AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Yoroï la Marionnettiste (terminé)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 0
Messages : 5
avatarSunajin
Katsue S. Yoroï
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Yoroï la Marionnettiste (terminé)   Mer 1 Fév - 20:05
Yoroï Katsue S.


Présentation




Origine de l'avatar : Lady Kinu, de la gallerie DeviantArt de l'artiste splatpixel
Identité : Katsue S. Yoroï
Surnom : la Marionnettiste de la Mort
Sexe : Féminin
Âge : 22 ans
Date de naissance : -21, Printemps
---
Clan : Sokusei
Grade : Chuunin
Rang : C
Kekkei Genkai : Kugutsu


Physique



Lorsqu'on voit Yoroï pour la première fois, il y a trois choses qui sautent aux yeux directement : d'abord, sa chevelure, ensuite sa tenue et, enfin, son regard.
Mais commençons par le plus évident, les cheveux et ce qui fait que c'est ce que l'on remarque d'abord : ils sont incroyablement longs. En effet, ses cheveux font littéralement 10 mètres de long. Cela lui donne un style très particulier, qui la pousse à les enrouler autour de ses bras et jambes ou de les replier autour de ses épaules à la manière d'une écharpe. Parfois, souvent même, elle les laisse glisser sur le sol, comme la traîne d'une riche robe de mariée. Curieusement, la demoiselle ne semble jamais se prendre les pieds dedans, ni être gênée dans ses mouvement d'une quelconque façon. Un observateur plus attentif remarquera même que cette invraisemblable crinière ondule parfois d'elle même, corrigeant son positionnement justement pour éviter de se mettre e  travers de ses mouvements. Cela donne l'impression bizarre que sa chevelure est vivante, ou bien qu'il s'agit d'un organe de Yoroï à part entière. En outre, cette curieuse tignasse est systématiquement impeccable, lisse et soyeuse. Peu importe s'ils traînent dans la poussière, le sable ou la boue, la saleté semble refuser de s'y accrocher. Enfin, cette tignasse est bicolore : globalement noirs, une large bande de cheveux, au centre, est écarlate. Si cette distinction est très claire sur la tête de Yoroï, la longueur de l'ensemble crée un curieux dégradé, une alliance de sang et de charbon...

Ensuite, parlons de la tenue. Originaire d'un pays chaud et sec, Yoroï porte le plus souvent des tenues légères et révélatrices. Sa tenue la plus classique est constituée de deux couches distinctes : la première consiste en une sorte de combinaison moulante qui couvre son cou, ses épaules et ses bras, avant de descendre sur les côtés de son corps de manière à laisser son dos et son ventre nus, couvrant même à peine sa poitrine, tout juste ce que la décence exige. De couleur noire, à la texture luisante, ce vêtement colle tellement à la peau de sa porteuse qu'il en laisse apparaître le moindre relief. Par dessus, la donzelle porte ce qui aurait put être un kimono, s'il n'avait pas subit des coupes drastique dans l'étoffe : la partie haute n'est guère plus qu'une écharpe d'épaules et se divise sous la ceinture en pagne quadruple, couvrant difficilement l'avant, l'arrière et les hanches. Le tout est maintenu par une ceinture large et traditionnelle, faite de deux pièces. D'abord une large, couvrant tout l'abdomen féminin, puis une seconde pièce de soie rouge, maintenant le tout bien fermé. En outre, Yoroï porte, fixé à cette ceinture, ce qui ressemble de loin à lune large barre sombre. Les plus perspicaces reconnaîtront un fourreau double, permettant de ranger un sabre de chaque côté... mais plus qu'un simple armement, l'objet sert aussi à faire reposer une partie de son opulente chevelure. Ses jambes sont laissées nues et ses pieds le sont presque également, à peine couverts par des sandales discrètes.

Parlons enfin du visage de la belle... car oui, elle est belle. Son visage arbore des traits fins et harmonieux, à l'expression un brin sévère. Son nez est bien dessiné, ses lèvres son pulpeuse et son regard, son regard... Plus d'un ont pensé qu'elle était membre du clan Kaguya, à cause de l'extrême clarté de son iris et de l'absence apparente de pupille. Cependant, on peu faire la différence si l'on remarque la teinte légèrement bleutée de cet iris. Ces yeux rajoutent encore une froideur métallique à l'expression déjà peu chaleureuse de la demoiselle. Seule réelles touches de couleur sur son visage, Yoroï se maquille avec un simple trait pourpre au milieu de sa lèvre inférieure, ainsi que deux cercles pleins, de la même teinte, au dessus de ses sourcils. Heureusement, sa peau est légèrement dorée, ce qui tempère également la froideur de l'ensemble.

Les mouvements de Yoroï sont à l'image de sa tenue savante, bien que révélatrice, ainsi que sa chevelure impeccable. La belle est souple, lente et gracieuse, mais également animale. Aucun de ses mouvements ne semble gaspillé, comme si elle réfléchissait au moindre frémissement de son corps avant de le laisser se produire. Elle dégage un magnétisme curieux : à la fois attirant et repoussant, étrange et familier.


Caractère



Comme son physique, il y a trois éléments qui caractérisent sa personnalité : son clan, sa famille et ses inclinations personnelles.
Yoroï est, comme tous les membres du clan Sokusei, une scientifique dans l'âme. Elle aime découvrir, observer et analyser les choses, afin d'en comprendre le moindre mécanisme. Cet esprit analytique est une des raisons qui lui donne un comportement aussi froid et distant : la plupart du temps, une belle machine, un pantin complexe, voire même une oeuvre d'art compliquée, sont des choses qui retiennent bien plus la curiosité de Yoroï que les gens et leurs personnalités. En vous rencontrant, il est plus probable qu'elle s'intéresse à la complexité de votre tenue ou de votre coiffure, qu'à la profondeur de votre âme. La belle n'est pas asociale pour autant, son désir de comprendre chaque chose s'étendant de fait à l'esprit autant qu'au corps, mais ses priorités se devinent rapidement. Cet aspect de sa personnalité peut parfois la faire passer pour quelqu'un d'extrêmement matérialiste. Cependant, quelqu'un qui percera sa carapace émotionnelle découvrira quelqu'un de sensible, une artiste qui aborde chaque chose comme une oeuvre digne d'être admirée. Même si elle fait très attention à sa tenue, à l'image qu'elle donne, Yoroï n'éprouve aucune répulsion face à la laideur, étant prête à accepter chaque chose comme une part du monde et de sa multiplicité. Parfois philosophe, toujours pensive, Yoroï pourra parfois mettre mal à l'aise... et pas seulement à cause de sa froideur toute scientifique.

En effet, là entre la tradition familiale. Les Katsue sont une vieille famille à la réputation lugubre : versés dans les arts, la chiropractie et l'assassinat, ils ont acquis une image qui met la plupart mal à l'aise et qui crée une approche du monde très particulière. Yoroï n'a pas peur de la mort... non pas que mourir lui est égal, mais de par les activités de sa famille, elle a souvent été confronté à la mort et aux cadavres, ne serait ce que dans leur pratique de la préparation des corps : il lui est elle même arrivé de devoir les préparer et les restaurer. Chaque mort est, selon elle, non plus un individu mais une matière noble, digne d'être façonnée et préservée. Cet état de fait allié aux traditions les plus glauques de la famille la rend très - trop même - à l'aise en présence de la mort et de la maladie. Beaucoup considèrent cela, à tort, comme un manque cruel d'empathie. En outre, la famille possède une importante fibre artistique, basée sur le marionnettisme. C'est notamment pour ça que la tenue, la chevelure et les mouvements de Yoroï semblent toujours calculés et qu'elle s'occupe de sa tenue, de sa coiffure et de son maquillage avec un très grand soin.

Après avoir intégré ces deux vérités, on peut plus facilement comprendre le détachement de Yoroï face au monde et à ses difficultés. Bien qu'elle ne manque pas d'empathie, la jeune femme manque cruellement de compassion et de pitié. Selon elle, chaque chose, chaque événement,chaque souffrance... tout a sa place et il n'existe aucune injustice. Cette approche particulière l'empêche de compatir correctement envers la souffrance des autres : vous êtes nés pauvre et esclave ? C'est dommage, mais ainsi va le monde... luttez pour vous même et n'attendez pas d'être sauvés par d'autres. Cela ne veut pas dire qu'elle est totalement dépourvue de compassion, mais elle préférera donner des conseils et offrir de la motivation à quelqu'un en difficulté plutôt que de l'aider plus directement. En outre, son esprit analytique, calculateur, la pousse davantage à aborder les choses de manière stratégique, privilégiant son gain personnel. Elle n'a pas de scrupules à causer du tort à quelqu'un, si ce qu'on en tire en vaut la peine. Pour autant, Yoroï respecte les autres et ne cherche jamais à nuire gratuitement à quiconque. Chaque chose, chaque acte et chaque blessure a une raison d'être, doit avoir une raison d'être...

C'est là qu'intervient ce qui pourrait d'abord paraître paradoxal : la gratuité d'un acte lui est déplaisante. Yoroï distingue l'injustice de la gratuité, en ce sens qu'une situation peut être injuste, mais a une raison d'être. Mais un acte réellement gratuit, sans raison d'être, lui est insupportable et elle luttera activement pour le contrecarrer.


Histoire



Yoroï est l'héritière de la famille Katsue, une très vieille famille plus connue sous le surnom des "Maîtres de la Mort". Ce surnom n'avait rien à voir avec une quelconque technique de manipulation des morts, mais plutôt à cause de leurs activités. Bien qu'originaires de Kaze no Kuni, la famille Katsue était nomade, offrant ses services et effectuant ses représentations là où ils passaient. Ils se firent alors connaître pour leur activité de chiropracteurs, c'est à dire de préparateurs de corps. Moyennant paiement, les membres de la famille Katsue acceptaient de nettoyer, "soigner" et rendre les cadavres présentables. Le but était évidemment d’apaiser la famille d'un défunt, afin qu'ils conservent une belle image de leurs proches avant les rites funéraires. En plus de cette activité, les Katsue étaient connus pour leurs qualités de marionnettiste et, à vrai dire, ils mettaient souvent en scène de grands spectacles très élaborés, souvent beaux et tristes, toujours inquiétant. En effet, la rumeur courrait que les marionnettes qu'ils employaient n'étaient autre que les corps défunts de leur propre famille... et, bien qu'aucun Katsue n'ai jamais confirmé cette rumeur, aucune infirmation ne fut non plus apportée. C'était là une des rares rumeurs qui s'avérait exacte. Le spectacle le plus connu des Katsue s'intitulait d'ailleurs : "La Danse des Morts" et employait effectivement des marionnettes humaines.

Un autre fait, bien moins connu, résidait dans l'activité mercenaire de la famille. En effet, les Katsue louaient également leurs services comme assassins. De par leurs représentation artistiques connues par delà les frontières, ils étaient souvent invités par les maisons nobles. De ce fait, ils avaient un accès privilégié à des cibles de haut rang. Etant secrètement entraînés dans les arts ninja et, plus particulièrement, le Kugutsu, les Katsue couplaient souvent leur représentations artistiques à l'élimination de certains membres de leur publique. Leurs cibles disparaissaient inexplicablement... et la famille avait alors une nouvelle marionnette à intégrer à leurs spectacles.

Ils ne furent pas dans les membres fondateurs du clan Sokusei, mais leur talents de marionnettistes était suffisamment reconnu pour qu'on leur demande s'ils acceptaient de s'y intégrer. La famille Katsue accepta, bien évidemment, très intéressée par la possibilité d'étendre leurs connaissances dans le Kugutsu. De par leur calme et leur froideur, la famille Katsue ne fit pas de vague au sein du clan, laissant les questions de politique interne et de gouvernance à ceux qui le désiraient.


Yoroï est héritière de cette famille, de cette culture et de cette tradition. Elle est née peu de temps avant la guerre et, malgré l'accent mis sur le combat, reçu tous les enseignements et traditions des Katsue : elle se devait de perpétuer la fibre artistique, la préparation des corps et le style martial de sa famille. Bien que les Katsue en eux même n'avaient pas de réelle implication dans la guerre contre Iwa, l'implication du clan Sokusei dans le conflit les poussant à mettre en place un tout nouveau genre de spectacle, une toute nouvelle Danse de la Mort. Bientôt, les troupes de l'Empire apprirent à craindre ces étranges marionnettistes qui semblaient toujours en représentation, même dans la tourmente de la bataille. La branche Katsue du clan Sokusei était, en effet, très doué pour la guerre psychologique, une vérité qui fut très tôt inculquée à Yoroï. Créer une émotions dans le coeur de son publique était le désir de toute artiste et la laideur de la guerre n'était pas une raison de se détourner de cette réalité.

Les années passèrent et Yoroï grandit, étudiant les science, affinant ses capacités martiales et cultivant sa fibre artistique. De par son caractère plutôt froid et distant, elle n'était pas perturbée dans ces domaines par de quelconques relations sentimentales. Comme ses ancêtres avant elle, la jeune femme savait comme préparer les corps, leur redonner de la splendeur pour apaiser les cœurs... ou pour les glacer d'effroi. Elle participa également aux combats et aux missions d'assassinat, démontrant que les Katsue étaient bien plus que ce qu'ils semblaient être. Une fois l'armistice signé et que les combats cessèrent, Yoroï se replongea dans ses études et ses entraînements, bien déterminée à donner une envergure nouvelles aux arts traditionnels de la famille.

Aujourd'hui, certains la surnomment "la Marionnettiste de la Mort", mais c'est un surnom très généralement donnés aux membres de la famille Katsue... encore une fois, à cause de leurs domaines d'activité de prédilection.


Derrière l'écran



Pseudo : Bibikun
Âge : 28 ans
Comment avec-vous connu le forum ? googles
Que pensez-vous du forum ? Il m'a l'air chouette
Quelle est votre disponibilité ? En théorie tous les jours, en pratique j'ai une connexion très instable.
Autre chose ? Plouf
Code de validation: Chaton approuve ce code Nao qui fangirl..
© Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Katsue S. Yoroï le Jeu 2 Fév - 14:30, édité 1 fois
XP : 0
Messages : 5
avatarSunajin
Katsue S. Yoroï
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Yoroï la Marionnettiste (terminé)   Jeu 2 Fév - 13:52
Bump, fiche finite.
XP : 283
Messages : 171
avatarNukenin
Tsukiriko Misa
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Yoroï la Marionnettiste (terminé)   Ven 3 Fév - 18:48
Hello ma chère Rayponce du forum (ouais, désolée pour ce surnom, mais avoir 10 mètres de cheveux, c'est chaud quand même xDD)

Alors, j'ai lu ta fiche et franchement... je l'ai adoré. J'adore l'idée que ta famille était des artistes et qui ont participé à la bataille contre l'Empire à la suite. Chapeau d'avoir gardé une logique

Donc,. du coup, je te valide Chûnin de rang C à Suna et quand le maître des combats aura posté ta fiche, tu pourras créer tes techniques à la suite de son post.

Bisou et bon rp sur Yuukan

Nao qui fangirl..

_________________

Misa's Theme | Misa's Voice | Code couleur: #9966ff
 

Yoroï la Marionnettiste (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-