AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 12 Mai - 20:12
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Katsuko se tournait et se retournait dans son lit. Elle avait chaud. Elle avait besoin de sortir, de faire quelque chose. Elle ne se sentait pas bien là, sans rien faire. C'était la fin de l'été, elle devait aller s'entraîner. Elle en avait envie, besoin même. Mais elle ne le pouvait pas, elle se débattait dans ses draps sans pouvoir se lever, sans pouvoir bouger. Elle était prise dans quelque chose de collant, gluant. Elle était une proie mais elle ignorait de quoi. C'était très désagréable.

Soudainement, la toile se brisa et la jeune fille se redressa sur son lit d'un seul coup, yeux grand ouverts. Respirant rapidement, cherchant à comprendre ce qu'il se passait puis à reprendre son calme, la demoiselle vampire comprenait peu à peu que ce qui venait de se passer n'était qu'un rêve. Cette sensation était extrêmement désagréable, l'incapacité de bouger. Et puis cette odeur de moisi omniprésente était très perturbante. Enfin. Elle ne l'avait pas vraiment senti, mais elle l'avait ressenti. Quelque chose lui avait indiqué que l'odeur était gênante, désagréable, nauséabonde même. Comme toujours dans les rêves à vrai dire, c’était un ressenti plutôt qu’une sensation. Une aide pour comprendre ce qui entoure alors pour savoir vraiment où l’on est. Des informations qui sont directement liées à l’évènement et qui se libèrent et s’imposent pour faire comprendre ce qui se passe.

La demoiselle aux longs cheveux roses était en nage. Ce rêve l’avait plutôt secoué avec cette sensation plus que désagréable et elle préféra rapidement aller se laver pour se nettoyer de ce cauchemar et des impressions qu’il lui a laissé. Neiko s’habilla ensuite cherchant à oublier cette idée. Elle enfila sa robe et descendit finalement pour aller manger son petit déjeuner pieds nus. Saluant son petit frère qui sortait péniblement de sa chambre pour aller se laver à son tour, elle se choisit un repas assez complet pour une fois. Le carrelage froid l’aida à finir de se réveiller totalement et elle tomba finalement sur sa mère qu’elle salua respectueusement, sachant son père proche. De trop grandes marques d’affection avaient tendance à l’énerver et à le rendre plus violent encore puisque rien n’allait dans ce sens envers lui. C’était logique vu la façon dont il traitait ses enfants, mais qu’importe, il ne savait supporter cela.

Elle avalait difficilement chaque bouchée, la bouche pâteuse. Elle préféra finalement s’arrêter au milieu de son repas pour aller prendre quelque chose de « plus léger », allant voir le garde-manger qui la remercia de son attention. Cet homme était décidément très perturbé. Un masochiste qui aimait se faire vider de son sang… Allez savoir où son père l’avait déniché… Une fois un peu plus en forme avec une bonne dose de sa boisson favorite, la vampirette remonta pour enfiler des bas puis ses bottes.

Elle sortit dans les rues de Suna, ces allées où le vent hurlait, feulait et jouait avec tout ce qu’il trouvait.  Elle commença par marcher vers l’Académie pour y poser ses affaires d’entraînement et après avoir changé de chaussures, elle partit courir dans la ville. Passant proche des portes, elle entendit un homme gémir, se plaindre aux gardes, demander de l’aide. Fronçant les sourcils, la demoiselle alla voir ce qu’il se passait. Cela l’intriguait, un homme appelant à l’aide si tôt dans la journée. Que pouvait-il avoir de si urgent pour arriver à six heures aux portes de la cité cachée, qui se trouvait à plusieurs heures de marche dans le désert du village le plus proche ?

S’approchant donc de la scène, elle vit un homme assez âgé. Il suppliait littéralement les gardes pour qu’ils lui viennent en aide, ceux-ci essayant de lui expliquer qu’ils ne pouvaient pas bouger, que c’était leur devoir de surveiller. La jeune fille, intriguée, alla relever l’homme qui essayait de persuader ces hommes de l’aider alors qu’ils n’y pouvaient rien.

« Vous devriez les laisser, ils ne peuvent rien pour vous. »

L’homme la regarda. Le face à face d’un visage désespéré et d’un autre fermé, qui montrait un désintérêt presque total pour la situation de cet homme, était particulier. Elle ne montrait rien, elle était intriguée mais elle refusait de se laisser aller, de le questionner comme elle aurait voulu le faire. Ça aurait été un signe d’importance accordée à cet homme qui était plus bas qu’elle socialement et cela pouvait nuire à son image de noble face aux gardes. Du moins, c’est ce que son père lui avait appris. Sa curiosité était trop grande et elle ne saurait la contrôler plus longtemps. C’est cependant l’homme, d’un certain âge, qui lui expliqua son histoire.

« J’ai besoin d’aide mademoiselle ! Je vous en prie, écoutez-moi ! J’ai besoin de votre aide mademoiselle ! »

Katsuko soupira. Cet homme qui la dépassait d’une trentaine de centimètres mais il lui paraissait bien plus petit, bien plus misérable qu’elle. Il était à bout, il avait l’air épuisé, éreinté. Il devait avoir fait un long voyage à pied, probablement depuis la veille, n’ayant pas dormi. Un vrai désespoir se lisait sur son visage.

« Hmmm… Bien. Suivez-moi. On va s’installer dans un bar pour que vous m’expliquiez tout. Je m’occupe de lui messieurs. »

Elle ne savait pas pourquoi elle agissait ainsi. Ce n’était ni sa nature, ni son habitude d’aider ainsi ceux qui l’entouraient, par pure gentillesse. Enfin si. Elle le savait. Ce rêve l’avait perturbée, et son esprit faisait un lien entre ces sensations désagréables qui restaient dans sa tête et ne la quittaient pas totalement. Elle sentait qu’il était lié à cette personne et que l’écouter l’en délivrerait peut-être. Il y avait aussi ce besoin de tenir tête à son père, de ne pas faire ce qu’il souhaitait. Encore une fois, lui désobéir, ne pas se montrer telle qu’il l’attendait, voilà ce qu’elle recherchait en s’intéressant à cet homme perdu.

Une fois installés autour d’un café pour la jeune demoiselle et d’une assiette bien remplie pour l’homme, celui-ci expliqua son histoire en détails. Il était un ancien forgeron-marchand de l’un des villages de Kaze no Kuni les plus proches de Suna, situé à seulement trois heures du village caché du Sable. Il y vivait heureux avec sa femme. Quelques mois plus tôt, il était parti vers Cha no Kuni pour y trouver une atmosphère différente de l’aridité de Kaze. Avec sa belle, ils s’étaient installés dans un village au nord-est du pays du Thé et y vivaient une existence plutôt paisible, son commerce marchait plutôt bien.

« Tout allait bien… Mais… Il y a deux semaines, un homme est venu au village. Il était étrange, il vagabondait au village et dans les environs. C’était un shinobi mais il ne venait d’aucun village. Il était assez petit, il devait mesurer moins d’un mètre soixante-dix… Il avait des cheveux courts et gris sombre. Il avait l’air passif, comme s’il ne se rendait compte de rien de ce qu’il se passait autour de lui. C’était très perturbant… Mais au fond, on le laissait faire. Il ne gênait personne et chassait pour se nourrir sans abus. »

Le vieil homme mangeait tranquillement même s’il devait avoir très faim. Il savait se tenir au moins. Il semblait au bord des larmes sans qu’elle ne comprenne encore pourquoi, mais elle se doutait que la suite de son histoire aurait un lien avec cet étrange shinobi.

« C’était… C’était le soir, il y a huit jours… On se promenait avec Luna, ma femme, et… Et il s’est approché de nous. On ne lui avait jamais parlé mais il ne semblait pas méchant… Mais là… Il était encore plus bizarre que le reste du temps. Il s’est jeté sur Luna alors que je cherchais un cadeau que je voulais lui offrir et il semblait écrire quelque chose, comme s’il tenait un crayon avec lequel il aurait griffonné méchamment… Il a d’abord écrit au niveau du front de ma femme, puis au niveau de son cœur, et une dernière fois sur son ventre avec son crayon imaginaire, puis il est partit en courant. On n’a pas compris tout de suite mais… Mais après qu’elle se soit relevée et que je l’ai prise dans mes bras, elle a commencé à se plaindre de douleurs et de difficultés à se déplacer… »

L’homme était désespéré, il prenait son temps pour essayer de garder son calme et ne pas fondre en pleurs devant celle qu’il espérait voir en sauveuse.

« Après quelques minutes, elle s’est peu à peu figée, sa peau s’est mise à changer de couleur, elle ne pouvait plus rien faire… Elle s’est transformée en pierre… Elle est transformée en statue et j’ai tout essayé… J’ai demandé aux shinobis qui étaient dans le village, aux médecins… Pendant deux jours j’ai cherché quoi faire puis l’un d’eux m’a conseillé de venir ici, il m’a dit qu’à Suna, la science était plus avancée et qu’il y avait de nombreux ninjas très talentueux, que je pourrais y trouver de l’aide… Alors j’ai marché pendant des jours jusqu’ici pour trouver le village et demander de l’aide mais… Ce matin, les gardes n’ont rien voulu entendre… Ils ont dit qu’ils ne pouvaient me laisser passer et… Et vous êtes arrivée… Je vous en supplie mademoiselle… Aidez-moi… Sauvez ma Luna… Elle est si belle… On ne lui avait rien fait… Je vous en prie, retrouvez-le et demandez-lui de la retransformer… Nous voulions juste vivre ensemble… Paisiblement… »

Neiko jaugea l’homme en question. Elle n’avait jamais rien entendu de tel. Un homme capable de transformer les gens véritablement en pierre ? Comme ça ? Si rapidement, sans qu’ils ne puissent se défendre ni que quiconque soit capable de délivrer les victimes de ce sort ? C’était particulièrement dangereux… Et intriguant. C’est donc sa curiosité et cette idée que cet évènement était lié à son rêve qui continuait de la perturber qui la poussa à accepter.

« Je vois. C’est… Particulier. »

Prenant le temps d’une grande respiration pour se donner une contenance et renforcer sa conviction, la Chinoike fixa l’homme droit dans les yeux.

« Je vais vous accompagner jusqu’à votre village pour voir les informations que je pourrais trouver et essayer de vous aider, mais je ne peux rien vous promettre. Je ferai de mon mieux…
- Merci ! C’est tout ce que je demande, un peu d’aide, que quelqu’un essaie de s’intéresser à mon cas et essaie de m’aider… Merci milles fois… Je vous en prie, sauvez ma femme… Je suis sûr que vous pouvez la libérer… Ma Luna…
- Oui oui… Attendez moi là et finissez de manger votre plat pour avoir la force de me guider jusqu’à chez vous. Je vais me préparer, je reviens. »


Katsuko rentra donc rapidement au manoir pour préparer ses affaires. Elle fit un paquetage rapide, ne prenant que le nécessaire. Elle devait être efficace. Si la jeune femme était transformée en pierre, rien n’indiquait si le changement était définitif ou réversible ni pendant combien de temps il pouvait être retourné si jamais c’était faisable. Peut-être y avait-il une limite de temps avant que cela ne devienne inchangeable. Elle s’arrêta un instant pour réfléchir, être certaine de ne rien oublier. Jetant un regard circulaire sur sa chambre, son regard s’arrêta un instant sur le tiroir de sa table de chevet. Elle devait retrouver un homme dont elle savait peu de choses, et elle n’avait pas de vrais talents de traqueuse.

« Petite merdeuse, je peux savoir ce que tu branles ici ? Je doute fort de tes capacités à me suivre et me traquer, alors c’est quoi, un hasard peut être ? »

Non, ce n’était pas un hasard. Elle repensait maintenant à sa mission loupée, probablement la seule qu’elle n’ait pu réussir et à cet homme. Lui saurait retrouver un ninja avec si peu d’informations, mais pour lui trouver une raison d’accepter de l’aider… Ce serait plus compliqué. Elle trouverait en chemin. Pour le moment, elle se contenta d’aller prendre le petit plan qu’il lui avait dessiné et qu’elle avait rangé dans sa table de chevet.

Neiko retourna vers le vieil homme qui l’attendait, un peu effrayé à l’idée qu’elle ne revienne pas, qu’elle l’abandonne. Ils partirent assez rapidement, quittant la ville et se dirigeant vers le pays du Thé. La fille suivait son guide tout en le protégeant, ils avançaient vite, ne s’arrêtant même pas pendant qu’elle les débarrassait de quelques bandits et autres bêtes du désert. Ils atteignirent ainsi Cha no Kuni après trois longs jours de voyage, allant directement au village du vieux forgeron. Il l’emmena donc voir sa femme qui était effectivement transformée en une statue parfaite, avec des détails défiant les capacités des meilleurs sculpteurs.

La vampirette aux cheveux roses observait la fille sous les moindres détails. Les plis de ses vêtements, son expression de peur mêlée d’incompréhension… Tout était trop bien fait pour qu’il s’agisse d’une simple sculpture. Observant les alentours, la demoiselle chercha tout ce qui pouvait servir d’indice. Elle chercha d’abord à savoir quand l’homme était arrivé exactement et comment.

« Hmmm… L’homme bizarre ? Il a dû rester une semaine à peine. On venait juste de s’habituer à lui. Il a juste laissé une statue derrière lui. Le vieux forgeron dit que c’est sa femme, mais ça doit juste être une sculpture. Enfin. Personne ne peut faire ça, transformer les gens en pierre. Il faut vraiment qu’il arrête sa mauvaise blague celui-là, avec sa femme. Ils ont un mauvais sens de l’humour, ça va finir par faire peur aux gens. »

« Ce shinobi qui est arrivé il y a deux semaines ? Ouais, ouais je l’ai vu. Il était bizarre. Pas net. Il est parti il y a deux semaines et c’est pas bien grave. J’irais pas lui courir après. Il était seul quand il est arrivé, il est parti seul, c’est lui que ça regarde. Moi, j’m’en fou de lui en fait. Il a pas foutu le bordel ni rien volé alors j’m’en fou. »

« Oui. Je vois de qui vous voulez parler. Il n’était pas très rassurant celui-là. Je l’ai vu partir vers le nord il y a une dizaine de jours. Il avait toujours une peau de loup sur ses épaules et il avait un instrument de musique avec lui que je ne connaissais pas. C’était étrange oui. Bizarre. Je n’ai rien remarqué d’autre, désolé. »

« Il était beau… Son visage surtout, il était très bien dessiné, avec ses yeux gris clair. Je n’en avais jamais vu de pareils. Ah… Si je n’étais pas mariée, je pense que j’aurais bien tenté de le séduire… »


Tant d’informations qui étaient pourtant bien inutiles. Elle n’avait que peu de choses après plusieurs heures, à savoir qu’il n’était pas très grand, la couleur de ses yeux, qu’il portait une peau de loup et qu’il avait sur lui un instrument de musique étrange. La féline vampire soupira en s’asseyant dans une maison de thé pour prendre une petite pause. Le soleil était désormais haut dans le ciel et elle n’avait aucune aide sérieuse. Une vague description ne lui suffirait pas pour quelqu’un partit il y a dix jours.

Fouillant dans sa poche, elle retrouva le papier qu’elle y avait enfoui quelques jours plus tôt. Cette petite carte qui menait jusqu’à ce Kirijin qui lui avait avoué son identité en plein Shio et au côté de qui elle avait déjà combattu plusieurs bandits. Elle leur avait laissé le joyau au final, peut-être accepterait-il de l’aider cette fois. Cela ne lui coûterait qu’un peu de temps. Il restait à voir comment il ferait vis-à-vis de la terrible Uchiha Irina… Elle n’était pas du genre à accorder des vacances tranquilles pour rendre service à des petits vieux sans défense non… Celle qui voulait raser Iwa n’était pas de ce genre.

Katsuko soupira. Au pire, elle se ferait renvoyer une fois sur place, y aller ne lui coûtait que quelques jours, et cela ne changeait plus grand-chose. Si des témoins avaient aperçu son homme en repartant directement vers le nord, ils se souviendraient de lui quelques jours plus tard. Et si personne ne l’avait vu, elle ne serait pas plus avancée. Alors que Kisame, lui, avait été capable de suivre la trace des bandits jusqu’à leur repère loin de la capitale de Kaminari… Lui saura retrouver cet homme s’il accepte d’essayer. Même après une quinzaine de jours.

La Chinoike alla donc voir le vieil homme et l’informa qu’elle ne pouvait réussir à retrouver la cible seule mais qu’elle connaissait celui qui pourrait éventuellement les aider. Elle devait cependant partir vers l’est et le vieillard devrait lui faire confiance. Celui-ci semblait perturbé, mais il accepta. Après tout, il n’avait pas vraiment le choix et elle était déjà venue jusqu’ici. Abandonner maintenant sans même avoir essayé de poursuivre semblait ridicule désormais. Il hocha donc la tête et la supplia une nouvelle fois de vraiment continuer à chercher cet homme, mais déjà la jeune fille partait vers le port le plus proche, à quelques heures de marche. Avec de la chance, elle y serait avant la nuit.

Elle traversa donc champs, prés et forêts jusqu’à atteindre la côte, puis la longea vers le nord pour trouver un port d’où partaient des navires vers Mizu no Kuni. Tous n’osaient pas s’y rendre avec la présence des pirates, mais après une petite démonstration faite à un jeune navigateur assortie d’une bonne poignée de pièces d’or, celui-ci accepta de la guider jusqu’à l’île qu’elle lui indiqua et de l’y attendre pendant 36 heures une fois sur place. Elle préféra demander un temps un peu large si jamais elle devait persuader Kisame ou que celui-ci n’était pas déjà sur place. S’il était parti en mission, elle l’y attendrait jusqu’à ce qu’il revienne, et tant pis pour le bateau. Ils en trouveraient un autre.

Le voyage sur les mers fut assez calme, le vent était bon et les courants marins les portèrent dans la bonne direction. Ils rencontrèrent un navire de pirates qui choisit de détourner sa route lorsqu’arrivé à cent mètres de l’embarcation rapide, il se retrouva face à une gigantesque vague de sang. Cette dissuasion sembla bien suffisante au vu du braquage littéral et sans équivoque que choisit de faire le vaisseau au drapeau noir mais qui laissa la vampirette épuisée sur le moment. Le jeune capitaine fut lui aussi impressionné et vint féliciter la demoiselle devant un tel pouvoir. Il n’avait lui non plus pas compris qu’elle s’était aidée des vagues déjà bien présentes de la mer et qu’elle avait joué avec, mais qu’importe. Le résultat était le même.

Ils arrivèrent en milieu de journée suivante grâce aux courants porteurs et Katsuko quitta le navire en confirmant que si elle n’était pas là la nuit suivante, l’équipage pouvait partir. La jeune fille descendit sur la petite île calme aux allures assez sauvage qui était presque entièrement recouverte de bois. S’avançant peu à peu dans les profondeurs de cette forêt naturelle, elle commença à découvrir d’immenses toiles d’araignées qui lui firent froid dans le dos et lui rappelèrent étrangement son rêve qui l’avait bien secouée quelques jours plus tôt à Suna.

Elle continua son chemin sans rencontrer les créatures qui seraient suffisamment géantes pour créer de tels pièges, veillant à les esquiver avec attention pour ne pas créer de vibrations qui avertiraient ces monstres. Elle prenait donc son temps, approchant peu à peu du point sur la carte. Lorsqu’elle vit finalement une bâtisse qui ressemblait à la petite description faite, elle relut le mot au dos de la carte.

« Au besoin, tu sauras où me trouver. »

Elle espérait qu’il serait effectivement là. Neiko fit un pas supplémentaire et se prit un fil qu’elle n’avait pas vu et qui la fit chuter puis rouler jusqu’à s’arrêter à quelques mètres de la petite cabane en lâchant des cris de douleur quand elle se prit des racines. Se redressant péniblement, la demoiselle aux yeux rouge sang regarda autour d’elle, cherchant le signe d’une arrivée d’un monstre prêt à la dévorer. Eh bien, voilà une entrée peu discrète…

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 12 Mai - 21:55
Enfin un peu de tranquillité, chose rare et appréciable, surtout après les événements récents. Je n'avais pas voulu rester à Kiri une seconde de plus lorsque j'ai apprit que j'avais droit à un léger congé, même pas pour finir de cicatriser mes nouvelles blessures, je savais que la Mizukage comptabiliserais le temps passé à l'hôpital comme du temps passé à ne rien faire, et que rester bloqué dans la structure ne ferait que réduire ma petite fenêtre de liberté, alors je suis rapidement parti me réfugier dans mon petit lieu secret.

Cette petite cabane perchée sur une falaise surplombant une petit crique, cachée dans une immense forêt épaisse et sombre, un environnement parfait où j'ai passer un très long moment, c'est dans ce trou que je me suis caché lorsque le clan Uchiha et les survivant du Reishin sont venu mettre les îles à feu et à sang, c'est là où je me repose entre les missions, c'est mon petit coin de paradis, loin de la guerre et des tensions, là où ni les représentant de Kiri, ni les membres de ma "famille" ne peuvent me trouver.


Un havre de paix, qui n'est pas souvent dérangé, et quand il l'est, soit par des randonneurs téméraires, soit par des Ninjas un peu trop curieux, je m'occupe personnellement de leur montrer le chemin du retour, par la raison ou par la force, personne ne doit me déranger ici, personne ne doit imaginer pouvoir se balader tranquillement dans ce lieux que j'appelle ma maison, j'ai un contrôle absolu sur les environs, toute la forêt est balisée de toile, et j'en ressent la moindre vibration, les énormes toiles sur les murs et les buisson ne sont que pour détourner l'attention, le sol est recouvert d'une minuscule pellicule à peine visible à l'oeil nu, et le tout est relié à moi...

Très peu d'animaux se baladent dans cette forêt, le peu qu'il y à constituent mes proies, je fais en sorte de toujours conserver une population correcte, mais je la régule toujours de temps à autre, je sais reconnaître certains animaux à leur poids, et la plupart des humains au rythme de leur pas, et ce qui vient d'entrer à l'instant à la lisière de mon territoire, c'est un humain, probablement une femme, au vu de la légèreté.

Je ne vais pas moi même faire partir les gens qui entrent, la plupart détournent leur chemin quand les toiles commencent à être trop grande, la peur les pousse à faire demi tour assez rapidement, et à fuir ce territoire, alors je continue d'écailler mon poisson, préparant mon repas du soir, la nuit mets du temps à venir et le soleil se couchera comme chaque fois, sur la mer, juste en face de l'entrée de ma petite cabane, quelques centaines de mètres à effectuer dans les bois pour atteindre le haut de la falaise, et son rebord, de là la vue y est magnifique, il y à également un petit chemin escarpé et difficile à trouver lorsque l'on ne connait pas l'endroit, pour accéder à la plage de sable fin, une vieille barque y stationne d'ailleurs, dotée d'une seule rame et d'une petite voile usée, elle me sert parfois, bien que très rarement ses derniers temps, à cause de mes obligations de Shinobi.

Une vibration remonte le long de mon orteil, elle est toujours là, et de plus en plus loin dans la forêt, semblant se diriger droit vers ma cabane comme si elle savait quel chemin emprunter, mais à ce niveau là, il y à encore une chance pour le hasard, j'envois une bûche dans l'âtre de la cheminée, et commence à faire griller mes quelques poissons, une fois mon repas assuré, je me mets au ménage, l'endroit est recouvert de poussière, quelques araignée y ont également fait leur nid, mais je suis trop territorial pour les laisser faire ainsi, alors je les évacue et reprend ma place, attendant que l’intruse atteigne la cabane, j'ai quelques question à lui poser, son mouvement est bien trop suspect, si elle connait l'existence de cet endroit, je serais bien curieux de savoir comment.

La cabane rangée, et nettoyée, c'est à ce moment là que je l'entend dégringoler, après avoir tirer brusquement sur une de mes toiles, elle lâche un petit cri dans sa chute qui se termine pile devant les marches menant à ma porte, j'attrape mon couteau de chasse, et ouvre cette dernière tout en coupant le fil attaché à mon orteil droit, et je sors, torse et pied nu, les fin rayons de soleil traversant l'épaisse couche de feuillage faisant miroiter la lame de mon couteau, et révélant sur mon torse des récentes marques de brûlures pas encore complètement cicatrisée, mon regard se pose sur l'intruse, et je me détend rapidement en reconnaissant Katsuko, elle et son Chakra, car autant ma confiance en la jeune fille est suffisante pour ne pas la questionner avec brutalité, je suis conscient de l'aptitude de certains à changer de forme, on peut tromper mon oeil, mais on ne peut pas modifier la façon dont les autres ressentent son chakra, et je vérifie toujours.

    Eh bien voilà une bonne surprise, je me demandais bien qui pouvait se balader ainsi dans ma forêt, mais il s'avère que c'est bien toi au final...


La jeune vampirette était étalée au sol, sur le ventre, les cheveux en désordre et les habits salis par un voyage récent, c'était une agréable vision, car si elle était venue ici, c'est soit qu'elle avait besoin d'aide, soit qu'elle souhaitait la compagnie de ce qu'on pourrait appeler un "ami", bien que notre relation soit particulière, anormale sans doute, deux animaux assoiffés de sang l'un comme l'autre, ce n'était pas le genre de duo que la norme cautionnais.

C'était l'une des rare personne au monde que Kisame supportais, et l'unique sans doute, qu'il appréciait, une sensation rare, et comme un besoin de protéger la petite, car malgré le fait qu'elle soit forte et capable de se défendre, Kisame savait qu'elle était pleine de douleurs, de sentiments qu'elle ne voulait et ne pouvait pas partager, de haine également, tout comme lui, il savait qu'elle n'était pas prise de folie, la cruauté et la haine des deux personnage ne venaient pas d'eux, mais de leur entourage, de ceux qui les blessait chaque jours, les deux se ressemblaient bien plus qu'ils ne le pensaient au final.

    Tu arrives juste à temps pour le dîner, tu aurais du envoyer une lettre j'aurai préparer un repas spécial Chinoike, un chasseur est venu ici il y à moins de 4 jours, j'ai vu ses traces, il est reparti avec un de mes renards... Je te l'aurais bien mis à sécher de côté si j'avais su.


Je range mon couteau, et m'approche d'elle pour l'aider à se relever, lui attrapant le bras et la soulevant, jetant un coup d'oeil furtif mais notable au potentielles marques sur son bras, et en effet, comme si elles n'avaient pas changée de la dernière fois où je l'ai croisée, un froncement de sourcils et un claquement de langue déplaisant accompagnent mon observation, je la lâche, lui tourne le dos et repart vers l'intérieur, laissant la porte ouverte comme une invitation.

Pour une raison que je ne saurais pas réellement justifier, j'ai fabriquer trois chaise, sans doute un manque d'activité, j'en fait glisser une vers Katsuko lorsqu'elle rentre, les marques sur son bras sont déplaisante, mais je n'ai pas vraiment le droit de lui faire la leçon, peut elle tuer son père ? Sans doute avec autant de certitude que si je m'en prenais à la Mizukage, cette dernière ne me laisses pas de marque elle même, mais les missions dans lesquelles elle m'envois s'en chargent à sa place, la preuve sur mon torse, les brûlures et coupure sont encore bien présente, et la guerre ne fait que commencer.

Je m'assied, retournant les trois poissons, et je me tourne vers Katsuko, rattachant le fil à mon pied, on n'est jamais assez bien préparé pour une mauvaise surprise.

    Pas de problème sur la route ? Les pirates sont en grand nombre sur les îles, on les aperçoit parfois de loin, mais les bannières Uchiha les font toujours reculer, sa réputation ici est plus forte que jamais, pas plus tard qu'hier elle à décapiter un marchand qui avait détourner des fonds dans son dos, le cadavre est resté sur la place plusieurs heures avant que quelqu'un ose venir les déplacer.


Je souris, cette petite anecdote est amusante, car c'est moi même qui ait déplacer le cadavre après avoir reçut la confirmation que cela ne lui déplairait pas, le cadavre à fini en dehors dans la forêt de brume, prêt à pourrir ou servir de bouffe au premier animal qui passe.

    T'as pas l'air d'être là en vacances... Je doute de toute façon, que tu aies le moindre temps libre à passer ici, alors dis moi tout, je t'écoutes.


J'attrape un fruit dans ma petite corbeille, et la fait glisser au sol jusqu'à elle.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Sam 13 Mai - 16:40
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Katsuko avançait prudemment dans la forêt escarpée jusqu'à arriver à la cabane indiquée par la carte. Perdant sa concentration, elle finit par se prendre une toile dans les pieds et dévaler la pente jusqu'à se retrouver aux marches de la cahute.

« Eh bien voilà une bonne surprise, je me demandais bien qui pouvait se balader ainsi dans ma forêt, mais il s'avère que c'est bien toi au final... »

La vampirette reconnu rapidement la voix mais ne dit rien pour l'instant, frustrée de se retrouver dans une position assez ridicule dès le départ avant même d'avoir pu formuler sa demande. Il fit ensuite référence à un repas qu'elle aurait loupé, un chasseur perdu dans les toiles du Jûro. Dommage ! Mais pas si grave. Ce n'était pas si difficile de se sustenter dans Yuukan pour un Chinoike assoiffé.

Le traqueur s'approcha d'elle, elle entendait à peine les pas du prédateur du domaine. Il l'aida à se relever, regardant le bras de la jeune fille. Celui-ci avait été découvert pendant sa chute, ses manches étant remontées d'elles-même. Elle le remarqua aux yeux froncés et au claquement de langue de Kisame, et dès qu'elle fut sur pieds, elle s'empressa de remettre sa manche en place, dissimulant à nouveau les cicatrices qui couvraient ses membres supérieurs.

Elle se dépoussiéra un peu et suivit Kisame sans lâcher un mot, un peu vexée de sa chute peu grandiose. Elle attrapa la chaise qu'il lui passa et s'y installa en s'étirant un peu.

« Pas de problème sur la route ? Les pirates sont en grand nombre sur les îles.
- Vos pirates ne sont pas trop téméraires. Ils ont eu tôt fait de virer de bord lorsqu'ils ont découvert qu'une vague de sang d'une douzaine de mètres leur barrait la route. Étrangement, ils n'ont pas cherché à attaquer notre navire après. »

La vampirette avait retrouvé son sourire un peu moqueur. Elle s'était servie de la mer elle-même pour en effrayer ses pillards. Rien de bien compliqué mais cela avait eu l'avantage de produire son effet. Kisame parla également d'un cadavre laissé plusieurs jours, raffermissant la réputation de la Dame de Fer.

« Elle ne prend jamais de vacances elle on dirait. Enfin, ça la regarde. En tous cas, moi je suis effectivement là pour un travail. Enfin, un non officiel, c'était surtout une bonne manière de m'éloigner de Suna... »

Elle resta vague, n'ayant aucune envie de parler d'Emichi. Elle savait cependant qu'en disant cela, elle serait assez explicite pour faire comprendre à la fois que c'était de lui qu'elle s'éloignait, mais aussi qu'elle ne souhaitait nullement en parler. Elle n'était pas encore assez forte. Elle n'avait pas encore eu l'occasion d'agir. Mais ça se rapprochait. C'était certain. Kisame lui envoya alors un fruit qu'elle attrapa. La jeune fille contempla l'aliment, le tenant du bout de ses ongles, similaires alors à des griffes.

« Un vieux est arrivé à Suna il y a une petite semaine. Il demandait de l'aide pour qu'on sauve sa femme. Elle a été transformée en pierre par un ninja étrange dans un village de Cha no Kuni. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais en ce qui me concerne, je n'avais jamais rien entendu de tel. Alors ça m'a intéressé. Seul problème, en arrivant sur place, l'homme qui a agit n'était plus là. D'après les habitants, il est parti il y a deux semaines environ, et comme tu le sais, la traque c'est pas mon truc. Alors comme j'avais ce petit bout de papier et que je n'étais plus très loin, je me suis dit que je pouvais venir voir si ça t'intéressait, de traquer ce genre de proie. Il paraît qu'il se balade habillé d'une peau de loup et il était parti vers le nord du village. Donc, ça t'intéresserait de jouer à chat avec un loup ? »

Katsuko sourit à son hôte avant de planter ses crocs dans le fruit, laissant couler le jus sur sa joue puis sur son menton comme elle l'aurait fait avec une de ses victimes et son sang.

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 19 Mai - 5:01
« Elle ne prend jamais de vacances elle on dirait. Enfin, ça la regarde. En tous cas, moi je suis effectivement là pour un travail. Enfin, un non officiel, c'était surtout une bonne manière de m'éloigner de Suna... »

Une réponse à ma petite interrogation plutôt vague, parler n'aidait de toute façon pas tout le monde, et pas tout les sujets non plus, ceci était certain, la soif de sang me prit brusquement, alors que mes yeux étaient rivés sur Katsuko, cette haine n'était pas dirigée vers la jeune fille, mais j'avais soudainement comme une envie incontrôlable de me lever, prendre mes affaires, et attraper son père, je me calmais rapidement, l'âge m'ayant offert la sagesse de contrôler mes pulsions les plus meurtrières... La sensation que j'ai eu à l'instant était quelque chose que je n'avais pas ressenti depuis longtemps, comme un devoir, une obligation de protéger un membre de la meute, du clan, lorsque j'étais jeune, et que quelqu'un du clan était en danger, tout le monde se levait et lui venait en aide, une unité qui m'a été retirée avec la guerre, et ma lâcheté qui m'a éloignée de mes frères et soeurs. Katsuko devait être inconsciemment une personne dont la mentalité se rapprochait grandement des gens avec qui j'ai grandit, sans doute la raison pour laquelle je ressentais un tel besoin de la protéger.

J'écoutais toujours avec calme le reste de son histoire.

« Un vieux est arrivé à Suna il y a une petite semaine. Il demandait de l'aide pour qu'on sauve sa femme. Elle a été transformée en pierre par un ninja étrange dans un village de Cha no Kuni. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais en ce qui me concerne, je n'avais jamais rien entendu de tel. Alors ça m'a intéressé. Seul problème, en arrivant sur place, l'homme qui a agit n'était plus là. D'après les habitants, il est parti il y a deux semaines environ, et comme tu le sais, la traque c'est pas mon truc. Alors comme j'avais ce petit bout de papier et que je n'étais plus très loin, je me suis dit que je pouvais venir voir si ça t'intéressait, de traquer ce genre de proie. Il paraît qu'il se balade habillé d'une peau de loup et il était parti vers le nord du village. Donc, ça t'intéresserait de jouer à chat avec un loup ? »


La traque est mon jeu favori, le jeu où je suis l'un des plus forts, et cela en rajoute encore plus à mon plaisir, peu de gens m'échappent, je gagne toujours au final, quel que soit le temps que cela prend, un grand sourire s'affiche sur mon visage, visible malgré l'obscurité ambiante, j'écarte les poissons du feu, et en tend un à Katsuko, soufflant doucement sur un second pour le refroidir.

    C'est tentant, vraiment, je suis content que tu sois venu jusqu'ici en tout cas pour demander, mais je me pose une simple question, tu ne connais aucun traqueur à Suna ? Enfin... Il n'y à pas de groupe formé par vos dirigeants comme il y en a à Kiri ?


C'était tout de même étrange, surtout dans un environnement pareil, comment faisaient ils pour retrouver les déserteurs, pour traquer les proies où obtenir des informations, s'ils n'avaient pas de ninjas spécialisés dans la traque... Suna était sans doute fait différemment, mais le milieu l'entourant n'était pas moins hostile que Kiri, la brume en moins sans doute, les gens devaient peut être moins déserter qu'a Kiri, l'ambiance générale de Suna devait être plus agréable et facile à vivre, il est vrai qu'il est compliqué de créer un village aussi lourd que Kiri, mais ce dernier ne pouvait pas fonctionner autrement que par la peur et la force, vu que ce n'était que la force que les gens des îles respectaient pour la plupart.

    J'accepte de t'aider, en tout cas, je pensait me reposer un peu, j'ai subit de sacrés blessures lors de ma dernière mission... On m'a envoyer travailler avec ces abrutis de l'Alliance, je n'avais entendu que des histoires, des Uchiha grommeler sur l'Alliance, mais je ne pensait pas que cela serait aussi triste à voir, j'ai eu droit au pires coéquipiers au monde, une putain de gamine ignare du monde réel qui n'avait que les mots "sauver des gens" en tête, je t'avoue que de pair avec une professionnel comme moi qui met l'objectif de la mission avant toute chose, ça ne c'est vraiment pas bien passer...


Les souvenirs de cette mission était encore frais, ce n'était d'ailleurs pas franchement agréable de se souvenir de tout cela, jamais je n'avais été mis dans un état aussi critique, et jamais je n'avais eu à travailler avec quelqu'un d'aussi irritant que Misa, cette petite conne n'avait rien d'un Ninja, et elle laissait ses sentiments guider ses pas, elle n'ira pas loin de toute façon, elle se fera buter quoi qu'il arrive avant d'atteindre les vingts ans, j'en suis persuadé.

Je mord donc dans le poisson, et le finit rapidement avant de saisir le troisième et dernier, je jette un petit coup d'oeil à Katsuko et je décide de le couper en deux pour le partager de façon équitable, avant de lui tendre sa part, finissant la mienne, je regarde par la fenêtre alors que le soleil commence à descendre à travers les feuillages en direction de la plage.

    Quand est-ce que tu veux qu'on parte ? Je n'aurai besoin que d'un objet que ce type à eu avec lui ou proche de lui pendant un peu de temps, la trace chakratique et l'odeur d'un homme peut rester bien plus longtemps que l'on ne le pense, et c'est avec ça que nous les traqueurs, poursuivons les gens qui sont trop loin pour laisser de trace de pas. donc c'est à toi de voir, cela ne me dérange pas vraiment de voyager de nuit, mais tu raterais le merveilleux coucher de soleil qu'on peut voir depuis mon petit coin de tranquillité, et je doute que tu aies le temps de revenir ici souvent.


Je lâche un léger sourire, m'affaissant un peu sur ma chaise, une pomme à la main, je me doute bien que le repas n'a pas été trés satisfaisant pour elle, mais nous trouverons forcément de quoi la rassasier quand le temps viendra, le long du voyage, les proies se font nombreuses.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Sam 27 Mai - 11:38
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Katsuko venait de terminer son fruit pendant que Kisame semblait réfléchir à sa proposition. Il avait réagit lorsqu'elle avait prononcé le mot traque. Son corps s'était mis en tension, très légèrement, comme s'il était déjà prêt à partir. Une passion tout comme pour elle, bien qu'elle préférait largement lorsqu'elle n'avait pas à courir après sa proie. Sauf si elle était déjà blessée. Là, c'était amusant de suivre la piste du sang.

« C'est tentant, vraiment, je suis content que tu sois venu jusqu'ici en tout cas pour demander, mais je me pose une simple question, tu ne connais aucun traqueur à Suna ? Enfin... Il n'y à pas de groupe formé par vos dirigeants comme il y en a à Kiri ?
- Il y en a, évidemment. Mais je ne les connais pas bien et ils n'ont pas de temps à accorder aux villageois et à leurs problèmes. Et puis je ne cherchais pas non plus à avoir un chien à la botte de mon père pour m'accompagner dans mon escapade. »

Le traqueur de Kiri réfléchit un moment, écoutant sa réponse. C'était vrai qu'elle n'en entendait pas parler de la même manière qu'il lui décrivait ceux de Kiri. Ils avaient probablement moins de cas de désertion même s'il y en avait évidemment quelques uns. Elle-même y avait songé pendant un temps. Elle attrapa le poisson tendu par Kisame et l'écouta avec attention.

« J'accepte de t'aider, en tout cas, je pensait me reposer un peu, j'ai subit de sacrés blessures lors de ma dernière mission... On m'a envoyer travailler avec ces abrutis de l'Alliance, je n'avais entendu que des histoires, des Uchiha grommeler sur l'Alliance, mais je ne pensait pas que cela serait aussi triste à voir, j'ai eu droit au pires coéquipiers au monde, une putain de gamine ignare du monde réel qui n'avait que les mots "sauver des gens" en tête, je t'avoue que de pair avec un professionnel comme moi qui met l'objectif de la mission avant toute chose, ça ne c'est vraiment pas bien passer...
- Je connais ce genre de personne et je les hais. »

Neiko commença à manger ce qu'il lui offrait visiblement de bonne grâce, soufflant même dessus. Après s'être légèrement brûlé la langue pour ne pas avoir fait plus attention à la température du poisson, elle avala la chair blanche qu'elle prit plaisir à sentir descendre dans son oesophage. Elle n'en mangeait presque plus depuis qu'elle était arrivée à Suna, c'était un véritable rappel de sa vie d'avant, celle où sa mère avait un peu de temps pour elle malgré les coups déjà très présents d'Emichi. Kisame enchaîna alors sur des questions sur la volonté d'organisation de la petite vampire. Un objet qui lui appartenait... Il s'était littéralement jeté sur la femme et elle devait empester son odeur chakratique au vu du jutsu utilisé. Cela ne devrait normalement pas trop poser de problèmes.

« Sa victime est toujours en plein milieu du village et vu le sort, la trace chakratique du bonhomme doit toujours être bien présente, ça te suffirait ? Sinon il faudra chercher le coin où il se reposait pendant sa semaine sur place. Les habitants pourront peut-être nous aider là-dessus. Sinon un bateau nous attend jusqu'à la tombée de la nuit de demain, donc rester pour voir le coucher de soleil ne me dérange pas. On pourra partir le matin à l'aube si tu veux. »

Elle termina tranquillement son poisson avant d'essuyer le jus qui avait coulé sur sa joue avec le dos de sa main avant de le lécher. Neiko s'étira ensuite légèrement avant de s'épousseter à nouveau, finissant d'enlever les quelques fils d'araignées qui lui étaient toujours accrochés dessus avec sa chute ridicule d'entrée en scène.

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Dim 28 Mai - 22:26
Le repas fini, je rassemble ce qu'il reste de notre festin royal dans un petit bol en bois, s'il reste comme Katsuko le prétend une victime changée en pierre au beau milieu du village, ce qui doit au passage, faire une splendide sculpture, alors traquer ne sera pas un problème, au contraire, ça sera d'une grande facilité, ce ne peut être une simple technique basique qui change quelqu'un en pierre, alors cela doit laisser une quantité de chakra épouvantable dans les alentours, si j'ai son chakra, alors il ne peut pas m'échapper.

    C'est tout ce dont j'ai besoin en effet, s'il à laisser une victime il laissera donc une trace, tout ce dont on aura besoin c'est de rattraper notre retard, je ne pensais pas que les Sunajin faisaient dans la charité, encore moins les Chinoike, tu as autre chose en tête à part le fait de prendre quelques vacances avec cette petite expédition ?


J'affiche un sourire confiant, avec l'effet de surprise je suis invincible, avec Katsuko à mes côtés, cela sera encore plus mortel, j'attrape ma veste et la guide dehors, un peu plus d'une centaine de mètre plus loin, la forêt débouche sur une falaise abrupte, de là, une trentaine de mètre de chute, quelques rochers dépassant du sable en dessous, et aucun réel moyen de descendre pour qui ne connait pas le chemin, je la guide jusqu'à un sentier à peine visible entre les pointes rocheuses, qui mène jusqu'à la plage, le soleil se couche au loin, à la surface de l'eau, radiant le paysage d'une lumière orange douce mais puissante, je m'assied à quelques mètres de l'eau, posant ma veste à côté de moi, puis je me tourne vers mon invitée.

    Les plaisirs les plus simples sont les plus revigorant parfois, tu dois peut être voir le soleil tout les jours dans ton désert, mais ici il est encore plus beau que ce dont tu as l'habitude j'en suis certain. Ici, en plus du soleil, on à la liberté.


Je pense sincèrement avoir fait un peu de progrès, depuis le jour ou j'ai effectuer ce voyage jusqu'à Shio, j'ai l'impression de retrouver goût à la vie petit à petit, certes mes relations sociales sont toujours inexistante en dehors des rares occasions que j'ai de croiser des gens qui ne réveillent pas des pulsions meurtrières chez moi, mais les plaisirs simple de la vie me reviennent, comme manger, chasser, me reposer et apprécier un banal couché de soleil avec une amie, le mot amie n'est peut être pas le meilleur pour définir la relation que j'ai avec la Chinoike, j'ai petit à petit l'impression d'appartenir à quelque chose, comme avant la guerre, il y à plusieurs année de cela, appartenir à quoi, je dirais à une meute, une meute de deux certes, mais c'est toujours milles fois mieux que d'être seul.

    J'ai comme l'impression de revivre ces derniers temps, la vie est toujours aussi... Mauvaise, mais j'arrive de plus en plus à me détacher de cette haine viscérale que j'ai envers la Mizukage... Il n'y à rien que je puisse faire, et je doute un jour pouvoir surpasser la plus puissante ninja du Yuukan, alors autant passer à autre chose, ravaler mon mépris, et me concentrer sur le futur, ce n'est peut être pas la solution à tout les problèmes, mais la vie à meilleur goût ainsi.


Ce n'est pas véritablement un conseil, c'est plus une... Observation, je doute fortement que cela fonctionne pour Katsuko et je doute qu'elle ait envie de pousser la conversation, pendant longtemps ma haine m'a aveuglé, j'ai failli perdre la vie à plusieurs reprise à cause de cela, je ne suis pas le plus grand des sages, mais j'ai tout de même presque le double d'année vécue que mon invitée de la soirée, alors je peut me permettre de donner un ou deux conseil, en attendant le jour ou cette satanée Chinoike me demandera enfin de mettre fin au jours de son père.

    C'est curieux tout de même, un type qui transforme les gens en pierre, maintenant que je connais l'histoire, j'ai envie de l'attraper juste pour lui demander la raison, ou alors lui demander une statue à foutre dans mon salon, un peu de décoration ferait pas de mal, les araignées c'est pas pour tout le monde... Ca fait son effet d'ailleurs hein ? Les toiles, personne ne sait que les araignées géantes, ça n'existe pas... Toutes les légendes et histoires ça vient de nous, les Jûro, tout les animaux anormalement grands, c'est majoritairement mon clan le responsable, comme quoi nous aussi on fait peur parfois.


Le changement brutal de sujet était volontaire, je n'ai pas forcément envie de provoquer un quelconque malaise chez Neiko', les sujets sensibles sont mieux laissés de côté et même si j'ai une grave tendance à déraper, à cause de mon inquiétude maladive sans doute. L'esprit protecteur que la plupart des Jûro possèdent envers les plus jeune de leur espèce, mais comme mon clan m'a abandonné et rejeté, je trouve des ancres ailleurs.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Lun 29 Mai - 0:14
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Kisame rangea rapidement les restes de leur repas sommaire avant de la guider vers la sortie. Ils montèrent jusqu'au haut d'une falaise avant de descendre tranquillement sur un chemin escarpé.

« C'est tout ce dont j'ai besoin en effet, s'il à laisser une victime il laissera donc une trace, tout ce dont on aura besoin c'est de rattraper notre retard, je ne pensais pas que les Sunajin faisaient dans la charité, encore moins les Chinoike, tu as autre chose en tête à part le fait de prendre quelques vacances avec cette petite expédition ?
- J'avais... Vraiment besoin de prendre l'air. Alors j'ai pris le premier prétexte qui est venu à moi. Et quand j'ai su que ça pouvait éventuellement mener à la possibilité d'éclater un shinobi puissant, ça a piqué mon intérêt. »

Ils arrivèrent alors sur une petite crique cachée par les rocs de la falaise. Les vagues venaient mourir sur la plage minuscule les unes après les autres, calmes, apaisées et apaisantes. C'est vrai que le lieu était agréable. Reposant. Le traqueur souriait, il avait accepté sa proposition et vantait désormais les mérites de ce petit lieu. Un couché de soleil sur l'eau, c'était évidemment différent que celui de Suna, mais il y avait tout de même des réminicenses. Elle n'aurait pas dit que c'était mieux, c'était... Différent. Une mer différente disons. D'eau et non de sable comme ce qu'elle voyait tout les soirs.

Cependant, elle avait une préférence pour les lever de soleil à Suna. Peut-être parce qu'elle pouvait en profiter depuis la fenêtre de sa chambre avec l'air frais matinal. Celui que si peu de gens aimaient à ressentir de par son manque de chaleur.

« C'est différent oui. C'est très joli. »

Elle ne manifestait pas un enthousiasme fou, mais mis à part pour les mises à mort ou à l'annonce d'un repas bien copieux à base de sang frais, elle n'était que rarement dans le surjeu.

Kisame lui parla ensuite de ses envies nouvelles de vie, de son acceptation de la situation. Il semblait essayer de faire avec. Pour elle, ça devenait de moins en moins possible. Il arriverait un moment où elle craquerait, et ce moment serait sanglant. Il suffirait de peu. Qui sait quand la chute tomberait. Et elle serait violente. Bien plus que tout ce qu'elle avait pu faire jusque là.

« Tant mieux si tu t'en sors. Un jour je devrai peut-être revenir ici et ne plus jamais rentrer à Suna. Ce serait probablement une solution... »
- C'est curieux tout de même, un type qui transforme les gens en pierre, maintenant que je connais l'histoire, j'ai envie de l'attraper juste pour lui demander la raison, ou alors lui demander une statue à foutre dans mon salon, un peu de décoration ferait pas de mal, les araignées c'est pas pour tout le monde... Ca fait son effet d'ailleurs hein ? Les toiles, personne ne sait que les araignées géantes, ça n'existe pas... Toutes les légendes et histoires ça vient de nous, les Jûro, tout les animaux anormalement grands, c'est majoritairement mon clan le responsable, comme quoi nous aussi on fait peur parfois.
- Je n'avais jamais vu des pouvoirs similaires. J'aimerai bien l'interroger pour avoir quelques informations supplémentaires. Apprendre comment il fait ça. Mais vu la description de l'attaque, je doute qu'il soit sain d'esprit. Il faudra faire attention pour ne pas finir pétrifier. Pour les animaux géants, mis à part les scorpions que l'on rencontre fréquemment lorsqu'on se balade dans le désert en soirée et en matinée, c'est vrai que je n'ai vu que des créatures de tailles raisonnables dans la nature. »

Neiko était reconnaissante à l'homme qui avait su quand changer de sujet. Elle n'avait pas vraiment envie de parler de sa vie à Suna pour le moment et d'un éventuel épanouissement de vie. Elle trouverait bien un moment pour s'envoler. Ou pour se débarasser de la source du problème.

Toujours avec ses manières félines, Katsuko s'étira et s'assit sur la plage pour regarder les reflets rougeoyants de l'astre qui disparaissait peu à peu derrière les flots. La couleur donna l'eau à la bouche à la petite vampirette qui passa machinalement sa langue sur ses lèvres, sa canine droite se glissant à l'air libre dans un léger sourire carnassier. Elle avait hâte de poursuivre cet homme caché sous une peau de loup et la traque promettait d'être passionnante.

Elle avait le regard fixé sur tous ces reflets, comme sur une promesse d'un bain de sang passionnant et délicieux. Après un léger frisson d'impatience, la demoiselle retourna son regard qui était passé de lui-même rouge vif suite à cette source d'excitation sanguinaire inattendue.

« Je sens qu'on va bien s'amuser avec cette nouvelle proie. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Sam 3 Juin - 15:12
Je me réveillais, les douces lueurs du soleil caressant l'horizon, j'avis fini par m'endormir sur le sable même, le visage rivé vers les myriades d'étoiles qui parcouraient le ciel dans ses zones ou aucune lumière ne pouvait venir déranger l'homme dans sa contemplation, aucun parasite urbain, aucun son autre que le doux bruit des vagues s'échouant sur le plage.

Malheureusement, difficile de faire la grasse matinée, dès que le soleil passe au dessus de la forêt il baigne la crique d'une puissante lumière, et il ne reste que quelques heures avant que ce stade n'arrive, pour l'instant l'endroit est encore baigné dans l'ombre. Malgré tout mes efforts, je n'était toujours pas capable de maintenir des conversations très longtemps, mon manque d’interaction sociales des dernières années m'a rouiller, et il est devenu presque gênant et anormal pour moi de parler avec d'autres personnes, hors contexte du travail bien entendu, mais je faisais des efforts, c'était déjà bien mieux qu'avant, j'avais au moins quelqu'un à qui parler cette fois çi, même s'il ne s'agissait que de rares occasions.

Je me levais, époussetant le sable de mon dos, puis je jetais un oeil sur ma gauche, Katsuko, toujours endormie, je lui laisses ma longue veste de cuir et je me dirige vers la forêt, frottant mon visage et passant par la cabane pour me mettre un petit coup d'eau et me réveiller ainsi complètement.

Avant un long voyage, ou l'on aura pas forcément l'occasion de chasser partout, il vaut mieux se remplir le ventre avec de la nourriture fraîche, malheureusement ici à part quelques fruits et les animaux il n'y à rien, alors la chasse devient une obligation, heureusement via mon réseau de toile je sais rapidement repérer les proies, les attraper devient ensuite un jeu d'enfant, rapide et efficace, en une petite heure j'ai déjà un sanglier sur l'épaule, petit, pas très lourd, la jeune bête suffira pour un repas à deux très largement, je la ramène donc jusqu'à ma cabane ou je commence le processus de préparation de la bête, je ne suis pas un grand cuisinier, au contraire, ma nourriture est tout le temps trop fade, pas salée, je me contente de faire des repas énergétique et j'ai toujours fait ainsi depuis la guerre, la nourriture ne m'a jamais apporté un grand plaisir, alors le simple ragoût que je suis en train de préparer en guise de "petit déjeuner" n'est pas du grand art.

J'attend tranquillement la venue de mon invitée, veillant à la cuisson de mon misérable repas, mes affaires préparées dans un coin de la pièce, prêt à partir juste après m'être rassasier, la durée du voyage n'est pas prédictible, alors il faut préparer large, les rations ne sont que des simples biscuits et de la viande séchée, ce qu'on donne au traqueurs lorsqu'ils partent dans de longue missions, pratique et efficace, à défaut d'être bon, j'arrive toujours à subtiliser un plus grand nombre de rations, et j'en mets de côté, chez moi à kiri, ainsi qu'ici, au cas où un jour je devrais partir sans avoir trop de préparation.

Je finis de ranger ma cabane, je n'aurai sans doute pas le temps de revenir ici avant un long moment, alors autant que l'endroit soit correct et propre lorsque je reviendrais, la poussière n'est pas quelque chose contre quoi je peux lutter, mais le bordel que j'accumule en quelques heures de vie lui est évitable. Je verse la mixture dans deux bols, alors que le soleil commence à déverser sa lumière dans la crique, réveillant sans doute mon invitée au passage, cette dernière ne devrait pas tarder à remonter, j'espère simplement qu'elle n'oublieras pas ma veste.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Sam 3 Juin - 20:14
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Les deux tueurs avaient continué de parler un moment sur la petitet crique. La mer était progressivement montée jusqu'à son maximum, laissant encore une petite zone de sable libre sur laquelle ils restèrent jusqu'au lendemain. La discussion n'avait pas été trop loin et Kisame avait fini par s'endormir sans trop qu'elle ne s'en rende compte. La zone devait donc être sans dangers. Elle continua de regarder l'eau qui reculait peu à peu, élargissant la plage tout doucement. Elle profitait de ce calme qu'elle ne trouvait que très rarement, admirant les reflets de la lune blanche sur l'étendue d'eau qui leur faisait face. Neiko s'endormit finalement à son tour, bercée par le chant des vagues venant mourir les unes après les autres sur la berge.

Au milieu de son sommeil, elle sentit quelque chose la couvrir, se blotissant dessous après quelques secondes par réflexe. Elle resta se reposer encore un moment, se levant après une petite demi-heure. Le soleil commençait à pointer ses rayons à l'horizon. La féline vampirette s'étira alors avant de se redresser, assise sur les fesses, repoussant machinalement sa couverture. Elle se frotta les yeux et reconnu alors le manteau du traqueur à son côté. Il avait dû retourner à sa cabane pour se préparer en l'attendant, probablement au moment où elle avait senti qu'il la couvrait de la tenue de cuir.

Katsuko se releva souplement et se dirigea vers ladite cabane, emportant avec elle la veste de Kisame. Il avait préparé à manger et semblait avoir rangé sa petite habitation, sans doute pour la retrouver en bon état à son retour. Elle lui rendit sa veste et ils mangèrent rapidement. La fille était un peu sur sa faim mais elle ne dit rien. Elle trouverait bien un manant pour se nourrir pendant la traque, ou des bandits peu futés.

« Si tu es prêt, on peut y aller. L'équipage que j'ai engagé nous attend sur la côte. »

Elle attendit les derniers préparatifs de son camarade avant qu'elle ne le guide jusqu'à la plage où l'équipage les attendait, le navire prêt à partir. Ils avaient effectivement attendu, aussi faut-il dire que la somme promise était importante. Elle grimpa donc sur le navire, invitant son camarade à faire de même. Elle indiqua juste qu'ils pouvaient lever l'ancre maintenant que celui qu'elle était venue chercher était avec eux.

Après un bref échange, ils levèrent donc les voiles jusqu'à Cha no Kuni. Le trajet se passa sans encombres, les pirates ne souhaitant visiblement pas récidiver leur mauvaise rencontre. La mer était calme et ils arrivèrent tranquillement à bon port.

Quittant les marins, Katsuko paya le deuxième voyage avant de guider Kisame jusqu'au village. Ils arrivèrent en fin d'après-midi, alors que le soleil venait embrasser l'horizon. Elle le guida donc au lieu du crime et le laissa faire son enquête.

« Voilà la victime. Alors, qu'en penses-tu ? »

La vampirette commençait à avoir faim. Une faim de sang humain, non pas une faim banale. Mais elle devait se retenir. De grands risques pouvaient découler de ses écarts, elle en avait déjà fait les frais. Elle devrait se contenir au moins tant qu'ils étaient au village.

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Lun 5 Juin - 14:36
Suite à notre petit festin, Katsuko m'emmena à travers ma forêt jusqu'à la côte de l'île, de l'autre côté de la crique à quelques kilomètres de là, un navire attendait patiemment, aucun marin que je ne connaissais, les couleurs m'étaient inconnue également, après tout même en voyageant partout comme moi on ne peut pas avoir été sur tout les navires du Yuukan, le capitaine semblait patienter ici depuis quelques temps, et son équipage semblait bien heureux de pouvoir reprendre la mer, après tout attendre pour seulement deux personne pouvait sembler étrange pour les marins, mais le capitaine lui, recevant une bourse remplie de la part de Katsuko, avait l'air d'avoir effectuer un échange plus que lucratif.

Il nous mena à travers la mer pour rejoindre le continent, le voyage se passa sans le moindre problème, mais de toute façon aucun problème sur la mer n'est impossible à régler pour deux ninjas expérimentés, suite à cela, une fois pied à terre et le navire repartis, Katsuko me guide du port jusqu'au petit village ou la scène du "crime" m'attendait, arrivant avec les dernières lueurs du soleil, elle me fit traverser le village pour atteindre directement l'endroit en question, et là, dans le jardin derrière une petite maison, la "sculpture" attendait patiemment.

C'est en effet une belle statue, mais il faudrait être un imbécile pour ne pas voir le problème, je passe par dessus la petite clôture et je m'approche d'elle, ignorant toute fleurs et légumes plantés au sol, ruinant une petite partie du jardin sur mon passage, et commence à tourner autour de la femme pétrifiée, elle est trop détaillée, que ce soit les plis de sa robe ou l'expression de son visage, ou encore les petites imperfections de ce dernier, même ses cheveux, c'est comme si son temps s'était arrêté en action, la simple vue de cette pauvre femme piégé m'arrache un sourire moqueur, encore un pauvre humain perdu, il ne m'en faut pas plus pour me rendre ma bonne humeur ses derniers temps, je passe un doigt sur son visage, éclatant de rire, l'envie de fracasser la statue est pesante, par pure curiosité je manque de le faire, puis m'éloigne un peu, la trace chakratique elle est puissante, la technique utilisée n'est pas anodine, un nouveau jutsu ? Ou bien une capacité unique à la personne l'ayant utilisé, rien de tout cela n'est connu et commun, mais nous trouverons bien nos réponses sur notre future victime.

    Voilà qui est agréable à voir, si j'avais ce genre de statue partout dans ma forêt, je serais certain de pouvoir dormir tranquille... Alors je dois simplement retrouver celui qui à fais ça hein ? Je sais pas combien de journée d'avance il à sur nous, mais ça ne pose aucun problème, avec une technique pareille je peux le traquer sur tout le pays s'il le faut, et plus encore, mais pourquoi il ferait un truc pareil ça, c'est incompréhensible... Même si j'ai pas franchement envie de lui poser la question.


Je me concentre donc, et la piste devient rapidement claire à mes yeux, et je me tourne vers le nord, le sang commence à battre dans mes veines, la chasse commence, mais il faudra que je trouve un moyen de sustenter ma camarade, bien qu'elle tente de le cacher depuis le début du voyage, elle est incroyablement tendue, crispée, comme si elle se retenais d'un besoin naturel, une envie puissante, ses pupilles sont même légèrement dilatées, des détails qu'un humain normal ne pourrait pas voir, mais en passant plus de temps avec elle, cela devient de plus en plus évident pour un homme au sens fin comme moi que quelque chose ne va pas, j'ai ma petite idée là dessus.

J'ai toujours mes doutes sur ce qu'elle serait capable de faire si la soif de sang est trop grande, serait elle capable de s'en prendre à n'importe qui ? Même moi ? Il faut toujours rester méfiant, j'ai confiance en elle, mais lorsque la rage frénétique l'emporte, je le sais très bien pour l'avoir vécu plusieurs fois, une personne change très rapidement, serait elle capable de faire de ce village une boucherie sanglante, cela ne me dérangerait pas, le spectacle serait même agréable, mais tout ce qui en découlerait serait gênant, pour un ninja comme moi qui souhaite se faire discret, et pour une personne de la noblesse comme elle, finir avec des ninjas à nos trousses serait vraiment gênant.

    On va partir tout de suite, la trace commence à peine à partir mais je doute qu'elle soit aussi forte si l'on passe une nuit à se reposer ici, alors on va forcer un peu le rythme d'accord ? Fais moi signe si tu tiens pas, entre nous, t'as vraiment pas l'air très endurante.


Je lui souris, c'est la seule excuse que j'ai trouver pour l'éloigner d'ici en vitesse, tout cela est un mensonge bien entendu, sauf pour l'endurance, je ne sais pas à quel point elle est capable de tenir des longue courses et marche, et ce avec peu de repos, je commence à suivre la trace, cette dernière part directement au nord et étrangement finit par sortir du chemin au bout de quelques kilomètre, coupant à travers champ pour le rejoindre quelques minutes plus tard, comme si la proie n'avait que faire des sentiers battu, et se contentais de marcher tout droit tant qu'il n'y avait pas de trop gros obstacle devant elle.

Je continue la marche forcée, alternant avec de la course, conservant l'esprit de Katsuko dans l'effort tout en gardant l'oeil ouvert pour des traces humaine, à cette heure ci, il n'y aura que des chasseurs rentrant d'une longue journée, ou traquant une bête sur plusieurs jours, et ce n'est qu'au bout de 8 heure de traque, en plein milieu de la nuit, que j'annonce une pause.

    On va s'arrêter là un petit moment, bois un coup et reposes tes jambes, ce n'est que le début, mais c'est le plus excitant. On reprendra à un rythme un peu plus tranquille après, il fallait simplement récupérer un peu d'avance sur lui avant de se reposer... Bouges pas, je reviens.


Je m'éloignais dans la forêt, laissant Katsuko au bord du chemin, fine et imperceptible, il y avait une trace de botte sur le sentiers que l'on suivait, et cette trace venait de bifurquer à gauche, dans la forêt, plutôt fraîche d'ailleurs, mais fine, des pas légers habitués à manœuvrer entre les arbres et sur les tapis de feuille sans faire trop de bruit, il n'était pas rare pour des chasseurs de traquer sur plusieurs jours, jusqu'à atteindre la proie au bon moment, et la ramener sans encombre, ce dernier n'avait pas de chance, puisque la proie, sans qu'il ne s'en rende compte, c'était devenu lui même.

Aucune difficulté pour un traqueur expérimenté de Kiri, de s'en prendre à un pauvre chasseur d'un village éloigné, pas même un ninja, quelques dizaines de minutes, je l'aperçoit enfin, accroupi en train d'examiner quelque chose sur le sol, je m'approche de lui, invisible, sans le moindre bruit, et j'attrape sa tête pour l'écraser contre un tronc d'arbre, presque inconscient, l'homme bégaie des mots incompréhensible et tente de se débattre faiblement, du sang coulant de sa tempe jusqu'à son menton, l'arcade fracassée, il laisse son arc tomber au sol et je le désarme de son couteau avant de le charger sur mon épaule, et de le ramener jusqu'à l'endroit ou j'ai laisser Katsuko.

Déposant l'homme sur le sentier, je vois ses yeux s'illuminer, je ne suis pas un grand fan du cannibalisme, dévorer un humain n'a jamais été pour moi un plaisir, ils sont sale, indigne d'être mon repas, bien trop misérable, ils ne sont bon qu'a être traqué, et tués, car à la différence des animaux, leur peur est bien plus agréable à faire ressortir, j'aurai aimé prendre mon temps pour ce dernier, mais au vu de l'expression de ma petite vampire, ça aurait été une mauvaise idée.

    Bon appétit.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Lun 5 Juin - 17:08
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Kisame observa avec attention la statue, éclatant même de rire en admirant les détails. Il la caressa comme un prédateur joue avec une proie sans défenses, à sa merci. Une action qui donna des frissons de plaisir à Katsuko ainsi qu'un sourire amusé. Ils étaient définitivement de la même race.

Elle hocha simplement la tête lorsqu'il la questionna sur son rôle dans cette affaire. Voilà ce qu'elle attendait de lui, en plus du plaisir de refaire une traque à ses côtés. Il était efficace, il l'avait bien prouvé lorsqu'ils avaient trouvé la grotte des Yaoya-san sans le moindre soucis. Alors le but serait atteint. Dans tous les cas. Elle le savait et cela lui plaisait beaucoup, de savoir que l'issue était unique pour leur proie. La seule question qui demeurait était sur le quand, selon les talents de fuite de leur victime, mais cela ne ferait que retarder un peu sa mise à mort tout en lui donnant le loisir de se pisser dessus de peur entre temps.

Kisame confirma qu'il n'aurait aucun problème à traquer une telle trace chakratique, aussi faut-il dire qu'un sort similaire laissait des marques indélébiles. Le traqueur lui jeta alors un regard, détaillant la vampirette avec précision. Même si elle se contenait pour l'instant sans mal, elle devait laisser échapper des petits tics, des petites réactions corporelles peu contrôlables qui dévoilaient son envie grandissante de sang.

Le kirijin prétexta ensuite un possible affaiblissement de la marque, lui qui juste avant parlait de la possibilité de poursuivre l'homme dans tout le pays et plus loin encore. Il fallait donc partir rapidement. Il ne voulait surtout pas qu'elle se déchaîne ici, massacre tout le village, et qu'ils se retrouvent avec les shinobis qui maintenant l'ordre ici aux trousses, voire même fichés dans tout Yuukan.

Enfin, qu'importe les raisons, elle était contente de se mettre en route. Cette traque l'excitait grandement et la délayer ne la tentait pas vraiment, au contraire. Le plus tôt ils partiraient, le plus vite ils attraperaient l'homme et pourraient jouer avec. Elle se doutait bien que le ramener à Suna serait certainement une sage décision, mais pour l'instant elle pensait surtout à sa proie.

« Ne t'en fais pas pour mon endurance. Je n'ai pas la plus grande quantité de chakra au monde, mais j'ai l'habitude de marcher dans le désert longtemps ou de faire des tâches bien plus ardues en moins bon état physique et dans des conditions bien moins agréables. Ce lieu est paradisiaque pour une petite balade alors n'hésite pas à aller vite. Je saurai te suivre. »

L'homme-araignée se mit alors en marche et effectivement, sa cadence était rapide. Elle n'était cependant pas un problème pour la demoiselle qui le suivait deux mètres derrière sans pour autant décrocher à aucun moment. Il se mettait par moments à courir, les rapprochant de plus en plus de leur proie qui au vu de ses choix de trajet ne devait pas aller très vite. Elle avait même l'air assez insouciante.

Cette idée qu'ils se rapprochaient un peu plus chaque minute avait tendance à offrir une énergie supplémentaire à chaque pas à la vampirette ainsi qu'une puissance excitation montante. Elle ne savait pas pour combien de temps elle saurait se retenir encore mais qu'importe. Le gibiet en bout de course en valait la peine.

Vers minuit, Kisame décida finalement de s'arrêter. Peut-être avait-il vu qu'elle n'allait plus tarder à vouloir chercher un repas en attendant de tomber sur celui qu'ils pourchassaient. Il lui indiqua alors qu'il revenait bientôt. Il allait chercher quelque chose, mais quoi, elle ne le savait pas encore. Peut-être avait-il faim, un repas l'aiderait elle aussi à tenir même sans sang humain dans sa bouche.

Il disparu un petit moment pendant que Katsuko montait un camp et préparait de quoi lancer un feu. Tout était à portée de main donc l'effort n'était pas très grand, mais c'était toujours quelque chose de fait.

Soudain, une puissante odeur envahit les narines de la vampirette. Ses yeux s'illuminèrent, devenant rouge vif. Elle fixait l'endroit d'où sortit Kisame quelques minutes plus tard, accompagné d'un homme immobile sur son épaule. Elle n'avait pas besoin de voir les détails, son odorat parlait pour ses yeux. La proie que le traqueur venait de déposer sur le sentier dégageait un parfum qui fit succomber Neiko à ses instincts en un instant. Tous ses muscles étaient en tension, le prédateur attendait le bon moment pour terrasser sa proie.

« Bon appétit. »

À peine l'homme avait-il finit sa phrase que Katsuko, qui était assise à une dizaine de mètres en train de mettre du bois pour alimenter le feu qu'elle venait de lancer, fit un bond immense, arrivant directement à quatre pattes au dessus de sa proie. Elle arracha la jugulaire du mort à pleine dents, dévorant en premier le cou de sa victime. Elle tremblait légèrement pendant son repas, un plaisir immense l'envahissant pendant que le sang de la proie coulait dans son oesophage. Elle s'abreuva ainsi pendant plusieurs minutes, ne se préoccupant absolument pas du sang qui tâchait ses habits. Elle en avait de rechange de toutes façons.

Elle continua son repas un peu plus calmement, une fois les premières ardeurs passées. Plus calme, elle s'installa assise à côté de son repas pour le manger d'une manière un peu plus "correcte". Kisame lui avait volé le plaisir de la traque et de la mise à mort de ce jouet, mais elle avait si faim qu'elle aurait probablement fait n'importe quoi et aurait peut-être été repérée. Lui avait été discret, dans tous les cas. Ses rubis fixèrent alors son camarade, maintenant qu'elle était plus à même de converser à nouveau.

« C'est si plaisant un bon repas après une journée de marche. Je suppose que ça ne te tente pas cependant. »

Le sourire de la demoiselle aurait pu être mignon s'il ne venait pas complémenter le visage horrifique de la vampirette à moitié couvert de sang, du liquide coulant encore de son menton et ses yeux rouge sang brillant dans la nuit. Elle donnait une bonne représentation des pires cauchemars de certains vis-à-vis des Chinoike.

Une fois son repas terminé, alors qu'il ne restait plus grand chose sur le cadavre désormais plutôt osseux de l'homme, la demoiselle se releva et s'étira.

« Une rivière passe pas très loin d'ici, un des affluents du fleuve Yukihana. Je vais me laver un peu, le sang ça colle. »

Le sourire malsain de la demoiselle devait faire froid dans le dos pour quiconque n'était pas habitué à cela, mais Kisame restait de marbre. Il avait du voir pire certainement. Du moins c'est ce qu'elle pensait. Il était plus vieux qu'elle, plus expérimenté. Nul doute qu'il avait vu bien des atrocités, alors même si elle était une véritable démone en chair et en os, il lui paraissait logique qu'il ne réagisse pas plus que cela. Ou alors il savait simplement cacher ses émotions, mais qu'importe.

Marchant plusieurs minutes vers l'est, la demoiselle parvint finalement aux berges de la rivière sur le bord de laquelle elle abandonna ses vêtements. Elle avait laissé ceux de rechange dans son sac avec Kisame mais elle pouvait en créer sans réel effort donc elle ne s'en inquiéta pas. L'eau se teinta de rouge progressivement autour de la dévoreuse. Elle aimait voir cette couleur et sentir cette odeur. Deux sensations particulièrement plaisantes. Sortant de l'eau, elle enterra ses habits sous terre au pied d'un arbre. Personne ne les déterrerait avant un moment, elle serait loin et aucun lien avec elle ne serait fait.

Neiko revint finalement vers son camarade lorsqu'elle fut propre, habillée d'une robe rouge sang. Un vêtement qu'elle avait créé en sortant de l'eau. Elle fit le disparaître le temps de mettre ses habits de rechange qu'elle prit dans son sac. Elle s'allongea ensuite sur le dos près du petit feu de camp. Ils ne risquaient absolument rien et si des bandits venaient pour tenter de les détrousser, elle pourrait finir son repas. Lorsqu'il s'agissait de chaire et de sang humains, elle pouvait manger pour dix.

« Merci pour le repas. Bonne nuit. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Mer 7 Juin - 16:55
Une bête sauvage, un aspect de Katsuko que je n'avais pas encore pu observer, c'en était presque effrayant, dégoûtant, elle se jetais sur cet homme à peine conscient qui n'eut ni la force ni le temps de crier qu'il était déjà mort, quelques spasmes d'agonie étant les dernières choses qu'il était capable de faire. Le seul mot que je pouvais utiliser pour décrire cette scène, était "Sale", je ne considérais les humains bon qu'a être massacrés, traqués et tués, des jouets, pire que des animaux, qui eux étaient suffisamment digne pour servir de nourriture, un point de vue qui variait grandement de celui des Chinoikes, si eux pensaient être semblable à moi, ils se trompaient tous cruellement.

Le dégoût était visible sur mon visage au début de l'acte, mais petit à petit je m'y habituais, et quand Katsuko cessa de se comporter comme une bête sauvage, et reprit un peu conscience de son entourage, le dégoût avait disparu de mon visage, laissant une expression complètement neutre, alors que je croquais dans un biscuit sec. J'avais fait cela simplement pour éviter des problèmes, pour moi ainsi que pour ma partenaire, il fallait simplement que je me fourre dans le crâne le fait qu'elle n'était pas Jûro, elle n'avait ni le passé ni la fierté pour se refuser à manger un être aussi inférieur qu'un humain, c'était surtout bien le contraire, à en croire sa réaction, c'était surtout une addiction.

Tout les Jûros n'étaient pas comme moi, beaucoup dévorait de l'humain comme des animaux avant, mais dans la meute ou j'ai grandit, tout le monde faisait ainsi, tout le monde traitait les humains comme inférieurs à tout les autres animaux, pendant l'époque ou nous étions roi dans notre territoire, nous pouvions nous permettre ce dédain, et le mépris est resté ancré profond en moi, bien que petit à petit, à force de les côtoyer, surtout les côtoyer en tant que supérieur hiérarchique, j'ai dû m'habituer.

Suite à son repas, elle finit par partir se laver, chose en effet conseillée, elle changea d'habits, et peu après parti dormir, sans un mot de ma part, un silence certes un peu lourd, mais pas inhabituel venant de moi, pour ma part le sommeil n'était pas une option, pas tant que ma partenaire était assoupie, je prenais ce qui restait du cadavre, incroyable qu'une si petite chose puisse dévorer une si grande quantité de chair, à croire que son estomac n'était qu'un trou noir absorbant la matière sans aucune limite, elle dormait, paisible malgré le manque de confort, je m'éloignais avec le squelette, et commençait à creuser pour l'enterrer, sortant de mon sac à dos une petite pelle dépliable, pas un énorme levier, pas une grande quantité de terre à chaque coup, mais pratique tout de même à transporter.

Une fois le cadavre enterré sous un bon mètre de terre, je revenais, et l'heure de monter la garde était là, je ne connaissais pas assez les entourage pour pouvoir être certain d'être en sécurité, et je n'avais pas choisit un endroit propice à un camp, nous étions au bord d'un chemin, si des bandits étaient présents dans la zone, même à cette heure ci, ils passeraient forcément par là un moment ou l'autre, et se faire attraper endormi n'était jamais une bonne idée, une nuit blanche n'était rien, j'étais habitué à des traques bien plus pesante physiquement que cela.

Pendant la nuit, aucun événement ne vint perturber ma garde, dans tout les cas, attraper un traqueur de Kiri par surprise était incroyablement complexe, surtout dans un tel environnement, je réveillais Katsuko aux premières lueurs du soleil, il fallait repartir, nous aurons de toute façon une vraie nuit de sommeil ce soir, lorsque nous atteindrons le prochain village, plus qu'à espérer que nous n'y trouverons pas une autre statue.

Je restais silencieux sur la route, non pas que l'expérience d'hier m'avait choqué, ou fâché, même si à vrai dire j'avais du mal à avaler une telle vision tant c'était honteux pour moi, mais tout bêtement puisque je n'avais pas l'habitude de discuter et courir en même temps, une rapide pause à Midi pour souffler manger et boire, et c'était reparti, notre petit duo arriva le soir dans un village en bordure de forêt, et tout de suite je bifurquais sur la droite, m'enfonçant dans la forêt en question avant même de rentrer dans le village, j'amenais Katsuko jusqu'à une petite clairière, j'avais ressenti quelque chose en arrivant à proximité du village, et cela se confirmait en arrivant dans la clairière, une femme, agenouillée en train de ramasser une plante, totalement pétrifiée.

    Eh ben voilà un qui ne chaume pas... C'est récent, je dirais quelques jour à peine, il à du rester ici un moment comme dans l'autre village, il doit pas être très loin, reste à savoir s'il y à un autre village proche ou pas... La trace est vraiment fraîche.


C'était une femme, à nouveau, elle était plutôt belle tout comme la précédente, elle souriait, et l'inclinaison de son visage laissait penser qu'elle était en train de discuter avec quelqu'un, sans doute le responsable de son état, juste avant sa transformation. Rien ne laissait penser que l'homme pourrait défaire ce qu'il à fait, mais notre seule piste était ce dernier, et la traque allait sans doute arriver à sa fin...

    Je vais nous trouver un endroit pour dormir ce soir, va voir si tu ne peux pas demander à combien de jours se trouve le prochain village sur cette route ? C'est celle qu'il à emprunter pour sortir au vu de la trace.


Je pointais du doigt la sortie nord du village, comme quoi cet homme ne cessait jamais de marcher vers le nord, mais rien de plus ne pouvait me surprendre de la part d'un type aussi louche, je me séparais de Katsuko pour m'enfoncer dans le village à la recherche d'un endroit pour dormir, personne n'avait l'air d'avoir remarquer la disparition subite de la femme, ou encore l'étrange statue à quelques centaines de mètre de là, dans les bois, preuve que l'homme n'était pas parti depuis longtemps... Au bout de quelques minutes de vadrouille je finis par trouver ce qui peut ressembler à une auberge, bien qu'à l'aspect miteux de cette dernière, peu de voyageurs passent par là, et l'établissement serait bientôt fermé, l'homme à l'intérieur me loue une chambre pour deux plus que délabrée, et je rejoint Katsuko dans le village peu après pour la ramener dans notre splendide hôtel pour la nuit.

Une fois dans la chambre, je pose mes affaires dans un coin, jetant un coup d'oeil à l'unique lit avec un peu de dégoût.

    Si tu veux, tu peux prendre le lit, je dormirai au sol volontiers... J'ai passer ma jeunesse avec une meute de loup, je n'ai pas la moindre envie d'attraper à nouveau des puces, vu l'enfer que c'était avant...


J'ouvrais une porte à deux doigts de se décrocher, dévoilant une simple bassine et une vieille cuve d'eau, eau sans doute froide, mais tant pis, se laver reste important, alors j'active la pompe, remplit la bassine, et me plonge dans l'eau glaciale, un bain désagréable mais nescessaire, je fais le plus rapidement possible avant de vider la bassine et de revenir dans la pièce principale, des habits propres pour la traque, il fait froid, la nuit va être peu reposante et désagréable... Je me recroqueville dans un coin de la pièce, m'entourant de ma veste de cuir, je n'ai même pas envie de demander un repas au tavernier, du pain rassi et de la viande avariée ne me tente pas, mes biscuits suffiront pour cette fois.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Mer 7 Juin - 23:02
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Le duo avait reprit la route après quelques heures de sommeil digestif de la vampirette. Le cadavre avait disparu, elle ne s'en était pas spécialement préoccupé, espérant secrètement que cela attire le repas suivant. Le trajet jusqu'au village suivant se fit efficacement et dans le silence. Ils n'avaient rien à dire, la traque était en cours. Lui était concentré et elle n'avait aucune information à lui apporter. Cela fonctionnait bien comme ça, il n'y avait donc aucune utilité d'en dire plus.

Ils furent accueillis au village suivant par une nouvelle statue. Une femme agenouillée et souriante. Cet homme était des plus ennuyeux.

« C'est récent, je dirais quelques jour à peine. La trace est vraiment fraîche. »

Katsuko avait gardé la seule réelle information qui l'intéressait : la proie était proche. Ils étaient passés de deux semaines de retard à seulement quelques jours. Ils le rattraperaient donc certainement au prochain village. Un sourire carnassier commençait à s'étirer sur le visage de la démoniaque jeune fille quand son camarade l'interpella, la faisant retrouver son sérieux.

« Je vais nous trouver un endroit pour dormir ce soir, va voir si tu ne peux pas demander à combien de jours se trouve le prochain village sur cette route ? C'est celle qu'il à emprunter pour sortir au vu de la trace. »

Elle hocha simplement la tête, partant vers le centre du village. Elle n'avait pas envie de traîner, souhaitant retrouver rapidement un lit et une boisson chaude pour se réchauffer un peu de ce froid insinueux qui commençait un peu à la déranger, un jour après son festin. C'était quelque chose qu'elle avait remarqué. Lorsqu'elle avait très faim ou juste après un repas, elle était totalement insensible à la température, ou du moins, elle était très peu gênée. Entre ces deux stades, elle devait être un peu comme tout le monde, ressentant plus les effets dérangeants de son environnement calorifère.

« Bonjour monsieur, excusez-moi de vous importuner mais je souhaiterai à combien de temps de marche se situe le prochain village vers le nord ? »

Elle s'était adressé à un vieux du village qui traînait sur la place principale avec ce côté enfantin manipulateur désormais maîtrisé qu'elle avait peu à peu développé au cours de ses missions. Les hommes comme les femmes avaient alors plus de mal à l'envoyer balader et lui répondaient plus facilement lorsqu'ils s'agissaient d'informations de ce type. On a moins envie d'aider une psychopathe meurtrière qu'une mignone petite fille qui a l'air d'avoir 12 ans. Le vieux lui indiqua donc qu'il leur faudrait trois jours de marche tranquille ou deux de marche rapide pour atteindre le rassemblement d'habitations suivant, qui était plus un hameau de paysans cultivant du thé qu'une réelle commune.

Elle traîna ensuite un certain temps dans le centre, confirmant l'information auprès d'un second habitant. Le village n'était pas très grand, simplement les commerces de base et deux tavernes. Kisame était allé dans celle la plus proche de l'extérieur, probablement pour pouvoir partir plus rapidement. Il l'y guida rapidement, ayant déjà réservé la chambre. Ils s'y dirigèrent rapidement et le traqueur lui dit alors qu'elle pouvait garder le lit. Il semblait un peu dégoûté, comme s'il s'attendait au luxe de deux lits séparés dans un trou à rats pareil. Surtout dans la plus pourrie des deux auberges. Enfin, qu'importe.

« Comme tu voudras. Moi je m'en fou. Je vais prendre du thé en bas. Ah, et le prochain village est à deux jours de marche. »

Après avoir déposé ses affaires, la demoiselle s'étira de sa manière féline avant de redescendre, n'ayant prit qu'une pièce dans sa bourse. Elle savait qu'avec cela, elle pouvait déjà acheter toutes les boissons différentes de l'aubergiste, si ce n'est la taverne elle-même tant elle était miteuse. Elle s'en moquait à vrai dire, ce n'était rien pour elle. Après tout, son père avait bien sû accumuler d'immenses richesses et le fait qu'elle soit en mission presque un tier de son temps depuis son arrivée à Suna aidait beaucoup à ce qu'elle aussi ait son content d'or.

Elle but donc tranquillement la boisson chaude qui la revigora, éloignant le froid de la nuit pour quelques heures. Un homme plutôt saoûl tenta de l'approcher mais la faux qui apparut accrochée dans le dos de la vampirette le calma de suite sans que celle-ci n'ait besoin de lâcher sa tasse qu'elle tenait à deux mains. Faisant disparaître l'arme après avoir fait un petit regard circulaire rouge vif de toute la salle, elle remonta ensuite après avoir laissé la pièce au gérant qui la regardait totalement incrédule, comme s'il n'avait jamais vu de telle fortune balancée si négligemment. C'était peut-être le cas mais Katsuko n'en avait rien à faire. Elle avait montré un très faible échantillon de ses capacités, si cette piécette excitait un peu trop certains esprits, le festin d'hier pourrait reprendre.

La féline dévoreuse remonta ensuite de sa démarche particulière jusqu'à sa chambre et ferma derrière elle. Kisame s'était allongé sur le sol, semblant tenir à cet écart respectueux entre eux. Elle se moquait pas mal de ce genre de choses depuis longtemps. Ou alors il était encore dégoûté comme elle avait cru l'apercevoir pendant sa rage sanguine la nuit précédente. Encore une fois, qu'importe. Elle s'en moquait éperduement. Elle se dirigea donc vers la petite salle où elle put trouver une bassine vide qu'elle remplit d'eau, laissant ses vêtements sur le bord de la minuscule salle de bain délabrée. L'eau froide contraste avec le thé mais Katsuko se force à la supporter, sentant qu'elle en a tout de même bien besoin. Une fois sèche, elle retourne dans la pièce principale, pliant ses vêtements dans un coin du lit et enfilant la nuisette qu'elle avait gardé de sa mission pour retrouver Etwhal avant de s'allonger sur le lit double.

« Bonne nuit. »

La demoiselle s'endormit assez rapidement pour laisser place à un sommeil léger mais reposant. Elle se réveilla la première cette fois, sans doute parce que son camarade avait mal dormi cette nuit et la précédente, contrairement à elle. Elle tâcha alors de ne faire aucun bruit pour descendre en emportant ses vêtements sous son bras. La pièce principale était déserte, elle en profita pour se changer avant d'aller prendre l'air un petit moment.

Neiko remonta après une petite demi-heure, alors que le soleil venait tout juste de se lever. Elle retrouva son camarade déjà réveillé.

« On peut y aller quand tu veux. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Jeu 8 Juin - 20:16
Je frottais encore mes yeux alors que la porte de la chambre miteuse s'ouvrait, dévoilant une Katsuko prête à partir, levée avant moi, rare, j'ai pourtant l'habitude de me réveiller dès que quelqu'un se déplace proche de moi, peut être qu'inconsciemment j'offre une confiance à Katsuko plus grande que je ne le pense. Je baille longuement et me lève, m'étirant de toute ma longueur, avant d'attraper mon sac et d'enfiler ma veste proprement, cette dernière m'ayant servit de couverture pour la nuit.

    Qu'est-ce que ce sera dans dix ans...


Mes genoux me font un peu mal, la nuit n'a pas été très réparatrice mais il y a encore du chemin à faire avant que je ne claque physiquement, après tout le mental y joue beaucoup dans les longues traques, et j'ai l'habitude, la douleur fait partie du métier, elle ne disparaît jamais vraiment, et laisses toujours des cicatrices, parfois plus profonde que les autres, des douleurs qui avec l'âge deviennent de plus en plus aiguë, à presque 30 ans le corps est encore en état malgré la maltraitance intensive qu'il subit, le manque de repos et les incessantes missions, mais dans 5 ans, dans dix ans, cela ne sera pas pareil.

Je descend donc et laisses une pièce sur le comptoir, le gérant semblant absent, tout comme les clients, pas étonnant pour un établissement aussi peu populaire, dehors le village s'éveille alors que l'on part vers le nord à la poursuite de notre proie, mais je dénote tout de même quelques regards pesant, avec une pointe de peur, rivés vers Katsuko, ainsi que du soulagement, deux ou trois personne à peine, mais elle à du faire une impression d'une quelconque manière, mais ça ne doit pas être très important, pas d'émeute de paysans armés de fourche à nos trousses, donc rien de grave sans le moindre doute.

La traque continue, la proie insouciante effectue le même trajet, tout droit, coupant à travers champ parfois, je la sent de plus en plus proche, elle avance à un rythme ridicule et comparé à notre course effrénée, c'est en fin de soirée, alors que les traces au sol sont fraîche, et que je n'ai même plus besoin de la piste chakratique pour suivre l'homme qu'une fine odeur de feu de camp me parviens, j'arrête immédiatement Katsuko, un léger vent ramène l'odeur jusqu'à moi, et mes sens acérés la discerne là où d'autre ne verraient rien, mais elle est bien là, je ne saurais estimer la distance exacte, il à du s'arrêter en plein milieu du sentier que l'on suit depuis une bonne heure déjà, et faire son camp là.

    Il est là, pas très loin, à moins que ce ne soit un autre campement mais j'en doute fortement, les traces sont les siennes... à quelque centaine de mètre de là sur le chemin... EH bien voilà une traque des plus aisée, la plupart du temps les gens se câchent, effacent leur traces... Celui là n'en à strictement rien à faire... C'est ta proie, alors on fera comme tu décide, à toi de me dire maintenant la méthode que tu souhaite utiliser.


Après tout cette histoire ne me concerne pas vraiment, outre le fait d'aider une amie, je ne ressent pas vraiment le danger de l'affrontement, mais il faut toujours ce méfier, ça me ferait bien chier de me retrouvé transformé en pierre pour le restant de mes jours, moi qui tente si désespérément de survivre à la dure vie que je mène.

Je m'adosse à un mur, fixant Katsuko, à vrai dire ça me ferait également chier que ma seule amie se retrouve transformée en pierre, bien que notre relation soit... Très peu conventionnelle, j'y tiens beaucoup, à ce petit démon, elle essaie toujours de paraître effrayante mais une fois qu'on la connait un peu elle ne l'est plus tant que ça.

Un air de flûte me vient aux oreilles, je tourne la tête vers notre destination, il avait été vu en effet avec une instrument de musique, une flûte ? l'air est étouffé par la végétation et la distance, à peine audible, même pour moi... Jouer de la flûte le soir en pleine forêt, cet homme ne craint décidément rien au monde, mais ce ne sont pas les bandits ce soir qui le menacent, c'est un duo bien plus violent, bien plus sanguinaire, et bien plus déterminer à obtenir le fruit de leur traque.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Jeu 8 Juin - 23:16
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
La journée s'enchaîna rapidement. Ils marchèrent a bonne allure après avoir quitté le village où les habitants semblaient déjà avoir eu vent d'une petite fille aux cheveux roses armée d'une faux sanglante. Elle s'en moquait, elle avait terminé ses affaires ici. Il s'agissait maintenant de rattraper leur proie.

En fin de soirée, alors que les paysans lui avaient parlé de deux jours, ils arrivèrent proche du village suivant. Kisame l'arrêta soudainement.

« Il est là, pas très loin, à moins que ce ne soit un autre campement mais j'en doute fortement, les traces sont les siennes... à quelque centaine de mètre de là sur le chemin... »

Un sourire de plaisir s'étira sur les lèvres de la vampirette. Son jouet était là. Enfin, elle ne pourrait pas vraiment jouer avec lui puisqu'elle devait trouver un moyen de faire revenir les deux femmes à leur état normal. Sa cible devait avoir une méthode assez longue à mettre en place puisqu'elle s'arrêtait plus d'une semaine aux villages choisis. Ou alors il prenait beaucoup de temps pour choisir sa victime ? Car le mot précaution n'aurait franchement pas été adapté vu le récit de la première aggression. Transformer une victime dans les bras de son mari puis partir comme si de rien était, en toute tranquillité, n'était pas l'exacte définition de ce que pouvait être la précaution.

« C'est ta proie, alors on fera comme tu décide, à toi de me dire maintenant la méthode que tu souhaite utiliser. »

Elle hocha la tête. Oui, c'était sa proie. C'était à elle de choisir. Cependant... Cet aspect de retransformer les gens la gênait. Et puis elle avait bien envie de voir l'homme à l'oeuvre, de regarder ses préparations, de le comprendre. C'était toujours amusant de voir comment un prédateur développait son piège pour le rendre inévitable et le faire se refermer sur la proie.

Neiko se mordait la lèvre. Elle en avait envie et en plus, elle aimait bien la compagnie de Kisame. Elle sentait qu'elle pouvait garder une certaine insouciance, comme s'il pouvait ou souhaitait rattraper ses erreurs. C'était probablement faux, il partirait peut-être si elle en faisait trop, comme par exemple massacrer tout le village pour son simple plaisir et pour la joie d'avoir un festin à volonté. Ou si elle faisait une erreur qui la mettait en danger, il n'aurait certainement pas de raisons de l'aider.

Et si ils attendaient et que finalement, cet homme était trop timbré ou trop sauvage pour savoir comment résorber sa technique pétrificatrice. En tous cas, en ce qui concernait Katsuko, elle savait à merveille découper les membres mais les raccrocher, c'était une autre histoire. Alors pourquoi lui saurait ramener à la vie ses statues. Elles étaient peut-être déjà mortes dans leur coque de pierre, les deux blondasses qui s'était faites métamorphosées. Enfin, deux ou trois humains, ce n'était pas grand chose, elle n'allait pas en pleurer.

« Hmmm... Je sais pas trop. J'ai envie de l'observer. De voir comment il fait, comment il transforme ces fermières en pierre. Dans un sens, lui aussi c'est un prédateur, c'est pour ça qu'il ne fait pas attention à qui le suit. Moi je fais jamais attention puisque ceux qui ont essayé jusque là sont morts par mon sang et mes crocs. Le jour où quelqu'un sera assez fort pour me tuer, que je me cache ou non n'y changera rien, il y arrivera s'il en a envie. J'ai... »

Elle s'arrêta au milieu de sa phrase quand un air de flûte commença. C'était leur proie. Katsuko souria.

« J'ai bien envie de jouer un peu avec lui avant de l'éclater pour l'interroger. L'étudier pour mieux en faire une proie amusante. Et aussi éviter de finir comme ces deux débiles. Ça te dit ou tu es pressé de rentrer chez toi ? Si tu préfères on peut le massacrer tout de suite en le laissant suffisamment vivant pour l'interroger, le faire parler sur comment il fait et s'il peut faire revenir les gens à leur état normal. »

Elle se trémoussait sur place, partagée entre l'envie dévorante de massacrer la victime inconsciente du danger qui planait sur elle et cette idée qui s'était glissée dans son esprit que d'observer une autre cruche devenir une statue de pierre avec toute la méthode d'accomplissement de ce magnifique acte.

ft. JÛRO
Kisame

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   
 

Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comme une pierre au fond de l'eau... [ PV Kuroko ]
» Marie-Michelle Duvivier Pierre-Louis chwazi premye minis presanti
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Reste du Monde :: Pays Neutres :: Cha no Kuni-