AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
[Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroiVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi   Jeu 23 Mar - 19:30

Spoiler:
 

Une mission mystère, hein... drôle de concept. Je ne voyais pas vraiment quel était l'intérêt d'agir ainsi. Je vous explique : j'ai été convoqué dans le bureau du Hokage. C'était d'ailleurs la première fois qu'il me convoquait directement pour me confier une mission, sans doute que ses shinobis coursiers ont décidé de faire grève, qui sait. Il m'a alors expliqué que j'allais devoir effectuer une mission assez inhabituelle, qui allait grandement me changer de ce à quoi j'étais habitué. Sur le coup, j'étais tout enjoué à l'idée de participer à une telle mission, seulement il n'a pas voulu m'expliquer ce en quoi elle consistait exactement.

Chose étrange, n'est-ce pas ? D'après ses dires, tout ce que je savais c'était que je devais me rendre à un endroit précis au nord du village, au-delà même des rues les plus habitées. Là-bas, je retrouverai la personne qui allait m'encadrer aujourd'hui. Elle se nommait Aburame Miwako, donc une personne que je n'avais encore jamais rencontré. J'ignorais ce que le Hokage avait derrière la tête, et je pouvais m'attendre un peu à tout avec lui. C'était précisément ça qui était inquiétant. Ce ne sera que sur place que j'apprendrais cet ordre de mission particulier.

- Mais pourquoi ? Expliquez moi bon sang !

Il restait silencieux. Je le regardais, intrigué. Il ne me mettait pas du tout en confiance là pour le coup. Mais à quoi jouait-il ? J'avais parfois du mal à bien le cerner, notre Hokage. Je ne comprenais pas du tout qu'est-ce qu'il y gagnait en me cachant l'ordre de mission. Peut-être qu'il suspectait que des espions puissent nous entendre ? C'était peut-être ça la mission, après tout ! Mais oui. Tout était clair désormais ! Je lui souriais, quittant le bureau à toute allure.

Il n'y avait pas une minute à perdre. Je devais me rendre au point de rendez-vous qu'il m'avait communiqué, afin de rencontrer la Chûnin du clan Aburame avec qui j'allais effectuer cette mission. Elle devait très certainement m'attendre là-bas, il fallait que je me presse. Cette mission avait l'air d'être très intéressante, j'en avais des palpitations. J'avais hâte de la réussir haut la main, et prouver une fois de plus à tous que j'étais l'un des meilleurs éléments du village. Quoi ? Bah oui j'y crois vraiment, et alors ? Qu'est-ce que vous sous-entendez ? Vous voulez vous battre, c'est ça ?

... Ahem. Donc je disais, je me dirigeais vers le nord du village, là où j'étais censé être attendu.

Après quelques temps de course, j'y arrivais, légèrement essoufflé. J'observais les alentours. De très nombreux arbres, et un peu plus haut une grande et splendide maison. Je n'étais encore jamais venu par ici, je ne savais pas qu'une maison comme celle-ci existait à Konoha. C'en était assez intrigant. Il y avait également une femme un peu plus loin, qui semblait être la personne que je recherchais. Je m'approchais d'elle, en lui tirant légèrement la manche.

- Miwako-sensei, c'est vous ? Moi c'est Ryûji !

Toujours aussi spontané, je m'étais adressé à elle. Après avoir eu confirmation que c'était bien elle, je repris.

- Eh dites, dites ! C'est quoi cette fameuse mission alors ? Qu'est-ce qu'on doit faire ? Y a des tas d'espions ennemis qui ont infiltré le village, et on doit leur faire mordre la poussière, c'est ça ?

J'allais enfin en savoir un peu plus sur cette palpitante mission !

Spoiler:
 

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi   Dim 18 Juin - 20:57
Patiemment, j'attendais que ma partenaire de mission me réponde. C'est vrai quoi, elle était censée m'en dire un peu plus sur le contenu de cette fameuse mission dont j'ignorais absolument tout. C'était une sensation extrêmement désagréable de ne pas savoir quelque chose, et de ressentir qu'on fait tout, absolument tout, pour nous cacher la vérité. Elle se terrait donc dans son silence, à tel point que je me demandais si elle était réellement présente avec moi. Elle ne m'avait peut-être pas entendu ? Ce serait quand même... étonnant, mais admettons.

- HE HO JE SUIS LA COUCOU !

Rien, toujours rien. J'en allais m'énerver, lorsqu'elle finit par bouger finalement, et s'avancer vers la grande maison que j'avais remarqué un peu plus tôt. Sans dire un mot, elle avançait comme si elle ne m'avait pas vu. Mais à quoi jouait-elle au juste ? Je savais que les Aburame avaient tendance à être froid, mais là c'est carrément des dizaines de niveaux au dessus. Elle entrait dans la maison, et je la suivais sans réfléchir. L'intérieur de celle-ci était très sombre, et on y voyait pas grand chose. Nous étions dans un vieux hall, visiblement poussiéreux vu tout ce qui flottait dans l'air, après quelques pas de notre part. D'ailleurs, je pouvais remarquer que le corps de l'Aburame semblait s'éclairer, malgré l'obscurité. Elle se retourna vers moi, un sourire aux lèvres, et disparut comme par magie. Derrière moi, la porte d'entrée se referma violemment.

- Hein ??

Je retournais à cette porte, mais impossible de l'ouvrir. J'avais beau forcer de toutes mes forces, elle était littéralement verrouillée. C'est une... blague ? Qu'est-ce qui se passe ici ? Et où est Miwako-sensei ? Elle était là, et puis... disparue. J'étais tout seul ici, et je sentais mon cœur qui commençait déjà à s'emballer. Cette impossibilité de sortir m'angoissait au plus haut point.

Et puis, on y voyait plus rien. L'obscurité était totale. Doucement, j'avançais dans ce noir absolu, sans savoir réellement où j'allais. Mains en avant, je cherchais un mur, un meuble, quelque chose qui pourrait m'aider à me repérer ici, et si possible un interrupteur ou toute autre source de lumière.

- C'est quoi ce délire... je suis où là ? Y a quelqu'un ?

À croire que je devenais fou. Je n'étais ici que depuis quelques minutes, et il se passait beaucoup de choses étranges. Et encore, je n'étais pas au bout de mes surprises. Non, vraiment pas.

- Mais... cette pièce n'était pas si grande ?

C'était vrai. Cela faisait cinq minutes que je marchais sans interruption, et je n'avais toujours rencontré ni mur, ni porte, ni meuble... rien. Comme si il n'y avait réellement rien tout autour de moi. Je frissonnais de peur, je voulais partir d'ici au plus vite, et ne plus jamais y remettre les pieds. Seulement, quelque chose me dit que je ne partirais pas d'ici d'aussi tôt. En effet, sans crier gare, je sentis le sol à mes pieds disparaître à son tour, dans une lueur blanche étrange, la même que j'avais pu apercevoir sur Miwako lorsqu'elle avait disparu. C'est alors que je tombais dans une chute libre interminable, qui n'avait, encore une fois, rien de naturel.

Je criais de toutes mes forces ; je ne comprenais plus rien de ce qui pouvait bien se passer ici. Et, sans prévenir, je sentais mes paupières s'alourdir au fur et à mesure que je chutais, jusqu'à me plonger dans un profond sommeil.

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi   Dim 18 Juin - 21:37
Difficilement, je me sentais revenir peu à peu à moi. Les paupières étaient lourds, tout comme mes muscles qui étaient engourdis. Je me relevais, tremblant encore un peu. Je ne souffrais pas. J'avais fait une chute démentielle, à priori, mais je ne ressentais aucune douleur. Observant tout autour de moi, je pouvais observer un lieu différent de celui dans lequel j'étais à l'origine. Il s'agissait d'un grand couloir, que dis-je... d'un immense couloir, dont je ne pouvais absolument pas voir le bout. Celui-ci était éclairé par de très nombreux flambeaux sur les murs. Le lieu était luxueux : un tapis rouge traversait l'intégralité du couloir, et les murs étaient couverts d'ornements.

Une fois debout, je me frottais les yeux un moment, pour regarder un peu plus en détail ce long couloir.

- Qu'est-ce que c'est... où je suis bordel ?

Malheureusement, je ne pouvais pas répondre à cette question, et j'étais tout seul ici. Tout seul, livré à moi-même. Il n'y avait qu'une solution pour comprendre ce qu'il m'arrivait. Il me fallait... à tout prix avancer. Je ne voyais que ça.

Prudemment, j'avançais tout droit, suivant cet interminable couloir. Je cherchais une explication à tout cela. Cette maison était beaucoup trop étrange. Est-ce que tout ceci était réel ? Était-je toujours dans cette maison ? Je n'en savais trop rien. Tout ce que je savais, c'est que j'étais seul.

- Seul ?

Une voix me fit frémir, et semblait venir de derrière moi. Je me retournais brusquement, ne voyant rien d'autre qu'un... mur ? Oui, j'étais dos à un mur, alors que j'avançais depuis plusieurs minutes déjà ? Quelle était cette sorcellerie ? Je posais mes mains sur le mur, et constatait qu'il était bel et bien réel. Soudain, je sentais quelque chose se poser sur mon épaule, comme si c'était une main. Le tout suivi d'un rire féminin, tout sauf rassurant. Une nouvelle fois, je me retournais en panique, et constatait que des dizaines et des dizaines de portes étaient apparues sur les deux côtés du couloir. Le tapis à mes pieds, quant à lui, semblait bouger légèrement, jusqu'au moment où il fut comme happé tout au bout du couloir, me faisant tomber à la renverse..

La peur ne cessait de grimper, alors que je m'étais collé dos au mur, assis à terre.

- C'est... c... c'est quoi ça ?!

Je tremblais de peur, ne sachant plus quoi faire. Ce lieu était hanté. Il n'y avait pas d'autres explications possibles. Je ravalai ma salive, et je voyais les portes sur le côté qui s'ouvraient et se refermaient à de nombreuses reprises, un bruit de claquement de porte s'en échappant à chaque fois. Il faut que je parte d'ici au plus vite.

- Laissez-moi sortir... !!

Je me relevais à toute allure, courant dans le couloir sans m'arrêter. Néanmoins, l'une des portes attirait mon attention, puisque celle-ci restait fermée. Sans vraiment savoir pourquoi, je voulus m'y rendre. Je posais ma main sur la poignée, et ouvrit la porte d'un seul coup, y rentrant sans voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Et lorsque je vis, c'était trop tard. Il y avait, derrière cette porte, exactement le même couloir, et la porte derrière moi avait disparu. C'est une blague ?

J'ouvrais alors toutes les portes sur mon chemin, voyant que ce couloir se répétait indéfiniment.

- Mais c'est pas vrai... ! C'est quoi ça ?

Je ne saurais pas trop décrire ce que je ressentais à ce moment-là. Un sentiment mêlant la peur, l'angoisse, mais aussi une curiosité débordante. Néanmoins, rien de bien positif, je voulais tout de même à tout prix sortir d'ici, ces couloirs commençaient à me rendre fou. Dans la foulée sans réfléchir, j'ouvris une nouvelle porte, et une grande lumière émergea alors. Sans y réfléchir, je sautais dedans, cherchant à tout prix de me sortir de là. Et je ne fus pas déçu. J'étais dans une grande salle, que j'avais déjà vu auparavant : le grand hall. Cependant, cette fois-ci il était éclairé par tous ces flambeaux sur les murs, encore une fois. Instinctivement, je me dirigeais vers la porte d'entrée qui elle, était toujours fermée, avec impossibilité de l'ouvrir.

Je soupirais, observant les alentours. Des canapés poussiéreux, une cheminée éteinte, ainsi qu'une grande table avec des chaises. Il y avait aussi des tableaux sur les murs. Ce n'était pas du tout rassurant. Je me rapprochais de la table, remarquant qu'il y avait une assiette recouverte par une cloche. Je n'étais pas tranquille, mais je voulais voir ce qu'il y avait dessous. Doucement, je posais ma main dessus, et ressentais une grande chaleur. Et je pus voir ce qu'il y avait à l'intérieur...

_________________


Nyahahahaha:
 
XP : 860
Messages : 437
avatarKonohajin
Ryûji
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi   Dim 18 Juin - 22:11
La cloche levée, je pouvais voir ce qui s'y trouvait dessous. Et j'étais plutôt surpris. Le plat révélé, c'était un véritable torrent de flammes qui jaillissait de l'assiette. Pris de stupeur par cette bouffée de chaleur soudaine, ainsi que cette vision plus qu'improbable, je reculais jusqu'à l'autre bout de la salle. Les flammes elles s'animaient, et allèrent rejoindre la cheminée de l'autre côté de la salle, qui s'allumait subitement, s'étant nourri des flammes du plat. C'était incroyable, tout comme c'était surnaturel. Rien ici n'avait de logique. De plus, une sorte d'ombre se dessinait sur le bois de la table, après que la cheminée ne se soit allumée. Cette ombre semblait être celle d'une femme, qui semblait s'approcher.

Peur. Je criais de toutes mes forces, tombant à la renverse et cachant mon visage derrière mes jambes. Je n'en pouvais plus de cet endroit, je voulais sortir, mais... je ne le voulais pas.

Soudain, un bruit inquiétant me fit sortir de ma torpeur. J'avais entendu l'une des chaises bouger. Relevant les yeux, je pouvais constater qu'elle bougeait effectivement... sur un seul de ses pieds. Je me relevais, inquiet. Ce n'est ensuite pas une, mais toutes les chaises qui commençaient à se déplacer à travers la salle, puis à voler. L'une d'entre elle m'attaqua même, coup que j'esquivais sans bien trop de soucis. Je pouvais voir que dans cette salle, tout commençait à s'envoler, et à se diriger vers moi. J'étais véritablement en train de me faire attaquer par du mobilier ?

- À l'aide, quelqu'un s'il vous plait...

Je courais, larmes aux yeux, et implorant de l'aide. Je ne comprenais rien de rien à ce qui était en train de m'arriver. Tout ce que je savais, c'est qu'il n'y avait rien de naturel. Des mauvais esprits ? Sans doute... cette maison était-elle réellement hantée ? Dans tous les cas, dans ma course, je grimpais en haut des escaliers que je n'avais même pas remarqués, mais je n'étais plus à ça près après tout. Je grimpais donc à l'étage, quand tout à coup la lumière disparut une nouvelle fois, et le silence fut.

Paralysé par la peur, je ne bougeais plus d'un pouce. Je ne savais plus quoi faire... le silence s'éternisait, il était lourd et terrifiant. Seulement, si j'écoutais attentivement... je pouvais entendre des murmures tout autour de moi. Je tremblais de plus belle, et des gouttes de sueur coulaient tout au long de mon visage. La lumière finit par revenir, et... une femme se trouvait devant moi.

- Viens... avec moi...

La femme était translucide, je pouvais voir au travers d'elle, et elle s'avançait vers moi, tout en tendant les bras dans ma direction. Pris une énième fois d'un élan de panique, je courais dans la direction opposée, m'enfonçant dans de nouveaux couloirs, et traversant une multitude de salles comme une fusée, jusqu'à trouver un nouvel escalier. Sans réfléchir, je grimpais encore. Pour une raison que j'ignorais, je ressentais le besoin de monter. Peut-être que la réponse à toutes mes interrogations s'y trouvait... ? Je ne savais pas trop. Tout ce que je voulais, c'était m'enfuir de là, et ne plus jamais revenir. Jamais !

Après avoir grimpé à l'étage, je pouvais voir que cette femme ne me suivait plus. J'observais alors les alentours, voyant encore des couloirs, une grande pièce... comme si tout se répétait ici. Je m'avançais doucement, jusqu'à entendre une mélodie inquiétante, jouée au piano. Du piano... ici ? Intrigué, je m'avançais, cherchant l'origine de cette mélodie. Plus j'avançais, et mieux je l'entendais. Une voix semblait accompagner cette mélodie. Cette personne... était-elle réelle ? Je devais m'en assurer. Si je rencontrais une personne en vie ici, je pourrais peut-être trouver une solution de sortir...

J'avançais, et à l'oreille je pouvais localiser d'où provenait cette musique. Il y avait une porte, bien plus grande et luxueuse que les autres devant moi, et le son venait de derrière celle-ci.

- Qu'est-ce que j'ai à perdre, de toute façon... ?

C'est vrai, après tout. Au point où j'en étais... autant ouvrir cette porte. La porte grinçait alors, et la mélodie restait inchangée. La salle était peu éclairée, mais on pouvait voir ce qu'il s'y passait. Il y avait en plein milieu de la salle un piano, où les touches semblaient s'enfoncer... toutes seules. La porte claqua derrière moi, et disparut.

- Y a... y a quelqu'un... ? S'il vous plait, répondez... je veux sortir d'ici...

Suite à ma phrase, la mélodie s'arrêta, et le silence s'installa. Un silence une nouvelle fois inquiétant, qui se perpétua jusqu'à qu'une note grave fut jouée. Je sentais mon cœur se serrer en l'entendant, et une profonde tristesse et terreur m'envahissait. Je tombais à genoux au sol, larmes aux yeux, la main sur le cœur...

- Qu... quoi... c'est quoi ça... ?

_________________


Nyahahahaha:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi   
 

[Mission de Rang C] Le sanctuaire de l'effroi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Pays du Feu :: Konoha-