AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko MisaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 21 Déc - 20:10
Un entraînement de plus, toute une journée, en compagnie de Rei. Génial. Quelle vie de merde, vraiment. Il se sentait obligé de m’embarquer partout avec lui. À croire qu’il me considérait comme un chien tenu en laisse, plutôt qu’un élève. À force, c’est lourd quoi. Il ne pouvait pas me laisser un peu tranquille ?

Nous étions quelque part à Hi no Kuni, je ne saurais dire où. Tout ce que je savais, c’est qu’il y avait une grande clairière pour s’entraîner, et une auberge juste à côté. Il disait vouloir y rester plusieurs jours. Plusieurs jours, au milieu de nul part, et avec lui. Wahou, l’amusement est bien présent. Puis, je n’avais pas tant l’impression de travailler sur quelque chose d’utile avec lui. Moi tout ce que je voulais, c’était en profiter pour découvrir les alentours, m’entraîner comme un fou, et... bien embêter le Yamanaka. Oui, je l’avoue. J’avais bien envie de tester sa réaction si j’essaye de n’en faire qu’à ma tête. Je pourrais peut-être tenter une petite excursion en solitaire.

La nuit tombée, je sortais de l’auberge, en prenant soin de ne pas le réveiller. Cela compromettrait mes plans. Je voulais faire une petite escapade nocturne, afin de m’amuser, et de lui montrer moi que je n’aimais pas vraiment m’entraîner pour ne rien faire, dans une petite prairie perdue au milieu de nul part. Non, moi je veux de l’action ! De l’aventure ! Et c’est ce vers quoi j’allais.

Une petite heure passait, et j’étais déjà loin. La nuit était noire, et il faisait froid. Je tremblais légèrement, malgré la présence de ma veste. De plus... j’étais perdu. Je n’avais aucune idée de l’endroit où j’étais, et par où était l’auberge dans laquelle j’étais avec Rei. C’est malin... je commençais à un peu regretter mon envie de partir à l’aventure. Mais il ne fallait pas que je me laisse abattre ! J’irais au bout de ce voyage en solitaire, même si cela implique que je ne retrouverai jamais mon chemin ! Je sais que si je continue, je pourrais mettre la main sur quelque chose d’intéressant. Ce n’était qu’une simple intuition, mais j’y croyais dur comme du fer.

Le vent soufflait, et faisait bouger le feuillage des arbres autour de moi. Je ravalai ma salive. L’atmosphère était pesante. Je ne me sentais pas en sécurité, ici...

- Brr, j’ai froid...

Oui, de plus la température commençait à chuter de plus en plus. J’aurais peut-être du faire la même, mais en été. Cela aurait été un peu plus intelligent. Ce n’était pas la bonne saison pour fuir en plein hiver. Et si je meurs ici, je deviendrais un glaçon pour le restant de mes jours ? Dur. Je ne veux pas que ça arrive moi !

Soudain, en plein dans ma réflexion extrêmement poussée sur le sens de la vie d’un glaçon, j’entendis un bruit de feuillage, différent des autres. Je ressentais une présence... pas rassurante.

- Y a quelqu’un ?

J’essayais de conserver mon calme avant tout, mais ce n’était pas facile. J’avais surtout envie de repartir en courant, mais je ne saurais même pas par où aller. J’étais définitivement perdu au milieu de nul part.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 28 Déc - 2:22
L'Hiver était une dure épreuve par des voyageurs comme nous. Le froid essayait de nous effrayer tandis que la neige essayait de transpercer notre peau et de la geler. Cependant, nous ne pouvions laisser tomber maintenant, vu que je devais étudier mes talents d'Eisenjutsu pour être parfaite. J'étais talentueuse, mais je visais la perfection. Ma mère, de plus, ne voulait point retourner à la maison, car elle voulait me montrer tous les coins de Yuukan. De plus, elle était déjà habituée aux dures températures hivernales. Je devais faire de même et endurer ce froid du pays d'Hi no Kuni.

Hein? Qu'est-ce que je faisais à Hi no Kuni? Nous avions entendus qu'il y avait des disparitions pendant la nuit. Donc, de ma nature altruiste, j'avais proposé mon aide aux victimes de retrouver les personnes disparues, accompagnée de ma mère. Même s'ils ne me connaissaient guère, ils avaient accepté avec plaisir mon aide. Après tout, je n'avais point l'air d'une personne qui mentait là-dessus, non?

Par contre, vu la fatigue du voyagement, ma mère proposa qu'on se repose et qu'on commence la mission demain. Elle ne voulait guère que je m'épuise avec toutes ces missions et ces entraînements que j'enchaînais jour par jour. Cependant, je savais bien que la vrai raison était que la Kunoichi à Chevelure écarlate avait peur que les kidnappeurs m'enlèvent. Inquiètes-toi pas maman, je serais prudente. Je le promet!

La nuit tombée, alors que ma mère dormait paisiblement, je décidai de sortir pour prendre un peu d'air. Je n'étais point capable de trouver le sommeil. Quelque chose me tiltait à l'oreille, mais je ne savais guère et ni pourquoi que j'avais ce genre d'impression, mais cela était assez puissant pour perturber. Dans ma petite promenade, j'allais m'aventurer dans la forêt pour admirer la beauté de la nuit. Il était rare pour moi que je sorte dans la nuit, mais, pour une fois, je la trouvais magnifique. La lune était lumineuse et pleine, laissant une petite claireté naturelle dans cette forêt sombre. C'était apaisant.

Soudain, j'entendis une voix qui demandait s'il avait quelqu'un dans les alentours. Je tournai vite ma tête vers le son et me rapprochait un peu plus des verdures. De mon buisson, je voyais un jeune garçon, seul, en plein milieu de la forêt, tremblant. Il tremblait sûrement par peur, mais aussi par le froid. En même temps, ce n'était point intelligent de sa part de ne pas avoir un bon manteau. Cependant, une question bien plus importante me traversa l'esprit; Qu'est-ce qu'il faisait seul dans une forêt? Était-il la prochaine victime de ses kidnappeurs?

Sous cette pensée, je ne laissais guère d'autres hypothèses s'installées, vu que mon corps réagissait automatiquement. Je sortis de mon buisson en enlevant mon manteau rose que Mommy Hana avait créé. Il était assez chaud et doux pour pouvoir réchauffer ce pauvre enfant. Rendue proche, je déposai mon manteau sur son épaule avant de me mettre devant lui, souriante.

-Salut! Excuse-moi de mon entré, mais j'ai remarqué que t'avais froid. Réchauffes-toi un peu, à moins que tu ne veuilles devenir une statue de glace.

Je pris une pause, lui souriant toujours, puis, je regardai autour de moi. Mmmhh...Il n'y avait personne autour de nous, mais pour combien de temps?

-Dis, pourquoi es-tu seul ici? es-tu perdu, par hasard?
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Sam 31 Déc - 0:38
Pas de réponse. Je continuais légèrement d’avancer, alors qu’une nouvelle fois j’entendais des bruits de pas, bien plus prononcés. Une fille débarquait, et déposa immédiatement quelque chose sur mon dos : un manteau. J’avais l’impression de revivre pendant un bref instant, tant ressentir de la chaleur me fit du bien. Ce froid était horriblement violent, et intenable. Et je n’avais pas réalisé tout de suite que je ne connaissais même pas cette personne. Ce n’est que quelques secondes après, quand elle parla, que je pris conscience de la situation.

Cette fille me souriait, et m’avait offert son manteau pour que je me réchauffe. En temps normal, j’aurais pu réagir en disant que je trouvais le manteau pas du tout à mon goût tant il était rose, mais j’avais bien trop besoin de me réchauffer. Tant que personne ne me voit, ça devrait le faire... non ?

Je m’asseyais dans l’herbe, me recroquevillant légèrement afin de me réchauffer sous ce manteau.

- Han... ça fait du bien.

Oui, c’était le cas de le dire. J’étais bien au chaud, et mon corps arrêtait de trembler petit à petit. Pendant ce temps, l’inconnue me demandait ce que je faisais seul ici, si j’étais perdu.

- Moi, perdu ? Non pas du tout, je ne me perds jamais !

Je ne reconnaîtrais jamais que j’ai perdu mon chemin, et que je n’ai absolument aucune idée d’où j’étais. Je ne sais pas comment je vais m’en sortir du coup, mais bon…

- Je cherche l’endroit parfait pour m’entraîner. Du coup, j’ai filé pendant que mon prof’ dort !

J’en rigolais. Rei n’était même pas fichu de me surveiller correctement, et j’avais su m’échapper sans qu’il ne le remarque. J’étais décidément bien trop fort pour lui, mouhahaha.

Je baillais néanmoins. Il est vrai que je n’avais pas l’habitude de rester éveillé toute la nuit. C’était un peu chiant, mais voilà quoi tant pis, on va faire avec.

Dans tous les cas, je me demandais ce que cette fille pouvait faire ici, à une heure aussi tardive. Ouais bon, je ne connaissais pas le lieu donc c’était peut-être par chez elle ou quoi, mais tout de même. Je ne pensais pas croiser quelqu’un ici, et à cette heure-là. Peut-être qu’elle était elle aussi perdue ? Oh, c’est pour ça du coup qu’elle était venue jusqu’à moi, c’est donc ça...

- Ahhhh mais je vois, c’est toi qui est perdue, c’est ça ? Ne t’inquiète pas. Moi, Ryûji, je peux te venir en aide !

Je me sentais comme un super-héros. C’était une sensation agréable, mine de rien. Sauf que je me suis un peu trop vite emballé, parce que... je ne sais pas moi-même où je suis, alors comment l’aider elle ? Oups, la gaffe.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Jeu 12 Jan - 2:44
Sentant la chaleur de mon manteau, le jeune adolescent s'installa sur l'herbe pour s'abriter le plus que possible. Il laissa même un commentaire positif sur l'efficacité de mon manteau, arrêtant de trembler petit à petit. Hein? Moi? Est-ce que j'avais froid? Oui. Je ne vais guère mentir, ce froid était persistant et me créa rapidement des chairs de poules sur ma peau dévoilée. Néanmoins, je tenais à réchauffer cet enfant et l'emmener en sécurité. Au pire, j'attraperais un rhume et c'est tout. Je n'ai point peur de tomber malade, de toute façon. En fait, vu que j'étais une excellente eisenin, j'étais capable de créer les pilules nécessaires pour soigner ce genre de maladie ou de bactérie.

Soudain, quand je demandais au jeune s'il était perdue et me répondit qu'il ne se perdait jamais, mes yeux rubis se froncèrent. Je le dévisageais, ne croyant aucunement à ses dires. Oui, il aurait pus filer en douce pour s'entraîner (comme je le fais, en ce moment) ou fuir, néanmoins, c'était impossible que le garçon sait le chemin. C'est vrai, qui est l'imbécile qui ne possède point de manteau quand il fait vraiment froid et qui gueule ''Y'a quelqu'un'' d'une voix insécure? D'autant plus qu'il me proposait de me guider, parce qu'il croyait que j'avais perdu mon chemin. Non, je ne pouvais croire en ses conneries.

D'ailleurs, quand l'enfant aux yeux rubis me sortit cela, je le fixai, étonnée de ses paroles, puis, brisant le silence, je rigolai fortement. Je riais et riais, me cramponnant contre mon ventre qui commençait à m'élancer tellement que je riais. Il était drôle, lui.

Cela dura quelques temps avant que je me calme et que je lui souris doucement.

-Tu crois vraiment que je suis perdue? Naaaah.. pas du tout. Perso, j'étais partie prendre une marche, vu que cette histoire d'enlèvement de jeunes enfants en fugues, seuls et en plein milieu de cette forêt court dans le village. Ça m'empêche de dormir. Mais, prendre l'air ça fait du bien, non?

Avais-je fais exprès pour dire cela? Totalement. Je voulais voir sa réaction pour voir si le jeune homme me racontait des sottises ou s'il était vraiment venu pour s'entraîner. Je baillais à mon tour, démontrant la fatigue qui essayait tranquillement de me diriger vers les bras de Morphée. Je fixais toujours le jeune avec ce même sourire, mais laissant paraître ma fatigue.

-D'ailleurs, je suis Misa Tsukiriko, Eisenin d'Hana no Kuni. Pouaaah. Le sommeil commence à me gagner. Du coup, je vais retourner au village. Ah et, en fait, tu peux garder le manteau. Il est très chaud et confortable, hein? C'est ma mère qui l'a fait en plus, donc, y'aura aucun soucis que tu ne le gardes.

D'un sourire, je tournai les talons et je fis signe ''Au revoir'' de la main.
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Dim 15 Jan - 15:48
Bien que j’étais reconnaissant de l’aide qu’elle était venue m’apporter, je devais bien avouer que je n’appréciais pas vraiment la façon dont elle se moqua ensuite. Mais alors, vraiment pas. Un fou rire incontrôlé l’avait prise, après que je lui avais proposé mon aide. Déjà que ce n’est pas souvent que je daigne proposer mon aide à une personne, inconnue qui plus est, alors si en plus on se moque de moi lorsque cela arrive... non, je ne peux l’accepter.

Je ruminais en l’entendant parler. Elle n’était pas perdue, et connaissait son chemin. Eh merde. Elle marquait un point du coup, et j’étais bel et bien le seul à m’être perdu. Quelle plaie. Cependant, la suite de son discours m’interpellait un peu plus. Elle parlait d’enlèvements de jeunes enfants dans les alentours ? Y aurait donc des gens assez tordus dans le coin pour s’abaisser à de tels pratiques ? Gloups. Je ravalai ma salive. Je n’étais peut-être pas tant en sécurité que ça ici, le lieu a l’air... mal fréquenté. Je n’avais pas très envie de me faire enlever, étrange n’est-ce pas ? C’est logique, trouduc ! T’en poses des questions toi quand même...

Mais avant que je ne puisse dire quoique ce soit d’autre, elle se présenta, tout en m’expliquant que le manteau était une création de sa mère, et qu’elle devait partir. Elle disait d’ailleurs que je pouvais garder son cadeau. Wait wat. Attends attends, non non ça ne va pas se passer comme ça.

- Hum... des bandits qui enlèvent des enfants ? Oh, je sais, je vais te raccompagner à ton village. On ne sait jamais, tu pourrais faire une mauvaise rencontre... n’est-ce pas ?

Lalala. Non non, je n’avais pas du tout peur. J’ai le droit de m’inquiéter pour une inconnue, non ? Mais taisez-vous. Vous ne comprenez rien. Je ne vois pas de quoi vous parlez. Grr.

D’un pas rapide, je la suivais afin de ne pas la perdre de vue. Il serait dommage que je la laisse seul et que... je me fasse attraper derrière. Oui, ce serait très dommage de terminer comme ça cette nuit. Et puis, si je me fais enlever, comment je vais expliquer ça à Rei ? Il va me chercher de partout, et... ou bien faire la fête. Ah ouais, c’est sans doute ce qu’il y a de plus probable. Eh bah j’espère que si je disparais, qu’il sera puni par Konoha de m’avoir abandonné tout seul dans la nuit, dans un lieu inconnu ! C’est complètement de sa faute, oui monsieur.

Je regardais la jeune femme aux cheveux roses, et vit qu’elle n’était elle non plus pas très couverte. Je pouvais même voir de la chair de poule sur ses bras. Elle avait sacrifié son propre confort pour me prêter sa veste ? Elle me prenait un peu trop en pitié à mon goût. Sans crier gare, je levais la veste afin de lui mettre sur le dos.

- Ouais, mais... j’en ai pas besoin ! J’en veux pas.

Je grognais. Bien sûr que je le voulais. Mais je ne voulais pas perdre la face pour autant. Je ne supportais vraiment pas qu’on me prenne en pitié. Elle pensait vraiment que je ne pouvais pas tenir ce froid ? Haha c’est qu’elle me connaissait ma... plutôt bien. Mais chut.

Rapidement après, un bruit se fit entendre. Comme quelque chose qui bougea dans les buissons. J’associais ce son directement à la présence d’un de ces bandits. Pris de panique, je me cachais derrière elle, terrifié. Non, je n’étais vraiment pas tranquille... vraiment pas. Il ne me fallut que quelques secondes pour comprendre ensuite la supercherie... il s’agissait d’un lapin, tout simplement.

- J’ai... je... gh... RAH. T’as rien vu, ok ?

Mon visage était devenu aussi rouge qu’une tomate, tant j’avais honte de ce qu’il venait de se passer. Je n’avais qu’une seule envie : creuser, creuser, et m’enterrer dix milles lieues sous terre.

Cependant, très peu de temps après, un tout autre son se fit entendre. On aurait dit un enfant qui pleurait, alors que d'autres voix plus graves semblaient s’approcher progressivement.

- C'est... c'est... ?

Quelque chose me dit que la prochaine fois, je resterai bien sage dans mon lit.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 25 Jan - 19:03
Alors que j'allais partir en direction opposé du jeune enfant, celui-ci prit la parole pour raconter, une nouvelle fois, de la merde. En effet, prenant une fausse confiance en soie qui paraissait à des kilomètres d'ici dans ses paroles, il voulait m'accompagner dans mon chemin, car, je cite, d'après lui, je pouvais faire des mauvaises rencontres durant mon trajet. Cependant, ce qui me mit en colère c'est qu'il insinuait que.. j'étais une enfant. Hors, vu que je ne suis qu'une fillette à ses yeux, je ne serais point capable de buter le cul des kidnappeurs, hein? Il me croyais aussi faible parce que j'étais une fille et j'étais petite, c'est ça?

Sous ses dires, je me figeais soudainement, laissant un petit ''Heh?!'' surpris entre mes lèvres. Des frissons de colère traversèrent ma colonne vertébrale pour embrouiller mon cerveau, tandis que mes yeux rubis devinrent drastiquement plus sombre. Je restai là, serrant les dents et les poings, et je laissai le jeune brun me rejoindre avant de reprendre la route. Mes pas furent aussitôt plus lourds et secs, démontrant légèrement mon énervement. Ma tête devint aussi crispée par la rage intérieur.

Pendant le chemin, j'essayai de me calmer mentalement, vu que je conclus, avec moi-même, que cet adolescent ne me connaissait point personnellement et ne pouvait guère savoir que c'était un mot tabou. Je ne pouvais guère me fâchée contre lui s'il ne savait pas, non? Cependant, au moment que je me tournai pour lui parler, le garçon à chevelure brune me lança le manteau que je lui ais prêté au visage et dit qu'il en avait pas besoin. Je restai dans cette position, le manteau au visage, avant que mon visage devint un peu plus rouge. La rage montait, à nouveau, en moi. En vrai, il commençait vraiment à me taper sur le système avec son surjeu de merde. C'est vrai! Il jouait une personnalité d'un mec tellement macho qui n'a peur de rien et qui n'a jamais besoin d'aide. RAAARGH!!!  Je déteste vraiment ce genre de personne qui avait trop d'orgueil pour avouer une faiblesse. Rolala! Il m'énerve tellement avec ce caractère de merde. S'il-vous-plaît, je ne demande qu'une chose; Faites qu'un événement bidon arrive pour que je puisse le remettre sur place.

Soudain, alors que je bouillais encore de colère en dedans de moi, nous entendîmes des bruits mystérieux dans le buisson proche de nous. Automatiquement, j'enlevai le manteau rose au visage et je me plaçai pour défendre le jeune avec moi, au cas où qu'une personne voulait nous attaquer. Ensuite, après quelques temps de suspenses, je me détendis quand je vis cette mignonne boule de poil sortir des hautes herbes. Manteau à la main, je souris en voyant le petit lapin avant de remarquer que l'adolescent, qui essayait tantôt de se montrer brave, se cachait derrière moi, me tenant le bras. Je tournai légèrement pour le fixer du coin de mon oeil, puis, voyant l'expression sur son visage, j'eux un sourire assez satisfait de ma visage. Tiens, il était beaucoup moins confiant et courageux que tout à l'heure maintenant, hein? Néanmoins, gardant toujours son orgueil à la con, il me demanda d'oublier ce que j'avais vu, avec un visage rouge pivoine, sûrement dû à la honte. Pour ma part, je laissai un petit ''Hmph.'' moqueur passer entre mes lèvres, avant de reprendre avec une voix ironique.

-Oh? Que vois-je? Ne serait point mon protecteur qui se cache derrière moi, terrifié? C'est bizarre, pourtant, tu es supposé de me protéger, non? dis-je avec un léger sourire.

Merci mon dieu. Je pouvais maintenant le remettre à sa place. Donc, me retournant pour lui faire face, je le pris par le collet, avec mes deux mains, puis, je le fixais droit dans ses yeux rubis. Mon regard se sombra peu à peu, laissant une expression d'énervement envahir mon visage. Ensuite, voyant que j'avais le contrôle de la situation, je repris avec une voix beaucoup plus sec.

-Tu sais, j'avais déjà deviné que tu cachais ta peur, donc, arrêtes de te créer une personnalité que tu n'est pas. J'ai vraiment horreur des gens comme ça. Quoi? Tu crois que je n'avais pas remarqué ton surjeu sur ta personnalité? Je suis peut-être petite, mais me prend pas pour une stupide non plus, hein!

Après mes dires, je déposais le jeune au sol, relâchant mon emprise sur son collet, avant de soupirer et de me tourner pour être dos à lui.

- Ma mère m'a toujours dit que c'est normal d'avoir des peurs et des faiblesses. Aucun ninja dans ce monde n'a peur de rien. Tout le monde a des peurs et c'est tout à fait normal. Moi-même, je ne suis pas spécialement alaise à savoir que des kidnappeurs rôdent et je ne le cache pas. Je sais que tu as peur et que tu t'es perdu. C'est pour ça que je suis venue te voir pour t'aider. Donc, évite de cacher et de te mentir à toi-même, d'accord?

On pouvait sentir que j'étais beaucoup plus calme dans mes paroles et que j'essayais, tant bien que mal, de l'apaiser. D'un sourire, je me tournai vers lui et attrapai le manteau rose qui était au sol. Ensuite, je le secouai un peu avant de me rapprocher du jeune garçon et le placer sur ses épaules. Souriante, je déposai ma main sur sa crinière brune et l'ébouriffai légèrement.

-Voilà, met le sur toi jusqu'à ce qu'on arrive au village, d'accord? T'inquiètes pas pour moi, je sais endurer le froid.

Soudain, alors que nous avions entendu des pleures de petit garçon qui disaient qui ne voulait point retourner dans son village, tandis que le père répétait, à mainte reprise, que c'était pour sa sécurité, je ressenti, tout à coup, un étrange malaise. J'avais l'impression que quelqu'un nous observait et qui préparait une attaque surprise. Sans prévenir, je poussai brusquement l'adolescent qui me suivait. Il tomba dans les buissons, puis, me retournant, une flèche me frôla le bras, faisant une légère coupure sur ma peau. Rapidement, quatre hommes m'entourèrent avec un regard complice, prêt à me sauter dessus. Hmph, c'est eux les kidnappeurs, hein? Pauvres cons, ils ne savaient point qu.. hein?

Soudain,je sentis mon corps devenir lourd. Mes jambes tremblaient légèrement, avant de me lâcher, me faisant tomber au sol. Merde, je crois qu'il y avait du poison paralysant dans l'arme. La fatigue me gagnait, rendant ma conscience impossible à résister. Mon regard s'embrouillait peu à peu, mais je pouvais voir un des hommes qui se dirigeaient vers ma direction, passant dans les buissons. Il voulait sûrement retrouver le jeune qui était avec moi, mais, malheureusement pour lui, le petit avait sûrement fuit très loin et était maintenant en sécurité, pas vrai?

Fière de mon acte, je laissais un faible sourire avant de perdre conscience.
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Sam 4 Fév - 17:13
Je sentais mon sang bouillir en moi, en entendant la jeune femme aux cheveux roses. Elle profitait de la faiblesse dont j'avais fait preuve pour se moquer de moi. J'enrage. Oui j'avais dit que je la protégerais et tout, mais... voilà. Ne cherchez pas.

- La ferme ! Ce n'est pas ce que tu crois...

Elle m'attrapa par le col avec ses deux mains, et posa son regard droit dans le mien. Son regard était terrifiant, et franchement pas rassurant. C'était peut-être elle la kidnappeuse, qui sait ? Oh merde, je ne suis pas bien alors. Me voilà dans une situation critique ! J'essayais de me défaire, mais elle ne lâchait pas prise pour autant, et je restais donc dans cette situation désagréable un petit moment.

Elle reprit la parole une nouvelle fois, afin de me faire un peu la morale. Elle savait que j'avais peur, et ne supportait pas le fait que j'essayais de le cacher. Elle parlait même de surjeu sur ma personnalité. Quoi ? Moi surjouer ? Moooooooi ? Mais quelle insulte ! Moi le grand Ryûji, dieu de cet univers, le plus grand et fort... elle insinue que je surjoue ? Vraiment, je ne vois pas de quoi elle parle.

Elle me lâchait ensuite, et reprit une expression souriante bien plus rassurante. Elle parlait de sa mère et de ce qu'elle lui a raconté. Elle disait comme quoi que tout le monde avait des peurs et des faiblesses, même les ninjas, et que c'était normal après tout. C'était pour ça qu'elle voulait m'aider à me retrouver, car elle savait que j'avais peur.

C'était si facile à dire, mais bon... si je continue de vivre dans la peur, jamais je ne deviendrais fort, et jamais je ne saurais me venger de toutes les horreurs qu'on m'a fait subir. Je ne pouvais pas accepter ça. Il ne fallait pas que j'aie peur, mais que j'apprenne à affronter le danger. Sur ce point-là, je n'arrivais pas à tomber d'accord avec elle.

Et puis, ce fut le drame. Elle me rendit non seulement la veste rose, mais en plus de ça elle m'ébouriffa les cheveux. Chose que je ne supportais pas du tout qu'on me fasse. Je secouai alors violemment la tête, afin de lever ma chevelure de là.

- Eh pas touche, je supporte pas ça ! Arrêtez de tous me prendre pour un petit enfant, je suis bien plus que ça !

Je grognais. Un petit moment, puis je repris.

- Et puis, j'ai pas peur... je ne veux pas avoir peur. Moi je deviendrais un grand ninja, et je serai prêt à tout affronter ! Alors pour ça, je dois m'entraîner dur, et n'avoir peur de rien !

Je levai la veste, que je reposais sur son dos. Décidément, cette pauvre veste était mal-aimée.

- Pis j'ai pas froid moi !

Mouais. Je me retenais de grelotter.

C'est ensuite que de nouveaux bruits suspects se sont fait entendre. Et ce coup-ci, ça ne sera pas une petite boule de poils toute mignonne. Le danger était réellement présent. Je me figeais sur place, n'étant plus du tout tranquille. D'où est-ce que ces bruits venaient précisément ? Qui étaient-ils ? Je tremblais de nouveau. C'était du à la peur, mais aussi au froid, avouons-le. Mais doucement, et uniquement dans ma tête.

Sans crier gare, Misa réagit immédiatement en m'envoyant valser dans un buisson, avec une force surhumaine. Je ne m'y attendais pas du tout. Je me retenais de crier sur le coup, et fut envoyé derrière le buisson... mais plus précisément sur un gros rocher. La pierre percuta alors mon crâne, et je perdis connaissance.

---

Une violente douleur se faisait sentir, sur le côté droit de mon crâne, alors que j'ouvrais les yeux doucement.

- Aieuh...

Le regard encore un peu flou, je regardais autour de moi, et vis un environnement complètement inconnu. Il y avait des murs autour de nous, et une sorte de grille. Hein ? Quoi ? J'étais enfermé ? J'essayais alors de me relever, mais impossible. Mes pieds et mains étaient ligotés, et je ne pouvais pas du tout bouger. Là, je commençais déjà à m'inquiéter. Oui, j'étais enfermé. Rapidement, ma respiration s'accéléra sous l'angoisse. Pourquoi... pourquoi étais-je de nouveau prisonnier de ces liens ? Je ne voulais pas revivre ça, non...

Il fallait que je trouve une solution pour sortir. ,Me retournant sur la droite, je vis une seconde personne à mes côtés, dans la même cellule. C'était... Misa ? Oui, c'était elle. Elle s'était faite capturée aussi après m'avoir assommé ? Bah bravo, franchement ! Paie ton incompétence !

- Misa... ?

Paniqué, je me mis à terre afin d'essayer de ramper jusqu'à elle. Arrivé à son niveau, j'essayais de la secouer un peu avec mon crâne, sans aucun succès. Je me mordais la lèvre. Je sentais la peur et l'angoisse monter en moi de plus en plus, à tel point que j'avais l'impression d'étouffer. Cette sensation d'être enfermé dans une cellule, sans même pouvoir bouger me rendait fou. Il fallait que je la réveille, et que je décompresse... je sais !

- Misa !

Sans hésitation, j'ouvrais grand la bouche afin de lui mordre le bras. En espérant que la douleur la réveille, et que la mordre me permettrait de me contenir un minimum...

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Jeu 16 Mar - 1:54
Mmmh? Où suis-je? Pourquoi tout était noir autour de moi? Pourquoi je me sentais.. terriblement seule ici? Pourtant, j'avais accompagné le jeune enfant perdu et j'avais même réussi à le sauver des griffes de ces voleurs d'enfants, non? Alors, pourquoi je ne me sentais guère satisfaite? Pourquoi je ne sentais aucunement la fierté d'avoir sauvé une vie, comme d'habitude? Je n'en sais guère. Je pouvais qu'avancer dans cette zone sombre. Donc, sans trop attendre, je marchais tout droit, un peu désorienter et méfiante de cet endroit. Je n'avais jamais été ici et cela ne me rassurait guère beaucoup de voir que le néant et le crépuscule m'entourait. Le froid aussi des lieux caressait ma peau, comme pour enlever la flamme qui me gardait en vie. Je tenais mes bras croisé ensemble, regardant autour de moi. Je ne pouvais point reculer et revenir sur mes pas, vu qu'il n'y avait point de chemin derrière moi. Oui, c'était un cul-de-sac. La seule route était devant moi et, comme je voulais trouver la sortie de cet endroit, bah, il fallait bien que j'avance. Oui, j'avais très peur. Cela pouvait bien être un piège, mais bon, je n'avais guère le choix d'y aller.

Cela faisait plusieurs temps que je marchais. J'en avais même perdu la notion du temps. Je sais pas... cela faisait combien de temps que je marchais? Depuis quelques minutes? Quelques heures? Quelques jours? Je ne sais pas. Je ne sais plus.. j'étais un peu perdue par ce décor sombre qui ne changeait jamais. Est-ce que je devenais folle à force de marcher dans cet univers? Peut-être. Seulement, je savais que ce voyage m'épuisait autant physiquement que moralement. Cela prenait toutes mes forces pour continuer cette marche. Un moment, je me demandais vraiment s'il y avait une fin à cette route. Peut-être étais-je morte, en sauvant le garçon? Peut-être me dirigeais-je vers le repos éternel?

Soudain, alors que j'étais submergée dans mes pensés et mes questionnements intérieurs, j'entendis des pleurs d'une petite fille. Je levai légèrement mon regard rubis pour remarquer, confuse, une petite fille à longue chevelure rose et aux yeux rubis. La pauvre enfant avait des blessures un peu partout sur elle. Bizarre, malgré que je n'avais point de souvenir de l'avoir croisé dans ma vie, je me sentais énormément proche d'elle. J'avais l'impression que nous étions identiques sans vraiment l'être. C'était bizarre comme ressentie, mais je sentais le besoin de l'aider. Donc, curieuse, je me rapprochai de plus en plus de la fillette pour lui venir en aide ou même, lui donner un câlin pour la consoler. Cependant, quand je fus assez proche de l'enfant, je sentis qu'une étrange barrière qui essayait de nous séparer. Je fixais la petite, le regard désolé, alors qu'elle se rapprocha de moi. Elle me fixa, intriguée par ma présence, avant de déposer sa tête rose sur le mur invisible. Des larmes coulèrent le long de ses joues et, bizarrement, je pouvais entendre sa voix aiguë qui suppliait de ne guère l’abandonner et qu'elle était désolée de tout le mal que la petite avait fait ou créé. Je ne comprenais guère ce qu'elle voulait dire, cependant, au moment que j'entendis ces paroles, je sentais une étrange douleur dans mon coeur, comme si j'étais triste, voir blessée, et que j'avais énormément peur. Je me sentais terriblement seule alors que j'avais cette enfant qui m'était étrangement familière devant moi. De plus, des larmes coulèrent le long de mes joues, tel un ruisseau, et ce, pour des raisons que j'ignorais totalement. Il.. se passait quoi.. maintenant?


Soudain, alors que j'étais toujours prise dans cet étrange rêve, je sentis une douleur désagréable m'élancer dans mon bras droit. Je sentais ma peau se faire transpercer peu à peu, ce qui me réveilla brusquement et ce, sur un cris de douleur. En plus, quand j'ouvris grandement mes yeux rouges clairs, je donnais un violent coup avec mes bras, vu que je réalisais aussitôt que mes mains étaient attachées et retenues par des chaînes. Je me tournai ensuite sur le côté, voulant faire face au criss d'con qui m'a mordu le bras et ce, pour aucune fucking raison. Je préparais mes insultes mentalement, prête à incendie ce fils de pute, cependant, au moment que je lui faisais face, la stupeur me frappa au visage. Non... il s'est fait capturé aussi?...

Oh le con.

Je le fixais, les yeux ronds et la bouche entrouverte. J'étais vraiment surprise de le voir dans cette situation, mais la surprise fut aussitôt remplacée par la rage.

-..TOI??? TU FOUS QUOI ICI???? T'as voulu faire le héro et venir me sauver,c'est ça, hein? Ton orgueil a embarqué, vu que tu ne voulais pas me donner raison, hein?? HÉ BEN BRAVO!!! BRAVO TON INCOMPÉTENCE!! REGARDE OÙ TU ES MAINTENANT, HEIN!!! C'est qui l'imbécile dans cette histoire maintenant, hein? ET OUI, C'EST TOI. Bravo! Je t'applaudis, baka!

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Ven 17 Mar - 0:37
Je ne sais pas vraiment ce que j'ai en ce moment, mais depuis la dernière fois j'aimais bien mordre les gens. C'était rigolo. Bon cette fois encore, je n'y suis pas allé jusqu'au sang. J'en gardais un étrange souvenir, vu la dernière fois où cela s'était passé. Puis, je n'avais pas vraiment la tête à ça actuellement. Tout ce que je voulais, c'était qu'elle se réveille une bonne fois pour toute. Je commençais à m'inquiéter énormément. Comment nous nous étions retrouvé dans une galère pareille... nous avons été kidnappés ! Et nous voilà maintenant enfermés. Je voyais ce murs tout autour de moi, et cette grille nous empêchant de sortir. Mains et pieds liés, nous étions faits.

L'angoisse ne cessait de monter de plus en plus. J'avais comme l'impression que les murs se rapprochaient, prêts à nous écraser. Je tremblais, et je priais pour qu'elle finisse par se réveiller. Oh que oui elle se réveilla. Par réflexe sans doute, elle me donna un violent coup dans la tête avec son bras, d'une puissance telle qu'elle m'envoya valser à l'autre bout de la salle. Aoutch. Ça faisait déjà la deuxième fois qu'elle me frappait de la sorte. Elle commençait sérieusement à me taper sur le système.

Le coup en plein dans le nez, celui-ci laissa s'échapper quelques gouttes de sang.

- MAIS CA VA PAS ??

J'étais en rogne, à tel point que ma peur s'était temporairement effacée. Elle s'énerva à son tour, en me criant dessus. Ce que je foutais ici ? Sérieusement, elle osait me poser cette question ? Faire le héros ? De l'orgueil ? Incompétence ?

- QUOOOOI ? Mais tu te fous de ma gueule en fait, c'est ça ?! Si je suis ici c'est peut-être parce que c'est MADAME qui a cherché à jouer à l'héroïne, non ? Eh oui, à ton avis c'est à cause de qui que je suis là ? BAH C'EST TA FAUTE. Si tu ne m'avais pas assommé contre un rocher, peut-être que je serai ailleurs, ouais ! Nan mais je rêve ! ALORS OUI. BAH BRAVO ! BRAVO TON INCOMPÉTENCE ! C'EST QUI L’IMBÉCILE DANS L'HISTOIRE MAINTENANT ? BAH C'EST TOI !

Je voyais rouge. Elle avait vraiment osé me reprocher de m'être fait capturer après m'avoir assommé. Je respirais fort, suite à toute cette agitation soudaine. Lui avoir crié dessus m'avait un peu calmé, et la peur commençait à reprendre petit à petit le dessus.

- Ou plutôt, c'est nous deux...

Je serrais les poings. Je me sentais complètement désemparé. Moi qui rêve de liberté, me voilà pris au piège. J'étais dans l'incapacité totale de bouger mes mains et mes pieds, et ça me frustrait de plus en plus. Je pouvais m'asseoir sur ma liberté. Me voilà de retour à la case départ. Pouvais-je vraiment accepter cela... ?

Dos au mur, je me recroquevillais sur moi-même, tout en me mordant la lèvre.

- Ça recommence, je... je ne veux pas être ici... au secours...

Mes tremblements s'accentuaient.

- Dis-moi qu'on va sortir de là... s'il te plaît... j'ai...

Peur ? Oui. Mais j'avais un grand mal à le lui dire. Seulement, tout portait à croire qu'on ne sortira pas d'ici. Nous étions prisonniers. Comme quand j'étais plus jeune, où j'ai passé de très longues années enfermées. Je sentais mon coeur se déchirer, et des larmes coulaient.

- Tu as besoin d'aide, mon enfant... ?

Lui... ce démon. Il profitait de ma faiblesse pour refaire surface. Je résistais, ne voulant lui céder aucune place. Je plaçais mon crâne sur mes genoux, poussant quelques cris. Je ne dois pas craquer.

- N'oublie pas qui t'a permis de t'enfuir, la dernière fois... ne m'oublie pas.

Je respirais de plus en plus fort.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 5 Avr - 21:58
La rage était toujours présente en moi et en le petit enfant aussi. En effet, il n'avait point aimé le coup que je lui avais fait sur le nez et le fait qu'il atterrit à l'autre bout de la pièce. En même temps, pourquoi avoir utilisé ses dents pour me réveiller hein? Il voulait pas me pousser un peu, comme tout le monde? Qui aurait bien réagi sous cette attaque? Il est un peu con de penser que j'aurais bien agi et que je n'aurais pas répliqué. C'est stupide des enfants dès fois.

Bref, après lui avoir fait la moral, c'est à son tour de me crier par dessus les oreilles en m'accusant de l'avoir placé dans ce genre de situation. Il reprenait même les mêmes mots et tournures de phrases que j'avais utilisées pour l'insulter et déverser ma colère dessus, comme pour se moquer de moi. Je serrais, à nouveau, les dents, affichant une mine colérique face au garçon.

-OK!!! OK. Admettons que t'as raison.. c'est quand même de TA FAUTE si nous sommes rendus là. HÉ OUI, HEIN!!! C'est qui le con qui s'est perdu dans la forêt comme un débile mental? C'EST TOI!! PAS MOI HEIN!!  Et puis, de toute façon, même si t'avais réussi à t'échapper, j'suis sûre que tu serais encore en plein milieu de la forêt, perdu, en train de geler comme une grosse merde et de pleurer comme une tapette pour qu'on te retrouve. Baka comme tu es!
-Vous ne pouvez pas fermer vos gueules un peu, hein? On essaye de dormir ici. cris un prisonnier dans la cellule à côté de nous.
-TA GUEULE TOI-MÊME!! TU NE COMPRENDS PAS QU'ON ESSAYE D'AVOIR UNE CONVERSATION, HEIN?
-*Soupir* Geez.. j'aurais préféré que vous vous ne réveillez jamais.
-T'AS DIT QUOI LÀ, CRISS D'CAVE???
-Ou plutôt, c'est nous deux...

Entendant cette petite voix très fragile, je laissai un ''heh?'' passé entre mes lèvres, avant de me retourner pour fixer, à nouveau, le jeune shinobi. Je laissai un regard surpris, mais aussi touché par ce changement d'attitude. Il semblait désespéré de la situation actuelle et était sûrement apeuré par la suite des événements. Je gardai un air désolé en son égard. C'est vrai que ce n'était pas malin d'avoir élevé la voix sur le pauvre enfant. En tant qu'héroïne, je devais, à tout prix, le consoler et le sortir de cette prison. Non seulement lui, mais aussi tous les autres enfants qu'on avait enlevé leur liberté.


Donc, sans trop perdre de temps, je me glissais lentement sur le sol, rampant, pour me rapprocher de lui, puis, rendue assez proche de l'enfant aux yeux rubis, je me redressai difficilement pour m'asseoir devant lui. Ensuite, voyant que celui-ci tremblait, respirait fortement et sanglotait, je plaçai mes petites mains attachées par une chaîne pour les déposer sur les siennes. J'essayais non seulement attirer son attention, mais aussi lui porter secours. Il avait besoin d'être entouré en ce moment et d'être rassuré.

-Ne t'inquiètes pas. Il y a toujours une solution pour chaque problème et je trouverais cette solution. Promis! Je veux seulement que tu me face confiance, d'accord? dis-je avec une voix aussi douce que mon sourire que je gardai sur mon minois.

Après mes dires, j'approchai tranquillement mes mains sur la chaîne qui retenait les mains du jeune brun prisonnières, puis, chargeant mon chakra, je tirais fortement sur le métal des chaînes, la cassant de cette façon. Je répétais ensuite la même technique pour les chaînes qui serraient les chevilles du pauvre enfant paniqué, libérant son corps de tous mouvements. Il pouvait maintenant bouger librement dans la cage.

-Voilà. Maintenant, montre moi ta blessure au nez.

Malgré qu'il semblait être méfiant envers moi, le konohajin leva légèrement sa tête, affichant sa mine apeurée et sanglotante par cette peur qui le rongeait sûrement de l'intérieur. Je laissai, à nouveau, un sourire aussi doux, avant de lever tranquillement ma main pour déposer doucement mes doigts sur son nez. Je prenais clairement mon temps, suivant et restant attentive aux signes corporels de l'enfant aux yeux rubis. Mes doigts étaient entourés d'une aura verte qui dégageait une chaleur douce et apaisante. D'ailleurs, peu à peu, la douleur qui pouvait agacée le petite homme fut remplacée par cette douce chaleur agréable pour que, finalement, la blessure ne soit qu'un mauvais souvenir.

Après mon traitement, je déposai ma main droite pour essuyer la joue de l'enfant.

-Désolée pour ta blessure... ça ne t'as pas fait trop mal, au moins? D'ailleurs.. je ne sais toujours pas c'Est quoi ton nom. Comment tu t'appelles?

HRP:
 

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Jeu 6 Avr - 1:09
Je n'en revenais pas. Après m'avoir mis dans une telle situation, elle continuait à s'en prendre à moi, et à m'accuser ? Elle m'accusait de m'être perdu, mais... mais... de quel droit ? Je ne lui avais rien demandé moi ! Bon si un peu... mais chut. Dans tous les cas, je n'étais plus réellement en position de me défendre de son agressivité. La panique et la peur avaient vite fait de me rattraper, alors que la femme eux cheveux roses se disputait maintenant avec le garde de notre cellule, qui voulait dormir. En temps normal, je l'aurais suivi afin de l'envoyer chier. Là, je ne le pouvais juste pas.

C'était une bataille mentale, contre le démon qui m'habitait. Bien entendu, il profitait de cette occasion pour venir me pourrir la vie, et chercher à faire surface. Non, je m'étais juré de ne plus jamais me laisser posséder de la sorte. Misa semblait s'être calmée de son côté. Sans doute avait-elle remarqué que je n'étais plus du tout dans mon état normal. Je sentais une terrible pression au niveau de ma poitrine, comme si mon cœur cherchait lui-même à s'éjecter de ma poitrine, tellement qu'il battait de plus en plus fort.

Recroquevillé sur moi-même, tremblotant, des larmes venaient repeindre ce triste spectacle. J'étais au bout de mes forces, placé dans une situation qui était l'une de mes pires frayeurs. L'enfermement, surtout dans une cellule comme celle-ci. J'avais l'impression de revivre tout ce que j'ai connu lorsque j'étais plus jeune.

Soudain, je sentis ses mains sur les miennes. Je relevais légèrement la tête, voyant Misa avec une air bienveillant sur son visage. Elle ne voulait plus me frapper cette fois-ci ? Ni m'engueuler ? Elle cherchait à me rassurer avec ses douces paroles, me promettant qu'elle trouverait la solution pour nous permettre de nous enfuir d'ici. Mais pour cela, elle voulait que je lui fasse confiance.

Elle brisa ensuite mes chaînes, à la simple force de ses bras, ce qui était relativement impressionnant. Je regardais mes poignets à présent défaits de l'emprise de ces liens, puis je regardais la jeune femme.

- Te faire confiance... ? Je ne sais pas.

Faire confiance à une inconnue, qui m'avait cassé le nez et qui m'avait fait enfermer ici, puis qui m'avait engueulé ? Bof, hein. Je n'avais pas spécialement confiance en elle, et je ne m'en cachais pas. Néanmoins, je la laissais s'approcher, ne sachant plus quoi faire pour combler cette terreur qui m'habitait. Au fond de moi, j'avais besoin de réconfort sans doute.  Elle me demanda de lui montrer ma blessure, à savoir le nez. Je relevais la tête vers elle, restant silencieux. Elle s'occupa de moi, avec des capacités médicales. Elle était donc médecin, hm... pratique pour réparer ses conneries lorsqu'elle casse la gueule à quelqu'un, vous me direz. Haha.

Elle appliqua donc sa technique sur mon nez. Je louchais un peu, regardant ce qu'elle faisait d'un air sceptique. Seulement, je sentais la douleur disparaître progressivement, et une étrange chaleur me confortait dans cette souffrance. C'était agréable, vraiment.

Elle s'excusait ensuite pour ça, en déposant sa main sur ma joue. D'instinct, j'eus un léger recul. Je n'aimais pas beaucoup qu'on me touche, ce n'était pas nouveau. Elle réalisa ensuite qu'elle ne connaissait pas mon nom, ce qu'elle chercha à corriger rapidement.

- Je m'appelle Ryûji, je viens de Konoha... ah, et...

Merci Misa ? C'est ce que je voulais dire. Seulement, je n'en dis rien, gêné.

- Rien...

Je soupirais, en regardant tout autour de moi. J'observais les barreaux, les murs... tout ce qui m'effrayait au plus haut point.

- J'ai très peur Misa, je l'avoue ce coup-ci... j'ai peur de rester ici, de ne pas pouvoir sortir. Je suis terrorisé à l'idée de rester enfermé ici pour l'éternité... s'il te plaît, fait quelque chose.

Je m'approchais un peu, les yeux larmoyants.

- Si je reste ici, je... je... on sera en danger, je peux te l'assurer. Je le sais...

Le réel danger, c'était moi. Ou plutôt ce qui vivait en moi. Voici le réel problème après tout.

- Il faut que tu trouves une solution, tu... tu peux... casser le mur avec ta super-force ?

Un moment de silence, alors qu'une voix se fit entendre.

- Tu casseras rien du tout, laissez-nous dormir.
- ON T'AS DIT TA GUEULE A TOI !!

Nan mais j'y crois pas. De quoi ils se mêlaient ? J'hallucine quoi, rhaa.

- Il nous faut vraiment un plan pour sortir de là... pitié, dis-moi que tu as une idée, quelque chose... s'il te plait... !

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Jeu 27 Avr - 0:36
Malgré que le jeune garçon me disait qu'il ne savait s'il pouvait me donner sa confiance ou non, le jeune brun se laissa se soigner. Il accepta de me montrer sa blessure au nez et de laisser ma technique de soin réparer ce coup involontaire. Le Konohajin louchait pour observer ce que je faisais, d'un air plus ou moins méfiant envers mes gestes. En autre partie, je commençais à comprendre le comportement du petit adolescent. Il avait les mêmes réactions que le patient 119 à Hana no Kuni, alors que ma mère prenait soin de ce malade. De ce que je me souviens, le patient 119 était un ancien prisonnier de l'ancienne guerre clanique et, depuis, il avait peur du rapprochement avec les autres membres de la communauté. Il n'arrivait point à donner sa confiance à quelqu'un aussi facilement. Ceux qui arrivaient à atteindre l'attention du monsieur étaient plutôt rare, mais c'était un très grand accomplissement quand tu voulais apprendre plus sur la personne. Pour ma part, je ne m'attendais pas qu'on partage une très bonne amitié, mais j'avais quand même besoin de son soutien pour qu'on puisse avancer ensemble vers une solution.

Ensuite, alors que le petit garçon prit un léger recul quand j'essayai de déposer ma main sur sa joue, me confirmant qu'il n'aimait point ou avait peur du contact avec un autre humain, il se présenta à moi. Ryûji? Mmmh.. bizarrement, j'avais l'impression que j'avais déjà entendu ce nom, comme un déjà vu, mais cela était clairement impossible. En effet, du plus loin que je me souviens, mes deux superbes mères m'avaient toujours pris sous leurs ailes et nous avions toujours vécu dans le pays des fleurs. Comment son nom pouvait m'être familier? Étrange. Tout comme ce rêve de cette petite qui me ressemblait.

Je gardai mon attention sur le konohajin qui soupira et qui affichait une mine apeuré. Les yeux pleins d'eau, le shinobi avoua qu'il avait très peur de rester éternellement ici et me suppliait de trouver rapidement une solution pour s'en sortir. Je laissai un regard surpris, la bouche légèrement entrouverte de voir l'état du petit enfant. Le pauvre.. je devais absolument trouver une solution.

Pour le rassurer, je lui souris doucement. On était peut-être dans une situation difficile, mais il fallait quand même garder un calme absolu. Paniquer dans cette situation ne ferait qu'empirer notre sort.

-Ne t'inquiètes pas, Ryûji. Je suis sûre qu'on va trouver une solution assez rapidement. Par contre, garde ton calme. Du moins, du mieux que tu le peux d'accord? Cela ne servirait à rien de paniquer, mise à part de compliquer notre situation. Essaye de prendre de grandes respirations pour contrôler ta peur, okay?

Le silence reprit dans la cellule. Je gardai une oreille attentive sur tous les sons autour de nous, voir si une conversation d'une autre cellule nous donnerait des informations supplémentaires sur les lieux et ce, sans le vouloir. Je cherchais aussi, d'un regard alerte, si la prison était surveillée par des gardes et les cachettes disponibles si nous arrivions à sortir de cette cage. Je regardais chaque recoin de mur pour voir la possibilité d'une faille, d'un trou ou whatever, cependant, ma concentration fut perturbée par Ryûji qui me demandait si je pouvais briser le mur derrière nous pour fuir.

-Certainement que je peux, Ryûji. Aucun mur a déjà résisté à mes coups, mais faire cela ici serait pas la meilleure des idées. Premièrement, nous ne savons aucunement où nous sommes, donc, c'est pas top pour fuir d'un endroit qu'on connait pas. Deuxièmement, le bruit d'écroulement alarmera les gardes et ils vont sûrement nous poursuivre. Troisièmement, peut-être de l'autre côté de ce mur, y'a une grande falaise ou encore une mer hyper agitée et qui attendent des victimes et, finalement, même si nous réussissions à s'échapper de cet endroit, ça serait ingrat de ne pas aider tous ces enfants prisonniers et privés d'être avec leur proche, tu ne crois pas? Nah, le mieux c'est que j'arrive à vous faire tous sortir d'ici, sain et sauf.

Après mes explications, le jeune grognon qui avait, tout à l'heure, dérangé notre conversation s'incrusta dans notre discussion, encore une fois. Je tournai brusquement la tête vers la droite, prête à l'insulter à nouveau, mais je fus devancé par Ryûji qui disait que nous l'avions déjà averti tout à l'heure à propos de ses commentaires.

-Ouais, si tu fermes pas ta criss de grand gueule, je sors de cette cage pour te crisser la voler de ta vie, c'tu clair? rajoutai-je d'un ton sec et froid.

Le grincheux laissa un long soupir, prouvant son énervement face à nos dires, cependant, mes oreilles furent attirées vers deux voix, un peu plus éloignées de nous. Ryûji me parla, mais je laissai un long ''sssssht!'' passer entre mes lèvres, avant de me rapprocher tranquillement des barreaux pour écouter la voix des deux filles.

-... J'espère ne pas être contre elle pour les tournois. J'aurais peur de perdre ma vie contre elle.
-Moi aussi *soupir*. Je te le jure, je ferais n'importe quoi pour sortir d'ici. Si je n'étais point attachée, je crochèterais cette satanée serrure et je sortirais par la sortie de secours.
-Non, tu sais avec la dernière tentative d'évasion, ils ont décidé de barricader cette porte. Impossible de l'ouvrir, vu que nous nous sommes pas des ninjas.
-Pas faux.

Mmmh.. un tournoi? Une porte? Toutes ces informations me donnèrent une bonne idée. Je tournai donc ma tête rose vers Ryûji, affichant un large sourire.

-Ryûji? T'es capable de faire une illusion de toi-même ou même, un clone? J'aurais besoin que tu me fasses une copie de toi au sol, puis, je t'ouvre cette barrière pour que tu puisses passer et que tu te caches dans cette genre de boîte là-bas. Pendant ce temps, j'vais m'occuper des gardes. Quand t'entendras que nous avons franchi cette porte à notre droite, je veux que tu te dirige vers cette porte de secours qui ne devrait guère être loin d'ici et, après, va retrouver de l'aide, d'accord?
-Hmph. Ça marchera tellement pas.
-ROOOH TA GUEULE OU SINON, JE FAIS EN SORTE QUE TU CRÈVES ILLICO! TU M'ÉNERVES LÀ!

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mar 2 Mai - 23:11
Ne pas m'inquiéter ? Garder mon calme, et ne pas avoir peur ? Comprenait-elle seulement la situation dans laquelle nous étions ? Enfermés ici, nous étions prisonniers de personnes inconnues. Ma liberté venait de se dissiper, en seulement quelques temps. Tout ça parce que j'ai décidé de m'enfuir de l'auberge, afin de me balader par moi-même... chapeau l'artiste.Elle voulait donc que je fasse comme un petit exercice de respiration, afin de me calmer. Ca ne menait à rien. Je voyais ces murs autour de moi, qui me retenaient prisonniers ici. On en sortirait jamais.

Je restais silencieux en l'écoutant répondre à ma question. Elle m'expliqua que casser le mur n'était pas une bonne solution, et elle m'expliqua pourquoi. Elle n'avait pas tort. On risquerait plus de s'attirer des ennuis qu'autre chose, surtout que nous ne savions même pas où nous étions. Cependant, son dernier argument était assez inquiétant.

- Tu veux encore jouer à l'héroïne... ?

La dernière fois qu'elle a voulu faire ça, j'ai fini assommé contre un rocher, puis prisonnier ici. On s'en rappelle, hein. Ce n'était pas du tout rassurant, on allait passer encore de longues heures, voire jours ici... si ce n'est plus. Je soupirais, comment allais-je tenir ? C'était impossible, je ne pouvais pas rester ici, dans de telles conditions... je me sentais terriblement oppressé. C'était comme si les murs autour de moi ne cessaient de se rapprocher petit à petit, comme pour m'écraser.

Le jeune garçon un peu plus loin se fit remettre les pendules à l'heure par Misa, une fois de plus. En plus si on doit le supporter tout le long, ça ne va pas le faire. J'vais me suicider, voilà. Mais alors que je m'en plaignais, Misa m'empêcha de parler. Je grognais, je déteste ça.

Elle semblait écouter quelque chose. En effet, on pouvait entendre quelques chuchotements, bien que d'ici je n'entendais rien de mon côté. Elle par contre, semblait avoir compris, puisqu'elle se retourna vers moi, souriante. Elle avait l'air d'avoir un plan. Je l'écoutais alors, ne sachant pas vraiment où elle voulait en venir. Elle voulait que je m'éclipse, pour aller chercher de l'aide ? Hm... ça pouvait se faire. Et puis, ça allait me permettre de sortir de là.

Il restait cependant à voir un dernier détail : est-ce que je pouvais réellement lui faire confiance ? Elle n'avait pas l'air méchante, loin de là. Juste que nous nous sommes rencontrés dans des circonstances particulières, et que voilà nos deux forts caractères se sont affrontés dès le début. Mais dans le fond, avec cet emprisonnement... on pouvait voir l'un et l'autre qui nous étions vraiment, bien que cela soit extrêmement gênant.

- Hm... ok.

Sans perdre un instant, je m'exécutais, en faisant un clone de moi-même. Elle utilisa ensuite de sa super-force pour ouvrir la barrière, pour me permettre d'aller me cacher. Elle attira ensuite l'attention des gardes, me permettant de sortir d'ici. bien, pour l'instant tout marchait à merveille.

Après quelques petites minutes de course, j'arrivais devant cette fameuse porte. Sauf qu'elle... était bloquée. Elle était fermé, et je ne pouvais donc pas l'ouvrir. Eh merde, tout ça pour en arriver là ? J'enrage. Des bruits de pas se faisaient entendre, quelqu'un approchait. Deuxième problème... sans perdre un instant, je m’agrippais au mur avec mon chakra, jusqu'à atteindre le plafond, y restant collé le mieux que je le pouvais. Pour une fois, les entraînements de Rei allaient me servir à quelque chose, qui l'eut crû lustucru.

Je restais accroché au plafond avec mon chakra, alors que l'homme passait en dessous de moi... mais à ce moment-là, rien ne se passa comme prévu. Je perdis le contrôle, mon chakra lâcha prise. C'est ça de mal suivre les entraînements, duh. Je tombais donc sur cet homme, qui finit écrasé par terre.

- AH mais qu...

BOUM. Réflexe, je venais de l’assommer avec mes deux mains liées, pour qu'il se taise à tout jamais. On peut dire que c'est réussi du coup, non ? J'observais dans ses poches, et il y avait une clé. Parfait, j'allais pouvoir sortir de là !

Je traînais le corps derrière moi, puis le jeta à la poubelle, sur laquelle je posais deux gros cailloux. Voilà qui allait le retenir un moment ! Et maintenant, trouver de l'aide...

Je me retournais un instant, observant le bâtiment derrière moi. Si j'y retournais, le danger de me refaire capturer était présent. Alors que je pouvais partir, et ne plus jamais revenir maintenant. J'hésitais un moment, sous le ciel noir et légèrement pluvieux. Que faire ? Prendre le risque de suivre les indications de Misa, ou bien partir pour ne plus jamais revenir, et être en sécurité ? Dans un sens, que ces enfants et Misa restent ici, ce n'était pas mon problème... et au pire, elle trouvera bien une solution par elle-même, non ?

Hésitant, je repris mon chemin. Dans tous les cas, que ce soit pour des renforts ou retrouver mon chemin, j'avais besoin d'aide.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 283
Messages : 169
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 31 Mai - 19:26
Malgré l'hésitation et la confusion de mes intentions premières, Ryûji accepta de coopérer avec moi et réaliser mon petit plan. Em même temps, vu notre situation, même s'il sous-estimait ma puissance, ma persévérance et mes paroles, le konohajin n'avait guère le choix de coopérer avec moi. On n'avait guère le choix d'unir nos forces pour se sortir de ce calvaire. Cependant, à comparer du jeune garçon, je ne voulais point partir sans sauver ces pauvres enfants enlevés et privés de leur liberté. Non, je ne jouais pas l'héroïne, comme le disait si bien mon coéquipier, mais j'en étais une déjà et j'étais prête à lui prouver que j'avais la force pour les sauver, tous. C'était mon but, mon rêve d'être l'ange gardien des civils de ce monde, de la génération future. J'étais même prête à mettre ma peau pour protéger toutes ces innocentes victimes des guerres claniques.

Bref, laissant Ryûji créé un clone de lui-même, j'utilisais ma force herculéenne pour détacher la barre de fer, laissant mon coéquipier se cacher. Ensuite, lui laissant un dernier sourire déterminé, je remis le barreau en place et cria pour attirer l'attention des gardes. Je les insultais de tous les noms possibles et gueulais le plus fort possible pour enfin entendre la porte s'ouvrir.

-MAIS TA GUEULE, P'TAIN!!! TU VEUX QUOI???? dit l'adulte tout moche.
-Salut. J'aimerais voir ton boss. J'voudrais participer à un tournoi, mais j'veux mettre mes conditions.
-Euh.. lol? Tu plaisantes?
-Non, j'plaisante pas. Si c'était une blague, je l'aurais dit, estie. J'peux là?

Le garde me fixa pendant un bon moment, le regard confus à mes dires. Mentalement, il se demandait peut-être si j'étais rendue folle ou encore que le manque de sommeil avait coupé dans mon jugement de la situation. Néanmoins, après m'avoir affiché un tel regard alors que je le dévisageai, il haussa les épaules et ouvrit la cage. D'après moi, il accepta ma demande, vu qu'il me prit par le bras droit et me traîna vers cette fameuse porte. Du coin de mes lèvres, je laissai un sourire satisfait. Parfait! Le plan se déroulait à merveille!

Quelques minutes plus tard, je me retrouvais en plein milieu de l'arène où les enfants s'affrontaient pour leur vie et se faisaient juger par le grand Pop  de la place. D'ailleurs, en parlant de ce bâtard, quand je levai légèrement mon regard rubis, je voyais celui-ci dans un petit balcon. Il m'observait quasiment avec un regard admiratif et malicieux. Peut-être cherchait-il à voir mon point faible pour mieux frapper? Peut-être avait-il été surpris de ma proposition? Qui sait?

-Bienvenue dans cet arène un peu spécial, mes amis! Aujourd'hui, notre chère sujet 244, Misa Tsukiriko, se battra contre l'armée du grand Pop. Selon ces victoires, la demoiselle libéra un enfant prisonnier qui pourra retourner chez eux, mais, entre nous, je crois que la petite se crée une illusion. Vous croyez qu'un enfant de sa taille sera capable de vaincre notre armée?

Les gens dans les coulisses éclatèrent, la plupart, de rire. Ils trouvaient cela sûrement drôle qu'une petite adolescente essaye de prouver qu'elle était forte et qu'elle allait, en plus, les vaincre pour sauver. Ils me pensaient faibles, comme les autres enfants, mais ils me sous-estimaient tous, sans exception. J'étais prête à les surprendre. Alors que la grille qui dévoilerait mes adversaires montait tranquille, je me mis en position d'attaque, prête à sauter sur les ennemis qui oseraient me défier.

______________________________

Kasumi S. Tsukiriko

Pendant ce temps, dans le petit village où les deux protagonistes s'étaient reposées de leur long voyage, Kasumi, la mère aventurière de Misa, constata quelque chose de terrible. Ce matin, après une bonne nuit de sommeil, son petit ange n'était plus à l'hôtel. Bon, connaissant sa fille, la nukenin à longue chevelure de couleur flamme se disait que sa chérie était soit dans le village, en train de questionner les gens autour d'elle, ou soit dans la forêt pour s'entraîner. Misa n'allait jamais bien loin et avait quand même une bonne mémoire pour se retrouver et une bonne force pour péter la gueule de mauvaise personne. La femme aux yeux émeraudes ne s'inquiète guère plus longtemps et continua ses petites préparations.

Par contre, en sortant de l'hôtel, plus que la femme se faufilait dans les rues, plus que l'inquiétude pris place dans son esprit. Ensuite, elle sortit hors du village pour se faufiler dans la forêt, puis, soudain, après quelques minutes de marche, Madame Tsukiriko laissa un visage choqué en voyant le manteau rose sur le sol et ce, avec un peu de sang séché dessus. Elle s'approcha du manteau pour observer la texture du tissus. Il n'y avait pas de doute, quelqu'un avait attaqué son trésor et l'a volé. Le choc de son visage fut aussitôt replacé par une rage contre ces derniers qui avaient osé de mettre la main sur SA fille. Elle serra fortement le manteau entre sa main droite et revint rapidement dans le village. Ensuite, pour attirer l'attention des personnes qui faisaient leur train-train quotidien, la jeune femme prit aussitôt son pistolet entre ses mains et tira un coup dans les airs. Cela attira l'attention des gens qui fixaient la nukenin avec de gros yeux et cette dernière prit parole, tel un leader.

-Cher peuple du village, écoutez-moi. Aujourd'hui, les kidnappeurs ont sonné les tambours de guerre. Chaque jour, plusieurs enfants disparaissent sans que vous prenez vos armes pour les défendre. Qu'attendez-vous pour défendre votre génération future et de reprendre ce qu'on vous a volé? Avez-vous perdu vos couilles? Attendez-vous seulement qu'ils volent vos femmes et brûlent votre village pour commencer à agir? Peuple. reprenez-vous en main et défendez vos bien le plus cher. Pour ma part, je ne compte pas rester ici, les bras croisés. Non, j'vais rendre visiter à ces enfoirés et leur donner une bonne leçon qu'ils n'oublieront jamais. Allez, peuple! Prenez vos armes, nous allons dire bonjour à nos ennemis.

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
En ligne
XP : 796
Messages : 330
avatarKonohajin
Yamanaka Rei
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa   Mer 7 Juin - 0:05


Mnn, je me levais et m’essuyais les yeux, réveillé par un bruit dans la rue. Comme si elle était bien agitée, alors qu’on était… Au beau milieu de la nuit. Pourtant, c’est justement parce que c’était un endroit relativement calme que j’avais choisi cette auberge et cette clairière de Hi no Kuni pour notre entraînement. On était venu quelques jours ici. Le terrain d’entraînement de Konoha était l’endroit où je passais, je pense, une bonne majorité de mon temps. Cependant, ayant passé une bonne partie de ma vie à voyager avec ma sensei, j’aimais bien m’éloigner de Konoha, de temps en temps. C’était une forme de liberté que je me donnais, et qui m’était chère. Et, même si je ne voulais surtout pas recopier pour Ryûji la méthode qu’avait utilisé ma sensei sur moi, c’est vrai que le fait de voyager était quelque chose que je voulais lui transmettre.

On était donc parti quelques jours ici, pour profiter de l’ambiance de ce petit village, et de la clairière à côté, où il n’y avait jamais personne. Je dois avouer que c’est surtout moi qui aimais cette ambiance, qui pouvait parfois me rappeler mon village natal sur certains points. Le désert et l’oasis en moins.

Posant un pied au sol, je faisais involontairement craquer la latte du parquet, qu’une seconde latte venait rejoindre alors que mon autre jambe faisait comme la première. Je m’avançais jusqu’à la salle de bains pour prendre un peu d’eau, avant de revenir me coucher. Mais le lit de Ryûji, se trouvant un peu plus loin était vide. Pour vérifier, je faisais donc un petit tour de l’auberge, vérifiant la chambre, retournant à la salle de bains, les toilettes, le bar du rez-de-chaussée.. Personne.

- Il est sérieux ?

Disais-je blasé pour moi-même, en commençant à songer à l’hypothèse qu’il soit sortit de l’auberge. Je refaisais un dernier tour, avant de sortir quelques minutes de l’auberge pour regarder s’il n’était pas juste sortit prendre l’air à proximité.

- Je vais le buter.

Pensais-je un peu trop fort, puisque je sursautais en entendant derrière moi la voix de l’aubergiste.

- Qui ça ?

- Ah, euh, personne. Par hasard, vous n’avez pas vu le gamin qui était avec moi ?

Elle bougea horizontalement la tête, m’indiquant que non, elle ne l’avait pas croisé. Elle m’expliquait ensuite qu’elle avait été réveillée par du raffut dehors, et qu’elle était allé voir ce qu’il se passait. Qu’il y avait une agitation anormale depuis quelques jours, et qu’une rumeur disait que des enfants avait apparemment disparu dans les villages alentours. À ce moment-là, je ne faisais pas encore le rapport avec Ryûji. Je le savais assez idiot et mesquin pour s’enfuir en douce dans la nuit, mais même s’il était encore un enfant, pour moi, il était un ninja. Et puis, bon nombre de rumeurs s’avéraient fausses, alors je n’aurais pas été étonné que celle-ci le soit aussi.

Laissant l’aubergiste rentrer, je déambulais dans les rues du village, pensant que je finirais bien par le croiser. J’intériorisais mon envie soudaine de l’étrangler, afin d’éviter si je le trouvais de lui sauter dessus et lui faire la peau. Mais au lieu de Ryûji, c’est sur une femme que j’étais tombé. Enfin, c’est tout d’abord un tir que j’avais entendu, m’ayant immédiatement mis sur mes gardes. Très rapidement, j’avais rejoint l’endroit d’où provenait ce tir, kunais et shuriken en main, prêt à réagir. L’auteur de ce tir était une femme aux cheveux roux, longs et soyeux. Et bien peu vêtue pour une nuit d’hiver. Elle s’apprêtait à faire un discours.

-Cher Peuple du village, écoutez-moi. Aujourd'hui, les kidnappeurs ont sonné les tambours de guerre. Chaque jour, plusieurs enfants disparaissent sans que vous prenez vos armes pour les défendre. Qu'attendez-vous pour défendre votre génération future et de reprendre ce qu'on vous a volé? Avez-vous perdu vos couilles? Attendez-vous seulement qu'ils volent vos femmes et brûlent votre village pour commencer à agir? Peuple. reprenez-vous en main et défendez vos bien le plus cher. Pour ma part, je ne compte pas rester ici, les bras croisés. Non, j'vais rendre visiter à ces enfoirés et leur donner une bonne leçon qu'ils n'oublieront jamais. Allez, peuple! Prenez vos armes, nous allons dire bonjour à nos ennemis.

Bizarrement, je prenais d’un coup beaucoup plus au sérieux cette histoire d’enfants qui disparaissent. Même si rien ne laissait penser que Ryûji pouvait être mêlé à ça, j’avais du mal à rester sans réagir. De toute manière, il n’était pas à l’auberge, et je ne l’avais pas non plus trouvé au village. Il devait avoir voulu se promener ailleurs. Le comble, pour un garçon qui ne s’était pas montré très enthousiaste à l’idée de quitter Konoha.

Je m’avançais vers elle.

- Des enfants qui disparaissent ? C’est-à-dire ?

Attendant ses explications, je l'invitais à boire un verre à l’auberge, histoire d’être tranquilles.

- S’il y a réellement des kidnappeurs d’enfants dans le coin, vous connaissez leur position ?

Je me présentais ensuite. Je devais avoir sa confiance si je voulais son entière coopération. Je l’invitais ensuite à me rejoindre quelques minutes

- Mon nom est Rei, je suis du village de Konoha. Si de tels individus agissent dans le pays, je ne peux pas me permettre de laisser passer cela. En fonction de leur dangerosité, on peut agir immédiatement, ou bien envoyer un message au village afin d’envoyer des renforts. Si vous avez la moindre information, quoi que ce soit qui puisse m’être utile pour évaluer la menace, je vous prierais de m’en faire part.

Après cela, je prenais une feuille de papier où j’écrivais un message à destination de Ryûji au cas où il rentrerait à l’auberge avant moi et que je posais dans la chambre sur son lit. Je redescendais ensuite auprès de cette femme peu frileuse.

- Je vous suis.

_________________
 

Meilleurs ennemis ? | PV. Tsukiriko Misa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Meilleurs voeux a Pprikko
» JdR : Racontez-nous vos meilleurs campagne ou meilleur moment comme joueur.
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Feu :: Forêt de Hi no Kuni-