AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
XP : 0
Messages : 6
avatarSunajin
Chinoike Nikki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)   Lun 1 Mai - 17:18
Chinoike Nikki


Présentation




Origine de l'avatar : Kirishima Touka from Tokyo Ghoul
Identité : Nikki Chinoike
Surnom : Weirdo pour certains et l'ange du désespoir avec mes amis
Sexe : Féminin
Âge : 15ans
Date de naissance : -14 en été
---
Clan : Chinoike
Grade : Genin
Rang : C
Kekkei Genkai : Kerryûgan


Physique



Depuis un temps, Nikki a beaucoup changé dans son style. Elle a enlevé les trois piercings sur sa lèvre inférieur et a coupé ses cheveux. D'ailleurs, ses cheveux, qui étaient avant d'un noir bleuté, ont pâli et ils ont pris un teint beaucoup plus violet, tandis que ses pupilles, au naturel, sont bleus azur. La Kunoichi a aussi un peu grandit, touchant presque les un mètre soixante-cinq, et elle a prit un peu plus de poids pour ne plus être considérée comme anorexique aux yeux des médecins de Suna. La ninja, malgré qu'elle vit dans un désert, possède une peau fragile et pâle. Las scarifications multiples sur son bras sont très visibles si la kunoichi ne porte pas de longues manches (ce qui est très rare).

Quand la demoiselle active son Kerryûgan, ses pupilles deviennent aussitôt rouges. On peut comparer ses pupilles à ceux d'un reptile, mais ce qui terrifie surtout les personnes, ce sont le globe oculaire qui deviennent d'un noir profond, laissant des petites veines sortir proche de son oeil.

Au niveau vestimentaire, la Chinoike a varié beaucoup plus son stule. Elle porte maintenant beaucoup plus de vêtements avec des couleurs chaudes, malgré qu'elle adore toujours son style gothique et Emo que la Kunoichi gardait depuis tant d'année.


Caractère



Nikki est une jeune fille assez étrange, voir anormale pour les villageois de Suna. Elle est assez froide et inexpressive, tel un cadavre. En fait, la demoiselle aux yeux azurs a enfouie ses émotions dans son coeur et ne les montre jamais. Personne ne peut déduire si la Genin a de la joie ou est en colère. Pourquoi? Car sa seule expression que l'adolescente affiche c'est celle d'une demoiselle sans joie de vivre. Elle ne reflète aucune lumière dans ses yeux et aucune énergie dans ses mouvements. D'ailleurs, c'est bien à cause de cet attitude que les gens de Kaze no Kuni la compare avec un mort-vivant. Aussi, comme son grand frère, la Chinoike partage très peu son ressentie et préfère, par conséquent, de s'éloigner des foules.

Peu populaire dû à son goût vestimentaire et à son allure de zombie, Nikki a souvent été victime d'intimidation. Cependant, ce n'est point le genre de personne a dénoncé, mais bien une personne qui s'isolera et qui gardera toutes ses blessures pour elle. D'ailleurs, la kunoichi à longue court cheveux violet possède très peu d'amis et, la plupart, partage la même état de pensée que la demoiselle; elle est pessimiste. Elle ne voit aucunement la beauté dans ce monde où elle est ''prisonnière'' et préférait largement mourir, dans d'atroce souffrance, que de rester une seconde de plus. Alors, pourquoi n'a-t-elle point rejoint la vallée des morts, me direz-vous? Hé bien, au fond d'elle, Nikki est aussi une personne très sensible qui ne cherche qu'à être aimée. D'ailleurs, la ninja aime beaucoup trop sa famille pour prendre le chemin de la mort.

Les goûts de la Chinoike sont assez spéciaux. En fait, étant de nature curieuse, la sunajin adore vérifier la sensation d'être considérée comme ''démoniaque'' aux yeux de la société. D'ailleurs, elle essayera souvent d'invoquer des démons, des âmes malfaisantes ou non ou encore, des bijuu pour comprendre le sentiment des ''rejets'' ou des ''monstres''. La mort est aussi un sujet qui la fascine et qui la touche aussi. D'ailleurs, Nikki fait une collection de crâne dans sa chambre pour ressentir les émotions des défunts et aussi, pour admirer les traits qu'on ne peut voir naturellement avec les yeux. Elle adore aussi les dessins et dessine super bien.

Il faut comprendre aussi que Nikki souffre beaucoup psychologiquement et, malgré ses hésitations, elle a essayé maintes fois de s'enlever la vie pour aller mieux. Cependant, ne pouvant se tuer elle-même d'une quelconque façon, la sunajin préfère alors se mutiler les bras pour oublier qu'elle souffre énormément.


Histoire



Comme Nikki n'aime pas vraiment raconter son enfance et parler de sa vie privée, nous avons pris son journal intime pour pouvoir partager son ressentie et le déroulement de sa vie. Attention, comme nous allons entrer dans les pensées de cette dernière, il se peut que certains passages soient glauque ou encore, gore. Nous demandons aux âmes sensibles de soit quitter la présentation ou soit de prendre une bière. Ceci est à vos risque et péril. Bon, commençons la première page.


''D'après les dires de ma mère, je serais née dans le pays du feu, dans un petit village où ma mère et mon père avaient construit une petite maison. On m'a dit que, quand j'étais encore un bébé,j'avais déjà de gros problèmes de santé. Il est vrai que, comme j'étais prématurée, c'était plus facile d'être malade et d'attraper tous les virus du monde. D'ailleurs, à savoir que ce monde serait aussi merdique et décevant, j'aurais retourné dans le ventre de ma mère pour pourrir là et ce, pour l'éternité. Mais bon, à croire qu'on ne pouvait pas faire marche arrière.

Donc, je suis née en pleine période chaude de l'été et, selon les dires de ma mère, j'étais l'un des plus beaux bébés qu'elle n'avait jamais eu. C'est même elle qui m'a surnommé Nikki, alors que mon père voulait m'appeler Gaara. Je ne sais guère pour quelle raison que ma mère avait choisi ce nom, mais, pour une des rares fois, je trouve que c'est la seule chose qui me va à merveille. Mon père, tant qu'à lui, n'avait pas vraiment de goût et souhaitait, peut-être, intérieurement que je sois un garçon.

Sinon, j'ai aussi trois autres soeurs et un frère, mais j'veux pas en parler maintenant, vu que je dois préparer mon rituel''

''Je me souviens clairement que mon enfance était vraiment horrible avec cette soeur qui m'intimidait toujours et les gens qui me jugeaient. Par contre, dû à mon innocence et ma naïveté, je croyais, à l'époque, que je monde était parfait et que les gens étaient tous beaux et gentils. Je ne voyais guère la guerre qui se déroulait proche de moi. Non, je me contentais de vivre avec ma petite famille.

D'ailleurs, même si j'ai moins d'affinité avec plusieurs personnes, j'aime vraiment mon frère et mes soeurs. Ils sont tout pour moi et sont la seule raison de mon existence aujourd'hui. Déjà ma mère, à comparer de moi, est une femme très forte et qui pense toujours à notre bien. Bon, dès fois, je vous l'accorde qu'elle fait des erreurs et est un peu bizarre par moment, mais je crois que ce n'est point facile d'élever cinq enfants, seule, et avec des problèmes. Je la respectais tellement pour ce qu'elle nous fait, chaque jour.

Ensuite, j'aime ma grande soeur Tara. Malgré qu'on ne se parle pas beaucoup, vu qu'elle est soit partie en mission ou soit elle est à côté de mon grand frère comme un chien de garde, je la trouve sympa à discuter. Ma mère m'a avoué qu'elle m'aidait même à progresser quand j'étais petite. Boarf, j'm'en rappel plus vraiment, mais bon, c'est gentil quand même.

J'a aussi une petite soeur du nom d'Himeko. On est pas vraiment proche l'un l'autre, vu qu'elle est une peste, en général. Cependant, quand elle le veut, elle peut se montrer Kawaii.

Honnêtement, malgré que je l'exprimais point beaucoup, la personne que j'aime le plus dans ma famille, c'est Akio, mon grand frère. Je ne sais pas pourquoi, mais, depuis ma toute petite enfance, j'ai toujours été proche de lui. J'ai toujours voulu partagé mes sentiments avec lui et je lui obéissais aveuglément. Pourquoi, me diriez-vous? J'en ais aucune idée. Peut-être que nous avions partagé les mêmes souffrances que nous étions proches? Ou encore, peut-être le fait qu'il s'occupe attentivement de moi me donne un léger espoir envers les intentions humaines? Je ne sais vraiment pas pourquoi j'étais aussi attachée à lui, mais je l'admirais. Il faisait de son mieux pour m'aider alors qu'il avait déjà ses propres soucis à gérer. Mon frère était vraiment trop gentil et attachant. Si, un jour, j'arrive à invoquer une entité, Akio serait la première personne avec qui j'ai envie de mourir, dans ses bras. J'apporterais son âme dans la mort et nous vivrons dans les profondeurs des ténèbres, pour toujours..

Pour ce qui est de mon père, je ne l'ai jamais vu personnellement, vu qu'il refusait de me parler ou même, me fixer durant le repas. Il ne m'a rien fait, cependant, il a fait beaucoup souffrir mon grand frère durant sa jeunesse et je ne l'acceptais pas. Dommage qu'il soit déjà mort, je l'aurais maudit à rester sur les terres de Yuukan et ce, pour l'éternité.

Pour ce qui est d'Orihime... Meh. Pas vraiment envie de la voir dans le crépuscule, comme mon père. Salut!''

''Dans ma jeunesse, j'étais qu'une petite conne et naïve qui croyait que le monde était beau et gentil, mais, peu à peu, les années avançaient et mes yeux voyaient tranquillement le vrai visage que l'humanité cachait. Un monde remplit de haine et de préjuger. Le monde n'est pas fait pour qu'on s'aime entre nous. Non, bien au contraire. Le pouvoir et la puissance étaient trop importants pour que l'amour du prochain soit la priorité pour les shinobis.

La première fois que je pus remarquer cette vérité fut vers mes sept années d'existence sur ce monde sadique. Je me rappel bien que je me faisais souvent intimider par ma soeur Orihime. Elle aimait bien faire des accrochages ou encore m'insulter quand nous étions seules. Peut-être qu'elle voulait prouvait sa supériorité?Peut-être. Dans ces années là, je ne comprenais guère trop pourquoi que ma grande soeur m'attaquait ainsi, alors que je lui avais rien fait. Cela me faisait beaucoup de peines, mais bon, j'essayais souvent de positiver ses actions, en me disant qu'elle voulait que je me dépasse et tout. C'était peut-être pour m'encourager, disais-je. Hmph! Stupide. Néanmoins, je compris bien vite les intentions premières de celle-ci et ce fut la dernière journée que je partageais une affection envers cette grosse pute.


En effet, alors que j'avais rien demandé, Orihime m'avait encore frappé pour, sûrement, prouver qu'elle était supérieure à moi. Cependant, la force de son coup était beaucoup plus puissant que d'habitude et, par cette attaque, je tombai, inconsciente.

Je me réveillais un peu plus tard et ce, avec un mal de crâne intense. Mes yeux azurs découvraient tranquillement que je n'étais plus à la maison. Non, je voyais des arbres passés à côté de moi, comme si je me déplaçais. Pourtant, je.. je ne marchais point non plus. Je ne comprenais plus ce qui se passait et j'avais cette pression sur la taille, comme si on me tenait prisonnière dans ses bras. Donc, curieuse de savoir le dénouement de ce cirque, je levai mon regard pour remarquer cet étrange inconnu qui me tenait à un bras et avançait. Où? Je n'en savais guère. Pourtant,je me rappel très bien que je ne voulais point suivre le monsieur qui possédait un étrange bandeau. Dans le temps, je ne savais aucunement que des villages ninjas existaient et encore moins celui de la terre. Bref, je ne voulais pas suivre ce monsieur qui ne faisait aucunement partie de ma famille. Donc, paniquée du dénouement final, je ne suis mise à crier de toutes mes forces et, me défendant comme je le pouvais, je tapais des pieds et gigotais pour rendre la marche plus difficile au monsieur. Le shinobi essaya de me faire taire, mais, quand je décidai de planter mes dents dans sa chair, il hurla de douleur. Pour ma part, j'enfonçais mes dents de plus en plus creux, laissant le sang de celui-ci coulé au fond de ma gorge. Bizarrement, le goût du sang ne me dégoûtait pas. Bien au contraire, cela éveilla une drôle de sensation en moi. J'en.. voulais plus, mais pas l'homme. En fait, le shinobi me lâcha brusquement, cependant, avec ce geste, il empira sa douleur, vu que j'arrachais une grande partie de sa chair. Le ninja hurla d'agonie, m'insultant et me maudissant, alors que moi, je me relevais tranquillement. Mon corps était légèrement tremblant sous l'excitation de ce goût et de la bave mélangée dans des gouttelettes de sang coula doucement sur mon menton. J'en voulais encore de ce sérum divin. Mon corps en demandait plus. Toujours plus. L'homme, voyant ma posture anormale et mes yeux qui prirent un teint rouge, voir reptilien, figea sur place. Il était terrifié en me voyant et savait qu'il était trop tard pour m'arrêter. Pour ma part, je commençais peu à peu à perdre conscience des événements, prise par une transe et un désir intoxicant. Je laissai un dernier était sourire, avant de lui sauter au cou.

Je ne me souviens aucunement comment notre affrontement s'est déroulé, mais je remarquai que le corps de l'inconnue était beaucoup plus déchiqueté et amoché. Je fixais alors mes mains, tâché de sang et qui montaient jusqu'à mon menton qui dégoulinait de sang, laissant mes vêtements imbibés par ce dernier. Je.. je ne voulais plus rester dans ces lieux. Cela me rendait malade de voir le visage à moitié ouvert du cadavre. J'avais l'impression que j'allais perdre la raison, que j'allais mourir ou que des âmes me jugeaient de mon acte. Donc, terrifiée, j'abandonnai les lieux en courser pour aller me cacher entre deux arbres, les yeux plein d'eaux. Était-ce ma soeur qui était responsable de cet événement?''


''Malgré toutes les violences psychologiques et que je vivais, même après cet événement, je restais toujours dans un positif à n'en vomir un boulimique. J'ai même failli encore sur cette pensée humaniste que j'avais quand j'étais encore une enfant naïve. Euhm.. comment dire.. vous savez, j'ai tombé amoureuse d'une personne dans ma vie. Elle était à la fois puissante et belle. C'était une perle rare à mes yeux. Non seulement qu'elle était l'une des plus belle femme que j'avais vu à Hi no Kuni, mais, en plus, elle était une demoiselle exemplaire. Elle était l'idole de toutes les femmes du pays du feu. Pour les ennemis qui osaient la défier, la femme représentait la peur, tandis que pour nous, elle représentait un espoir d'une nouvelle ère. Pour ma part, la Kunoichi était plus qu'une ninja aux puissants dôjutsu, mais bien une personne qui avait réussi à atteindre mon coeur glacial. Donc, tranquillement, mais sûrement, j'essayais de montrer mon amour envers cette Uchiha.

Au début, j'étais plutôt timide j'étais plutôt timide et je décidai de la suivre quelques fois pour voir ce qu'elle aimait. Je voulais la combler de cadeaux et de lettres d'amour pour conquérir son coeur à petit feu, sans pour autant signer mon nom. Dès fois, je prenais un petit cahier pour la dessiner. J'aimais beaucoup faire des portraits de personne, surtout dessiner que j'aimais beaucoup et imaginer des scénarios. J'avais plusieurs clichés de mon coup de coeur dans mon cahier, alimentant mon amour grandissant pour elle. Certains pouvaient associé mon sentiment à de la folie pure et dur ou même, en une obsession envers son statue. Cependant, malgré les rumeurs et le jugement des autres, je savais que mon amour pour elle était vrai et pur.

Ensuite, après quelques temps d'observation, je décidai de lui donner des cadeaux assez dispendieux, mais toujours sans ma signature. J'avais pas encore le courage de signer mon nom dans les lettres, vu que j'étais angoissée par les futures réactions de la demoiselle qui apprendra que la personne qui l'aime et qui la chérit soit une fille, assez jeune. Peut-être en sera-t-elle dégoûtée de savoir une telle vérité? Peut-être elle ne cherchait point à aimer une autre âme en détresse? Peut-être elle aimait une autre personne que moi? Toutes ces questions éveillaient ma crainte de ce rejet, me donnant de grosses migraines, mais, je savais, qu'au fond, elle ne pouvait dire non à ma demande. Elle sera enchantée de voir comment je l'aime et tout ce que je pouvais accomplir pour lui prouver mon amour...

Finalement, après plusieurs semaines, voir des mois à observer la Uchiha et lui offrir des cadeaux en secret, je décidai de prendre mon courage à deux mains et de signer mon nom sur la dernière lettre. C'était une invitation pour se rencontrer et passer une soirée mémorable, voir magistrale et remplit d'amour dedans. J,avais pris un bouquet magnifique qui faisait ressortir les yeux rubis de la demoiselle. C'était l'un des jours les plus stressant de ma vie, vu que j'avais peur qu'elle rejette l'invitation, mais, après quelques heures, je reçu une lettre de sa part. Elle avait accepté de me rencontrer, ce qui devint le plus beau jour de ma vie. Je ne tenais plus en place à ce moment là. J'étais heureuse, le coeur battant. Je rêvassais de cette soirée qui sera seulement parfaite à mes yeux''

''J'avais tout fait pour être présentable et magnifique aux yeux de cette femme. J'avais pris la plus belle robe que je possédais, je mettais un maquillage discret, mais doux pour ressortir le teint de mon visage et mes yeux azurs, et j'avais replacé toute ma chevelure noire au fer. Je mis aussi un petit parfum floral pour caresser les narines de ma compagne d'un soir, voulant la séduire avec tout ce que je pouvais. Je n'étais point la plus magnifique des personnes , mais on pouvait dire que j'étais tout à fait jolie dans le temps. J'étais prête à conquérir complètement le coeur de cette dernière. Non, je n'étais point la plus forte de ma famille et ni la plus parfaite ou belle, mais je savais que je pouvais combler cette kunoichi et la rendre heureuse. Je savais qu'on pouvait partager un bonheur intime et pur. Cependant, alors que tout semblait parfait, comme dans un rêve, je n'avais point prévu de voir, à nouvelle fois, la vrai nature des êtres humains. Cette énergie de haine, de vengeance et d'obsession pour le pouvoir. Mes yeux m'ont fait découvrir la vérité depuis ce moment.

Cette soirée-là, alors que j'étais prête pour ce rendez-vous qui allait changer ma vie, je reçu une terrible et triste nouvelle. La personne que j'aimais fut bannie du pays du feu. En effet, étant la fondatrice du Reishin, son but principal de son organisation était de faire tomber le Daimyô du feu pour changer les idéologies et les méthodes offensives et défensives du pays du feu et ce, durant la guerre clanique. Le groupe voulait faire payer le pays de la terre pour leurs crimes et leurs menaces. C'était le pire ennemi du mouvement Rikudô, mais le Daimyô d'Hi no Kuni refusait les propositions de ces derniers qui trouvaient cela drastiques et immorales. La Uchiha avait alors joué la femme parfaite et fidèle, mais, elle cachait bien son jeu. En fait, depuis que son masque est tombé, la kunoichi montrait son vrai visage. Elle ne souhaitait qu'une chose; la puissance et la vengeance. Elle avait défié le pays qui l'avait recueillie et protégée, mais ce fut Hi no Kuni qui a sorti vainqueur de ce combat. Ils furent aussitôt bannis, mais la Uchiha promit que ça serait la dernière fois qu'elle perdrait contre le pays du feu et même, contre le clan Nara. Elle maudissait toutes les personnes qui suivaient ce fameux mouvement Rikudô et partit à jamais, sans que nous puissions nous rencontrer finalement.

Mon petit coeur d'ado fut assommé par cette triste vérité. Je voyais maintenant comme l'humain traitait ses confrères. Ici, nous étions des pestes pour la faune et la flore, voir des êtres démoniaques pour les terres de Yuukan. Nous étions des virus pour notre planète, prêts à détruire son prochain parce qu'il nous regardait de travers ou il était simplement différent des autres. Nous vivions déjà en Enfer, mais les gens optimistes ne voyaient point cette vérité.

Les morts, eux, malgré leurs remords qui étaient gravés sur leur crâne et les souvenirs cachés dans des lieux mémorables, avaient trouvé la paix parmi le crépuscule. Ils avaient compris que leur âme était en harmonie avec la chambre froide et je comptais bien y rejoindre bientôt...''


''La mort est devenue mon but ultime pour moi. J'étais prisonnière dans ce monde. Yuukan me gardait dans cette cage avec plusieurs prédateurs qui cherchaient à dominer les plus faibles que soi. Oui, grâce à nous, les humains, Yuukan était rendu un ''paradis'' diabolique pour nos âmes. Même le domaine des démons et des esprits malsains semblaient être moins difficile pour un esprit aussi fragile que le mien. La mort était, pour moi, la seule sortie de secours pour vivre enfin en paix avec moi-même et ressentir une certaine satisfaction. Je rêvais de rejoindre le crépuscule. J'ai essayé, à maintes reprises, de couper mon existence net, mais je n'arrivais jamais au bout de mon acte. Pourquoi? Hé bien, malgré que je savais que notre monde était sans espoir, il restait toujours mes petites lueurs d'espoir qui vivaient encore parmi cette immense arène. Par contre, contrairement à moi, ils ne voyaient point cette vision horrible que le monde nous offrait. Non, ils positivaient même sur le fait qu'on ''vivait'' dans un monde se dirigeant peu à peu vers la paix et l'harmonie. Sérieusement? Non, je ne pense pas. Ce n'était qu'une façade pour séduire les faibles et pour mieux les dompter. Je crois même que nous étions seulement en train de survivre, retardant le jugement dernier. Étais-je dégoûtée par leur comportement? Boarf, pas du tout! Malgré qu'ils ne voyaient point la vérité, je les aimais quand même et cela me donna même une mission. C'était mon devoir de les ramener à la raison. Je ne voulais point partir dans l'autre monde sans leur présence avec moi, mais je n'avais guère le courage de tuer froidement ma famille. Donc, en parlant avec une âme d'un déchu, j'eus une petite idée. Je voulais invoquer une entité, maléfique ou pas, et je lui permettrais une vie éternelle sur Yuukan s'il emmenait toute ma famille dans le crépuscule. Suivant les conseils de mon nouvel ami, j'essayais tous les rituels possibles pour accomplir mon but. Certaines nuits, j'allais dans les cimetières pour écouter l'histoire des défunts et, avec son consentement, je déterrais les tombes pour récupérer leurs crânes. Au début, je faisais cela que pour mes rituels, cependant, plus que les journées avançaient, plus que je m'attachais à ces âmes. Ressentir les derniers moments me faisaient d'étrange sensation et leurs histoires, quant a elles, étaient souvent touchantes et intéressantes. C'était triste que personne ne les écoutait, mais je n'étais point comme les autres. Depuis ce jour, ma collection de crâne devint alors une passion, tout comme mes rituels et mes talents en dessin. Par contre, malgré toutes mes tentatives, les êtres maléfiques ne venaient guère à mon appel.

Souvent, quand je n'étais point dans ma chambre pour préparer un rituel, je me tenais avec ma famille et écoutait leurs plaintes et leurs conseils. J'essayais de leur partager mon amour, mais, étant un glaçon envers tout ce qui est affectif, je n'arrivais point à exprimer mes sentiments correctement, donnant une expression que je me foutais d'eux ou que je n'avais seulement pas de coeur. Ma présence dans cette arène devint de plus en plus difficile pour moi, me faisant perdre le contrôle de moi-même. Je n'arrivais plus comme avant à maîtriser mes pulsions, mais, heureusement qu'une âme me conseilla de faire couler mon sang avec une lame pour aller mieux..''

''Cela fait un moment que nous avions déménagé pour rejoindre le village caché du sable et c'était encore plus horrible qu'autrefois. Comme j'avais trouvé un style un peu plus apte pour mes rituels, les enfants de ce village me voyait comme une cible à martyriser. Dès fois, ils leur arrivaient de me lancer des choses au visage, me pousser brusquement pour me faire tomber dans de la boue ou autre chose ou encore, me torturer physiquement en me trempant la tête dans l'eau glacée à répétition. Leurs blagues allaient souvent trop loin et je me retrouvais souvent à l'hôpital.

Je détestais vraiment les gens de ce villages qui ne faisaient rien pour changer la situation. Plusieurs personnes étaient martyrisées ainsi parce qu'ils étaient un peu différents, mais personne ne les aidait. Non, c'était plus simple de les pointer du doigts et de se moquer d'eux. Les Sunajin adoraient se moquer des gens différents qui souffraient beaucoup. Je comparais souvent notre village à celui d'un cirque. Nous, les victimes, nous étions les montres, tandis que les autres étaient des spectateurs et nous regardaient souffrir.

Pour ma part, je laissais les gens rire de moi, mais cela ne me rendait pas indifférente pour autant. J'étais souvent blessée par leurs moqueries et ça me hantaient presque dans mes rêves. Oui, j'étais devenue genin maintenant, mais j'avais de plus en plus de mal à rester ici. Mes traitements avec ma lame devient de plus en plus insuffisante face à ces gens qui aiment me pointer du doigt. Je ne rêve qu'une chose; mourir en paix avec ma famille et au plus vite!''


Derrière l'écran



Pseudo : vous savez!
Âge : jsuis vieille wesh oo
Comment avec-vous connu le forum ? je ne dirais jamais mon secret,
héhé

Que pensez-vous du forum ? arrête de changer ce que je dis Sakura,
sinon je te fais payer è.é. Il est moche le forum, comme la kunoichi useless *sort*

Quelle est votre disponibilité ? tout le temps, mais pour rp... quand la Lune est pleine
Autre chose ? je suis un papillon
Code de validation: Ce code a été validé par Chaton Nao qui fangirl..
© Ju de Never-Utopia


Dernière édition par Chinoike Nikki le Ven 12 Mai - 9:07, édité 6 fois
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)   Jeu 11 Mai - 13:52
Coucou toi !

Oui je sais que tu es en train de faire ta fiche, mais... me voilà obligé de passer pour faire une première relance, car plus de nouvelles depuis plus d'une semaine.

Ah bah c'est du beau ça, tiens ! :3
XP : 0
Messages : 6
avatarSunajin
Chinoike Nikki
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)   Ven 12 Mai - 9:07
voila terminée!

désolée pour le retard et bonne lecture! <3
XP : 119
Messages : 66
avatarSunajin
Sakai Kenzô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)   Sam 13 Mai - 17:23

Citation :
Autre chose ? je suis un papillon

Présentation refusée. Va de retro Papillonas ! '^'

Bon sinon, plus sérieusement ! J'aime bien le côté mignon puis glauque de ta présentation. Du genre, tu dis que tu adores Akio ton grand frère, quand tout à coup à la phrase d'après : " Si, un jour, j'arrive à invoquer une entité, Akio serait la première personne avec qui j'ai envie de mourir". C'est déstabilisant, tout comme ta ****** de collection de crânes... D:

Sinon, tout est en ordre ! Le personnage est carrément glauque en effet, mais j'aime quand même beaucoup le style ! Puis wtf elle devient timbrée sur la fin avec son histoire d'ami que c'est une âme, d'aller déterrer des tombes pour choper des crânes, de leur parler... wtf, psychopathe ! °^°

Tout est bon en tout cas ! Je te valide donc Genin (fuck you) de rang C à Suna ! Tu connais la chanson, tu gagnes du temps à lire, j'en gagne à écrire et tout le monde est content.

Félicitations pour ta validation du coup ! On s'fera un RP quand on aura terminé celui avec Misa ! :3

PS : Elle n'est pas longtemps restée dans uin positif à en vomir un boulimique. Moi j'dis ça, j'dis rien !
 

Chinoike Nikki, la collectionneuse de crâne (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Amorce :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-