AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Partagez | 
Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Sam 28 Jan - 11:54
Une quête perdue d'avance ?
  Featuring
Daijiro & Kisame

 

 

 

 
© A-Lice

Katsuko était revenue quelques jours plus tôt de Yu no Kuni. Elle avait reprit son entraînement, et si, pour le monde extérieur, Emichi semblait lui avoir pardonné cette escapade de plus de deux semaines qui lui avait coûté un cheval, en privé, il n'en était rien. De nouvelles marques étaient venues rejoindre les précédentes sur ses bras, et ce n'était pas la fin. Elle commençait à ne plus les supporter, elle n'en pouvait plus de cette dictature qu'il lui imposait. Un jour ou l'autre, elle partirait. Définitivement. Elle n'en entendrait plus jamais parler.

Pour l'heure, elle était à l'Académie. C'est à ce moment qu'elle fut appelée par son père, alors qu'il venait de terminer un cours. Elle devait le rejoindre juste après le déjeuner dans sa salle de cours pour qu'ils puissent parler tranquillement. Elle espérait simplement que la "discussion" dont son père avait parlé en passant en coup de vent sur son terrain d'entraînement ne serait pas trop douloureuse.

La jeune femme finit alors son entraînement par des séries de travaux musculaires. Elle devait être forte si elle comptait partir. Cette idée qui avait germé peu à peu dans son esprit était maintenant un peu plus consciente, bien qu'elle ne sache comment la mettre en oeuvre. Son père ne la laisserait pas partir si facilement. Et si elle devenait suffisamment forte pour être presque tout le temps en mission, au final, le résultat était le même. Elle voulait surtout se tenir de plus en plus éloignée de cette figure qui lui était néfaste.

Après un repas léger à la cantine de l'Académie du village caché du Sable, la vampirette trottina jusqu'à ladite salle. Elle hésita un instant, prit une respiration, puis toqua à la porte avant de descendre la poignée pour entrer et refermer derrière elle. Elle entrait dans le domaine d'un démon, et s'enfermait avec lui.

    « Vous souhaitiez me parler père ?
    - En effet Katsuko. Le Triumvirat m'a contacté. Ils m'ont dit que je devais trouver des shinobis capables pour faire une certaine mission. Une mission très importante. Ils m'ont aussi dit de ne pas hésiter à en appeler plusieurs, et même de haut rang. Cependant, cette mission sera un nouveau test pour toi. Toi seule. Je te déconseille d'échouer, compris ?
    - ... Je ferais en sorte de vous plaire, père... »
    - C'est ce que je voulais entendre. Bien, voici le problème. Un groupe de ninjas de bon niveau s'est infiltré à Kaminari no Kuni et y ont volé un précieux trésor. C'est un diamant de très grande valeur, le ThunderGold. Ces ninjas ont précédemment attaqué le sud à de nombreuses reprises, leur capture ou leur mort sera une nouvelle très bien perçue. Leur nom de groupe est Yaoya-san, du à leur précédent domaine, la vente de légumes. Ne les sous-estime cependant pas, ils sont plus forts que toi, sans aucun doute. Tu vas donc devoir utiliser ta tête, ce que tu n'as pas beaucoup fait ces derniers temps, elle doit donc être à bloc pour cette mission. Rattrape-toi et j'oublierai ta disparition de deux semaines, et peut-être même de plus anciennes erreurs. Si tu venais à échouer, non seulement ce serait terrible pour toi, mais en plus tu me décrédibiliserai auprès des dirigeants de cette ville. Tu ne veux pas ça, si ?
    - Je réussirais cette mission ou j'en mourrais, père... »


Un sourire mauvais s'afficha sur le visage de Chinoike Emichi. Le père despotique avait bien montré son intention dirimante, sa fille n'avait pour choix que de s'y soumettre. Il appréciait tout particulièrement cette toute-puissance qu'il avait sur elle. Elle n'était qu'un jouet, et il l'enverrai faire les pires missions qu'il trouverait. Elle souffrirait autant qu'elle l'avait fait souffrir pendant ses plus jeunes années, le couvrant de honte avec son comportement malsain non contrôlé.

Katsuko quant à elle savait qu'elle n'avait pas d'autres options que d'aller faire cette mission et de la réussir. Son père continua alors un moment, lui expliquant certains détails, les informations qu'il avait sur les Yaoya-san même si celles-ci étaient floues, dues aux quelques témoignages reccueillis auparavant près de leurs anciennes victimes, notamment le fait qu'au moins l'un d'eux devait savoir manier les illusions.

Il lui indiqua aussi de se méfier, qu'elle pourrait probablement rencontrer des mercenaires de Kiri. Il semblerait que la fille du Daimyô ne les apprécie pas, et qu'ils pourraient tenter de s'accaparer le diamant. Bien évidemment, son père la prévint que s'ils le récupéraient à sa place, la mission serait aussi considérée comme échouée, et la sentance serait la même que si elle ne parvenait pas à retrouver le trésor du pays de la foudre.

Neiko se contenta d'acquiécer avant qu'il ne la renvoie pour qu'elle aille se préparer et qu'elle parte directement. Elle ne devait pas traîner, chaque instant augmentait les chances que les Kirijins trouvent le ThunderGold avant elle. Elle rentra donc au manoir et rassembla ses affaires. Elle avait l'autorisation de prendre un cheval à l'écurie pour filer jusqu'à Kaminari no Kuni ainsi qu'une somme correcte d'argent qui pourrait toujours être utile pour négocier des informations une fois sur place.

Son point de départ de recherches serait le lieu du vol. Elle y interrogerait les éventuels témoins, elle ne pouvait accepter de perdre du temps. Il fallait qu'elle rassemble toutes les données nécessaires sur ces bandits afin de les retrouver au plus vite. Lorsqu'elle saurait où ils se trouvent et à quoi ils ressemblent, elle pourrait envisager un plan d'attaque. Elle ne pourrait certainement pas leur foncer dessus tête baissée, et devrait se montrer discrète. Si elle était repérée, elle serait surement vite mise hors d'état de nuire ou alors ils disparaîtraient dans la nature. Dans tous les cas, cela signifiait un échec. Si les Kirijins le trouvaient avant elle, elle aurait toujours une chance de leur dérober, de les séduire ou de s'accaparer le diamant d'une autre manière.

Pendant son trajet, elle s'appliqua seulement à être efficace dans ses déplacements. Les quelques animaux sauvages qu'elle rencontra et qui tentèrent de l'attaquer lui servirent de repas pour le voyage jusqu'à Karamine, mais elle devrait trouver des victimes humaines discrètement une fois sur place. La nourriture "normale" ne la réussissait pas à la longue. Elle traversa d'abord le désert, puis le pays des rivières avant de chevaucher sur les grandes routes d'Hi no Kuni.

Son voyage l'emmena ensuite à retraverser le pays des Sources chaudes, qu'elle s'appliqua à franchir discrètement suite à la petite "renommée" qu'elle s'y était faite avec son précédent voyage, avant d'atteindre Haru no Kuni, puis finalement, sa destination. Elle avait eu besoin de quatre jours pour ce voyage, il y avait donc un moment que le crime était passé. Elle ne réfléchit donc pas plus longtemps et se hâta de rejoindre le Palais où elle pourrait interroger à souhait tous les possibles témoins sur place.


 


HRP:
 

_________________
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Sam 28 Jan - 19:51
Dai, Kisa et Kitkat
"On a aucune raison de se battre..."
Mission 1

   
Premier Post


"Tes appuis !"

Du sable traversait le mince espace entre mes bras et mes cotes. J'esquivais un coup de pied en me baissant.

"Pas mal ton esquive, mais tu as perdu !"

Mes yeux se fermaient alors. Je plaçais mes bras devant ma figure bloquant un coup de pied me faisant littéralement quitter le sol, m'envolant à quelques mètres au-dessus de mon adversaire. Je serrais les dents, la douleur se faisant tout de même sentir.

"Le coup de grâce petit..."

Le ninja de Kiri plaçait déjà son kunai vers le ciel, vers moi. Un petit sourire se dessina. J'avais en réserve encore un peu de chakra.

"Koori no ôdate !"

Un grand bouclier de glace se dessina devant moi, me faisant retomber sur le kirijin sans me prendre de dégât. J'écrasais celui-ci avec cet énorme bloc de glace avant qu'il ne se brise directement. Je cherchais alors dans le sable mon adversaire, mais une légère fumée blanche vint pointer le bout de son nez. C'était un clone...? Je me retournais et je voyais déjà Salazar poser ses deux doigts sur mon front. Surpris, je tombais sur les fesses, complètement désemparé. Comment ce type pouvait prendre mes entraînements aussi peu au sérieux ?! Je gonflais les yeux, agacé de le voir réussir aussi facilement à me vaincre.

"Hey ! J'en ai marre de toi ! Tu dis vouloir être une sorte de professeur, mais tu ne m'apprends rien ! De plus, je suis même pas sûr que tu sois si talentueux que ce que disent les gens sur ton sujet !"


Son regard amusé changea du tout au tout. Il passa à un regard assez sérieux et vraiment inquiétant. Je me relevais, un peu embarrassé de lui avoir crié dessus. Dans le village, Salazar était connu pour ses prouesses au combat... Je baissais la tête, lui s'approchant pour me frapper. Je me tenais la tête, gémissant de douleur...! Je le regardais, toujours aussi embarrassé... Il était particulièrement susceptible sur ce genre de choses. Je soupirais, me retournais pour ramasser son kunai.

"Désolé. Je veux juste être plus fort."

"Je t'ai obtenu une mission. Fait en sorte d'honorer mon entraînement."

Salazar me tendait alors un parchemin officiel de la Mizukage ayant rédigée l'objet de cette mission. Je lisais alors son contenu... Il était question d'un joyau important pour le Prince du Pays de la Foudre. Le ThunderGold...? Il était aussi question d'un tas d'ennemis sanguinaire. Moi... ? Le temps de relever ma tête, Salazar avait totalement disparu. J'écarquillais mes yeux, le cherchant du regard, mais rien. Je suppose qu'il voulait faire de moi le meilleur... Je devais remplir cette mission ! J'étais sans doute qu'un jeune Genin, mais je me devais d'honorer son entraînement en effet.

Après une bonne douche à cause de cet entraînement intensif du matin, je préparais mes affaires pour me rendre au bureau de mission. Je posais alors lourdement le parchemin sur la table, regardant la vieille femme qui s'occupait des dossiers de missions. J'avais le sourire aux lèvres. J'étais content d'enfin partir en mission !

"Aller! Je dois partir en mission pour le village de la Brume ! J'ai pas trop le temps alors... Vous pouvez me faire signer votre machin-là que je parte au plus vite ?!"

La vieille femme totalement innocente et plutôt lente me fit alors signer un papier qui ressemblait plus à questionnaire à propos de ma dépouille si la mission se termine mal pour moi.

"Il y a autre chose ?"

"Non mon enfant, vous n'avez juste une dernière chose à faire : attendre votre coéquipier pour cette mission."


Un coéquipier ? Salazar avait donc quand même prévu une sécurité pour moi...? Je me dirigeais vers les portes du village, au point de rendez-vous, observant sans arrêt les passants pour peut-être interpeller mon "coéquipier". J'ai attendu dix minutes, vingt minutes et je dois avouer m'être endormi par terre, la tête sur mon sac... Je dormais assez mal ces derniers temps à cause des entraînements de Salazar. Ok c'était pour mon bien, pour me faire progresser, mais je ne trouvais plus le temps de faire la cuisine... Mes cookies me manquaient. Tout à coup, je me faisais réveiller. Je me relevais, complètement dans la pâte à cookie, observant... rien du tout. Je ne voyais rien et mon ventre gargouillait.

"Ehh... il y a quelqu'un ?"

L'endroit était plutôt calme, je commençais à être tendu. C'était mon coéquipier ou... Autre chose ?

FICHE PAR FALLEN SWALLOW

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Dim 29 Jan - 21:21
Je soupirais longuement, allongé sur le vieux lit grinçant de mon "logement", ce vieux trou à rat qui me servait de maison en banlieue des quartiers résidentiels de Kiri, ayant viré un opportuniste de l'endroit à grande mandale dans le visage, j'était enfin revenu ... "Chez moi", et ce à temps pour ne pas offrir à la Mizukage une occasion de me remonter les bretelles, ce qui en soit est une très bonne chose.

Mon voyage n'ayant pas été de tout repos, je pensait profiter de ma journée pour reprendre des forces, mais un homme frappe à ma porte et entre sans même que je lui ai donner l'autorisation, même si cette dernière est toujours ouverte cela ne veut pas dire que l'on peut entrer comme l'on veut.

Je me lève, prêt à renvoyer cet homme sans gêne dans la rue et en sale état, avant de me rendre compte qu'il s'agit de l'un de mes "collègues" de travail, un traqueur tout comme moi, qui se contente de me tendre un document scellé, un ordre de mission je présume, comme d'habitude, à croire que la Mizukage à déjà entendu parler de mon retour, elle ne me laissera donc aucun répit, tant pis alors, je prend le message et congédie l'homme d'un signe de tête.

J'ouvre ensuite le message, assis sur le lit, et rapidement fais le tour de la mission, une traque, comme c'est étonnant, avec un équipier encore une fois, j'avais pourtant mentionner le fait que je préférais travailler seul, mais c'est à croire qu'ils aiment me mettre des bâtons dans les roues... Récupérer le "ThunderGold", pourquoi les humains étaient si attachés à de telles babioles, c'est incompréhensible, un groupe d'anciens vendeur de fruits et une caverne, on verra sur place pour le reste, je n'aime pas préparer des plans à l'avance sans avoir une vue en direct de la situation.

J'attrape mon vieux manteau de cuir et le passe sur mes épaules, et je passe par dessus ce dernier mon sac à dos contenant les quelques affaires qui me suffisent à un long voyage, le sable du désert encore présent à l'intérieur de mes bottes, je me mets en route en direction de la porte où mon "Coéquipier" m'attend, si c'est ce petit merdeux de Ken Osou je le jure sur tout ce qui m'est cher que je lui ferais avaler son arrogance et que je le perdrais dans les marécages pour pouvoir terminer la mission seul.

Une légère pluie se mets à tomber alors que j'approche de la sortie du village, à part un garde sous un petit préau et un jeune homme allongé sur son sac en train de roupiller, si c'est ça, mon équipier, alors la mission risque de très très mal se passer...

Il dort, alors la discrétion n'est pas très compliquée, je m'approche de lui et grimpe sur le bâtiment le plus proche pour pouvoir me positionner juste au dessus de lui, je dois avouer que ce dernier possède une sorte de sixième sens, puisqu'il se réveille à ce moment précis, comme s'il sentais quelque chose, une menace.

Il demande à haute voix s'il y à quelqu'un, il paraît plutôt jeune, et incroyablement naïf à première vue, accroupit sur le rebord du toit, je siffle un petit coup, et lorsqu'il se retourne vers moi, je lui lance un regard mauvais, comme je sais si bien faire.

    Alors, pas encore commencer à marcher, et déjà fatigué ? Si c'est le cas pourquoi tu ne retourne pas chez ta mère pour te reposer un peu, j'irais faire la mission tout seul ?


C'est un petit test, pour savoir à qui j'ai affaire, mais c'est également une proposition sérieuse, la Mizukage se fiche de comment on effectue la mission, seul le résultat lui est précieux, et le résultat ne sera jamais meilleur que si l'on retire un mauvais élément du groupe, alors s'il n'est pas à la hauteur, mieux vaut qu'il parte maintenant, la mission semblait particulièrement complexe, des adversaires redoutable sur le papier, bien fortifiés dans leur base et tous expérimentés au combats, sans doute trop pour moi en effet, même si je trouve toujours le moyen de m'en sortir.

Ce n'est peut être pas le cas pour ce jeune homme, après réflexion je pense l'avoir déjà vu quelque part en ville, mais impossible de me souvenir où, il n'est pas un traqueur et s'il est un Ninja il ne doit pas être très important, mais l'avenir me dira si ce petit gars vaut le coup.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 1 Fév - 13:51
Une quête perdue d'avance ?
 Featuring
Daijiro & Kisame

 

 

 

 
© A-Lice

Neiko avait traversé la forêt printanière de Haru no Kuni, agréable, hors du temps, des saisons, hors des cycles de ce monde, comme si rien ne pouvait l'atteindre.  Elle y avait vu quelques groupes suspicieux, mais rien qui ne la concernait. Elle avait à faire, et sa tâche était d'une grande importance, tant pour le pays lui-même que pour son père, et donc pour elle. Elle avait bien conscience du risque qu'elle prennait en venant ainsi ici, en acceptant cette mission presque impossible. Elle se demandait bien en quoi cela pouvait tant plaire à son père de la voir se ridiculiser, pour ensuite la battre.

Elle avait finalement atteint sa destination, attaquant directement sa mission. Elle se dirigea tranquillement, cheval tenu par les rennes, à travers la capitale du pays de la Foudre vers le palais. Là-bas, sur les lieux du vol, elle aurait peut être la chance de tomber sur un indice ou sur des informations intéressantes, la direction prise pour fuir, le nombre d'individus... Ces informations qui constitueraient sa meilleure chance de réussite. Elle avait bien compris avec l'exemple d'Emichi toute l'importance d'avoir les connaissances du terrain et de l'adversaire utiles pour le mener à sa perte.

C'est dans cette optique que la petite vampire arriva pour se présenter au palais. Elle devait d'abord rencontrer la princesse, qui lui avait donné sa mission, en espérant être la première sur place. Elle s'adressa tout d'abord aux gardes à l'entrée du bâtiment immense d'albâtre, cette pierre blanche qui reflétait la lumière de l'astre solaire avec la force d'un éclair, justifiant une nouvelle fois le nom que l'on donnait à ce pays. S'approchant de l'un des hommes postés au bas de l'escalier qui mettait une hauteur de différence entre le reste des habitants et la haute noblesse du pays, elle lui parla d'un ton calme mais intransigeant, montrant clairement qu'elle n'avait pas de temps à perdre et qu'elle ne saurait accepter un refus.
    « Erhmm... Excusez-moi, je dois voir la princesse au plus vite.
    - Ah ouais ? Et c'est pour quoi ?
    - Une mission de la plus haute importance, dépéchez-vous d'aller la prévenir.
    - Hinhinhin... Mais bien sûr ma belle. Les ninjas de bas étage comme toi sont toujours les bienvenus au palais de Kaminari no Kuni... Circules avant  que je ne t'embroche, gamine ! »

Ces mots eurent l'étrange faculté de crisper un peu Katsuko, qui s'entailla légèrement le bras pour en faire sortir du sang et se créer une immense faux de sang qu'elle frappa contre le sol. Ses yeux étaient devenus mauvais et une aura de malfaisance devait probablement se dégager d'elle tant l'envie de décapiter l'homme stupide qui lui faisait face la dévorait.
    « Écoute misérable ver, sache que ta vie ne vaut rien, et que je suis probablement plus puissante que tous les habitants de ce pays, mais je n'ai pas de temps à perdre, je suis ici pour une mission de la plus haute importance pour la princesse Genrô Mikasa. Tu as cinq secondes pour me présenter tes plus plates excuses et aller prévenir la princesse de l'arrivée de la kunoichi de Suna en réponse à sa demande sinon je ne saurais répondre de quel côté tombera ta tête après que je l'ai tranchée. »

Apparemment, ce petit discours avait eu l'effet escompté, puisque le garde parti en courant vers le palais. Quel imbécile. Son sourire mauvais se changea cependant d'un coup lorsqu'elle vit arriver un troupeau de gardes habillés différemment, guidés sur le côté par l'imbécile qu'elle avait effrayé. Mais c'était un cauchemar... Elle ne pouvait pas se permettre de tuer des soldats de ce pays sans quoi la mission serait échouée directement, aussi transforma-t-elle sa faux en un bâton de sang long de deux mètres qu'elle tenait en son centre, à deux mains.

Alors que les soldats descendaient les marches quatre à quatre, elle changea sa position, redressant le bâton jusque là horizontal pour le tenir vertical, pour le tenir un peu en dessous du centre de la main droite, la main gauche vingt centimètres plus bas. Elle accueilla ainsi le premier garde d'un coup puissant de baton sur le casque, accompagné d'un saut en avant, l'envoyant directement au plus profond de ses songes.

Un coup circulaire, entrainé au début par une force centrifuge, balaya des deux gardes suivants, les repoussant sur le côté dans un craquement. Elle avait probablement cassé une côte au premier de ses deux assaillants. La plupart d'entre eux étaient armés d'épées, et d'autres arrivaient avec des boucliers. En quelques secondes, elle fut entourée. Elle en attaquait certains, mais peu à peu, le cercle se refermait. Les premières blessures commencèrent à arriver sur ses flancs lorsqu'un puissant "STOP" arrêta les soldats, Katsuko maintenant sa garde haute avec son bâton.

Relevant les yeux, elle remarqua une femme dôtée d'une grande prestance, l'air énervée. Celle-ci portait une robe travaillée, et chacun de ses pas étaient voulus comme élégants. Une bonne blague pour tout vous dire. Elle était aussi délicate qu'un militaire après une longue campagne.
    « Déposez tous vos armes immédiatement ! Qui vous a permis de faire un tel raffût sur les marches du palais ?! Et vous, qui êtes-vous pour attaquer ainsi mes soldats ?!
    - Je n'ai fait que me défendre, madame. Je n'ai pas à me justifier, surtout que je suis venue ici en tant que kunoichi de Suna pour répondre à la demande de la Princesse Genrô Mikasa. Je souhaiterai d'ailleurs la voir pour me présenter dans les règles, mais il semblerait que ces gardes refusent totalement cette possibilité.
    - Vous souhaitez vous présenter à la princesse ? Très bien, vous êtes en train de lui parler, jeune fille. Vous devriez apprendre à respecter vos supérieurs.
    - Toutes mes excuses, j'ignorais à quoi vous ressembliez, Genrôhime-sama. Je suis ici par rapport à la lettre que vous avez envoyé à Suna, sur ordre du Triumvirat. »

Faisant disparaître son arme, Katsuko posa un genoux à terre et s'inclina, espérant que cette farce suffirait à la contenter. Les petites coupures que lui avaient fait les gardes n'étaient pas grand chose au final, mais elles l'indisposaient. Avec un peu de chance, ceci servirait sa cause.


 


HRP:
 

_________________
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 1 Fév - 14:11
Dai, Kisa et Kitkat
"On a aucune raison de se battre..."
Mission 1

   
Second Post

Baillant tout haut, j'observais encore les alentours pour être sûr d'être tout seul. Il y avait encore ce garde à l'entrée du village. Je me demandais bien comment ce type pouvait nous protéger d'un ennemi quelconque avec un post si ennuyant. Je me grattais la tête, complètement perdu. Un sifflement en revanche me fit sursauter ! Je dégainais un kunai, sautant devant moi pour me retourner ! L'ennemie était là et je devais l'anéantir... À vrai dire, ce n'était rien d'autre qu'un type. Il semblait assez bourrin, mais... Ses cheveux ?


"Alors, pas encore commencer à marcher, et déjà fatigué ? Si c'est le cas pourquoi tu ne retourne pas chez ta mère pour te reposer un peu, j'irais faire la mission tout seul ?"

Laissant une grimace, j'observais de haut en bas ce shinobi qui avait l'air d'être mon coéquipier pour cette mission. C'était lui qui allait m'aider à accomplir cette mission...?

"Meh... Je rentrerais bien chez ma mère, mais elle-même possède moins de cheveux blancs que toi. Donc je me dis qu'un mec assez fort comme moi pourrait aider un petit vieux dans ton genre ? T'es sûr de vouloir partir en mission...? Ou peut-être que tu es le père de mon coéquipier. Maître Salazar m'a dit en partant que c'était une mission a effectué avec un ninja assez fort."

Passant ma main sur mon front pour observer au loin, je cherchais désespérément la trace d'un autre shinobi, mais non... C'était bien lui mon coéquipier. Je ramassais alors mon sac, un peu ennuyé de devoir faire la route avec une fois de plus un ninja plus âgé que moi... Il n'y avait donc pas de shinobi de mon âge disponible à cette saison ? De plus, la pluie commençait a tomber ici, comme d'habitude. Je prenais mon livre de voyage, commençant la route sans attendre ce type. Après tout ça, il ne devait sans doute pas en avoir quelque chose à faire de moi. J'étais de passage dans sa vie et de toute manière, il avait l'air incroyablement fort... C'était pas aujourd'hui que j'allais faire mes preuves, mais soit ! Au moins, je ramènerais un paquet d'argent à la maison.

Ça faisait déjà un moment qu'on marchait en direction du port pour pouvoir rejoindre les terres du Pays de la Foudre. J'avais déjà lu tout un tas de choses sur ce pays, comme le fait qu'ils avaient une puissance militaire à ne pas négliger. C'était vraiment à se demander ce qu'ils pouvaient foutre pendant la garde du ThunderGold... Je me disais que si juste un groupe de bandit avait pu se procurer ce joyau si important à leurs yeux, ce pays ne devait pas être si puissant. Je regardais en arrière, jetant un rapide coup d'œil à mon coéquipier, puis ensuite à moi... Comment on était censés trouver et rapporter le ThunderGold alors que le plus puissant pays de Yuukan, celons ce livre, n'avait pas su le défendre. Il allait falloir compter sur ce type qui était derrière moi... Je ne pourrais pas faire le poids.

Je marchais alors à l'envers, observant le shinobi à présent devant mois.

"Hey dis moi Papi-Shinobi... Tu es déjà allé au Pays de la Foudre ? Ce serait plutôt utile pour la mission, car j'ai vraiment aucune idée sur la façon dont on va s'en sortir. Tu as l'air vieux, mais qui dit vieux, dit expérimenté, donc je suppose que tu as une idée ?"

Je continuais de le fixer, un air attentif à tout signe venant de sa part. J'espérais ne pas l'avoir vexé plus tôt dans la journée. Quelques minutes plus tard, nous étions déjà sur le bateau pour rejoindre l'autre côté de l'océan... Je n'avais jamais beaucoup voyagé, c'était un réel plaisir de découvrir la mer. Un instant, je me demandais si je n'aurais pas dû devenir marin plutôt que ninja... Je baissais la tête, réfléchissant à ma présence ici... C'était une mission pour Salazar normalement, j'espérais m'en sortir indemne.

Le voyage avait été plutôt long et ennuyant. J'aurais voulu en découvrir plus sur mon coéquipier, mais je n'avais pas eu envie d'engager la conversation. Après tout, s'il était si fort, ce n'était pas le moment de créer des liens socials, je devais être professionnel. Je finissais mon inventaire, comptant mes kunais, shurikens et cookies dans mon sac. C'était bon. Ma première mission allait pouvoir commencer ! Je posais alors un premier pied sur la terre du Pays de la Foudre. Je levais la tête vers ce ninja de Kiri qui m'accompagnait pour cette mission.

"T'es prêt Papi-Ninja ?"

Je commençais a marcher avec Papi-Ninja en direction de la ville... C'était mon aîné, je devais l'écouter. C'est ce que Ritsu me dirait de faire...
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 1 Fév - 14:42
Encore un voyage, encore une compagnie plus terrible que la dernière, rien ne vaut la solitude en effet, mais celui là à l'avantage d'être silencieux en comparaison de certains autres, c'est comme si les gens avaient tous la sale habitude de me prendre à la dérision, enfin presque tous, ceux qui ont pu me voir accrocher l'oreille d'un type autour de son cou comme un collier eux ont arrêter de rire.

Non pas que j'aime faire peur, bien que j'y prenne un peu de plaisir, je suis plus du genre à rentrer dans les rangs, pas faire de vagues, le genre de petit soldat parfait, toujours à l'heure.

Les courbatures de mon voyage précédent finirent par se dissiper, en grande partie grâce au voyage en navire pour rejoindre le continent, suite à cela s'engagea un voyage plutôt tranquille jusqu'au pays de la foudre, reprenant mes habitudes je guide mon compagnon à travers la campagne, faisant des nuits au sein de la civilisation une exception, les repas dehors et l'autonomie une affaire de tout les jours, bien qu'il n'ait pas besoin de se soucier de ce genre de choses, puisque je suis plus que capable de nourrir deux personnes pendant un voyage et ce sans nous ralentir.

"Hey dis moi Papi-Shinobi... Tu es déjà allé au Pays de la Foudre ? Ce serait plutôt utile pour la mission, car j'ai vraiment aucune idée sur la façon dont on va s'en sortir. Tu as l'air vieux, mais qui dit vieux, dit expérimenté, donc je suppose que tu as une idée ?"

Le manque de conversation ne m'a pas rendu moins attentif, toujours à l'affût, je suis un peu surpris par cette soudaine question, je n'aurai pas penser que l'on aurait un échange aussi long que ça avant d'être arrivé, j'avais un plan en tête depuis le début de l'expédition mais je n'avais pas juger nécessaire de le lui expliquer, je le fixe quelques secondes, puis dégaine mon couteau de chasse pour commencer à nettoyer mes ongles tout en marchant.

    Aucune idée hein ? On est deux, alors autant profiter de ça tu penses pas ? Moi je suis pas bon avec tout ce qui est social, on me coupera la tête si je me présente devant la noblesse, enfin regardes moi, couvert de boue et de sang j'irai pas loin tu comprend j'espère ? Donc ce rôle te reviens, t'iras inspecter les lieux du crime à la recherche d'indices, ce qu'il me faut pour les trouver, c'est une zone, si on me délimite une zone dans laquelle on est sûr et certain de savoir qu'ils sont cachés là bas, je les trouverais, les humains en pleine nature ça laisse des traces, physiques, olfactives, chakratique dans les cas les plus rares, et moi si je ratisse une zone pareille, je finirais par les chopper, pas plus compliqué que ça, nous les Jûro on à un sacré nez, si tu vois ce que je veux dire, et je me suis spécialiser dans ce domaine, alors je suis encore meilleur.


Je continue d'avancer, faisant une petite pause dans mon discours pour souffler, puis je reprend.

    Pour ma part j'irai faire un tour dans les bas fonds de la capitale, un groupe pareil ça n'agit pas seul, au minimum ils ont reçut une aide logistique ou bien des informations, et y'a quelqu'un en ville qui doit savoir quelque chose, il me suffit d'aller là bas, d'exercer mes... Talents unique d'interrogation, et je finirai par mettre la main sur quelque chose, considère la mission gagnée lorsqu'on saura où ils se trouvent, le combat c'est secondaire, on pourra même l'éviter si on est bon.


Je jette un coup d'oeil à mon compagnon de chasse, trop jeune, et pas un traqueur, j'ai pu observer la maladresse des non expérimentés lors de nos longues marche en forêt, ça ne sera pas un bon atout pour la traque, alors autant le placer autre part là où il aura moins de difficulté, il n'a pas l'air sombre, il n'a pas l'air méchant, il à l'air à l'aise avec les mots, alors autant l'envoyer causer avec des gens plus fin que les baroudeur d'auberges mal famée de la capitale.

Le voyage continue et nous pénétrons le pays de la foudre rapidement, j'exerce un rythme de marche sévère, quitte à pousser mon camarade, je suis pas le genre à attendre lorsque l'on me ralentis. Une fois en vue des portes de la capitale, j'arrête mon camarade d'un geste.

    Ecoute, ma méthode est brutale et peut tourner mal, au pire des cas je devrais tuer des gens, tu sais, les petit groupes de malfrats ne sont jamais très bavard tant qu'on leur tire par les vers du nez, alors mieux vaut que l'on ne te vois pas avec moi surtout si tu vas à la rencontre de gens importants, alors séparons nous pour le moment, trouves toi une auberge pour la nuit et on se retrouvera là bas pour partager nos trouvailles, je saurais te retrouver en ville.


AU pire des cas, si quelqu'un m'aperçoit et que l'on à été vu en compagnie l'un de l'autre plus tôt, il risque d'avoir de sacrés problèmes, alors mieux vaut éviter cela, quitter la ville en étant recherché n'est pas un problème pour moi, mais j'ai des doutes quand à sa capacité à échapper à la garde du palais.

Je commence donc à avancer en direction de la capitale, prêt à faire couler le sang en échange de réponses.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Dim 5 Fév - 23:42
Une quête perdue d'avance ?
 Featuring
Daijiro & Kisame

 

 

 

 
© A-Lice

    « Je suis ici par rapport à la lettre que vous avez envoyé à Suna, sur ordre du Triumvirat.
    - Ah oui, et vous estimez pouvoir venir battre ainsi mes soldats ?
    - Toutes mes excuses une fois encore, mais je n'ai fait que me défendre. Ils m'ont attaqué alors que je me suis présentée en bonne et due forme. J'ai cru qu'il s'agissait d'un test de votre part pour vous prouver que j'étais parfaitement capable d'accomplir ma mission.
    - Hmmm... C'est vrai que je ne peux nier que vous avez balayer quelques uns de mes soldats rapidement. Je suppose que je peux au moins vous écouter, petite fille. »

Katsuko prit une grande inspiration. Au bout de quelques secondes, elle ne supportait déjà plus cette princesse stupide et ridicule, qui n'avait de princesse que le nom. Elle n'en avait ni l'allure altière ni la délicatesse ni même la voix. Elle était bien ridicule aux yeux de la jeune noble de Suna qui se retenait de lui faire comprendre à quel point elle était stupide.

Elle observa donc la princesse un instant, puis les gardes qui avaient baissé progressivement leurs épées. Certains s'occupaient des quelques uns qui avaient eu le malheur de rencontrer son bâton, et elle en profita pour refermer ses propres blessures en passant sa main sur celles-ci tout en murmurant quelques mots.
    « Bon, qui êtes vous donc ? Que m'a envoyé Suna ? Car je vous avoue qu'une seule kunoïchi pour remplir une mission de cette importance me paraît bien ridicule, surtout avec la potentielle présence de Kirijins dans le coin. J'avais bien prévenu pourtant.
    - Je suis Chinoike Katsuko, Hime-sama. Je suis la fille de Chinoike Emichi, l'un des professeurs les plus importants et les plus forts de l'Académie de Suna. Je suis ici pour récupérer votre bien volé, et je suis venue directement au palais afin de pouvoir interroger le personnel qui aurait pu avoir vu quelque chose ou avoir des informations.
    - Hmmm... Donnez lui un laisser-passer, qu'elle circule librement, et guidez-là jusqu'aux cuisines. A l'heure où l'attaque s'est produite, les cuisiniers étaient normalement déjà là. Sur ce, je retourne à mes occupations, c'est votre travail après tout.
    - Je vous remercie de votre bonté et de votre compréhension, Genrôhime-sama. »

La genin du village caché du Sable soupira une nouvelle fois. C'était la partie la plus ennuyeuse, et pas forcément la plus fructueuse. Elle devrait ensuite chercher dans les bas-fonds de la ville, quelqu'un qui aurait pu donner des informations sur la manière de pénétrer au palais.

Elle attendit donc un moment face aux gardes hésitants jusqu'à ce que l'un d'entre eux se décide pour la guider à travers la grande bâtisse jusqu'aux cuisines. Sur place, il lui indiqua qui était le chef cuisinier, celui qui saurait la renseigner. Il lui demanda de rester ici le temps qu'il aille voir pour trouver son laisser-passer à travers la capitale.

Elle s'approcha donc du chef avec qui elle eut un bref échange. Il lui indiqua où elle pouvait s'installer, dans la réserve, afin de rester proche de la cuisine et de ne pas perturber le bon déroulement de la préparation du repas. Il lui enverrai les personnes qui étaient présentes ledit soir une par une.

Une fois installée, la jeune fille s'étira et patienta quelques secondes avant de voir entrer son premier témoin potentiel. Plutôt grand, il était un peu basané, l'air calme et reposé. Il n'avait pas l'air très vif à vrai dire. Peut être bon travailleur mais pas du genre à être à l'affut de ce genre de chose extraordinaire... Plutôt préférant sa petite vie tranquille bien réglée...
    « Bonjour, je suis ici pour vous interroger sur l'incident qui a conduit au vol du diamant du Daimyô. Je m'appelle Chinoike Katsuko, je suis une kunoïchi au service de sa majesté Genrô Mikasa. Vous étiez ici donc la nuit où cela s'est produit. Avez-vous vu quelque chose, entendu un bruit anormal ?
    - Et bien... Non, pas grand chose. Juste un peu de raffut une fois quand les gens ont remarqué qu'il y avait eu un vol, mais j'étais concentré sur mon plat, un bourgignon... C'est assez compliqué à faire, faut pas se tromper sur le temps de cuisson...
    - C'est bon, j'ai compris... Merci, bonne journée à vous. Dites au suivant de rentrer.»

C'était mal parti... Après plus d'une heure d'interrogatoires tous très similaires, elle avait vu toutes les personnes qui étaient présentes ce soir là. La seule chose qu'elle put apprendre, c'était qu'il paraîtrait qu'une des femmes de ménage avait remarqué quelque chose qui lui avait semblé bizarre, puis qu'elle avait dit que ça ne devait pas être grand chose. Il lui fallait donc trouver cette femme que le témoin accepta de lui décrire. Elle se trouvait actuellement au palais, et devait être en train de refaire les chambres des hauts nobles qui résidaient ici.

Neiko attendit un moment, finissant de parler aux dernières personnes avec qui elle avait échangé, que le garde revienne pour lui donner le laisser-passer qu'il lui avait promis. Un simple papier avec deux-trois lignes inscrites mais surtout le sceau apposé de la royauté du pays de la Foudre. La vampirette remercia donc l'homme avant de le laisser repartir pour continuer sa propre tâche.

Katsuko fila à travers le bâtiment jusqu'à cette personne pour la questionner. Elle fini par la trouver en échangeant avec les différentes personnes de service à cette heure. Après un bref échange, la jeune femme lui indiqua que ce qui l'avait chagriné, c'était ces traces de pas boueuses et les quelques fragments de terre qu'elle avait retrouvé sur le chemin entre le salon de réception et la salle au trésor. C'était au final selon elle probablement qu'un invité peu attentionné, comme il arrivait parfois.

Un invité peu attentionné hein ? Mais bien sûr. Plutôt des voleurs qui avaient trouvé un moyen de rentrer par cette pièce. Elle ne pouvait pas aller déranger la princesse pour savoir si un passage secret existait à cet endroit, la méthode la plus simple était certainement d'aller vérifier ça par elle-même.

Neiko se dirigea donc à toute vitesse vers le salon de réception, espérant trouver celui-ci vide. À partir de la, elle pourrait peut-être trouver par où étaient entrés les voleurs.



 


HRP:
 

_________________
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Lun 6 Fév - 1:56
Dai, Kisa et Kitkat
"On a aucune raison de se battre..."
Mission 1

   
Troisième Post

Papi-Shinobi avait donc un plan...? Parfait. Je me sentais quelque peu perdu. La dernière fois que j'avais voyagé, je mettais retrouvé quasiment nu avec un inconnu. Me racheter des vêtements a d'ailleurs été une purge ! J'ai mon style et tout... ! Je regardais alors Papi-Shinobi m'exposer son plan. Lui irait voir les quartiers les plus moches tandis que moi, j'irais enquêter. Je supposais qu'il voulait me préserver et m'habituer à être passif tant que je travaillerai avec lui... C'était pas un problème. D'un autre côté, en colère pouvait réellement faire froid dans le dos celons-moi. Je gardais ça pour moi, le voyant s'éloigner après quelques mots.

Ecoute, ma méthode est brutale et peut tourner mal, au pire des cas je devrais tuer des gens, tu sais, les petit groupes de malfrats ne sont jamais très bavard tant qu'on leur tire par les vers du nez, alors mieux vaut que l'on ne te vois pas avec moi surtout si tu vas à la rencontre de gens importants, alors séparons nous pour le moment, trouves toi une auberge pour la nuit et on se retrouvera là bas pour partager nos trouvailles, je saurais te retrouver en ville.

Ce type avait peur de rien hein...? Je me demandais si Salazar était aussi violent que ça. Tuer des gens...? Je n'avais pas réellement envie de le laisser faire. Tuer devrait être la dernière des solutions, mais je ne pouvais pas le suivre, j'avais une mission. Je me dirigeais alors vers la ville, bandeau sur le front, une main dans une poche et l'autre portant un cookie à ma bouche pour casser la croûte. Je devais donc trouver le palais qui était... Incroyablement immense par rapport à n'importe quel bâtiment ici. Je devais me rendre dans ce palais, trouver le Prince et lui poser quelques questions avant d'inspecter la scène de crime. Je me hâtais donc.

Cette ville était quand même incroyablement vivante. Il y avait des petits marchés de partout, ça me donnait envie de m'arrêter pour trouver quelques épices pour une nouvelle recette de cookies salés, mais malheureusement, pas le temps, une fois de plus ! Je serrais les dents, essayant de résister à l'appel de cette bonne odeur... Il y avait même des crêpes... Mon ventre me criait de rejoindre la nourriture, mais mon devoir de ninja passait avant tout. Je partais, la larme à l'œil de ne pas retrouver mon seul et unique amour... En plus, je pensais déjà sentir l'odeur du chocolat au loin... Comme les pépites de mes cookies ! NAAAN. Je devais fuir.

Passant une foule avide de friandises, je passais devant les portes du palais. À peine rentrés, plusieurs gardes m'entouraient. Ils m'en voulaient ? Je montrais les dents, dégainant un kunai... ! C'était peut-être les Yaoya-san ?! Déjà ? Pourquoi Papi n'était pas là quand j'avais besoin de lui ? Je devais combattre ? Parfait ? L'un d'eux fonça sur moi. J'effectuais quelques signes et...

"Non mes bras, cet enfant est mon invité."

"Hey c'est qui que tu traites d'enfants espèce de...! De... dededede... de Prince... Bonjour !"


Je m'inclinais le plus respectueusement. J'avais fais une bêtise encore... Une mission de rang B, je n'avais pas le droit à l'erreur et pas le droit de froisser le Prince.

"Voyons, redressez-vous cher Kirijin. Vous êtes ici chez vous cher ami."

Ami ? Je le trouvais bien chaleureux. Il me rappelait Rin, le type qui m'avait sauvé. Je rangeais mon kunai, les gardes se mettant en position, dans l'ombre. L'état d'alerte n'était pas une légende...

"La Mizukage m'a demandée de venir auprès de vous pour enquêter sur l'affaire de ce joyau si précieux. J'en suis d'ailleurs désolé."

"Bien, suivez-moi. Comme vous le voyez, la sécurité a été grandement renforcée depuis cet incident regrettable. Mon père m'offre l'opportunité de lui faire honneur en retrouvant le ThunderGold. Comme l'a expliquée le parchemin que j'ai envoyé, un groupe appelé les Yaoya-San sont jaloux de la famille royale depuis très longtemps et voler ce joyau était un moyen de nous blesser, c'est plutôt réussi."

Le Prince semblait vraiment attristé... Je me sentais tout à coup investi d'une mission ! Enfin je veux dire encore plus qu'avant... J'acquiesçais de la tête, la laissant continuer.

"Le joyau a été volé pendant que le domaine était endormie, après une petite soirée à l'honneur de notre père il y a quelques jours."

"Notre ?"

"Ma soeur Mikasa et moi. À vrai dire, nous sommes en compétition pour le trône. Je vous mentirais si je vous disais que j'ai appelé des ninjas de votre village pour simplement retrouver le joyau de mon père. Si jamais je retrouve le joyau, je deviendrais le seul héritier du trône de mon père. Vous vous en sentez capable shinobi ?"


Il se retourna vers moi, un cookie dans la bouche. J'avais eu trop faim avec les petits marchés du coin. Je prenais un air ridicule, avalant mon biscuit, quelques miettes que le bord des lèvres. Il se retourna, souriant.

"La question ne se pose pas."

J'effectuais un salut militaire.

"A vos ordres Prince Shôki, je retrouverai ce Thundergold! À ce propos... Est-ce que je pourrais examiner la scène de crime ?"

J'allais pour pousser une porte à côté de moi et le Prince m'arrêta.

"Non, c'est la cuisine par ici... Venez dans le salon."

Accompagné du Prince, je rejoignais assez rapidement le salon. En ouvrant la double porte, je pouvais voir celui-ci complètement rempli... Il y avait encore des enquêteurs sur les lieux, sans doute payé par le père de Shôki. Je plissais les yeux, observant le monde autour de moi. Il y avait des aristocrates, du personnel, des enquêteurs, et même des enfants. Le coupable était peut-être toujours là. Le Prince me dirigea directement vers un immense socle sur lequel était posé le Thundergold.

"Le joyau siégeait ici... Je vais devoir vous laisser, je vous laisse avec le personne que j'ai convoqué. Je vous présente le co-chef cuisinier Arlon, ma nourrice Edna, mon professeur d'histoire du Yuukan et bibliothécaire Kolin et le jardinier Alfredo. Je vais devoir préparer la réception de ce soir avec mon père, vous êtes bien entendu le bienvenu Kirijin."

"Oh, appelez-moi Dai, mon Prince."

Il me fit un petit signe de tête avant de s'éclipser. Me voilà avec un tas de personnes a questionner et surtout avec des indices à la clé. Je sortais de ma pochette ninja... Des fausses lunettes d'inspecteur !




"Alors vous venez d'un autre vill-"

"Nuuut! Ici, c'est moi qui pose les questions ! Tout d'abord, vous Arlon, savez-vous ce qu'est une pierre précieuse ?"

"Un... cailloux qui brilles ?"

"EXACT ! Vous serez mon acolyte ! D'après vous, qui pourriait être intéressé par les cailloux qui brilles ?"

"Euhh... Les femmes ?"

"EXACT ENCORE UNE FOIS ! Bien que ce soit légèrement misogyne... Seulement, qu'est-ce qu'aiment les femmes ?!"

"Euhhhh... les fleurs ?"

"INCROYABULUUH! Grâce à vous mon cher Arlon, je vais résoudre cette affaire et continuer de manger des cookies... Mais qui pourrait avoir des fleurs ?"

Je pointais mon doigt vers Alfredo, relevant mes lunettes sur mon nez avec un doigt. Je prenais la pose glorieuse que j'avais vue dans un tas de films de détective... J'avais vu juste !

"Oh Alfredo le jardinier !"

"PERFECT! Alors Alfredo, où étiez-vous hier soir ?!"

"Bah... 'vec mô fomme."


Je baissais mon doigt, prenant une pose un peu dégonflée... Mais je n'avais pas dis mon dernier mot ! Je reprenais la même pose, faisant voler ma veste derrière moi comme ce héros de film de détective !

"Ah... Alors ça ne peut être que vous ! Kolin !"

"Comment ?!?"

"Et oui ! Vous êtes bibliothécaire ! Vous ne pouviez posséder toutes les vieilles choses du monde, mais votre ambition vous a tout de même poussé à tenter le coup ! Vous avez volé le Thundergold pour le clan des Yaoya-San et à présent, vous pensez filer ?! AHAH ! Je vous ai découvert ! There's only one truth...!"

"À vrai dire monsieur Kiri... J'étais un peu occupé avec une jolie dame hier soir..."

"Eheh... et oui."


Je baissais de nouveau mon doigt, totalement désemparé devant la scène... Je me débarrassais alors des amoureux, du jardinier un peu bête et du cuisinier misogyne pour examiner la pièce. Cette pièce n'était pas réellement grande... Le voleur avait utilisé un camouflage et sans doute un genjutsu pour faire en sorte que personne ne se doute de rien pendant le vole. J'apercevais sur le tapis devant le socle de la mousse. Il y en avait sur le tapis devant le socle et en reniflant cette mousse de plus près, une odeur forte me fit éternuer. Je suivais alors les traces, apercevant une fille...? Je croisais son regard, fronçant les sourcils. C'était déjà la merde ? Je sentais dans son regard quelque chose de bizarre... De bestial ? Je devais faire vite. Ma mission était en jeu. Je suivais alors discrètement les traces de terre, passant juste à côté de cet ennemi pour cette mission. En passant près d'elle, je me suis senti tout à coup très mal... Je n'avais jamais été aussi près d'une personne aussi violente d'apparence. Je me sentais même oppressé ? En bref, je passais près d'elle, la frôlant pour continuer a suivre les traces de terre. Ces traces allait jusqu'à l'entrée du palais...

Le soleil commençait déjà à se coucher...? Il fallait que je trouve déjà un lieu pour me reposer et attendre Kisame pour faire le point. Malheureusement, je n'avais pas eu beaucoup d'indices... A part ces traces de mousse. J'avais donc affaire à des types assez malins pour utiliser un genjutsu et faire croire que de voir un bouseux avec un joyau qui brille de mille feux était quelque chose de totalement normal, mais pas assez intelligent pour effacer ses traces. Celons-moi, ma prochaine destination était la forêt près du village. J'entrais alors dans une auberge, prenant une chambre pour attendre Kisame sur le balcon de la chambre... Je venais de me rendre compte que c'était moi qui devais payer pour cet enfoiré de Papi-Shinobi.
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mar 7 Fév - 1:09
Il n'y à pas des milliers de façon différente de mener une enquête, elle se passe en général sur deux tableau différent, le premier, c'est celui des autorité, les enquêteurs ou ninja qui examinent les scènes de crime, interrogent les témoins, rassemblent les indices, et l'autre, c'est le tableau du crime, rechercher les informations par différents moyens, la plupart du temps les acheter, auprès des même personnes qui ont aider ce crime à se mettre en place, par des moyens plus ou moins directs.

Après avoir adresser quelques mots à mon coéquipier et enfouis mon bandeau de kirijn dans la poche intérieure de ma veste, faisant de moi un simple civil au yeux du monde et des autorités, je me dirige vers la capitale, aux portes on m'arrête pour me demander ce que je comptes faire en ville, je leur répond une excuse banale comme quoi je rend visite à un cousin éloigné, puis je me mets à la recherche des bas fonds de la ville.

Les reconnaître n'est pas complexe, les trouver non plus, il suffit de suivre la pauvreté et la misère, ces quartiers sont typiques, ils inspirent la peur, et les gens qui vivent dedans la reflètent dans leur yeux, et un senseur comme moi n'a pas le moindre problème à repérer ce type de comportement, au bout d'une bonne demi heure de marche je finis par me retrouver dans un quartier presque fantôme, quelque sans abri, et quelques habitants qui traversent les rues à la hâte, la majorité de la population consiste à des gros bras placés stratégiquement à l'entrée de certains bâtiments sans doute important pour les organisations présente. Mon premier réflexe est de faire un tour complet du quartier, en repérer les limites, et en retenir les issues, d'abord par les rues, et ensuite par les toits, ce genre d'endroit est souvent délaissé par les autorités, à la différence des villages cachés, la concentration de Ninja par rapport à la population est bien trop faible pour pouvoir mettre en place une surveillance de toute la ville, alors certains lieux sont abandonnés pour pouvoir se concentrer sur d'autres.

Je me fais rapidement accoster par deux hommes lors de mon troisième passage dans une petite ruelle adjacente à un grand bâtiment de trois étages, orange et au fenêtres barrés, l'un d'eux porte un long couteau, et l'autre une matraque, des habitants typiques de ces lieux, haut sans manche, pantalon de cuir usé, cicatrices, et quelques tatouages d'appartenance également, un derrière moi, l'autre devant, cela fait une dizaine de minutes qu'ils pensent me suivre discrètement et ont juger bon de m'interpeller dans cette ruelle au calme, et de cela je les en remercie grandement, puisque je vais pouvoir effectuer mes petites affaires et intérogatoire sans avoir à me soucier d'être interrompu.

    Eh le vieux, je sais pas ce que tu fous ici mais il va falloir que tu dégages de notre zone avant que ça tourne mal pour toi.


Celui derrière moi s'approche légèrement, la main sur son arme, et celui devant me bloque tout échappatoire en direction de la petite place en face du grand bâtiment orange, mais ce n'est de toute façon pas ce que je recherche, je lève les mains en l'air et déclare d'une voix moqueuse.

    Eh bien messieurs, désolé de vous déranger mais je suis à la recherche d'un petit groupe d'amis, et au vu de leur... Profession, je pensais que je pourrais le trouver ici parmi les putes et les malfrats de bas étages comme vous deux.


Un rictus se dévoile sur le visage de l'homme à la matraque en face de moi qui s'élance pour me frapper au visage, je bondis vers lui en deux enjambées et le prend de vitesse, c'est un simple civil, pas un ninja, pas habitué au vrai combat, fragile et facile à lire, j'attrape son avant bras alors qu'il abat son arme et lui met un violent coup dans la gorge pour le réduire au silence, puis je l'empoigne et l'envois valser derrière moi, en direction de son camarade qui s'était avancé pour me poignarder dans le dos, il se reçoit en plein vol son allié et s'écroule au sol, avant qu'il ait pu se relever je suis sûr lui, mon couteau de chasse sous sa gorge, ma main gauche arrachant son couteau des mains et abattant le manche de celui çi dans la tempe de son camarade en train de se relever en toussant. Il est bien plus simple de n'avoir qu'un seul otage à questionner que deux.

    Je pense m'être mal exprimer, je cherche des amis et tu vas me filer un coup de main, mais je me doute bien que t'es pas du genre à avoir les infos que je cherche de toute façon, néanmoins tu vas tout de même me guider à la bonne personne, du moins je l'espère, sans quoi j'ai quelques doutes sur ta bonne santé dans un avenir très proche.


C'est habituel, j'ai souvent fait cela et je sais ou frapper, alors qu'il me donne la réponse maintenant ou pas ce n'est pas un problème, je trouverai son point faible bien assez tôt et avec un peu de torture il me guidera vers ce que je recherche.

    Laisses moi t'expliquer, il y à eu récemment quelqu'un qui à aider un groupe de Ninja renégats à infiltrer le palais pour commetre un vol, et je veux savoir qui dans ce quartier de merde est capable d'une telle chose.


L'homme se met à transpirer, et dégage l'odeur qui signifie ma victoire, l'odeur de la peur, il remarque son camarade écroulé au sol, le visage ensanglanté, et l'air sur mon propre visage doit être bien sinistre, comme souvent dans ce genre de situation, il respire fortement et me répond en trébuchant un peu sur les mots.

    C'est pas moi, ni mon groupe, je... je le jure ! Nous on fait juste de la protection de magasin et... Et un peu de trafic, rien de grave hein ? Celui que tu cherche c'est sans doute l'Homme Bougie qu'on l'appelle, mais... Mais j'dois te le dire, si t'y vas, tu vas te faire massacrer, il aime pas du tout les étrangers et-


Je l'interrompt brusquement en appuyant sur sa gorge avec la lame de mon couteau.

    Où est-ce que je prend un rendez vous avec l'homme bougie ?


    A trois rue d'ici, y'a un bordel, dans le souterrain de ce bordel, y'a l'Homme Bougie...


J'hésite une seconde à trancher la gorge de l'homme, mais je me contente de l'assommer brusquement, après tout mieux vaut ne pas me faire trop d'ennemis dans ce territoire inconnu, certes je n'ai presque aucune chance de tomber sur un Ninja expérimenté, ou un combattant tout court, dans un lieu aussi sordide, néanmoins je ne suis pas invincible et cinquante criminels énervés, c'est jamais très rassurant à voir.

Je me lève donc et me dirige vers le bordel en question, c'est un bâtiment de pierre pas très charmant ni accueillant, deux hommes à l'entrée me jettent un regard mauvais, et fixent ma veste, l'air de dire que les clodos ne sont pas autorisés à l'intérieur, soupirant je décide de leur offrir un peu d'argent pour leur prouver que je ne suis pas juste un sans le sou malgré mon apparence, et ils me laissent rentrer tout en m'expliquant clairement que le moindre faux pas sera récompensé d'une dague dans la gorge et d'une fin de vie dans un caniveau.

A l'intérieur, lumière tamisée, un peu de musique, un bar, quelques personne en train de boire et d'autre en train de discuter avec ce qui semblent être les travailleuse de l'établissement, je m'assied au bar et commence à observer, le sous sol n'est pas visible de là où je suis, cela signifie que la porte doit être cachée quelque part, je commande à boire et garde les yeux grand ouverts.

Rien, pendant plus de deux heures, rien, ma présence semble de plus en plus suspecte ici, mais je ne serais plus là pour longtemps, en effet, le serveur au bar vient de faire passer un client dans une salle derrière lui remplie de bouteille suite à quelques mots chuchotés à l'oreille, c'est donc là bas que ce trouve l'entrée, je me lève et me dirige vers les toilettes, puis reviens en frôlant les murs, invisible, un simple camouflage optique que j'ai tant de fois utiliser pendant mes traques, je concentre mon chakra pour dissimuler ma forme, et ma trace chakratique, mon odeur et les bruits de mes pas ne sont de toute façon pas audible pour des personnes normales. Je me glisse ainsi dans la pièce derrière le comptoir, une sorte de pièce pleine d'étagère remplie de bouteille, au moment où je pénètre dans cette dernière, j'entend le son d'une trappe se refermer, je me dirige vers l'endroit et en effet, une lourde trappe en bois ferré se trouve devant moi, j'attend une dizaine de secondes avant de l'ouvrir avec une immense discrétion, et descend la petite échelle qui se présente devant moi, tout en écoutant les bruits de conversation qui se présentent à moi, quelqu'un vient d'entrer dans un bureau et à engager une conversation cordiale avec un homme présent à l'intérieur. Après l'échelle, un petit couloir de pierre en L, et à l'angle, je me fige, une porte à cinq mètre de moi, et un garde juste devant celle çi.

Le garde fronce brusquement les sourcils, et fixe dans ma direction, je n'avais pas prévu cela mais au vu de ses armements, cela m'a tout l'air d'un Ninja, il à la main sur un Kunaï et semble en alerte, hésitant tout de même, puisqu'il n'est pas capable de me voir, néanmoins il m'a peut être entendu, j'ai fait une petite erreur de jugement, mais elle sera rapidement réparée.

Je transforme brusquement ma main droite et je me jette sur lui tout en sortant de mon camouflage, surpris, il dégaine son Kunaï et esquive ma première tentative de perforation pectorale, se cognant contre le mur à côté de lui, les lieux confinés ne sont pas des bons endroits pour les combattants agile comme celui en face de moi, et mon second coup passe à travers sa cage thoracique pour perforer sa trachée, il tente de crier, mais aucun son de sort de sa bouche si ce n'est un léger gargouillis, mais il n'a pas donné son dernier mot, il frappe brusquement de son Kunaï en ma direction, visant ma nuque, je tente de reculer mais son autre main agrippe mon avant bras et me force à rester dans sa portée, sans autre option j'oppose mon bras gauche à son coup, et sa lame tranche le haut de mon avant bras, un blessure douloureuse, un peu gênante, mais sûrement pas mortelle, je ressort ma patte d'araignée et l'enfonce à nouveau dans sa gorge cette fois çi, tout en agrippant son bras armé pour l'empêcher de contre attaquer, il glisse le long du mur tout en laissant une longue traînée de sang, c'est le problème des Ninjas qui ont décider de rejoindre ce genre d'organisation, en tant que garde du corps, on à peu souvent l'occasion de combattre, et on devient rouillés, ce dernier ne s'attendais absolument pas à ma visite, et il en à payer le prix fort.

    Vous n'avez pas entendu quelque chose ?


Cette parole vient de derrière la porte que l'homme gardais, je décide donc de faire mon entrée avant de leur laisser le temps de s'échapper, et j'ouvre donc la porte rapidement, avant de la refermer derrière moi, un simple bureau en rond, avec ce qui semble être une bouche d'aération derrière ce dernier, un homme grand et bien habillé, le client que le barmen à laisser passer avant moi, et un homme en chemise débraillée et pantalon, les cheveux mal coiffés et le visage flottant dans un épais nuage de fumée émanant de sa pipe, l'homme bougie ? Sans doute.

Il se lève brusquement et semble outré, prêt à me hurler dessus et m'ordonner de sortir sans doute, jusqu'à ce qu'il remarque le sang sur ma patte, et la flaque qui commence à glisser lentement sous la porte, la flaque de son garde du corps, la mine déconfite il recule et renverse sa chaise au moment ou je transperce la gorge de son client, et le laisse se vider de son sang au sol.

    Bonjour ! Vous êtes bien l'Homme Bougie ? J''ai beaucoup entendu parler de vous et je suis sûr que vous et moi, on peut faire des affaires, n'est-ce pas ?


Il cherche évidemment un moyen de s'échapper, et ne cesse de regarder une armoire sur le côté gauche de son bureau, un passage secret ? Sans doute une issue quelconque pour s'en aller, malheureusement pour lui, personne n'est là pour me retenir le temps qu'il s'en aille, et il à l'air suffisamment intéligent pour s'en rendre compte, il se contente alors de me répondre un simple :

    Qu'est-ce que tu veux...


    J'ai toute les raisons de croire que dans cette ville, c'est toi qui offre les informations pour les sales coups, du moins c'est ce que j'ai cru entendre, oh et si tu veux tout savoir, personne ne sait que je suis descendu, alors ne t'attend pas à recevoir de l'aide, aucun de tes camarades à l'étage n'a remarquer ma petite infiltration, alors tu peux crier, le seul effet que ça aura c'est de me faire perdre patience... Alors allons droit au but, un groupe de Ninja s'est infiltré dans le palais Royal il y à peu de temps, et aucun Ninja ne fait cela sans avoir les bonnes informations, alors je souhaiterais savoir si tu leur à filer un coup de main ou pas.


Il s'avère que l'homme est un difficile en affaire, puisque sa réponse est immédiatement négative, il me jette un regard de défi, comme s'il pensait que je n'était pas suffisamment courageux pour m'en prendre à lui. Il à raison, je ne suis pas suffisamment courageux, par contre, je suis suffisamment fou.

    Si je balançais aussi facilement tout mes clients tu pense que mon buisness tiendrais en place peut être ? Allez, commence par partir d'ici et peut être que j'oublierais les problèmes que tu as causé en venant dans mon bureau...


Il faut avouer, ce type possède un certain courage, mais ça ne l'amènerai pas loin dans la vie, je m'avance et l'empoigne pour le plaquer contre son bureau avec violence, je sors de ma poche mon bâillon préféré en cuir et l'enfonce dans sa bouche pour étouffer ses cris, puis je l'attache à son lourd bureau de chêne, une fois fait, je démarre mon activité favorite, je dégaine mon long couteau de chasse et commence par le taillader lentement sur les flancs, tout en caressant ses cheveux mal coiffés de mon autre main.

    Tu sais, je suis un homme patient, et un homme expérimenté dans ce genre de domaine, peut être que tu es résistant, mais je trouverai en temps et en heure le moyen de te faire craquer, peut être que dans quelque heures, lorsque tu n'aura plus la moindre peau sur ta chair, tu me répondrai, ou peut être que je vais devoir aller chercher les membres de ta famille qui sont cher à ton cœur, te les étriper devant toi pour te faire parler, mais sache que quelque soit la méthode, j'arriverai à mes fins, parce que dans cette société, personne ne viendra te sauver.


Au bout d'une dizaine de minutes, et une oreille plus tard, il finit par accepter de parler, ce fût court, à croire qu'il n'a pas la moindre résistance à la douleur, mais il à du comprendre rapidement que je n'était pas là pour rire, et que tant que son client, mort dans son sang au pieds de son bureau, ne serait pas remonter, alors son barmen n'enverrait personne en bas, et donc, aucune chance de se faire sauver avant plusieurs bonnes heures.

    Très bien, très bien arrête je t'en supplie ! Je sais de quoi tu parles je vais te dire ce que je sais... Les voleurs sont venus me voir, j'ai des contacts partout dans la ville et je connais des gens qui connaissent les secrets de chaque endroit, alors je les ai fait payer une grosse somme, je suis aller moi même acheter l'information nécessaire à l'infiltration du palais à un type, mais je peux vraiment pas te donner plus d'information sur lui, sinon je risque pire que tout ce que tu pourras me faire subir... Les voleurs, je les ait rencontrer dans une forêt à l'ouest de la capitale en dehors des murs, c'est eux qui ont donner ce point de rendez vous alors si tu veux les retrouver, c'est par là qu'il faut chercher...


Parfait, une forêt, de là je pourrais les traquer et retrouver leur planque... Je pose délicatement l'oreille de l'Homme Bougie sur son crane et je me prépare à décamper, le laissant attaché à son bureau, je remonte le couloir, essuyant vaguement mes mains ensanglantés avec un chiffon, et me camoufle à nouveau pour ressortir de la salle au bouteilles, arrivé dans les toilettes du bordel, je désactive mon camouflage et repasse dans la pièce principale pour m'en aller avant que quelqu'un ne remarque le sang sur moi et ne commence à se poser des questions, mais je remarque une chevelure rose plus que familière pénétrer dans l'établissement alors que je ne suis qu'a quelques mètres de la porte, et se planter juste en face de moi.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 8 Fév - 0:31
Une quête perdue d'avance ?
 Featuring
Daijiro & Kisame

 

 

 

 
© A-Lice

Neiko suivait le chemin indiqué par la femme de ménage quand elle rencontra un garçon qu'elle avait entraperçu un peu plus tôt pendant ses recherches. Il semblait fouiner dans le coin aussi, peut être le Kirijin aussi sur sa mission ? D'un regard sombre et meurtrier, elle lui fit comprendre de déguerpir. Elle ne pouvait pas rater la mission sans quoi elle était morte. Ce ne serait pas un gamin de ce genre qui allait l'empêcher de parvenir à son but. Il semblait bien trop lent d'esprit de toutes façons à en juger sa manière de se déplacer. C'était étrange qu'ils choisissent une personne comme lui. Il aurait surement des problèmes ne serait-ce que pour trouver une vache au milieu d'un champ tant il semblait dégourdi alors pour un diamant volé par un groupe de shinobis de bon niveau... Il ne devait pas être seul. Enfin, si elle ne se trompait pas sur toute la ligne. Ce n'était pas le moment d'y penser puisqu'il semblait comprendre qu'il devait s'éloigner.

La jeune femme arriva au salon dont on lui avait parlé précédemment. À première vue, rien d'anormal. Pas de tableaux immondes présents seulement pour cacher un passage ridiculement prévisible, pas de tapis pour dissimuler une trappe. Après un certain moment, elle avait réussi à pousser suffisamment les divans pour confirmer que s'il y avait un passage, il n'était pas en dessous. Elle s'attaqua ensuite à la cheminée. Un feu y avait été fait précédemment, mais elle vérifia tout de même chacune des pierres ainsi que le conduit. Il n'y avait pas de pierre irrégulière ou mobile, rien non plus qui pouvait ressembler à un passage sur le côté en hauteur.

Elle s'attaqua ensuite aux bibliothèques. Après plusieurs minutes, elle avait vérifié tout les livres, aucun ne déclancha de mécanisme. Elle vérifia ensuite dans chacun des tiroirs des deux armoires présentes dans la pièce avant de les pousser pour tenter d'y trouver quelque chose. Elle s'attaqua ensuite à l'inspection de la fenêtre. Elle n'avait pas été forcée, et d'après la femme de ménage, elle était fermée. Il semblait peu probable qu'il y ait un infiltré dans le palais qui ait pu partir tranquillement alors qu'il était à l'intérieur, tout le personnel avait subit un interrogatoire précis. La puits de l'ouverture grandiose n'était pas non plus en cause, solidement fixée sur son support. Les murs ne montraient aucune fissure ou lien étrange. Un cas assez mystérieux.

Elle était là depuis plus d'une heure lorsqu'elle se pencha plus en détails sur le sol. Un beau plancher solide couvrait le salon, il lui restait maintenant à déterminer si l'une des planches était mal fixée ou permettait d'activer une entrée quelconque. Aucune trappe n'avait été visible à sa première inspection, mais si la femme de ménage n'avait pas fait d'erreur, c'était bien par là qu'étaient sortis ou entrés les voleurs, qu'importe au final, ça avait été l'une de leur entrées, peut être y trouverait-elle des indices.

A genoux sur le sol de la pièce raffinée, elle passa en détails chacune des lattes du plancher. Après un nouveau temps de recherches précises, elle finit par remarquer des traces de glissement près de la bibliothèque, des traces faites par le déplacement plutôt récent du meuble en question, au vu de l'état non repris du bois à cet endroit. Elle fronça alors les sourcils avant de se réatteler à l'examen méthodique du meuble, et de finir par y découvrir une petite poignée derrière l'un des montants de cette bibliothèque. Le meuble bougea donc sous le mécanisme, qu'elle dut aider partiellement tant il était milimétré et donc frottait un peu. Une fois derrière, elle détailla le travail qui lui fit comprendre que c'était une vieille création qui n'avait pas du servir depuis très longtemps, ce qui expliquait les rayures sur le sol. Des couches de vernis avaient été accumulées, la hauteur avait donc été modifiée.

Soupirant, la jeune vampire put reprendre ses recherches, s'enfonçant dans le passage assez sombre. La grotte s'enfonçait vers les profondeurs, le sol était pavé très grossièrement. Elle dut finalement descendre une échelle qui la fit arriver dans un recoin d'un égout qui serpentait sous le palais et probablement sous toute la ville. Le sol y était en terre battue, humide avec toute l'eau omniprésente dans ces constructions assez anciennes. C'était probablement bien d'ici que venaient ces bandits, avec la terre qu'ils avaient laissé dans le palais sur leur chemin. Elle ne trouverait plus aucune piste de terre dehors, la pluie ayant lavé les rues de ces indices depuis plusieurs jours, mais d'autres traces subsisteraient peut être. Des traces moins grossières mais surement plus intéressantes.

Rapidement, Katsuko se fit un petit rappel de ce qu'elle avait trouvé jusque là, continuant son chemin. Elle prit la première sortie, elle n'avait pas besoin d'aller jusqu'au bout des égouts pour trouver le repère des bandits, ils étaient surement déjà éloignés de la ville depuis un moment. Rester là aurait été stupide, et il était bien plus facile de disparaître dans des ruelles que dans les chemins qui longeaient les égouts souterrains. Ils avaient probablement eu un résonnement similaire.

De retour à l'air libre, la demoiselle Chinoike s'étira en sortant de ce lieu nauséabond et en profita pour respirer un grand coup. Elle était dans un quartier assez banal, entre les quartiers riches et les zones les plus éloignées, donc plus pauvres de la ville, qui venaient s'accoler aux enceintes protectrices de la capitale. Elle choisit alors de se diriger vers cette partie de la cité où elle pourrait trouver plus d'informations. Elle n'était cependant pas une professionnelle quand il s'agissait de trouver quelqu'un à faire parler.

Autant, une fois la cible en son pouvoir, lui faire comprendre qu'elle devait parler pour sa survie n'était pas très dur, autant elle n'avait pas l'habitude de devoir les choisir dans une masse immense. Alors qu'elle soupirait et commençait à se demander si c'était réellement une bonne idée, une odeur succulente vint chatouiller ses narines. Elle suivi cette odeur qui l'allécha. Elle avait soudainement très faim, et après tout, il commençait à être tard.

Quelques minutes plus tard, elle tomba avec joie sur deux hommes à terre. Un était juste assomé tandis que l'autre était bel et bien mort, elle put donc se repaître tranquillement. Elle entendit des gémissements en plein milieu de son repas, et se retourna vers le bel endormi qui venait de se réveiller, la bouche en sang. Elle bondit sur lui, le plaquant au sol. L'incompréhension suivie du regard à son camarade, puis le regard horrifié qu'il jeta à la demoiselle qui le plaquait au sol la fit éclater d'un rire malsain.

    « Qu... Qu... Qu...
    - Bonjour mon mignon ! J'ai quelques questions pour toi, alors tu vas y répondre gentiment si tu veux pas rejoindre ton copain dans les limbes et me servir de dessert. »


Elle fit sortir une petite langue rose de sa bouche qui vint lécher le sang qui la barbouillait, faisant disparaître une partie du liquide rouge métallique qui recouvrait son visage. Elle nettoya ainsi ses lèvres puis ses dents afin d'offrir un magnifique sourire carnassier à l'homme qu'elle chevauchait ainsi.

    « Alors pour commencer, qui vous a mis dans cet état ? Vous m'aviez l'air de caïds tout les deux ! Ensuite, pourquoi cette personne ou ces personnes ont-elles fait ça ? Elles voulaient des informations peut être ? Oui, j'en suis certaine, on tue pas comme ça sans raisons ! Ou sinon tu serais mort aussi ! T'as de la chance pour l'instant, réponds moi bien et tu garderas cette chance !
    - J... Je... Un homme ! Vieux, un sale putain de vieux ! J'ai rien compris, il trainait ici depuis un moment et il a buté Sam sans prévenir ! Il voulait savoir qui avait donné les infos pour le palais, j'lui ai dit que c'était l'Homme Bougie ! C'est tout ! J'vous jure ! Pitié ! Me bouffez pas ! »


Un sourire sadique se dessina sur les lèvres de la tueuse née qui posa délicatement son doigt sur la bouche de l'homme terrifié, puis le fit glisser sur son menton, sa gorge, jusqu'à son sternum ou elle effectua une légère pression. Un vieux donc ? Hmmm... Les vieux connaissaient souvent leur domaine, et s'il avait tué si facilement le Sam, c'est que c'était un shinobi professionnel. Un Kirijin également ? C'est vrai qu'ils ne faisaient pas dans la finesse, les hommes de la Mizukage... Il faudrait qu'elle se méfie de lui. Les gens expérimentés étaient souvent les plus dangereux.

    « Et où je peux le trouver cet Homme Bougie ? C'est un nom mignon d'ailleurs.
    - Pas loin ! Trois rues plus loin, au sous-sol d'un bordel ! J'ai dit la même chose au vieux, c'est tout c'que j'ai dit et c'que je sais ! J'vous l'promets ! »


Elle lui souriat une nouvelle fois avant de poser son doigt sur sa propre bouche cette fois, lui indiquant de garder le silence. Elle lui caressa alors la joue, rapprochant son visage de l'homme à terre, puis descendit sa main jusqu'à la gorge de celui-ci. Elle avait alors rassemblé du sang jusque là transformant le bout de ses doigts en griffes acérées qu'elle utilisa pour transpercer en cinq larges points le cou de sa victime avant d'éclater de rire une fois de plus et de se pencher plus encore pour lui dévorer la gorge comme un animal, déchiquetant la viande juteuse dans ses derniers sursauts de vie désespérés.

Elle se redressa alors, toujours à califourchon sur le corps de sa victime, et rejeta sa tête en arrière, les bras écartés.

    « Merci pour ce délicieux encas ! »


Éclatant d'un rire fou et hystérique, la demoiselle s'essuya la bouche sur les vêtements de sa victime, le délestant ensuite de sa bourse ainsi que de celle de son camarade. Si celui qui la précédait était expérimenté, il n'en demeurait pas moins bien trop humain. Laisser un témoin en vie n'était pas souvent une bonne idée au goût de la Chinoike. Enfin pour cette fois ci, elle n'allait pas s'en plaindre puisqu'elle avait ainsi pu avoir les informations dont elle avait besoin ainsi qu'un repas de reine.

Katsuko se dirigea donc vers l'établissement, où elle paya son entrée avec les bourses de ses deux victimes. Les hommes à l'entrée semblaient hésitants mais la jeune femme rétorqua qu'elle avait bien le droit de "s'amuser avec quelques petites salopes des bas quartiers, après tout, c'était bien plus intéressant que les étoiles de mer des maisons closes des gros riches". Son applomb ainsi que les bourses qu'elle déposa dans leurs mains leur firent accepter de laisser rentrer la demoiselle, qui était habillée de manière assez provocante de plus, comme à son habitude à vrai dire.

Se faufilant à l'intérieur, elle perçut presque immédiatement cette odeur qu'elle aimait tant. Une nouvelle fois, elle lui emplissait les narines. Si pour quiconque, les odeurs des drogues, de la fumée et de l'alcool semblaient impénétrables, pour la chasseresse, c'était bien celle du sang qui surpassait toutes les autres. Elle capta donc sans mal celle qui provenait de derrière le bar. Elle s'approcha alors du serveur attirant son attention. Après un sourire, elle lui indiqua qu'elle avait rendez-vous avec son ami à l'arrière.

L'homme qui s'occupait du bar semblait perturbé, mais la jeune fille insista, lui faisant comprendre que son ami était assez impatient en général, et qu'elle devait aller le détendre maintenant puisqu'il l'avait fait appelé. Le serveur la jaugea, l'air peu crédule, mais après un moment, il lui indiqua de passer derrière le comptoir, haussant les épaules. Elle ne représentait pas franchement une grande menace, et il y avait le garde dans le couloir après tout.

Katsuko le remercia d'un sourire coquin, soulevant un peu trop sa jupe en passant à côté de l'homme et lui faisant un clin d'oeil. Après tout, elle était dans un bordel, elle devait aller avec le tableau dans lequel elle s'inscrivait.

Lorsqu'elle eut passé la trappe indiquée par le serveur, elle descendit le couloir, arrivant jusqu'au mort. Sa mort était plutôt récente, plus encore que celle de son premier repas de la journée. Elle le laissa, allant jusqu'à s'accoller contre la porte le plus discrètement possible pour essayer d'entendre quelque chose de l'autre côté.

Quelques cris passèrent difficilement la porte, suivi d'une diarrhée verbale, un homme semblant désespérer à l'idée de ne plus pouvoir parler qui se dépéchait d'avouer tout ce qu'il pouvait. Visiblement, l'interrogatoire était efficace. Il semblait parler de secret, de grosse somme d'argent... Les voix étaient filtrées par la porte, et la Sunajin n'arrivait que difficilement à déterminer ce qui se disait. Elle s'appuya un peu plus sur la porte.

    faire subir... Les voleurs, je les ait rencontrer dans une forêt à l'ouest de la capitale en dehors des murs, c'est eux qui ont donner ce point de rendez vous alors si tu veux les retrouver, c'est par là qu'il faut chercher...


Visiblement, le torturé était chanceux. Il semblait toujours vivant, et à en juger par son rythme de parole, en plutôt bon état. La jeune fille tendit un peu plus l'oreille, espérant entendre une quelconque réponse ou suite, lorsqu'elle entendit qu'on ouvrait la porte et qu'on la tirait vers l'intérieur de la pièce. Elle recula précipitamment et se prit les pieds dans le cadavre derrière elle, finissant les fesses sur le sol.

Alors que la porte s'ouvrait, la lumière découpa la silhouette de l'homme qui lui faisait face, et éclairait légèrement un visage un peu âgé qu'elle reconnu immédiatement. C'était le Kirijin qu'elle avait croisé à Shio, Kisame. Si elle était heureuse de le reconnaître ici, elle l'était beaucoup moins à l'idée que ce soit lui qu'elle devait surpasser en tant que shinobi. Elle espérait désormais simplement qu'il n'ait pas reçu des consignes similaires à elle, à savoir se débarasser d'éventuels autres shinobis qui seraient sur son chemin. Peut être ne lui accorderait-il pas plus de valeur qu'au garde sur lequel elle se retrouvait assise.

    « Salut Kisame, ça va ? Tu m'as laissé de bons repas je vois. »


Quitte à risquer sa vie, autant la finir avec un bon repas dans le ventre. La jeune fille tenait le bras du garde qu'elle avait tranché avec sa main affutée de sang coagulé, mordant dedans à pleines dents, sa bouche se couvrant une nouvelle fois de sang. Abaissant son plat, elle fit un beau sourire sanglant au traqueur qui lui faisait face.



 


HRP:
 

_________________
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 8 Fév - 1:26

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 

Quatrième Post


Il faisait déjà nuit noir. Le soleil n'existait plus pour quelques heures et je devais combattre le mal du pays qui commençait déjà à me ronger, ainsi que mon inquiétude vis-à-vis de mon coéquipier. Ça faisait bien longtemps que je ne l'avais pas vu et je n'avais trouvé aucun indice à part cette mousse devant le socle du ThunderGold. Je n'avais pas le matériel ici pour l'analyser, mais à l'odeur aussi forte, je pouvais deviner que c'était un produit assez toxique tout comme les bombes anti-insecte que pouvait porter les Yaoya-San. Je montais dans ma chambre fraîchement louée dans cet hôtel de la ville pour tenter de méditer un peu sur cette mission. Malheureusement, je ne pouvais cesser de penser à cette fille bizarre aux cheveux roses. Si j'avais pu distinguer son chakra ou même son aura, j'étais sûr d'y trouver du mal. Rien que sa façon d'être, son regard... C'était comme si elle avait voulu me bouffer.

Je posais mes affaires sur le lit, commençant à me déshabiller pour aller prendre une douche. J'avais passé une journée assez longue et fatigante avec le voyage et je désirais simplement me reposer. Je rentrais alors dans la douche, fixant mes mains. J'avais pas mal traîné à droite et à gauche depuis mon arrivée à Kiri et je n'avais toujours pas fait mes preuves. Mon dossier dans le bureau de la Mizukage devait être une déception incroyable. Encore une fois, j'avais passé ma journée à chercher a avancer avec cette mission, mais une fois de plus, rien. Je n'étais peut-être pas fait pour ce genre de travail ? C'est vrai, j'avais fait des progrès depuis la dernière fois que j'avais vu Rei. Je savais enfin malaxer mon chakra, je savais créer de la glace, mais à quoi bon au final ? Je fermais les yeux, une boule au ventre se formant. J'en avais marre d'être inutile.


Quelques réflexions traversant mon esprit, je fus arraché de ce monde en entendant un bruit dans ma chambre. J'ouvrais les yeux, fermant immédiatement l'eau. Je sortais de la douche, me rhabillant en vitesse, équipant mes gants de combat. J'entendais alors dans ma chambre des voix...

"Oui monsieur. Je l'attends monsieur. La jeune Sunajin ne vous posera plus de soucis non plus. A vos ordre monsieur."

Un homme. Il semblait impressionnant à sa voix grave. Je cherchais alors avec ma main mon sac utilitaire, mais celui-ci était sur mon lit. J'étais un idiot. Serrant les poings, j'allais devoir combattre...! Je poussais d'un coup sec la porte avec mon pied, formant très rapidement quelques signes pour lancer un jutsu !

"Nimpo ! Dabuaisu !"

Un gigantesque piqué de glace traversa la pièce en directement de la tête de ma cible. Seulement, d'une seule main, le mastodonte arrêta le pique, celui-ci ce brisant sur sa main. Je ne comprenais pas bien sûr le moment, mais cet homme avait des bras en métal, mon pique ne servirait donc à rien. J'écarquillais les yeux, voyant un deuxième homme venu des ombres m'attaquer. Sans crier gare, je me prenais alors un coup, m'assommant directement... Je tombais dans un sommeil profond. J'ai jamais vraiment su ce qui s'était passé. Tout ce que je savais, c'était que j'étais à présent dans une cellule dans ce qui pouvait ressembler à une prison souterraine. J'ai bien essayé d'ouvrir la porte en fer de ma cellule, mais même en forçant, rien...

"Force pas petit. T'es foutu. Tu viens de Kiri pour nous faire chier ? Nous, on te met hors d'état de nuire."

"Ah ouais ? Attend que je sorte, je vais te botter le cul !"

"NE FORCE PAS !"

J'étais bel et bien bloqué. Je tombais sur le cul, observant ma seule chance de m'en sortir au fond de ce long couloir. J'étais dans une grotte, je pouvais voir la sortir plus loin. Visiblement, j'étais bien chez les Yaoya-San et ils avaient aménagé cette grotte naturelle en domaine de vie. J'étais donc un prisonnier et j'allais une fois de plus me faire sauver. J'étais complètement inutile... Je posais alors ma tête contre le mur, reposant mon dos contre le coin de cette pièce, me disant que finalement, c'était pas si mal d'en finir ici. J'étais fatigué... Je voulais fermer les yeux quelques minutes. J'avais voulu être un héros, me voilà un zéro.
 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Mer 8 Fév - 15:20
Je n'avais même pas eu le temps d'arriver à mes fins et de m'échapper du bâtiment qu'un imprévu m'arriva dessus de plein fouet, lorsque je pose ma main sur la poignée de la porte du bureau, je sens une odeur, l'odeur nauséabonde des égouts, certes très faibles et à peine perceptible néanmoins elle est bien là, il y à quelqu'un derrière, alors je décide d'ouvrir la porte brusquement, presque avec violence, pour surprendre mon invité surprise, ce qui fonctionne plutôt bien puisque la jeune fille derrière se retrouve rapidement sur ses fesses.

Je la reconnais immédiatement, Neiko', Katsuko Chinoike, cela devrait me faire plaisir de voir le visage de l'une de mes rares amies, voir de la seule personne réellement importante dans ma vie, néanmoins la situation est trop unique pour que sa présence ici soit quelque chose pour lequel je puisse me réjouir...

J'aperçoit quelques tâches sur son visage et vêtements, quelques goûtes de sang récemment arrivée là, presque entièrement nettoyée, ses ongles couverts de sangs eux aussi, mais sans doute là à l'oeuvre les techniques Chinoike, puisque ses ongles ressemblent plus à des griffes acérée...

    « Salut Kisame, ça va ? Tu m'as laissé de bons repas je vois. »


Elle tient dans sa main le bras du garde, détaché de son corps, je vois qu'elle ne perd pas de temps cette petite, elle mord dedans brusquement, c'est fou de voir ce côté là de sa personnalité de près, elle était très calme lors de notre rencontre à Shio et j'ai la joie de découvrir la vraie Katsuko... Malheureusement pour elle, j'était également anormalement calme lors de notre rencontre, et la situation actuelle n'est pas le genre de situation dans lesquelles je suis un gentil vieillard qui raconte des histoires.

Je m'avance sans un mot, l'attrape brusquement par le col pour la relever sur ses pieds, lui jetant un regard mauvais, puis je la repousse brusquement en arrière pour l'expulser dans le couloir à quelques mètres de moi.

    Petite merdeuse, je peux savoir ce que tu branles ici ? Je doute fort de tes capacités à me suivre et me traquer, alors c'est quoi, un hasard peut être ? On atterrit pas au hasard dans l'antre de l'homme bougie tu sais ? Je te péterai bien la tronche juste pour la mauvaise surprise mais j'ai des choses à faire alors ça attendra...


Je referme derrière moi la porte du bureau de l'Homme Bougie, son passage secret derrière son armoire attendra un autre jour pour me révéler sa destination, je passe ma main ensanglantée dans mes cheveux pour les maintenir en arrière un peu mieux, tout en fixant la jeune Chinoike, son air souriant m'agaçait au plus haut point, elle ferait mieux de cracher ses raisons et vite, il se faisait tard et je n'avais pas la moindre envie que mon coéquipier décide de se mettre à ma recherche pour une quelconque raison, ce qui amènerait à des plus gros problèmes encore.

    Alors tu vas être gentille et me dire ce que tu fous ici, et tu vas faire ça vite.


En écoutant sa réponse, quelque chose me tracasse, ce n'est pas vraiment un bruit, mais plutôt l'inverse, l'Homme Bougie s'est évanoui derrière la porte du bureau, sa respiration est mécanique, mais en haut, il y à avait un constant brouhaha jusqu'à récemment, des gens discutaient, des verres sonnaient, les gens marchaient, mais maintenant je n'entend plus rien, comme si la salle au dessus de nous avait été désertée, comme si le bâtiment entier avait été déserté, je me concentre quelques secondes, déployant mon chakra pour améliorer ma perception auditive, et j'entend les bruits de pas de deux hommes résonner contre la pierre, deux hommes sans doute au premier étage du bâtiment, en train de fouiller les lieux, et également un son de liquide gouttant au sol, ploc, ploc, ploc, à mon humble jugement de chasseur, ce n'est sans doute pas une bouteille renversée, mais plus une gorge tranchée.

Je fais signe à Katsuko de se taire, soudain très sérieux et comme si le problème de la jeune cannibale sur la piste de ma mission était devenu secondaire, je m'avance jusqu'à la trappe et tend à nouveau l'oreille.

    N'aurait pas du tuer le Barman, fallait l'interroger, maintenant que tout le monde à quitter l'endroit comment on sait s'il y à un passage caché quelque part hein gros malin ?


Je cesse d'améliorer mes sens, j'en ai suffisamment entendu, je me retourne vers la chasseresse, et lâche un soupir.

    On à de la visite petite, nos problèmes vont attendre un peu plus longtemps avant d'être réglés... T'es en forme ? Moi ça va, ce con à pas réussis à m'avoir sérieusement... T'as fais du bruit en ville mh ? Parce que c'est sans doute pas moi que ses gens cherchent, j'ai été invisible... Tss, et ça se dit chasseur, mon cul ! Allez en avant petite, les dames d'abord.


Je lui montre l'échelle d'une main, et me prépare à la suivre.
XP : 1331
Messages : 311
avatarSunajin
Chinoike Katsuko
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Lun 13 Fév - 12:23
Une quête perdue d'avance ?
 Featuring
Daijiro & Kisame

 

 

 

 
© A-Lice

La porte s'était ouverte d'un seul coup, avec violence, repoussa Neiko jusqu'à ce qu'elle tombe sur les fesses. Elle vit alors avec surprise Kisame sortir de la pièce, ce qui la fit sourire de contentement. Elle était bien heureuse de retomber sur une des seules personnes qu'elle appréciait et qui semblait la comprendre dans ce monde. Elle le salua donc avec entrain alors qu'elle commençait à manger le bras du garde tranquillement.

L'homme qui lui faisait face tenait cependant actuellement plus du traqueur que du gentil shinobi passionné par son domaine avec qui elle avait parlé. Si elle était plutôt actuellement amusée par sa mission et pas spécialement sérieuse à son propos malgré l'épée de Damoclès qui pendait au dessus de sa tête, ce n'était absolument pas le cas de Kisame qui était très concentré, en plein interrogatoire. Il sembla soudain énervé de la voir ici, s'animant d'un seul coup une fois la surprise de l'avoir retrouvée ici probablement. Il l'aggripa solidement par le col et la souleva sans le moindre mal, ce qui prit de court la demoiselle qui se laissa alors faire, comme un pantin dans les mains d'un enfant un peu trop brutal. Il la repoussa dans la foulée avec une certaine violence, ce qui lui fit lâcher un bref gémissement, se faisant manipuler comme un jouet mal considéré. Lorsqu'elle reprit ses appuis, quelques mètres plus loin, il lui fit face et lui parla d'une voix aggressive.

    « Petite merdeuse, je peux savoir ce que tu branles ici ? Je doute fort de tes capacités à me suivre et me traquer, alors c'est quoi, un hasard peut être ? On atterrit pas au hasard dans l'antre de l'homme bougie tu sais ? Je te péterai bien la tronche juste pour la mauvaise surprise mais j'ai des choses à faire alors ça attendra...  »


Décidément, il était de mauvais poils. S'il était ici, il avait probablement ses raisons. La princesse pimbèche lui avait parlé de Kirijins, et si elle avait probablement croisé le premier d'entre eux, il lui semblait incapable de faire quoi que ce soit seul pour le moment. Il était trop peu expérimenté, peu discret, peu de capacités intéressantes apparentes en tous cas. Et elle savait que Kisame était Kirijin. Ce serait trop étrange si il n'était pas sur la même mission qu'elle. Il lui semblait cependant bien plus fort qu'elle, et elle ne voyait pas vraiment comment elle pourrait le rouler pour parvenir à obtenir le diamant pour elle. Elle ne tenait pas non plus à découvrir sur son propre corps les talents de bourreau de son camarade.

    « Alors tu vas être gentille et me dire ce que tu fous ici, et tu vas faire ça vite.  »


Eh... Visiblement, elle n'aurait pas d'échappatoire cette fois. La meilleure solution serait probablement la vérité... Elle prit une grande respiration avant de se lancer dans ses explications.

    « Erhmm... Je sais bien que je suis petite, mais l'autre qualificatif me semble un peu méchant. Pour te répondre à ce que je fous ici, et comment je t'ai traqué, je vais être franche, tout comme on l'a été à Shio. Je suis venue ici sur ordre de mon père en réponse à une mission donnée par la princesse Genkô. Je dois retrouver le diamant qui a été volé et le ramener à l'autre débile pour qu'elle puisse se pavaner. Pour te trouver, je t'avoue que j'ignorais totalement qui je poursuivais. J'ai été guidée par l'odeur du sang et les dires d'un homme que j'ai retrouvé à moitié K.O. à côté d'un de ses camarades morts. Je l'ai fait parlé rapidement pour trouver ce batiment, et un peu de charme auprès du barman m'a permis de venir jusqu'ici, passage que j'ai trouvé encore une fois grâce à l'odeur de ce monsieur que je dégustais tranquillement avant que tu ne me balances loin de mon repas. »


Alors qu'il l'écoutait avec attention, il lui fit soudainement signe de se taire. Il était à l'affut, il avait remarqué quelque chose. Quelque chose d'anormal au vu de sa posture. Il s'avança alors jusqu'à la trappe de sortie, passant à côté de Katsuko comme si elle avait soudainement disparu, puis il soupira en se retournant finalement vers la vampirette.

    « On a de la visite petite, nos problèmes vont attendre un peu plus longtemps avant d'être réglés... T'es en forme ? Moi ça va, ce con a pas réussis à m'avoir sérieusement... T'as fais du bruit en ville mh ? Parce que c'est sans doute pas moi que ces gens cherchent, j'ai été invisible... Tss, et ça se dit chasseur, mon cul ! Allez en avant petite, les dames d'abord.
    - Ouais je suis en forme, j'ai bien mangé donc je n'ai pas de problèmes. Manger me rend mes forces. Pour ce qui est du bruit, les gardes m'ont attaqué quand j'ai demandé à voir la princesse en me présentant au palais pour la mission... Je me suis juste défendue, mais je suppose que ce n'était pas très discret en effet... Je n'ai jamais prétendue être très discrète de toutes façons. C'est un peu facile comme prétexte, mais je suppose que je t'ai un peu dérangé dans tes jeux, donc ça doit être légitime... »


Soupirant, Neiko passa donc devant Kisame pour attraper l'échelle et sortir de ce souterrain, ouvrant la trappe et tombant ainsi nez-à-nez avec deux hommes habillés sobrement. ils n'avaient pas d'armes à la main, mais du sang tachait déjà leurs habits. Elle remarqua le cadavre du serveur sur le bar, la gorge tranchée. Quelque chose d'assez clair comme message sur leurs intentions. À cette vue, la demoiselle eut un grand sourire carnassier. Elle ouvrit sa main, y faisant apparaître une épée de sang, et se jeta directement sur le premier des deux hommes qui lui faisait face. Sans pitié, elle attaqua le plus proche, le transperçant directement de sa lame en plein ventre après lui avoir fait une feinte au niveau de sa tête, comme souvent, pour concentrer le regard de l'ennemi vers le haut et ouvrir sa garde.

Elle prit appuis sur l'homme pour dégager sa lame faite de son propre sang du corps de son adversaire dont elle se doutait des intentions même si elle n'avait aucune idée de qui il était, même si le plus probable était qu'il appartenait au clan des Yaoya-san. Elle s'était ainsi éloigné de ses deux adversaires et profita du sang dégagé ainsi pour créer une grande lame horizontale de trois mètres de large, difiicilement esquivable dans un tel lieu, à un mètre du sol, qu'elle projeta sur les deux hommes qui étaient un peu trop proches d'elle à son goût. Elle parla ensuite bien fort pour que Kisame l'entende.

    « Oh la la ! Que vais-je bien pouvoir faire seule contre deux hommes ! Vous n'attaqueriez tout de même pas une petite fille sans défenses ? »


Elle leur fit un grand sourire provocateur, montrant clairement qu'elle se moquait d'eux, espérant pouvoir les pousser ainsi à la faute. Ils devaient être assez entrainés et serait probablement au niveau de leur réputation, mais s'ils étaient persuadés d'être en deux contre un, ils ne devraient pas être très dangereux pour Kisame et elle réunis.


 


HRP:
 

_________________
XP : 387
Messages : 125
avatarKirijin
Yuki Kay Daijirô
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Lun 13 Fév - 16:30

Quête 1

Kiri
Suna

 



 
"Je suis inutile..."


 

Cinquième post


Les yeux clos, la respiration agitée, je ne savais même pas depuis combien de temps j'étais ici. On m'avait attaqué à l'auberge pendant que je prenais une douche et j'avais malheureusement baissé ma garde. Les yeux clos, la respiration agitée, je ne savais même pas depuis combien de temps j'étais ici. J'imaginais déjà le regard accusateur de Papi-Shinobi si un jour, il me retrouvait. Tout semblait calme dans cette cellule... Il y avait une odeur d'urine, ok, mais il y avait aussi une grande tranquillisé. Les pierres gardaient néanmoins la violence et la cruauté que leurs souvenirs pouvaient apporter, mais je me sentais presque bien. C'était peut-être temps pour moi de baisser les bras. De rentrer, d'arrêter ce métier... Je n'étais pas fait pour ça, tout le monde le pensait.

Je baissais ma tête, l'attrapant dans mes mains, observant mon corps froid dans un coin de pièce comme le faible que j'étais. Il fallait que je me sorte de là, mais je n'avais pas la force... Je ne m'en sentais pas capable...! Serrant les dents, retenant mes gémissements de terreur, je n'ai pas fais attention à mon environnement. Tout à coup, ouvrant un œil, puis l'autre, j'apercevais un grand homme, assez mince et à la peau pâle. Il affichait un gigantesque sourire et l'ironie de la situation, c'était que ce sourire me glaça le sang... Je me relevais, toujours dans le coin de la pièce, le voyant avancer de plus en plus... Il cachait quelque chose dans son dos, sa langue venant caresser ses lèvres mauves... J'écarquillais les yeux, ne comprenant trop bien la suite des évènements...

"Aller mon petit-enfant... Viens voir papa..."

Me tuer ? Pas forcément... Cet enfoiré avait bien d'autre projet pour moi. Je déglutissais, reculant, tentant de m'enfoncer dans le mur, mais je revenais à la réalité, l'homme m'attrapant par le col et m'envoyant m'écraser contre le mur de ma cellule. Tout à coup, ouvrant un œil, puis l'autre, j'apercevais un grand homme, assez mince et à la peau pâle. Je n'avais pas le temps de me retourner, que l'homme était déjà dans mon dos, collé à moi ! Je... je me sentais tout à coup faible... J'en pleurais... Comment est-ce que j'étais arrivé là... ?? La langue du monstre se colla à mon oreille, me caressant de sa bave, se mélangeant au sang coulant de mon nez.

"Aller. Rien que parce que tu es mignon, je vais faire ça vite..."

Je le sentais lui, mais il n'y avait aucune douceur, que du malaise... Je me sentais partir, me protégeant psychologiquement à ce qui allait sans doute arriver. Je paraissais si faible que ça..? C'était pour ça ? Le sang coula de mon nez, passant par mes lèvres, chutant de mon menton et alors... Je sentis une chaleur au fond de mon cœur. Je sentais quelque chose, comme une force imprévue. Non. Il n'avait pas le droit de me prendre ça ! Pas un monstre de ce type ! Je serrais les dents, fermant les yeux et collant ma main gauche contre mon épaule.

"Daibuaisu..."

Un pique de glace vint alors me traverser, celui-ci se logeant dans l'œil de mon agresseur, le faisant reculer lui et son immonde chose. Je sentis une chaleur au fond de mon cœur. J'avais mal. Je tombais à genoux, le regardant dans les yeux... J'allais me le faire, mais pas comme il aimait. Il sorti alors un couteau de sa poche, énervé...! Je laissais alors ma main dirigée vers le sol, sous ses pieds, créant un tapis de glace pour le faire chuter, lui tombant sur la tête. Je retombais à terre, observant mon agresseur assommé. Je n'avais plus de force, pourtant, je devais continuer de lutter... Ma tête s'inclina, ma chaleur au fond de mon cœur restant à mes côtés. Je retombais à terre, observant mon agresseur assommé. Celui du Printemps.
 

 
(c) Yogi pour Never Utopia

_________________

Spoiler:
 
XP : 582
Messages : 128
avatarKirijin
Jûro Kisame
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   Lun 13 Fév - 19:12
    « Ouais je suis en forme, j'ai bien mangé donc je n'ai pas de problèmes. Manger me rend mes forces. Pour ce qui est du bruit, les gardes m'ont attaqué quand j'ai demandé à voir la princesse en me présentant au palais pour la mission... Je me suis juste défendue, mais je suppose que ce n'était pas très discret en effet... Je n'ai jamais prétendue être très discrète de toutes façons. C'est un peu facile comme prétexte, mais je suppose que je t'ai un peu dérangé dans tes jeux, donc ça doit être légitime... »


Parfait, elle est en forme, manquerait plus qu'elle ne le soit pas et que je sois forcé d'affronter les deux hommes qui la pourchasse elle, seul. ça serait le comble de l'irrespect de sa part. Je la regarde et la suit rapidement lorsqu'elle monte l'échelle, mais en utilisant mon chakra pour me camoufler, à peine en haut elle commence déjà le combat, je ressens les émanations de Chakra offensives, et lorsque j'arrive en haut, les deux sont déjà blessés, l'un plus grièvement que l'autre.

    « Oh la la ! Que vais-je bien pouvoir faire seule contre deux hommes ! Vous n'attaqueriez tout de même pas une petite fille sans défenses ? »


Quelle folle, provocatrice comme toujours, un grand sourire s'affiche sur mon visage alors que je me déplace, invisible et en toute discrétion pour me positionner entre les deux groupes, prêt à intercepter l'un d'entre eux, je choisis celui de gauche, le plus grand et moins amoché, laissant à Katsuko le plaisir de terminer ce qu'elle à commencer avec l'autre.

Les deux se jettent en avant, et j'intercepte le grand d'un violent coup de mon bras transformé, le poignardant en plein ventre, je réapparais ainsi à l'oeil nu, visible de tous, la surprise s'affiche sur son visage, mais pas pour longtemps, il me saisit brusquement par ma veste de ses deux mains et m'envoit brusquement valser jusqu'à la pièce principale, mon corps se heurte contre le bar et rebondit pour aller s'écraser au sol, je sens une de mes côtes craquer sous le choc et mon souffle est coupé, à peine le temps de me relever que l'homme est déjà sur moi pour m'enchaîner malgré sa blessure, mais le poison que j'ai injecter dans sa blessure commence à faire effet et ralentis ses mouvements, ce qui aurait du être un combo destructeur devient une frappe trop lente pour être un minimum efficace, et sur les deux coups qu'il était supposé m'infliger, un seul parviens à faire mouche, brisant encore une fois mon nez, j'ai d'ailleurs perdu le compte du nombre de fois où cela est arrivé.

Le sang coule sur mon visage, et malgré ma côte je suis encore bien en état de combattre, comparé à l'homme en face de moi qui chancelle, mon sourire s'agrandit, la fin de ce combat étant évidente à mes yeux, j'avance brusquement sur lui pour abattre ma patte sur lui et l'achever, il esquive néanmoins le premier coup, j’enchaîne avec un crachat de venin sur sa jambe d'appui, engourdissant le membre suffisamment pour l'empêcher d'esquiver ma dernière attaque, qui le perfore en plein torse, mettant fin au combat entre le Yaoya et moi, qui s'effondre au sol en gargouillant un peu dans son sang, je transperce une dernière fois son coeur, juste pour être certain que ce dernier ne se relèvera pas, trouvez ça idiot autant que vous voulez, j'ai vu des hommes avec une constitution incroyable, capable de reprendre le combat après des blessures plus que mortelles, ça au moins, ça bougera plus.

Je me redresse et retourne à l'intérieur de la salle au bouteilles, là où Katsuko mène son combat, pour en voir l'avancée, et remarquer que le pauvre bandit avait finit par périr au mains de la jeune vampire.

    Pas le temps de manger petite, ils ont fait l'erreur de venir jusqu'à moi, et je suis capable de traqueur leur déplacement tant qu'on prend pas trop de temps, ça veut dire que je peux nous mener à leur planque... Mais on à tout de même un problème, tu dis que tu travaille pour la princesse... Mon associé et moi, on travaille pour le prince... Et y'a qu'un seul diamant, alors je me demande bien ce qu'il va se passer par la suite.


Je commence à faire les cents pas en face de la Chinoike, mon bras toujours transformé, comme un signe que le combat n'est peut être pas totalement terminé, bien que je ne fais aucune manœuvre agressive, mon regard veut tout dire, il va me falloir une bonne raison pour continuer la mission et laisser Katsuko en vie, sans quoi je me contenterais de la mettre hors d'état de nuire ici même, et je terminerai ce que j'ai commencer avec les bandits.


Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}   
 

Une quête perdue d'avance ? [PV. Jûro Kisame & Yuki Kay Daijirô] {Mission rang B}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pour le sourire d'une fillette, à la recherche de la peluche perdue ! - Mission rang D
» Mission rang B - Solo - Une marionnette perdue...ou pas ?
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Cybèle, l'elfe perdue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Origin :: Reste du Monde :: Pays Neutres :: Kaminari no Kuni-