AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Atelier d'écriture Crazy :DVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Atelier d'écriture Crazy :D   Dim 11 Juin - 20:20
Yo yo ! Cette année, j'avais une option pour valider mon année. Une option cool où on a travaillé sur des exercices d'écriture avant de faire une nouvelle qui devait faire entre 7 et 15 pages '^'

Je vous propose sur cette page de lire ce que j'ai écrit, sachant que je vous expliquerai à chaque fois au début du post ce en quoi consistait l'exercice (yen a trois + la nouvelle, vous inquiétez pas) '^'

Avant tout, on a fait des petits exercices en groupe. Le premier était un genre de cadavre exquis où l'on créait des phrases. Une première personne écrivait un sujet, une seconde écrivait un verbe, puis un CoD, puis un complément de temps, un de lieu, un de manière  et finalement un de but/de cause.

Le second entraînement était à la base de noms, on devait repérer les sonorités contenues dans les noms pour en sortir des mots. Par exemple si on prend Chinoike Katsuko, je pourrais faire les mots Chat, Cacao, Kitkat, Chaud... n'importe quel mot dont les sons sont compris dans les noms initiaux. Il fallait pour cela un prénom et deux noms de famille. Le troisième exercice et le premier que je vais vous montrer là était un texte écrit à la manière de Francis Ponge, un écrivain-poète du XXe siècle. Son délire était de prendre des objets de la vie de tout les jours ( du pain par exemple ) et de les comparer à un autre objet. De faire une grosse métaphore filée en somme. Je vous recopierai le texte plus tard, mais je vais juste mettre ce que j'ai écrit pour l'instant, parce que j'en ai soudainement envie '^'

Citation :
Le Stylo

Le stylo a cette particularité de filer sur la feuille à la manière d'un train. Inarrêtable, il trace sa route en suivant les rails dessinés préalablement pour lui. Deux traits droits, plats, qui le guident jusqu'à la fin de son trajet.

Tous ne sont pas identiques en apparence. Si une mécanique avancée permet à certains d'avancer toujours plus vite, parfois même sans pilote, d'autres ont des rouages simplistes qui les dirigent de manière fluide sur les chemins d'encre qui sillonnent de blanches plaines.

Ce n'est qu'en se rapprochant, observant aux fenêtres de ces moyens de transpor, que l'on découvre l'agitation qui y règne, du départ jusqu'au terminus. Pendant la majeure partie du trajet, le déplacement est fluide. Il lui arrive de s'arrêter pour laisser descendre quelques passagers puis repart, quelques idées plus loin, marquant une nouvelle pause pour cette mécanique bien huilée.

Toutefois, le trajet se prolonge, l'afflux premier devient plus calme. Les passagers sont désormais moins nombreux, les arrêts moins certains. Le train continue ainsi son voyage jusqu'à la fin où, après avoir laissé sur le quai le dernier passager, il laisse sa place au suivant.

C'est ainsi qu'il part vers ce cimetière, cet endroit sombre qui rassemble les cadavres de ses collègues ayant voyagé jusqu'au bout de leurs forces, trajet après trajet. Ici, certains ont la chance d'être reprit totalement ou en partie pour une seconde vie, mais c'est bien la plupart d'entre eux qui finissent enfouis ici.

Vous l'aurez compris, mon objet premier était le stylo (bille) et je l'ai comparé à un train '^' Voilà le premier épisode de mes aventures à l'atelier d'écriture, je vous mets la suite bientôt '^'

_________________
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Atelier d'écriture Crazy :D   Dim 25 Juin - 14:58
Deuxième ep, on était basés sur le texte En Trop, de Roland Fichet, qui fait parti du reccueil Micropièces : Fenêtres et Fantômes qui date de 2006. Je vous le mets là avant de vous expliquer l'exo rapidement '^'

Citation :
En trop

Nous sommes 111 millions de jeunes hommes.
Nous sommes 111 millions de jeunes Chinois, de jeunes hommes chinois.
Nous allons au cinéma toutes les semaines.
Notre argent nous le dépensons au cinéma. Tout notre argent nous le dépensons au cinéma.
Laissez-nous parler.
Nous sommes 111 millions de jeunes hommes chinois nous avons le droit quand même d'exprimer notre désarroi.
Avec qui allons-nous au cinéma ? Avec qui ?
Avec qui allons-nous au cinéma nous les 111 millions de jeunes Chinois qui nous présentons aujourd'hui devant vous.
Nous les 111 millions de jeunes hommes chinois en quête d'une femme.
Avec personne. Seuls. Nous allons au cinéma seuls.
C'est là le hic.
Laissez-nous parler.
Il n'y a pas une seule femme dans toute la Chine pour nous accompagner au cinéma, pour nous accompagner dans la vie, pour nous accompagner dans le lit, pas une seule femme libre, pas une seule femme pour nous dans toute la Chine, nous sommes les 111 millions d'hommes chinois en trop.
C'est là le hic.
Nous sommes en trop.
Nous sommes en surnombre.
Laissez-nous parler.
Les 111 millions de femmes qui nous étaient destinées ont été tuées à la naissance.
C'est là le hic.
Nous allons au cinéma seuls nous saouler d'images, nous saouler de scènes d'amour, de femmes nues, de femmes intouchables.
Nous allons au cinéma seuls nous les 111 millions de Chinois hommes en trop.
Nous rentrons seuls dans notre chambre, dans notre appartement, dans notre petite maison, nous les 111 millions de Chinoirs hommes en trop, et nous nous branlons.
Laissez-nous parler.
Nous nous branlons nous les 111 millions nous nous bralons.

Bon... Voilà le texte. Ça pose les bases ._.
En résumé, notre objectif à partir de ça c'était de faire un texte qui exprimait l'avis un nombre, une vision de groupe. Il fallait faire quelque chose de répétitif avec un rythme de phrases courtes cassé parfois par des phrases plus longues, et il fallait un changement de registre à la fin. Voilà ce que ça donne pour moi donc '^'

Citation :

Nous sommes des milliards d’êtres vivants.
Nous sommes des milliards d’animaux, de végétaux.
Nous sommes des milliards de vies sur Terre.
Nous sommes la vie sur Terre.
Entendez-nous.
Nous sommes des milliards d’êtres vivants, nous avons le droit de parler, de nous exprimer.
Mais où vivons-nous nos vies ? Hein ? Où ?
Où pouvons-nous évoluer, danser la vie, chanter la vie ? Où pouvons-nous profiter de ce qui nous a été offert si gentiment et qui nous est enlevé petit à petit ?
Où vivions-nous nos vies, nous, les milliards d’animaux, de végétaux ?
Nul part. Nous ne pouvons vivre nul part.
Voilà le problème. Voici notre souci.
Entendez-nous.
Il n’y a pas un seul endroit, plus un seul endroit, plus une seule place sur cette Terre, dans ces airs, plus un seul refuge dans ces plaines, dans ces montagnes, ces vallées, ces forêts, plus un seul recoin dans ces rivières, ces lacs, ces mers, ces océans, sous le ciel, la terre ou l’eau.
Voilà le problème. Voici notre souci.
Il n’y a plus de place. Sommes-nous trop ?
Il n’y a plus d’espace. Sommes-nous en surnombre ?
Entendez-nous.
Cette place qui nous appartenait a été prise, conquise, détruite, défaite, polluée, déboisée, désertifiée.
Voilà le problème. Voici notre souci.
Nous cherchons encore et encore ces recoins de vie, ces espaces de survie, ces plaines, ces montagnes, ces vallées, ces forêts, ces rivières, ces lacs, ces mers, ces océans.
Nous cherchons désespérément ces espoirs d’évasion, ces possibilités d’éviter l’extinction.
Nous cherchons la place, l’espace, les refuges, les recoins qui nous appartenaient.
Nous sommes des milliards d’êtres vivants.
Nous sommes des milliards d’animaux, de végétaux.
Nous sommes la vie sur Terre.
Entendez-nous.
Nous sommes la vie sur Terre et nous cherchons.
Nous sommes la Vie et nous cherchons la place qui était la nôtre sur cette Terre, dans ces airs.
Entendez-nous !
Vous nous l’avez prise ! Vous nous l’avez volée !

Voilà pour le 2eme ep '^'

_________________
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Atelier d'écriture Crazy :D   Lun 3 Juil - 23:29
Bouh ! Le troisième ep est là ! Crazy ._.

Pour cet exo, le but s'est décomposé en deux parties. Le premier truc, c'était de faire une Fiche de Personnage ( Un truc très simple, pas une présentation de fow rp, mais c'était rigolo '^' ). On avait des données à remplir, voilà ce que ça a donné pour mon personnage.

Citation :
Fiche Perso :


1- Nom : Roland Hansen
2- Age : Vingt-huit ans
3- Lieu de naissance : Inconnu, supposé dans un pays nordique
4- Le paysage/Lieu où il vit : Proche de la mer, dans un lieu abandonné, un vieux port industriel.
5- Là où il aimerait partir : De l’autre côté de l’océan
6- Son plat préféré : Le poisson en général
7- Son métier ou son occupation : Pêcheur
8- Sa couleur favorite : Celles de l’océan
9- La partie de son corps la plus fragile : Derrière l’épaule gauche, là où il s’est déjà blessé pendant une exploration des vieux bâtiments.
10- Aime-t-il sa mère ? Oui, mais il ignore qui elle est.
11- Est-il capable de tuer ? Sans hésitations si sa vie est en danger.

Une fois cette petite fiche terminée, on est passés à la seconde étape qui nous était jusqu'alors inconnue : l'écriture d'une petite histoire avec ce personnage. L'idée était de replacer un peu les éléments de notre fiche perso. Il fallait avoir un fil conducteur logique et l'histoire devait commencer par "Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas." (( Coucou L'étranger de Camus)). C'était pour travailler l'insert documentaire (comme l'appelle la prof), c'est-à-dire le fait de mettre un élément apparemment extérieur au récit dans celui-ci. Ça peut-être tout et n'importe quoi. Des citations, des notices de médoc, des pubs... J'en ai déjà vu plusieurs le faire ici sur le fow et perso je le fais aussi de temps en temps.

Pour en revenir à nos moutons, ou plutôt à nos histoires, voici celle que j'ai écrite suite à ça '^'

Citation :
Triste Nouvelle

Aujourd’hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. Je l’aimais mais je ne la connaissais pas. C’est Pierre qui est venu me dire qu’elle était morte. Mais moi, je ne savais pas qui elle était. Je ne savais pas qui c’était parmi les mamans, mais je l’aimais. Je suis triste. Je n’ai jamais ressenti ça, et pourtant je ne la connaissais pas. Ça fait bizarre de pleurer quelqu’un qu’on connaît pas vraiment mais quand Pierre me l’a montrée, j’ai su que c’était elle. Lui m’a dit qu’ils avaient trouvé des papiers et des lettres en ville qui disaient qu’elle me cherchait. Mais elle m’a pas trouvé. Elle est morte avant.

D’ailleurs, je vous ai pas dit encore qui j’étais. Moi, je m’appelle Roland. Et d’après Pierre, mon nom c’est Hansen et j’ai vingt-huit ans. Je sais pas où je suis né, Pierre a dit que maman venait de Norvège alors c’était peut-être là-bas. Pierre, c’est un mec qui voyage beaucoup. Il est comme moi, il aime bien les vieux ports du vingtième siècle. Ceux qui servaient au début de l’industrialisation et qui ont été abandonnés avec la fin des énergies. Il a essayé de m’expliquer un peu qu’à un moment, on a fait les cons, on a utilisé trop d’énergie et que c’est pour ça qu’on en a plus. Reste plus que les carcasses de bateaux, de paquebots et de camions qu’on a laissé pourrir là.

Moi j’aime bien ce terrain, ce port abandonné. Paraît que ça s’appelait Rotterdam avant. C’est joli comme nom je trouve. Mais ce que j’aime le plus, c’est l’océan. Les trucs tout rouillés du port c’est marrant et c’est joli, mais c’est pas comme l’océan. Déjà parce que l’océan c’est super grand. Genre tellement grand qu’on peut pas en voir le bout même en allant super loin dedans. Je sais bien nager et pourtant j’ai jamais réussi à en voir le bout. Après, y a pas que pour ça que j’aime l’océan. Ya les poissons aussi. C’est bon les poissons. Meilleur que les racines que les autres aiment. C’est pour ça que je reste au vieux port moi. Pour l’océan et pour les poissons.

En fait, si j’aime autant l’océan, c’est parce qu’il est super joli. Genre vraiment trop joli. Les couleurs sont tellement nombreuses que je peux pas les compter. Elles sont tellement fines, y en a pas une pareille, c’est super joli. Je vois rien de plus joli en fait.

Je crois que si y avait un truc que j’aimerais vraiment faire, c’est utiliser un de ces vieux bateaux tout pourris et aller sur l’océan. Je voudrais bien aller de l’autre côté et voir ce qu’il y a là bas. Voir si c’est différent quoi. Ouais. Je crois que ce serait ça, mon rêve.

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Atelier d'écriture Crazy :D   
 

Atelier d'écriture Crazy :D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Club de Littérature] Contretemps à l'atelier d'écriture
» Atelier du Mek Rukza
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'Atelier d'Uz' : bastion ork en WIP
» Atelier de travail Exécutif/legislatif pour élaborer un calendrier législatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Section OAV :: L'Auberge des Rôlistes :: Discussions-