrit de nouveau laissant apparaître le médecin dans un premier temps, puis son assistante du jour. Une jeune fille aux cheveux roses, et... attendez ?

▬ Kat-Kat-... Katsuko ??

Oh merde. Je ne suis pas sûr de retrouver mon nez un jour... oh, et attendez. Rassurez-moi, ce médecin n'est quand même pas allé lui rapporter que j'avais qualifié mon agresseuse de folle qui s'est levée du mauvais pied... si ?

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Mar 6 Juin - 15:50


Non non ce n'est pas ce que tu crois !   ft. Sakai Kenzô

    « Que je ne te revois jamais ici, pervers. Et estime toi heureux d'avoir gardé ta tête aujourd'hui. Tu n'auras pas deux chances. Si jamais tu me provoques à nouveau, je te viderai de ton sang avant de te décapiter. »

       Katsuko était contente d'elle. Elle s'était montré impitoyable, violente, puissante. Elle voulait que l'on sache qu'elle n'était pas une de ces faibles qui avaient réussi à louper trois des quatre missions-sauvetages des pays frontaliers à Tsuchi. Ce gamin ne serait que le premier témoin de cette affirmation. Elle avait tout juste dix-huit ans et elle avait été dégoûtée par cette nouvelle preuve de faiblesse de Suna. Son père était sensé en faire une ville forte, mais il ne faisait que renforcer ses propres positions. Il ne pensait qu'à lui. Natsuki quant à lui était parti au milieu des affrontements, elle l'avait vu aller vers le nord avec un cortège, ce ne pouvait être que cela.

       D'ailleurs, elle n'avait pas vu Rin dans les revenants du front, quelques jours plus tôt. Ce sensei, en plus de n'avoir rien fait depuis leur rencontre, avait maintenant disparu ? Tu parles d'un prof. Il était trop jeune et peu fiable de toutes façons. Quelqu'un venant d'Iwa ne pouvait être cru, en voilà une nouvelle preuve. Elle aurait peut-être plus de chances avec Natsuki. Il semblait fort lui au moins, ce prince de son clan.

       Ces pensées en tête, la demoiselle s'habilla finalement correctement avant de descendre manger. Elle allait alors partir pour l'Académie quand son père l'interpella.

    « Ah, j'avais oublié de te dire. Aujourd'hui, tu dois aller à l'hôpital. Tu voulais un professeur pour travailler ton Eisenjutsu, je t'en ai trouvé un. Demande le docteur Ladareyn, il s'occupera de toi. »


      Retenant un soupir, la vampirette aux cheveux roses inclina légèrement la tête en signe de soumission et d'acceptation. Elle accompagna ce geste d'un "Oui père." respectueux mais intérieurement, elle le maudissait d'avoir agit ainsi. Elle se serait trouvé un professeur elle-même à l'Académie, pas un docteur qui allait la forcer à soigner des misérables à l'hosto. Comme si elle n'avait que cela à faire.

     Elle partit finalement pour l'hôpital en traînant les pieds et se dirigeant directement à l'accueil, demanda à voir ledit professeur. Celui-ci était assez grand. Il avait l'air posé, sûr de lui. Au moins ne paraissait-il pas être un débutant complet comme Rin dans son domaine de sensei.

    « Bonjour mademoiselle Aishlin. Votre père m'a dit que vous souhaitiez renforcer vos talents en soins, mais que vous aviez déjà de solides bases.
    - Oui, Docteur Ladareyn. »
    - On peut tester ça tout de suite sur un manequin avant de passer aux vrais clients ? Juste pour être certain.
    - Comme vous voudrez. »

   La fille aux yeux sanguins fit donc le petit test en un éclair, une guérison de base des plus simples qu'elle avait apprit à gérer il y a bien longtemps. Le docteur sembla apprécier la démonstration et souriat avant de l'entraîner vers leur premier client, une fille qui s'était blessée dans la matinée en faisant la cuisine. La blessure avait été suffisamment traitée pour qu'elle ne saigne plus, mais il fallait maintenant faire une dizaine de points de suture pour qu'elle puisse se refermer tranquillement. Une bonne grosse cruche oui.

   Le docteur s'éclipsa après le cinquième point pour aller voir le patient suivant et voir le traitement à appliquer. Il revint alors que Katsuko terminait et nettoyait une nouvelle fois la plaie du sang séché qui tachait un peu les bords de la peau. Il lui indiqua alors que le suivant était un jeune garçon qui s'était fait , selon ses termes "frappé par une folle qui était de mauvaise humeur". La demoiselle haussa alors un sourcil. Non, ça ne pouvait pas être le pervers qui... Si ? Et il osait donc la traiter de folle. Si c'était bien lui, il allait regretter d'être né.

   Léger sourire aux lèvres, la vampirette pensait déjà au traitement particulier qu'elle allait réserver au frigo pour une telle appellation. Elle ferait comprendre au docteur qu'il pouvait aller s'occuper du patient suivant, qu'elle pouvait gérer celui-là seule. Il suffirait qu'elle le baillonne pour pas qu'il ne fasse trop de bruit et tout irait bien. Elle suivit donc le médecin jusqu'à la chambre, s'y faufillant derrière lui. La tête que fit Kenzô en la reconnaissant fut un véritable délice et le sourire sadique de Katsuko dans l'ombre du docteur y répondit parfaitement. Il allait pouvoir profiter de son erreur.

    « Kat-Kat-... Katsuko ??
    - Tiens, Kenzô, ça fait longtemps. Qui t'as fait ça ? C'est pas très gentil. »


    Remarquant que le docteur avait un air étonné, la demoiselle lui fit un de ces sourires adorables qu'elle avait apprit à faire récemment. Elle lui expliqua qu'elle avait fait une mission avec le jeune garçon il y a un certain temps et que comme la blessure était simple, elle pourrait s'occuper de lui seule. Il pouvait aller s'occuper du patient suivant, et elle savait qu'avec la charge de travail qui incombait à l'hôpital, il ne pourrait pas refusé.

    Lorsque Ladareyn sortit finalement, la jeune vampire se retourna vers le garçon à moitié allongé dans le lit, à sa merci. Avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, elle créa quatre liens sanguins qui attachèrent Kenzô au lit et un dernier qui le baillonna.

    « Alors, comme ça, on s'est fait attaqué par une "folle" ? C'est pas très gentil ça, moi qui venait pour te soigner. Il faudra m'excuser, je ne suis pas très adroite. »


   Elle ferma la porte de la chambre à clef puis grimpa sur le lit, à califourchon sur le torse de sa victime sans défenses. Elle le fixa droit dans les yeux d'un regard mauvais.

    « Alors, je vais t'enlever ton baîllon le temps que tu me répondes. Si tu cries pour essayer d'avoir de l'aide, ça ne sera que pire. Le jeu que je te propose est simple. Tu vas essayer de trouver les bons mots pour faire en sorte de garder ta tête, d'accord ? Si tu perds, tu meurs. Tu as... Dix minutes pour me convaincre on va dire ? Ah, et si tu te perds en mauvaises explications, tu souffriras plus. »


      La Chinoike démoniaque fit alors disparaître le baîllon du garçon, prête à le remettre en un instant si jamais il essayait d'appeler de l'aide.

HRP:
 

_________________
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Dim 18 Juin - 17:13


Non non, ce n'est pas ce que tu crois !

C'était, incontestablement, le pire scénario que je pouvais imaginer à l'instant présent. Pourquoi fallait-il qu'une nouvelle fois, le destin la mette sur ma route ? Elle était la personne qui m'avait mise dans cet état, alors pourquoi cela devrait-elle être qui allait être chargée de me soigner ? Et puis, si le médecin lui avait rapporté ce que je lui avais raconté au sujet de mon agresseur, je risquais de passer un sale quart d'heure. Je la regardais, angoissé à cette idée. Néanmoins, mon regard était également rempli d'animosité à son égard. Non, je ne l'appréciais pas. Pas après ce qu'elle avait fait.

D'ailleurs, rares étaient les fois où je me trouvais face à une personne que je ne supportais pas. J'étais plutôt du genre à me faire discret et à ne pas me chercher des ennemis. Là pourtant, c'était tout à fait différent.

▬ C'est pas très gentil, tu fais bien de le dire.

La Chinoike expliqua donc au docteur qui m'avait pris en charge qu'elle pouvait s'occuper seule de moi, et qu'il pouvait passer au client suivant. Pourquoi je ne le sentais pas du tout ? Du peu que je la connaissais, je ne pouvais pas encore situer où étaient ses limites. Et c'est bien ça qui m'inquiétait. Et en effet, j'avais bien fait de m'en soucier, puisqu'elle s'attaqua à mon cas à peine le médecin sorti de la pièce. Elle utilisa son pouvoir afin de créer des liens afin de m'attacher mains et pieds à mon lit d'hôpital, ainsi qu'un autre afin de me bâillonner. C'était... réellement du sang. Une chose était sûre : je n'allais pas supporter ce goût dans ma bouche très longtemps. C'était infect.

J'essayais de me débattre, mais rien à faire. Je ne pouvais plus bouger, m'échapper. J'allais devoir y être confronté. C'était un sentiment désagréable que je ne connaissais pas vraiment, ou plutôt que je n'avais pas ressenti depuis bien longtemps. Il paraissait même impensable qu'une personne comme moi qui n'aimait pas se mettre dans l'embarras, pouvait se retrouver dans une situation comme celle-ci.

Je l'entendais me parler, disant que ce n'était pas très gentil de la traiter de folle. C'était donc bien ça, le médecin était allé lui rapporter ça. Je veux bien reconnaître que ce n'était peut-être pas très malin d'avoir dit ça, mais... c'était la vérité ? Elle sous-entendait également qu'elle n'était pas très adroite lorsqu'elle parlait de me soigner. J'eus un frisson dans le dos à cette parole. Qu'est-ce qu'elle avait derrière la tête exactement ?

Elle finit finalement par monter sur moi, afin de s'asseoir sur mon torse. C'était très déstabilisant comme position, elle pouvait à tout moment me tuer si elle en avait l'envie. Et ce n'était peut-être pas impossible qu'elle l'ait... m'enfin. Elle me proposa de jouer à un "jeu", qui était de trouver les bons mots pour ne pas qu'elle me tue. Les règles étaient les suivantes : elle allait lever le bâillon -dégueulasse-, et j'avais dix minutes pour la convaincre, sinon elle me tuait. Elle était vraiment atteinte que ça, à ce point ? À croire que j'avais tapé dans le mille en la traitant de folle.

Elle fit se volatiliser le bâillon de sang, et je grimaçais à cause de ce goût qui persistait. Comment peuvent-ils aimer boire du sang comme ils le font, les personnes de son clan ? Je ne comprenais pas vraiment.

Rouvrant les yeux, je la regardais dans les yeux. Je n'étais pas calme et serein comme à mon habitude. Non, là j'étais plutôt énervé à son encontre. Je ne la supportais juste pas. Son attitude, ainsi ce qu'elle a fait à mon nez mais surtout à mon carnet, j'avais du mal à l'accepter. Et ce n'était pas comme ça qu'elle obtiendrait des excuses de ma part. À dire vrai, c'était à se demander qui devait s'excuser dans l'histoire, non ?

▬ Tu essayes de te venger parce que je t'ai traité de folle, alors pourquoi agir de manière à confirmer ce petit surnom que je t'ai donné ?

Ce n'était pas non plus de mon habitude de rétorquer de la sorte, mais je ne comptais pas me laisser faire par elle.

▬ Comment tu vas expliquer ça au docteur Ladareyn, si je meurs alors que tu es censée me soigner ? Je ne suis pas sûr qu'il sera content de voir ma tête rouler sur le sol, tu ne penses pas ?

C'était un jeu dangereux, car j'ignorais de quoi elle pouvait être capable. À vrai dire, intérieurement j'avais peur. Mais je ne pense pas que m'excuser était une bonne solution pour autant. Elle semblait être du genre à prendre du plaisir à voir sa victime "démunie". Il n'y avait qu'à voir la manière avec laquelle elle me traitait. Alors je n'osais pas vraiment imaginer ce qu'elle pourrait faire si je lui offrais ce plaisir.

▬ Tu n'avais aucune raison d'agir ainsi ce matin, et encore moins maintenant. Alors on a qu'à faire ça : tu n'as qu'à me soigner, et je ne te considérerais plus comme une folle. Tu continueras ta vie tranquillement, à apprendre l'Eisenjutsu aux côtés du docteur Ladareyn, je ferai la mienne de mon côté. On n'aura plus aucun compte à se rendre, et c'est sans doute mieux ainsi.

Je n'étais pas du tout sûr qu'elle accepte aussi facilement. Mais les choses étaient là, logiquement elle ne pouvait pas me tuer. Enfin... logiquement.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   Jeu 22 Juin - 12:52


Non non ce n'est pas ce que tu crois !   ft. Sakai Kenzô

       Katsuko venait de libérer le jeun garçon de son baillon. Cependant, même si son coeur battait vite et qu'il semblait peu rassuré, il lui cracha presque à la figure. Il lui répéta qu'elle agissait comme une folle puis il lui rétorqua qu'elle ne pouvait pas le tuer ici, que le docteur n'apprécierait pas. C'était vrai. Elle se contenta cependant de sourire au jeune garçon impuissant.

       Elle continua de le laisser espérer un peu, souriante, amusée par ce gamin qui perdait le peu de temps qu'il avait pour la supplier de le laisser en vie. Certains dans ce genre de situation s'applatissaient au sol mais lui, lui se sentait soudainement pousser des ailes. Il était peu prudent, mais marrant. Divertissant.

    « Tu n'avais aucune raison d'agir ainsi ce matin, et encore moins maintenant. Alors on a qu'à faire ça : tu n'as qu'à me soigner, et je ne te considérerais plus comme une folle. »


       C'était trop. La jeune fille ne pu plus se retenir et éclata de rire. Il était si drôle. Elle allait le soigner et lui ne la considèrerait plus comme une folle ? Mais elle en avait rien à faire. Absolument rien. Surtout qu'il risquait de mourir d'une minute à l'autre. Il ne semblait pas en avoir conscience, se croyant en sécurité.

    « On n'aura plus aucun compte à se rendre, et c'est sans doute mieux ainsi.
    - Tu sais mon petit, si j'agis comme ça c'est parce que tu me divertis, tu m'amuses. Tu me trouves folle ? J'en ai absolument rien à faire. J'avais besoin de me défouler ce matin et comme un ange tombé du ciel, tu es arrivé avec le parfait prétexte pour me permettre de relâcher mes nerfs. Et voilà que tu m'en donnes un second quelques heures après. Tu es mignon, tu sais ? »


      Elle s'étira, toujours bien installée sur le pauvre genin qui n'avait aucun moyen de fuir. Il ne pouvait même pas faire de techniques pour essayer de se défendre, étant ligoté. Elle pouvait s'amuser comme elle le souhaitait.

    « On va commencer par te rappeler un petit truc. Tu as vu mon manoir, donc tu sais que je suis plutôt riche. Donc si je te tue, même ici, ce sera considéré comme une bavure et on fera disparaître tout ça sans problèmes. On l'a déjà fait plein de fois y compris pour des personnes d'un certain rang alors tu te doutes qu'un gamin, tout le monde s'en fou. Ensuite, je ne suis pas stupide non plus, je ne vais pas me discréditer près de ce cher docteur. Et te tuer maintenant serait... Trop facile. Si tu n'arrives pas à trouver de raisons pour moi de te laisser envie d'ici... Sept minutes, oui, je t'en compte seulement trois de passées, je suis généreuse je sais, je te soignerai en te faisait bien morfler avant de te laisser vagabonder dans Suna. Et au moment où tu t'y attendras le moins, dans une ruelle étroite et sombre, je te tuerai. Je te défigurerai tellement que personne ne te reconnaîtra, pas même tes proches, pour peu que tu en aies. Enfin, ça c'est si je n'ai pas trop faim, sinon il ne restera que tes os. »


     Le sourire de la tarée s'était aggrandit, devenant de plus en plus carnassier au fur et à mesure de sa tirade. Elle s'est également penchée sur le garçon jusqu'à arriver à quelques centimètres de son visage, puis se recula un peu pour lui lécher le cou.

    « C'est ici que je mordrais en premier si tu n'arrives pas à me convaincre. Prends garde à toi. »


   Elle se redressa d'un coup, ses yeux brillant de cette même lueur de folie qui ne montrait aucune faiblesse, aucune pitié. Juste un chat jouant avec une sourire et s'amusant beaucoup aux dépends de la pauvre créature inoffensive.

    « Allez ! Tu as sept minutes ! Je t'écoute ! »


HRP:
 

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko   
 

Non non, ce n'est pas ce que tu crois ! | PV. Chinoike Katsuko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]
» Qui veut un padawan?
» Répliques cultes...
» Chasse de deux frère [PV Griffe de Panthère]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Vent :: Suna :: Résidences-