AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
De Geisha à Ninja [Nara Sakura] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 43
Messages : 13
avatarKonohajin
Yotsuyu Hanaseika
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Ven 20 Jan - 16:45

image à gauche  
 

De Geisha à Ninja


          








Le soleil ne pointait pas encore ses rayons bienfaisants sur la  ligne d'horizon, gouvernée par des étendues infinies de verdure. Une brume épaisse avait établie son royaume sur le paysage encore endormi durant cette fraîche matinée, qui ne tarderai pas à s'éveiller lentement, les premières fleurs commençant à s'épanouir, faisant tomber les quelques gouttelettes de rosée sur l'herbe verte des plaines.

Je soupirais doucement, emmitouflée dans un chaud manteau qui me protégeais des douces températures d'un hiver qui semblait ne jamais finir son règne, fier d'étendre son royaume de glace sur le monde. Je relevais lentement mon menton, après avoir regardé d'un air absent la volute de fumée blanche s'échapper de mes lèvres fines, pour observer ce qui m'entourais, les yeux ternes, éteints, endormis. Quelques geishas, des camarades, se resserraient les unes contres les autres pour se tenir chaud et se rassurer quand à leur prochaine destinée. La patronne de l'okiya avait été très claire avec nous, et n'y a pas été de main morte. Nous commencions à ne plus rapporter assez. Les clients se faisaient moins nombreux, et les pertes étaient colossales. Le seul choix, sois disant, était de mettre pour un temps notre profession de demoiselle de compagnie de côté pour participer à l'effort de guerre, et nous reconvertir en tant que recrue ninja. Foutaises ... Cela ressemblait à une excuse sans fondement, ne pas nous renvoyer, nous offrir notre liberté, pour continuer à lui rapporter de l'argent, celui des missions, et reprendre gentiment notre rôle une fois la situation stable ... Nous étions toujours ses larbins, nous étions des esclaves, depuis le jour où l'on nous a vendu à cette maison pour, si ça se trouve, une bouchée de pain ... Néanmoins ... Le seul point positif que je pouvais relever de cette situation ... C'était le peu de liberté qui nous était accordé ... Nous étions enfin loin de cette cage d'or dans laquelle nous passions nos journées, à toujours se tenir droites, belles, élégantes et raffinées ... Nous allions enfin découvrir la vie telle qu'elle est réellement, loin de toutes ses illusions dans lesquelles nous sommes bercées depuis trop longtemps. Je pouvais bien comprendre que cela devait en effrayer certaines ... Je devais bien l'avouer ... Je craignais également quelque peu cette nouvelle condition de vie qui nous fut imposée. Toutefois... Il en était hors de question de se laisser abattre. De plus ... Nous ne pouvions pas vraiment faire grand chose. La carriole, tirée par deux bœufs, continuait d'avancer pour nous emmener vers notre destination : Konoha. D'un geste lent, j'osais légèrement tirer un des rideaux qui nous cachait du monde extérieur. Comme je l'imaginais, des gardiens nous suivait, afin que leur précieuse marchandise ne s'échappe pas dans la nature. Combien notre patronne nous avait vendu pour devenir des armes ? Combien allions nous lui rapporter dans cette guerre ? ... Combien d'entre nous s'en sortirons indemne ? Me remettant droite à ma place, je jetais discrètement un œil à mes semblables. Leur vie n'avait pas tant d'importance que ça à mes yeux. Je ne leur fais pas confiance. Si elles parviennent à devenir plus forte que moi, elles pourront essayer de nuire à ma vie. Hors de question que je meurs sans avoir connu la liberté. C'était un devoir pour moi d'être la meilleure, pour ma survie. Il n'était pas question de baisser les bras maintenant.

Soudainement, plus de bruit, plus de mouvement. L’interrogation nous gagnait lorsque l'on vint à nous inviter à descendre de la carriole, et ce sans traîner. Non seulement c'était des tortionnaires mais en plus ils n'étaient pas aimable. Resserrant mon manteau, je commençais à mon tour à sortir, posant pour la première fois le pied dans cette nouvelle ville qui allait nous accueillir. Nos consignes étaient claires ... Les geishas devaient rester dans la même maison, afin qu'elles ne puissent effleurer l'idée de s'échapper, toujours aussi surveillées, comme à l'okiya. Le jour était réservé à l'entrainement. Le soir, si nous avions la visite de clients, nous devions les divertir. Nos déplacements dans la ville étaient entièrement libre, à condition que nous ne quittions pas l'enceinte. En fin de compte ... Nous quittions une prison pour retourner dans une autre prison ... Je posais mon regard bleu tout autour de moi, afin de découvrir, identifier les lieux.

Le soleil s'était enfin levé, et projetait sa clarté sur tout le village de Konoha, dont les habitants les plus téméraires étaient déjà levés. Il s'agissait sans doute de paysans, au vue de leur vêtements. Tournant ensuite mon regard vers la carriole, j'observais nos geôliers prendre nos lourdes affaires, regroupées dans un coffre de grande envergure. A l'intérieur se trouvait nos riches parures, nos kimonos de soie, nos broches décoratives, nos outils, notre maquillage ... Du moins une partie. Une autre carriole nous apportera le reste plus tard, si nécessaire. Car notre patronne n'eut guère la décence de nous laisser partir avec toutes nos affaires, soit disant pour des raisons économiques, prendre une carriole entière pour nos seules affaires serait de l'argent gaspillé... Vaste plaisanterie ...

Afin de ne pas perdre plus de temps, nous fûmes conduite à notre nouvelle résidence, plus modeste que notre ancienne okiya, mais avec suffisamment d'espace pour recevoir confortablement nos potentiels clients. Tout le rez de chaussé serait réservé à notre activité de geisha, tandis que l'étage sera notre lieu de repos, séparé des chambres de nos soit disant garde du corps. De vulgaires chiens de garde malodorants serait un terme plus exact. Lorsqu'ils venaient à s'approcher, leur odeur corporel m'agressait les narines si sauvagement que je ne pouvais m'empêcher de lever doucement une manche de mon kimono pour venir couvrir mon nez et humer le doux parfum du tissu. Comme ce geste est assez anodin chez les geishas, ces idiots n'y voient que du feu. Leur carrure est assez colossale, mais le vide de leurs esprits est abyssal, impossible de le nier. Mais trêve de rêveries, il nous fallait désormais déposer les bagages dans ce village qui sera notre lieu de résidence aussi longtemps que nécessaire, le temps que la situation s'apaise, que le calme de la paix vienne relâcher les tensions,et que les riches clients reviennent demander la compagnie des jolies demoiselles.

La matinée laissa place à un début d'après midi resplendissant. Le soleil sortit pour aujourd’hui sa plus belle parure de soie d'or, se noyant dans un océan infinie de bleu clair, parsemé de timides nuages blancs qui n'osaient se montrer en grand nombre. C'est dans ce temps idéal que nous fûmes toutes envoyées dans la ville afin de retrouver notre Sensei, la personne qui nous formera pour devenir les armes demain ... Ou de beaucoup de lendemain ... Recevant notre parchemin, nous étions toutes assignées à un Maître de Konoha, afin que notre entrainement soit unique à chacune. Soupirant doucement, je découvris alors le nom de mon Maître. Nara. Quelques lignes plus bas, le lieu où le trouver. J'ignorais à quoi pouvait correspondre ce nom, Nara, quelle personne se cachait en dessous, et quelle serait sa méthode. Peu m'importait, tant que cela me rendrait suffisamment forte pour vivre. Je ne perdis pas plus de temps. Réajustant mon kimono et demandant à ce qu'on resserre mon obi, j'enfilais mes guetta et sortit rejoindre l'Académie, où se trouvait parait-il mon Sensei.

Ignorant où ce trouvait ce fameux bâtiment, je vins à demander à divers passants de m'indiquer, me renseigner sur le chemin à prendre. Je ne peux m'empêcher de les remarquer me fixer d'un étrange regard, de l'étonnement ou de l'amusement dans leurs yeux. Sans doute ne s'attendaient-ils pas à ce qu'une geisha leur demande d'indiquer où ce situait l'académie des ninjas, ou se fichaient-ils intérieurement de moi. D'un sourire aimable, pourtant loin d'être sincère, je les remerciais de leur aide et me remit en chemin, tâchant à ne pas faire traîner les pans de mon kimono de soie sur le sol de terre battu, et marchant calmement, gracieusement, la tête haute, vers ma destination prochaine, sous le regards curieux des autres habitants.

Un obstacle de taille vint se mesurer à mon périple lorsque l'on m'indiqua que Nara ne se trouvait pas sur les lieux. Insistant pourtant, avec une grande douceur, à m'entretenir avec ce mystérieux Nara pour recevoir ma première leçon de ninja, on m’accueilli d'un rire gras et sarcastique.


- Allons bon, une geisha aspirant Genin ? On aura tout entendu ! Tu vas nous faire une danse de l'éventail ?!

Je ne pu alors m'empêcher de soupirer doucement, en haussant les épaules. Quoi de plus normal, cette réaction ridicule ... Je devrais m'attendre à souvent la recevoir. Il est vrai que cette reconversion, en quelque sorte, était loin d'être banal ... Et comme aspirant Genin ... Il y avait plus crédible. Qu'importe. Mes ordres étaient clairs, et Nara sera payé en conséquence pour m'apprendre tout ce qu'il sait. Avec évidemment l'argent qui devait servir à rembourser mes dettes, la patronne de l'okiya n'allait certainement pas avoir la générosité de nous offrir la formation de ninja à ses petites protégées. Inutile de m'attarder plus longtemps en ce lieu si peu accueillant, je me hâtais alors de demander, toujours poliment, où pouvais-je donc trouver mon Sensei.

- Qu'est-ce que j'en sais ? Va donc voir dans les zones résidentielles, et laisse travailler les vrais soldats !

Je retins et dissimula ma colère et ma frustration et m'inclina doucement pour le saluer avant de quitter les lieux, tâchant toujours de faire bonne figure, malgré toute la haine que je pouvais ressentir face à ces individus sans éducation et sans manières, aussi rustre d'apparence physique que de cœur. Je m'efforçais d'oublier ce grossier personnage pour rejoindre sous ses "chaleureux conseils" les zones résidentielles afin de trouver enfin ce fameux Nara.

J'atteins finalement le quartier, après de longues minutes de recherches ... Néanmoins, comme je m'y attendais, ce ne sera pas d'une facilité déconcertante de le trouver. Surtout qu'il ne devait pas être au courant de ma venue ... Il y avait de fortes chances que je devait également me débrouiller seule pour le convaincre de bien vouloir me prendre comme élève. Cette pensée éveilla en moi un étrange sentiment. Mon cœur se serra dans ma poitrine. S'il venait à refuser ? Devrais-je trouver un autre Maître pour m'apprendre son art ? Et si je ne trouvais personne ? Qui voudrait bien comme élève une geisha ? Ne se moquera-t-on pas encore de moi ? Je serrais discrètement les poings. Ils verront à quel point je suis déterminée. M'avançant dans les ruelles, je questionnais quelques passants, demandant s'ils connaissant Nara, et où je pourrais le trouver ...





image à droite







_________________
#ff6600
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Ven 20 Jan - 20:42
NARA Sakura & YOTSUYU HanaseikaRencontre entre Sensei et Kouhai
De Geisha à Ninja


Une fois de plus, Sakura s'était levée très tôt. Elle avait cette habitude d'aller marcher dans les rues calmes de la ville à l'aube, profitant de cet air frais qui transportait pollen et pétals de fleurs à cette belle saison. Son programme, comme toujours, commençait pas une calme promenade pour aller chercher divers ingrédients et plantes qui lui seraient nécessaires au cours de la journée.

Elle traversa le village encore endormi, aussi faut-il dire qu'il n'était que six heures du matin, pour aller vers les murailles. Là, à l'abris du vent et du soleil, dans les recoins humides, elle savait qu'elle trouvait toujours certaines de ces plantes qui lui étaient si utiles à l'échoppe. Après avoir fait une récolte qu'elle estima suffisante, elle se dirigea vers le quartier Senjû pour aller ouvrir l'échoppe. Le vieux dormirait surement encore, il était un peu tôt, à peine sept heures lorsqu'elle ouvrit la porte d'un tour de clef.

Ouvrant la devanture afin de montrer que désormais il était possible de rentrer, la jeune femme se dirigea directement vers l'arrière-boutique pour mettre à sécher sa récolte matinale. Elle fit quelques préparations de base qui étaient toujours utiles puis prit un livre sur la flore de Tetsu no Kuni. Elle n'avait pas encore approfondit ses connaissances sur le sujet, aussi choisit elle de combler ce manque pendant qu'elle tenait la boutique jusqu'à ce que le vieux se réveille.

Elle accueilla les quelques clients qui vinrent en cette fraîche matinée, leur servit les herbes nécessaires à soigner les symptomes qu'ils lui décrivaient. Vers dix heures, le vieux se décida à se lever, descendant tranquillement de l'étage. Il lui signala qu'il prennait le relai, la remerciant d'avoir ouvert pour aider les premiers clients. Elle le salua, souriante comme à son habitude, et se dirigea vers l'Académie après avoir déposé le livre dans les étagères du coin bibliothèque qui était à disposition de tous.

Lui confirmant qu'elle reviendrait en milieu d'après-midi, elle partit donc s'entraîner sur les terrains de l'Académie où elle savait qu'elle pourrait être au calme. Elle voulait continuer de développer ses talents de manieuse des ombres, aussi prit elle quelques mannequins. Elle avait vu dernièrement une méthode pour diviser son ombre en de multiples pics acérés afin de transpercer l'ombre adverse. D'après les écrits qui détaillaient la technique, si elle les concentrait en un seul point sur une articulation de sa cible, elle pouvait même rendre inutilisable le membre tant la douleur serait élevée. C'était assez cruel mais cela pouvait probablement permettre d'éviter de tuer la cible en question. Mais il fallait qu'auparavant la cible soit immobile pour avoir une précision suffisante.

Elle s'entraina donc à maitriser cette nouvelle technique pendant plusieurs heures, et ne se rendit compte qu'en début d'après-midi qu'elle n'avait toujours pas mangé. Elle choisit cependant de terminer son entraînement avec quelque chose de plus physique, allant courir un moment dans sa tenue d'entraînement, avant de retourner se changer à l'Académie et y prendre une douche. Avant de retourner à l'échoppe, elle mangea légèrement afin de ne pas être gênée et passa chez elle rapidement. Indiquant ainsi à son père et à sa soeur qu'elle retournait au magasin jusqu'au crépuscule, elle prit son nécessaire de thé afin d'en préparer pour le vieux Senjû. Il aimait beaucoup le thé qu'elle avait ramené de Cha no Kuni, mais ses réserves commençaient à diminuer. Elle devrait y retourner et en prendre en plus ample quantité.

De retour à l'échoppe, elle alla à l'arrière-boutique, enfila son tablier et prépara le thé. Elle en proposa tout d'abord au vieux puis aux clients présents. Le vieux lui demanda alors si elle pouvait faire quelques préparations d'herbes pour lui pendant qu'il conseillait d'autres clients. Sakura se mit donc à l'oeuvre, et ne s'arrêta que lorsque celui-ci la rappela pour lui signaler que sa soeur était là, qu'elle souhaitait lui parler.

Relevant la tête et revenant à la boutique après s'être lavé les mains, Sakura accueilli sa soeur et la jeune femme qui l'accompagnait d'un sourire et les salua poliment.

« Vous vouliez me voir ? »



HRP:
 

_________________
XP : 43
Messages : 13
avatarKonohajin
Yotsuyu Hanaseika
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Lun 23 Jan - 23:11

image à gauche  
 

Une rencontre herborée


          








Je sentais tout autour de moi se poser les regards. J’attisais la curiosité, la fascination ou l'interrogation. Peut être même le mépris des femmes qui me voyaient comme une vulgaire fille de joie, que j'exécrais de même, ces souillons qui bafouent notre réputation, qui osent nous copier, alors qu'elles ne valent guère grand chose. Ou alors est-ce simplement de la jalousie ? Je n'ai jamais prétendu être la plus belle geisha de mon okiya, néanmoins j'ai su durant toute ma vie de courtisane comment attirer le regard et stimuler l'admiration. Je posais le pied sur le sol avec une douceur telle que ma guetta ne laissais qu'une petite trace sur la terre battue encore légèrement humide et fraîche, à cause des températures de cette saison. Ce geste pourtant simple et anodin, nous le rendions gracieux, élégant, par notre posture, notre droiture, notre fierté. Nous voulons être belles, admirée et choyée. Les regards qui se posent sur nous nous rendent belles et désirables, nous rayonnons comme un soleil, et éblouissons notre public par notre charme qui se décuple. Je laissais mes pupilles d'un bleu profond se promener de personne en personne, les captiver d'un simple regard, afin qu'ils gardent un souvenir impérissable de moi. Lorsqu'ils évoqueront dans leur prochain discours la beauté ou la finesse, ils se souviendront de cette jeune femme aux yeux bleus et aux cheveux noirs qui marchait si gracieusement dans la rue, vêtue d'un kimono de soie aux couleurs vives et richement décorés. J'esquissais un petit sourire au coin de mes fines lèvres légèrement rosées, satisfaite et fière de l'intérêt que les habitants de Konoha me portaient. La rumeur qu'une maison de geishas ouvrit ses portes dans la ville devrait circuler comme une traînée de poudre emportée par le vent dans les quatre coins de Konoha, si bien qu'il ne faudrait peu de temps avant que les premiers curieux viennent nous rendre visite, pour découvrir notre univers et nos secrets.

Finalement, ce fut assez rapidement que des passant vinrent me donner des renseignements nécessaire afin de rencontrer ce mystérieux Nara, loin d'être si inconnu au sein du village, ce qui était loin de me déplaire. Soigneur et kunoichi réputé, est-ce bien ce qu'ils disaient ? Je ne pouvais que m'en réjouir. L'idée d'être entraîner par un Maître aussi reconnu ne pouvait que renforcer ma détermination à le rencontrer, et enfin devenir quelqu'un de fort. Si bien évidement il voulait bien faire de moi son disciple. Je tâcherai de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour le convaincre. Je ne pouvais pas reculer ni renoncer à enfin pouvoir être libérée de ma simple condition de geisha. Je voulais plus. Je désirais plus. Une passion éteinte depuis jadis commençait à ce ranimer au fond de mon cœur, depuis notre départ pour Konoha. Celle de découvrir autre chose que ces quatre murs lugubres qui me servaient de prison depuis toutes ces années. Je me hâtais alors à nouveau, en les remerciant chaudement pour leur précieuse aide, à rejoindre la demeure de ce Nara, afin d'enfin le découvrir de mes propres yeux.

Au fur et à mesure de mon avancée, je pouvais ressentir mon cœur s'affoler dans ma poitrine. Je ne pouvais également pas me retenir de mordiller très légèrement l'intérieur de mes joues. Une vague de sentiments variés m'envahissaient telle un terrible tsunami émotif. De la joie, de l'excitation, de la crainte ... Mon esprit vacillait sous des pensées qui se bousculaient dans ma tête, tant de question qui me venaient et me hantaient. Comment était-il ? Serait-il sévère ? Est-ce que j'allais survivre à son entrainement ? Voudra-t-il bien que je devienne son disciple ? Comment le convaincre sinon ? Je ralentissais doucement la cadence de mes pas au fur et à mesure, en plein milieu de la rue, ressentant soudainement comme des palpitations, des vertiges. Je fixais le sol quelques instants. Que m'arrivait-il ? Pourquoi être autant chavirée ? N'avais-je donc pas connu plus grand danger dans l'okiya ? Pires épreuves ? Était-ce ce saut dans l'inconnu qui m'effrayait à ce point ? Avais-je le droit de le craindre à ce point ? Était-ce normal ? Ou n'étais-je qu'une lâche qui fuyait le combat ? ... Non, je refusais de penser ainsi. Je soupirais longuement, et effaça de mon esprit tourmenté toutes mes interrogations. Je refusais de reculer dès maintenant. Si jamais je me mettais à tourner les talons, je ferais ça tout le reste de ma vie. Je ne pouvais pas l'accepter. Je voulais enfin choisir mon destin, et prendre enfin les rennes de ma vie. Et pour cela, je n'avais qu'une chose à faire. D'un pas ferme et décidé, je me remis en route, pour rencontrer Nara à sa demeure, n'étant plus envahis par la crainte mais par une détermination brûlante dans ma poitrine.

La demeure de mon futur Maître ce trouvais désormais devant moi. Je n'avais que quelques pas à faire pour enfin franchir son entrée, toutefois le stress me gagna à nouveau pour je ne sais quelle obscure raison. Je sentais mon cœur s’accélérer une nouvelle fois, sans doute sous l'effet d'une certaine appréhension. Avais-je le droit d'être ici sans avoir prévenu à l'avance de ma visite ? Devais-je entrer ainsi ou demander à quelqu'un d'avertir le maître des lieux de ma venue ? Mes interrogations cessèrent quand quelqu'un vint finalement à ma rencontre, une jeune fille qui me sembla bien joviale et énergique. M'accueillant avec un grand sourire, elle s'approcha de moi, alors que j'esquissais un discret mouvement de recul, intimidée et impressionnée par cette demoiselle qui semblait bien familière avec une simple inconnue. Cela me surprenait, me déconcertais quelque peu, je devais bien le reconnaître. Néanmoins je tâchais d'esquisser un petit sourire, et me montrer amicale avec elle. Elle ne semblait pas non plus agressive, et cela me rassura quelque peu. Ne souhaitant pas lui faire perdre du temps, et surtout légèrement impatiente de rencontrer enfin mon Sensei, je ne tardait pas à lui faire part de la raison de ma visite : rencontrer Maître Nara. J'entendis alors un rire cristallin sortir de sa gorge, et elle me donna une petit tape sur l'épaule, coup auquel je ne m'attendais guère et qui me fit rougir légèrement. Je ne m'attendais réellement pas à autant de familiarité, cela ne me choqua guère, toutefois j'en resta muette, béate. M'expliquant rapidement que Nara devait sans doute se trouver dans un autre quartier, Senjû selon elle, elle ne me laissa pas le choix et décida d'elle même de proposer à m'accompagner pour aller la voir, proposition à laquelle je n'aurais pas pu refuser, tant semblait-elle décider à venir avec moi. Je riais doucement avant de lui emboîter le pas, m'habituant finalement à cette présence sympathique, et débordante d'énergie positive. Elle était chaleureuse. C'était assez agréable. Cela changeait de l’hypocrisie de mes camarades.

Ce n'est qu'après quelques minutes de marches, après qu'elle m'ai longuement parlé d'elle et de sa vie, discours que j'ai d'ailleurs apprécié d'écouter, en toute honnêteté, nous arrivâmes enfin à la fameuse échoppe où devait se trouver mon mystérieux et si intriguant Sensei. Enfin ... Je sentais ... Je ne trouvais pas les mots sur le moment. J'avais tellement hâte, j'en trépignais, je pouvais sentir mon cœur battre la chamade. Un nouveau chapitre de mon histoire allait enfin s'écrire ... Quelque chose d'encore inconnu s'offrait à moi ... Je n'avais qu'une hâte : le découvrir. Celle qui m'accompagnait, dont je découvris qu'elle s'appelait Yuno et n'était autre que la sœur de ce Nara, entra la première dans l'échoppe, dans le but de me présenter. Je lui laissa quelques secondes d'avance, pour discrètement me ressaisir, avant d'entrer à mon tour et ... Découvrir une jeune femme... Nara ... N'était pas un homme mais une femme ? ... Je me sentais quelque peu décontenancée de m'être fourvoyé depuis tant de temps, mais me ressaisi vite lorsqu'elle vint à s'adresser à moi. Je m'inclina alors légèrement pour la saluer respectueusement.


- En effet... Mes salutations, Nara ... Je me présente à vous, pour vous demander si vous accepteriez de me faire l'honneur de me prendre comme disciple ...

J'ignorais encore de quelle façon elle allait me répondre, ni si sa réponse sera négative ou positive. Je m'attendais à absolument tout. J'y étais préparé. Depuis longtemps. Mon destin allait ce jouer en ce moment même. Je devais me donner tous les moyens de réussir.

- Je n'ai aucune formation précédente, je débute complètement. Mais sachez que je tiendrais rigueur de tous vos conseils et tâcherais d'être votre élève la plus appliquée ... Ma détermination n'a point d'égal ... Et rien ne m'effraie.

Je plongeais alors mon regard dans le sien, mes yeux bleus brillants de détermination. Je devais lui montrer en une fraction de secondes que rien ne me ferais changer d'avis.



image à droite







_________________
#ff6600
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Mar 24 Jan - 8:15
NARA Sakura & YOTSUYU HanaseikaRencontre entre Sensei et Kouhai
De Geisha à Ninja


« Vous vouliez me voir ? »

Sakura vit sa soeur accompagnée d'une jeune demoiselle aux cheveux noirs, légèrement effacée. Elle semblait, à première vue, plutôt discrète. Habillée de manière traditionnelle, dans un beau kimono de soie rouge maintenu par une ceinture violette, travaillée de dorures, elle avait le profil d'une jeune femme qui prenait soin d'elle, peut être même était-ce son travail. Pendant ses pérégrinations, Sakura avait vu de nombreux types de personnes, et elle lui rappelait en de nombreux points la prestance des geishas d'Hono.

« En effet... Mes salutations, Nara ... Je me présente à vous, pour vous demander si vous accepteriez de me faire l'honneur de me prendre comme disciple ... »

Cette demoiselle qui lui semblait bien jeune avait une expérience dans les relations, elle s'exprimait avec respect et une certaine distance, comme si Sakura était d'un rang bien supérieur. Elle fut un peu amusée par tant de formalités, elle qui avait plus tendance à essayer d'être proche avec tout le monde, ne se voulant en aucun point supérieure à qui que ce soit. Ce respect était tellement emmitoufflé sous de nombreuses fioritures qu'elle en venait à se demander s'il était réel.

Non pas que la Jônin doutait de la bonne foi de la fille qui lui faisait face, mais comme si son éducation ne lui avait pas appris ce qu'était réellement le respect, que ce n'était pas en sortant une foule de marques de celui-ci qu'il prenait corps et était plus autentique. Comme si elle ne savait pas elle même ce que c'était, comme devenue objet de son éducation et de ce qu'elle devait faire. Une sorte d'aliénation qui attrista un peu Sakura.

« Je n'ai aucune formation précédente, je débute complètement. Mais sachez que je tiendrais rigueur de tous vos conseils et tâcherais d'être votre élève la plus appliquée ... Ma détermination n'a point d'égal ... Et rien ne m'effraie. »

Si la première phrase de la jeune geisha semblait incertaine, la seconde était bien plus affirmée. Elle semblait, entre temps, être devenue elle-même. C'était déjà bien plus agréable, car cette volonté semblait désormais vraiment sienne, plus le remplissage d'une mission qu'on lui avait donné. Devenir shinobi ne signifiait en aucun cas perdre son âme pour l'Eisennin.

Elle souria alors à la demoiselle très bien habillée, penchant légèrement la tête. Cette formalité n'allait pas être simple à gérer, elle avait tendance à tout distancer, même les relations qui pouvaient paraître simples à première vue. Elle devrait tout d'abord rétrécir cet écart entre elle et sa nouvelle disciple pour mieux l'apprivoiser, la comprendre. C'était la manière la plus simple pour elle de pouvoir l'aider à grandir en force et en âme de la façon la plus saine qu'elle connaissait.

« Donc tu veux faire de moi ta Sensei si je comprends bien. Tu me dis te présenter à moi, mais je ne sais pas encore ton nom. J'entends bien par là ton nom complet. Cela me semble être la première étape dans une relation, ne crois-tu pas ? En ce qui me concerne, je m'appelle Sakura, Sakura Nara, de par mon clan. Si tu m'appelles par mon nom, je ne saurais jamais si c'est bien mon attention que tu cherches. Ce serait donc plus simple si tu pouvais m'appeler par mon prénom. Et si cela ne te dérange pas, je ferai de même. »

Ôtant son tablier, elle invita sa soeur et sa nouvelle kouhai à s'assoir dans le coin bibliothèque de la boutique de taille moyenne.

« Installez-vous, je vais faire du thé. Tu as bien un peu de temps pour rester avec nous Yuno, non ? Tu retourneras t'entraîner après. »

Elle laissa donc sa disciple quelques minutes avec sa soeur énergique, le temps de préparer les herbes qu'elle tremperait dans l'eau dès qu'elle serait bouillante. Elle retourna vers les deux femmes dès que la préparation fut achevée, attendant que l'eau soit à une température suffisante pour l'infusion. Son sourire avait laissé place à un visage concentré, sobre, sans émotion apparente, pour ne pas influencer sa future élève dans ses réponses.

« Donc tu n'as aucune formation si je comprends bien, et tu as l'audace de te présenter à moi ainsi. Tu sembles bien sûre de toi. Tu es sûre de pouvoir faire quelque chose d'acceptable dans cet accoutrement ? Saurais-tu simplement te mouvoir efficacement ? L'entraînement que tu as reçu est celui des geishas si je me fie à tes manières, ton habillage et ton maquillage. C'est une transformation plutôt radicale non ? Qu'est-ce qui te pousse à vouloir devenir kunoichi ? »

Prenant une grande respiration, elle poursuivit.

« J'attends de mes élèves, certes une grande rigueur, mais aussi et surtout une compréhension de ce qu'ils ce, de ce pourquoi ils sont là. Quelle est ta motivation ? Qu'est-ce qui a dirigé tes pas jusqu'à moi ? Qu'est-ce qui me pousserait à t'accepter en tant que kouhai ? Je vais finir de préparer le thé. Pense à ta réponse, ne me dis pas tout ce que tu penses sur l'instant, je veux quelque chose de construit. Si ta réponse ne me plait pas, tu peux retourner à l'Académie demander un nouveau Sensei. De même si tu n'aimes pas ma façon de faire. Je ne perdrais pas de temps si ta motivation n'est pas suivie par ta pensée et tes actes. »

Sakura s'en retourna vers l'eau qui bouillait désormais. Elle la retira du feu et y plaça directement les herbes. Elle fit un plateau qu'elle apporta sur la petite table devant les chaises du coin lecture, plateau composé de la théière et de trois tasses. Lorsque le thé fut à bonne température, elle le servit, écoutant avec attention les réponses de sa potentielle nouvelle disciple.



HRP:
 

_________________
XP : 43
Messages : 13
avatarKonohajin
Yotsuyu Hanaseika
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Mar 24 Jan - 14:32

image à gauche  
 

L'oeil du tigre


          








Mes yeux bleus profonds croisèrent son inébranlable et impénétrable regard violet intense qui me déstabilisa quelque peu. Je pensais pourtant pouvoir prévoir ses réactions, deviner ses arrières pensées, comme il était si aisé avec tous ces hommes que j'avais dû divertir toute ma vie, mais il n'en était rien. Je me retrouvais face à une montagne qui, malgré l douceur de ses traits, ne me laissait guère lire dans ses émotions si facilement. Je m'étais à nouveau fourvoyée, rien ne me paraissait aussi facile que je l'imaginais. Les rôles semblaient s'inverser, et c'est elle qui paraissait lire dans mon esprit, comme si elle lisait un simple livre. Je tâchais de me montrer aussi neutre que possible, ne montrant pas ma légère tension face à cette situation, n'essayant que d'afficher ma détermination, mais son regard me toisant me faisait me sentir bien ridicule. Une certaine force ce dégageait de cette femme, elle imposait le respect. Ou n'était-ce que mon ressenti ? Me sentais-je juste intimidée car j'ignorais tout d'elle ? Je ne préférais pas m'avancer là dessus. J'attendais simplement sa réponse, qu'elle accepte ou non ma requête, le cœur battant à vive allure dans ma poitrine. Est-ce que mes joues devenaient rosées également, à cause de cette effervescence qui me gagnait ?

Je constatais l'espace d'un instant une ombre passer sur son visage. Avais-je dis quelque chose qui la contraria ? Qu'avais-je bien pu faire de travers ? Je me remémorais expressément cette scène, ce que j'avais bien pu dire ou faire. Je me souvins de l'avoir salué comme il se devait à une personne qui m'étais supérieur et lui expliquer brièvement les raisons de ma venue ... Avais-je fait un faux pas ? En avais-je fait trop ? Les interrogations se bousculèrent dans ma tête, toutefois je tâchais de tenir bon. Si je commençais à plier maintenant face au doute qui m'envahissais, comment pouvais-je paraître apte à subir son entrainement ? En quoi consistait-il d'ailleurs ? Trêve de questions, je ne pouvais pour l'instant pas envisager une quelconque formation si je venais à échouer à cette simple entrée en matière. Je soupirais discrètement, afin d'apaiser les tensions de mon esprit, me tenant fièrement et droitement face à elle, animée par ma seule détermination. Je ne pouvais pas m'empêcher de me demander si j'avais été la seule à me présenter ainsi face à elle ...


- Donc tu veux faire de moi ta Sensei si je comprends bien. Tu me dis te présenter à moi, mais je ne sais pas encore ton nom. J'entends bien par là ton nom complet. Cela me semble être la première étape dans une relation, ne crois-tu pas ? En ce qui me concerne, je m'appelle Sakura, Sakura Nara, de par mon clan. Si tu m'appelles par mon nom, je ne saurais jamais si c'est bien mon attention que tu cherches. Ce serait donc plus simple si tu pouvais m'appeler par mon prénom. Et si cela ne te dérange pas, je ferai de même.

Je ne pus alors empêcher mes joues normalement pâles d'arborer une teinte pourpre face à me maladresse déconcertante. Je me sentais si ... Ridicule. Comment avais-je pu oublier ce détail si important ? Dans ma précipitation, j'en avais oublier les principes de base. Me présenter avant tout, avant de donner les raisons de ma venue. Je m'en mordillais l'intérieur de la joue, honteuse et embarrassée de cette erreur qui pourtant aurait pu être si aisément évité. Je devais me ressaisir et vite. Visiblement, Nara ... Sakura me pardonnait cette fois-ci pour ma maladresse, mais cela ne sera pas toujours ainsi. J'esquissais un timide sourire, et la salua à nouveau, à la fois amusée et gênée de mon erreur. Je ne tardais pas à non plus me présenter d'une douce voix.

- Acceptez mes modestes excuses... Mon nom est Yotsuyu Hanaseika. Je suis honorée et enchantée de vous rencontrer.

Sakura sembla se mettre à l'aise, retirant son tablier d'un geste simple. S'occupait-elle donc également de cette échoppe en plus de son rôle de professeur ? Son rôle paraissait bien varié, elle devait être un atout indispensable de la ville de Konoha. Une personne aussi travailleuse et respectée ... C'était pour moi un véritable honneur que de la voir, et une lueur d'admiration scintilla au fond de mes pupilles bleutées. Cette femme forte savait comment ce rendre utile et usait de sa force pour une cause bien plus noble que celle que je servait, comment ne pas ressentir de l'émoi ? Je l'enviais tellement... Elle qui était bien plus libre que moi ...

Elle nous invita à nous installer tranquillement pendant qu'elle partit préparer du thé. Sa sœur  resta près de moi, continuant de me parler des exploits de sa sœur et des siens. Je souriais doucement en buvant ses paroles, en m’agenouillant au sol avec grâce, comme on me l'a autant enseigné, ce qui était presque maintenant un mouvement mécanique finalement. Une grande complicité liait les deux sœurs, cela était indéniable, malgré leur quelques différences qui ne pouvaient que les rapprocher. Sakura semblait plus douce ... Mais peut être cachait-elle une grande force. En attendant, et tout en écoutant le discours de Yuno, mon regard se promena dans la pièce, et mon nez fut chatouillé par l'odeur des herbes, un parfum doux et subtil ...

Je vis Sakura nous rejoindre, l'air plus dure que tout à l'heure. Était-ce enfin l'heure de mon jugement ? Je craignais déjà d'avoir tout échoué alors que je n'en savais rien du tout ... Mon manque de confiance, quelque peu flagrant aurait-il raison de moi ?

- Donc tu n'as aucune formation si je comprends bien, et tu as l'audace de te présenter à moi ainsi. Tu sembles bien sûre de toi. Tu es sûre de pouvoir faire quelque chose d'acceptable dans cet accoutrement ? Saurais-tu simplement te mouvoir efficacement ? L'entraînement que tu as reçu est celui des geishas si je me fie à tes manières, ton habillage et ton maquillage.

Je rougissais à nouveau, embarrassée, baissant légèrement les yeux pour constater mes vêtements. Je devais bien reconnaître que Sakura avait bien raison pour le coup ... Que pouvais-je bien faire, vêtue d'un tel kimono ? Il était lourd à porter, et les étoffes de soie ne me protégeraient pas des coups ou des projectiles, bien au contraire. Le tissu n'était pas fait pour être résistant, et le moindre effort dessus l'endommageait, c'est pour cela qu'il fallait le traiter avec une grande finesse... Et moi ... J'osais me présenter ainsi face à elle. Que pouvais-je bien répondre face à cela ? Je n'avais pas d'autres tenues ... Notre patronne ne nous avait envoyé que nos beaux kimonos de soie précieux... Qu'importe, je tâcherais d'utiliser mon argent pour m'acheter une tenue plus adéquat, ce n'était tout de même pas mes vêtements qui allaient m'empêcher de devenir une aspirante ? Malgré tout, cela me faisait un mauvais point. J'aurais dû être plus prévoyante ... Il faudra que je songe à corriger cette erreur dans la journée.

Je n'avais d'ailleurs pas remarqué jusque là ... Mais Sakura comprit avec une grande aisance mon métier actuel... Une simple geisha. Était-ce encore un mauvais point à m'ajouter ? Il est vrai que mis à part divertir les hommes par les arts multiples que je maîtrisais, je n'avais aucune formation de combattante ... Je craignais de plus en plus d'échouer et devoir retourner à ma maison de courtisane, et y rester prisonnière jusqu'à la fin de mes jours ...

Prenant une profonde inspiration, elle me parla longuement, de sa méthode de travail, ce qu'elle attendait de ses élèves ... Et désirait connaitre mes motivations... C'est vrai ... Pourquoi travailler avec quelqu'un qui ne serait pas réellement déterminé, ou qui ce ficherai, négligerai son entrainement ? Ce ne serai qu'une perte de temps pour ... Mais pas pour moi. Elle s'en alla quelques instants, le temps de réfléchir. Je ne devais en aucun cas me laisser abattre. Tout devait ce jouer maintenant. C'était ici que ce jouait tout mon destin. Sakura m'offrait une chance unique de lui prouver à quel point j'étais sûre de ma décision, passer du statut de simple demoiselle de compagnie à vraie kunoichi ... Mais ... Quelles étaient mes vraies raisons ... Je me souvins ... De ce jour, où notre patronne nous annonça cette nouvelle...

Notre okiya ne recevait alors plus assez de clients. Les hommes étaient bien trop occupés à envoyer leurs enfants au combat, ou investissaient leur argent dans l'effort de guerre. Les fréquentations des maisons de thé et la compagnie des geisha n'était plus autant convoitée à cause de la crise actuelle. Pour ne pas devoir mettre la clef sous la porte, notre patronne nous convoqua, ses plus belles filles, et nous chargea d'endosser le rôle de kunoichi, femme ninja, pour participer également à l'effort de guerre, continuant néanmoins à lui apporter une part de l'argent de nos missions, comme nous le faisions déjà en temps que geisha. Nous avons été alors envoyés à Konoha, afin de trouver un maître et nous former ...

Je me souvins de ce sentiment qui m'avait gagné lorsque pour la première fois depuis si longtemps j'ai quitté cette maison ... Et je la voyais s'éloigner ... De plus en plus ... Jusqu'à ne plus la voir ... Cette liberté qui me gagna ... Cette allégresse ... Je ne voulais pas passer ma vie enfermée ... Je voulais ... Faire quelque chose de ma vie ... Avoir enfin une position respectable ... Prendre en main mon destin ... La reconnaissance n'était pas mon but, je voulais ... Je voulais ... Être enfin libre ... Et forte ... Ne plus avoir à me soumettre à la volonté d'autrui ... Je voulais ... Briser mes chaines. C'est ça qui me donna la force de me présenter à me présenter à elle. J'ai longuement réfléchit et attendit son retour, avant de lui donner ma réponse, prenant à mon tour une grand inspiration, et plongeant mon regard dans le sien.  


- Je n'ai jamais rien connu d'autre que cette okiya qui aujourd'hui m'étouffe... J'ai toujours voulu connaitre ... Autre chose. Toute ma vie j'ai dû plier et céder au désirs de mes semblables, accomplir leurs volontés, sans réelle satisfaction. Aspirer à devenir votre disciple ... Me permettra d'être enfin fière de ce que je pourrais accomplir ... Avoir la force de servir réellement des intérêts plus nobles ... Et effleurer un sentiment de liberté bien plus important que me cantonne ce statut de geisha... Je refuse de passer toute ma vie à accomplir des choses aussi vaines. Ma détermination n'a d'égal, je ne reculerais devant rien. Je refuse de laisser cette chance qui m'est offerte d'enfin être maître de mon destin, qui était aux rennes de d'autres personnes depuis trop longtemps.  

J'ignorais dès lors complètement de ce qui allait advenir de mes mots, s'ils étaient suffisamment convainquant pour Sakura, ou si au contraire mon discours la laissera de marbre. Je ne pouvais qu'attendre, pieds poings liés, remettant finalement et fatalement mon destin à nouveau pas entre mes mains, mais entre les mains de cette femme qui s'avéra plus redoutable que je ne le pensais ... J'attendais, silencieusement, mon âme agitée de tumultes assourdissants, sa réponse, espérant du plus profond de mon cœur à quelque chose de favorable, ne souhaitant pas retourner à cette maudite okiya que je haïssais ...

image à droite







_________________
#ff6600
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Mar 24 Jan - 16:13
NARA Sakura & YOTSUYU HanaseikaRencontre entre Sensei et Kouhai
De Geisha à Ninja


La jeune demoiselle qui se présentait à elle s'appelait donc Hanaseika. Un beau nom, qui allait à la perfection pour une geisha. Une jolie jeune fleure qui devait très bien manier l'art du langage pour plaire à ceux qui payaient ses services, mais en vérité, elle avait du mal à parler pour son coeur. Ce serait l'un des travaux de Sakura que de l'aider à se libérer de ce poids qui était plus une prison qu'autre chose, et en aucun cas elle ne tolèrerai qu'on enferme ses kouhais, qu'on les empêche de s'épanouir. Ce devait être encore plus vrai pour une fleur.

Hana semblait varier entre assurance et incertitude. Elle ne connaissait pas grand chose, et la Jônin savait que son attitude n'était pas des plus rassurantes, mais elle pourrait s'occuper de cela après. Il fallait d'abord qu'elle soit certaine que ce soit bien sa volonté de venir chercher son enseignement, qu'elle soit impliquée et consciente de ce qu'elle faisait. Plus que pour elle-même, c'était pour ses élèves que Sakura se sentait obligée d'être dure et exigente dès sa première rencontre avec eux. Ce n'était pas sa partie préférée, mais elle la jugeait nécessaire pour déterminer ceux qui tiendraient de ceux qui s'effondreraient. Son jugement n'était certes pas parfait, mais pour l'instant, sa technique marchait plutôt bien.

Alors qu'elle servait le thé délicatement, Sakura écouta son apprentie se décider à lui répondre. La demoiselle avait prit le temps de penser à sa réponse comme elle le souhaitait, elle l'écouta donc avec attention, lui proposant une tasse pleine lorsque celle-ci eut fini sa tirade.

« Je n'ai jamais rien connu d'autre que cette okiya qui aujourd'hui m'étouffe... J'ai toujours voulu connaitre ... Autre chose. Toute ma vie j'ai dû plier et céder au désirs de mes semblables, accomplir leurs volontés, sans réelle satisfaction. Aspirer à devenir votre disciple ... Me permettra d'être enfin fière de ce que je pourrais accomplir ... Avoir la force de servir réellement des intérêts plus nobles ... Et effleurer un sentiment de liberté bien plus important que me cantonne ce statut de geisha... Je refuse de passer toute ma vie à accomplir des choses aussi vaines. Ma détermination n'a d'égal, je ne reculerais devant rien. Je refuse de laisser cette chance qui m'est offerte d'enfin être maître de mon destin, qui était aux rennes de d'autres personnes depuis trop longtemps.  
- Bien. J'ai l'impression d'entendre enfin ta voix. Goûtes et dis moi ce que tu en penses, il vient de Cha no Kuni, je l'ai rapporté il y a quelques temps. Personnellement, je le trouve exquis. Peu sucré, on peut profiter pleinement de la saveur raffinée de ce thé blanc. Tu dois bien te connaître dans ce domaine normalement. »


La kunoichi de Konoha avait retrouvé son sourire, ayant obtenu la réponse charnière qui allait lui permettre d'enchaîner sur un vrai entretient avec sa kouhai.

« Sache tout d'abord que je n'ai absolument rien contre les geishas. Si votre entrainement n'a rien à voir avec celui des ninjas, il n'en demeure pas moins sérieux, exigeant, complexe. Ce n'est pas un métier pour rien. Tu veux donc t'en défaire d'après ce que j'ai compris. Tu y es encore rattachée ? Si oui, est-ce volontaire ou y es-tu obligée ? »

Elle recherchait de la liberté à ses dires, ce qui était honorable. Ce serait donc l'un des objectifs de sa Sensei de faire en sorte qu'elle l'obtienne. C'était l'une des meilleures façons d'évoluer dans le bon sens que de s'émanciper selon la femme de 29 ans. Replaçant une de ses mèches derrière son oreille gauche d'un geste délicat de la main, elle reprit ses questions.

« Je me doute que pour l'instant tu ne sais rien faire, et tu n'es pas habillée pour que je te teste physiquement. On pourra voir ça tout à l'heure. Yuno, tu auras bien une tunique d'entraînement à lui prêter au dojo, non ?
- Je verrai ce que je peux faire pour toi Saku'. »


Sakura hocha la tête avec un sourire, buvant une gorgée de thé. C'était plutôt bon signe.

« Donc, je voudrais tout d'abord te dire que je ne suis pas parfaite. Je me débrouille très bien dans la maîtrise de l'Eisenjutsu et des herbes en général puisque c'est ma passion, je sais faire quelques tours avec mon Kagemane, et j'arrive à tenir une épée vaguement correctement d'après ma chère petite soeur. Donc selon tes dispositions et tes envies, il se peut que soit je te guide simplement avec des conseils, soit je demande l'aide d'un autre professeur. Il ne faudra pas m'en vouloir, mais dans un sens, cela m'écarte du travers que certains ont, celui de vouloir transformer leurs élèves en copie conforme d'eux-mêmes. Vous n'êtes pas là pour devenir nous, mais pour devenir vous. Dis ainsi, cela peut paraître évident, mais certains l'oublient. J'espère que si tu parviens à tenir bon lors de mon entraînement et que tu deviens Sensei à ton tour, tu continueras d'y penser. »

Elle devait maintenant clarifier la situation sur un autre point. Elle lui avait demandé ses motivations, avait vérifié sa liberté, pourrait vérifier ses talents initiaux tout en veillant à ce qu'elle ne se sente pas brider. Il restait donc un aspect qu'elle devait voir avec la jeune femme.

« Je me doute que tu n'as connu à peu près que ton okiya et les lieux où tu as été invitée par tes clients. Je voudrais donc savoir si voyager te plairait. Je suis souvent en déplacement, entre les missions, les voyages d'agrément et les rencontres que je dois faire. Si cela te plait, je t'emmènerais avec moi. Sache que chaque voyage n'a pas qu'un seul but, et tout prétexte est bon à prendre pour apprendre. Cela vaut tant pour toi que pour moi. »

Elle prit une grande respiration.

« Si tu souhaites vraiment être mon élève, tu devras aussi être autonome, c'est pour cela que je souhaiterai savoir si tu es toujours dans ton okiya ou si tu en es séparée et donc totalement libre de tes mouvements. Si ce n'est pas le cas, indique moi une adresse ou je pourrais prendre contact avec la madonne qui s'en occupe. »

Sakura reprit en main sa tasse, elle allait avoir de nombreuses choses à gérer, mais elle n'était pas du genre à se laisser abbattre devant l'ampleur ou la difficulté d'une tâche. Elle devait s'occuper de cette enfant, elle le ferait correctement ou ne le ferait pas du tout si celle-ci ne s'avérait pas à la hauteur lors du test ou avec ses réponses.



HRP:
 

_________________
XP : 43
Messages : 13
avatarKonohajin
Yotsuyu Hanaseika
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Mar 24 Jan - 21:51

image à gauche  
 

Premières interrogations


          








Le silence de Sakura face à ma longue tirade ... Son regard violet insondable ... Et Yuno qui nous observait aussi dans le plus grand des calmes ... Je me sentais faiblir, malgré ma ferme intention de ne pas défaillir. Il m'était difficile d'avoir les idées claires face à la panique qu'offrait ce silence assourdissant. M'était-je trompée ? Avais-je donc fait tout cela pour rien ? Il était hors de question que je reparte les mains vides. Je ne pouvais me permettre d'échouer si prêt du but. Qu'à cela ne tienne. Si je devais me rendre auprès de tous les maîtres de la ville, je le ferais, je ne pouvais me contenter de rentrer avec ce seul échec. Allons, ressaisit toi Hana ! C'est justement ce qu'elle cherche à faire ! Te déstabiliser, alors montre lui que tu en as dans les tripes ! Ce n'est pas parce que tu n'es pas une kunoichi que cela ne veut pas dire que tu n'as pas trimé toute ta vie. Souviens toi de tous ces entraînements que tu as dû subir. La formation de geisha n'est pas non plus une partie de plaisir. Si nous nous montrons sous nos meilleurs jours, parées de nos beaux vêtements pour plaire à l’œil, si nous dansons si bien, si nos pas sont si gracieux, c'est parce que chaque jours nous travaillons durement à perfectionner notre art, notre manière de nous tenir, et nous souffrons. Oui, cela parait facile et à la portée de toutes femmes ou jeunes filles de se vêtir de magnifiques étoffes de soie et se pavaner lourdement maquillées avec une coiffure chargées de décorations raffinées, mais elles pourront difficilement atteindre notre élégance, car derrière ces gestes, aussi banals soient-ils, se cachent des heures d'entrainement, des heures où nous avons sués, et pleurés toutes les larmes de nos corps, en priant que cela prenne fin. Mais nous le cachons, car nous ne sommes pas faites pour montrer que notre métier est dure. Nous sommes là pour votre plaisir, la satisfaction de vos sens, et c'est tout. Nous sommes là pour être belles.

Sakura me ramena brusquement à la réalité lorsqu'elle commença à me servir une tasse de thé. Mon regard se posa sur la douce fumée qui ondulait gracieusement et s'élevait hors de la petite tasse, emportant avec elle un arôme et un parfum léger d'un thé bien infusé. Cette odeur fort agréable apaisa quelque peu mon esprit. Prendre le thé était un véritable plaisir, un petit moment serein, et je la remerciait d'un grand sourire de m'avoir servie. Timidement, je venais à prendre la tasse à deux mains, contre mes paumes, laissant la chaleur envahir mes mains, et la volute de fumée blanche venir chatouiller mon nez fin avec son arôme. En y repensant ... Cela me laissait une étrange impression ... C'était la première fois quel'on me servait une tasse. C'était une sensation assez douce et agréable finalement ... C'était aussi, je crois bien, la première fois ... Ou je n'avais pas besoin d'user d'artifices pour plaire. Je n'étais pas obligée de sourire comme une potiche pour faire plaisir à un homme ... C'était ... Naturellement que j'avais envie d'esquisser un doux sourire ...

M'invitant à goûter le thé, je ne tardais pas à porter à mes lèvres la petite tasse, et laisser le liquide chaud couler dans ma bouche et dans ma gorge. C'était un véritable délice, il était rare que je goûte un thé aussi fin. Sakura avait bien raison, notre formation de geisha nous obligeait à nous y connaitre un minimum au moins dans le thé, et être cultivées dans plusieurs domaines. Et la plupart du temps nous avons à notre disposition du thé de bonne qualité...Mais les meilleurs sont réservés à notre clientèle de prestige. Et ce n'est pas souvent qu'ils nous accordent le privilège d'en boire. Je me délectais de son goût exquis, appréciant ce mélange d'herbes aromatiques, sans non plus boire ma tasse d'une traite. Ce serait du gâchis. Je me devais de le déguster comme il se devait.

Une fois m'être bien abreuvée, je rebaissais ma tasse, la gardant dans la paume de mes mains, passant mon regard de Yuno à Sakura. Cette dernière d'ailleurs semblait reconnaître la dure condition de la formation des geishas, ce qui n'était pas pour me déplaire, étant bien souvent trop sous-estimée pour ce que nous accomplissons. Néanmoins, je devais bien le reconnaître, aussi difficile soit-il, je me doutais bien que l'entrainement des aspirants ninja n'avait absolument rien à voir et devait être bien plus complexe, je ne pouvais le sous-estimer non plus. Or j'étais prête à l'affronter. Quoi qu'il m'en coûte. Mais Sakura en vint à une question épineuse, à laquelle je devais bien évidemment répondre sans mentir. Elle était en droit de le savoir, et rien ne nous obligeait à garder le silence là dessus, il me semble.    


- J'y suis encore attachée, contre mon gré, cela va de soit ... Ma dette envers ma maison est encore loin d'être remboursée...

Je laissais échapper un long soupir. Je n'étais pas particulièrement fière de ce fait, mais il était évident que j'y étais pour beaucoup... Toutes mes tentatives à l'époque pour m'enfuir ont coûté très cher à l'okiya, et par conséquent à moi. Je me prenais de plein fouet le retour du bâton que j'avais moi même fabriqué. Je payais aujourd'hui pour mes erreurs du passé. Et même si j'eu beaucoup de clients, je ne parvenais jamais à enfin rembourser ma dette. Je pourrais essayer de m'enfuir loin... Mais je me doutais que l'okiya ne laisserais pas filer dans la nature aussi facilement leur précieuse poule aux œufs d'or, surtout si je leur devait encore de l'argent.

J’acquiesçais en silence, d'un simple mouvement de tête, lui confirmant que je ne savais pas encore vraiment que faire ou quoi faire, n'ayant jamais reçu de leçon de combat ou je ne savais quoi. A la limite ... Tout ce que j'avais pu faire c'était utiliser du venin de serpent, enduire ce venin sur une aiguille pour me débarrasser d'un client un peu trop téméraire, mais j'ignorais si cela était vraiment utile ou non. Alors je tâchais de garder cela pour moi. Sakura voulu certainement me tester, voir de ses propres yeux de quoi j'étais capable, car elle souhaitait me prêter une tenue plus confortable, une tunique d'entrainement appartenant à sa sœur, qui ne refusa d'ailleurs pas à me la prêter. Je les remerciais à nouveau, touchée par leur gentillesse et leur bonté.

Quand Sakura vint à me parler de sa méthode de travail, je ne pu m'empêcher de hausser légèrement un sourcil, intriguée par certains mots dont je ne saisi pas immédiatement le sens. Einsenjutsu ? Kagemane ? Sans doute était-ce des techniques particulières ... Il se pouvait également que j'ai un autre professeur ? Je ne savais trop quoi penser ... Cela ne me gênait pas mais ... Non, c'était à Sakura de déterminer ce dont j'avais besoin, après tout. Elle était mieux placée pour savoir ce genre de chose. Pas là pour devenir eux mais pour devenir nous ? Hmm ... Je restais dubitative face à cette phrase que j'eu dû mal à comprendre ... Je tâcherais d'y réfléchir plus amplement à un moment plus opportun. Pour le moment, je préférais écouter attentivement ma Sensei, les questions passeront plus tard. Enfin du moins mes questions, car visiblement, Sakura n'avait pas encore finit de m'en poser, ce qui ne me dérangea pas d'ailleurs. Il était normal qu'elle veuille clarifier certains points dès le départ.  


- En effet, je ... Je serais vraiment enchantée à l'idée de voyager.

Un grand sourire s'afficha sur mes lèvres, et j'eu dû mal à contenir mon enthousiasme, malgré mon envie de ne pas paraître désobligeante. Des voyages ... Cela résonnait dans mon esprit. C'était une grande porte ouverte à ce sentiment de liberté dont je rêvais tant, et je ne pouvais pas le laisser m'échapper. Cette simple idée de découvrir des lieux inédits pour moi me faisait frémir d'impatience, je ne pouvais pas le cacher. J'étais tellement ... Enchantée d'une telle possibilité.

C'est alors qu'elle me demanda si je pouvais me déplacer à mon bon vouloir. Hmm ... Sujet délicat ...


- Je peux demander des autorisations particulières, afin d'être un peu plus libre, mais il est possible que l'on m'impose de rester si nous devons nous occuper de clients. Le jour je suis libre de tout mouvement, à part m'éloigner de l'enceinte de Konoha sans surveillance ... J'imagine cependant que cette interdiction sera levée quand je serais dans l'obligation de vous accompagner pour une mission.

Cela ne me plaisait guère de répondre ceci à ma Sensei, mais je n'avais guère le choix. Je n'étais pas encore abolie de ma condition de geisha, et je devais donc m'adonner à ces deux trains de vie. Cependant, je pris le soin de lui indiquer l'adresse à laquelle se trouvais notre maison, en lui expliquant rapidement que si jamais elle venait à avoir besoin de moi dans l'urgence, elle devrait s'adresser à ceux qui nous gardaient, notre patronne étant bien entendue restée à notre ville d'origine pour gérer son okiya et ses autres filles.

- J'ai vraiment hâte de débuter, et de suivre vos précieux conseil ... Sakura-Sensei ...

J'esquissais alors un doux sourire, sentant un sentiment de fierté m'envahi pour la première fois. Je sentais enfin qu'à partir de ce jour, ma vie prenait un tournant décisif. Et je me voyais déjà faire la fierté de mon professeur, une jeune geisha partie de rien devenir une grande aspirante ninja ... J'étais encore bien rêveuse, ne sachant vers quoi je me dirigeais ...

image à droite







_________________
#ff6600
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    Mer 25 Jan - 21:43
NARA Sakura & YOTSUYU HanaseikaRencontre entre Sensei et Kouhai
De Geisha à Ninja


Hanaseika goûta au thé que Sakura lui proposait, et visiblement, elle appréciat, ce qui fit sourire la Jônin. Elle était contente de voir que son thé parvenait à plaire à une geisha, ce qui était lui confirmait la qualité de son choix. La kouhai l'écoutait avec attention, dégustant progressivement sa tasse, puis lui répondit au fur et à mesure, pas toujours certaine d'elle. Elle confirma les inquiétudes de sa sensei, indiquant qu'elle appartenait toujours à l'Okiya et qu'ils avaient tendance à les enfermer dans des cages dorées. Rester seulement dans la périphérie de Konoha ? Impensable. Elle irait parler à la directrice en question, lui expliquer sa façon de penser sur l'incompatibilité totale entre l'enfermement et l'entraînement shinobi.

Heureusement, la disciple semblait très enthousiaste à l'idée de voyager, même si elle tentait de contrôler cette joie enfantine, qui contrastait beaucoup avec la discipline qu'elle avait tenté de montrer en premier abord. Elle se laissait un peu aller, ce qui était raffraichissant. Elle ne devait même pas avoir vingt ans ! Des autorisations particulières pour sortir... Si elle n'avait pas vingt ans, elle n'avait pas non plus cinq ans. Et elle serait sous la protection de Sakura, ce qui serait largement suffisant. Elle prenait soin de ses élèves tout de même.

Elle termina par confirmer son envie de suivre les enseignements de la Jônin du clan Nara avec un sourire qui semblait encore une fois un peu retenu. La libérer des contraintes qu'elle s'imposait elle même face à sa sensei serait donc bien une étape importante par laquelle elles devraient passer.

« Bon, si tu le veux bien, dès que tu as fini ton thé, nous allons y aller. On va retourner au dojo, là je pourrais te tester vraiment. Tu sembles motivée malgré les restreintes qui semblent t'être imposées. J'irais parler à celui qui t'enferme comme ça, je n'aime pas que l'on m'empêche d'enseigner comme je le souhaite, et t'interdire une réelle mobilité est une vraie entrave pour moi. Les shinobis sont des êtres libres qui sont attachés seulement par leur devoir envers leurs employeurs et leur honneur. Pas pour des questions de dette. Et ceux qui ne deviennent ninja que pour l'argent n'ont rien compris à notre condition. »

Finissant sa propre tasse, Sakura laissa à Hana le temps de faire de même avant de rassembler la vaisselle, Yuno ayant fini sa propre part depuis bien longtemps. Elle était vraiment impatiente cette petite soeur, et la kunoichi n'arriverait décidément jamais à lui faire comprendre le plaisir de la dégustation de thé. Elle le gobait comme un médicament poisseux dont on voulait oublier le goût tout en le prenant. C'était plutôt triste, tant pour elle que pour la boisson délicieuse.

« On va y aller, je vais laver ça, je reviens. Vous pouvez partir devant, comme ça tu auras le temps de te changer Hana-chan. »

Retournant à l'arrière du magasin, Sakura nettoya les tasses et la théière qu'elle rangea sur le côté une fois le tout propre. Elle indiqua au vieux Senjû qu'elle reviendrait dans la soirée pour l'aider à fermer l'échoppe puis lui souhaita bon courage pour la fin de journée. Elle termina de rassembler ses affaires, prenant de quoi faire quelques bandages si jamais il y avait une petite faute d'attention de la part de sa nouvelle kouhai. Elle semblait ne pas connaître grand chose à l'art ninja dans son ensemble. Dans un sens, c'était peu étonnant, vu qu'elle n'avait reçu aucune formation, elle l'avait elle-même avoué.

« Je vous laisse, à plus tard !
- A plus tard, Sakura-chan. »


Elle souriat au vieil homme qui était toujours agréable et gentil avec elle et se dirigea vers le dojo. Elle faisait confiance à Yuno pour équiper convenablement son élève, et peut être la testerait-elle elle même pour ce qui concernait le Taïjutsu, étant donné que c'était sa spécialité. Sakura prit donc son temps pour retourner jusqu'à chez elle, profitant de ce trajet pour vérifier la condition de deux patients qu'elle avait traité ces derniers jours.

Elle fut contente de voir qu'ils se rétablissaient à bonne vitesse, ils continuaient de suivre ses conseils et de prendre les herbes prescrites. Pour ce genre de petites maladies, elle préférait ne pas consommer de chakra, laisser le système immunitaire du patient et l'aider seulement par le biais d'herbes médicinales était souvent bien meilleur pour le futur, l'entraînant à devenir plus résistant plutôt qu'à se laisser porter par l'Eisenjutsu.

Finalement, elle arriva au dojo familial et entra tranquillement. Elle alla déposer son paquetage dans un coin de la salle puis alla se changer pour mettre sa tenue d'entraînement avant de rejoindre les deux femmes déjà à l'oeuvre. Elle en profita pour attraper une épée en bois, pour essayer de faire une suite logique dans les tests.

Une fois prête, elle revint dans la salle principale, saluant comme toujours le tatami avant de monter dessus. Elle demanda alors à Yuno un bref résumé du niveau primaire d'Hanaseika en ce qui concernait le Taïjutsu. Elle l'écouta avec attention, hochant la tête. Le résultat était bien sûr peu surprenant, mais au moins avait-elle pu comprendre ce que c'était. Elle se contenterait des techniques de base pour l'instant, elle lui parlerait de l'Eisenjutsu, du Goganjutsu et autres techniques de ce genre un autre jour.

« Bien. Je vais te tester pour le Bukijutsu maintenant Hana-chan. Ensuite, si ça te dit, on te fera une petite démonstration avec Yuno. Enfin si ça te dérange pas, Yu. »

Elle donna alors une des armes d'entrainement à sa disciple avant de se reculer de quelques pas et de la saluer. Elle se mit en garde, face à son élève.

« Montre-moi comment tu te débrouilles à l'épée. Ce sera déjà un début. On testera d'autres armes au fur et à mesure de ton entrainement. Donne le meilleur de toi-même, ta place n'est pas encore garantie. Je ne perdrais pas de temps avec une bonne à rien. »



HRP:
 

_________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De Geisha à Ninja [Nara Sakura]    
 

De Geisha à Ninja [Nara Sakura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maison de Nara
» entraînement de Nara Hyuga
» Chat ninja!
» Le cimetiére de Nara
» Pourquoi devenir ninja ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Feu :: Konoha :: Zones résidentielles-