AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu HanaseikaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mar 24 Jan - 17:03
    Comment ça tu ne les prendras pas ? Tu te fous de moi ? J'ai passer les trois dernière journée à chasser et maintenant tu me dis que tu n'en as plus besoin ?!


Je criais sur le marchand, agacé par son attitude, cela faisait trois jours que je stagnais dans le pays du thé pour pouvoir me faire un peu d'argent afin de rentrer ... "Chez moi", j'avais trouver un bon deal, le genre d'occasion que l'on trouve rarement, à force de discuter avec les habitants de ce village de taille moyenne proche de la frontière avec le pays du feu, il m'avais proposer de l'argent en échange de certaines bêtes de la région, il souhaitais leur peau, et m'offrait un supplément pour leur viande, il m'avais même donné un nombre spécifique, deux loups, cinq renards, et trois cerfs, ces derniers sans doute pour les bois plus que le cuir, j'avais donc rassembler mes proies dans un genre de brancard en bois fait à la va vite, et autour de ma vieille veste en cuir j'avais enroulés quelques cordes, et différents animaux pendaient de ces derniers, oiseaux, lapins et autres, j'avais effectuer un travail extraordinaire en trois jours, j'avais traquer les bêtes les unes après les autres pour les rassembler dans la même zone, et ensuite les abattre les unes après les autres pendant la nuit pour les ramener le lendemain matin, encore fraîches et prêtes à être échangée...

C'était le seul moyen que j'avais pu trouver pour me faire de l'argent, après tout il s'agit de mon seul réel talent, mis à part la chasse à l'homme, autant me faire passer pour un simple chasseur, trappeur itinérant, mais le statut d'étranger n'est jamais simple à porter, surtout dans ce village, ils semblent ne pas offrir la moindre délicatesse envers mon engeance.

Tout ce travail pour rien, trois jours perdus, et la date de mon retour se rapprochait à grand pas,  si je ne trouvais pas un moyen de franchir la mer rapidement alors autant déserter complètement... Ce sale enfoiré de marchand me disais maintenant qu'il n'avais plus besoin de tout cela, je me demande ce qu'il se passe véritablement, est-ce une mauvaise blague ? Ou juste un sale fils de pute qui me fais un coup bas parce qu'il n'aime pas ma tronche, certes je suis un étranger ici, je n'ai ni voix ni poids, peut être que si je lui tranche la gorge ils arrêteront de se foutre de moi...

Je sens leur regards, un petit groupe semble s'être rassemblé autour de cette échoppe, presque une cinquantaine de personne, après tout nous sommes sur le rebord de la place du marché, et cet homme qui m'a arnaqué à bien l'air d'avoir des connaissances.

    Mon bon monsieur, veuillez vous calmer, je vous avais dis que je vous achèterais ses bêtes si vous me les rameniez, mais voyez vous, il s'avère que vous avez mis trop de temps, et maintenant je n'en ai plus besoin, alors ramassez donc vos affaires et veuillez laisser le champ libre au commerce !


Il à un sacré culot, ce marchand un peu trop grassouillet, il à l'air vraiment très confiant, après tout, une foule de cinquante bâtard prêts à se jeter sur moi au moindre mouvement, ça doit rassurer... La rage monte en moi, jamais un misérable humain ne s'était foutu de moi ainsi, pire encore, je suis dans une position délicate, trop pour me permettre de prendre des précautions...

J'attrape brusquement son col de ma main droite, approche l'homme de moi jusqu'à n'avoir que quelques centimètres qui nous sépare, puis je transforme ma main gauche et plaque l'extrémité pointue de ma patte d'araignée géante contre son estomac, j'entend un mouvement de foule à ce moment là, je remarque un détail qui m'avais échapper, une petite dizaine d'entre eux sont armés, une barre en fer pour l'un, une pelle pour l'autre, un lourd gourdin, etc, ils devaient avoir préparer le coup pour s'amuser à molester de l'étranger sans doute...

Ils sont tombés sur la mauvaise personne.

    Je te laisses quelques secondes pour dire à tes copains de dégager, je suis pas patient, et je suis pas doux, des vermines dans ton genre j'en bouffe au petit déjeuner, et c'est pas un marchand à la con comme toi qui va me faire plier, même avec tes dix copains là bas...


Oui, du bluff, je murmure ses mots à son oreille en espérant qu'il se plie à mes exigences... J'aurai du prendre avec moi mon bandeau de Kirijin, dans ces moments là il aurait pu changer la donne et je n'aurai pas eu besoin de me battre, mais tant pis, si je dois tuer ces onze idiots alors je le ferais, j'espère simplement qu'il n'y à personne dans le coin pour m'attraper après l'acte, et m'envoyer un retour de bâton.


Couleurs des intervenants.:
 
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mar 24 Jan - 19:10
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
Le stock de thé de Sakura était fini. Elle venait d'utiliser les dernières herbes pour préparer la délicieuse boisson pour accueillir son élève, un voyage à Cha no Kuni s'imposait donc. Le lendemain, après avoir pu tester à souhait sa nouvelle apprentie, elles iraient ensemble à Cha no Kuni pour récupérer de nouvelles herbes. Cependant, elle ne voulait pas juste faire un aller-retour rapide. Tant qu'à se déplacer, elle comptait bien aller plus loin que la fois précédente pour découvrir un peu plus de ce magnifique pays qu'elle aimait tant. Elle avait donc bien précisé à sa jeune élève de s'habiller pour pouvoir voyager, et de ne pas hésiter à venir plus tôt chez elle si nécessaire pour se faire prêter une tenue par Yuno qui avait un physique similaire.

Se levant à l'aube, elle entraina alors sa jeune élève vers ce pays, ayant loué deux montures pour le déplacement. Vu que c'était un voyage de divertissement mais aussi d'apprentissage pour sa nouvelle protégée, elle comptait bien trouver milles et une manières de la tester. Cela commença directement avec un test d'équitation donc, lui permettant de monter avec elle si toutefois elle s'avérait totalement incapable dans ce domaine. Ça ne ferait qu'un entrainement supplémentaire à faire. Avant de se mettre en route, elle indiqua à Hanaseika de ne pas hésiter à lui poser des questions, quelles qu'elles soient, pendant le trajet ou sur place.

Avançant donc à allure modérée vers le pays du thé, la sensei et sa kouhai prirent le temps de profiter des paysages, d'abord forestiers, avec le soleil qui traversait partiellement le couvert de feuilles. Une légère brise printanière venait compléter ce temps de quiétude plutôt agréable, reposant. Sakura demeurait à l'affût si jamais des bandits surgissaient, mais personne ne semblait motivé pour une telle attaque en ce doux jour. Même les bandits avaient été charmés par un climat si délectable.

Peu à peu, les arbres étaient remplacés par des champs agricoles variés jusqu'à arriver à d'immenses étendues d'un vert éclatant, les champs de thé. elles longèrent alors le fleuve Yukihana, qui descendait pendant un moment jusqu'à se jeter dans la mer légèrement au nord de la frontière avec le pays de la cendre. Elles finirent par arriver ensemble à l'un des villages importants du pays le lendemain en milieu de matinée, après avoir passé une nuit à la belle étoile sur les berges du fleuve.

Sakura se dirigea alors vers un salon de thé, entraînant sa jeune disciple. Elle était enthousiaste à l'idée de choisir de nouveau des thés plus délicieux les uns que les autres. Elle reprit ainsi une quantité certaine de Shou Mei, qui était décidément son favoris parmi ceux qu'elle avait tenté jusque là, puis choisi deux thés noirs et un thé vert, du Lung Ching, repensant aux conseils de Pyû. Elle aurait bien aimé le croiser à nouveau, mais c'était peu probable. Le monde était si grand...

Une fois ses choix faits, elle invita Hanaseika a en choisir également un ou deux, selon ses goûts, que la sensei paya pour elle bien évidemment. Une fois les achats terminés, Sakura embarqua son élève vers le centre du village. Elle voulait voir un peu plus de ce pays et profiter de ce séjour opportun pour le faire découvrir à sa disciple.

Une foule était présente sur la petite place, amassée autour de ce qui semblait être une animation villageoise.

    « ...faires et veuillez laisser le champ libre au commerce ! »


Visiblement, Sakura s'était méprise. Ce n'était pas une animation mais une sorte de rixte, ou tout du moins une joute verbale entre plusieurs opposants. Intriguée, elle joua des coudes pour se glisser jusqu'au coeur du "cercle" formé par les badauds. Rapidement, elle se retrouva en bonne place pour observer la situation. Elle était entourée de deux hommes, l'un tenant une fourche et l'autre un gros baton clouté, semblant prêts à en découdre. Face à eux, au centre, un homme en tenait un autre par le col, plus grassouillet. Au moment où la Jônin arriva, elle vu la main de l'homme qui soutenait l'autre se métamorphoser en une puissante patte d'araignée, un Jûro. Comme Pyû tiens. Décidément, c'était dans ce pays qu'elle en rencontrait le plus ces derniers mois.

Ceux qui l'entouraient semblaient alors hésitants. C'est vrai qu'il n'était pas des plus rassurants avec sa grosse patte. Elle devait faire cesser ce conflit immédiatement avant qu'il ne dégénère. C'était son rôle de kunoichi, elle ne pouvait laisser cela tourner au bain de sang. S'avançant au milieu de ce groupe particulier, elle frappa d'un coup de pied sur le sol, aggrandissant sa propre ombre lorsque la plante de son pied percuta le sol.

    « Je me nomme Nara Sakura, je suis une Jônin de Konoha. Je vous prierai de cesser ceci immédiatement. Dispersez-vous avant que je ne m'occupe de tout ceux qui ont encore des véléhités. Vous, lâchez cet homme et expliquez-vous immédiatement. Qu'est-ce qui vous permet d'être si aggressif ? »


Eviter toute situation qui mènerait à la mort d'un humain, voilà ce qui était cher au coeur de la jeune femme. Aussi fixait-elle d'un regard dur les deux participants directs à cette rixte.


 


HRP:
 

_________________
| Sakura's Theme |
XP : 43
Messages : 13
avatarKonohajin
Yotsuyu Hanaseika
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mer 25 Jan - 16:33

image à gauche  
 

Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts


          








Je n'avais qu'une chose à dire : ... Aie ...

Cela faisait bien des années que mon corps n'avait pas enduré de telles épreuves physiques. Depuis que ma formation de geisha eut été achevée, je n'avais plus d’entraînements aussi difficiles, par habitude ou tout simplement parce que mon niveau ne pouvait pas être meilleur, mes techniques étant presque parfaite. C'était la belle vie si je pouvais m'exprimer ainsi. Je n'avais plus à aller au cours de danse, je ne me contentais que de monter sur scène de temps à autre... Mais cette époque me paraissait déjà lointaine désormais, et je ne le regrettais pas.

J'avais reprit l'entrainement, de façon assez différente. Nara Sakura avait eu la bonté de me prendre comme élève pour ma formation de kunoichi, j'en étais ravie. Toutefois ... C'était mes tout premiers débuts, et je ne pouvais pas le cacher. C'était une catastrophe. Je ne m'attendais pas à être aussi désastreuse, et malgré le soutient de ma Sensei, je ne parvenais pas aux résultats auxquels je m'attendais. Avais-je donc à ce point sous-estimé la difficulté de ma tâche ? N'étais-je définitivement pas faite pour devenir une ninja ? Allons, trêve de balivernes. Si je m'en donnais les moyens, je pouvais y réussir.

Je passais la nuit à ruminer, repenser au premier entrainement de ma Sensei, à quel point mon corps en a souffert pour si peu, si je puis me permettre, et aux douleurs qui me traversais, depuis longtemps habitué à un certain confort, loin des tumultes des entraînements quotidiens des geishas débutantes. Je soupirais doucement pour ne pas réveiller mes camarades de chambre, ignorant et n'aillant eu que faire de savoir si elles aussi avaient réussi ou non à trouver également un Sensei et commencer leur apprentissage. Tout ce que je désirais, c'était progresser. Et seule Sakura pouvait m'aider dans cet objectif. Je ne pouvais pas me permettre de la décevoir. Il faudra simplement que je me remette lentement dans le bain. Pour l'instant, tout ce que je pouvais faire, c'était dormir, me reposer, afin d'être au meilleur de ma forme, car ce n'était pas dans mon état actuel, en plus de ma fatigue, que je pourrais reprendre comme il se doit mon entraînement. J'avais réellement besoin d'une bonne nuit de sommeil. Demain était un jour complètement nouveau pour moi, et il était hors de question que je ne puisse pas en profiter parce que je suis épuisée...

Je me levais donc avant l'aurore, en prenant soin de traverser la chambre dans le plus grand des silences malgré le parquet de bois qui grinçait légèrement à chacun de mes pas, aussi délicats furent-ils, prenant mes affaires pour filer faire une toilette rapide, nettoyant mon corps avec un linge propre, du savon et une bassine d'eau claire froide, avant de me vêtir. Sakura m'avait conseillé d'opter pour une tenue plus adéquat ... Conseil avisé que j'appliqua sans hésité. La veille, juste après notre entraînement, je m'étais rendu expressément dans une boutique pour m'acheter une panoplie qui me permettrait d'être plus à l'aise. Toutefois ... Je ne pouvais m'empêcher de rougir en me oyant dans cette tenue. C'était pourtant un ensemble simple de vêtements sombres en coton, un peu souple et légèrement moulant, composé d'un haut à manches longues et d'un pantalon épousant les formes de mon corps. Pour compléter ma tenu, on m'avait proposé une ceinture à sacoches pour y mettre des petits objets ou des parchemins, je n'ai pas encore comprit l'utilité, mais sans doute la découvrirais-je plus tard. Quoi qu'il en soit, c'était la première fois que j'allais sortir dans une tenue qui laissait clairement dévoiler mes formes ... Je soupirais. Qu'importe, elle me permettais d'enfin bouger librement, sans la moindre gêne et je me sentais ... Légère. Ces kimonos et ces obi étaient si lourds à porter ... Je revins sur terre, me rappelant que Sakura m'attendais, et sortit rapidement de la maison en prenant le soin d'enfiler mes nouvelles bottines plates en cuir de je ne sais quel animal.  

Je quittais la maison d'un pas léger, sans me retourner. J'avais bien de la chance d'avoir une autorisation spéciale d'aller et venir selon mon bon vouloir, en même temps c'était ça ou jamais je ne serai la ninja qu'ils voulaient que je deviennent en nous demandant de nous installer à Konoha. Il était grand temps qu'ils m'accordent plus de liberté, ces crétins. Décidément ... Je n'avais qu'une hâte ... Quitter cet endroit pour ne plus jamais y revenir. Un jour viendra, je le sais.

Je ne tardais pas à rejoindre Sakura, elle m'attendais en souriant, à ses côtés deux magnifiques chevaux qu'elle tenait par les rênes. Elle m'avait parlé d'un voyage, mais je n'imaginais pas qu'il serait si long au point d'avoir besoin de montures. Après avoir salué ma Sensei, je m'approchais timidement des chevaux, passant doucement ma main sur l'encolure de l'un deux, caressant d'un geste doux son poil foncé. Il devait être bien entretenu. Sakura se mit alors en selle sur sa monture, m'invitant à en faire de même, ce à quoi je rougissais. Jamais je n'étais montée sur le dos d'un cheval et ... Je redoutais un peu cette épreuve. Je tâchais alors de grimper, quelque peu maladroitement, ce à quoi le cheval réagit assez mal. Il devait sentir que je n'avais pas confiance en moi, et n'appréciait pas d'avoir une cavalière aussi déplorable. Grâce à l'aide de ma Sensei, je pus rapidement prendre en main ma monture, restant assez maladroite, et elle corrigea ma posture, comment tenir mes rênes ... Une première leçon d'équitation en somme. Une fois prêtes, il était temps de débuter notre voyage, tandis que le soleil commençait à percer la ligne d'horizon.

Le voyage fut d'un calme olympien, si ce n'est par moment mouvementé de quelques question qui me venait, comme demander les définitions de divers mots techniques que je n'avais pas comprit, les différents rôles que pouvaient endosser les ninjas, plus d'éclaircissement au sujet des missions comment ça ce déroulait, ce genre de chose, qui étaient les ninja les plus forts ... Toutes sortes de questions me venaient au fur et à mesure des réponses de ma Sensei, et je l'écoutais avec grands plaisir, afin de me familiariser avec cet univers qui était encore nouveau pour moi. Autant éclaircir mes doutes durant ce voyage, à défaut de pouvoir m'entraîner. N'ayant finalement plus de questions qui me vinrent à l'esprit, je profitais du paysage. Je voyais la verdure laisser peu à peu sa place à de grandes étendues d'eau, émerveillée par cette richesse et cette diversité des panoramas qui se découvraient enfin à mon regard pour la première fois. J'inspirais profondément cet air nouveau et revigorant ... Je me sentais si bien...  Au bout de quelques heures, je le cachais à ma Sensei mais j'avais très mal au dos, à force d'être à cheval, malgré les diverses pauses que nous faisions sur le trajet, jusqu'à finalement s'arrêter pour se reposer, à la belle étoile. C'était la première fois que je pouvais admirer ainsi le ciel étoilé, allongée sur le sol, le nez sur la voûte céleste scintillante. Je ne tardais pas à m'endormir, épuisée, mais le sourire aux lèvres. Je n'avais pas imaginé que c'était si fatiguant de se déplacer à cheval.

Une fois réveillées, nous avions reprit la route, et j'en oubliais presque les douleurs de la veille. Nous arrivions à une ville, posant enfin le pied à terre, Sakura m'invita à la suivre pour visiter les lieux, chose à laquelle je me réjouissais d'avance. Nous commençâmes par un petit salon de thé, apparemment bien connu de Sakura. Mon regard se posant de part en part de la pièce, je revins à la réalité quand ma Sensei m'invita à choisir un ou plusieurs thé, selon mes goûts. J'en choisi un, avec des notes fruités que j'appréciais grandement, remerciant chaleureusement ma Sensei, avant de continuer à la suivre dans son "périple" qui pour le moment était bien paisible. Mais cela ne dura pas.

Des clameurs s'élevaient sur une place de laquelle nous nous rapprochions doucement. Un groupe d'individu s'était formé, et nous pouvions d'ores et déjà comprendre et ressentir une certaine tension dans l'air. Sakura prit toutefois rapidement le contrôle de la situation, en s'interposant, se frayant auparavant un chemin dans la foule avec une aisance qui me fascina. Tâchant de faire pareil, je demandais timidement pardon d'une voix faible pour la rejoindre, sans grand succès. Je peinais à finalement rejoindre ma Sensei avant de voir l'origine du trouble. Un homme semblait être prêt à se battre avec un marchant, semblerait-il, portant une étrange arme dans sa main ... Ce n'était pas une arme ! C'était sa main ! Une ... Une patte d'araignée ?!! J'esquissais un mouvement de recul, effrayée, surprise. Quelle était cette sorcellerie ?! Cet homme avait une patte d’araignée ?! C'était normal ?! Le calme de Sakura face à cette étrange situation me redonnait un peu de courage, mais je priais intérieurement tellement fort que nous n'ayons pas à affronter cet homme ...


image à droite







_________________
#ff6600
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mer 25 Jan - 18:42
L'heure fatidique du combat, enfin je dirais plus du massacre, s'approchait à grand pas, le sourire satisfait de ce sale bâtard de marchand me donnait une rage infinie que je devais utiliser immédiatement, tant pis pour les conséquences.

Je lève ma main métamorphosée, tenant toujours avec fermeté son col de mon autre main, prêt à asséner un violent coup au niveau de sa gorge pour l'envoyer manger les pissenlits par la racine en un rien de temps, au moment ou je ressent cette présence se détacher de la foule, frapper du pied au sol et clamer à haute voix que ce conflit doit cesser.

    « Je me nomme Nara Sakura, je suis une Jônin de Konoha. Je vous prierai de cesser ceci immédiatement. Dispersez-vous avant que je ne m'occupe de tout ceux qui ont encore des véléhités. Vous, lâchez cet homme et expliquez-vous immédiatement. Qu'est-ce qui vous permet d'être si aggressif ? »


Bordel, bordel ! La situation ne pouvait pas être pire, un Jônin de Konoha, eh bien voilà que ma journée s'est ruinée d'elle même encore plus qu'elle ne l'était, je ne ressent pas de peur en provenance de cette personne, rien qui puisse m'assurer une victoire dans un duel.

Les yeux du marchand c'étaient transformée de satisfait à effrayé, au moment ou j'ai lever ma main pour lui ouvrir la gorge, à soulagé par l'intervention de la jeune femme, un vrai chanceux lui. Sans remettre ma patte d'araignée à la normale, je projette le marchand droit vers son étalage avec toute ma force, l'envoyant briser une table et éparpiller tout ses biens au sol, le sonnant également suffisamment pour qu'il conserve sa grande gueule fermée pour un petit bout de temps, j'espère aussi lui avoir péter une ou deux côtes, ça lui fera les pieds à ce salopard.

Je remarque immédiatement l'ombre de la jeune femme, bien trop grande pour être naturelle, je prend bien soin de rester éloigné de cette projection et de la surveiller du coin de l'oeil alors que je me tourne pour faire face à la Jônin de Konoha, tout les villageois hésitent quelques secondes avant de commencer à se disperser, ne restant parmi eux qu'une jeune femme, de Konoha elle aussi ? Elle n'en à pas l'air, Ninja ? Encore moins, je sens la frayeur alors que je croise son regard, un grand sourire fend mon visage, voilà qui est satisfaisant, elle ne posera pas de problème au vu de son attitude, par contre c'est bien la seule des deux...

    On ne t'as pas appris à ne pas fourrer ton museau dans les affaires des autres ?!


Je crache au sol, ça ne va pas, j'ai vraiment envie de me battre avec elle, ça fait longtemps que ça ne m'était pas arriver, je meurs d'envie de déchirer son ventre et d'éparpiller ses entrailles au sol, ça doit être le stress, avec ce voyage, je risque d'être en retard à Kiri, et la Mizukage sera certaine de me faire payer pour ça, et à cause de tout cela mon jugement est troublé.

    De quoi ça à l'air à ton avis, ce qui se passe ici ? Moi je ne vois qu'un fils de pute en train d'arnaquer un voyageur, tout ça parce qu'il possède le soutien de toute la ville, alors dis moi, Nara Sakura, pourquoi tu es là ? Est-ce que je dois t'ajouter dans la liste de tout ceux qui m'ont fait du tort, ou alors est-ce que tu vas tranquillement reprendre ton chemin et me laisser terminer mon affaire avec mon... Employeur.


Sincèrement je doute qu'elle accepte, raison pour laquelle je conserve ma métamorphose, si elle s'incruste aussi violemment dans un conflit elle ne risque pas de s'en extirper aussi facilement, de toute façon, j'ai chasser aux alentours pendant trois journée d'affilée, je n'ai pas le moindre doute que j'arriverais à semer d'autres étrangers dans un environnement où j'ai vagabonder suffisamment, surtout avec mes capacité de traqueur, mais cette fois la fuite n'est pas une option, j'en ai assez que l'on se foute de moi à chaque coin de rue, si elle décide d'engager le combat, je riposterai avec tout ce que j'ai, je ne la laisserai pas m'humilier ainsi, et si je parviens à la battre, alors tout ce village sera à mes pieds, et j'aurai ce qu'il me faut pour continuer mon voyage sans avoir besoin de perdre trois jours.

Encore faudrait il qu'elle se décide à engager, je ne ferais pas l'erreur de me jeter sur elle en premier, je ne cesse de me déplacer, de gauche à droite, un peu courbé comme un animal, le regard rivé sur elle et le souffle court, tout mes sens en alerte, elle n'a plus qu'a venir.
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mer 25 Jan - 20:15
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
Alors qu'elle pénétrait dans le cercle, elle remarqua la présence d'hommes armés de fouches, pelles, barres de métal autour d'elle qui encerclaient le Jûro et le grassouillet. Sakura devait mettre rapidement un terme à cette querelle, aussi tenta-t-elle de s'imposer. Si son rapide discours sembla avoir un effet concret sur les villageois aux armes improvisées, le Jûro balança le petit homme qu'il tenait par sa main humain contre un étal proche.

S'il sembla gêné par son arrivée à elle, il posa son regard légèrement derrière la Jônin et se fendit d'un sourire carnassier. Un prédateur, un traqueur, probablement de Kiri ou alors même un Nukenin qui n'y avait pas été accepté, jugé trop dangereux... Qui sait. Elle préférait rester sur ses gardes. Elle n'allait pas mettre sa nouvelle protégée en danger dès leur première sortie. Il semblait cependant hésitant. Il ne connaissait pas l'étendue de ses pouvoirs et il avait remarqué son ombre. Il éviterait probablement un combat ouvert sans avoir plus d'informations, elle se contenta donc de celle-ci.

    « On ne t'a pas appris à ne pas fourrer ton museau dans les affaires des autres ?! »


Maintenant, il lui parlait avec un certain mépris, qu'il marquait plus fortement avec un crachat au sol. S'il avait paru un peu hésitant au premier abord, il ne semblait plus tenir en place, comme si un besoin de se battre le possédait une fois la surprise de l'interruption passée. Dans un sens, elle l'avait coupé dans son élan.

Il enchaîna par un couplet assez aggressif où il la questionnait sur la raison de sa présence tout en lui expliquant la situation. Il n'était vraiment pas enclin à la discussion, trop énervé pour cela. Il venait donc de se faire arnaquer. Assez logique, les habitants étaient rarement agréables avec ceux qui leur faisaient peur, même si elle dépréciait ce genre de comportement.

    « Est-ce que je dois t'ajouter dans la liste de tout ceux qui m'ont fait du tort, ou alors est-ce que tu vas tranquillement reprendre ton chemin et me laisser terminer mon affaire avec mon... Employeur. »


Non. Elle n'allait certainement pas le laisser tranquillement éventrer un pauvre marchand, dont la seule faute était d'être stupide et d'être tombé sur quelqu'un de plus fort que lui. Ceci devrait être suffisant pour lui servir de leçon. Il ne méritait pas de mourir pour si peu, et Sakura haïssait la mort plus que tout autre chose. Donc non, elle ne le laisserait pas faire.

    « Je suis désolée mais non. Je ne vais pas reprendre tranquillement mon chemin pour vous laisser massacrer un homme avec comme seule excuse son ignorance des choses de ce monde. De plus, votre ton ne montre toujours que de l'aggressivité. Calmez-vous, et expliquez-moi cette arnaque. Je peux peut-être faire en sorte de régler cette affaire dans le calme. Bien évidemment, dès que notre ami sortira de sa "somnolence", je lui demanderai sa version des faits et j'aviserai. »


L'homme se mit à marcher de droite à gauche comme un lion en cage. Il semblait sur le point de craquer. Elle devait le rassurer d'une manière ou d'une autre, et ce n'était pas évident. Si elle ne pouvait pas tester Hana sur ce point, au moins pouvait-elle essayer de lui montrer comment on calmait un bête enragée. Car c'était clairement l'impression que donnait le Jûro avec sa démarche le dos courbé. Un véritable loup garou, version araignée.

    « Restez calme s'il vous plait. Je ne tiens pas à me battre, ni à vous rabaisser. Parlons plutôt. Déjà, accepteriez-vous de me dire votre nom ? Je ne pourrais pas vous aider si vous souhaitez seulement transformer ce village en bain de sang, cependant je vous en empêcherai, soyez en sûr. Je peux comprendre que vous soyez énervé, mais s'il vous plait, ne me forcez pas à vous mettre hors d'état de nuire. »


Elle prit un grande respiration pour rester bien calme. Elle ne devait négliger aucune possibilité, elle ne connaissait rien de son adversaire. Il fallait avant tout qu'elle s'assure qu'il ne se jette ni sur le marchand ni sur Hana. Elle s'adressa finalement à sa kouhai pour la rassurer et lui dire la marche à suivre.

    « Surtout, reste calme. Si tu as peur, mets toi bien derrière moi, pas trop loin, et fais moi confiance. S'il sent que nous sommes sûres de nous, il y a plus de chances que je parvienne à le calmer. Si par contre il sent que nous sommes hésitantes, il pourrait mal réagir. Les Jûros sont souvent imprévisibles lorsqu'ils sont dans cet état. Aies confiance en ta Sensei et tout se passera bien. C'est d'ailleurs ta première leçon de diplomatie. »


La Nara se tenait bien droite, se montrant forte, sans failles. Elle faisait face à l'homme mi-animal qui par ailleurs n'avait toujours pas remit sa main sous forme humaine, ce qui n'était pas vraiment rassurant pour ce qui concernait ses intentions.


 


HRP:
 

_________________
| Sakura's Theme |
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Ven 24 Mar - 6:00
    « Je suis désolée mais non. Je ne vais pas reprendre tranquillement mon chemin pour vous laisser massacrer un homme avec comme seule excuse son ignorance des choses de ce monde. De plus, votre ton ne montre toujours que de l'aggressivité. Calmez-vous, et expliquez-moi cette arnaque. Je peux peut-être faire en sorte de régler cette affaire dans le calme. Bien évidemment, dès que notre ami sortira de sa "somnolence", je lui demanderai sa version des faits et j'aviserai. »


Ses paroles résonnaient encore dans mes oreilles, quel culot... Cette ninja de Konoha n'avait pas peur, évidemment, elle devait être sûre d'elle pour me faire face ainsi, mais j'avais un avantage certain si le combat se lançait, la petite derrière elle était vulnérable, et je saurais tirer avantage de cela, elle tentera sans aucun doute de la protéger quoi qu'il arrive...

    « Restez calme s'il vous plait. Je ne tiens pas à me battre, ni à vous rabaisser. Parlons plutôt. Déjà, accepteriez-vous de me dire votre nom ? Je ne pourrais pas vous aider si vous souhaitez seulement transformer ce village en bain de sang, cependant je vous en empêcherai, soyez en sûr. Je peux comprendre que vous soyez énervé, mais s'il vous plait, ne me forcez pas à vous mettre hors d'état de nuire. »



Je prend une grande inspiration, qui qu'elle soit, combattre ici ne m'offrirait pas l'argent pour un navire en direction des îles, je garde mon silence pendant quelques instant, elle me demande mon nom, rien qui ne puisse me porter préjudice, personne ne me connait après tout... Je jette un coup d'oeil au marchand étalé derrière son stand, crache une dernière fois au sol, non loin de lui, puis métamorphose ma main en sa forme initiale.

    Kisame... Et notre ami ne sortira pas de la somnolence pour te donner sa version des faits, un mot de la bouche de ce merdeux en ma présence et ça sera le dernier qu'il prononcera de toute sa vie, alors n'insistes pas.


J'attrape ma luge de fortune, et je me mets à la traîner lentement en direction d'un grand bâtiment au centre du village, servant d'auberge pour les voyageurs, l'ensemble pèse un poids plutôt terrible et j'avance très lentement, mais j'ai déjà pousser cette saloperie pendant des heures avant d'arriver au village, alors une centaine de mètres de plus ou de moins ne vont pas changer grand chose.

Je passe à côté de Sakura, puis je m'arrête, lui jetant un coup d’œil de bas en haut comme pour la jauger, puis je décide tout simplement de lui expliquer ma situation, parfois les problèmes peuvent se régler dans le calme et après y avoir mûrement réfléchis, cette humaine n'est pas la source de mes problèmes.

    Si je suis aussi énervé, et peu patient, c'est parce que je n'ai pas beaucoup de temps, il faut absolument que je retourne auprès de mon employeur sur les îles, sans quoi j'aurai sans doute pas mal de problèmes, ce type m'avait promis suffisamment d'argent pour un navire, et maintenant ça... Il mérite de crever, quoi que t'en dises, mais je veux bien faire un effort et laisser cette vermine marcher... Sa mort me filera pas de navire, juste un peu de satisfaction...


La foule était dispersée, même si quelques curieux restaient pour observer la situation, je marchais lentement vers la petite auberge, reprenant ma route tout en lui faisant un léger signe de tête en direction du bâtiment, comme une invitation à me rejoindre à l'intérieur... Il ne fallait pas que je ma laisse malmener par mon propre stress, la situation n'était pas encore désespérée, et si elle le devient alors je pourrais me résoudre à des actions comme le vol et le meurtre, mais pas encore, j'avais toujours un peu de temps pour trouver une solution qui ne mettrais pas ma tête à prix, et qui ne ressemblerait pas à une déclaration de guerre, car même si je ne portais pas mon bandeau, il était toujours possible de pister mon passé, et d'atterrir à Kiri, alors là même la désertion ne me protégerais pas de la rage d'Irina.
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Ven 24 Mar - 23:12
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
Cet homme qui lui faisait face était énervé et méfiant. Ses réactions seraient imprévisibles. Il était tendu, probablement prêt à attaquer. Il jeta un regard à sa kouhai qui se décala légèrement derrière Sakura, intimidée. Elle était une débutante totale, c'était à la Jônin de la protéger d'un shinobi dont elle ne connaissait rien. Car sa patte d'araignée était bien la signature des Jûro, mais c'était le seul indice sur lui.

Après un moment, alors qu'elle l'avait questionné sur son nom et tâché de le calmer, celui choisit finalement de faire revenir son membre dans un état normal. La Konohajin pu alors se détendre légèrement, respirant un bon coup. C'était rassurant sur ses intentions. Il était énervé mais pas stupide, il ne serait donc probablement plus aggressif si personne ne venait le provoquer.

    « Kisame... Et notre ami ne sortira pas de la somnolence pour te donner sa version des faits, un mot de la bouche de ce merdeux en ma présence et ça sera le dernier qu'il prononcera de toute sa vie, alors n'insistes pas. »


Elle n'insisterait pas tant qu'il ne montrait plus de volonté de tuer dans l'instant suivant. Elle ne voulait que la paix et son travail consistait aussi à résoudre ce genre de problèmes. Il s'approcha alors de la jeune femme et s'arrêta, traînant sa luge sur laquelle traînait plusieurs cadavres d'animaux.

    « Si je suis aussi énervé, et peu patient, c'est parce que je n'ai pas beaucoup de temps, il faut absolument que je retourne auprès de mon employeur sur les îles, sans quoi j'aurai sans doute pas mal de problèmes, ce type m'avait promis suffisamment d'argent pour un navire, et maintenant ça... Il mérite de crever, quoi que t'en dises, mais je veux bien faire un effort et laisser cette vermine marcher... Sa mort me filera pas de navire, juste un peu de satisfaction... »


Donc il avait un problème d'argent. Forcément, s'il avait été engagé pour un travail et que celui-ci avait été accompli, il était en droit de requérir son paiment. Il reprit sa route lentement avec sa luge pendant que Sakura réfléchissait à une manière de résoudre le problème. Il lui fit alors un signe de tête. Il souhaitait continuer à parler donc.

Se retournant vers sa kouhai, elle lui demanda de la suivre et de rester attentive sans pour autant prendre de risques. Elle devait simplement éviter tout ce qui pourrait provoquer le Jûro pour la simple raison qu'il semblait se laisser facilement dominer par sa colère. Ou peut être avait-il simplement peur des conséquences de son incapacité à rejoindre son employeur. Quoi qu'il en soit, l'énerver d'une quelconque manière était une mauvaise idée.

Ceci mit au point, elle suivit ce Kisame vers l'auberge des aventuriers du coin, accompagnée d'Hanaseika. Ce ne fut que lorsqu'ils furent installés autour d'une table que Sakura reprit la parole, s'adressant à cet homme si intriguant à ses yeux.

    « Vous m'avez parlé donc d'une trahison de ce marchand. Aviez-vous établi un contrat pour ce travail ? Je comprends votre énervement s'il vous a arnaqué en vous envoyant accomplir une requête vaine, mais si vous n'avez aucune preuve écrite, je ne peux pas le forcer à vous payer. Mon travail est de faire régner la justice, et même si vous l'avez indégnablement frappé, s'il vous doit de l'argent, il règlera ses dettes. »


Elle commanda alors du thé pour sa kouhai et pour elle, choisissant un thé vert au goût assez prononcé. Elle aimait beaucoup ce pays, mais tous les gens n'y étaient pas parfaits, comme ailleurs. Elle proposa alors au Jûro de lui payer une boisson pour le temps de leur discussion.

    « Mais si je puis me le permettre, qu'est ce qui vous rend si pressé ? Si vous êtes en manque d'argent, je suis certaine que des petits travaux vous permettraient en quelques semaines tout au plus de rentrer dans les îles. Ce serait si grave de faire attendre un peu votre employeur ? Si tel est le cas, je peux peut être trouver un moyen de vous aider. »



 


HRP:
 

_________________
| Sakura's Theme |
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Lun 1 Mai - 22:45
Je pousses ma luge jusqu'à l'auberge proche, la déposant derrière une fenêtre, et m'installant à une table proche de cette fenêtre, étant certain que personne ne pourra me voler sans que je m'en aperçoive, je me détend un peu, jouant avec mon fidèle couteau, alors que la ninja de Konoha et sa "camarade" viennent s'asseoir à ma table et commandent chacun à boire, me proposant une boisson, je refuse sèchement, et elle se met à me parler à nouveau.


    « Vous m'avez parlé donc d'une trahison de ce marchand. Aviez-vous établi un contrat pour ce travail ? Je comprends votre énervement s'il vous a arnaqué en vous envoyant accomplir une requête vaine, mais si vous n'avez aucune preuve écrite, je ne peux pas le forcer à vous payer. Mon travail est de faire régner la justice, et même si vous l'avez indégnablement frappé, s'il vous doit de l'argent, il règlera ses dettes. »



Un contrat pour un travail aussi court, et même, un contrat avec un voyageur n'a pas la moindre valeur quoi qu'il arrive...

    Je doute avoir l'air du genre de type qui signe des contrats, et je doute que cette vermine soit le genre de marchand à écrire un contrat pour un voyageur comme moi, dans tout les cas je n'en ai pas, on avait même pas convenu d'une somme fixe, ça aurait dépendu de la qualité de la marchandise.



    « Mais si je puis me le permettre, qu'est ce qui vous rend si pressé ? Si vous êtes en manque d'argent, je suis certaine que des petits travaux vous permettraient en quelques semaines tout au plus de rentrer dans les îles. Ce serait si grave de faire attendre un peu votre employeur ? Si tel est le cas, je peux peut être trouver un moyen de vous aider. »




Il n'y à certes pas de guerre ouverte entre Konoha et Kiri, mais si j'apprenais qu'un Shinobi de Konoha était perdu sans moyen de contacter son village et sans moyen de rentrer chez lui, mon premier réflexe serait de le faire prisonnier, et de le ramener au village, elle semble sympathique, mais il ne faut jamais se fier aux premiers abords... Mais ça tombe bien, je suis un très bon menteur, j'ai fait ça souvent dans ma vie, alors une fois de plus ne me changera pas grand chose.

    Disons que j'ai un employeur très strict, et pour être franc, ma vie est en jeu, si je ne rentre pas au plus tôt, il ne me reste que quelques jours avant d'arriver à court de temps, soit je trouve le moyen de rentrer, soit je passe le reste de ma vie à courir et me cacher, pas très agréable si tu veux mon avis... Pas la peine de demander de qui il s'agit, il n'aime pas que l'on parle de lui, et je doute fortement que tu sache ce qui se passe dans l'ombre des îles.


J'aimerai bien ne pas m'étendre sur une conversation trop longue, mais j'ai comme la sensation que la solution à mon problème se trouve droit devant moi.

    Tu pourrais par exemple, m'acheter ces bêtes, à un prix moindre, juste de quoi me payer un navire, c'est de la bonne viande, du bon cuir, tu n'es sûrement pas apte à tanner quoi que ce soit, mais qui sait tu pourrais faire une bonne affaire en les revendant, c'est ce que je ferais si j'avais du temps, hors je n'en ai pas.



C'est une proposition stupide, mais c'est tout ce que j'ai, je ne vais pas mendier de l'argent gratuitement, autant qu'elle prenne le résultat de ma chasse avec elle si elle accepte, de toute façon ce n'est pas comme si le destin de ses cadavre était important à mes yeux, la chasse aux animaux est devenu depuis très longtemps une activité d'une facilité hors du commun, la chasse à l'homme elle, à de l'importance à mes yeux.

XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Jeu 4 Mai - 8:11
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
Alors qu'ils s'installaient autour d'une table, Sakura et Hanaseika prirent du thé. Lorsqu'elle en proposa au Jûro, celui-ci refusa dans l'instant, d'une voix dont se dégageait très clairement son énervement. Il devait être tendu à cause du marchand qu'il avait laissé assomé dans l'un des étals voisins.

La Jônin tâcha alors de parler calmement pour établir un contact de confiance avec l'homme. S'il ne l'écoutait pas ou s'énervait plus encore, cela pouvait déboucher sur un bain de sang. Il lui expliqua donc qu'il n'avait aucun contrat, ce qui, à y repenser, était plutôt logique pour un travail si court. Les personnes malintentionnées étaient nombreuses et s'en prendre à un voyageur pressé était vraiment bas selon elle.

Après lui avoir demandé s'il ne pouvait pas prendre son temps et avoir écouté sa réponse, elle comprit qu'il y avait deux solutions. La première, c'était que l'homme était à la solde d'un grand nom du banditisme ou de la piraterie. Ces hommes brusques étaient prompts à tuer et à traquer. Un Jûro seul ne pourrait effectivement rien contre une troupe de bandits, et fuir et se cacher serait la seule solution viable.

Mais... Un Jûro doté de qualités certaines -il avait soulevé et balancé l'homme qu'il avait aggripé sans problèmes, il était couvert de blessures et semblait savoir s'exprimer de manière adroite- avait au final peu de chances de se retrouver à des embrouilles si stupides, non ? Et si elle devait penser à un employeur qui ne faisait pas dans la demi-mesure, qui se tenait dans les îles de Mizu no Kuni,c'était bien la Dame de Fer qui lui revenait en tête. Elle était têtue, sans pitié. La femme qui avait gardé le coeur dont Sakura rêvait depuis quelques années maintenant bien qu'elle ne se l'avouait peu était une des personnes les plus enclines à ressembler à la description de l'homme. Et quoi de plus normal que de ne pas avouer venir de Kiri lorsqu'il a failli comettre un massacre devant une Jônin de Konoha.

    « Tu pourrais par exemple, m'acheter ces bêtes, à un prix moindre, juste de quoi me payer un navire. »


Tout en commençant son thé qui venait d'arriver, la jeune femme écouta l'homme qui lui faisait face et réfléchissait à un moyen de l'aider. Acheter une pile de cadavres ne l'intéressait pas particulièrement. Elle aussi devrait rentrer après avoir résolu ce conflit. Elle était venue en compagnie de la jeune Hana simplement pour lui faire découvrir une partie de ce monde qu'elle connaissait si peu à cause de sa vie passée en maison de geisha. Elle devrait ensuite rentrer comme leurs courses étaient terminées et que le but de leur voyage était accompli.

    « Tu pourrais faire une bonne affaire en les revendant, c'est ce que je ferais si j'avais du temps, hors je n'en ai pas. »


Le voilà qui appuyait sur son manque de temps. Son employeur ne le rassurait décidément pas. Qui qu'il soit, ce n'était pas vraiment important. Sakura privilégiait la vie à tout autre chose et mettre quelqu'un en péril était probablement l'une des choses qu'elle détestait le plus. Elle n'était pas une marchande mais en allant voir un boucher, elle pourrait certainement faire dépecer certains de ces animaux. Après y avoir jeté un oeil elle hocha légèrement la tête.

    « Je peux vous prendre ces bêtes en effet, mais j'ai deux conditions. La première, c'est que vous m'aidiez à enterrer les loups et les renards correctement... La vie doit être respectée, et ils sont déjà morts pour rien. Alors je ne veux pas les voir pourrir dans un coin. Pour les cerfs, leur viande pourra m'être utile mais effectivement, je ne possède aucun savoir pour les préparer jusqu'à l'état de viande utilisable en cuisine. Donc j'apprécierai si vous pouviez m'aider à les transporter jusqu'à chez le boucher du village. Je suis certaine qu'en lui en laissant une partie, il acceptera de s'occuper de ces bêtes. Si vous acceptez ceci, je vous donnerai de quoi vous payer le trajet jusqu'à votre île. Et je suis une femme de parole, je ne suis pas de l'espèce de ce marchand, si jamais vous en doutiez. »


La situation semblait être en bonne voie, et si Hana n'était toujours pas très rassurée d'être en compagnie d'un homme presque sauvage, elle qui avait surtout dû cotoyer des hommes plutôt aisés pour pouvoir se payer les services d'une geisha, elle s'était tout de même détendue. Heureusement que la diplomatie était un domaine relativement connu pour Sakura... La Jônin reprit un sourire calme, confiant. C'était normalement réglé, et si le crétin de marchand revenait les ennuyer, elle aurait tôt fait de l'envoyer au tapis. Elle avait réussi à calmer le jeu une fois, une seconde serait certainement plus compliquée.

    « Vous pourrez aussi prendre de quoi vous restaurer pour votre voyage de retour dans les rations que fera le boucher, je ne pourrais probablement pas porter la viande de trois bêtes avec mon élève. »


Après avoir terminé son thé encore une fois très appréciable dans ce pays, la jeune femme écouta la réponse de Kisame, espérant qu'elle soit positive. Elle se tenait alors prête à l'accompagner pour aller jusqu'à chez le boucher pour déposer les cerfs puis pour enterrer les autres animaux. Ensuite, elle pourrait le payer.


 


HRP:
 

_________________
| Sakura's Theme |
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mar 9 Mai - 21:47
Jouer sur la difficulté de ma situation semblait avoir fonctionner, la ninja de Konoha réagissait de façon empathique et positive à ma condition, comme si cela la concernait personnellement, ce qui en soit n'est pas étonnant au vu de la réaction qu'elle à eu avec le marchand, s'interposant dans une situation potentiellement dangereuse pour une personne qu'elle ne connait pas, qui ne la remerciera sans doute jamais, et qui ne lui rendra pas la pareille, tout comme moi à vrai dire, mais je suis un opportuniste et si elle tire de la satisfaction dans le simple fait d'aider les gens, alors nous nous entendront bien, jusqu'à ce que je n'ai plus besoin d'elle.

    « Je peux vous prendre ces bêtes en effet, mais j'ai deux conditions. La première, c'est que vous m'aidiez à enterrer les loups et les renards correctement... La vie doit être respectée, et ils sont déjà morts pour rien. Alors je ne veux pas les voir pourrir dans un coin. Pour les cerfs, leur viande pourra m'être utile mais effectivement, je ne possède aucun savoir pour les préparer jusqu'à l'état de viande utilisable en cuisine. Donc j'apprécierai si vous pouviez m'aider à les transporter jusqu'à chez le boucher du village. Je suis certaine qu'en lui en laissant une partie, il acceptera de s'occuper de ces bêtes. Si vous acceptez ceci, je vous donnerai de quoi vous payer le trajet jusqu'à votre île. Et je suis une femme de parole, je ne suis pas de l'espèce de ce marchand, si jamais vous en doutiez. »


Sa réponse est d'une satisfaction hors du commun, je lâche un long soupir de soulagement en me détendant sur la chaise,c'est bon, elle m'a fait stresser lorsqu'elle à utiliser le mot "condition" mais au final ce n'est rien de grave, plus qu'à espérer que le boucher ne soit pas le frère du marchand que j'ai brutaliser, sans quoi j'aurai encore des problèmes, mais si c'est le cas je n'hésiterais pas une seule seconde à tout simplement cambrioler le fils de pute en question.

    « Vous pourrez aussi prendre de quoi vous restaurer pour votre voyage de retour dans les rations que fera le boucher, je ne pourrais probablement pas porter la viande de trois bêtes avec mon élève. »



    Je peut me restaurer moi même pendant le voyage, je partirais dès que j'aurai de quoi payer un navire, même si c'est au beau milieu de la nuit, alors si il est possible de ne pas perdre plus de temps encore, et d'aller voir immédiatement le boucher, j'en serais reconnaissant.


Je me lève, bien entendu c'est un mensonge, ma reconnaissance s'arrêtera à un simple "merci, au revoir" mais elle n'a pas besoin de connaître ce genre de détails, je ressort donc, et me remet à tirer ma luge, cette dernière pèse un poids démesuré, mais j'ai l'habitude, la survie en territoire hostile à forger mon corps tel qu'il est maintenant, ma force n'est pas herculéenne, mais mon endurance elle, est infinie, je pousse donc mes proies jusqu'au boucher, laissant une longue trace derrière moi, la luge creusant légèrement dans la terre sur mon passage, arrivé au boucher, ce dernier est en train de découper un cuissot sur une planche de bois, son tablier couvert de sang, il me jette un regard mauvais à mon arrivée, ce dernier semble avoir déjà entendu parler de l'accrochage, et le seul type avec les cheveux blancs du coin qui ressemble à un voyageur, c'est moi, impossible de nier la vérité avec ce type, il est certain qu'il ne m'apprécie pas.

Je dépose simplement ma luge à côté de son échoppe, le boucher semble intrigué, il ne cesse de regarder Sakura, puis moi, comme s'il se demandait pourquoi la Jônin de Konoha serait en de bon terme avec le vagabond qui à menacer un de ses collègues, mais il ne pipe pas mot... Et moi non plus d'ailleurs, je reste en retrait, mieux vaut laisser Sakura négocier cela, nous irons ensuite ensemble creuser une tombe pour les bêtes, ce qui est certes débile, mais une de mes conditions à remplir pour recevoir ce dont j'ai tant besoin...
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Mer 10 Mai - 19:42
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
Si Sakura avait senti une légère tension de l'homme lorsqu'elle avait prononcé le mot "condition", elle fut rassurée peu de temps après lorsqu'il soupira. Après tout, les conditions de la Jônin étaient extrèmement raisonnables. Ce n'est pas son profit qu'elle cherchait ici mais la résolution pacifique d'une situation de conflit. Et si cela supposait payer un peu pour de la viande de cerf, et bien soit.

Elle ne voulait cependant pas voir pourrir ces cadavres dont l'homme n'avait certainement rien à faire. Ils seraient bien mieux une fois enterrés et ne pourraient ainsi développer aucune maladie à transmettre. L'Eisennin en elle refusait catégoriquement de rester inactive face à une telle possibilité.

Le problème était cependant réglé et l'homme taiseux avec qui elle essayait de converser avait finalement accepté sa proposition. Il demanda alors un départ immédiat. Il était vraiment pressé visiblement. Son commanditaire, quel qu'il soit, ne plaisantait pas. Ils allèrent donc directement chez le boucher pour donner les cerfs à découper. Celui-ci était méfiant. Il avait dû déjà entendre parler de la rixe qui avait opposé ce mercenaire au marchand et semblait un peu désarçonné de voir Sakura à ses côtés.

Souriante, elle s'adressa au boucher en désignant les trois bêtes.

    « Je sais bien que c'est beaucoup de travail, mais serait-il possible que vous découpiez ces bêtes pour moi ? Je devrais bientôt repartir à Konoha avec mon élève et nous souhaiterions avoir la viande de l'une d'entre elle. Vous pourrez garder les deux autres bien entendu. Et si vous le souhaitez, je peux aussi vous payer en plus. »


L'homme jetait des coups d'oeils réguliers à Kisame. L'homme ne le rassurait pas et il se contenta de gromeller son accord. Aidant alors le boucher à embarquer les trois cerfs pour ne laisser que les loups et les renards.

    « Je vous remercie grandement de votre coopération. Nous reviendrons avec mon élève en fin de journée si vous avez eu le temps de terminer, sinon nous attendrons demain. »


Après un salut respectueux, Sakura sortit, faisant signe à Kisame de la suivre. Elle avait repéré en venant un endroit calme, reposant. Un endroit où ils pourraient enterrer ces pauvres bêtes qui avaient été tuées pour rien. Empruntant au passage des pelles au forgeron du village, ils s'y dirigèrent et commencèrent à creuser. Son compagnon semblait peu ouvert au dialogue et elle n'osait plus le questionner. Il était du genre aggressif et le laisser réfléchir par lui-même pendant ce travail serait sans doutes la meilleure solution pour éviter tout débordement chez lui.

Lorsqu'ils eûrent fini de reboucher les tombes, la Jônin s'épongea le front en soupirant. Elle n'était pas particulièrement habituée à ce genre de pratiques, préférant souvent dessiner, faire des recherches liées aux plantes ou tout simplement soigner ceux qui se présentaient à elle.

    « Vous êtes libre. Voici votre paie pour le travail. Je vous souhaite un bon retour. Mais ne faites pas de massacre je vous en prie. »


Elle fixait l'homme dans les yeux, très sérieuse. Elle n'avait aucunement peur de lui directement, mais de ce qu'il pourrait faire s'il choisissait que le montant n'était pas suffisant. Montant qui, en passant, était bien plus qu'assez pour atteindre n'importe quelle île de Mizu et même s'il le désirait, Yuki no Kuni.


 


HRP:
 

_________________
| Sakura's Theme |
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Ven 19 Mai - 4:32
Le boucher était coopératif, une fois la ninja de Konoha en face de lui, son ton et son attitude changeait, bien que de temps à autre, il me lançait des regards mauvais, que je lui rendait avec hargne, comme je sais si bien le faire, essayant au mieux d'influer la peur dans le misérable humain qui me faisait face, ce dernier était persuadé que son camarade marchand avait raison, et que j'était une bête sauvage, ce qui n'était pas forcément faux.

Suite aux négociations de Sakura, ce dernier accepta de prendre les bêtes, au final son travail ne changeait en rien, il était simplement pas prêt à travailler pour un type comme moi. Peu après, Sakura emprunta deux pelles au forgeron, et trouva un endroit convenable pour enterrer les bêtes, je ne comprenais toujours pas le pourquoi du comment elle souhaitait faire une chose pareille, mais je ne pipais pas mot, malgré un questionnement évident sur mon visage, je creusait à bonne vitesse, et une fois fini, elle me refila une petite poche avec à l'intérieur suffisamment d'argent pour continuer mon voyage... Devant la somme, mon visage s'illumina, mon corps entier sembla se détendre, et je lâchait un long soupir, enfin.

J'attrapais mes affaires, prêt à décamper à grande vitesse, n'écoutant pas les derniers mots de la ninja de Konoha, bien que des mots très familiers comme massacre et travail résonnait dans mes oreilles, ce n'était pas suffisant pour me faire tourner la tête et l'écouter, je partais à une rythme de voyage rapide, une légère course, cette rencontre ne m'aura rien apporter autre que le bien matériel, je n'étais pas du genre à apprécier les gens qui fourraient leur nez dans mes affaires, bien qu'au final j'aurai pu obtenir l'argent, si j'avais étriper l'arnaqueur, j'aurai eu mon argent, ainsi que ma satisfaction, chose qui m'a été volée au dernier moment... Alors son aide n'en est pas vraiment une, de mon point de vue.

Je reprend donc mon voyage, le coeur bien plus léger, il faudra que je prépare mes prochaines escapades avec plus de précaution, cette dernière à été faite à la va vite, il fallait que je quitte le pays de toute façon un temps, alors dès que j'ai eu l'occasion j'en ai profiter, pour me faire oublier de tout ces autres Jûros qui me considère comme un traître... Alors que tout ce que j'ai fait, c'est sauver ma peau, comme si j'allais désobéir à un ordre de la Mizukage juste pour leur faire plaisir, ce n'est pas eux qui viendrait me sauver de sa colère, alors qu'ils viennent ensuite me reprocher d'avoir tuer l'un d'entre eux me mets hors de moi, je les tuerais tous pour s'être foutu de moi ainsi.

Le voyage de retour est tranquille, je prend mes précautions pour ne pas me faire intercepter d'une quelconque manière par quiconque pourrait être mal intentionné, non pas que j'ai peur d'une bande de bandits de grand chemin, c'est du temps dont je suis effrayé, je prend le premier navire, aussi inconfortable soit il, qui me mène jusqu'à Mizu No Kuni, et de là je continue ma route jusqu'à la forêt de brume, connaissant le chemin à emprunter pour arriver jusqu'à Kiri, l'avantage des traqueurs, c'est que les défenseurs de Kiri ne les perdent pas à grand coup d'illusion au sein de la foret, je jette un regard mauvais à l'un de mes collègues, qui m'ignore comme à son habitude, et je pénètre au sein de Kiri, sans une seule seconde de perdue je me rend dans les bureau de la Mizukage, prêt à reprendre mon travail de traqueur après avoir annoncer mon retour, un jour en avance.
XP : 546
Messages : 160
avatarKonohajin
Nara Sakura
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika   Jeu 1 Juin - 21:20
Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts.
  Featuring
   Kisame & Hanaseika

 

 

 

 
© A-Lice
La Jônin laissa partir le Jûro. Il ne semblait plus se préoccuper de rien à partir de l'instant où il avait vu l'argent, n'écoutant même pas ses derniers mots. Il devait être pressé... Enfin. S'il était si pressé, il n'aurait certainement pas le temps de penser à tuer des gens sur sa route. Du moins l'espérait-elle. Elle se retourna alors vers sa jeune élève qui la suivait toujours. Elle avait eu assez peur de l'homme brusque et violent, mais elle n'aurait plus grand chose à craindre.

    « On va repasser chez le boucher puis on va rentrer. Ce n'est pas la peine de s'éterniser. J'espère que la leçon de diplomatie t'a plu, même si j'aurais préféré quelque chose de plus calme pour notre première sortie. Allez. On y va. »


Les deux femmes retournèrent donc voir l'homme qui avait terminé de préparer la première bête. Elles prirent donc la viande qui était déjà prête, lui laissant faire ce qu'il voulait des deux derniers animaux avant de le remercier et de partir du village. Elles s'arrêtèrent en chemin à une maison de thé.

    « Je vais refaire un petit achat, attends moi ici. »


Sakura s'éclipsa un moment pour aller acheter quelques échantillons supplémentaires qui lui faisaient envie, sachant qu'elle n'aurait probablement pas l'occasion de revenir sur place sous peu. Elle retourna vers son élève et elles purent ainsi partir. Le voyage était tranquille, tout se passa bien. Elles rentrèrent ainsi en deux jours, prenant leur temps. Elles n'eurent pas de mauvaises rencontres comme à l'aller, les bois se faisaient progressivement plus épais jusqu'à leur arrivée à la cité cachée de la Feuille.

La Guérisseuse de l'Ombre pu donc retourner à l'échoppe du vieux Senjû pendant que sa kouhai retourna à sa maison. Elle aurait certainement de nombreux problèmes à régler avec eux afin d'être réellement libre. Ce ne serait qu'à ce moment que Sakura pourrait la prendre pleinement en tant qu'élève et s'occuper vraiment d'elle pour lui faire découvrir l'immensité des possibilités des shinobis et des kunoichis dans ce monde.

HRP:
 
 

_________________
| Sakura's Theme |
 

Quand la feuille de thé chute au fond du verre, le soleil caresse la lande d'une délicate fleur. Les haricots sont prêts. FT Nara Sakura, Yotsuyu Hanaseika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Vérité se cache au fond du Verre [PV]
» Une nuit.... oubliable (Décembre 1622)
» [Savoir Vivre] Les bonnes manières à table
» Quand les problèmes ne se règlent pas d'un verre de whisky..
» Faire évoluer Tritox en Malamandre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Reste du Monde :: Pays Neutres :: Cha no Kuni-