AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 16 Juin - 20:32
Attentif au son de notre proie, j'écoutais le petit discours de Katsuko, cette dernière était incroyablement confiante, plus je passe du temps avec elle plus je me rend compte de son immaturité, sa façon de voir les choses est complètement tordue, elle ne fait pas attention à qui pourrait la traquer, alors qu'elle tue fréquemment des gens lors de ses voyages pour se nourrir, à cause de sa mauvaise habitude, je fronce les sourcils en entendant cela, et la fixe d'un regard pesant, alors qu'elle continue sa tirade, toute fière.


Elle m'annonce son souhait de l'observer, à vrai dire je n'en ai pas la moindre envie, rien ne nous prouve que ce type là saura remettre en place ses victimes, et surtout plus on passe de temps autour de lui, plus il à de chances de nous remarquer, au final feindre l'insouciance est une très bonne tactique pour tromper ses prédateurs et les forcer dans un piège, prendre la confiance n'est pas une bonne chose.

Alors que Katsuko se trémoussait, sans doute prise de l'adrénaline que la chasse procure lorsqu'elle approche du point de conflit, je lui pose une main sur l'épaule pour la forcer à me regarder.

    Je ne sais même pas quel âge tu as, mais tu dois largement avoir moins de vingt... Combien de temps comptes tu vivre ainsi ? Et tu te dis chasseresse ? Tu me fais honte, jamais je n'ai vu un prédateur prendre autant de risques, tu as bien trop confiance en toi, et un jour tu vas crever à cause de ça. Ce ne sont pas les prédateurs qui ne font pas attention à qui pourrait les suivre, ce sont les imbéciles.


Je la lâche, et me retourne, le visage serré et les sourcils froncés, au final c'est sa vie, mais maintenant qu'elle est entrée dans la mienne j'aurai du mal à la laisser mourir à cause de sa propre bêtise, reste à voir comment elle prendra un conseil offert ainsi, tout le monde n'est pas enclin à entendre quelqu'un lui dire qu'il à tort, peu de gens acceptent les critiques et évoluent en les gardant en tête.

Le son de la flûte continue, la mélodie est agréable à écouter, l'homme doit être d'un certain talent, nous possédons un effet de surprise conséquent, et je me sentirais mal de le gâcher, mais après tout ce n'est pas ma traque et la décision lui revient.

    Je vais faire un tour complet de la zone, je veux vérifier qu'il est bien seul, on n'est jamais à court de surprise pendant la traque... Et comme je te l'ai dis, je ne prendrais pas de décision, je t'offre simplement des conseils, il en faut jamais se fier au apparences, derrière des actions complètement illogique peut se cacher un fou, mais aussi un génie.


Il faudra que je discute avec elle plus tard, une fois au calme, de l'excès de confiance en soit, même quelqu'un de plus faible, avec un bon plan peut tuer une personne plus forte, tout dans la vie ne se résout pas à des confrontations frontales et des duels de puissance brute, il à y des milliers de moyen de tuer un homme, et très peu d'entre eux s'utilisent en face à face.

Je pars donc, et commence mon grand cercle par la forêt, je contourne complètement son campement et effectue donc un cercle parfait, vérifiant chaque trace possible, me rendant compte au fil du temps de toute les erreurs que nous avons pu faire, je n'ai pas couvert nos traces je n'ai pas camoufler notre présence, Katsuko à poser des questions à chaque village, nous avons laisser un grand nombre d'informations derrière nous, et il suffirait que ce type possède un allié quelconque, et il aurait pu tout savoir.

Il y avait de toute façon quelque chose de louche dans tout ça, son rythme de marche était incroyablement lent, comme s'il attendait quelque chose, ou quelqu'un, c'était un simple doute, mais peut être pas une coïncidence, il fallait vérifier cela.

Je m'approchais donc, camouflé, de son campement, sans émettre le moindre son, invisible, je me rapproche à une vingtaine de mètre de sorte à pouvoir observer, et je réalise que toute les erreurs que nous avons fait nous sont effectivement retombés dessus, il y à là deux sac de couchages, un petit feu de camp mais surtout, pas âme qui vive, la musique résonne toujours dans mes oreilles, mais personne ne la joue.

J'effectue rapidement un Kaï, ramenant les flux de chakra à la normale dans mon corps, le son s'arrête, un illusionniste, lui ou son camarade, l'un d'entre eux doit être capable de masquer ses traces à la perfection pour que je ne le remarque pas... Je me concentre, fermant les yeux tout en améliorant grandement mes sens, me permettant de repérer le chakra tout autour de moi. Sortant également mon couteau je coupe le dos de ma main, impossible d'avertir Katsuko sans que les deux ne le sachent, mais si elle détecte l'odeur de mon sang, elle saura être sur ses gardes... Maintenant il ne reste plus qu'à trouver le senseur, il sait que je suis là, mais je le sais aussi, le meilleur aura l'initiative, et celui qui possède l'initiative est souvent celui qui gagne.

Je transforme mon bras droit en un puissant poignard fait de chitine, et je me retourne brusquement, parant au dernier moment le coup de sabre qui allait me séparer de ma tête, l'ennemi est enfin là, un homme plutôt ressemblant à la description de notre proie, mais son chakra est complètement différent, peut être un membre de la même famille, du même clan ? Une tête de loup sur sa tête, il atterrit au sol avec grâce, me faisant face, un sourire complètement macabre sur le visage, prêt à en découdre, si son attaque surprise n'a pas fonctionner contre moi, il à bien pu constater qu'il était plus rapide, sa lame ayant laisser un coupure le long de ma joue, qui commence à imbiber ma barbe blanche d'une teinte écarlate...
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Mer 21 Juin - 13:48
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
La réponse de Kisame déplu très fortement à la folle vampire.

« Tu me fais honte, jamais je n'ai vu un prédateur prendre autant de risques, tu as bien trop confiance en toi, et un jour tu vas crever à cause de ça. Ce ne sont pas les prédateurs qui ne font pas attention à qui pourrait les suivre, ce sont les imbéciles.  »

Elle avait envie de le tuer. De l'égorger et de le faire souffrir longtemps avant de lui accorder la mort. Il la traitait d'imbécile, lui ? Il était trop précautionneux et l'insultait parce qu'elle n'était pas comme lui ? Il la tenait par l'épaule, lui montrant cependant une force plus grande que la sienne pour l'instant.

Il parla ensuite de génie, d'actions illogiques, indiquant qu'il ne prendrait pas de décisions, mais il n'était visiblement pas confiant. Cet homme déguisé en loup lui faisait si peur ? La musique continuait et énervait un peu Katsuko finalement qui était à cran avec les remarques désagréables de Kisame.

Ce n'était pas le genre à faire dans la dentelle et ce qu'importe le sujet. Elle le savait. Elle savait aussi qu'il avait beaucoup plus d'expérience qu'elle et donc certainement raison. Mais qu'il ait raison ne justifiait pas une insulte. En tout cas, elle ne dit rien. Son regard s'était cependant assombri, fermé. Elle n'était plus excitée par la situation mais était plutôt sur les nerfs. Le Kirijin s'éloigna finalement en disant qu'il allait faire un tour pour vérifier que leur cible était seule. Lui n'aurait pas remarqué si quelqu'un d'autre était présent ? Si c'était le cas, cette seconde personne était dangereuse.

Neiko resta sans trop bouger attendant le retour du traqueur pour avoir quelques informations supplémentaires. C'était souvent le mieux informé qui gagnait, et si l'homme-araignée avait raison à propos de ses doutes sur leur cible, alors c'était leur cible qui était la mieux informée des deux groupes.

C'est à ce moment-là qu'elle sentit l'odeur du sang lui parvenir. Il avait dit qu'il ne ferait rien et ce n'était pas franchement le genre de la maison que de mentir là-dessus. Il savait que c'était sa proie, il ne la lui volerait pas, ou pas sans raisons. Donc soit il s'était fait repérer et engageait le combat, soit c'était un moyen pour lui de communiquer rapidement avec elle. Mais pour dire quoi ? Mystère. Elle activa son Kerryûgan, créant un bouclier et une épée. Elle marcha d'un pas rapide vers le camp, lorsque le sol devint plus mou sous ses pieds. Des sables mouvants ici ? Non, certainement pas. Elle vit un homme couvert d'une peau de loup la regarder de loin avec un sourire. La musique continuait mais ne venait pas de lui.

« C'est toi qui transformes ces femmes en pierre ? Tu comptes les ramener à la normale ou tu espères pouvoir faire ça longtemps ? »

L'homme se contenta d'un sourire un peu stupide et lui projeta deux rochers sur elle. Avec un tel sol -probablement dû à son pouvoir- une esquive était impossible. Elle créa donc une vague de sang entre eux pour stopper les rocs avant de projeter son bouclier, le transformant en un boomerang mortel. Elle vit avec satisfaction le bras gauche de sa cible de détacher de son corps et rouler au sol.

« Je t'avais prév... »

Elle cracha au sol en remarquant que le corps de son adversaire se disloquait alors en morceaux de terre formant un petit tas. Un clone. Donc son adversaire utilisait du doton et savait utiliser les clônes... Il n'était cependant pas loin. Une bonne information qui allait l'aider. Elle reçut une petite seconde plus tard deux shurikens dans la cuisse droite la faisant grimacer. Elle ne s'attendait pas à des attaques aussi fourbes.

« Montre-toi, lâche. Ta seule chance de survie désormais, c'est de me suivre bien gentiment et de remettre ces femmes dans leur état normal ! »

Un rire léger suivi de deux nouveaux shurikens de terre arrivèrent sur la demoiselle qui les bloqua avec son bouclier. La seconde d'après, un rocher vint la percuter en plein dans le dos, lui coupant la respiration pendant deux secondes en plus de la douleur qui se propageait dans son dos. Avec la musique en plus, tout cela commençait à vraiment taper sur les nerfs de la folle aux cheveux roses.

« MONTRE-TOI SALE LÂCHE ! »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Jeu 22 Juin - 1:24
Je roule sur le côté, me heurtant à un arbre avant de me redresser rapidement, pour me jeter à nouveau au sol une demi seconde plus tard, une plaie béante s'ouvrant le long de mon épaule gauche, le sang aspergeant le sol à nouveau... L'impossibilité de prévoir ses mouvements due à son invisibilité entre chaque attaque rend cet adversaire incroyablement difficile à gérer, et il ne cesse jamais son assaut, j'esquive de justesse encore une fois, il va me falloir un plan, et il va m'en falloir un rapidement, je pourrais me rendre invisible également, mais cette idée sort immédiatement de ma tête alors que j'entend Katsuko lâcher un très léger grognement de douleur, une centaine de mètres sur ma gauche, mes sens aiguisés me permettent cela, mais mon adversaire actuel ne fait pas le moindre bruit, ce qui n'aide pas forcément, si je me rend invisible, et que je le fais attendre, il s'en ira pour Neiko', et cette dernière n'aura pas la moindre chance face à un type pareil.

La seule raison pour laquelle il n'a pas encore réussis à m'infliger de blessure grave et parce que je ressens son chakra juste avant qu'il ne m'assène ses coups, alors sa tactique s'adapte petit à petit, s'il ne peut pas m'infliger de blessure décisive, alors il se met à viser les membres, me ralentissant, me privant de tout répit et réflexion. Je pare un autre de ses coups et il disparaît alors que je m'avançait pour contre attaquer, m'adossant à un arbre, mon bras encore humain posé contre mon flanc, ce dernier tranché finement, un léger filet de sang s'écoulant de là et noyant lentement ma hanche, pas une grosse hémorragie, mais dans plusieurs minutes, cela aura un grave impact sur ma capacité à me battre.

Je roule à nouveau au sol, tissant un imperceptible fil de soie au sol, modelant ma toile via mon chakra, cachant le mouvement avec mon esquive, un coupure s'ajoute à ma collection, dans mon dos, je continue de rouler et de me jeter, de parer au dernier moment, tissant un imperceptible réseau de toile au sol, restant dans la même petite zone, jusqu'à ce qu'il marche sur l'une d'entre elle en m'attaquant, je me retourne brusquement, une armure de chitine me recouvrant, et jette ma main droite transformée vers l'avant, heurtant quelque chose, l'homme réaparaît, je reconnais cette sensation de percer la chair instantanément, mais ses réflexes sont incroyable, il à réussit à faire ce que je fais depuis le début, se jeter sur le côté pour esquiver le coup qui aurait été fatal, j'ai simplement réussis à endommager son flanc droit.

L'homme se redresse, me faisant face, il semble confus, tout sentiment de confiance à disparu de son visage, il semble chercher à comprendre pourquoi et comment j'ai pu réussis à anticiper son attaque, l'invisibilité ne semble plus fonctionner, lui et moi sommes mis sur un pied d'égalité, même s'il est évident de qui de nous deux est le plus en forme à ce point là du combat, mon sang est éparpillé sur les arbres et le sol autour de moi, et je suis tellement essoufflé que je peine à prononcer ses quelques mots.

    T'es un dur toi... Les traqueurs de Kiri auraient bien besoin d'un type comme toi... Dommage que ça s'passe ainsi.


Il sourit, redressant son masque de loup tout en pressant une main sur son flanc dans un geste imitant à la perfection celui que j'effectue depuis un moment.

    C'est jamais trop tard pour courir... Ta copine n'a aucune chance, et toi non plus, c'est évident.


Il s'avance vers moi, certes il ne peut plus se rendre invisible, mais il à prouvé qu'il était plus rapide, plus endurant, et plus fort que moi, et alors qu'il s'élance pour un estoc, mon sourire s'agrandit alors qu'il semble se déplacer avec difficulté et lenteur, le poison fait son effet, la toxine sécrété via une des petites épines recouvrant mon bras transformé se répand dans son corps, rendant son bassin et ses articulations engourdie, ralentie, il frappe et j'esquive avec bien plus de facilité ainsi, contre attaquant brusquement en direction du coeur, et malgré le fait qu'il parvienne à parer l'attaque en sacrifiant son bras gauche, il peut sentir une toxine supplémentaire s'ajouter, entre la blessure et le venin, son bras devient complètement inutilisable, alors qu'il est au corps à corps, son torse presque collé au mien, son sabre devient rapidement inutilisable, il ne perd néanmoins pas son sang froid, lâchant se dernier pour dégainer un Kunai qu'il plante dans mon omoplate avant de me projeter par dessus son épaule pour me dégager de cette position inconfortable.

Le Kunai reste coincé dans ma carapace alors que je m'écrase au sol, me relevant un peu trop tard sans parvenir à esquiver le pied qui vient s'écraser violemment sur mon visage, me projetant dos contre un arbre, offrant le moment nescessaire à mon adversaire pour récupérer son sabre, il se jette sur moi, et je l'imite, il plante son arme en plein dans mon ventre, et je fais la même chose de mon côté, la seule différence étant que je possède mon armure, et qu'il n'y à rien entre ma main et son coeur, une plaie de plus apparaît sur mon ventre, mais un flot de sang se déverse sur le sol, et ce n'est pas le mien, le délicieux son d'un homme en train de mourir, je lui lance un grand sourire, la victoire est mienne, et mon adversaire s'écroule au sol dans un gargouillement qui me laisse penser à un rire de sa part, dommage, un adversaire incroyablement doué, juste pas assez.


Je me relève, m'occupant rapidement des plaies les plus urgente pour éviter de tomber bêtement dans les pommes, puis je me concentre, essayant de localiser Katsuko et son assaillant, espérant ne pas être en retard.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Jeu 22 Juin - 11:06
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Alors que Katsuko commençait à s'énerver, l'homme se mit à rire. Ceci irrita extrèmement la vampirette qui réussissait à prévoir une grande partie des attaques successives et à la bloquer mais quelques unes d'entre elles étaient imparables. Notamment lorsqu'un clone apparaissait d'un côté et qu'une attaque survenait de l'autre en même temps.

Les rires s'amplifières et résonnèrent, ils harcelaient la jeune fille quii avait l'impression que la folie s'emparait totalement d'elle. Elle tâcha alors de se calmer et de se concentrer pour essayer de ressentir où était son adversaire. Elle savait qu'elle pouvait localiser les gens à partir de leur sang. Elle l'avait lu à Honô lors de son dernier séjour là-bas, dans un des livres sur son clan et son pouvoir. Elle n'avait jamais pratiqué cette technique, elle n'était absolument pas certaine d'y parvenir.

La jeune fille commenca à se concentrer de son mieux, repérant vaguement des traces de sang. Elle avait dû le toucher très légèrement elle aussi, mais rien de grave. Elle ne parvenait cependant pas à détecter ce qu'elle souhaitait, à savoir la position de son ennemi. Elle reçut deux nouveaux shuriken, à nouveau dans la cuisse droite. Il visait souvent sa jambe à cet endroit et la douleur commençait à se faire sentir sérieusement. Elle finit même par tomber genoux au sol avec toujours cette même impression d'être empâtée, embourbée dans le sol.

Elle avait alors perdu sa concentration et cette énième attaque fourbe l'énerva au plus haut point. Serrant les dents, elle cracha un peu de sang sur le côté avant de parler à voix haute.

« Tu veux la jouer comme ça, ok. Dans ce cas je vais utiliser la méthode appropriée pour se débarasser des rats. »

Elle se releva, peinant un peu, puis créa une vague de sang directement sur elle, s'offrant ainsi un milieu de protection qui ne laisserait certainement pas passer les projectiles légers et ralentirait les rocs pour lui permettre de les esquiver. Elle commença alors à créer des cerceaux de shurikens autour de sa taille avant de les propulser dans toutes les directions, renforçant certaines des salves en durcissant le sang.

Après cinq ou six salves, tout en évitant gracieusement les attaques juste en se penchant et en se contorsionnant, la demoiselle entendit quelqu'un se mettre à tousser fortement. Le même genre de toux que lorsque la gorge était gênée par du sang qui coulait. Elle avait fait mouche. Ce bruit si doux à son oreille lui fit oublier la musique et le sol mouvant et elle se jeta vers cette odeur de sang qui était apparue. Arrivant sur place, elle ne trouva rien. Comment faisait-il ? Elle sentait pourtant l'odeur venir de l'endroit où elle était.

Elle sentit un nouveau roc la frapper en plein dans le dos, la projettant au sol. Si ses forces commençaient à l'abandonner, la rage vint lui en donner de nouvelles. Abandonnant toute logique, elle serra son épée et son bouclier dans ses mains avant de foncer vers l'origine du rocher, courrant à une allure folle malgré sa jambe blessée. La haine la faisait aller plus vite, aller plus loin. Elle était prise d'une véritable rage sanguinaire. Tout en hurlant, elle esquivait les projectiles avec une facilité déconcertante. Elle avait déconnecté son cerveau, ne cherchait plus que sa proie pour la tuer violemment.

Neiko se laissait totalement diriger par son instinct et finit par voir la silhouette de sa proie disparaître derrière un fourré. Elle courrait bien plus vite que lui dans cet état, et le rattrapa trente secondes plus tard. Elle lui envoya alors directement un puissant coup de bouclier qui le sonna avant de lui planter son épée dans le bras, le clouant au sol. Elle créa juste après une seconde épée, épinglant son autre bras.

« PARLE SALE LACHE ! PARLE OU JE TE DEVORE EN TE FAISANT SOUFFRIR AU MAXIMUM AVANT QUE TU NE RENDES L'ÂME ! »

Un ricanement se fit de nouveau entendre, et le clone qu'elle avait épinglé au sol redevint de la terre. Encore piégée... Un nouveau projectile l'atteignit en plein ventre cette fois, lui coupant le souffle et la faisant rouler sur le dos. Elle était épuisée...

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Jeu 22 Juin - 16:39
Les bruits du combats continuaient à résonner dans la forêt, enfin plutôt les son du prédateur jouant avec sa proie, Katsuko se faisait apparemment mener par le bout du nez au petit jeu que son adversaire maîtrisait à la perfection, au vu des son et du souffle de Katsuko, elle semblait bien blessée, elle hurlait parfois, son sang froid était complètement perdu, l'adversaire semblait bien capable dans l'art de l'illusion, et du clonage, harcelant ma camarade de tout les angles tout en restant insaisissable, mais pas pour longtemps.


Ce n'est pas dans ma nature d'observer mes alliés se faire humilier, et tuer, les hurlements de Katsuko sont incroyablement déplaisants, et même si j'ai un peu peur de me prendre un coup en m'interposant, cela devient nescessaire, je me camoufle, et améliore tout mes sens pour repérer mon ennemi tout en effectuant un Kaï, juste au cas ou ce dernier m'aurait placer sous une illusion également, je ferme les yeux, et trace la piste chakratique qui me sépare de mon adversaire, plusieurs clones sont dispersés ça et là pour capter l'attention de Katsuko, cette dernière en épingle d'ailleurs un au sol avant de recevoir un autre roc en plein ventre, le joueur de flûte s'éloigne entre les branchages pour changer de position, laissant un clone derrière lui à nouveau.

Alors qu'il effectue quelques mudras pour frapper encore une fois Katsuko, dans le dos cette fois çi, ma main métamorphosée traverse brutalement sa jambe droite au niveau du genoux, l'homme cesse immédiatement ses Mudras et hurle de douleur alors que j'enroule mon autre bras au niveau de sa gorge pour le maintenir à genoux, ce dernier ne semble pas adepte du corps à corps comme son camarade, au contraire même, sa réaction n'est pas spectaculaire, il attrape mon bras et tente de l'éloigner de sa gorge, me laissant l'occasion de transpercer sa main droite, puis sa main gauche, lui coupant l'utilisation de ses mudras, et brisant sa concentration sur ses illusions déjà en place.

    C'est bon ! Je l'ai eu, souffle un coup avant de venir par là je veux pas d'une bête sanguinaire à mes côtés.


Ma petite injonction est lancée envers Katsuko, cette dernière n'étant pas très loin, une vingtaine de mètres à travers les fourrés, j'attend qu'elle vienne, surveillant chaque mouvement de mon prisonnier, un pied sur son dos, ce dernier étalé à plat ventre devant moi, il à complètement cesser de bouger, comprenant sans doute que son camarade est mort, et qu'il n'a plus aucune chance surtout dans cette position, au moins celui là ce n'est pas une illusion, j'en suis certain, j'ai pris mes précautions.

Alors que Katsuko arrive vers moi, je prend un peu de recul et la laisse faire son affaire avec son prisonnier, tout en la gardant à l'oeil, elle m'a prouvé aujourd'hui qu'elle était bien plus faible que je ne le pensait, se jouer d'elle est d'une facilité incroyable, et un point faible qu'il va me falloir corriger si je ne souhaite pas perdre une amie bêtement, je la fixe, un regard noir et sombre bourré d'arrière pensée, elle est bien plus blessée que moi mais nous sommes tout les deux très fatigués, je m'assied contre un arbre et tapote ma patte d'araignée contre une racine.

    Tu crois que t'as failli crever parce qu'il est plus fort que toi ?


Question rhétorique, je connais la réponse, bien sûr que non ce type n'est pas plus fort qu'elle, la force brute n'a jamais rien eu à voir dans la survie d'une personne, il va falloir que je lui fourre ça dans le crâne, elle n'a pas l'air d'avoir conscience que la mort pourrait la prendre, ou alors elle s'en fiche, ça me dérange, et quand quelque chose me dérange je suis rarement du genre à le garder pour moi.

    C'est marrant pourtant, si tu m'avais écouter il y à dix minutes, tu aurais pas finis dans un état aussi lamentable.


Je crache au sol comme pour ponctuer mon dégoût pour son comportement.


    Jamais je n'ai vu quelqu'un hurler et tourner sur soi même gagner un combat, tout les abrutis qui perdent leur sang froid sont des abrutis morts, tu crois que tu peux te transformer en bête sauvage et gagner ? Ha ! Me fais pas rire, aucun prédateur du règne animal ne se comporte ainsi... La seule chose que tu m'as prouvé aujourd'hui, c'est que tu es encore bien trop humaine, bien trop proie... Et ça me fend le coeur.


Au vu du regard qu'elle me lance actuellement, je me demande si elle va tenter de me tuer ou non, elle à en tout cas l'air d'essayer rien qu'avec ses yeux, si ces derniers pouvaient tirer des rayons et me transpercer ils le feraient, je me demande si d'ailleurs elle n'en est pas capable, mais je n'ai pas peur d'elle, dans une forêt pareille l'avantage est mien et elle est plus fatiguée que moi, si sa rage l'emporte ici alors je me serais trompé sur son compte, si la rage l'emporte alors elle n'aura été rien d'autre qu'une misérable humaine tout le long, juste bien déguisée... Et je n'ai rien à faire avec les simples humains, ce sont des vermines, leur élimination est un sport, cohabiter avec eux est une épreuve. Je soutiens son regard, je ne suis pas une très bonne personne pour donner des leçons mais je peut au moins tenter de lui faire comprendre ses erreurs.

    Il n'y à pas de lâcheté dans le combat, toute méthode est bonne, les standart humains ne devraient pas t'influencer, ce que la plèbe trouve lâche, ce que la plèbe trouve courageux et noble, tout cela n'a aucune importance, le résultat est tout ce qui importe au final, fourre toi ça dans ton putain de crâne espèce de pauvre conne !


Je crache une seconde fois au sol, puis je m'éloigne à reculons, soutenant son regard, si cette dernière provocation met en marche la machine de guerre alors je préfère simplement voir le coup arriver, si elle me laisse m'éloigner, je lui ferai une petite surprise, si elle pense que je laisse tomber mes camarades ainsi elle se trompe, la leçon n'est pas terminée, si elle attaque maintenant... Je la massacrerai comme la misérable humaine qu'elle est, reste à voir le choix qu'elle fera.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 23 Juin - 17:09
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Alors qu'elle avait du mal à se relever sous la douleur des coups répétés, la demoiselle prenait son temps pour reprendre sa respiration. Visiblement, l'homme n'en profitait pas pour l'attaquer de nouveau, puis une troisième odeur de sang vint rejoindre les deux précédentes déjà présentes dans l'air ambiant.

La seconde qui était arrivée au milieu du combat était la plus puissante. En terme logique, c'était celle dui camarade de son attaquant. Kisame avait eu raison sur les deux assaillants mais il s'était fait surprendre et blessé. Il était cependant suffisamment fort pour venir à bout d'un homme seul et l'avait tué, d'où la forte odeur. Ou alors il avait blessé un homme puis s'était fait tué, mais la troisième odeur n'avait alors pas de sens. Elle avait simplement égratigné son adversaire, probablement rien de plus s'il s'était protégé pendant les salves.

La troisième odeur s'était alors répendue avec une certaine puissance. Son adversaire avait perdu pas mal de sang, il était grièvement blessé. Théorie confirmée par la voix de Kisame quelques secondes plus tard qui lui dit de venir lorsqu'elle serait calmée. Elle l'avait été avec le coup supplémentaire, lorsqu'elle avait pensé finalement avoir gagné. Elle n'avait rien pu faire contre lui... C'était rageant. Elle devait continuer de travailler cette technique pour parvenir à la faire dans de réelles conditions. Avec ça, elle pourrait trouver n'importe qui pour le tuer. Elle avait cependant aussi noté la grande efficacité de son adversaire avec les clones. Il arrivait à prévoir ses actions à elle pour qu'elle n'attrape que des doubles de lui-même. Il savait parfaitement ce qu'il faisait, loin du fou qu'elle s'était imaginée. Encore une fois, ce salopard de traqueur avait raison.

Elle se dirigea assez faiblement vers les deux odeurs de sang mêlées, celle de Kisame et de l'autre homme. Elle arriva en boitant légèrement vers l'homme grièvement blessé et le ligota avec son sang, tâchant d'arrêter une éventuelle hémorragie de son mieux. Elle devait le ramener vivant à Suna après tout. Elle se mit ensuite à tousser du sang, certaines de ses côtes étant brisées.

« Tu crois que t'as failli crever parce qu'il est plus fort que toi ? »

Il lui laissa un certain temps pour répondre. Comme si elle allait répondre à une question aussi stupide. Non, il n'était pas plus fort. Il était plus malin, plus intelligent, plus expérimenté. Il savait mieux se battre qu'elle bien qu'elle ait probablement plus de potentiel à l'état brut. C'est pour cela qu'elle s'entraînait comme une folle depuis plus de dix ans. Et ce n'était que le début.

« C'est marrant pourtant, si tu m'avais écouter il y à dix minutes, tu aurais pas finis dans un état aussi lamentable. »

Encore une provocation. Il avait décidé de la faire enrager. Mais elle n'avait plus aucune force. Pour tuer quelques bandits oui, pas pour l'affronter lui. Elle n'en avait certainement pas les capacités de base, alors dans cet état... Même s'il était aussi blessé, elle était bien plus amochée que lui. Il se lâcha ensuite, la traitant d'imbécile, de faible. De proie. Elle eut de nouveau envie de le tuer. De le massacrer, de l'écarteler, de lui faire comprendre ce qu'elle était. Elle le laissa cependant finir. Il semblait vouloir parler, qu'il le fasse.

« Il n'y à pas de lâcheté dans le combat, toute méthode est bonne, les standart humains ne devraient pas t'influencer, ce que la plèbe trouve lâche, ce que la plèbe trouve courageux et noble, tout cela n'a aucune importance, le résultat est tout ce qui importe au final, fourre toi ça dans ton putain de crâne espèce de pauvre conne ! »

Elle cracha une nouvelle fois du sang après une quinte de toux, ce qui lui fit baisser le regard. Elle remarqua alors une petite quantité de sang sur le sol qui traînait ensuite en gouttes jusqu'à son "mentor". Elle se pencha pour boire ce sang sans défenses avant de se relever et de fixer l'homme d'un regard de glace. Elle le força alors à se mettre lui-même une violence claque de sa main humaine.

« Contrairement à toi, je n'ai pas beaucoup d'expérience réelle. Je suis encore en apprentissage. Si je me suis énervée, c'est face à mon incapacité à utiliser une de mes techniques en cours d'apprentissage. Je me fou totalement du courage, mais mon incapacité à utiliser ce que je devrai déjà savoir faire couplé aux techniques fourbes de ça m'a énervé. Je sais parfaitement que j'ai des défauts inombrables mais ne pense pas m'insulter comme ça sans représailles. Je t'apprécie et c'est la seule raison pour laquelle tu es encore en vie actuellement. Et donc pour ta gouverne, je t'ai écouté. Mais je sais quelles techniques sont à ma disposition. Sachant que la seule qui m'aurait permit de le trouver dans mon pannel actuel ne m'est pas encore facile, qu'est-ce que j'aurais du faire ? Attendre en espérant que l'odeur qui commençait à couvrir tout le reste ne soit pas celle de ton cadavre ? Continuer de tirer dans tous les sens en espérant le toucher finalement alors qu'il avait tout ses clones ? J'ai cru le sentir à un moment alors j'ai foncé en espérant que ce soit le bon, mais il m'avait encore trompé. Et son rire résonnant était insupportable. Alors oui, toi tu es parfait. Pas moi. Pas encore. »

Toussant à nouveau elle se relâcha un peu. Elle vérifia les liens du fou avant de parler une nouvelle fois.

« Fais ce que tu veux, je dois faire parler cet enfoiré moi. »

Elle redressa l'homme dos contre un arbre proche et le gifla puissamment.

« Dis-moi pourquoi tu fais ça et si tu peux retransformer ces filles. Si tu me réponds mal, tu souffres. D'abord un peu puis de plus en plus. A toi de choisir si tu veux attendres que plus personne ne puisse te reconnaître pour parler ou si tu veux discuter directement pour qu'on trouve un terrain d'entente. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 23 Juin - 18:32
Ma main se retrouve brusquement en travers de mon visage, ce n'est pas une illusion, ni un de ses Konohajin capable de contrôler le corps d'un autre via l'ombre, mais bel et bien cette petite conne, ayant lécher au sol une petite traînée de sang je remarque qu'un bandage au niveau de mon avant bras s'est défait, sans doute dans ma petite lutte avec notre actuel prisonnier, que Katsuko à rapidement maîtrisé avec ses techniques.

Semblerait qu'elle soit capable de prendre le contrôle de mon corps après avoir goûter à mon sang ? Pas mal, en effet, semblerait que je sois à sa merci, bien qu'elle soit totalement enragée, elle ne semble pas vouloir me tuer, juste crier.

Alors elle crie, une belle tirade dans laquelle elle m'explique son manque d'expérience... Comme si une telle excuse était valable, elle se fond dans une série d'explication, à croire que la provocation n'a pas eu l'effet escompté, voir cette gamine s'enrager n'est pas mon activité favorite et bien que je sois certain de faire un mauvais professeur, je suis tout de même capable de lui apprendre des choses, des choses que je juge essentielles pour survivre dans un monde pareil, devenir un senseur est la chose la plus importante.

Dans son état actuel, Katsuko ne possède aucun moyen de fuir un combat qu'elle ne pourrait pas gagner, la preuve avec son dernier affrontement en date, un sourire sombre s'affiche sur mon visage alors que je part, laissant ma camarade faire son affaire avec le prisonnier sans répondre le moindre mot à sa petite tirade.

Je me dirige rapidement vers la rivière la plus proche, récupérant mes affaires là où je les ai laisser avant l'affrontement, je m'assied au bord de l'eau et m'occupe de mes blessures avec un peu plus d'attention, la vie en pleine nature m'a apprit que laisser une plaie béante, même une fois que le sang à cesser de couler est une chose stupide, éviter les infections et conserver les blessures propres est une chose primordiale, et comme je ne suis pas un ninja médecin, je me contente des méthodes que tous peuvent utiliser, je les recouds.

le fil vient vite à me manquer mais mes talents de Jûro me permettent de palier à ce déficit, la toile vient rapidement remplacer les fils et je termine le travail, seul ma plaie dans le dos reste en problème, un bandage serré fera l'affaire, le but de ce travail est d'éviter que Katsuko puisse me sentir arriver, j'ai beau être capable de camoufler mon odeur, je ne sais pas à quel point les sens Chinoike sont fin, et mieux vaut éviter de prendre le moindre risque.

Il me faudra tout de même passer à l'hôpital de Kiri avant de reprendre mes missions, mes traitements là bas sont souvent déplaisant, peu de gens aiment les Jûro, encore moins les traqueurs, mais dans la forêt de brume, ainsi que dans les marécages ou je suis souvent assigné grâce à ma connaissance du terrain presque parfaite, avoir des plaies sur le corps est une idée bien misérable.

Je retourne ensuite sur mes pas, il ne me manque plus qu'a trouver Katsuko, et ce sans qu'elle me trouve, une tâche bien simple pour un traqueur comme moi, d'autant qu'elle semble bien épuisée, son esprit sera sans doute ailleurs lorsque je lui tomberai dessus, l'objectif n'est pas de la tuer non, je tiens trop à elle pour ça, ma seule et unique amie, il faut absolument la convaincre de suivre un court apprentissage à mes côtés, je suis prêt à prendre du temps pour elle, autant qu'il le faudra jusqu'à ce qu'elle soit capable de prétendre pouvoir traquer convenablement, fuir des combats qu'elle ne pourra pas gagner, trouver des adversaires qui se cachent, et prendre par surprise les autres.

Je retourne donc sur les lieux de l'affrontement, Katsuko n'est plus là, son prisonnier non plus, un mauvais endroit pour mener un interrogatoire de toute manière, le cadavre de mon adversaire à partiellement disparu lui aussi, de là il ne me reste plus qu'a suivre les traces, celles de Katsuko sont fine, imperceptible, celles de son prisonnier qui oppose une certaine résistance à se faire déplacer ainsi, traîne sur le sol, je n'aurai pas besoin d'utiliser une grande partie de mes capacité de traqueur pour les rattraper.

Je commence donc ma courte traque, avant d'arriver à un lieu un peu plus adapté, une clairière suffisamment éloignée de la route ou Katsuko à attaché l'homme contre un arbre, je me camoufle donc avant d'entrer dans la zone, quand les traces commencent à devenir trop fraîche, silencieux comme une ombre dans la nuit je progresse jusqu'à Neiko', et me plaçant à un petite mètre d'elle, j'étend le bras, tapotant du plat de la lame de mon couteau de chasse le cou de la jeune fille, désactivant mon camouflage.

    Je ne suis pas le dernier des enfoirés, à pointer du doigt les défaut de quelqu'un sans offrir une solution, surtout quand cette personne est l'une des rare avec qui je m'entend.


Je lâche un petit soupir, qui se transforme rapidement en un léger rire.

    J'aurai bientôt du temps à t'accorder, suffisamment pour t'apprendre tout ce dont on à besoin dans ce monde pour survivre avec des activités comme les notre... Ce n'est pas ma condition de Jûro qui m'a permit de vivre et de prendre le devant sur chacune de mes traques, je dois tout à mes capacité de senseur... Tout ton bazar Chinoike à beau être bien plus brutal que ce que je pourrais faire moi même, mais couplé à des capacité de senseur, tu serais simplement invincible, je peux te l'assurer. A toi de voir, je ne te force à rien, mais je suis certain que cela t'apportera beaucoup.


C'était une simple proposition, refuser ne coupera pas court à notre relation, mais si elle continue sur cette voie, elle finira par mourir j'en suis persuadé, lorsque l'on s'engage dans un combat il faut toujours une voie d'échappatoire et elle n'en possède pour l'instant aucune, je souhaiterai lui en offrir une infaillible.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 23 Juin - 22:43
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Kisame se retira sans un mot et sans un bruit, comme une ombre de la forêt. Il avait quelque chose derrière la tête, elle s'en doutait, même si elle ignorait quoi. Elle se reconcentra sur son prisonnier qu'elle trimabala de force un peu plus loin pour faire un interrogatoire plus poussé. Celui-ci n'avait pas réagit à la première claque, il lui en faudrait certainement une certaine quantité pour se mettre à table.

Katsuko alla se restaurer un peu sur le cadavre du second pétrificateur, se retournant de temps en temps pour sourire à son nouveau compagnon, celui-ci la regardant avec un certain dégoût. Elle prit ensuite le soin de retirer quelques organes du mort pour en faire quelques jeux plus tard qui rendraient peut-être sa langue au prisonnier.

Elle continua son chemin un certain moment en traînant l'homme attaché puis le plaqua à un arbre dans un lieu un peu plus calme, renforçant les liens de manière à le comprimer partiellement. Elle étala ensuite les organes récupérés de l'autre devant lui.

« Bon, on commence par quoi ? »

Elle lui souriait avec un air carnassier laissant facilement présager de la suite des évènements.

« Enfin non. On va commencer sans ça. On fera une petite pause casse-croûte plus tard mon mignon. Et si tu te mets à table de toi-même, le repas sera moins copieux. Enfin on verra ça. D'abord, je veux que tu me dises pourquoi tu as fais ça et si tu peux renverser l'effet. »

L'homme se contenta de ricanner jusqu'à ce que Katsuko lui arrache une plainte en lui envoyant un coup de poing solide au visage, qu'elle avait recouvert d'un gant pointé. Une technique sympatique qui ne consommait que très peu de chakra et qui faisait son effet. L'ayant calmé, elle reposa sa question, toujours avec la même voix dépourvue de sentiments.

« Si tu ne veux pas dire pourquoi, on peut commencer juste par si tu peux renverser le processus que tu as lancé.
- Qui sait ? Pas toi en tous cas ! »

Nouveau coup de poing dans le visage. Neiko était passablement énervée, elle se doutait bien qu'il ne parlerait pas si facilement, mais là il se moquait clairement d'elle. Tant pis, elle allait passer à l'étape suivante. Elle se créa une pince solide avec laquelle elle aggripa le premier ongle de la main droite de l'homme. Elle le fixa dans les yeux avant de le questionner à nouveau.

« Dernière chance, après ça, tu perds tes ongles un par un jusqu'à ce que tu parles. Est-ce que tu peux renverser la transformation en pierre.
- Je gagne quoi si je te réponds ? »
- D'abord la vie. Ensuite, tu peux sauver ton corps, le garder dans un état décent. Et ça t'évitera de goûter à mes repas favoris, il paraît que les gens ne les apprécient pas beaucoup.
- Hmmm... Bon, ok, ça je peux te le dire, princesse. Oui, je peux les retransformer. »

Elle lui arracha d'un coup l'ongle, ce qui le fit hurler de douleur. Il lui jeta alors un regard empli de haine auquel elle répondit par un sourire totalement faux.

« T'as vu une princesse ici ? Je pense pas. Bien, bonne première réponse. Si tu n'essaies plus de me provoquer, tu ne perdras rien d'autre. La suivante ça concerne la manière de les retransformer. Bien évidemment, tu vas m'accompagner et si ça marche pas, on reprend cette discussion. Si tu es sage, je pourrais même envisager de te libérer sous promesse que tu ne recommences pas. Parce que si tu recommences, je saurai que ce sera toi, je te trouverai et je te tuerai sans questions cette fois. Enfin, tu aurais une chance de retourner à une vie normale et qu'on oublie tout. »

L'homme renfrogné finit par parler, indiquant qu'il avait besoin de certains préparatifs pour remettre les personnes affectées à leur état normal. Il ferait le tout une fois sur place. Une fois toutes les informations premièrement désirées, Neiko fit disparaître son "arme" et s'étira. Elle laissa l'homme attaché avant de lui donner ses dernières consignes.

« On va partir demain matin à l'aube alors dors. On retransformera les deux femmes puis on verra ce que tu deviens selon le résultat. »

Elle soupira et se releva avant de s'éloigner de quelques mètres pour commencer à rassembler de quoi faire un feu de camp, dégageant un cercle dans l'herbe sèche. Elle sentit alors une lame froide se plaquer contre son cou avant d'entendre une voix qu'elle connaissait, celle de Kisame. C'était donc cela qu'il planifiait. Pourquoi avoir attendu tant de temps s'il voulait se débarasser d'elle finalement ?

« Je ne suis pas le dernier des enfoirés, à pointer du doigt les défauts de quelqu'un sans offrir une solution, surtout quand cette personne est l'une des rare avec qui je m'entend.  »

Il se mit à rire légèrement avant de continuer. Il ne voulait donc pas la tuer. Qu'est-ce qu'il cherchait à lui prouver au juste ? Sa supériorité ?

« J'aurai bientôt du temps à t'accorder, suffisamment pour t'apprendre tout ce dont on à besoin dans ce monde pour survivre avec des activités comme les notre... Tout ton bazar Chinoike à beau être bien plus brutal que ce que je pourrais faire moi même, mais couplé à des capacité de senseur, tu serais simplement invincible, je peux te l'assurer. A toi de voir, je ne te force à rien, mais je suis certain que cela t'apportera beaucoup. »

Donc il lui demandait d'être son élève. Pourquoi pas après tout. Si elle pouvait apprendre de nouvelles choses et devenir plus redoutable que ce qu'elle n'était déjà, tant mieux. Voilà ce qu'elle cherchait, de l'entraînement. Et elle se moquait bien de savoir si l'entraînement allait être dur ou non.

« Je t'ai dit tout à l'heure que j'étais en cours d'apprentissage. Tout ce qu'on veut bien m'apprendre ou me laisser découvrir, je prend. Quand tu auras du temps donc, je te suivrai. Qu'importe la difficulté. »

Elle se retourna, le fixant de ses yeux toujours rouges.

« Tu as des capacités arachnéennes, donc les fils ça te connait, non ? Tu pourrais faire de quoi attacher celui-là ? Dès que je m'endormirai, mon Kerryûgan se désactivera et ses liens avec. Je n'ai pas envie de me transformer en rocher pour le reste de ma vie même s'il m'a déjà avoué qu'il avait besoin de préparations pour son affaire. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Ven 23 Juin - 23:24
La réponse m'apportait une grande satisfaction, j'était persuadé de devoir insister et pourtant... Non, Katsuko prenait ma proposition au sérieux et semblait prête à apprendre quelque chose de nouveau, je me retournais vers le prisonnier le temps de lui jeter un coup d'oeil, avec un grand sourire aux lèvres.

    Il semblerait que ce ne soit pas l'heure de notre séparation pour tout de suite !


Je me tourne à nouveau vers Neiko' suite à cela, m'apprêtant à l'aider avec les préparations du camp, mais elle me coupe court rapidement.

« Tu as des capacités arachnéennes, donc les fils ça te connait, non ? Tu pourrais faire de quoi attacher celui-là ? Dès que je m'endormirai, mon Kerryûgan se désactivera et ses liens avec. Je n'ai pas envie de me transformer en rocher pour le reste de ma vie même s'il m'a déjà avoué qu'il avait besoin de préparations pour son affaire. »

J'hoche la tête, et m'éloigne vers le prisonnier, jetant mon couteau en l'air et le rattrapant par le bout de la lame jusqu'à arriver à lui, puis je m'agenouille et passe tendrement le dos de ma main sur sa joue.

    C'est quoi ton petit nom ?


    Vas te faire foutre...


    C'est vraiment con, toi et ton copain vous auriez pu faire d'incroyables ninjas pour mon village, on vous aurais offert une place de choix, des types talentueux comme vous, ça devrait pas devenir des criminels de bas étages... Vous avez laissé votre folie prendre le dessus, c'était une erreur.


Je plante mon couteau au dessus de sa tête, une provocation, lui laissant délibérément une arme à portée de main, il jette un coup d'oeil à la lame, quelques idées lui passant par la tête, mais sans doute rien de bien concret, il n'est pas en état ni en position de tenter quoi que ce soit, et je ne lui laisserai pas le moindre répit, je commence par remplacer les liens de sang de Katsuko avec des liens de soie de ma propre facture, l'entourant complètement au niveau du torse et des jambes, comme une proie prise dans la toile, puis, prenant mon temps, je commence à le frapper, coup de pieds, coup de poings, ventre et visage, faisant en sorte que la douleur soit présente, et qu'il soit trop sonné pour vouloir tenter quoi que ce soit, je recommencerai demain, je lui péterai peut être même un genoux selon mon humeur.

Une fois ma petite affaire terminée, je vais m'asseoir proche du feu que Katsuko à allumer, récupérant au passage mon couteau, et déballant une ratio de survie qui me servira de mince repas.

    C'était pas si compliqué au final... Enfin, hormis le combat... Son enfoiré de copain à failli m'avoir, il était vraiment vraiment bon, il faisait juste pas attention au maigres détails...


Small talk, comme on dit, rien de très intéressant là dedans, comme si je m'entraînais à faire la conversation avec des gens comme une personne normale, même si le sujet n'est pas forcément le mieux choisit, je reviens rapidement aux choses importantes qui me passent par la tête.

    Je peux pas t'apprendre à te transformé, je sais même pas comment je fais moi même pour tout t'avouer,  c'est bien trop naturel pour ça... Par contre je peut faire de toi quelqu'un qui ne sera jamais pris par surprise, je peux faire de toi une traqueuse, comme on en à a Kiri, comme moi, que ce soit de façon offensive ou défensive, ses techniques là sont incroyablement utile, si tu t'accroche et fais des efforts, ce dont je ne doute pas, tu pourras traquer quelqu'un à l'odeur sur des kilomètres, plus besoin de l'avoir blessé, tu pourra entendre tout ces abrutis qui voudront s'en prendre à toi de loin, et surtout, si quelqu'un est plus fort que toi, tu pourra fuir... Je sais bien que le mot fuite te reste un peu en travers de la gorge, j'imagine que quelqu'un comme toi préfère combattre, je sais pas si t'as peur de la mort ou quoi que ce soit... Mais je vais t'avouer quelque chose, moi je suis complètement terrifié à l'idée de crever, j'aurai fuit ce combat si ça t'aurais pas mis en danger, j'ai gagner à un poil de cul comme on dit...


Je laisse échapper un long soupir, me relaxant près du feu je jette de temps à autre un coup d'oeil au prisonnier, qui se tord sur lui même au sol, laissant échapper quelques grognements de douleur de temps à autre, je pense lui avoir péter une côte, tant mieux, les miennes ont été maltraitée récemment, alors ce n'est que justice.

    Je suis pas un expert, mais je pense que si j'ai survécu aussi longtemps dans un environnement hostile, c'est parce que j'avais toujours ce moyen d'échappatoire à disposition, et comme je t'aime bien, je veux bien te le filer aussi... Après il n'empêche que l'on à un sacré problème, ok tu sais comment me contacter, mais comment je fais, moi ? Je sais où se trouve Suna, à vrai dire... C'est une sacré rigolade votre village, mais je doute pouvoir rentrer aussi facilement qu'il n'y parait... Même si ça me ferait plaisir d'essayer de voir si je suis meilleur que vos gardes, j'ai pas envie de risquer ma vie là dessus, alors t'as pas une petite idée ?


Ecoutant la réponse, je jette un autre coup d'oeil au type, il me fixe avec une haine bien présente dans ses yeux, il faudra le tuer une fois que Katsuko aura fini avec lui, j'ai tué son camarade, sans doute une personne proche de lui, je ne risquerai pas un type courant après moi pour la vengeance, ou courant après Katsuko, je préfère prendre le minimum de risque dans ma vie et je compte continuer sur cette voix pendant longtemps, c'est ainsi que l'on vit une longue vie en bonne santé... Bien que je doute pouvoir prétendre être en bonne santé, vu la façon dont je pousse mon corps.

    Je prend le premier tour, reposes toi, je garde un oeil sur notre ami, pas envie qu'il tente quelque chose de stupide, j'te suis jusqu'à ce qu'on en soit débarrasser et après je me trouverai un moyen de  rentrer chez moi, mon soit disant congé est bientôt terminé et la Mizukage n’apprécieras pas si je ne me présente pas au travail... Je n'ai jamais manqué un jour, et j'ai pas envie de savoir ce qui se passera si je le fait.


Un sourire un peu crispé s'affiche sur mon visage, ma piètre tentative d'humour sur un sujet aussi sérieux n'est pas très efficace, du moins pas sur moi, je m'adosse à un arbre pour faire face au prisonnier, qui semble essayer de se reposer également, les yeux fermés, il remue de temps à autre, cherchant à trouver une position plus confortable... Je me contente de lui lancer un petit caillou en plein visage, il n'y à aucune raison pour laquelle je laisserai cet enfoiré reprendre ses forces, il n'aura aucun sommeil tant que je serais de garde, aucun repos pour les prisonnier, c'est la meilleure tactique à adopter.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   Sam 24 Juin - 12:13
CHINOIKE
Katsuko
Dur comme la pierre
Le camarade de la jeune fille commença par attacher le prisonnier avec de nouveaux liens qui eux ne disparaîtront pas pendant la nuit. Il s'amusa ensuite à le frapper, sans doutes pour l'affaiblir et limiter les chances qu'il s'enfuit. Mais il ne devait pas non plus mourir dans la nuit, il fallait espérer qu'il sache se contenir. Il parla à Katsuko de son combat avec l'autre qui se débrouillait très bien d'après ses dires. Il avait failli se faire battre, et bien... Il devait être effectivement dangereux.

Il enchaîna sur l'importance des talents de senseur qu'il avait développé, et que c'était cela qu'il souhaitait lui apprendre. Elle connaissait suffisamment le pouvoir des Jûro pour tout ce qu'elle en avait lu dans les livres, mais il est vrai qu'elle ne s'était pas encore intéressé plus en profondeur sur les capacités sensorielles que certains ninjas pouvaient développer. Un camouflage de haut niveau, de la détection et du traquage, c'était les seules choses qu'elle connaissait dans les capacités d'un senseur, mais cela s'étendait certainement bien au-delà de ces petites limites qui permettaient déjà beaucoup de liberté.

S'il acceptait de prendre du temps pour le lui enseigner, elle accepterait cela avec joie, évidemment. Tout ce qu'on lui offrait était bon à prendre après tout.

« Après il n'empêche que l'on à un sacré problème, ok tu sais comment me contacter, mais comment je fais, moi ? Je sais où se trouve Suna, à vrai dire... C'est une sacré rigolade votre village, mais je doute pouvoir rentrer aussi facilement qu'il n'y parait... Même si ça me ferait plaisir d'essayer de voir si je suis meilleur que vos gardes, j'ai pas envie de risquer ma vie là dessus, alors t'as pas une petite idée ?  »

Elle hocha légèrement la tête, pensive. Elle réfléchissait au meilleur moyen pour lui de la contacter si nécessaire, et il s'agirait certainement d'une lettre. Pénétrer dans la cité était impensable. Les gardes qui au début étaient peu attentifs avaient maintenant mis des systèmes en place de surveillance plus évoluée.

« Ne tente plus de t'infiltrer à Suna. J'en connais au moins une qui s'occupe des gardes, ils ont bien évolué leur système de surveillance depuis le début de la cité. Et même si son emplacement n'est pas un mystère pour une partie des shinobis, rentrer dedans est désormais bien plus dur sans bandeau Sunajin. »

Elle pencha la tête sur le côté, réfléchissant. Une seconde idée lui avait traversé l'esprit. Pas sûr qu'elle marcherait mais bon. Elle pouvait toujours lui proposer et voir ce qu'il en pensait.

« Ma première idée était les lettres. Si tu écris une lettre et qu'elle vient de Cha no Kuni, Hi no Kuni, ou n'importe quel autre pays que Mizu no Kuni ou Tsuchi no Kuni, il n'y aura aucun problème pour la réception. La seconde solution est beaucoup plus dangereuse mais te permettrait de rentrer en ville. Je pourrais dire que mon bandeau s'est fait trancher pendant une altercation avec des bandits ou que je l'ai perdu en forêt ou dans une rivière. Je te le donnerai et tu pourrais venir en ville avec quand tu le souhaiterai. Le soucis serait que les gardes ne t'auront jamais vu. Après tu peux juste être un shinobi discret, mais c'est un peu louche. Il y aura aussi peut-être un soucis avec la Mizukage si elle découvre que tu as un bandeau. Enfin, à toi de voir quelle solution tu préfères. »

Neiko s'étira avant d'aller s'allonger près du feu, s'installant sur le côté, les jambes repliées, dos au camp. Elle s'endormit rapidement, faisant confiance à Kisame qui lui avait signalé prendre le premier tour de garde. Elle lui avait dit de la prévenir lorsqu'il souhaiterait faire le changement avant de dormir.

Elle dormit d'une traite et il finit par la réveiller un peu après la moitié de la nuit. Tout était calme jusque là, elle put prendre son tour. Surveillant le prisonnier qui commençait à somnoler, ne pouvant visiblement dormir jusque là, elle réessaya sa technique de détection dans les alentours. Elle ne parvenait pas à stabiliser son chakra suffisamment. Après deux ou trois essais infructueux, elle abandonna pour conserver son chakra en cas de problème.

Elle alla voir le prisonnier ensuite, le secouant un peu.

« Dis-moi, depuis quand tu peux transformer les gens en pierre comme ça ? Et pourquoi tu le faisais sur des pauvres paysans.
- Qu'est-ce que ça peut te foutre, salope ? »
- Et bien. Il t'a mit de mauvaise humeur on dirait. C'est dommage, moi qui pensait te donner un peu à boire.
- Ça te regarde pas, salope. »

Soupirant, la vampirette lui fit un baillon de sang pour ne pas qu'il réveille Kisame qui se reposait et lui envoya de solides coups de pieds dans l'entrejambe. Elle lui cracha ensuite au visage avant de retourner un peu plus loin.

« Je te conseille de ne plus me manquer de respect si tu ne veux pas totalement perdre ça. »

Elle fit disparaître le baillon sans plus s'en soucier et fit une petite ronde, s'assurant que rien de campait dans les fourrés près d'eux. Une fois rassurée, elle retourna près du feu, surveillant les alentours. Elle continua ainsi jusqu'à l'aube, Kisame se réveillant assez tôt.

« Salut. »

Alors qu'il se réveillait, elle termina de préparer les rations sur le feu avant d'éteindre celui-ci pour qu'ils puissent partir. Le prisonnier s'était endormi une petite heure, elle ne lui avait pas laissé plus de repos, le harcelant régulièrement pour se venger de l'insulte qu'il lui avait faite.

« On peut y aller quand tu veux. »

Après un bref repas, ils s'élancèrent donc vers le chemin de retour. La route plutôt rapide même si le prisonnier était peu efficace dans son avancée. Ils purent donc commencer les préparations pour ramener à la vie la première des femmes, ce qui prendrait environ deux jours. Ils attachaient le captif à un arbre pour aller chercher ce qu'il demandait, puis faisaient les différents rituels indiqués.

« Si tu dois rentrer à Mizu no Kuni, je peux terminer seule ça. Il ne s'échappera pas avec tes liens et ma surveillance. »

Elle ajouta ensuite à voix très basse qu'elle ne comptait pas laisser vivre une personne pareille et qu'il mourrait dès qu'elle aurait ramené à la vie les deux femmes pétrifiées. Elle savait qu'il avait des obligations, il l'avait déjà beaucoup aidé, elle pourrait se débrouiller seule pour la fin si nécessaire.

« Et si tu veux, je peux te passer de quoi rentrer très rapidement par bateau, ça te prendra moins de temps qu'essayer de trouver un arrangement. »

ft. JÛRO
Kisame

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]   
 

Dur comme la pierre [PV. Jûro Kisame]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Comme une pierre au fond de l'eau... [ PV Kuroko ]
» Marie-Michelle Duvivier Pierre-Louis chwazi premye minis presanti
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Reste du Monde :: Pays Neutres :: Cha no Kuni-